Jump to content

Elèves de CP en grandes difficultés mathématiques


cath056
 Share

Recommended Posts

Help !

Je ne sais plus par quel bout prendre deux de mes élèves de CP, qui ne sont toujours pas capables de trouver combien font 5+2 par eux-mêmes  :sad:

L'un : attend que je vienne voir, puis est capable de trouver si on a du matériel et trois minutes devant nous (je n'exagère pas au niveau de la durée). Si ensuite je demande de chercher 5 - 2, il va de nouveau ajouter 2 :bye2:. Ou si on commence par une soustraction, il va continuer d'enlever même si on passe à une addition après (et même si je dis "attention on a changé de signe, regarde bien, quand c'est le signe + on ajoute")

Sans matériel ou sans dessiner pour représenter les quantités, c'est impossible pour l'instant. 

Des idées pour varier un peu l'activité ? On est sur la même chose depuis le début de l'année, je n'en peux plus !

Et des idées pour qu'il puisse un peu avancer en autonomie ?? 

 

L'autre : juste avant les vacances, n'était plus capable de me lire le nombre 5... Il ne savait plus comment on disait ce nombre. 

Il n'est pas capable d'écrire 7 en chiffres si je lui dit 7. 

Sinon, il a compris comment faire pour ajouter, il a un petit camion pour représenter le chariot de Picbille et il met bien les jetons dedans (quand il ne se trompe pas en dénombrant). Mais si je ne suis pas là, il ne fait que jouer avec le camion. 

Soustraire, je n'ai pas du tout essayé avec lui. 

Des idées pour qu'il mémorise les noms des chiffres ? Pour qu'il fasse quelque chose en autonomie ?? (Il a une histoire compliquée, de gros soucis psychologiques)

 

Le problème c'est que je ne peux pas leur consacrer autant de temps que je le voudrais, car j'ai aussi un groupe de GS, et un élève de niveau MS qui doit être orienté en ULIS (et puis, ben tous les autres CP quoi !)

Link to comment
Share on other sites

 Cath056 Lui faire suivre le programme de maths de GS il y a notamment une séquence ajouter ou retirer à 5 dans le manuel acces GS qui reprend la construction des nombres de 5 à 10 à partir de 5. C'est pas mal fichu ... Après je n'y connais pas grand chose en CP donc pas sûre que ca fasse avancer le schlimblick

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, cath056 a dit :

Et des idées pour qu'il puisse un peu avancer en autonomie ?? 

Jouer au jeu de kim avec un camarade.

Il y a 4 heures, cath056 a dit :

Des idées pour qu'il mémorise les noms des chiffres ?

Coller des post-it avec des chiffres un peu partout dans la classe et les placer dans la boîte contenant la quantité correspondante.

Link to comment
Share on other sites

Pour celui qui a des difficultés avec les opérations, tu peux peut-être proposer un travail où on ne demande pas d'effectuer le calcul mais où on propose des égalités en demandant si elles disent la vérité ou si ce sont des mensonges.

5=7            3+2=2+3          4+1=5         5+2=7…

Si c'est en travail individuel autonome, il est possible de vérifier après chaque affirmation si on a prévu correctement en réalisant les deux collections avec des cubes emboitables : si on obtient deux barres de la même longueur, la phrase est vraie.

 

Travailler à partir de l'observation des constellations du dé pour montrer que certaines égalités se voient, sans avoir du tout besoin de compter. par exemple on voit sur ces dessins que 5 = 3+2 ou que 10 = 6+4   346425805_Sanstitre.jpg.7401af1acbd8d3baa8bdbcb028ebe5ad.jpg

 

 

Pour celui qui a du mal avec les chiffres, reconstituer la file numérique de la façon suivante :

Il dispose d'une bande avec des cases vides où il devra disposer les cartes nombres dans l'ordre. la bande a juste autant de case qu'il a de cartes. Les cartes sont en pile à l'envers et il doit les prendre une à une et les placer dans la bonne case. Si la carte 6 est la première de la pile, il doit donc la placer dans la sixième case sans avoir d'autres repères.Quand une carte est placée, il n'a plus le droit de la bouger.

Il peut observer une file numérique de référence autant qu'il le veut avant de commencer et doit vérifier à la fin si la file qu'il obtient et le modèle sont conformes. S'il ne réussit pas du premier coup, il peut remettre les cartes en tas et recommencer. On peut lui laisser choisir la longueur de la file à reconstituer, le défi étant de réussir avec une bande de plus en plus longue

 

 

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

Bonjour Cath056,

Pour le premier élève qui ne semble pas différencier le "+" et le "-", peut-être faudrait-il revenir sur la traduction des lignes de calcul sans nécessairement lui faire trouver les résultats.

Avec mes élèves, lorsque j'introduis les additions et les soustractions, je leur explique que nous devons lire chaque ligne de calcul en "langage mathématique" puis que nous devons impérativement  en faire la traduction en français. Systématiquement, je leur demande les 2 lectures successives avant d'envisager une stratégie de calcul et une recherche du résultat.

Par exemple, avant d'effectuer 5+2 = , ils doivent tout d'abord me lire l'opération en langage mathématique ("cinq plus deux égal"), puis ils doivent obligatoirement me traduire l'opération en français ("j'en ai cinq et j'en rajoute deux, cela me donne"). 

Il faut bien évidemment travailler sur les termes "ajouter" et "enlever".

Si ça t'intéresse, voici 2 de mes capsules qui insistent sur cette double lecture des lignes de calcul et sur l'explication des termes "ajouter" et "enlever".

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Je viens de regarder la vidéo sur l'addition… il me semble qu'elle introduit toutes les difficultés dont on s'étonne quand les enfants doivent résoudre de petits problèmes posés à l'aide d'un texte.

Quand on ajoute une olive à trois olives sur une pizza, on ne fait pas une addition, on place une olive.

En revanche on fait une addition si on cherche à savoir combien il y a d'olives en tout après cet ajout.

Ce n'est pas du pinaillage : 4+2 est un nombre, ce n'est pas une action. C'est le nombre d'objet qu'on obtient si on en a 4 et encore 2.

Par ailleurs, le signe = est présenté comme introduisant le résultat d'un calcul… ce qui est mathématiquement faux. Si c'était le cas, des phrases mathématiques comme 4+2 = 2+4 n'auraient pas de sens… or cette phrase décrit une vérité fondamentale :  4 objets et encore 2 objets, c'est autant que 2 objets et encore 4 objets. Une vision statique (l'observation des constellations du dé par exemple) rend cette vérité évidente.

Comment s'étonner après ce genre d'introduction que les élèves écrivent une addition dans un problème où un personnage ajoute quelque chose… c'est ce qu'on leur a explicitement enseigné !

Par exemple, Paul a 4 bonbons dans sa poche. Il ajoute deux bonbons dans sa poche et il en a maintenant 6. Combien de bonbons a-t-il ajoutés ?     4+6 bien sur puisque le signe + traduit le fait d'ajouter des choses.

Si on veut absolument baser l'addition sur le fait d'ajouter quelque chose, il faudrait faire une distinction claire entre les personnages de l'histoire et la personne qui calcule. Ce n'est pas parce que le personnage ajoute quelque chose que le calculateur le fait mais la distinction est difficile à clarifier à ce niveau.

Je donne le problème qui suit pour illustrer mon propos, je ne propose pas de le poser en CP :

Pierre a 15 images dans son cahier. Il  enlève deux images parce qu'elles sont très abimées. Il en enlève encore 3 autres images pour les donner à un amis. Comvien d'images a-t-il enlevées ?.

On pourrait dire que la personne qui calcule prend en compte les deux images abimées puis qu'il y ajoute les 3 images données… mais c'est un peu tordu et c'est bien plus compliqué que de constater qu'il a enlevé 2 images et encore 3 images…

Je trouve ça d'autant plus regrettable que pour la soustraction ( je n'ai pas regardé la vidéo) je ne connais pas de formulation aussi simple que "et encore" pour l'addition. On est donc conduit à choisir entre des formulations difficiles comme "je compte ceux-ci mais pas ceux-la" ou "je compte ceux-ci sauf ceux-la" et une formulation plus simple s'appuyant sur l'idée d'enlever mais avec toutes les ambigüités signalées ci-dessus.

Donc, faisons simple et vrai pour l'addition puisque c'est possible.

Le 12/02/2022 à 12:48, MonCP a dit :

Par exemple, avant d'effectuer 5+2 = , ils doivent tout d'abord me lire l'opération en langage mathématique ("cinq plus deux égal"), puis ils doivent obligatoirement me traduire l'opération en français ("j'en ai cinq et j'en rajoute deux, cela me donne"). 

 

Il ne suffit pas à mon avis d'imposer la répétition d'une formule rituelle pour que les élèves comprennent. Certes cette répétition permet probablement de réussir cet exercice (effectuer de petites opérations hors contexte) mais à quel prix ?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...