Jump to content
Zeho31

Succession de soucis en PS et MS

Recommended Posts

Zeho31

Bonjour à tous et toutes,

Tout d'abord, merci à tous ceux qui participent à ce forum. Ils m'ont souvent permis de prendre du recul et de mieux comprendre les relations avec l'école.

Pour placer le contexte, je suis la maman d'un petit garçon de 4 ans (fin d'année) qui est entré à l'école en septembre 2013 en PS.

Cette PS à été une catastrophe, entre violence des enfants (morsure à sang, mon fils projeté au sol et roué de coups de pied par un camarade, violence verbale et j'en passe) et incapacité de l'encadrement (trois maîtresses successives et deux atsem) à gérer la classe. Les faits m'ont été remontés par la directrice de l'école et par une atsem de la classe, mon fils ne racontant rien. Je vous livre leur analyse finale : madame, dans cette classe on a pu faire que de la discipline pendant un an ; Madame, en 7 ans, c'est la première fois que je fais un constat d'échec sur une classe complète...

Pour couronner le tout, un conflit éclate entre l'Alae et nous, on nous menace (sans aucun avertissement préalable) d'exclure notre fils de la garderie du soir et de la cantine s'il ne change pas son comportement sous 72h ... Et nous découvrons a cette occasion que notre fils est puni seul sur un banc pendant parfois plus d'une heure, interdit de Doudou etc.Nous faison remonter le souci au responsable des alae de la ville qui tombe des nues, n'ayant jamais entendu parler de notre fils (contrairement à ses autres petits camarades de PS...). Une remontée de bretelle des animatrices après (une visite chez une pédopsychiatre pour lui en sus avec un rappel régulier des règles) nous pensons le pb résolu et nous laissons les choses passer.

Fin de l'année, notre fils qui n'est pas un ange (nous ne l'avons jamais nié durant tous ces mois) a pris le plis de sa classe et est associé aux 5 terreurs de sa classe... Seule différence, il n'est ni violent, ni insultant, juste dans l'opposition.

Nous demandons donc juste qu'en MS il ne soit pas au contact des deux pires et nous faisons confiance a l'école pour que tout reparte de zéro en MS.

Changement quasi total d'équipe a la rentrée. Pas de bol, notre fils se retrouve dans une classe avec un remplaçant, nous n'aurons pas la continuité qui a tant manqué l'an dernier... Sa maîtresse doit rentrer en janvier.

Les premières semaines sont apparemment difficiles pour son maître qui n'a que notre fils comme "électron libre", les autres enfants ont bien intégré le "être élève". Il ne fait rien remonter à la directrice, considérant qu.il ne s'agit de rien d'insurmontable (ni violence, ni insultes, toujours de l'opposition). Nous apprenons par des voies détournées les solutions qu'il tente de mettre en place (un camarade de notre fils qui vient me préciser que X n'a que des cartons rouges et jaunes et que c'est le seul etc.) Nous lui demandons dans le cadre d'un contrat passe avec notre fils de nous tenir au courant des "efforts" réalisés dans la semaine, malgré son apparente bonne volonté, il ne tient qu'une semaine, nous le relançons une fois sans succès puis nous laissons...

En parallèle, notre fils est inscrit au soutien en motricité fine ce qui semble lui faire énormément de bien. Lui qui avait fini par refuser de faire toute fiche avant les vacances de novembre, "se met au travail" dixit son maitre (sans grande conviction toutefois vu le ton...).

De notre côté, nous avons pris des dispositions pour que l'année se passe au mieux, plus d'Alae, sauf le vendredi, une baby-sitter vient le chercher a 16h les autres jours. Du judo. Pour écarter tout souci physique : ophtalmo, orthoptiste, ostéopathe. Nous retournons voir la pédopsychiatre que nous avions sollicité en PS et qui nous répète que notre fils n'a besoin d'aucun suivi. Que nous devons juste rester ferme avec lui. Ok.

Et bah, tout recommence... Son maitre nous informe qu'il n'a pas trouvé comment gerer notre fils, que c'est la première fois qu'il voit un enfant comme lui... On nous informe dans le même temps que notre fils a fait l'objet d'un "dérapage" de la part d'une responsable de son alae... Enquête faite par l'administration, les faits sont avérés et pire, la personne reconnaît avoir un comportement innaproprié au quotidien... Des pistes sont fournies pour enrayer ce cercle vicieux qui semble se refermer sur notre fils. Nous allons voir une nouvelle psy, spécialisée cette fois dans l'opposition, pour "tenter" autre chose.

Sauf que : nous n'avons au final aucune description des comportements à probleme de notre fils. Si ce n'est : il parle fort en regroupement et s'agite (l'an dernier il m'avait expliqué qu'il n'aimait pas l'école parce qu'il y avait trop d'enfant, sans jamais me le répéter, mais ce peut être une explication), il refuse de faire du coloriage et la plupart des fiches (en amélioration), il est tete en l'air si le maitre ou l'atsem n'est pas à proximité, il' est le dernier à mettre son manteau, ses souliers... Son niveau de langage et d'argumentation est tel que l'encadrement a du mal à garder en tete qu'il n'a qu'à peine 4 ans (c'est eux qui me l'ont dit). Dixit son maitre (corroboré par l'entourage) il est efficient scolairement parlant voire sur efficient. Il commence a lire, à une mémoire d'éléphant, compte et dénombre avec facilité et son niveau de langage impressionne (un bavard invétéré).

Vous devez vous demander où je veux en venir, tout simplement je cherche des pistes a donner à sa maitresse que nous demanderons à rencontrer des le premier jour de la rentree (nous avions préféré attendre en septembre, pour que son maitre le découvre d'abord par lui meme, pas sûre que ça a été une si bonne idée). En résumé : que conseiller à sa maitresse pour gerer un enfant de 4 ans, en avance scolairement (il saurait lire depuis des semaines si je lui apprenais sérieusement, je préfère ne faire que répondre a ses questions), qui n'a pas encore bien intégré le "être élève", qui angoisse (il boulotte ses manches) mais qui reste extraverti (trop, apparemment) et qui risque de lui rejouer le même scénario qu'en début d'annee pour la tester (j'anticipe sans doute trop négativement mais bon...).

(Présentée comme ca, cette succession de probleme peut laisser penser que le pb vient de notre fils. Je n'exclu en rien qu'il ne soit pas facile : buté, immature, il manque de sommeil en plus car les MS ne font pas de sieste... Rien qui puisse excuser le comportement de l'encadrement...)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande

Je pense de plus en plus que la maternelle est inadaptée aux enfants.

C'est peut-être pour ça que la France est le premier consommateur au monde d'anti-dépresseurs. Quelle façon de commencer sa vie en collectivité.

Les enfants seraient bien mieux à la crèche.

Mais bon, ça coûte plus cher, les normes et le aux d'encadrement n'ont rien à voir et les femmes travaillent.

Pas de jugement de valeur sur ce dernier point, un constat.

Share this post


Link to post
Share on other sites
clerissalak

Je pense de plus en plus que la maternelle est inadaptée aux enfants.

C'est peut-être pour ça que la France est le premier consommateur au monde d'anti-dépresseurs. Quelle façon de commencer sa vie en collectivité.

Les enfants seraient bien mieux à la crèche.

Mais bon, ça coûte plus cher, les normes et le aux d'encadrement n'ont rien à voir et les femmes travaillent.

Pas de jugement de valeur sur ce dernier point, un constat.

J'ai jamais trouvé les enfants mieux lotis en crèche qu'en maternelle..

Les fois où je suis allée chercher les enfants d'amis ou de la famille je n'ai entendu que des cris et vu des enfants très bagarreurs, comme à l'école en somme mais en plus petits!!

A tel point que je me suis promis de ne JAMAIS y mettre mes enfants.

Quand je vois ce que je fais en PS, je me dis vraiment que mes élèves seraient bien mieux avec leur maman/mamie/nounou. C'est d'une violence ce que la société leur impose..

Sinon Zeho je ne vois rien dans ce que tu décris de si extraordinaire. Un enfant de 4ans qui n’est pas élève hé bien ce n'est pas le seul! Que conseiller à l'enseignant? Rien, il doit connaitre son travail et pourrait prendre mal que tu lui dises ce qu'il doit faire.

Tu veux le rencontrer, tu as raison, expose les problèmes ce que tu ressens et ce dont ton fils te fait part, ce qui t'nquiète aussi mais pas ce que l'enseignant doit faire ou pas.

Tu dis n'avoir aucune description des soucis comportementaux de ton fils, pourquoi tu ne demandes pas à l'enseignant? A l'ALAE? A ton fils?

Ce serait peut être plus simple à gérer ensuite avec lui.

Par contre tu dis parfois maitre parfois maitresse?? Il y a deux enseignants ou tu parles de l'an passé?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zeho31

Merci pour ces réponses. Effectivement, mon fils va changer d'enseignant en janvier et donc passer d'un maitre a une maitresse.

Quand je dis que je ne sais pas réellement ce qu'on lui reproche ce n'est pas faute de demander. Seules réponses : il n'obéit pas. Me concernant, j'aurais tendance à dire qu'il n'a que 4 ans et qu'à force, ça va rentrer, mais l'encadrement est plus qu alarmiste et j'avoue fatiguer de n'entendre que du négatif...

Je l'ai récupéré ce soir encore puni sur un banc à attendre. Il est " intéressant" me dit on (directive a été donnée de me donner des informations positives et pas uniquement négatives...). Super, sauf que moi je balise... Il ne dit rien, le vit-il bien ? Est-ce que je transpose juste ma propre expérience sur lui bêtement ?

La psy scolaire m'a enfin répondu. Elle l'a vu deux fois et souligne de grands différentiels de maturité. Il peut se comporter comme un PS et 10 min plus tard faire preuve d'une maturité qui fait oublier son âge... Elle meme m'a avoué avoir eu du mal a un moment à se rappeler qu'il n'était "Qu'un moyen". Il est en opposition constante et si j'ai bien compris "son decalage va finir par lui poser probleme meme avec ses camarades". Elle veut le revoir en janvier avec sa nouvelle maitresse avant de nous faire un retour complet et des propositions... On va attendre donc... Elle parle de contrat, nous n'avons pas réussi a en mettre en place un avec son maitre, sa maitresse sera-t-elle open ? J'avoue douter de plus en plus du corps enseignant... Et elle nous encourage à prendr contact le plus rapidement avec la maitresse, donc acte.

Share this post


Link to post
Share on other sites
borneo

Quand je dis que je ne sais pas réellement ce qu'on lui reproche ce n'est pas faute de demander. Seules réponses : il n'obéit pas. Me concernant, j'aurais tendance à dire qu'il n'a que 4 ans et qu'à force, ça va rentrer, mais l'encadrement est plus qu alarmiste et j'avoue fatiguer de n'entendre que du négatif...

Personnellement, je pense que quatre ans, c'est très très tard pour apprendre à obéir. L'obéissance, ça s'apprend progressivement, quand l'enfant est encore un bébé, et donc en famille.

A la maison, il obéit, ou non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zeho31

A la maison il obéit,oui. Il tente régulièrement de voir si sur un malentendu il peut obtenir gain de cause mais nous sommes carrés sur les regles : on se lève, on s'habille (timer de 7 min qu'il respecte), on mange et si on a le temps on joue. Pas de télé en dehors des week-end et des vacances. Si une règle n'est pas respectée, il va réfléchir dans l'entrée (compte jusqu'à 10 et revient nous dire ce qui a posé probleme) ou dans sa chambre (ne descend que quand il est prêt a se comporter comme on lui a demandé). Idem a l'extérieur, rien a faire du regard d'autrui, s'il ne respecte pas les regles, c'est le coin si besoin, meme au milieu d'un centre commercial ou chez le médecin.

Il y a quelques semaines encore, c'était difficile pour lui d'accepter cette frustration mais il semble avoir eu un déclic et en 5 min c'est réglé désormais.

Par contre, effectivement nous faisons partie de cette génération de parents convaincus par l'ENV. Ni fessées, ni claques, ni humiliations. Nous n'entrons pas dans des bras de fer inutiles juste pour prouver que nous parents lui sommes supérieurs et qu'il doit nous obeir sans coup férir... Nos demandes sont toujours motivées par une bonne raison. Nous avons un enfant poli, respectueux d'autrui, souvent empathique mais qui sait aussi exprimer son avis quand il est différent du nôtre. Nous travaillons actuellement à ce qu'il en fasse état sans chigner. Ca progresse bien et dans tous les cas il n'obtient pas gain de cause si au départ nous avons dit non. C'est comme ça, point. A côté de ca, nous savons faire machine arrière quand nous tombons dans l'excès et qu'il le souligne à raison. Lui jurer qu'il n'aura plus jamais de dessins animés de sa vie non seulement c'est idiot mais en plus lui sait que nous ne tiendrons pas une menace aussi con... Ca peut sortir sous le coup de l'énervement mais mieux vaut revenir à une punition plus adaptée en lui expliquant que de rester sur le non dit du "je t'ai menacé mais on sait tous les deux que je n'en ferais rien..."

Pour finir, encore heureux que les enfants puissent apprendre a obeir apres 4 ans... ce serait bien triste d'imaginer qu'à cet age s'ils n'entrent pas dans le moule de la société ils sont foutus... (Certains commencent à peine à parler et à interagir avec autrui à cet age la ! ),

Share this post


Link to post
Share on other sites
katarinabellachichi

C'est bizarre que tu te poses autant de questions: j'en ai élevé trois et ils ont poussé tout seuls.

Tu t'en fais trop, je pense qu'il est là ton problème.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
clerissalak

C'est bizarre que tu te poses autant de questions: j'en ai élevé trois et ils ont poussé tout seuls.

Tu t'en fais trop, je pense qu'il est là ton problème.

hé ben déjà qu'elle avait un mauvais a priori sur le corps enseignant, ça va être réglé..

On la menace d'exclure son fils de l'ALAE et la psy sco qui s'inquiète aussi il y a de quoi s'en faire non?

Désolée Zeho, je ne sais pas trop quoi te dire. La réaction de l'école me semble disproportionnée aux vues de ce que tu dis.

Moi j’essaierai vraiment d'avoir plus d'explications, en précisant bien que c'est pour pouvoir avancer avec ton enfant.

Ça me parait bizarre tout ça juste pour un enfant qui a du mal à respecter les règle en MS ..

Share this post


Link to post
Share on other sites
katarinabellachichi

C'est bizarre que tu te poses autant de questions: j'en ai élevé trois et ils ont poussé tout seuls.

Tu t'en fais trop, je pense qu'il est là ton problème.

hé ben déjà qu'elle avait un mauvais a priori sur le corps enseignant, ça va être réglé..

On la menace d'exclure son fils de l'ALAE et la psy sco qui s'inquiète aussi il y a de quoi s'en faire non?

Désolée Zeho, je ne sais pas trop quoi te dire. La réaction de l'école me semble disproportionnée aux vues de ce que tu dis.

Moi j’essaierai vraiment d'avoir plus d'explications, en précisant bien que c'est pour pouvoir avancer avec ton enfant.

Ça me parait bizarre tout ça juste pour un enfant qui a du mal à respecter les règle en MS ..

Bah, apparemment, elle a aussi un a priori sur les autres parents , alors comme tu dis, au point où on en est.

Share this post


Link to post
Share on other sites
gayane87

A la maison il obéit,oui. Il tente régulièrement de voir si sur un malentendu il peut obtenir gain de cause mais nous sommes carrés sur les regles : on se lève, on s'habille (timer de 7 min qu'il respecte), on mange et si on a le temps on joue. Pas de télé en dehors des week-end et des vacances. Si une règle n'est pas respectée, il va réfléchir dans l'entrée (compte jusqu'à 10 et revient nous dire ce qui a posé probleme) ou dans sa chambre (ne descend que quand il est prêt a se comporter comme on lui a demandé). Idem a l'extérieur, rien a faire du regard d'autrui, s'il ne respecte pas les regles, c'est le coin si besoin, meme au milieu d'un centre commercial ou chez le médecin.

Il y a quelques semaines encore, c'était difficile pour lui d'accepter cette frustration mais il semble avoir eu un déclic et en 5 min c'est réglé désormais.

Par contre, effectivement nous faisons partie de cette génération de parents convaincus par l'ENV. Ni fessées, ni claques, ni humiliations. Nous n'entrons pas dans des bras de fer inutiles juste pour prouver que nous parents lui sommes supérieurs et qu'il doit nous obeir sans coup férir... Nos demandes sont toujours motivées par une bonne raison. Nous avons un enfant poli, respectueux d'autrui, souvent empathique mais qui sait aussi exprimer son avis quand il est différent du nôtre. Nous travaillons actuellement à ce qu'il en fasse état sans chigner. Ca progresse bien et dans tous les cas il n'obtient pas gain de cause si au départ nous avons dit non. C'est comme ça, point. A côté de ca, nous savons faire machine arrière quand nous tombons dans l'excès et qu'il le souligne à raison. Lui jurer qu'il n'aura plus jamais de dessins animés de sa vie non seulement c'est idiot mais en plus lui sait que nous ne tiendrons pas une menace aussi con... Ca peut sortir sous le coup de l'énervement mais mieux vaut revenir à une punition plus adaptée en lui expliquant que de rester sur le non dit du "je t'ai menacé mais on sait tous les deux que je n'en ferais rien..."

Pour finir, encore heureux que les enfants puissent apprendre a obeir apres 4 ans... ce serait bien triste d'imaginer qu'à cet age s'ils n'entrent pas dans le moule de la société ils sont foutus... (Certains commencent à peine à parler et à interagir avec autrui à cet age la ! ),

Je ne comprends pas très bien : vous etes très "strictes" mais vos demandes sont toujours motivées (?), vous savez faire machine arrière il le souligne avec raison (?) et il ne doit pas vous obéir sans coup férir (?) , il sait exprimer son avis quand il est différent du votre (?)

Attention, ce n'est que mon avis perso :) , mais je pense qu'on ne demande pas son avis à un loulou de 4 ans et oui il doit obéir sans justification d'aucune sorte parce la plupart du temps c'est comme ça pas autrement (vous, vous avez de bonnes raisons, vous savez pourquoi évidemment...).

Sans doute qu'à l'école, on ne justifie pas telle ou telle demande (si c'est le moment on le fait c'est tout tant pis s'il n'a pas envie)

Je crois que peut etre comme mon deuxième fils, il a un problème de "transfert" de l'autorité.

Pour mon bouchon n°2, il était aussi tout le temps dans l'opposition (non c'était son mot favori !) et il a fallu bien lui montrer que, quand on le posait à l'école, c'était là, la maitresse qui "commandait" et qu'il fallait lui obéir. Idem pour le personnel communal.

Maintenant meme si ce n'est pas un ange, il a bien compris et il écoute les consignes.

Par contre, nous sommes des "vieux" parents ;) pas de fessées, mais il doit obéir sans coup férir :)

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zeho31

Paradoxalement, je suis tout à fait d'accord avec vous deux*. Oui, je m'en fais beaucoup trop, mais comment ne pas se poser de questions quand l'école surreagit de cette manière ? Avec mon mari, nous nous disons souvent que nous n'avons qu'à ignorer les remarques de l'école et qu'ils se débrouillent puisque de notre côté tout roule. Perso, je crains que ca ne finisse tout de même par avoir un impact sur notre fils et que se voiler la face ne ferait que repousser le pb.

Je vais insister pour avoir plus de détails sur son comportement, des exemples précis.

Merci

*juste un bémol pour Katarina, je n'irais jamais dire a une maman que mon fils ayant été propre jour et nuit à ses 2 ans sans que j'y sois pour rien, je trouve étonnant qu'elle s'inquiète pour la propreté du sien. Chaque enfant, chaque famille est différente. Et je n'ai pas compris votre histoire d'a priori sur les autres parents. D'autant que je n'ai qu'un enfant et personne dans l'entourage pour partager des conseils. Je suis donc au contraire très demandeuse des expériences d'autrui. Je ne suis pas dans cette section par hasard.

Share this post


Link to post
Share on other sites
katarinabellachichi

Paradoxalement, je suis tout à fait d'accord avec vous deux*. Oui, je m'en fais beaucoup trop, mais comment ne pas se poser de questions quand l'école surreagit de cette manière ? Avec mon mari, nous nous disons souvent que nous n'avons qu'à ignorer les remarques de l'école et qu'ils se débrouillent puisque de notre côté tout roule. Perso, je crains que ca ne finisse tout de même par avoir un impact sur notre fils et que se voiler la face ne ferait que repousser le pb.

Je vais insister pour avoir plus de détails sur son comportement, des exemples précis.

Merci

*juste un bémol pour Katarina, je n'irais jamais dire a une maman que mon fils ayant été propre jour et nuit à ses 2 ans sans que j'y sois pour rien, je trouve étonnant qu'elle s'inquiète pour la propreté du sien. Chaque enfant, chaque famille est différente. Et je n'ai pas compris votre histoire d'a priori sur les autres parents. D'autant que je n'ai qu'un enfant et personne dans l'entourage pour partager des conseils. Je suis donc au contraire très demandeuse des expériences d'autrui. Je ne suis pas dans cette section par hasard.

Ce que j'ai voulu dire, c'est qu'on a l'impression que vous vous positionnez en maman parfaite, l'air de dire que les autres ne le sont pas, car elles ne donnent pas la même éducation. J'ai peut-être mal interprété vos propos, et si c'est le cas, excusez ma maladresse; je pense simplement que si vous vous en faisiez moins, tout irait mieux, même à l'école; à force de vouloir tout comprendre, tout interpréter, on finit par être dans le faux. Sans donner des fessées, on peut être autoritaire avec son enfant sans le traumatiser pour autant, surtout si c'est de l'autoritarisme contrôlé; les enfants ont besoin de limites, de beaucoup de limites, cela les rassure, et ce n'est pas en demandant son avis sur tout à un enfant qu'on construit son jeune cerveau; maintenant, je ne suis pas la science infuse non plus, je parle de mon expérience, de mon vécu, et j'arrive à un âge où j'ai côtoyé beaucoup d'enfants. CEUX qui posent problèmes à l'école sont le plus souvent ceux qui sont trop écoutés par leurs parents.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zeho31

Je ne comprends pas très bien : vous etes très "strictes" mais vos demandes sont toujours motivées (?), vous savez faire machine arrière il le souligne avec raison (?) et il ne doit pas vous obéir sans coup férir (?) , il sait exprimer son avis quand il est différent du votre (?)

Attention, ce n'est que mon avis perso :) , mais je pense qu'on ne demande pas son avis à un loulou de 4 ans et oui il doit obéir sans justification d'aucune sorte parce la plupart du temps c'est comme ça pas autrement (vous, vous avez de bonnes raisons, vous savez pourquoi évidemment...).

Sans doute qu'à l'école, on ne justifie pas telle ou telle demande (si c'est le moment on le fait c'est tout tant pis s'il n'a pas envie)

Je crois que peut etre comme mon deuxième fils, il a un problème de "transfert" de l'autorité.

Pour mon bouchon n°2, il était aussi tout le temps dans l'opposition (non c'était son mot favori !) et il a fallu bien lui montrer que, quand on le posait à l'école, c'était là, la maitresse qui "commandait" et qu'il fallait lui obéir. Idem pour le personnel communal.

Maintenant meme si ce n'est pas un ange, il a bien compris et il écoute les consignes.

Par contre, nous sommes des "vieux" parents ;) pas de fessées, mais il doit obéir sans coup férir :)

Ce n'est pas faux. Il y a un gap entre ce qui peut être fait avec un seul enfant à la maison et avec 28 en classe. Nous ne lui laissons pas décider des choses importantes, mais nous lui laissons des marges du style, tu veux le t-shirt rouge ou le bleu ? Par contre, en hiver c'est manche longue, pas de discussion. Donner la main pour traverser idem, etc. On explique que si nous avons le temps, l'énergie, et que ce n'est pas une énième redite d'une règle bien établie (je ne vais pas le laisser manger avec ses doigts alors qu'il sait fichtrement que c'est sale. Il le fait une fois, je préviens, la fois suivante il sort de table et revient quand il est prêt a manger proprement). Je pense toutefois que nous avons une marge ici à travailler pour etre plus directifs...

Comment avez-vous fait pour qu'il comprenne que la maitresse devait être obéie ? C'est elle qui a su s'imposer ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zeho31

Katarina, je ne pense pas avoir la science infuse. Je suis meme convaincue du contraire ;) notamment en matière d'éducation. Ma propension à me poser 20 000 question est une déformation professionnelle je le crains, et je travaille dessus.

Comme je l'ai déjà dit, tous les enfants sont différents, toutes les familles ont leurs spécificités. On doit en plus faire avec nos passifs respectifs. Je fais et ferais des erreurs. Ma vision actuelle l'éducation n'est deja plus celle que j'avais avant d'être mere et elle évolue avec mon fils et ses progrès, ses problèmes aussi.

En écrivant ici, et avec les réponses obtenues, je pense que si du côté famille il y a peut être un autre équilibre a trouver, un dosage entre écoute et autorité (voire autoritarisme) a recaler, je voulais surtout avoir le regard du corps enseignant pour savoir s'il était normal qu'a 4 ans, un enfant, certe agité, soit à ce point deja stigmatisé ? Il ne pose pas de probleme de violence, pourquoi n'arrivent-ils pas a le gerer ?

Merci encore à tous pour vos réponses

Share this post


Link to post
Share on other sites
gayane87

Alors, tous les matins (c'est mon mari qui l'emmène), il parle "ostensiblement" à la maitresse et lui dit un truc du style maintenant tu es à l'école c'est maitresse et l'atsem qui commandent tu les écoutes.

Et dès que possible on fait un "check point" avec elle, devant Tom pour qu'il voit bien qu'on se parle et qu'on est "d'accord" avec elle quand elle relate ses "bétises".

ça a pris quand meme tout octobre novembre ;) (mais il est de toute fin d'année donc je pense qu'il n'était finalement pas pret et pas assez mature pour l'école)

Maintenant il a grandi tout court aussi donc son comportement s'est amélioré (il tapait les autres aussi, courait partout ça aussi ça s'est tassé).

Certains ont besoin de plus de temps que d'autres c'est tout :)

Après on pense qu'il comprend beaucoup de choses (pas précoce mais dans cette idée là sur le plan intellectuel mais qu'émotionnellement il est bébé).

Peut-etre qu'il faudrait voir pour ton loulou cette notion de précocité (d'où un certain décalage dans son comportement et un coté rebelle).

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zeho31

Merci pour ces conseils. Nous n'avons pas le droit d'entrer dans l'école. Nous ne voyons donc jamais les enseignants sauf sur rdv. Pour le moment, nous n'avons jamais fait participer notre fils a un rdv, c'est à creuser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Alors, tous les matins (c'est mon mari qui l'emmène), il parle "ostensiblement" à la maitresse et lui dit un truc du style maintenant tu es à l'école c'est maitresse et l'atsem qui commandent tu les écoutes.

Et dès que possible on fait un "check point" avec elle, devant Tom pour qu'il voit bien qu'on se parle et qu'on est "d'accord" avec elle quand elle relate ses "bétises".

ça a pris quand meme tout octobre novembre ;) (mais il est de toute fin d'année donc je pense qu'il n'était finalement pas pret et pas assez mature pour l'école)

Maintenant il a grandi tout court aussi donc son comportement s'est amélioré (il tapait les autres aussi, courait partout ça aussi ça s'est tassé).

Il est effectivement primordial que les enfants soient convaincus que maîtres et parents sont sur la même longueur d'onde et que ces derniers soutiennent ce qui se fait en classe.

C'est ce qui manque à bon nombre de nos élèves, quel que soit le mode d'éducation choisi à la maison.

En effet, pourquoi être sage en classe, obéir à la maîtresse, travailler, quand on n'est pas tout à fait sûr (voire même qu'on sait le contraire) que papa et maman acceptent les remarques et les punitions de l'école ?

Comment accepter d'être mis au coin (ou isolé assis sur un banc) à l'école, même quand c'est aussi la pratique à la maison, quand on sent que ses parents ne sont pas d'accord ?

Attention également, à la maison, quand on est en position de critiquer un autre adulte encadrant, de bien s'assurer que l'enfant n'est pas dans les parages, ce que font de moins en moins les parents modernes, car leurs enfants sont avec eux tout le temps et partout.

Combien de fois, en famille ou entre amis, ai-je entendu des propos malveillants, moqueurs, ..., contre les enseignants des enfants présents ?

"Mais il n'écoute pas !", me répond-on souvent. Mais bien sûr que si ils écoutent !

Share this post


Link to post
Share on other sites
lilie2fr

avez vous pensé à le faire tester?

Share this post


Link to post
Share on other sites
isaroma

avez vous pensé à le faire tester?

J'y pensais aussi car tout ce qui est décrit fait penser a un enfant précoce, et il peut y avoir beaucoup de troubles associés qui peuvent expliquer une partie de son comportement et pour lesquels une prise en charge spécialisée peut aider (tdha, asperger....)

Share this post


Link to post
Share on other sites
marl29

Merci pour ces conseils. Nous n'avons pas le droit d'entrer dans l'école. Nous ne voyons donc jamais les enseignants sauf sur rdv. Pour le moment, nous n'avons jamais fait participer notre fils a un rdv, c'est à creuser.

Bonjour,

Comment ça vous n'avez pas le droit d'entrer dans l'école? Vous ne déposez pas vos enfants à l'entrée de la classe ? Dans mon école, les parents viennent amener leurs enfants à la porte de la classe et ils viennent le soir les reprendre.

Je vois donc les parents tous les jours (sauf ceux qui emmènent leur enfant en garderie).

Quand je rencontre des parents en rdv, je demande que l'enfant soit là. On parle avec lui, il voit que maman et papa communique avec la maîtresse.

Si on doit aborder un thème difficile et si j'estime que l'enfant ne doit pas être présent à ce moment, je fais une partie du rdv sans et après avec l'enfant.

C'est important que l'enfant soit présent.

Sinon, pour ce qui est du comportement de ton fils, à 4 ans, ne pas obéir, il n'est pas le seul !

C'est bien que tu rencontres la maîtresse. Après, tu peux attendre une semaine pour qu'elle se fasse son opinion.

Parle lui de tes inquiétudes, sans la présence de ton enfant, puis quand vous avez parlé, avec ton loulou, vous lui expliquez ce que vous attendez de lui.

Après, à la maitresse de trouver comment faire. C'est notre boulot aussi de trouver comment être avec tel ou tel enfant. Ils sont tous différents.

Et comme il est dit plus haut, à la maison, évidemment il peut avoir le choix de ses habits, mais certaines fois quand un adulte dit quelque chose, c'est comme ça et puis c'est tout, pas de discussion. Il n'a que 4 ans, alors je sais que si son langage est très bon, il ne faut pas vouloir le faire grandir trop vite.

A l'école, même si on explique les règles, parfois, on dit et ils font. Je le dis parfois à mes élèves un peu récalcitrants, à l'école, c'est moi qui décide et si je te dis de faire, tu fais, que tu le veuilles ou non !

Pas facile pour certains.

Le changement de maitresse peut être bénéfique pour lui.

Je sais que c'est angoissant pour vous, mais il faut éviter de lui montrer ça, d'en parler devant lui, même s'il joue ou regarde la télé, il entend !!!

Bon courage.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zeho31

Bonsoir,

Pour le faire tester on a finit par accepter que çela puisse être nécessaire pour mieux comprendre où ça coince. On le fera à la rentree.

Marl29, nous n'avons pas le droit d'entrer dans l'établissement. Nous devons laisser nos enfant a l'entrée dès la ps. Les enfants sont accueillis par 2 atsem qui s'assurent qu'ils ne ressortent pas (ils ont 1 mois pour prendre le pli, après c'est impossible d'accéder meme au hall). Plan vigipirate renforcé nous a-t-on expliqué... Idem à la sortie, sauf que là ce sont les enseignants qui tendent chaque enfant par la porte entrouverte... Classe apres classe. Impossible d'échanger... Le seul moment où nous avons accès a l'école c'est pour les récupérer a l'Alae. Là, nous rentrons dans les locaux.

Bon, les vacances vont être benefiques pour se changer les idées. On verra bien comment ça se goupille en janvier. Je vais tenter d'être plus zen, promis ;)

Merci à tous et bonnes fêtes !

Share this post


Link to post
Share on other sites
bouzou49

Bonsoir

Je serais toi j'attendrais une semaine de classe, histoire que la nouvelle enseignante le découvre sans à priori puis je demanderais un rendez vous pour faire le point. Si il y a un doute sur une éventuelle précocité , il serait peut être intéressant de faire intervenir la psy scolaire?

En attendant profite des vacances avec ton fils pour faire autre chose... Bonnes vacances !

B

Share this post


Link to post
Share on other sites
laurence93

Après lecture minutieuse, j'ai toujours du mal à comprendre sur quoi se basent certains intervenants pour affirmer à Zeho31 que ses méthodes éducatives sont défaillantes, qu'elle se croit meilleure parent que les autres, et que, pour comprendre pourquoi on punit jusqu'à 1heure sur un banc un enfant de 4 ans qui ne se montre même pas violent, juste désobéissant, c'est sur ses propres relations à l'école qu'elle devrait travailler...

Bref, je te tire mon chapeau, Zeho31, d'être encore capable de te saisir des avis constructifs.

Pour ma part :

- les "dérapages" reconnus en périsco semblent plus qu'inquiétants ; mais de quoi s'agit-il exactement ?

- les conseils de Clerissalak me semblent tout à fait adaptés (Que conseiller à l'enseignant? Rien, il doit connaitre son travail et pourrait prendre mal que tu lui dises ce qu'il doit faire. Tu veux le rencontrer, tu as raison, expose les problèmes ce que tu ressens et ce dont ton fils te fait part, ce qui t'nquiète aussi mais pas ce que l'enseignant doit faire ou pas.)

- pour l'accueil (enfin le non-accueil), les pratiques de cette école semblent très atypiques. Rien n'interdit à une équipe enseignante de fermer à ce point l'école aux familles, m'enfin on trouve quand même des textes du ministère qui, s'ils n'ont pas valeur coercitive, posent une norme dont cette école s'éloigne beaucoup.

Par exemple le guide du ministère "Mon enfant à l'école maternelle" (http://cache.media.education.gouv.fr/file/Espace_parent/35/9/Guide_pratique_des_parents_ecole_maternelle_227359.pdf) : L’accueil est un temps privilégié d’écoute et d’attention portée à chaque enfant et aux adultes qui l’accompagnent. Il favorise la séparation dans la sérénité. C’est un sas entre le monde de la famille et celui de l’école. Limité dans le temps, il se tient habituellement dans la classe.

Et puis il y a le projet des futurs programme 2015 qui expose explicitement la nécessité d'un accueil dans la classe (http://eduscol.education.fr/consultations-2014-2015/events/programmes-de-lecole-maternelle/, bas de page) : " Chaque fois que les conditions matérielles le permettent, l’accueil quotidien dans la salle de classe est un moyen de sécuriser l’enfant ; cet accueil peut faire l’objet de dispositions particulières pour les plus jeunes." Si ces projets sont retranscrits tels quels, l'accueil dans les classes en maternelle "chaque fois que les conditions matérielles le permettent" sera donc inscrit dans la loi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lena

Après lecture, je dirais:

- tenter le test psychométrique, surtout pour les écarts entre les différents aspects étudiés, d'ailleurs (cf capacité de raisonnement XXXL et comportement de bébé XXXL) ; et surtout repartir de chez le psy avec des pistes pour les gérer au quotidien.

- être plus directif / moins explicatif ; ce n'est pas parce que cet enfant est raisonneur/ doté d'un vocabulaire suffisant pour comprendre et argumenter, qu'il en a la maturité affective (cf les XXXL ci dessus).

Mais... cela a déjà été proposé :tongue:

Share this post


Link to post
Share on other sites
gayane87

Après lecture minutieuse, j'ai toujours du mal à comprendre sur quoi se basent certains intervenants pour affirmer à Zeho31 que ses méthodes éducatives sont défaillantes, qu'elle se croit meilleure parent que les autres, et que, pour comprendre pourquoi on punit jusqu'à 1heure sur un banc un enfant de 4 ans qui ne se montre même pas violent, juste désobéissant, c'est sur ses propres relations à l'école qu'elle devrait travailler...

Bref, je te tire mon chapeau, Zeho31, d'être encore capable de te saisir des avis constructifs.

Pour ma part :

- les "dérapages" reconnus en périsco semblent plus qu'inquiétants ; mais de quoi s'agit-il exactement ?

- les conseils de Clerissalak me semblent tout à fait adaptés (Que conseiller à l'enseignant? Rien, il doit connaitre son travail et pourrait prendre mal que tu lui dises ce qu'il doit faire. Tu veux le rencontrer, tu as raison, expose les problèmes ce que tu ressens et ce dont ton fils te fait part, ce qui t'nquiète aussi mais pas ce que l'enseignant doit faire ou pas.)

- pour l'accueil (enfin le non-accueil), les pratiques de cette école semblent très atypiques. Rien n'interdit à une équipe enseignante de fermer à ce point l'école aux familles, m'enfin on trouve quand même des textes du ministère qui, s'ils n'ont pas valeur coercitive, posent une norme dont cette école s'éloigne beaucoup.

Par exemple le guide du ministère "Mon enfant à l'école maternelle" (http://cache.media.education.gouv.fr/file/Espace_parent/35/9/Guide_pratique_des_parents_ecole_maternelle_227359.pdf) : L’accueil est un temps privilégié d’écoute et d’attention portée à chaque enfant et aux adultes qui l’accompagnent. Il favorise la séparation dans la sérénité. C’est un sas entre le monde de la famille et celui de l’école. Limité dans le temps, il se tient habituellement dans la classe.

Et puis il y a le projet des futurs programme 2015 qui expose explicitement la nécessité d'un accueil dans la classe (http://eduscol.education.fr/consultations-2014-2015/events/programmes-de-lecole-maternelle/, bas de page) : " Chaque fois que les conditions matérielles le permettent, l’accueil quotidien dans la salle de classe est un moyen de sécuriser l’enfant ; cet accueil peut faire l’objet de dispositions particulières pour les plus jeunes." Si ces projets sont retranscrits tels quels, l'accueil dans les classes en maternelle "chaque fois que les conditions matérielles le permettent" sera donc inscrit dans la loi.

Je ne crois pas qu'on explique qu'il y ait une défaillance de quoi que ce soit, mais juste à notre avis, ce qui pourrait expliquer éventuellement les problèmes rencontrés.

Un décalage entre la maison et l'école en matière d'attentes diverses et variées est un début de piste (en se basant sur nos vécus d'enseignant(e)s et de parents)

Sinon oui, cette école (en région parisienne ? un quartier spécial ?) est étonnement fermée si on ne voit jamais les enseignants difficile de faire du lien en effet

Share this post


Link to post
Share on other sites
katarinabellachichi

Alors, tous les matins (c'est mon mari qui l'emmène), il parle "ostensiblement" à la maitresse et lui dit un truc du style maintenant tu es à l'école c'est maitresse et l'atsem qui commandent tu les écoutes.

Et dès que possible on fait un "check point" avec elle, devant Tom pour qu'il voit bien qu'on se parle et qu'on est "d'accord" avec elle quand elle relate ses "bétises".

ça a pris quand meme tout octobre novembre ;) (mais il est de toute fin d'année donc je pense qu'il n'était finalement pas pret et pas assez mature pour l'école)

Maintenant il a grandi tout court aussi donc son comportement s'est amélioré (il tapait les autres aussi, courait partout ça aussi ça s'est tassé).

Certains ont besoin de plus de temps que d'autres c'est tout :)

Après on pense qu'il comprend beaucoup de choses (pas précoce mais dans cette idée là sur le plan intellectuel mais qu'émotionnellement il est bébé).

Peut-etre qu'il faudrait voir pour ton loulou cette notion de précocité (d'où un certain décalage dans son comportement et un coté rebelle).

Notre comportement joue beaucoup, ce que je vais dire est peut-être simpliste, mais j'aime les choses simples;

quand j'emmenais mes enfants à la crèche, j'étais gaie, je disais à mes enfants: chouette! tu vas à la crèche, comme tu as de la chance! Pareil quand ils partaient en classe de découverte ou en colos.

Je n'ai jamais eu une réticence de la part de mes enfants, tout se passait sans aucune larme, alors que certaines mamans avaient le coeur déchiré de laisser leur petit , et comme par hasard, le petit avait des crises de larmes. Quand on me ramenait une punition, je disais : tu la fais , la prochaine fois , tu te tiendras tranquille;

Il ne faut pas croire que j'étais toujours satisfaite de laisser mes enfants quelque part, mais je me montrais toujours joviale. Moi aussi, comme tous les parents , j'ai eu quelques soucis, mon aîné était violent , mais je ne m'en suis pas fait plus que ça, et c'est vite passé. Les enfants ressentent nos angoisses, ils faut vraiment travailler sur ça;

Share this post


Link to post
Share on other sites
natoo

L'école c'est dur parfois, pour les enfants mais aussi pour les parents. D'abord ça fait remonter beaucoup d'angoisses ou de mauvaises expériences, ça génère de l'inquiétude dans les familles. En plus les parents confient ce qu'ils ont de plus cher ( leurs enfants ) à des inconnus ( nous ) au sein d'une institution qui n'a pas toujours bonne presse. Ce coup là on cumule !!!!

Zeho c'est normal de t'inquiéter, et c'est une bonne démarche de s'impliquer, mais respires tu verras ça se passera mieux pour vous 2.

Ensuite concernant l'éducation non violente, et le fait d'expliquer les règles, comme tu l'as fort justement souligné ça n'est pas toujours possible. Les enfants doivent faire confiance aux adultes qui les entourent ( parents, enseignants, animateurs, entraîneurs de sport ), si les adultes interdisent quelque chose c'est qu'ils ont une bonne raison de le faire. Ils doivent savoir qu'un non n'est pas un oui peut-être que..... Je crois que tu fais vraiment de ton mieux, et que vous allez grandir ensemble lui comme un enfant et toi comme un parent qui découvre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
katarinabellachichi

L'école c'est dur parfois, pour les enfants mais aussi pour les parents. D'abord ça fait remonter beaucoup d'angoisses ou de mauvaises expériences, ça génère de l'inquiétude dans les familles. En plus les parents confient ce qu'ils ont de plus cher ( leurs enfants ) à des inconnus ( nous ) au sein d'une institution qui n'a pas toujours bonne presse. Ce coup là on cumule !!!!

Zeho c'est normal de t'inquiéter, et c'est une bonne démarche de s'impliquer, mais respires tu verras ça se passera mieux pour vous 2.

Ensuite concernant l'éducation non violente, et le fait d'expliquer les règles, comme tu l'as fort justement souligné ça n'est pas toujours possible. Les enfants doivent faire confiance aux adultes qui les entourent ( parents, enseignants, animateurs, entraîneurs de sport ), si les adultes interdisent quelque chose c'est qu'ils ont une bonne raison de le faire. Ils doivent savoir qu'un non n'est pas un oui peut-être que..... Je crois que tu fais vraiment de ton mieux, et que vous allez grandir ensemble lui comme un enfant et toi comme un parent qui découvre.

Comme c'est bien dit!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zeho31

Bonjour à tous,

Je sais à quel point il est frustrant de ne pas avoir le fin mot de l'histoire, je vous tiens donc au courant. Bonhomme ayant déclaré une varicelle la veille de la rentrée, sévère de surcroît, il est rentré en classe avec une semaine de retard. Sans surprise (c'était le plus logique...), notre demande de rendez-vous rapide n'a pas été acceptée, sa nouvelle maîtresse souhaitant découvrir sa classe et notre fils avant toute rencontre, d'autant qu'elle m'a précisé ne pas avoir les mêmes méthodes que son prédécesseur et a donc tout à mettre en place, comme une rentrée de septembre. Un rdv a donc été fixé en fin de mois pour faire le point, même jour que pour le compte-rendu de la psy scolaire. Le seul élément que j'ai tenu à lui transmettre concernait le souci avec l'alaé et cette stigmatisation de bonhomme comme étant un fauteur de trouble. Nous attendrons donc cette date. En attendant, nous tenons toujours un discours positif concernant tant l'école que sa nouvelle maitresse.

Je retiens quand même une chose de cet échange téléphonique (elle m'a appelé le premier midi), c'est cette sensation de parler à quelqu'un sur la défensive. J'ai conscience que certains parents ne doivent pas être évidents à côtoyer, mais nous ne sommes pas tous sur ce modèle. Quand j'évoquais le problème de stigmatisation, elle s'est sentie obligée de me préciser que tout de même, si mon fils se comportait mal, elle devrait réagir... encore heureux ! je ne demande aucun passe droit, au contraire même... et bonjour l'année pour elle si elle ne le cadre pas Oo L'échange est quand même compliqué quand on a l'impression qu'il faut justifier chaque information en précisant qu'on ne veut ni s'immiscer dans sa façon de faire, ni juger la professionnelle qu'elle est... Les parents sont-ils devenus si difficiles à gérer au quotidien ? J'ai l'impression à chaque fois de sortir des bourdes quand je m'adresse à un/une enseignante...

Bonne année à tous,

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Les parents sont-ils devenus si difficiles à gérer au quotidien ?

Vous avez tout dit !

Chacun est persuadé qu'il n'est pas intrusif ni trop critique lorsqu'il veut qu'on prenne en compte son enfant comme un cas particulier dans un collectif.

Quand il n'y en avait qu'un, on gérait. Mais maintenant, dès qu'on émet une critique à des parents par rapport au comportement ou au travail d'un élève, on s'en prend plein la figure.

Donc avec l'accumulation, c'est devenu très pénible.

Comme s'il n'y avait presque plus d'élève normal !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...