Jump to content

quelles sont vos motivations pour devenir / rester PE aujourd'hui


paupiette

Recommended Posts

bonsoir à tous,

actuellement cadre territoriale (contractuelle), je souhaiterais me reconvertir dans le professorat des écoles.

j'y pense depuis des années, j'ai fait il y a qq années un stage d'observation d'une semaine dans une école (idéale) et quelques sorties scolaires dans l'école de mon fils.

cela m'avait beaucoup plu.
néanmoins, en lisant certains de vos topics (reconversion, dépression...), le doute s'installe, j'ai peur de franchir le pas.
alors, voici ma question : pour ceux qui sont déjà en poste, que'est-ce qui vous pousse à rester PE aujourd'hui ?
et pour ceux qui veulent se reconvertir, quelles sont vos motivations pour devenir PE ?

merci pour vos réponses.

Link to comment
Share on other sites

Moi aucune ;-) c'est pour cela que je tente dans le secondaire... histoire de prendre l'air... avant de pouvoir quitter lEN pour de bon !!!

Tu as bien raison de réfléchir aux motivations pour entrer dans ce métier... car une fois dedans... tu es comme une mouche tombée dans un pot de miel... difficile d'en sortir ! Bonne réflexion en tous cas !

Link to comment
Share on other sites

Je me sens utile. Je fais quelque chose de concret. Quand j'entends certains amis parler de leur job, ça me frappe à chaque fois : ils font des trucs auxquels personne ne comprend quoi que ce soit, qui servent juste à générer de l'argent (qui ne rentre même pas dans leurs poches à eux! ;))... Ce n'est pas ce qui me donnerait envie de me lever le matin.

Travailler avec des enfants, être au contact direct des familles, c'est très enrichissant (même s'il arrive que ça devienne l'enfer selon le contexte où tu te trouves ) au niveau humain. J'ai beaucoup appris et rencontré des gens formidables.

J'aime aussi la liberté de n'avoir aucun chef sur le dos toute la journée, de faire un peu ce que je veux (en restant dans le cadre des programmes, la liberté pédagogique nous permet de choisir nos projets, nos méthodes...).

Bref, j'ai toujours voulu être instit, et j'ai la chance d'être une instit heureuse aujourd'hui.

Link to comment
Share on other sites

Je me sens utile. Je fais quelque chose de concret. Quand j'entends certains amis parler de leur job, ça me frappe à chaque fois : ils font des trucs auxquels personne ne comprend quoi que ce soit, qui servent juste à générer de l'argent (qui ne rentre même pas dans leurs poches à eux! ;))... Ce n'est pas ce qui me donnerait envie de me lever le matin.

Tout pareil :)

Par contre j'en ai marre de la gestion de (grande) classe, de la (grande) responsabilités, des conflits avec les parents, des dysfonctionnements…

Link to comment
Share on other sites

Il faut te renseigner aussi sur le lieu du 1er poste....chez nous, dans le Nord, les 1er postes sont svt à +d'1h de la maison (département étalé d'est en ouest) et ça pour quelques années Il est de + en + difficile de se rapprocher du domicile. C'est un point important à prd en compte surtt pour la vie de famille. Moi, j'ai mis 9ans pour avoir un poste. C'est seulement maintenant que j'aime vraiment mon métier. Avant, la sécurité de l'emploi et les vacances me permettaient de tenir le coup dans l'EN.

Link to comment
Share on other sites

J'aime voir les étincelles s'allumer dans les yeux des enfants quand ils comprennent quelque chose. J'aime les voir heureux d'apprendre, heureux de venir à l'école et que ça soit en partie grâce à moi. J'aime être en classe, avec eux, j'aime m'organiser comme je l'entends pour les faire progresser.

Je n'aime pas les à côté : les paperasses, le travail inutile avec le réseau d'aide qui, dans notre école, n'apporte rien a personne et sert juste à accueillir 3 vieilles instit qui n'en pouvaient plus de gérer une classe (c'est particulier à mon école, il y a des super réseaux d'aide), la non prise en charge des cas particulier, des élèves en situation de handicap qu'on laisse dans nos classes à leur détriment et au détriment des autres élèves.

J'avais choisi ce métier parce que je voulais être maman, je voulais pouvoir passer du temps avec mes enfants. Or il y a quand même beaucoup de temps de préparation/correction hors classe et en plus, on nous a collé la réforme des rythmes scolaires et j'ai moins de temps avec mon fils.

Accessoirement, le salaire de PE est franchement faible vu l'investissement. Seule, je ne pourrais pas me louer un studio, je n'ose imaginer ce que je deviens en cas de séparation avec le père de mon fils...

Bref, pour le moment, je reste PE mais j'envisage de plus en plus des portes de sortie.

Link to comment
Share on other sites

Moi j'aime la pédagogie, chercher comment faire comprendre certaines notions à mes élèves, leur faire aimer l'école et aimer apprendre !

Le contact avec les familles, et la manière dont nous sommes traités par nos supérieurs, et les gens en général, ce sont pour moi les points négatifs.

Mais LE point positif c'est quand même les vacances ! Même si avec les nouveaux rythmes je vois un peu moins mes enfants, j'en profite à fond pendant les vacances, j'ai pas besoin de me demander comment les faire garder, contrairement à toutes les copines qui bossent dans le privé. Elles sont AMPLEMENT méritées et c'est la seule chose qui, si elle m'est enlevée, me ferait sûrement changer de parcours professionnel.

Link to comment
Share on other sites

Ce que j'aime, c'est le contact humain, le plaisir de faire découvrir et apprendre de nouvelles choses aux enfants. évidemment, il y a beaucoup d'inconvénients (dont la difficulté à obtenir un poste près de chez soi et le salaire) mais je ne me trouve pas à plaindre par rapport à d'autres métiers et surtout le fait d'avoir un emploi stable c'est un bien par les temps qui courent.

Link to comment
Share on other sites

J'aime parler à des enfants, organiser des apprentissages pour eux, les aider à comprendre les notions. J'aime voir leur enthousiasme pour certaines activités (pas toutes, hein, malheureusement...) et trouver des projets qui pourraient les motiver. J'apprécie la liberté pédagogique.

Je me sens également utile, surtout dans le milieu défavorisé dans lequel j'enseigne.

Ce que je n'aime pas, par contre, et qui me pèse souvent : les documents administratifs à remplir, le manque de moyens pour les élèves en difficulté (pas assez de Rased, d'Itep, de Clis...), certains parents qui cherchent la petite bête.

Mais, pour le moment, le plaisir d'enseigner reste le plus fort et j'espère que ce sera encore le cas longtemps.

Link to comment
Share on other sites

Le chômage...

La difficulté de se reconvertir quand on est enseignant...

L arrivée de mon bébé...

J aime mon métier mais les perspectives d évolution ne me satisfont pas du tout pas plus que notre place dans la société.

Je regarde à gauche à droite pour trouver une autre voie. On aime pas les reconversions professionnelles en France.

Link to comment
Share on other sites

Je ne m'épanouis pas vraiment dans ce boulot, j'essaie de le faire correctement mais ma vie est en dehors de la classe. Ce métier laisse quand même pas mal de temps une fois qu'on est stabilisé dans un niveau/une école, ce qui peut prendre une dizaine d'années, il faut en être conscient. Pour le salaire, je ne me plains pas, je vis seule et ça me suffit. Faut pas avoir la folie des grandeurs, quand même, mais comme j'ai été habituée à être pauvre je me trouve plutôt confortable. Tout dépend d'où tu viens.

Link to comment
Share on other sites

Et où tu vis aussi... Je te mets au défi de vivre correctement avec un salaire de professeur des écoles à Paris.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...