Jump to content

décharge totale pour les directeurs: pour ou contre?


Noann

Recommended Posts

oi, quand je vois "l'enthousiasme" des PE à assumer une fonction de direction, je me pose une vraie question : QUI voudra ce genre de poste ?

- Des PE ayant expérimenté la direction et qui aiment ça, au point d'en abandonner l'idée d'avoir une classe à soi

- Des personnes recrutées sur concours "spécialement" pour la direction ? Donc des administrateurs, des gestionnaires, mais pas des pédagogues !

Alors, quel recrutement ?... Si on demande ça aux PE, je crains une pénurie de dirlos et dirlettes !

J'en connais qui n'attendent que cela car avoir une classe avec des gamins ça les "gonfle" :ninja: hé oui ça existe !

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 37
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

  • Namas

    8

  • dada

    5

  • balkis

    3

  • diego

    2

Top Posters In This Topic

Le jour où les directeurs seront déchargés totalement...je quitte la diection..j'aime avoir ma classe, j'aime enseigner :wub: par contre je suis pour un temps de décharge pour tous les directeurs quel que soit le nombre de classes .

Moi de même. Je n'aimerais pas du tout zoner dans l'école sans avoir à m'occuper d'une classe. Quant à la décharge, avec trois classes et une EVS en or, je n'en éprouve pas l'utilité.

"zoner" pour qualifier l'activité d'un directeur déchargé, ça me parait un peu limite...

Link to comment
Share on other sites

euh............moi je ne suis pas contre le systeme "principal" comme au college et au lycee...

mais c'est ma deformation americaine...

J'ai experimente 2 ans et je trouve ca tres efficace du point de vue administratif, gestion de groupe, gestion des conflits, discipline, gestion des parents...

Ici les principaux sont d'ex PE interesses par la fonction et ayant des qualites de chef d'equipe et passant une formation specifique renouvelee tous les ans (formation continue tres poussee ici)

Link to comment
Share on other sites

Le jour où les directeurs seront déchargés totalement...je quitte la diection..j'aime avoir ma classe, j'aime enseigner :wub: par contre je suis pour un temps de décharge pour tous les directeurs quel que soit le nombre de classes .

Moi de même. Je n'aimerais pas du tout zoner dans l'école sans avoir à m'occuper d'une classe. Quant à la décharge, avec trois classes et une EVS en or, je n'en éprouve pas l'utilité.

"zoner" pour qualifier l'activité d'un directeur déchargé, ça me parait un peu limite...

Zoner est peut-être un peu fort, j'admets. J'ai presque toujours été directrice ou chargée d'école. Je n'aimerais pas du tout être 6 heures par semaine dans les locaux scolaires à faire de la paperasse, aller discuter à la mairie, passer des coups de fil et ainsi de suite. Je n'ai pas choisi ce métier pour cela. Je me *** (vous choisirez un verbe à votre convenance) déjà la rédaction du projet d'école tous les trois ans, mes trois conseils d'école par an et quelques équipes éducatives, je trouve cela nettement suffisant comme corvées.

Si pour toi le métier de directeur c'est uniquement le projet d'école, les conseils d'école et les équipes éducatives, je ne vois pas comment tu pourrais aimer cela... Et effectivement, une décharge totale te permettrait de "zoner".

Link to comment
Share on other sites

Namas, je suis curieuse, dans ta signature il est mentionnée directrice RPI, cela signifie que tu es la seule et unique directrice du RPI?

Chez moi ce n'est pas comme cela (mais je préférerai)

Link to comment
Share on other sites

Namas, je suis curieuse, dans ta signature il est mentionnée directrice (non, directeur... ;) ) RPI, cela signifie que tu es la seule et unique directrice du RPI?

Chez moi ce n'est pas comme cela (mais je préférerai)

Oui, je suis le seul directeur du RPI, comme dans tout le pas de calais. Personnellement, ça me parait logique... Mais il doit y avoir d'autres départements comme cela.

Link to comment
Share on other sites

Je dois avouer que tu as raison. Je n'ai pas une vocation de chef. Je suis devenue directrice par hasard lorsque mon école à classe unique s'est doucement transformée en école à deux puis trois classes.

A titre d'information, et sans aucun esprit critique de ma part, quelles sont ces tâches que tu affectes au métier de directeur, en dehors de celles que j'ai citées ?

Pour info, je n'ai pas spécialement non plus une vocation de chef, et je ne pense pas que ce soit le but du directeur de devenir un chef.

Bon , OK : je te mets la liste des attributions du dirlo (trouvées sur le site GDID), et je barre celles qui ne me plaisent pas :

Circulaire du 14 janvier 1930.

Décret n° 89.122 du 24 février 1989.

Circulaire n° 81.379 du 07 octobre 1981.

Circulaire n° 91.220 du 30 juillet 1991.

Décret n° 76.1301 du 28 décembre 1976 Article n° 17.

Le directeur veille au bon fonctionnement de l'école et au respect de la réglementation qui lui est applicable.

-Il procède à l'admission des élèves sur production d'un certificat d'inscription délivré par le maire.

-Il veille à la fréquentation régulière de l'école.

-Il répartit les moyens d'enseignement.

Après avis du conseil des maîtres ,

* il répartit les élèves entre les classes et les groupes.

* il fixe le service des instituteurs et professeurs d'école.

* il fixe les modalités d'utilisation des locaux scolaires pour les heures et périodes au cours desquelles ils sont utilisés pour les besoins de l'enseignement et de la formation.

-Il assure la coordination nécessaire entre les maîtres et anime l'équipe pédagogique.

-Il réunit autant que nécessaire l'équipe éducative telle que prévue à l'article 15 du décret 90.788 du 6 septembre 1990.

-Il veille à la diffusion auprès des maîtres de l'école des programmes officiels et instructions annexes.

-Il aide au bon déroulement des enseignements en encourageant toutes initiatives au sein de l'équipe pédagogique.

-Il prend part aux actions destinées à assurer la continuité de la formation des élèves entre l'école maternelle et élémentaire, ainsi qu'entre école élémentaire et collège.

-Il réunit et préside le conseil des maîtres et le conseil d'école.

-Il organise le travail des personnels communaux en service dans l'école qui, pendant leur service dans les locaux scolaires, sont placés sous son autorité.

-Il organise les élections des délégués des parents d'élèves au conseil d'école.

-Il prend toute disposition utile pour que l'école assure sa fonction de service public. A cette fin, il organise l'accueil et la surveillance des élèves, ainsi que le dialogue avec leurs familles.

-Il représente l'institution scolaire auprès de la commune et des autres collectivités territoriales.

-Il est l'interlocuteur des autorités locales.

-Il veille à la qualité des relations entre école, parents d'élèves, monde économique, associations culturelles et sportives.

-Il contribue à la protection de l'enfance en liaison avec les services compétents.

-Il peut participer à la formation des futurs directeurs d'école.(sympathique, ce verbe "pouvoir"... Traduire: si l'on a vraiment aucun intervenant grassement payé sous la main, on fera appel à vous, bénévolement.)

Bon ben j'ai pas barré grand'chose. Il y a beaucoup d'autres tâches, comme par exemple, la gestion de la coop qui revient souvent au dirlo.

Oui, je dois reconnaître, ce boulot me plaît, mais il est très difficile à pratiquer sans ou avec presque pas de décharge...

Je comprends aussi qu'on puisse ne pas apprécier ces missions, mais si on les les aime pas, pourquoi rester directeur ?

Link to comment
Share on other sites

Namas, je suis curieuse, dans ta signature il est mentionnée directrice (non, directeur... ;) ) RPI, cela signifie que tu es la seule et unique directrice du RPI?

Chez moi ce n'est pas comme cela (mais je préférerai)

Oui, je suis le seul directeur du RPI, comme dans tout le pas de calais. Personnellement, ça me parait logique... Mais il doit y avoir d'autres départements comme cela.

Nous sommes 4 classes sur 2 sites donc... deux directeurs

L'autre directrice au demeurant très gentille, prend une décision, éventuellement m'en informe et éventuellement me demande mon avis sans en tenir compte. C'est pénible.

Récemment, on devait organiser une fête de Noel (c'est les collègues qui m'en ont parlé, elles le font tous les ans).

Pas de problème, on commence à préparer (un tout petit peu mais quand meme) les parents en entendent parler par les enfants, au portail on leur donne la date...

4jours avant elle m'appelle en me disant, on a refléchi, on n'est pas prets, on n'en fait pas tant pis...

Okk... ben moi ça ne me va pas, j'ai l'air bête devant les enfants et les parents...Mais ce n'est pas grave, c'est annulé.

Ensuite c'est moi qui ait dû expliquer aux parents de mon école pourquoi on ne faisait pas de fête et surtout sans casser du sucre sur le dos des collègue, un bonheur.

Pardon d'avoir complétement dévié le post mais ça m'enerve, je voulais en parler :blush:

Link to comment
Share on other sites

Auto évaluation :

Le directeur veille au bon fonctionnement de l'école et au respect de la réglementation qui lui est applicable.

C'est bon, je fais, quotidiennement.

-Il procède à l'admission des élèves sur production d'un certificat d'inscription délivré par le maire.

Dans une école à trois classes, cela me prend environ sept ou huit fois un quart d'heure, visite de l'école comprise pour les nouvelles familles, par an. Je fais, bien sûr.

-Il veille à la fréquentation régulière de l'école.

Pas de soucis de ce côté-là, chez nous. Nous avons en revanche eu à gérer des "retardataires chroniques" en maternelle, cela a été évoqué en conseil d'école et réglé dans la foulée.-Il répartit les moyens d'enseignement. Comment comprenez-vous ça ?

Après avis du conseil des maîtres ,

* il répartit les élèves entre les classes et les groupes.

60: 3 = 20, ajustements par rapport à la section fréquentée.

Nous en discutons de temps en temps à la cantine pour les années (comme 2008/2009) où les effectifs seront un peu déséquilibrés (nous avons 8 GS qui risquent de donner soit un très gros cycle I, soit un très gros cycle II), nous présentons cela au deuxième conseil d'école pour étudier des solutions auxquelles nous n'aurions pas pensé (cette année, nous allons reproposer une ATSEM à mi-temps en cycle II)et, généralement, au troisième conseil d'école, la solution est trouvée.

* il fixe le service des instituteurs et professeurs d'école.

Pas de "services" chez nous. A 8 h 50 et à 13 h 20, celles qui sont là sortent dans la cour. A la récréation, nous sortons toutes, à l'heure qui nous convient et nous surveillons ensemble la récréation. Si l'une d'entre nous a besoin de cinq minutes pour finir un truc ou un machin, elle informe les deux autres qui en retour l'informent de leur désir de rentrer leurs élèves.

* il fixe les modalités d'utilisation des locaux scolaires pour les heures et périodes au cours desquelles ils sont utilisés pour les besoins de l'enseignement et de la formation.

Pour l'utilisation des locaux communs (salle de motricité, dortoir), nous nous mettons d'accord à la prérentrée. L'équipe étant stable, les variations sont minimes d'année en année. Lorsqu'un besoin ponctuel se fait sentir, la collègue informe les deux autres quelques jours avant.

Le maire et moi-même avons mis au point une convention-type il y a bien longtemps. La secrétaire de mairie me la fait passer au besoin. Nous signons et l'affaire est entendue.

-Il assure la coordination nécessaire entre les maîtres et anime l'équipe pédagogique.

Ah ! Je considère mes collègues comme des adultes responsables, l' "animation" vient donc autant d'elles que de moi. Lorsqu'une idée retient notre attention, nous en faisons part aux autres, et puis, ça suit, ou ça ne suit pas. Tant pis, tant mieux. (nota bene : c'est à ce rôle du directeur que j'attribuais la vocation de "chef". Ma philosophie dans ce domaine se borne à ce proverbe : "On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif.")

-Il réunit autant que nécessaire l'équipe éducative telle que prévue à l'article 15 du décret 90.788 du 6 septembre 1990.

Je fais ça. Très peu de cas chez nous. Sans doute avons-nous de la chance.

-Il veille à la diffusion auprès des maîtres de l'école des programmes officiels et instructions annexes.

Gros point noir : mon EVS ne sait pas se servir d'un ordinateur. C'est donc chaque soir ma "corvée" de directrice : ouvrir la messagerie, imprimer les mails, les marquer "1, 2, 3, 4" en haut afin que chaque collègue signe, trier ceux qui sont destinés à une collègue en particulier et aller lui poser sur son bureau, classer les autres dans la pochette et déposer celle-ci une fois par semaine sur le bureau de la collègue. En revanche, c'est l'EVS qui procède à l'archivage une fois que les quatre collègues ont paraphé chaque mail. L'année dernière, elle était aussi chargée de "pister" l'une d'entre elles qui amassait les pochettes sur son bureau et oubliait de lire leur contenu. Elle faisait ça beaucoup mieux que moi.

-Il aide au bon déroulement des enseignements en encourageant toutes initiatives au sein de l'équipe pédagogique.

Encore un proverbe : "Chacun dans son pré et les vaches seront bien gardées." Mes collègues sont des adultes responsables, bénéficiant de tous les droits de citoyenneté et au casier judiciaire vierge. Je ne suis pas un "petit chef". Si l'une me demandait de l'aide, j'essaierais de la conseiller dans la mesure de mes faibles moyens, si elles estiment bien se débrouiller, pourquoi interviendrais-je ?

-Il prend part aux actions destinées à assurer la continuité de la formation des élèves entre l'école maternelle et élémentaire, ainsi qu'entre école élémentaire et collège.

J'ai la classe de cycle II, j'assure donc la continuité maternelle - élémentaire. Lorsque ma collègue de cycle III va à des réunions CM2 / 6°, nous en discutons avant et après, par choix et envie de dialogue. Nous recevons de temps en temps les résultats des évaluations 6° et nous les lisons ensemble (j'ai eu les élèves avant elle, et cela m'intéresse aussi de savoir ce qu'ils deviennent), nous recevons systématiquement les trois bulletins de 6° et nous les analysons à fond ensemble, toujours par envie de savoir ce que sont devenus nos petits bonshommes. Ils viennent d'ailleurs souvent nous voir à la sortie du car et nous raconter leur adaptation. La plupart continue jusqu'à la fin de leurs études secondaires, voire plus tard. Il y en a même deux qui ont déjà un enfant ou un neveu scolarisé chez nous et le nombre va augmenter d'année en année. Je pense donc que la liaison est assurée convenablement.

-Il réunit et préside le conseil des maîtres et le conseil d'école.

Conseil des maîtres : tous les jours, pendant l'interclasse de midi. Conseil d'école : trois par an, ordre du jour discuté en "conseil des maîtres", avec les ATSEM en prime sur les sujets les concernant. Le dernier conseil d'école de l'année se conclut par un repas.

-Il organise le travail des personnels communaux en service dans l'école qui, pendant leur service dans les locaux scolaires, sont placés sous son autorité.

Le règlement concernant les ATSEM a été rédigé en commun par le maire et moi-même. J'ai même participé à la rédaction du règlement de la cantine et de la garderie périscolaire pour les dépanner. Lorsque les ATSEM sont ennuyées par une organisation qui les dérange (l'emploi du temps de la classe maternelle qui déborde sur leur rôle à la cantine, par exemple), nous en débattons à quatre (les deux ATSEM, la collègue de maternelle et moi-même) et nous trouvons une solution qui convient à toutes.

-Il organise les élections des délégués des parents d'élèves au conseil d'école.

Fait, bien sûr.

-Il prend toute disposition utile pour que l'école assure sa fonction de service public. A cette fin, il organise l'accueil et la surveillance des élèves, ainsi que le dialogue avec leurs familles.

Fait, bien sûr. Tous les jours, toute l'année.

-Il représente l'institution scolaire auprès de la commune et des autres collectivités territoriales.

OK

-Il est l'interlocuteur des autorités locales.

OK. On verra si cela continue à bien se passer avec le nouveau maire (on croise les doigts).

-Il veille à la qualité des relations entre école, parents d'élèves, monde économique, associations culturelles et sportives.

OK

-Il contribue à la protection de l'enfance en liaison avec les services compétents.

OK.

-Il peut participer à la formation des futurs directeurs d'école.(sympathique, ce verbe "pouvoir"... Traduire: si l'on a vraiment aucun intervenant grassement payé sous la main, on fera appel à vous, bénévolement.)

Là, je te suis 5/5 ! On pourrait peut-être aussi inspecter les collègues pendant qu'on y est ? :D

Conclusion : Je suis directrice par hasard. Je n'ai pas l'intention de changer de poste, j'habite tout près, mon compagnon est indélocalisable (les vignes, ça ne se déménage pas), je fais avec et finalement pas si mal que cela. Mais je préfère largement mon métier de "maîtresse d'école".

En résumé, Akwabon ou le bonheur d'avoir une équipe stable, pour la dirlette et pour les élèves ;):D Ici 5 ans de dirlette et jamais une équipe identique d'un année à l'autre.... donc les habitudes de fonctionnement, les " je suis adulte responsable " quand on a une T1 comme collègue et qu'on est T2 ben ...........voilà quoi....

Mais tout comme toi, j'adore mon métier de "maîtesses d'école" je me suis battue pour enseigner , pour rien au monde je ne voudrais être juste une administratice, si j'avais voulu faire ça je serais restée dans la voie de mes études ;)

Link to comment
Share on other sites

Le probleme dans vos propos sur la direction c'est que vous focalisez sur 'Le Directeur' et donc du temps qu'il aurait nécessairement besoin vu qu'il serait responsable de tout selon certains, alors que nos structures ont la chance d'être assez réduites majoritairement(3/4 moins de 6 classses) et permettrait un fonctionnement 'collégial' pour peu que que nos institutions ou représentantants en soient convaincus car celà ne s'improvise pas, il faut être formé et qu'il y ait des règles de fonctionnement. C'est l'exercice solitaire qui induit ces charge et forme de travail et qui conduira prochainement aux regroupements forcés 'pilotés' par des super-directeurs qui risquent bien de ne pas être des enseignants car là c'est un autre métier avec des compétences qui ne sont pas celles d'un enseignant !

Link to comment
Share on other sites

Revoilà "le serpent de mer" la fameuse direction collégiale...seulement dans la réalité , les collègues ne souhaitent pas assumer les tâches de direction, ils ont assez à faire avec leur classe et ça ne les intéresse pas...de plus la responsabilité n'est assumée que par une seule personne :noelwink:

Link to comment
Share on other sites

Revoilà "le serpent de mer" la fameuse direction collégiale...seulement dans la réalité , les collègues ne souhaitent pas assumer les tâches de direction, ils ont assez à faire avec leur classe et ça ne les intéresse pas...de plus la responsabilité n'est assumée que par une seule personne :noelwink:

Tout à fait, et répondre le contraire revient à se mettre de belles oeillères...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...