Jump to content
Frédo45

L’éducation nationale épargnée par la réforme territoriale

Recommended Posts

Frédo45
Enseignants et personnels administratifs de l’éducation nationale sont rassurés : la nouvelle organisation territoriale arrêtée vendredi 31 juillet en conseil des ministres abandonne définitivement l’idée de la fusion d’académies.
Moi, ce qui me fait rire, c'est la création du "comité régional académique où siègent les différents recteurs." Pour la région Centre-Val de Loire, elle va siéger toute seule... :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

La droite s'en occupera en 2017...Et puis là on ne parle que du personnel administratif...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

C'est sûr. De toute façon, les promesses du pouvoir ne tiennent que jusqu'au changement de majorité... Et encore...

Share this post


Link to post
Share on other sites
André Jorge

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

On s'aperçoit progressivement que le puzzle de la territorialisation prend forme contrairement à ce que prétendait les syndicats majoritaires...

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

On s'aperçoit progressivement que le puzzle de la territorialisation prend forme contrairement à ce que prétendait les syndicats majoritaires..

On comprends mieux la contre réforme des rythmes scolaires, l'abrogation du décret de 1950 dans le second degrés, la réforme du collège et le début de son autonomie, la volonté de modifier l'évaluation des enseignants...La droite aurait fait 1/10 ème de toutes ces régressions TOUS les syndicats auraient été à l'offensive!

Share this post


Link to post
Share on other sites
nola

Ce que dit Boissinot est intéressant mais pas nouveau. D'autres hiérarques du PS ont déjà laissé entendre qu'il fallait décentraliser au maximum le système éducatif. Sinon, par curiosité, est-ce qu'il reste encore des collègues qui pensent que la "refondation" de l'école n'a pas pour but principal de casser l'EN en refilant le bébé (et les dépenses qui vont avec) aux collectivités territoriales?

Share this post


Link to post
Share on other sites
nola

ça date un peu mais c'est très clair, me semble-t-il:

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/02/03/vallini-en-finir-avec-le-jardin-a-la-francaise-des-collectivites_4358812_823448.html

Chaque administration « déconcentrée » devrait ensuite être autonome dans le cadre d'un budget de fonctionnement : organisation interne, recrutement des enseignants et choix des actions éducatives pour un établissement scolaire en fonction notamment des territoires et de leurs spécificités.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/02/03/vallini-en-finir-avec-le-jardin-a-la-francaise-des-collectivites_4358812_823448.html#x5gftZAw7a7yRx0X.99
Au vu du CV de Valini, on peut lui faire confiance: il dit tout haut ce que le gouvernement fait en douce.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sarri

Nous étions avertis : http://blogs.mediapart.fr/blog/francis-daspe/220114/ecole-le-venin-solferinien-de-la-territorialisation

Rousset n'est pas un perdreau de l'année et il n'a pas balancé ces infos au hasard. A partir de 2017, les gros syndicats montreront toutes leurs dents au nouveau pouvoir et s'opposeront de toutes leurs forces à une réforme qu'ils ont pourtant fait germer et copieusement alimenter avec leurs amis socialistes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

On s'aperçoit progressivement que le puzzle de la territorialisation prend forme contrairement à ce que prétendait les syndicats majoritaires...

Je ne vois pas de quel syndicat majoritaire tu parles... Chez nous, on n'a toujours lutté contre la municipalisation des services de l'Education Nationale.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sarri

On s'aperçoit progressivement que le puzzle de la territorialisation prend forme contrairement à ce que prétendait les syndicats majoritaires...

Je ne vois pas de quel syndicat majoritaire tu parles... Chez nous, on n'a toujours lutté contre la municipalisation des services de l'Education Nationale.

Ah bon!!!! Alors pourquoi avoir appelé de toutes vos forces la réforme des rythmes qui n'est rien d'autre que l'étape n°1 sur la route de la territorialisation???

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

Mais c'est incroyable d'être de mauvaise foi comme ça. On a appelé à la grève et on a été dans chaque département très virulent. Mais je me répète - mais apparemment dans ta petite tête, ça ne rentre pas - on peut être favorable aux 4 jours et demi et considérer que cette réforme entraîne une municipalisation plus forte encore.

Ca pour toi, apparemment, c'est trop compliqué. Pour nous, le problème n'est pas le passage à 4 jours et demi mais le manque d'uniformité.

Pfff...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sarri

Ah ma petite tête!!! Elle est bien dure n'est-ce pas???

Ce serait tellement plus honnête de la part du SNUIPP de dire que vous avez fait une énorme erreur stratégique en signant un chèque en blanc au gouvernement PS en 2012. Vous avez ouvert la porte aux termites et maintenant vous voulez nous faire croire que vous allez les combattre. Ma petite tête, elle comprend juste que vous nous avez mis dans une belle mer... dont on ne se sortira plus.

Edited by André Jorge

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

Quel chèque en blanc ? A-t-on signé un accord avec le MEN ? Non.

Edited by André Jorge

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

Quel chèque en blanc ? A-t-on signé un accord avec le MEN ?

Signé la Refondation où figure ce Décret des rythmes...Oui! Ensuite on peut remarquer que le SNUIPP a bougé uniquement parce que la base était (est) mécontente, comme la Réforme du collège d'ailleurs

où c'est la base qui a poussé..

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

Tu oublies juste que dans la refondation, il y avait 60.000 créations de postes et que l'urgence était là... Mais on aurait pu continuer à supprimer des postes, déjà que les effectifs sont costauds...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neo68120

60 000 créations de postes de quoi ? de "pseudo-formateurs" dans les ESPE ou bien d'enseignants devant les élèves ? :getlost: On est loin de combler les 80 000 postes supprimés sous l'ère Sarko... Quid des écoles où l'on ne compte pas les élèves de Clis dans les effectifs et où l'on se retrouve avec des doubles-niveaux Cm1-Cm2 à 30 élèves dont 2 élèves de Clis ? :unsure:

Share this post


Link to post
Share on other sites
nola

Tu oublies juste que dans la refondation, il y avait 60.000 créations de postes et que l'urgence était là... Mais on aurait pu continuer à supprimer des postes, déjà que les effectifs sont costauds...

Il n'y aura pas 60 000 postes créés; ça a déjà été montré et des articles sur ce sujet ont été postés. De toute manière entre les dispositifs estampillés refondation (2 ans, plus de maitre que de classe), les créations (nécessaires) de postes non enseignants parfois très précaires, et la hausse de la démographie, le primaire "ordinaire" restera largement sous-doté.

Au bilan, Hollande aura continué la politique sarkozyste avec un emballage un poil plus attrayant mais relevant plus des bonnes intentions que d'une réelle amélioration des conditions de travail qui sont aussi les conditions d'étude des élèves, on ne le répètera jamais assez.

Quant à la territorialisation, c'est bien un objectif des socio-libéraux et les déclarations de Valini, Boissinot et Roussel le montrent clairement. Je ne pense pas que ce soit un objectif nouveau. Il n'y a pas de dérive locale de la réforme des rythmes vers une territorialisation de l'école. Elle atteint au contraire son objectif premier...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

Ca je sais qu'il n'y aura pas 60.000 postes, notamment car il n'y a pas assez de candidats (d'où une nécessaire revalorisation salariale et les négociations avec M. Lebranchu, même s'il y a certains points intéressants comme le traitement proposé de l'ISAE, ne peuvent nous rendre optimistes) mais si ça avait été N. Sarkozy, sois honnête, il y aurait encore eu diminution du nombre d'enseignants avec le non-remplacement d'un départ en retraite sur deux. Tu sais très bien que ce que je dis est vrai. On ne peut donc pas faire comme si tout était identique. Oui le mandat Hollande est marqué par une adhésion franche au social-libéralisme mais un mandat Sarkozy aurait été l’avènement de l'ultra-libéralisme en France, une forme de "thatchérisme" avec 20 ans de retard.

Quant à la territorialisation, à partir du moment où tu prends comme exemple la Finlande, évidemment que c'est le chemin privilégié. En Finlande, les programmes répondent à des impératifs municipaux... Donc oui mais je continue à dire qu'il ne faut pas confondre réforme de la semaine scolaire et municipalisation. On aurait très bien pu changer de rythmes sans introduire une municipalisation.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sarri

Donc oui mais je continue à dire qu'il ne faut pas confondre réforme de la semaine scolaire et municipalisation. On aurait très bien pu changer de rythmes sans introduire une municipalisation.

Il était quand même évident depuis le départ que pour les technocrates du ministère, la réforme des rythmes permettait de créer le chaos à partir duquel il sera beaucoup plus simple d'amener la territorialisation de l'enseignement. Il suffisait d'un peu de bon sens et je suis convaincu que beaucoup des hauts dirigeants du SNUIPP en sont dotés. Alors pourquoi avoir soutenu la mise en place de cette réforme?? Boulette ou pas boulette?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

Mais quand a-t-on soutenu la réforme des rythmes scolaires ? Encore une fois, malhonnêteté.

Et non, une réforme des rythmes n'est pas forcément synonyme de municipalisation. La preuve, la réforme Darcos.

Il y en a des Nostradamus après coup.

Share this post


Link to post
Share on other sites
abel27

Mais quand a-t-on soutenu la réforme des rythmes scolaires ? Encore une fois, malhonnêteté.

Et non, une réforme des rythmes n'est pas forcément synonyme de municipalisation. La preuve, la réforme Darcos.

Il y en a des Nostradamus après coup.

:blink: :blink: :blink: :blink: :blink: :blink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
nola

Donc oui mais je continue à dire qu'il ne faut pas confondre réforme de la semaine scolaire et municipalisation. On aurait très bien pu changer de rythmes sans introduire une municipalisation.

Il était quand même évident depuis le départ que pour les technocrates du ministère, la réforme des rythmes permettait de créer le chaos à partir duquel il sera beaucoup plus simple d'amener la territorialisation de l'enseignement. Il suffisait d'un peu de bon sens et je suis convaincu que beaucoup des hauts dirigeants du SNUIPP en sont dotés. Alors pourquoi avoir soutenu la mise en place de cette réforme?? Boulette ou pas boulette?

On aurait pu oui, mais ça ne répondait pas aux objectifs affichés (amélioration des résultats des élèves) donc ça a bien été fait dans un autre but. La structure même de la réforme et le forcing fait sur les PDET nous disent quel était le vrai but...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

Les PEDT, c'est un flop... Plein de mairies n'en ont pas mis en place, certaines même qui proposaient des activités après la classe. D'autres en reviennent. Une commune proche de chez moi a décidé de tout stopper et de remplacer les activités périscolaires par l'allongement de l'accueil de loisirs (ce qui n'est pas bête au passage).

Il n'y a que le gouvernement pour s'en rendre compte. Mais on en revient toujours au même constat. Le problème ne vient pas des 4 jours et demi...

Share this post


Link to post
Share on other sites
prof désécol

Donc oui mais je continue à dire qu'il ne faut pas confondre réforme de la semaine scolaire et municipalisation. On aurait très bien pu changer de rythmes sans introduire une municipalisation.

Il était quand même évident depuis le départ que pour les technocrates du ministère, la réforme des rythmes permettait de créer le chaos à partir duquel il sera beaucoup plus simple d'amener la territorialisation de l'enseignement. Il suffisait d'un peu de bon sens et je suis convaincu que beaucoup des hauts dirigeants du SNUIPP en sont dotés. Alors pourquoi avoir soutenu la mise en place de cette réforme?? Boulette ou pas boulette?

On aurait pu oui, mais ça ne répondait pas aux objectifs affichés (amélioration des résultats des élèves) donc ça a bien été fait dans un autre but. La structure même de la réforme et le forcing fait sur les PDET nous disent quel était le vrai but...

A lire pour s'en convaincre le BO du 1er janvier 2015 :

http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=85078

Il [le PeDT] permet d'identifier l'offre d'activités périscolaires existantes et de la formaliser au sein d'un projet éducatif qui propose, à tous les enfants, des activités qui peuvent être organisées dans le cadre d'un accueil non déclaré, de type espace ludique surveillé ou garderie, ou dans le cadre d'un accueil collectif de mineurs (ACM) déclaré auprès des services de la DDCS/PP conformément à la règlementation rappelée au paragraphe II ci-dessous. La liste des activités organisées dans ce cadre est annexée à la convention.

Quel que soit le mode d'accueil retenu, la mise en œuvre d'un PEDT peut servir d'appui à une démarche de professionnalisation des intervenants rémunérés et de formation des bénévoles.

Le machin doit passer, et tant pis pour les belles ambitions affichées au départ...

Et ça passe :

http://www.lagazettedescommunes.com/365745/rythmes-scolaires-le-bilan-des-villes-moyennes/

67% des villes [villes moyennes] s’appuyaient déjà sur un contrat ou projet éducatif local avant la réforme, 98% d’entre elles ont désormais un PEDT ou sont en train de le finaliser.

Avec, bien sûr, un argument persuasif :

http://www.lagazettedescommunes.com/309318/publication-de-la-nouvelle-circulaire-detaillant-les-pedt/

Le projet éducatif territorial n’est pas obligatoire. Néanmoins, l’obtention du fonds de soutien, ex-fonds d’amorçage pérennisé par l’article 96 de la loi de finances, est soumise à la rédaction d’un PEDT. Les conditions d’éligibilité au fonds, ainsi que le calendrier des versements, seront dévoilés au cours du premier trimestre 2015. Leur rédaction impliquera les associations d’élus locaux.

Pas de PEdT, pas d'indemnité.

Le gouvernement suivant n'aura plus qu'à y ajouter ce que bon lui semblera....

Share this post


Link to post
Share on other sites
nola

Les PEDT, c'est un flop... Plein de mairies n'en ont pas mis en place, certaines même qui proposaient des activités après la classe. D'autres en reviennent. Une commune proche de chez moi a décidé de tout stopper et de remplacer les activités périscolaires par l'allongement de l'accueil de loisirs (ce qui n'est pas bête au passage).

Il n'y a que le gouvernement pour s'en rendre compte. Mais on en revient toujours au même constat. Le problème ne vient pas des 4 jours et demi...

Oui, c'est souvent un flop éducatif, mais c'est bien leur mise en place à tout prix qui importe au gouvernement. La territorialisation n'est pas un objectif partagé par tous les soutiens de la refondation, ni même par tout le PS, mais une fois la poussière retombée, c'est bien tout ce qu'il restera du quinquennat Hollande. La droite va se régaler...

Edit: grillé par profdesecole qui a tout très bien expliqué.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

Non mais il y a aussi ce qu'on met derrière le mot territorialisation.

A priori, je ne suis pas défavorable à la décentralisation. Il y a des choses qui ne peuvent se régler efficacement au niveau national. C'est d'ailleurs un peu pour ça que je ne souhaite pas la fin des départements (il n'y a qu'à imaginer des commissions paritaires sur le mouvement en mode académique pour se rendre compte de l'intérêt du découpage départemental).

Le problème de la décentralisation exigée, contrairement à la décentralisation de 82 (ou 83 ?), c'est qu'elle n'a que des objectifs de désengagement de l'Etat. Et les missions sont reportées sur des collectivités elles-mêmes endettées.

Une décentralisation peut être acceptable si elle est effectuée dans un souci d'efficacité, pas si elle l'est par simple besoin budgétaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
nola

Oh, on pourrait effectivement discuter d'une décentralisation possible ou nécessaire. Celle des années 80 a tout de même eu une face bien sombre. Mais il n'y avait pas besoin d'être Nostradamus pour savoir que les dotations des collectivités locales allaient être taillées à la hache (le gouvernement l'avait annoncé).

On savait ce qui allait se passer, oui. Du moins, ceux qui avaient pris la peine de s'informer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédo45

Les dotations c'est autre chose. Les coupes auraient été faites, réforme des rythmes ou pas. Là encore, on mélange.

En effet, la décentralisation des années 80 a une face sombre mais elle a aussi des vertus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
nola

Effectivement, je n'ai pas été très clair: les belles activités qu'on faisait miroiter aux parents pour améliorer la "réussite éducative", le gouvernement savait qu'elles ne seraient pas financées. Entre ça, les déclarations de Peillon aux élus comme quoi nous serions prêts à faire le périsco vu que la politique salariale resterait sarkozyste et plus si affinités, la "catastrophe" (imaginaire) des résultats PISA 2012, due aux 4 jours (pour des élèves qui n'avaient pas connu la semaine Darcos en primaire), ça fait beaucoup de cynisme, pour rester poli.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...