Jump to content

Education "bienveillante" et problèmes de comportement


ronue
 Share

Recommended Posts

Bonjour. 

Cela fait plusieurs fois que je discute avec des parents d'enfants très difficiles qui prônent l'éducation "bienveillante". 

Malheureusement, en classe, ces enfants n'ont aucune règle, cherchent constamment le cadre, ne travaillent pas du tout. Bref, un carnage. 

Je connais peu ce type d'éducation (Est-ce que l'éducation peut être malveillante ?). Y a t'il quelque chose qui n'aurait pas été compris dans le message par les parents ? 

C'est dommage, je constate que ces enfants n'ont a priori aucun handicap et ils s'enlisent car sont anxieux, inattentifs, caractériels etc. 

 

Je vous remercie d'éclairer ma lanterne car j'imagine que ce type d'éducation comporte des cadres tout de même, ne serait-ce que pour "sécuriser" l'enfant. 

Link to comment
Share on other sites

J'ai envie de te dire ...... bon courage ! Je pense que beaucoup de famille ont mal intégré le concept, et que cela fait des dégâts.

J'ai subi ça l'an dernier. Enfant de CM1 insolent et irrespectueux. Lorsque j'ai abordé le sujet avec les parents, la seule réponse a été .....de la consoler (parce que mes propos le blessait).

Lorsque je signalais ses débordements dans le cahier de liaison, la réponse était toujours ambiguë : ils me mettaient en cause... mais pas frontalement. Sous forme d'interrogation, ou "pour le bien être de J.....". Bref ! je trouvais ça assez pervers comme attitude.

J'ai survécu en me disant que, moi, je n'avais l'élève qu'un an. Eux, c'est pour la vie. Ils ne se rendent pas compte que c'est à l'enfant  qu'ils font du mal (enfant très intelligent et attachant par ailleurs).

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Chakana a dit :

J'ai envie de te dire ...... bon courage ! Je pense que beaucoup de famille ont mal intégré le concept, et que cela fait des dégâts.

J'ai subi ça l'an dernier. Enfant de CM1 insolent et irrespectueux. Lorsque j'ai abordé le sujet avec les parents, la seule réponse a été .....de la consoler (parce que mes propos le blessait).

Lorsque je signalais ses débordements dans le cahier de liaison, la réponse était toujours ambiguë : ils me mettaient en cause... mais pas frontalement. Sous forme d'interrogation, ou "pour le bien être de J.....". Bref ! je trouvais ça assez pervers comme attitude.

J'ai survécu en me disant que, moi, je n'avais l'élève qu'un an. Eux, c'est pour la vie. Ils ne se rendent pas compte que c'est à l'enfant  qu'ils font du mal (enfant très intelligent et attachant par ailleurs).

Peut-être y a t'il moyen de leur sortir une publication sur le sujet ou que sais-je encore pour leur montrer qu'ils ont mal interprété le truc ? 

Link to comment
Share on other sites

Donner un cadre, construire des règles de fonctionnement qui sécurisent les élèves, savoir dire : « Non » quand c’est nécessaire... C’est une éducation bienveillante. 😉

  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

D'après mon expérience, ce genre de parents, très investis dans l'éducation, à l'affut des courants pédagogiques, sont difficiles à convaincre. Par contre, si toi, tu veux un cours, ils t'expliqueront volontiers tous les bienfaits de la démarche.

Dans mon cas, ce qui me gênait le plus, c'était que l'adulte doit justifier toutes ses décisions devant l'enfant, que l'on doit recueillir l'adhésion de l'enfant dès qu'on propose quelque chose...

J'ai en mémoire les propos d'un super collègue "maître G" de RASED : il me disait que l'enfant a besoin d'un cadre. C'est sécurisant pour lui de sentir ces contraintes : un peu comme un cocon. Avoir trop de liberté et de pouvoir de décision, à 8-9 ans... ça peut être angoissant (d'où les pbs de comportement).

Bon ! Ce n'est que mon point de vue.

Il peut aussi y avoir des parents juste "dépassés" par leur rejeton, n'osant pas poser de limites de peur de perdre l'amour de leur progéniture. Et ceux là seront plus attentifs à tes remarques.

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Breizhonig a dit :

Tu peux lire et/ou leur conseiller La discipline positive de Jane Nelsen : elle explique que bienveillance rime avec fermeté pour ne pas tomber dans le laxisme.

Merci. Je regarde. 

Link to comment
Share on other sites

Je pense que beaucoup de parents loupent le moment où il pourraient commencer à mettre des limites. Du coup, on a des petits de 2 ou 3 ans qui hurlent dans les magasins ou les salles d'attente, qui touchent à tout, et qui n'en font qu'à leur tête. Quand je vois un parent obligé de parlementer, de promettre des bonbons, des cadeaux pour qu'un enfant qui marche à peine quitte une balançoire quand c'est l'heure de rentrer, je suis effarée. S'ils avaient mis des limites à temps, un simple froncement de sourcil suffirait.

Beaucoup de parents pensent que tant que le bébé ne parle pas, il ne comprend pas. C'est évidemment une erreur. 

J'ai eu beaucoup d'élèves enfants-rois. Je ne pense pas qu'il y ait eu parmi eux des enfants de parents lisant des livres sur l'éducation ou ayant entendu parler d'éducation bienveillante. 

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Je suggèrerai volontiers aux parents de lire les différents dictionnaires un travail sur les synonymes et de faire de l’étymologie.

Disposition d'esprit inclinant à la compréhension,

Disposition favorable à l'égard de qqn.

 

Bien     Sans faille, tout le temps, régulièrement ,....

Veiller    Etre présent, surveiller, garder le cap, ....
 

 Ne pas associer   "non" et malveillance ...

 

Les faire parler sur leur positionnement de parents/ C'est être malveillant que de demander à un enfant d'être adulte ...

Les enfants sont des enfants, ils ont des besoins d'enfants.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, ronue a dit :

 (Est-ce que l'éducation peut être malveillante ?).

Un peu HS, mais ayant beaucoup fréquenté des milieux chrétiens qu'on pourrait qualifier d'intégristes, oh oui, l'éducation, ça peut être malveillante. Les maltraitances physiques pour enseigner "l'obéissance rapide, joyeuse et complête", les gamineries d'enfants décrites comme étant une conséquence du péché originel (vous imaginez les actions que ce genre d'état d'esprit engendre). Et d'ailleurs dans mon expérience ça peut faire des enfants très durs en classe car ils ne respectent que ce qu'ils craignent, et, forcément, les enseignants n'ont pas (et c'est heureux !) de force brute. Alice Miller parlait de pédagogie noire : https://apprendreaeduquer.fr/sortir-pedagogie-noire-alice-miller/  

et puis à l'inverse une éducation qui ne pose pas de cadre, qui n'apprend pas la frustration, n'est-elle pas malveillante aussi ? Elle ne permet pas de mettre en place les défenses psychiques nécessaires pour affronter la vie d'adulte et en société. C'est aussi une forme de maltraitance

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Chakana a dit :

J'ai survécu en me disant que, moi, je n'avais l'élève qu'un an. Eux, c'est pour la vie. Ils ne se rendent pas compte que c'est à l'enfant  qu'ils font du mal (enfant très intelligent et attachant par ailleurs).

C'est ce qu'on se disait, à mes débuts (et aux débuts de cette "éducation"), mais on voit bien que, malheureusement, rares sont les parents qui doivent assumer les conséquences de l'éducation qu'ils ont donnée à leurs enfants.

Il y a 12 heures, borneo a dit :

Je pense que beaucoup de parents loupent le moment où il pourraient commencer à mettre des limites. Du coup, on a des petits de 2 ou 3 ans qui hurlent dans les magasins ou les salles d'attente, qui touchent à tout, et qui n'en font qu'à leur tête. Quand je vois un parent obligé de parlementer, de promettre des bonbons, des cadeaux pour qu'un enfant qui marche à peine quitte une balançoire quand c'est l'heure de rentrer, je suis effarée. S'ils avaient mis des limites à temps, un simple froncement de sourcil suffirait.

Exactement.

D'ailleurs, je peux le vérifier régulièrement.

Ma mère avait coutume de dire que les parents de son époque (début de l'enfant-roi) agissaient à l'envers, permettant tout aux moins de 3 ans y compris lorsqu'ils se mettaient en danger (prises de courant, feu, ...) en parlementant et, ensuite, incapables de gérer leur progéniture, étaient tentés, sous le coup de la colère, de leur donner des gifles.

Je n'ai jamais frappé d'enfant mais je pense que le "non" (l'apprentissage de la frustration) et le cadre sont indispensables et font partie de l'éducation.

Link to comment
Share on other sites

Le 12/09/2021 à 18:29, ronue a dit :

Je ne trouve pas que cet article décrit vraiment une éducation bienveillante mais plutôt une tendance vers l'enfant roi... Ca me désole de voir des avis tels que celui-ci, que l'on n'adhère pas à un concept qui devrait être, à mon avis, à la base de toute relation humaine. 

La fermeté, le cadre sont bienveillants, tant qu'il y a du respect, du soutien, de l'encouragement, des solutions, et que les besoins de toutes les parties soient prises en compte. Ne pas oublier que dans 'discipline positive' il y a 'discipline'. Je recommande également le livre de Jane Nelson. Beaucoup d'outils pour cadrer les enfants de façon ferme et bienveillante.

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...