Jump to content

Qu'est-ce que la bienveillance en maternelle ?


chableu
 Share

Recommended Posts

Bonjour,

je vais avoir des maternels en septembre et je bouquine divers ouvrages.

Hier soir, j'en ai potassé un sur la notion de bienveillance dont voici deux extraits...j'aimerais vos avis.

image.png.e4894050bb0b55a4a4595e7915193b57.png

image.png.65ca4198eef8ff8930059c51ba943f2d.png

Link to comment
Share on other sites

"Too much" pour moi....Dans l'absolu, c'est super, vraiment. A 30 dans une classe, c'est difficilement gérable. Ce n'est que mon pauvre avis...

Pour moi, être bienveillante, c'est être constante (dans mon attitude, mes exigences, mes réactions), tenir compte le plus possible des besoins de chacun (celui qui a besoin de bouger se déplace plus, va "faire le facteur", celui qui a besoin d'aller plus loin a du travail/des activités en plus, celui qui a besoin qu'on lui explique plus a plus d'explications, celui qui a besoin d'aide pour suivre a la maîtresse à côté de lui, etc.), faire toutes les matières toutes les semaines (le sport ne "saute" pas, l'art pla non plu (et on manipule, on bouge, on peint), laisser choisir son voisin (enfin, si pas de débordement...), etc. Bref, une classe où (j'espère) il fait bon vivre tous ensemble.

Cependant, le côté atelier Montessori, je ne sais pas gérer...C'est sans doute très bien, quand l'enseignant SAIT le faire.  (Testé par mes enfants, c'était du grand n'importe quoi....ils n'ont que très peu appris, le tout dans une atmosphère de classe complètement survoltée...)

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, chableu a dit :

Bonjour,

je vais avoir des maternels en septembre et je bouquine divers ouvrages.

Hier soir, j'en ai potassé un sur la notion de bienveillance dont voici deux extraits...j'aimerais vos avis.

image.png.e4894050bb0b55a4a4595e7915193b57.png

image.png.65ca4198eef8ff8930059c51ba943f2d.png

Les auteurs de cet ouvrage ont-ils déjà eu une classe de maternelle en responsabilité ?

  • Merci 1
  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

Pour le premier extrait, effectivement les idées correspondent à la pédagogie Montessori, MAIS elles représentent vraiment l'OBJECTIF à atteindre dans une classe Montessori, l'idéale, la finalité de tout un travail. Il est impossible de dire à 30 gamins, allez, maintenant vous choisissez tout ce que vous voulez.... C'est tout un apprentissage, et sur des années.

En réalité une classe Montessori est très cadrée. On commence par de petits choix : tu veux faire cette activité ou celle-la? une nouvelle activité ou répéter une activité connue? tu veux la faire avec moi ou tout seul? tu veux la faire aujourd'hui ou demain? Mais cette gestion est un choix pédagogique, indépendant de la bienveillance. Pour moi, la bienveillance est juste le respect de tous: respect du travail, du travail des autres, de l'adulte, de l'enfant. Et on reprend avec fermeté tout comportement irrespectueux, mais sans viser l'enfant (tu est méchant ! 😱) mais le comportement.

  • J'adhère 4
Link to comment
Share on other sites

La bienveillance en maternelle pour moi c'est notamment de préparer les enfants à être élèves de primaire et en tout cas de les mettre en condition pour qu'ils fassent de bonnes études, bonnes études ne voulant pas dire grandes études mais études qui leur permettent de s'épanouir et d'obtenir un travail qui leur plaît et qui les valorise.

"Non" est également un mot bienveillant car il pose les limites qui sont indispensables dans l'éducation d'un enfant.

Si on laisse les élèves choisir, ils le feront par rapport à des choses qu'ils connaissent, et ça les empêchera de se confronter à des choses qu'ils ne connaissent pas ou qu'ils ne connaissent pas.

  • J'aime 1
  • J'adhère 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Bogey a dit :

Si on laisse les élèves choisir, ils le feront par rapport à des choses qu'ils connaissent, et ça les empêchera de se confronter à des choses qu'ils ne connaissent pas ou qu'ils ne connaissent pas.

Bien sûr, il faut que l'enseignant montre et explique chaque activité, et sort les enfants de leur zone de confort pour aller vers de nouvelles activités. C'est pour cette raison que je dis qu'une classe Montessori est très cadrée. En autonomie, l'enfant décide (et encore, le choix est cadré) mais l'enseignant garde la main sur la progression à suivre et la responsabilité de proposer de nouveaux apprentissages.

Les limites, le non, le cadre, et le respect, tout est essentiel à la bienveillance, qui n'est pas le laxisme. Les enfants ont besoin de limites extérieurs qu'ils intériorisent petit à petit, pour finalement, un jour, arriver peut-être à se comporter en classe comme décrit dans le premier extrait... 

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

La bienveillance, pour moi, ce sont déjà des bonnes conditions matérielles. 2 adultes dans des classes de 30 élèves en maternelle, c'est à l'encontre de la bienveillance. Difficile dans ces conditions de répondre au besoin de sécurité affective des enfants.

Etre bienveillant c'est pouvoir s'adapter à chaque enfant (ses besoins, son rythme) tout en ayant des exigences. Pour moi il y a des activités obligatoires et d'autres non, mais l'enfant le sait. Je suis d'accord sur le fait de permettre aux enfants de refaire certaines activités, de parfois pouvoir choisir son niveau de difficulté.

Pour les punitions, nous sommes obligés d'isoler un enfant si besoin. Il y a certains enfants avec qui on ne peut pas se contenter d'une explication, parce qu'ils recommencent juste après... Il y a bienveillance des adultes envers les enfants, mais il faut aussi arriver à mettre en place un climat serein de classe : des enfants bienveillants entre eux. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, Bogey a dit :

 

Si on laisse les élèves choisir, ils le feront par rapport à des choses qu'ils connaissent, et ça les empêchera de se confronter à des choses qu'ils ne connaissent pas ou qu'ils ne connaissent pas.

Voilà. Je comprends maintenant pourquoi certains CE1, quand on lance une activité, demandent "On est obligé ?" 😇

  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Les auteurs sont : un IEN, une PE en maternelle et une CPC.

Ce livre ne parle pas de la pédagogie Montessori.

  • Confus 1
Link to comment
Share on other sites

Voilà pourquoi on a des parents qui remettent en question tout ce qui est fait en maternelle par mes collègues. C'est sur que s'ils lisent ce genre de bouquins ils se sentent autorisés à réclamer tout et n'importe quoi...

Link to comment
Share on other sites

@chableu 

Pour moi la bienveillance c'est donner et poser un cadre et des repères. Re expliquer le cadre si besoin. Valoriser les progrès et les efforts  à l'intérieur de ce cadre. Laisser l'enfant s'exprimer. Et avoir d'autres conditions d'exercices qu'un adulte seul avec 22 enfants dont 2 élèces MDPH lourds en attente d'AESH

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, chableu a dit :

image.png.e4894050bb0b55a4a4595e7915193b57.png

Je pense être une enseignante bienveillante, pour autant il ne me vient pas à l'esprit de laisser un élève choisir tout ça! 

Lui donner du travail adapté, OK, mais les modalités (temps d'apprentissage, en groupe ou pas, etc...) c'est pour moi le boulot de l'enseignant.

Quant à choisir s'il veut faire le travail ou pas... euh... même pas en rêve! :D Autant en PS, je comprends que certains enfants aient du mal à rester assis, accepter le "travail", etc (mais là du coup c'est à nous de trouver les modalités pour que l'enfant entre dans la tâche petit à petit), autant pour les classes d'après, sauf si c'est un enfant à besoins particuliers, il n'aura pas le choix, il devra faire le boulot.

J'ai des cycle 2, mais je pense que j'agirais pareil avec des maternelles.

 

Pour moi la bienveillance c'est surtout porter un regard positif sur chaque enfant, encourager, donner confiance, lui proposer des activités en adéquation avec son âge/niveau, être dans la communication non violente, ne pas mettre d'étiquettes, dissocier l'acte de l'enfant (ex : "tu as menti" et non "tu es un menteur"), travailler sur les émotions pour que chacun apprenne à les exprimer sans blesser les autres, etc...

Pour moi la bienveillance ce n'est pas laisser tout choisir, au contraire, je pense que les enfants ont besoin d'un cadre qui les sécurise.

  • J'aime 2
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, chableu a dit :

Bonjour,

je vais avoir des maternels en septembre et je bouquine divers ouvrages.

Hier soir, j'en ai potassé un sur la notion de bienveillance dont voici deux extraits...j'aimerais vos avis.

image.png.e4894050bb0b55a4a4595e7915193b57.png

image.png.65ca4198eef8ff8930059c51ba943f2d.png

L'enfant-roi, devenu le parent-roi, nos parents d'élèves actuels.

Ne jamais perdre de vue que Maria Montessori a créé ses écoles privées pour des enfants de familles très riches et cultivées qui, de toute façon, avaient leur avenir assuré et on pouvait, dans les familles, rattraper les manques de l'école.

Mettre en application sa pédagogie dans nos écoles publiques, avec des élèves souvent loin de ceux cités plus haut, présente de nombreux risques et, pour les éviter, un travail titanesque des enseignants !

Je n'ai pas l'impression que les enseignants que je connais s'étant lancés là-dedans fournissent un travail titanesque...

Link to comment
Share on other sites

Donc en gros, pour répondre à ta problématique (je comprends que tu auras des cours multiples), pour moi, être bienveillant envers tes GS, c'est leur permettre d'évoluer entre eux, mais avec des règles strictes et des limites leur permettant, malgré la difficulté de la situation, de progresser et de développer leur curiosité.

Link to comment
Share on other sites

L'école maternelle de ma ville fonctionne comme ça...

Sur le papier c'est génial, dans les faits on récupère des CP absolument pas élèves...pas assez de cadre, d'exigences. 

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Goëllette a dit :

Maria Montessori a créé ses écoles privées

Il me semble qu’au contraire Maria Montessori avait créé sa première école dans un quartier pauvre de Rome …pour les enfants de ces familles pauvres.Et qu’elle a travaillé au départ pour les enfants atteints de handicaps mentaux.A confirmer bien sûr.

  • J'aime 3
  • J'adhère 4
Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, orchidée a dit :

Il me semble qu’au contraire Maria Montessori avait créé sa première école dans un quartier pauvre de Rome …pour les enfants de ces familles pauvres.Et qu’elle a travaillé au départ pour les enfants atteints de handicaps mentaux.A confirmer bien sûr.

Oui pour les enfants handicapés et ceux d'ouvriers italiens. Ensuite elle a fui Mussolini pour aller en Inde. Elle serait surement verte de voir que son nom est devenu symbole d'un enseignement de bourgeois trop rarement accessible à ceux qui en ont besoin dans les milieu pauvres. Et pour rappel: la pédagogie Montessorienne est faite pour des groupes multi âge de plus de 30 enfants (avec deux adultes) alors que c'est rarement ce qu'on observe dans le privé hors contrat ou ils sont plutôt une quinzaine. Je suis persuadée qu'à 15 par classe, peut importe la pédagogie, c'est forcément mieux qu'à 28!

  • J'aime 1
  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 32 minutes, Lady Oscar a dit :

Je suis persuadée qu'à 15 par classe, peut importe la pédagogie, c'est forcément mieux qu'à 28!

Ce serait ça le début de la bienveillance...

  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

C'est certain, mais ça ne fait pas tout. La preuve en est le dédoublement des CP, CE1 et maintenant GS.

La première fournée rentre en CM2 cette année et, quand on met en parallèle le coût et les résultats, ils ne sont pas extraordinaires !

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Goëllette a dit :

ce pas extraordinaires 

Ah, oui, quand même !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, orime a dit :

L'école maternelle de ma ville fonctionne comme ça...

Sur le papier c'est génial, dans les faits on récupère des CP absolument pas élèves...pas assez de cadre, d'exigences. 

C'est exactement ce qui est dit ici par les collègues de CP.

Et même dans le cas où la collègue a choisi ses élèves au départ (dont des enfants de collègues) et les a suivis de la PS à la GS.

Link to comment
Share on other sites

Ah la bienveillance en maternelle..

Quand on sait que:

-les parents peuvent refuser l accueil échelonné et que pour une première annee de scolarisation certains font des journées complètes avec périscolaire et cantine..

- Que sous prétexte qu un enfant est en MS ou en GS on décrète de facto qu il n a pas besoin de repos/sieste sans tenir compte des spécificités de chacun.

- Qu on fait subir aux élèves l inclusion à outrance avec des élèves avec de très gros troubles du comportement.

Je ris jaune. La grande majorité des enseignants fait preuve d une bienveillance remarquable. Malheureusement c est la rigidité de l institution qui ne suit pas.

 

  • J'aime 3
  • J'adhère 6
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, orchidée a dit :

Il me semble qu’au contraire Maria Montessori avait créé sa première école dans un quartier pauvre de Rome …pour les enfants de ces familles pauvres.Et qu’elle a travaillé au départ pour les enfants atteints de handicaps mentaux.A confirmer bien sûr.

Tout à fait. Et les objectifs n etaient pas les mêmes que ceux recherchés à l ecole.. Le but recherché était l l'autonomie et la gestion des comportements.. 

Cette méthode est à mon sens un outil parmi d autres pas une fin en soi.

Pour avoir un retour des écoles hors de prix dites Montessori en effet c est un effectif léger bien encadré avec eleves issus des milieux aisés. Que ce soit Montessori ou autre, ça fonctionnerait ( la découverte de l altérité en moins...)

Link to comment
Share on other sites

La bienveillance à l'école pour moi, c'est agir dans l'intérêt de l'enfant. Et ce n'est pas lui laissé tout faire, ne pas lui donner de cadre, ou décider de tout.

Dans ma classe de MS GS les élèves s'inscrivaient aux ateliers du matin, ils choisissaient parmi les 4 proposés celui qu'ils voulaient faire, mais devaient avoir fait tous les ateliers en fin de rotation. L'éducation au choix je trouve que c'est hyper important pour construire des adultes, quand on choisit on renonce forcément à des trucs, ça créé de la frustration à petite échelle. Quand on a été éduqué au choix, c'est plus facile de prendre des décisions quand on est adulte, je trouve.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, pimouss690 a dit :

Quand on sait que:

-les parents peuvent refuser l accueil échelonné et que pour une première annee de scolarisation certains font des journées complètes avec périscolaire et cantine..

Ici c'était l'inverse, on m'avait refusé de garder ma fille le mercredi matin pour alléger sa semaine de PS. :( Les autres jours sauf mon jour off, elle faisait journée complète, pas le choix. :( 

- Que sous prétexte qu'un enfant est en MS ou en GS on décrète de facto qu'il n a pas besoin de repos/sieste sans tenir compte des spécificités de chacun.

Ou à l'inverse on oblige un enfant qui a arrêté les siestes avant 3 ans à aller à la sieste jusqu'en MS...

- Qu'on fait subir aux élèves l'inclusion à outrance avec des élèves avec de très gros troubles du comportement.

+1 :( 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour

enseignante en rep depuis  6 ans dans la même école, j ai fonctionné en ateliers autonomes à 100% l année dernière et ça a révolutionné ma classe et mon métier. Après j ai 24 élèves max et des MS/GS. Sur les 10 GS  4 étaient bons lecteurs et 4 autres dechiffraient, restent 2 en difficulté. La plupart des élèves de GS ont compté jusqu’à 500 sur une frise installée en classe et ont été capables de faire des calculs additifs jusqu a 20 au moins ( parfois plus) 2 élèves de MS sont lecteurs également. Par contre j ai eu plusieurs années de réflexion avant de me lancer, des lectures et du lâcher prise. Je n ai jamais forcé un élève a tel ou tel atelier mais souvent les autres élèves stimulaient par leurs réussites les autres. Le plus compliqué c est pour les élèves en grande difficulté mais ça ne change rien par rapport à des ateliers classiques de mon point de vue et ils ont progressé dans les domaines qui les intéressaient . Le plus important au final n est pas le matériel même s il en faut mais la posture de l enseignant. Une réelle coopération  s est installée entre les enfants cette année non sans mal au début. Ma classe était plus calme que les années précédentes. Par contre il faut établir des règles dès le départ et s’y tenir ( travail max a 2 ou seul pour certains ateliers) 3 ou 4 pour certains jeux de société et on range si ça se passe mal..donc l élève ne fait pas comme il veut non plus...franchement je suis prête à partager mon expérience car c est génial 😅😉

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, lolo971 a dit :

Bonjour

enseignante en rep depuis  6 ans dans la même école, j ai fonctionné en ateliers autonomes à 100% l année dernière et ça a révolutionné ma classe et mon métier. Après j ai 24 élèves max et des MS/GS. Sur les 10 GS  4 étaient bons lecteurs et 4 autres dechiffraient, restent 2 en difficulté. La plupart des élèves de GS ont compté jusqu’à 500 sur une frise installée en classe et ont été capables de faire des calculs additifs jusqu a 20 au moins ( parfois plus) 2 élèves de MS sont lecteurs également. Par contre j ai eu plusieurs années de réflexion avant de me lancer, des lectures et du lâcher prise. Je n ai jamais forcé un élève a tel ou tel atelier mais souvent les autres élèves stimulaient par leurs réussites les autres. Le plus compliqué c est pour les élèves en grande difficulté mais ça ne change rien par rapport à des ateliers classiques de mon point de vue et ils ont progressé dans les domaines qui les intéressaient . Le plus important au final n est pas le matériel même s il en faut mais la posture de l enseignant. Une réelle coopération  s est installée entre les enfants cette année non sans mal au début. Ma classe était plus calme que les années précédentes. Par contre il faut établir des règles dès le départ et s’y tenir ( travail max a 2 ou seul pour certains ateliers) 3 ou 4 pour certains jeux de société et on range si ça se passe mal..donc l élève ne fait pas comme il veut non plus...franchement je suis prête à partager mon expérience car c est génial 😅😉

Je veux bien en savoir plus sur ton organisation et le reste.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, lolo971 a dit :


Sur les 10 GS  4 étaient bons lecteurs et 4 autres dechiffraient, restent 2 en difficulté. La plupart des élèves de GS ont compté jusqu’à 500 sur une frise installée en classe et ont été capables de faire des calculs additifs jusqu a 20 au moins ( parfois plus) 2 élèves de MS sont lecteurs également. 

Je rebondis car c est une réflexion que je me fais depuis 2 ans: faut il pousser les élèves jusqu à la lecture?

En tant que maman, lors du confinement j ai volontairement arrêter ma progression à la maison pour éviter que mon enfant ne soit lecteur à l entrée du Cp. Le principe alphabétique était compris, il déchiffrait des syllabes simples.

Idem pour mes eleves, volontairement ma progression s'arrête à cette compréhension du principe alphabétique.

Dans les 2 cas, pour connaître les attendus du CP puis du CE1, ma crainte est une démotivation des élèves. Sachant que la Periode 1 et 2 au CP cela reste très basique et que le ce1 n est ni plus ni moins qu une redite approfondie du cp.

Que faire des ms  lecteurs hormis les sauts de classe? Idem pour le programme de maths qui est très léger jusqu'au CE2 pour les gs.

Niveau évaluation sur le papier c'est sympa mais combien de gosses ayant sauté des classes j ai retrouvé en CM complètement largué émotionnellement?

Le confinement de 2020 en rep+ par  chez moi a fait que certains ps déchiffrent: forcément les parents leur ont fait la classe comme en élémentaire. 

Link to comment
Share on other sites

Le soucis c'est que les programmes ne sont pas très riches. Comme tu dis en maths, la numération jusqu'à 1 000 pour les bons élèves ça pourrait être plié en 4 à 6 mois, mais ils doivent y passer 3 ans...

Pas facile de différencier pour les très bons je trouve...

Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, pimouss690 a dit :

Le confinement de 2020 en rep+ par  chez moi a fait que certains ps déchiffrent: forcément les parents leur ont fait la classe comme en élémentaire. 

Je confirme qu'ici aussi, en REP+, contrairement à ce qui est raconté partout, le 1er confinement a été souvent bénéfique, les parents s'occupant davantage de leurs enfants et davantage de parents s'occupant de leur progéniture au moins un peu.

Peut-être pas en PS quand même pour la lecture ...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...