Jump to content
Sign in to follow this  
ode

Quand un élève refuse de travailler ...

Recommended Posts

ode

Après un super remplacement long, je vais de nouveaux faire des remplacements ponctuels jusqu'à mai.

J'aimerais savoir ce que vous faites quand un élève (ou plusieurs ) élève(s) refuse(nt) de se mettre au travail.

J'ai déjà eu ce problème et quand on est là pour peu de temps, l'emprise est difficile. J'avoue que jusqu'à présent je ne m'occupais pas de ceux qui ne voulaient pas travailler (mea culpa...mais pas envie de me prendre la tete avec des petits c*** pour deux jours ) -j'en vois déjà qui vont ouvrir des yeux comme ça :huh: -

Merci de vos lumières ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
aline57

chère collégue,

non je n'ai pas ouvert les yeux "comme ça"!

je sais que c'est pas toujours facile d'avoir ce statut de remplaçant!

Et encore j'ai fait que des remplacements long jusque là!

Je susi t1 et j'ai pas encore bcp d'expérience, mais, quand ça m'arrive d'avoir un élève qui ne veut pas travailler, j'essai de le prendre par les sentiments, de discuter. Enfin ça c'est avec les élèves gentils, mais en blocage!

Pour les autres, je sais pas encore vraiment comment faire. Peut etre que selon les matière ces élèves seront plus ou moins intéressés, et que tu trouveras une matière où ils auront envie de s'investir, il y en a toujours, c'est dans ces moments là qu'il faut les valoriser je pense! Mais bon, tu sais peut etre déjà tout ça...

bon courage en tous cas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

Nos meilleurs amis ont un fils qui est en CE1. Les parents sont plutôt brillants (ingénieurs tous les deux), le genre à suivre de près la scolarité de leurs enfants.

Et Nathan, en début d'année, a complètement arrêté de travailler. Il ne faisait rien. N'apprenait rien. Même en classe, il n'appliquait pas les consignes.

Il avait eu au CP de grosses difficultés en lecture. Suivi toute l'année par une orthophoniste, sans grands résultats.

Les parents ont sévi, la maitresse aussi. Rien n'y a fait. Il disait à sa maman "je suis nul, tu sais" :(:idontno: .

Et puis à la Toussaint la maman a décidé de changer d'orthophoniste. Laquelle a décelé tout un tas d'autres troubles que la première n'avait visiblement pas travaillés.

Nous sommes partis avec lui en vacances de février. Nathan a non seulement retrouvé le gout du travail, mais il est en tête de classe. En quelques mois de rééducation adaptée, et de valorisation de ses compétences (il se trouve qu'il a toujours été brillant en maths, mais c'était complètement masqué par ses difficultés en lecture) il a retrouvé la motivation.

Je ne crois pas du tout au concept de l'enfant fumiste qui n'est pas curieux et ne veut rien faire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ode
Je ne crois pas du tout au concept de l'enfant fumiste qui n'est pas curieux et ne veut rien faire.

Détrompe toi il y en a !!! Et avec tous mes remplacements, j'en ai vu ...certains, moins ils en font et mieux ils se portent. Et quand c'est un remplaçant ben il y en a qui cherche le conflit par cette attitude.

La méthode de la discussion ça peut passer avec des gamins conciliants mais faut être réaliste et se dire que tous les enfants ne sont pas des anges ou sont des gamins en souffrance.

Perso, ceux qui cherchent le conflit, j'ai pas envie de me "battre " avec eux, paske de toutes façons, ils te poussent à bout, ils s'en foutent royalement, t'as pas de pression sur eux! Ils ne craignent pas les punitions et encore moins les réprimandes... C'est pour ceux là que je cherche des solutions...si certains ont des tuyaux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
nougamiel

Je te comprends bien Ode et je compatis.

MAlheureusement je n'ai pas de solution non plus.... :wub:

Share this post


Link to post
Share on other sites
azerty

Même en ayant une classe à l'année, quelle emprise veux-tu avoir sur un enfant qui s'en fout :huh:

J'en ai un comme ça, ils ne fait rien ou si peu; je ne peux pas l'obliger à travailler; je le rappelle à l'ordre pour qu'il prenne son cahier, puis son stylo, je l'invective à écrire mais à moins d'être à côté de lui pour lui "mettre la pression" à chaque seconde afin qu'il ne relève plus son stylo de la feuille :P

Il ne s'intéresse à rien, n'a l'air d'avoir aucune passion; je lui rend un contrôle où il a eu 1/20, ça ne lui fait ni chaud ni froid; je mets des mots dans son cahier pour interpeller les parents , ils me répondent de l'obliger à travailler :o Ah oui et comment? :D

La grand-mère est venue me parler car elle s'inquiètait pour ces 2 petits-enfants (ben oui le grand frère est pareil), au fil de la conversation, j'en ai déduit que ces enfants étaient tellement gâtés qu'ils n'avaient pas le temps de désirer quoi que ce soit, tout tombait tout cru sans qu'ils aient à faire le moindre effort,pas le temps d'avoir la moindre envie, ils n'ont même pas à demander. Forcément tout devient fade, et ça ne leur apprend pas le gout de l'effort...

J'essaie d'éveiller chez lui quelques intérêts mais en vain jusque là :(

Share this post


Link to post
Share on other sites
pseudo-06-08-06

J'entends vos réflexions, Ode, Azety...Une question à Ode: tu es titulaire mobile, cela veut-il dire que tu l'as choisi? Les titulaires qui ont choisi les remplacements apprecient le changement et la gratification que ce travail leur apporte. Pourquoi?

Une remplaçante, pour pouvoir faire travailler les élèves, doit se faire accepter par eux.. et en deux jours, ce n'est pas facile... c'est vrai qu'en apparence, certains peuvent passer pour de petits c.... et avec leur titulaire être absolument participants sans problèmes, actifs, etc...

Je pense que l'approche d'une remplaçante doit être différente.C'est quelqu'un qui passe. Il me semble que tout doit se jouer sur les premières minutes: Saisir son auditoire. Parler aux élèves. Leur demander de faire le lien avec leur titulaire.: Qu'est ce qu'ils ont fait, où ils en sont, que vat-on travailler avec eux?..les mettre en projet. Leur dire qu'ils vont faire ceci et cela et qu'ils pourront montrer au ( à la ) titulaire ce qu'ils ont fait. Leur dire que leur maître(sse) sera content(e) de leur travail.

En ce qui concerne l'enfant qui ne veut rien faire... (trop gâté, dit Azerty), il ne faut pas se fier à l'apparence.

Pas faire comme les autres, oui, mais faire autrement....Je n'ai jamais rencontré d'enfant qui ne veuille rien faire. Ce n'est pas dans la psychologie de l'enfant. Et la fumisterie est un trait de caractère d'adulte, pas d'enfant. Il ne faut pas s'arrêter là mais chercher ce qui peut être changé pour aménager une ouverture.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari
En ce qui concerne l'enfant qui ne veut rien faire... (trop gâté, dit Azerty), il ne faut pas se fier à l'apparence.

Pas faire comme les autres, oui, mais faire autrement....Je n'ai jamais rencontré d'enfant qui ne veuille rien faire. Ce n'est pas dans la psychologie de l'enfant. Et la fumisterie est un trait de caractère d'adulte, pas d'enfant. Il ne faut pas s'arrêter là mais chercher ce qui peut être changé pour aménager une ouverture.

Je suis d'accord avec ça. L'enfant "trop gâté", c'est exactement ce qu'a entendu la maman de Nathan dont je parlais ci-dessus. C'est vrai que ses parents sont très aisés et que l'enfant ne manque de rien. Mais en faisant ce diagnostic facile, la maîtresse avait tout faux :(

"trop gâté", àa ressemble à une sentence définitive, à une condamnation irrévocable, à une capitulation. Comme si l'enfant était blond, grand, yeux bleus et fumiste.

Heureusement que Nathan avait des parents très investis, qui ont beaucoup soutenu leur enfant, ont vite réalisé qu'il fallait sortir du discours "il est paresseux, il faut le gronder, le forcer, le punir" pour lui redire combien ils avaient confiance en lui, qu'ils allaient l'aider, qu'ils étaient surs qu'il y arriverait

Et heureusement que la seconde orthophoniste a su décoincer ce petit bonhomme qui s'enfonçait... La maîtresse dit qu'elle ne reconnait plus Nathan, maintenant qu'ils s'est remis au travail, et pourtant ses parents ne le gâtent pas moins :idontno:

Share this post


Link to post
Share on other sites
aure17lie

Nous avons un "cas" similaire dans notre école en ce moment. Il s'agit d'un enfant qui fait un blocage total face au travail.Il peut passer des journées entières à regarder le mur, jouer avec son crayon ....nous avons tout essayé avec mes collegues, le faire travailler en petit groupe, individuellement, nous avons beaucoup discuté avec lui, avons été très sévères , "jouer" plus avec l'affectif mais RIEN!!!!!

nous avons bien sûr fait une équipe éducative pour cet élève mais cela n'a pas abouti à grand chose. On nous a juste dit "bon courage!!! ; laissez le au fond de la classe et puis c'est tout! :huh::ninja: ".

Cet après midi , j'ai eu l'occasion d'en parler avec une de mes collegues de l'an dernier (spécialisée en AIS) et on a reparlé de Serge Boimare (auteur de "l'enfant et la peur d'apprendre"). Et il est vrai que cet enfant correspondrait à sa définition de ces enfants en difficulté! ce sont des enfants qui psychologiquement ne peuvent pas apprendre, ils ont tellement de craintes qui les hantent qu'ils en sont incapables... Ainsi lorsqu'ils refusent de travailler, c'est leur moyen à eux de nous destabiliser et de voir nos faiblesses à nous. Cela les rassurait en quelque sorte de nous voir impuissants vis à vis d'eux et de leurs attitudes. bref tout cela pour dire qu'il y a beaucoup de cas différents : les enfants qui ne peuvent pas apprendre , les enfants qui sont fainéants :P ..

Parfois leur détresse ne se voient pas forcément. Il faut savoir la déceler et s'adapter.

Nous faisons comme nous pouvons. :blush:

Share this post


Link to post
Share on other sites
ode

Oui j'ai choisi d'être titulaire mobile pour plusieurs raisons, je parle en mon nom et pas en général.

Je l'ai souvent dit ici, cela permet de voir tous les niveaux, de nombreuses méthodes, de piocher le meilleur partout, de découvrir des équipes et c'est une formation tres enrichissante d'être TR, bien plus que l'IUFM. cela permet de voir le pire comme le meilleur et ne pas rester dans l'utopie et le bel univers qu'on nous raconte en PE1/2. J'ai également choisi cela pour l'aspect financier et je ne m'en cache pas. J'avais un crédit immo sur le dos et faut bien avouer que l'ISSR permet de bien arrondir les fins de mois.

J'apprécie le changement c'est vrai jusqu'à une certaine limite...je ne suis pas là pour me prendre la tete...le changement oui , dejà qu'il faut revetir plusieurs casquettes meme en poste fixe....le changement tout l e monde l'a à plus ou moins longue echeance...d'une année à l'autre meme dans la meme ecole on peut passer de l'enfer au paradis et vice versa...

quant à la gratification des TR , à part financière je vois pas....

L'approche doit etre differente je suis d'accord, mais en meme temps en deux jours difficile de partir sur du projet, encore plus difficile quand on vient pour un jour ou une demi journée et qu'on ne sait pas si le remplacement sera reconduit.

Saisir son auditoire, c'est possible, faisable mais pas toujours...

sans doute que c'est parce que j'ai peu d'experience mais sur le court terme il me semble vraiment impossible de faire prendre la mayonnaise pour un gamin qui est dejà dans l'optique de nous faire galerer et douter.peut etre suis je trop pessimiste?(realiste?)

depuis combien de temps enseignes tu amstramgram? tu n'as jamais rencontré d'enfant qui ne veut rien faire? tu as bien de la chance...moi j'en ai eu, parfois un, deux dans une classe, parfois c'est la classe qui se met en tete de ne rien faire et ce, simplement paske le conflit avec l'adulte qui est de passage les excite au plus au point, ils y prennent un plaisir mesquin et dominateur. Je n'ai pas d'à priori sur les types de classes, j'ai eu ce genre de probleme en ZEP avec des cas isolés et dans un RPI à 12 CE2 CM1 CM2 en pleine campagne...

en ecrivant je me rends compte que ma question porte sur deux possibilités :

- les gamins qui s'amusent du conflit avec l'adulte et qui testent les limites

- les flemmards (certains c'est un baobab qu'ils ont dans la main)

pour moi j'avoue que j'ai l'impression qu'il n'y a pas de solution sur le court terme.chercher ce qui peut etre changé et aménager....tu trouves le temps quand en moins de deux jours?

Merci de ton message aure17lie ça me reconforte et vois ke je suis pas seule ...à me sentir impuissante face à cela

Share this post


Link to post
Share on other sites
azerty

En ce qui concerne l'enfant qui ne veut rien faire... (trop gâté, dit Azerty), il ne faut pas se fier à l'apparence.

Pas faire comme les autres, oui, mais faire autrement....Je n'ai jamais rencontré d'enfant qui ne veuille rien faire. Ce n'est pas dans la psychologie de l'enfant. Et la fumisterie est un trait de caractère d'adulte, pas d'enfant. Il ne faut pas s'arrêter là mais chercher ce qui peut être changé pour aménager une ouverture.

Je suis d'accord avec ça. L'enfant "trop gâté", c'est exactement ce qu'a entendu la maman de Nathan dont je parlais ci-dessus. C'est vrai que ses parents sont très aisés et que l'enfant ne manque de rien. Mais en faisant ce diagnostic facile, la maîtresse avait tout faux :(

"trop gâté", àa ressemble à une sentence définitive, à une condamnation irrévocable, à une capitulation. Comme si l'enfant était blond, grand, yeux bleus et fumiste.

Heureusement que Nathan avait des parents très investis, qui ont beaucoup soutenu leur enfant, ont vite réalisé qu'il fallait sortir du discours "il est paresseux, il faut le gronder, le forcer, le punir" pour lui redire combien ils avaient confiance en lui, qu'ils allaient l'aider, qu'ils étaient surs qu'il y arriverait

Et heureusement que la seconde orthophoniste a su décoincer ce petit bonhomme qui s'enfonçait... La maîtresse dit qu'elle ne reconnait plus Nathan, maintenant qu'ils s'est remis au travail, et pourtant ses parents ne le gâtent pas moins :idontno:

Je n'ai nul envie de cataloguer l'enfant en question, c'est juste en discutant avec sa mamie pour essayer de comprendre pourquoi il ne travaille pas alors qu'il est trés bon en math par exemple que nous sommes toutes les deux arrivées à cette pseudo conclusion. Peut-être fausse du reste ;) De toute façon qu'il soit gâté ou pas ne change rien, je ne suis pas là pour juger les enfants ni les parents et leur éducation. C'est juste un fait qui peut expliquer son manque total d'envie de quoi que ce soit. Trouvez vous normal qu'un enfant de 8/9 ans soit passif devant tout, dise ne rien aimer, n'avoir aucune passion, ne s'intéresse à rien? :huh:

Moi j'ai envie de susciter chez lui de l'intérêt: l'envie d'apprendre par exemple :P

Share this post


Link to post
Share on other sites
ode

si on résume les pistes....ça donne quoi? :P

Share this post


Link to post
Share on other sites
pseudo-06-08-06

Coucou Ode!

J'espère que tu n'as pas senti d'agressivité dans ma réponse et si c'est le cas... ce n'est pas mon objectif et je ne suis pas dans le jugement non plus :wub:

Comme l'indique ma signature, j'enseigne depuis 24 ans, avec plus de préoccupations éducatives que scolaires ( de ce côté là je ne suis pas franchement au top!)

Si je reste pour l'instant dans ce forum, c'est parce que je suis interpellée par tous les questionnements comme le tien face à des enfants qui malgré tous les dispositifs mis en place nous renvoient quelque part à notre impuissance, nos limites...et nous mettent en échec.

Oh que si, j'en ai eu, des enfants en refus de travail! des caractériels aussi, des "dys" multiples des angoissés ++ des précoces et Cie, bref des enfants qui ne rentrent pas dans la norme! J'en ai eu, j'en ai encore, mais je suis plus sereine maintenant et ça, c'est l'expérience qui me permet d'être plus sereine, et ça ne peut pas t'aider.

Par contre, je me rapelle comme si c'était hier, mes angoisses et mon sentiment d'impuissance devant tous ces cas il y a quelques années. SEULE. C'est le sentiment qui me reste. Pas d'esprit d'équipe, débrouille toi, pas d'équipe éducative, pas de forum pour m'exprimer....

Mais j'avais une confiance en l'enfant qui ne m'a jamais quittée et c'est sur cette confiance que je m'appuie, sur la connaissance de sa psychologie aussi, bien que n'étant pas psychologue. Je crois en la force de vie de chaque enfant. S'il y a blocage, je crois qu'il faut travailler à faire émerger un petit quelque chose sur lequel s'appuyer. Tu crois que le feu s'est éteint, mais s'il reste une petite braise enfouie sous les cendres, le feu paut se ranimer. Je ne désespère jamais.

En ce qui concerne ton problème, je pense que non, tu ne peus pas rentrer dans un projet en deux jours. Est ce cela qu'on attend de toi? Quelle blague! Non tu ne peux pas faire travailler des enfants en refus de travail en si peu de temps. Moi, je verrais les choses autrement: l'ambiance générale de la classe...

Quand il m'arrive d'être remplacée je sais très bien que certains de mes élèves vont montrer le pire d'eux-mêmes: ce n'est pas de la perversité: je ne serai même pas décue, c'est comme ça.

Le fait que tu t'inquiètes du travail des élèves est tout à ton honneur, mais il faut du temps, beaucoup de temps pour obtenir des résultats. je ne suis simplement pas d'accord avec la qualification de "fumistes".

Amicalement

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44

;) Coucou, Ode!

J'ai été titulaire mobile par choix pdt 10 ans dans la mme circonscription, avant de tomber malade, et je le serais encore si je pouvais enseigner sur le terrain. J'ai eu le temps de faire le tour de la plupart des écoles de la circonscription et j'ai rencontré ttes sortes d'enfants. :wacko:

En ce qui concerne les gugusses qui te font misère, quand je passais dans la classe juste pour un ou deux jours, j'ai trouvé un truc qui marchait la plupart du temps. :albert:

Comme toi, je ne rentrais pas dans le conflit. Alors, je procédais ainsi: je lui demandais de prendre le dico et de l'ouvrir à la page qui lui plaisait. Ensuite, de choisir un nom commun, n'importe lequel. J'allais qud mme vérifier le mot choisi. Puis, selon la longueur de la définition, je lui demandais de la lire silencieusement. Ceci fait, il devait la recopier un certain nombre de fois et ensuite, l'illustrer d'un beau dessin. Pour cela, il devait aller travailler soit à la BCD, s'il elle était occupée à ce moment-là (pour qu'il ne soit pas seul) ou alors au fond de la classe. Pour finir, après la récré, il était invité à faire un "exposé" à ses camarades.

S'il adhérait au travail proposé, il était mis en valeur devant la classe et en général, par la suite, il bossait comme les autres. :thumbsup:

Ou bien, il refusait, et au moins, comme il était isolé des autres, il nous foutait une paix royale et on pouvait faire ce qui était prévu dans le calme.:whistling:

Ce n'est pt-être pas la panacée pédagogique, mais cette méthode a au moins le mérite de ne pas bloquer le déroulemement de la journée. D'autre part, s'il ns avait bien embêtés, il était d'office exclu des activités agréables que ns, titulaire mobile, nous pouvons apporter à nos épisodiques élèves et qui les changent du quotidien.:applause:

Pour les CP, je proposais un coloriage magique, toujours au fond de la classe et basta. :idontno:

Bé voilà! J'espère t'avoir donné une idée... A toi de voir!

Bon courage et bonne continuation. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
ode

merci à vous deux :) je repondrai plus longuement plus tard.

Share this post


Link to post
Share on other sites
VirgR
Nous avons un "cas" similaire dans notre école en ce moment. Il s'agit d'un enfant qui fait un blocage total face au travail.Il peut passer des journées entières à regarder le mur, jouer avec son crayon ....nous avons tout essayé avec mes collegues, le faire travailler en petit groupe, individuellement, nous avons beaucoup discuté avec lui, avons été très sévères , "jouer" plus avec l'affectif mais RIEN!!!!!

nous avons bien sûr fait une équipe éducative pour cet élève mais cela n'a pas abouti à grand chose. On nous a juste dit "bon courage!!! ; laissez le au fond de la classe et puis c'est tout! :huh::ninja: ".

Cet après midi , j'ai eu l'occasion d'en parler avec une de mes collegues de l'an dernier (spécialisée en AIS) et on a reparlé de Serge Boimare (auteur de "l'enfant et la peur d'apprendre"). Et il est vrai que cet enfant correspondrait à sa définition de ces enfants en difficulté! ce sont des enfants qui psychologiquement ne peuvent pas apprendre, ils ont tellement de craintes qui les hantent qu'ils en sont incapables... Ainsi lorsqu'ils refusent de travailler, c'est leur moyen à eux de nous destabiliser et de voir nos faiblesses à nous. Cela les rassurait en quelque sorte de nous voir impuissants vis à vis d'eux et de leurs attitudes. bref tout cela pour dire qu'il y a beaucoup de cas différents : les enfants qui ne peuvent pas apprendre , les enfants qui sont fainéants :P ..

Parfois leur détresse ne se voient pas forcément. Il faut savoir la déceler et s'adapter.

Nous faisons comme nous pouvons. :blush:

j'en ai 4 des comme ça dans ma classe...

3 pour qui c'est en train d'aller mieux...

et une avec qui je ne sais plus quoi faire... elle passe son temps à se masturber (en levant/baissant frénétiquement les jambes...

je crois avoir tout essayé (enfin, tout ce qui m'esy=t venu à l'idée (raisonnablement, bien sûr, je ne l'ai pas encore jetée contre un mur... :o ;) )

la maîtresse d'adapt (avec un peu d'expérience : elle est retraitable l'année prochaine) non plus...

enfin, cette élève progresse :...

elle est parvenue à l'orgasme hier :huh::cry:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44

Share this post


Link to post
Share on other sites
ode

Nous avons un "cas" similaire dans notre école en ce moment. Il s'agit d'un enfant qui fait un blocage total face au travail.Il peut passer des journées entières à regarder le mur, jouer avec son crayon ....nous avons tout essayé avec mes collegues, le faire travailler en petit groupe, individuellement, nous avons beaucoup discuté avec lui, avons été très sévères , "jouer" plus avec l'affectif mais RIEN!!!!!

nous avons bien sûr fait une équipe éducative pour cet élève mais cela n'a pas abouti à grand chose. On nous a juste dit "bon courage!!! ; laissez le au fond de la classe et puis c'est tout! :huh::ninja: ".

Cet après midi , j'ai eu l'occasion d'en parler avec une de mes collegues de l'an dernier (spécialisée en AIS) et on a reparlé de Serge Boimare (auteur de "l'enfant et la peur d'apprendre"). Et il est vrai que cet enfant correspondrait à sa définition de ces enfants en difficulté! ce sont des enfants qui psychologiquement ne peuvent pas apprendre, ils ont tellement de craintes qui les hantent qu'ils en sont incapables... Ainsi lorsqu'ils refusent de travailler, c'est leur moyen à eux de nous destabiliser et de voir nos faiblesses à nous. Cela les rassurait en quelque sorte de nous voir impuissants vis à vis d'eux et de leurs attitudes. bref tout cela pour dire qu'il y a beaucoup de cas différents : les enfants qui ne peuvent pas apprendre , les enfants qui sont fainéants :P ..

Parfois leur détresse ne se voient pas forcément. Il faut savoir la déceler et s'adapter.

Nous faisons comme nous pouvons. :blush:

j'en ai 4 des comme ça dans ma classe...

3 pour qui c'est en train d'aller mieux...

et une avec qui je ne sais plus quoi faire... elle passe son temps à se masturber (en levant/baissant frénétiquement les jambes...

je crois avoir tout essayé (enfin, tout ce qui m'esy=t venu à l'idée (raisonnablement, bien sûr, je ne l'ai pas encore jetée contre un mur... :o ;) )

la maîtresse d'adapt (avec un peu d'expérience : elle est retraitable l'année prochaine) non plus...

enfin, cette élève progresse :...

elle est parvenue à l'orgasme hier :huh::cry:

:o :o et ben....

et t''as quoi comme classe?

Share this post


Link to post
Share on other sites
VirgR

cp-ce1 (mais à l'année, alors je ne suis pas vraiment dans la bonne partie du forum, désolée...)

et elle est en CE1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ode
cp-ce1 (mais à l'année, alors je ne suis pas vraiment dans la bonne partie du forum, désolée...)

bah pourquoi , t'as le droit de venir !!!! :wub:;) on est pas sectaire :P

Share this post


Link to post
Share on other sites
wendymoira

Coucou Ode, je suis T1 et Zil qui n'a pas choisi de l'être.

J'ai une piste un peu défaitiste que je me suis jurée d'essayer de suivre après les vacances parce que marre d'avoir peur de me faire taper dessus pas les élèves: laisser couler. C'est valable uniquement pour les remplacements courts évidamment, mais j'ai eu des grosses difficultés cette année et je n'aime pas l'agressivité. Alors si un gamin me tient tête je me suis dis que je lacherai prise maintenant, parce que même en insistant je n'obtient pas ce que je veux mais en plus je me rends complètement ridicule voire suis menacée pas les élèves, alors que souvent ça ne part pas de grand chose (un refus de travailler justement, par exemple).

Je risque d'en choquer plus d'un, ce n'est pas comme ça que je vois le métier, mais la plupart des classes que j'ai rencontrées cette année ne m'ont pas permis d'être enseignante, à peine surveillante.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Phanou222

Un petit truc utilisé plusieurs fois qui marche bien avec ceux qui refusent de travailler par provocation. :P

Quand il te dit qu'il ne veut pas travailler, tu le fais répéter pour être sûre que c'est bien sa décision, puis tu lui dis "OK pas de problème". Tu le mets un peu à l'écart (mais sous ton regard) sans ses affaires (rien sur la table, ni dans la case, ni à portée de main). S'il fait mine de faire quoi que ce soit tu lui rappelles sa décision de ne pas travailler (et bien sûr c'est travailler ou rien !).

Selon la résistance de l'élève il "craque" très vite et te supplie presque d'avoir le droit de travailler. Bien sûr tu ne "cèdes" pas tout de suite, tu le fais attendre la récré suivante pour en discuter avec lui. Je n'ai jamais vu un élève tenir plus d'une demi-journée sans rien faire du tout.

Bien sûr à ne pas faire avec un élève bloqué, angoissé ou très perturbé...

Share this post


Link to post
Share on other sites
wendymoira

Encore une fois, je pense qu'il y a des cas extrèmes. Beaucoup des élèves que j'ai eu et qui refusaient de travailler m'auraient menacer si j'avais pris leurs affaires, auraient refusé de changer de place. Et c'est là que je me dis que maintenant, je ne "provoquerai" plus ce genre de situation: demander à un élève "rebel" de changer de place m'expose à un refus de sa part. Reste 2 possiblités : le bouger moi-même, et physiquement je ne fais pas le poids, accepter son refus ce qui est pire niveau autorité que ne rien lui avoir demandé du tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ode

je suis d'accord Wendy quand c'est des vrais "provocateurs méchants" le risque c'est d'être obligée de le bouger par la force...et ça :ninja: honnetement j'ai envie d'avoir d'ennui ni de me prendre des coups de pieds...j'ai dejà eu a le faire pour isoler un eleve...et merci bien <_< ...et meme isolé..ça l'a pas empeché de faire le bordel et de me ruiner la classe...et dans ce cas...ben que faire d'autre que baisser les bras ? :(:cry:

Share this post


Link to post
Share on other sites
wendymoira
Je viens de trouver ce lien sur un post de ce forum ... ;)

http://bluecity.free.fr/instit/01.htm

Pas toujours évident d'être remplaçant :blush:

oui, j'adore cette bd !

Share this post


Link to post
Share on other sites
flo
Un petit truc utilisé plusieurs fois qui marche bien avec ceux qui refusent de travailler par provocation. :P

Quand il te dit qu'il ne veut pas travailler, tu le fais répéter pour être sûre que c'est bien sa décision, puis tu lui dis "OK pas de problème". Tu le mets un peu à l'écart (mais sous ton regard) sans ses affaires (rien sur la table, ni dans la case, ni à portée de main). S'il fait mine de faire quoi que ce soit tu lui rappelles sa décision de ne pas travailler (et bien sûr c'est travailler ou rien !).

Selon la résistance de l'élève il "craque" très vite et te supplie presque d'avoir le droit de travailler. Bien sûr tu ne "cèdes" pas tout de suite, tu le fais attendre la récré suivante pour en discuter avec lui. Je n'ai jamais vu un élève tenir plus d'une demi-journée sans rien faire du tout.

Bien sûr à ne pas faire avec un élève bloqué, angoissé ou très perturbé...

Je pense aussi que c'est difficile, d'une part si l'élève refuse de bouger de sa place (ça m'est déjà arrivée, et même manu militari ça ne marche pas forcément), et d'autre part si une fois installé ailleurs, l'élève en profite pour dissiper les autres (et là on n'a rien gagné...)...!! :ninja:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...