Jump to content
sophsoph

Accepter les difficultés de son enfant

Recommended Posts

sophsoph

Bonsoir,

C'est en tant que maman et maîtresse que je poste ici. Ma fille, en CE1, a des difficultés en écriture/lecture. Elle est suivie par une orthophoniste et nous sommes en train de faire un bilan chez une psychomotricienne qui découvre pas mal de problèmes. Pour moi, c'est dur. J'aurais tellement voulu que tout soit facile pour elle, que l'école soit simple... Quand je l'entends dire à sa petite soeur :"quatorze? c'est facile, c'est un 4 et un 1", j'ai une boule au ventre. Tout semble à l'envers dans sa tête et elle ne s'en rend même pas compte...

Je ne vis pas super bien la situation car je suis inquiète pour son avenir (et si je ne réussissais pas à l'aider l'an prochain quand elle sera dans ma classe? et si au collège elle coulait totalement? et si elle galérait pour tout dans la vie?). Forcément, je culpabilise, me demandant si j'ai fait quelque chose de travers à un moment donné, qui puisse expliquer ses difficultés.

De plus, dans ma classe, j'ai un élève en décrochage scolaire. J'ai vécu une séance avec psy scolaire dure-dure où il pleurait, disant qu'il n'aimait rien à l'école; j'avais l'impression de recevoir son calvaire en pleine figure (et c'est moi qui lui fait vivre ça au quotidien? :bye2:).

Désolée pour ce message décousu, mais mes pensées le sont. Comment réussit-on à déculpabiliser des difficultés de ses enfants, de ses élèves? Comment peut-on les aider au mieux? Est-ce que les rééducations solutionnent tout? Est-ce que le temps fait son oeuvre? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
isa12

Je suis très touchée par ton message...

J'imagine à quel point cela doit être difficile pour vous...

Sois un peu patiente, attends le résultat des bilans ...

Et si cela peut te rassurer, j'ai le fils d'une amie qui a été diagnostiqué "dyslexique" ... la scolarité en élémentaire a été un peu difficile et depuis qu'il est au collège tout va pour le mieux pour lui, il a repris confiance et a des supers notes ;-)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Merci pour ton message. En effet, ça me rassure de savoir que certains enfants s'en sortent quand même...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
borneo

Bonjour,

si ta fille est partie pour ne pas être très bonne élève, aide-la à développer d'autres talents : qualités relationnelles, sportives, etc. Ne focalise pas sur la classe, car ça va avoir l'effet inverse. Dédramatise, on peut réussir sa vie sans être bon élève, tout comme on peut passer un doctorat et ne pas trouver de boulot.

Share this post


Link to post
Share on other sites
kokoko

L'école, c'est important mais ce n'est pas tout dans la vie (heureusement) et cela ne détermine pas à l'avance le chemin de vie qu'elle aura adulte notamment et comme dit plus haut si elle développe ses propres talents car, tout le monde en a ! Des activités extra-scolaires peuvent lui donner confiance en elle (sport, activités manuelles, musique...). C'est super important si elle manque de confiance ou si elle ressent tes appréhensions par rapport à l'école et même pour toi, pour la voir s'épanouir et voir tous les trésors cachés (ou pas ;) ) qu'elle a en elle. Elle peut aussi apprendre, au fil du temps, à compenser ses difficultés liées (si j'ai bien compris) à la dyslexie. J'ai un "grand cousin" qui est dyslexique et qui est devenu... prof de technologie en collège  . ;) et pourtant à l'époque, les instits et profs n'étaient pas tendres avec lui... il était bête, il finira balayeur et j'en passe... Bien sûr, ces phrases n'avaient rien avoir avec la réalité ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
flore49

On le dit souvent de nos parents d'élèves, dur, dur effectivement de renoncer à l'enfant idéal. Dur, dur d'accepter toutes ces difficultés sur son chemin. Pour le moment, tu te prends tout cela en pleine poire, cela fait donc mal. Normal.
Comme les autres, je te dirais d'attendre les résultats des examens. Une fois le diagnostic posé, on y voit plus clair et on sait quels outils mettre en place.
Pour l'année prochaine, j'aurais aussi tendance à te dire de ne pas la prendre dans ta classe. Tu as besoin d'énergie pour aider ta fille au quotidien, tu risques de t'épuiser si c'est toi qui prends tout cela en charge du matin au soir, car même si tu es une bonne professionnelle, il y a forcément une surcharge affective. Déléguer cette partie scolaire ne peut qu'être bénéfique pour vous deux.

D'un autre côté, pour le moment, ta fille ne semble pas "malheureuse" d'aller à l'école. Malgré ses difficultés, elle peut être heureuse d'y aller, il faut compter sur son envie aussi.

Mais tu sembles être dans un petit village, je ne sais pas si cela est possible. A réfléchir donc.

Bon courage :wub:

Share this post


Link to post
Share on other sites
carosob1

Je comprends tes inquiétudes pour les partager également. Ma fille vient d'être diagnostiquée avec des troubles envahissants du développement, certainement un autisme. Je vois bien que sa scolarité va être plus délicate que pour d'autres (j'ai également mon neveu qui a été diagnostiqué également autiste de haut niveau).

Pour expérience, j'ai eu ma belle-soeur qui est dyslexique et dyscalculique. Cela ne l'a pas empêchée d'arriver jusqu'en terminale et de bien se débrouiller, elle s'adapte simplement en fonction de ses difficultés.  Avec le bon diagnostique et des aides adaptées, ta fille progressera. Le tout est de savoir ce qui serait bénéfique pour elle.

Le seul conseil que je pourrais te donner à ce stade, c'est de ne pas hésiter à demander de l'aide et à se faire aider (collègue, RASED, famille). C'est impossible de tout faire et assumer seul(e). Prends également du temps pour sortir et te changer les idées. 

D'un point de vue professionnel, il faut aussi être réaliste, on ne peut pas tout régler en classe.

Surtout, il faut qu'elle conserve l'envie d'aller à l'école, sans appréhension. C'est ça qui l'aidera le plus je pense. Il y a bon nombre d'exemple de personnes à qui on avait dit "tu ne feras jamais rien" et qui ont très bien réussi dans la vie!

Share this post


Link to post
Share on other sites
mp31

J'ai vécu la même expérience que toi avec mon fils, second de la fratrie, qui n'arrivait pas à retenir des syllabes, des mots simples, qui confondait le et la en fin de CP. On n'a pas lâché ! Et séance d'orthophonie, puis en CE2, bilans au centre des trouble du langage : psy; ortho et neuro. Résultat: il a une dyslexie avérée avec un écart de 2. A partir du moment où on a mis des mots sur les problèmes de lecture et de mémoire, j'ai accepté et reconnu qu'il fallait lui demandé moins ou différemment. Pas facile d'accepter au début car sa soeur ainée était excellente...

Mais les spécialistes nous ont rassurés : il prendra plus de temps mais il a toutes les capacités pour apprendre. En ce moment, il est en première technologique et a enfin arrêté les séances d'orthophonie. On met en place un PAP dyslexie pour le bac de français. 

Bon courage et patience.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lady Oscar

Bonjour :)

Mon conseil est le même: faire en sorte d'être en paix avec les difficultés de ta fille en cherchant un diagnostique clair de ses difficultés.

Ca te permettra de laisser de la place à tout le positif et de ne pas laisser le négatif mener votre vie. Personne n'est coupable dans cette situation et il faut éviter au maximum que ta fille soit dans la peau d'une "victime", en apprenant à gérer au fur et à mesure.

Ta fille verra que ses difficultés sont prises en compte, que sa maman ne se fâche pas pour les leçons du soir et l'aide à gérer ce qui la freine.

Elle gardera sa motivation et son estime d'elle-même. ;)

Notre système scolaire fait appel à une forme de travail et ceux qui sont en difficultés ne sont pas plus bêtes que les autres, c'est juste que le système ne s'adapte pas à eux par manque de moyens (effectifs, méconnaissance, dépistage et démarches compliqués...). Ta fille a la chance que tu sois dans le système et donc encore plus apte que d'autres parents pour l'aider.

Je te souhaite de passer une belle journée :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Le terme "dyslexique" n'a pas été donné (je pense que tant que les enfants ne sont pas en CE2, les orthophonistes restent prudents), mais les inversions sont bien là, la lecture lente et difficile, le passage à l'écrit est très compliqué (elle adore écrire plein de choses, mais c'est tout le temps tout inversé, c'est fou!). Au niveau moteur, elle est mal latéralisée, elle a des souci de synésie main droite/main gauche, des problèmes de tenue de crayon, etc... J'ai l'impression qu'on va découvrir de nouveaux problèmes à chaque nouveau spécialiste rencontré. 

Et à côté de cela, je me dis que peut-être beaucoup d'entre nous ont ces problèmes, mais comme ils ne sont pas diagnostiqués, on vit avec en compensant naturellement, et voilà...

Pour le moment, elle ne s'aperçoit de rien, grâce à sa super maîtresse qui met en place des aides sans stigmatiser. Elle rêve d'être vétérinaire et je me dis qu'elle pourra remballer ses grands rêves bien trop vite malheureusement...Bornéo, bien sûr qu'on peut être heureux sans avoir poussé les études super loin. Peut-être que je sur-investis les études car j'ai adoré cela au point que j'ai hâte d'avoir le temps de m'y remettre.

Flore, tu as raison pour tout. Faire le deuil de l'enfant idéal, de l'élève idéal n'est pas facile... Mais je n'ai pas d'autre choix que la prendre avec moi l'an prochain (et pour 3 ans en plus...). Je pense que tu analyses bien la situation avec la surcharge affective, etc... Et je pense que je suis particulièrement sensible à la difficulté scolaire en ce moment, j'ai l'impression de ne pas faire assez avancer mes élèves en difficultés et de manquer de billes pour les aider.

 

J'édite car j'avais commencé mon message et arrêté : merci pour vos témoignages, ça fait beaucoup de bien de vous lire :wub:

Share this post


Link to post
Share on other sites
barbotinne

Juste pour les rêves... Ma petite soeur est dyslexique et n'a pas bénéficié de toutes les aides qu'on a maintenant à l'école... elle a fait médecine, la spécialité qu'elle voulait en étant assez bien classée pour obtenir Paris, une medaille d'argent à sa thèse, et 5 ans après son serment elle était déjâ chef d'Unité dans un hopital...

 

Elle voulait depuis toujours être médecin, elle connaissait ses difficultés et donc a bossé en conséquence, et elle a réussi...

 

D'ailleurs elle a tellement besoin de se concentrer pour rédiger ses ordonnances que ma pharmacienne est toujours surprise de voir une ecriture aussi lisible :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mademoisellelau
Il y a 1 heure, barbotinne a dit :

Juste pour les rêves... Ma petite soeur est dyslexique et n'a pas bénéficié de toutes les aides qu'on a maintenant à l'école... elle a fait médecine, la spécialité qu'elle voulait en étant assez bien classée pour obtenir Paris, une medaille d'argent à sa thèse, et 5 ans après son serment elle était déjâ chef d'Unité dans un hopital...

 

Elle voulait depuis toujours être médecin, elle connaissait ses difficultés et donc a bossé en conséquence, et elle a réussi...

 

D'ailleurs elle a tellement besoin de se concentrer pour rédiger ses ordonnances que ma pharmacienne est toujours surprise de voir une ecriture aussi lisible :lol:

Ton témoignage et ceux des collègues font du bien à lire...

Mon petit dernier, 9 ans, a été diagnostiqué TDA, et a en plus un souci neurovisuel. Il a suivi des séances d'orthophonie et d'orthoptie durant 2 ans. Il a un niveau très correct à l'école (78% de réussite) car il utilise bien ses atouts comme un bon vocabulaire, des facilités en compréhension, il met en place de bonnes stratégies. J'essaie de le soutenir de mon mieux. Il est passionné de robotique. Je m'inquiète aussi pour ses études, car il a cette passion depuis des années maintenant et souhaite poursuivre dans cette voie. Mais mes inquiétudes, depuis quelques années , je me les garde. Je me dis : il a un rêve, ton boulot est de le soutenir de manière inconditionnelle, de bien lui donner toutes les infos, et on verra bien. Ce qui m'a décidée à tenir cette ligne de conduite, c'est lui; un jour de souci, face à son dégoût de l'école et son refus de faire ses devoirs, je lui ai très maladroitement et violemment  dit que je m'inquiétais pour son avenir, qu'il fallait qu'il bosse. Il avait 6 ans. Je m'en veux encore... Mais lui ne s'est pas démonté , il m'a dit : "l'école c'est dur, je la déteste, c'est pas fait pour moi; ça tue ma créativité (!!) mais ok, je vais faire ce qu'il faut à cause de la robotique et si je n'y arrive pas, je me débrouillerai, il doit bien y avoir d'autres chemins que l'école." Mais de quels chemins tu parles ? "je ne les connais pas, moi je ne suis qu'un gosse; au pire, je ferai comme l'autre là, celui qui a inventé les ordinateurs au fond de son garage". 

Il était si petit, et pourtant si volontaire, face à sa mère qui ne croyait pas que ses ambitions soient possibles. Cela m'a bien remis les idées en place.

Depuis, je l'aide à s'accomplir, je lui explique tous les tenants et aboutissants pour qu'il puisse avancer en connaissance de cause et même si je reste inquiète, je la boucle et lui montre qu'il a toute ma confiance. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
anndreina

Je vous comprends. Mon fils 1 est malentendant, avec un gros retard de  langage. Il est en GS, et je m'inquiète pour le CP et la lecture, et la suite de sa scolarité (et s'il ne progressait pas à l'oral, et si ses camarades le mettaient à l'écart, et si., et si, et si.. vous voyez le genre).

Mais j'essaie de relativiser maintenant, une chose à la fois, allons déjà au bout de cette année en faisant tout ce qu'on peut, ce n'est ni utile, ni bénéfique de s'inquiéter de choses éloignées dans le temps, ou de possibilités. Avec mon mari, on gère les événements comme ils se présentent, mais cela ne nous empêche pas d'avoir fait démarches de prise en charge pour l'avenir et j'ai commencé avec lui l'apprentissage de la lecture avec BM, doucement, pour qu'il ne prenne pas trop de retard au CP.

En tout cas, je vois mes élèves en difficulté de manière différente à présent!

Bon courage à vous avec vos enfants.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
mamancanelle

Je suis touchée par ton message car, ici, à la maison, nous sommes passés par les mêmes questions, les mêmes inquiétudes et les mêmes souffrances. Et nous n'en sommes pas sortis.

Soutiens ta fille au mieux que tu peux en la valorisant : valorise ses efforts plutôt que ses "notes", qu'elle s'épanouisse dans le sport, la musique ou l'art ou tout jeu qu'elle aime. Notre loulou est passionné de légos, et bien allons-y, faisons des légos! Tu verras qu'on a beau essayer de tout gérer, on ne peut tout maîtriser. 

Adapte ses devoirs. Si elle a deux pages à lire, découpe la lecture et faites chacune votre tour, retape ses leçons, poésie si tu le juges nécessaire. Apprendre une leçon pas aérée, pleine de rouge de la maîtresse, ou de ratures, franchement ce n'est pas agréable. Devoirs : Pas plus de 20 minutes par jour. Au delà, c'est trop. Et si elle n'a pas fait tous ses devoirs,  tant pis. Prends rdv avec la maîtresse et voyez ensemble comment faire pour que chacun s'y retrouve. 

Avec notre loulou, on vit au jour le jour. Y'a des jours, certaines choses vont passer et puis d'autres, pas du tout.

On anticipe un peu les choses mais pas trop. On évite de se projeter trop en avant sinon c'est l'angoisse totale. Il y a un an, je pensais déjà au collège, au brevet, au bac... à son avenir pro. Et là, j'ai perdu pied.  Il est en CM2. Et bien, nous nous concentrons sur son année de CM2. En Mai nous verrons pour préparer son entrée au collège parce que c'est une sacrée étape. 

Voilà ce qui me vient en premier, comme ça. Je reviendrai si je pense à d'autres choses (et il y en aura, c'est sûr...).

Mamancanelle

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Merci beaucoup. Pour ce qui est de la maîtresse, c'est ma seule collègue, donc ma fille est bien encadrée, reçoit des aides discrètes, etc... Mais pour le moment, ce qui m'inquiète le plus, c'est qu'elle n'est pas consciente de ses difficultés et j'ai peur qu'un jour ça lui revienne en pleine face, violemment.

La psychomotricienne nous fera un bilan écrit la semaine prochaine, mais elle a noté pas mal de choses et propose un suivi que nous allons accepter (problèmes de latéralisation pas encore acquise, articulations hyperlaxes et paradoxalement très tendues au moment de l'action, main droite/main gauche qui ne sont pas encore désolidarisées dans laction, problème d'équilibre et gros souci d'attention et de confiance en soi). Tu as raison quand tu conseilles de voir petit à petit venir les choses... ne pas trop anticiper... on va déjà voir en fin d'année scolaire quels seront les progrès suite au suivi ortho+psychomotricien. Et après, j'aviserai quand elle sera dans ma classe. On n'y est encore pas... et j'ai déjà quelques élèves en grosse difficulté, elle ne sera pas montrée du doigt. L'avantage de notre petite école, c'est que les enfants y sont comme dans un cocon.

Pour les devoirs, c'était super dur l'an dernier, j'avais l'impression qu'elle n'y mettait pas du sien, alors qu'en fait ce n'était pas ça du tout :(. Là, elle en a peu. Et si jamais elle n'arrive pas à connaître les mots d'orthographe, quand je vois qu'elle fatigue, tant pis, je laisse tomber... Mais elle veut souvent insister et ça ne donne rien de bon.

En tout cas, encore merci et plein de courage à toi, à vous :hug: L'étape du collège sera un gros pas à franchir, mais ton garçon m'a l'air bien épaulé par sa maman.

Share this post


Link to post
Share on other sites
mamancanelle
Le 20 novembre 2016 à 20:46, sophsoph a dit :

 Mais pour le moment, ce qui m'inquiète le plus, c'est qu'elle n'est pas consciente de ses difficultés et j'ai peur qu'un jour ça lui revienne en pleine face, violemment.

Peut-être que tu peux aborder les choses en lui demandant si elle sait pourquoi elle va chez l'orthophoniste et la psychométricienne. Elle risque de te répondre "Je sais pas" ou bien te donner une explication qui n'est pas bonne. Rebondis sur ses réponses et et explique lui avec les mots les plus simples du monde. 

La dernière fois, j'ai été fier de mon loulou car je lui ai demandé si les copains de la classe avaient posé des questions quant à la venue de l'AVS dans la classe : il m'a dit "oui ils m'ont demandé pourquoi elle venait et je leur ai répondu que c'était parce que j'étais dyslexique/dysorthographique". Depuis, plus de questions. Les autres enfants ont une réponse claire, nette et précise. Hop! Affaire réglée. (Enfin je crois...). 

Share this post


Link to post
Share on other sites
pseudoval

Juste pour information, à tout hasard..tu parles de ses problèmes de latéralisation  : lors d'une récente formation sur les gauchers,on nous a alertés sur les nombreuses difficultés que cela pouvait entraîner,notamment pour la lecture .. d'après l'intervenant,cela peut amener à de "fausses" dyslexies. ..

Je ne dis pas que c'est le cas de ta fille,mais sait-on jamais..:idontno:

Share this post


Link to post
Share on other sites
dameoiselle
Le 22/11/2016 à 17:18, mamancanelle a dit :

Peut-être que tu peux aborder les choses en lui demandant si elle sait pourquoi elle va chez l'orthophoniste et la psychométricienne. Elle risque de te répondre "Je sais pas" ou bien te donner une explication qui n'est pas bonne. Rebondis sur ses réponses et et explique lui avec les mots les plus simples du monde. 

La dernière fois, j'ai été fier de mon loulou car je lui ai demandé si les copains de la classe avaient posé des questions quant à la venue de l'AVS dans la classe : il m'a dit "oui ils m'ont demandé pourquoi elle venait et je leur ai répondu que c'était parce que j'étais dyslexique/dysorthographique". Depuis, plus de questions. Les autres enfants ont une réponse claire, nette et précise. Hop! Affaire réglée. (Enfin je crois...). 

Je partage cet avis. Je pense que si ta fille  prend doucement conscience de ses difficultés, mais aussi de ses réussites et de ses progrès, elle saura mieux y faire face.Je suis sûre que dans bien d'autres domaines, scolaires ou non, elle est à son aise. Mettre en parallèle ce qu'elle réussit bien et ce qu'elle a du mal à faire lui permettra de comprendre ses atouts et ses difficultés. Je me doute que cela doit être bien difficile pour ton cœur de maman ,mais fais confiance à ta fille pour faire son chemin. Avec une maman attentive comme tu l'es je ne doute pas qu'elle trouve sa voie, que ce soit grâce à l'école ou sans l'école.

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Merci pour vos réponses. Les séances avec la psychomotricienne lui font du bien, elle prend confiance en elle.

C'est une petite fille pleine d'imagination, qui a un monde intérieur très riche et énormément d'humour pour son âge. Elle a beaucoup de vocabulaire, et un bon raisonnement en calcul/résolution de problèmes (en revanche, elle fait plein d'erreurs car pour elle 14=41, pas évident d'avoir "la tête à l'envers", comme je dis). Elle est très réfléchie, et a un esprit de déduction bien développé. Quelque part, je me dis qu'elle s'en sortira grâce à tout cela. Mais ça me fait toujours mal de l'entendre toujours dire que "on", ça fait NO, alors que sa soeur de 5 ans l'a déjà intégré...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...