Aller au contenu
alexandreone

Classe dure cherche experience concluante

Messages recommandés

alexandreone
Bonjour
Je suis enseignant dans une classe de 21 élèves ayant entre 7 et 9 ans, ce2 cm1 en France dans un secteur zone violence .
Je me retrouve avec 6 élèves dans ma classe en opposition. 3 sont bagarreurs et s'insultent en classe. Je me questionne sur comment gérer cela pour avoir de l'impact et éviter cette spirale de la violence.
Je me pose la question de la pédagogie la plus adaptée à des élèves violents verbalement et physiquement.
La pédagogie frontale ne fonctionne pas. Je cherche autre chose, peut-être que les sciences cognitives pourraient me donner des informations dessus.
J'ai vu des systèmes d'émulation du genre permis à point. Malheureusement, avec 4 bagarres dans la semaine, l'enfant n'a déjà plus de points.
De plus ils pensent certains plus au point qu'à travailler.
 
J'ai vu les psy, les enseignantes spécialisées mais elles sont déboussolées et sont à mon écoute mais malheureusement ça ne change pas.
Je sais aussi que les enseignants spécialisés ne sont pas forcément aptes à gérer ce type de comportement s'ils n'ont pas la formation.
 
 
Je cherche aussi des experiences qui ont fonctionné dans des écoles en zone violence
J'aimerais vraiment y arriver c'est pour ça que je vous contacte. Merci par avance.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stefdde

Je travaille en ITEP autant te dire que ces élèves sont mon quotidien. Ma petite expérience en la matière m’a permis de remarquer plusieurs choses qui marchent vraiment. Mais avant il faut avant tout bien avoir en tête les causes de cette violence. La violence de ces élèves est le reflet d’une grande souffrance. Ce sont en général des élèves qui ont déjà une histoire personnelle assez lourde et systématiquement des enfants qui souffrent d’une estime personnelle pitoyable. Pour eux, l’ecole Est une agression permanente qui met l’accent en permanence sur leurs échecs, chaque agression est  alors une tentative désespérée et maladroite car complètement inefficace de se rassurer quant à ses capacités. Partant de ce constat il est donc facile de comprendre que ce qui marche ce sont les pédagogies positives. Il te faudra par tous les moyens mettre en place des outils qui leur permettent de visualiser leurs progrès. Les systèmes de ceintures, les pédagogies coopératives, les cahiers de réussites, les exercices chronométrés avec graphique qui montre les progrès( par exemple pour la fluence, les tables, etc.) bref tout ce qui leur montre de manière concrète et visible que oui eux aussi sont capables de progresser. Il te faut trouver ton système qui leur permettent

1- d’avoir un objectif clair et précis de ce qu’on attend d’eux avec des critères de réussite explicites.

2- de montrer le chemin et l’evolution d’une séance à l’autre.

3-quelquechose de concret qui sanctionne la réussite une fois atteinte.

il est nécessaire aussi avec ce type de classe d’eviter Les surprises, plus ton travail sera ritualisé plus ils se sentiront rassurés et moins ils seront enclins à la violence. Ces élèves là ont une peur panique de l’inconnu, dès qu’ils se trouvent dans des situations nouvelles ils se sentent par avance en situation d’echec, et pour éviter d’etre Confronté à l’echec Ils vont, même inconsciemment, tout mettre en œuvre pour faire capoter ta séance.

maintenant, de manière plus concrète, je te conseille un projet sur la mythologie ou les contes et pour t’expliquer l’interet La lecture des livres de Serge boismare sur la peur d’apprendre. La littérature enfantine et la mythologie sont d’excellents outils pour permettre à ces élèves de pouvoir mettre des mots sur les peurs archaïques( abandon, vide, néant, filiation, etc) qui les habitent. Le livre t’explique concrètement comment mettre en place des séances efficaces qui vont avoir à coup sûr des effets, ça sera certainement moins spectaculaire que ce qui est présenté dans le livre mais réellement ça fonctionne si tu es patiente et que tu laisses le temps à la magie d’operer. Le livre présente un travail en petit groupe, si tu en as la possibilité tu peux le tenter avec juste ces élèves, mais plusieurs expériences ont été menées avec également beaucoup de succès en classe entière. Tu trouveras sur la blogosphère de nombreux outils tout prêts sur le livre le feuilleton d’hermès par exemple, tellement riche que tu peux y passer ton année...

bon courage...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biscottinne
il y a 9 minutes, stefdde a dit :

 

maintenant, de manière plus concrète, je te conseille un projet sur la mythologie ou les contes et pour t’expliquer l’interet La lecture des livres de Serge boismare sur la peur d’apprendre. La littérature enfantine et la mythologie sont d’excellents outils pour permettre à ces élèves de pouvoir mettre des mots sur les peurs archaïques( abandon, vide, néant, filiation, etc) qui les habitent. Le livre t’explique concrètement comment mettre en place des séances efficaces qui vont avoir à coup sûr des effets, ça sera certainement moins spectaculaire que ce qui est présenté dans le livre mais réellement ça fonctionne si tu es patiente et que tu laisses le temps à la magie d’operer. Le livre présente un travail en petit groupe, si tu en as la possibilité tu peux le tenter avec juste ces élèves, mais plusieurs expériences ont été menées avec également beaucoup de succès en classe entière.

Je suis ce fil qui pourrait bien m'intéresser... Merci Stedde pour tous ces conseils.

Juste, peux tu nous donner les référence du livre dont tu parles?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stefdde
il y a 2 minutes, biscottinne a dit :

Je suis ce fil qui pourrait bien m'intéresser... Merci Stedde pour tous ces conseils.

Juste, peux tu nous donner les référence du livre dont tu parles?

L'enfant et la peur d'apprendre - 3e éd https://www.amazon.fr/dp/2100716336/ref=cm_sw_r_cp_api_l8XSBbB59CF39

un livre à lire absolument dès qu’on a des élèves très difficile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mistral52

Pour suivre le sujet....Merci Stedde

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
HYPO

 

Il y a 13 heures, stefdde a dit :

L'enfant et la peur d'apprendre - 3e éd https://www.amazon.fr/dp/2100716336/ref=cm_sw_r_cp_api_l8XSBbB59CF39

un livre à lire absolument dès qu’on a des élèves très difficile.

 

Je plussoie 1000 fois.

Serge Boismare a écrit les préfaces des 3 feuilletons de Muriel Szac sur la mythologie Grecque:

- Le feuilleton d'Hermès: j'ai travaillé en ZEP dure avec ce bouquin, de nombreuses années, du CP au CM2. L'effet sur les élèves est phénoménal. Mensonges, meutres, vol, adultère, monstres, violence gratuite, infanticides, paricides, amour, passion... tout y est. C'est plus fort qu'eux, c'est eux. Les questionnements que cela provoque en eux sont intenses et travailler avec ce bouquin m'a permis d'avoir de réels moments de pur "bonheur pédagogique"😊

- Le feuilleton de Thésée: je l'utilise pour la première fois cette année, hors ZEP, avec des CP. Je découvre. Bien pour l'instant mais plus intérieur, plus difficile à lire aussi.

- Le feuilleton d'Ulysse, je ne connais pas.

En ce qui concerne la gestion de classe au quotidien, en ZEP j'utilisais un système de "Carte d'élève électeur" donnant des droits mais qui pouvait leur être retirée, pour un temps limité. Le temps du retrait n'était jamais une surprise: tous connaissions le tempo (2 rappels, au bout du 3ème: retrait jusqu'au lendemain, même heure; si l'élève ne se calme pas, un jour de plus à chaque fois).

Les droits associés à la carte:

- le droit de se présenter aux élections des délégués (qui se renouvellaient toutes les 3 semaines avec impossibilité de se représenter), intendant (sorte d'assistant de classe) et trésorier de la Coop

- le droit de voter

- le droit de donner des idées pour dépenser l'argent de la coop

- le droit d'avoir son prénom dans la pioche pour la "revue de case": on pioche un prénom, les délégués check sa case. Si c'est rangé comme demandé (règles préalablement établies et connues de tous), l'élève fait gagner à la classe un truc possible (une partie de ballon prisonnier, 5 minutes de récré en plus, 30 minutes de dessin libre, etc.)

- le droit de se déplacer dans la classe sans demander la permission

- le droit d'aller aux toilettes sans demander (trouvé chez Bruce Demaugé je crois.. difficile au début)

- le droit d'utiliser les divers ateliers ou activités autonomes de fond de classe

- le droit de rester avec la classe pour regarder une video pédagogique ou le film d'un livre étudié

etc.

Plus de carte, plus toussa.

Bon, je me souviens de 2 élèves de CM (pas les mêmes années) avec lesquels rien n'a fonctionné, ni la carte, ni le reste😔

C'est à adapter en fonction de soi, de la classe, de l'école... mais je pense que je remettrais ça en place si j'avais de nouveau une classe violente.

Bon courage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lolita
Il y a 13 heures, stefdde a dit :

Je travaille en ITEP autant te dire que ces élèves sont mon quotidien. Ma petite expérience en la matière m’a permis de remarquer plusieurs choses qui marchent vraiment. Mais avant il faut avant tout bien avoir en tête les causes de cette violence. La violence de ces élèves est le reflet d’une grande souffrance. Ce sont en général des élèves qui ont déjà une histoire personnelle assez lourde et systématiquement des enfants qui souffrent d’une estime personnelle pitoyable. Pour eux, l’ecole Est une agression permanente qui met l’accent en permanence sur leurs échecs, chaque agression est  alors une tentative désespérée et maladroite car complètement inefficace de se rassurer quant à ses capacités. Partant de ce constat il est donc facile de comprendre que ce qui marche ce sont les pédagogies positives. Il te faudra par tous les moyens mettre en place des outils qui leur permettent de visualiser leurs progrès. Les systèmes de ceintures, les pédagogies coopératives, les cahiers de réussites, les exercices chronométrés avec graphique qui montre les progrès( par exemple pour la fluence, les tables, etc.) bref tout ce qui leur montre de manière concrète et visible que oui eux aussi sont capables de progresser. Il te faut trouver ton système qui leur permettent

1- d’avoir un objectif clair et précis de ce qu’on attend d’eux avec des critères de réussite explicites.

2- de montrer le chemin et l’evolution d’une séance à l’autre.

3-quelquechose de concret qui sanctionne la réussite une fois atteinte.

il est nécessaire aussi avec ce type de classe d’eviter Les surprises, plus ton travail sera ritualisé plus ils se sentiront rassurés et moins ils seront enclins à la violence. Ces élèves là ont une peur panique de l’inconnu, dès qu’ils se trouvent dans des situations nouvelles ils se sentent par avance en situation d’echec, et pour éviter d’etre Confronté à l’echec Ils vont, même inconsciemment, tout mettre en œuvre pour faire capoter ta séance.

maintenant, de manière plus concrète, je te conseille un projet sur la mythologie ou les contes et pour t’expliquer l’interet La lecture des livres de Serge boismare sur la peur d’apprendre. La littérature enfantine et la mythologie sont d’excellents outils pour permettre à ces élèves de pouvoir mettre des mots sur les peurs archaïques( abandon, vide, néant, filiation, etc) qui les habitent. Le livre t’explique concrètement comment mettre en place des séances efficaces qui vont avoir à coup sûr des effets, ça sera certainement moins spectaculaire que ce qui est présenté dans le livre mais réellement ça fonctionne si tu es patiente et que tu laisses le temps à la magie d’operer. Le livre présente un travail en petit groupe, si tu en as la possibilité tu peux le tenter avec juste ces élèves, mais plusieurs expériences ont été menées avec également beaucoup de succès en classe entière. Tu trouveras sur la blogosphère de nombreux outils tout prêts sur le livre le feuilleton d’hermès par exemple, tellement riche que tu peux y passer ton année...

ça ne peut pas mieux tomber. J'étais aujourd'hui à une journée de stage école sur ce thème. L'intervenant (génial !) est un coordo ITEP. Il a parlé de plein de choses que tu cites dans ton intervention.

Juste une chose "contraire" / à ce que tu dis, c'est les ceintures de comportement, qu'il déconseille. Après, tout le reste, c'est pile-poil ! :D Sur l'ensemble de la journée, il a bien sûr abordé plein d'autres choses mais les collègues sont ressortis avec plein d'idées sur la gestion des conflits, sur l'aménagement de la classe, sur l'attitude à adopter / à ne pas adopter. Il y a eu beaucoup d'échanges, de questions qui ne sont pas restées sans réponse. C'était top et ça redonne la pêche !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Clym

Ça donne envie, je viens de commander le livre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alexandreone

Merci pour vos messages ca me donne de l'espoir.

Je vous mets d'autres questions :

J'ai un double niveau CE2CM1
1) Comment gérer les moments d'autonomie pour ce genre d'enfant qui font souvent leur crise soit quand on leur donne un nouvel exercice soit au moment de temps d'autonomie ?

Faut il tout faire en classe entière et juste différencier au sein des exercices ?

2) Les élèves se battent, s'insultent. Je dis stop, je rappelle la règle , je suis obligé de les séparer par la force . Une fois à leur chaise ils continuent les insultes . Il y a un permis à point dans l'école donc ils perdent des points puis ils continuent quand même.  Comment réagir à des faits d'insulte et de violence pour qu'ils diminuent voir s'arrête ?

3) Pour l'établissement des règles, elles sont connus mais je remarque qu'ils se battent toujours et ca ne change pas grand chose.

4) Plusieurs courants pédagogie s'entrecroisent à l'heure actuelle. Au canada, ils se fondent beaucoup sur l'enseignement explicite.  En France , certains profs me parlent de pédagogie freinet ou Pédagogie institutionnelle avec ceintures. On est vraiment aux antipodes niveau .

5) Les élèves doivent ils être en ilot ou en rang d'oignon par deux?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alexandreone
Il y a 12 heures, Lolita a dit :

Je viens de trouver ça sur l'intervenant d'aujourd'hui : https://www.editions-retz.com/pedagogie/domaines-transversaux/troubles-du-comportement-en-milieu-scolaire-9782725636238.html#descriptif

Dès qu'il sort, je l'achète !

Merci

Pourrais tu en dire davantage sur la pédagogie préconisée , la gestion des conflits et l'aménagement de la classe ?

Peut etre qu'il y a un document récapitulatif de ta formation ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sanstoi

Bonjour,

 

Je ne sais pas si dans ce contexte d'élèves en grande souffrance cela peut fonctionner, mais depuis 3 ans j'utilise les messages clairs en classe. C'est assez efficace et surtout cela permet à chacun de se construire une échelle émotionnelle. Tu trouveras pas mal de documents sur le net.

Voici un lien :

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Des-messages-clairs-pour-cooperer

 

Il faut peut-être aussi regarder du côté des troubles de l'attachement de Bowlby. C'est une lecture très instructive. J'ai assisté à une conférence passionnante de Nathalie Bonneton-Botté sur cette question.

 

Je note les deux ouvrages cités, merci !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alexandreone

On a les messages clairs mais pour ce type d'éléves c'est trop éloigné de leur vie.J'ai l'impression la ils ont une vie de souffrance ,degros mots et de lois du plus fort.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
blank_zone

Je m'apprêtais à poster un nouveau sujet dans l'idée de pêcher ici et là de nouvelles idées et de nouveaux points de vue pour ma classe, et puis finalement je suis tombée sur le tien.

Moi aussi j'enseigne "dans les quartiers" pour faire simple, en REP+, double niveau CM1/CM2, et j'ai cette année un groupe assez gratiné.

Comme je ne l'ai pas encore vu mentionné, je pense que c'est utile de voir comment les collègues de l'école fonctionnent pour harmoniser ce qui peut l'être en termes de gestion des comportements. Par exemple, si tu fonctionnes avec un permis à points, mais que sa valeur n'a cours qu'entre les murs de ta classe, ça va forcément perdre une bonne partie de son impact.

J'ai envie de te dire, peu importe que vous fassiez un système de ceintures, de cartes, de cartons, de feux tricolores, de fleur, de météo, de passeport ou de tout ce que tu veux, que ce soit un truc tout plein de parcours citoyen et de renforcement positif ou bien que vous filiez le dictionnaire à copier à la plume d'oie... ce qui instituera vraiment le système dans la tête des élèves, c'est la cohérence c'est le fait que les mêmes règles s'appliquent assorties des mêmes sanctions partout et tout le temps.

Il y a une "routine de la sanction" et ça rend tout le truc beaucoup moins discutable/négociable. Ca préserve aussi de l'arbitraire.

Mais surtout ça suppose un fonctionnement que, personnellement, je trouve fondamental, d'autant plus que je suis du lot de celles et ceux qui ont de la peine à gérer des classes "difficiles" : les problèmes de comportement ne sont pas passés sous silence, laissé à un enseignant seul face à sa classe où son élève, mais sont pris en charge en équipe.

Si tu exerces dans un établissement difficile, crois moi tu n'es pas le seul à rencontrer des problèmes du type de ceux que tu décris. Il faut pouvoir compter sur les collègues quand tu es à court de ressources (et avant ça, de préférence). Au plus basique ça veut dire que tu peux sortir chez le/la collègue l'élève qui te met tout sens dessus dessous le temps que tout le monde se calme et respire. Ca n'a rien d'un aveu d'échec à mon avis du moment que le problème est géré en différé. Au plus sophistiqué ça veut dire qu'un élève qui aura atteint le maximum de ton échelle de sanction pourra être pris en charge collectivement, dans le cadre d'un conseil éducatif par exemple, où d'autres enseignants pourront t'appuyer et prendre part au processus de sanction/réparation.

Ça fait toujours un peu angoisser de sortir la grosse artillerie, pourtant je ne trouve pas ça exagéré. Je trouve au contraire qu'on a tendance à pousser le curseur de ce qui ne relève "que" de la discipline du quotidien beaucoup trop loin, sous prétexte qu'on est à l'école primaire. Des élèves qui se battent ou qui s'insultent, ça n'est pas rien. Des élèves qui se battent ET qui s'insultent EN CLASSE, c'est carrément grave/inacceptable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alexandreone

Voila je cherche le systeme de gestion des comportements qui est faisable.

La on a des avertissements mais on se retrouve souvent avec des parents qui les signent pas et aussi des sanctions qui ne sont pas faites manque de temps ou difficulté à les gérer.

Il faut trouver des punitions faisables c'est ca le soucis . Avez vous idées de choses faisables facilement ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stefdde
il y a 10 minutes, alexandreone a dit :

Voila je cherche le systeme de gestion des comportements qui est faisable.

La on a des avertissements mais on se retrouve souvent avec des parents qui les signent pas et aussi des sanctions qui ne sont pas faites manque de temps ou difficulté à les gérer.

Il faut trouver des punitions faisables c'est ca le soucis . Avez vous idées de choses faisables facilement ?

A mon avis ne te focalise pas sur la sanction, un simple rappel a la règle avec le cas échéant une mise à l’ecart Ou une conséquence directe s’il y a lieu, a souvent autant de valeur éducative qu’une sanction.Ce n’est pas un système de sanction quelqu’il soit qui te permettra d’apaiser ton climat de classe, et n’attend pas non plus qu’il y ait une solution miracle, les progrès ne se feront que petit à petit, micro victoire après micro victoire, c’est d’ailleurs frustrant car tu les quitte une fois que ça va vraiment mieux...

Focalise toi surtout sur le sens, attaché toi à longueur de temps à faire en sorte que tout ait du sens, les règles, la loi, les activités que tu proposes, tout doit être porteur de sens pour ces enfants en manque de repères. C’est en leur redonnz’t Ces répètes qu’ils s’apaiseront, d’ou L’importance des activités très ritualisées.

tu peux essayer aussi les jeux de rôles en choisissant tes « bourreaux » et en les plaçant en position de victimes. Et en les faisant verbaliser sur leurs émotions. C’est souvent très Parlant.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alexandreone

En fait ce qui me pose probleme c'est surtout la gestion.

Un élève tape un autre ou insulte un autre ou prend un objet dangereux quoi faire ? Je lui rappelle la loi mais ca fait rien.

Pareil si je l'ignore . J'ai l'impression que rien ne fonctionne .

Avec un double niveau, je vois mal comment faire des activités ritualisés. Auriez vous un exemple d'edt qui pourrait bien fonctionner ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alexandreone
Le 02/10/2018 à 22:37, Lolita a dit :

ça ne peut pas mieux tomber. J'étais aujourd'hui à une journée de stage école sur ce thème. L'intervenant (génial !) est un coordo ITEP. Il a parlé de plein de choses que tu cites dans ton intervention.

Juste une chose "contraire" / à ce que tu dis, c'est les ceintures de comportement, qu'il déconseille. Après, tout le reste, c'est pile-poil ! :D Sur l'ensemble de la journée, il a bien sûr abordé plein d'autres choses mais les collègues sont ressortis avec plein d'idées sur la gestion des conflits, sur l'aménagement de la classe, sur l'attitude à adopter / à ne pas adopter. Il y a eu beaucoup d'échanges, de questions qui ne sont pas restées sans réponse. C'était top et ça redonne la pêche !

Si les ceintures de comportements ne fonctionnent pas . On fait quoi  ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
blank_zone
Il y a 4 heures, alexandreone a dit :

En fait ce qui me pose probleme c'est surtout la gestion.

Un élève tape un autre ou insulte un autre ou prend un objet dangereux quoi faire ? Je lui rappelle la loi mais ca fait rien.

Pareil si je l'ignore . J'ai l'impression que rien ne fonctionne .

Avec un double niveau, je vois mal comment faire des activités ritualisés. Auriez vous un exemple d'edt qui pourrait bien fonctionner ?

Moi je trouve que j'ai des problèmes de gestion (en tout cas c'est laaaargement perfectible), mais on progresse tous là dessus. Ce que te dit stefdde est sans détours et franchement, je ne crois pas qu'il y ait moyen de s'affranchir de cette réalité : il n'y a pas de recette miracle et il n'y a que des petits progrès. Il ne faut pas t'attendre à transformer des bombes à retardement en élèves modèles avec "le truc magique".

Pour ce qui est des pistes concrètes, déjà, si un élève tape un autre élève ou amène un objet dangereux c'est grave. Chez moi tu ne verras pas la classe modèle mais un élève qui se bagarre, il ne va pas juste m'entendre lui dire que c'est pas bien. Tu parles d'avertissement mais après les avertissements il se passe quoi ? Et avant ? Si tu met un avertissement à l'élève qui tape, qu'est-ce que tu fais de l'élève qui bavarde ? Votre échelle de sanction c'est quoi au juste ? Votre équipe, votre école, qu'est-ce qu'elle met en place pour gérer les cas du type violence systématique, comportements dangereux etc ? Qu'est ce que tu as, concrètement, sous la main ? Histoire de voir si déjà ces ressources sont utilisées à bon escient.

Au quotidien, dans l'urgence, j'ai envie de te dire qu'il y a deux types de comportements qui posent deux types de problème.

D'abord ceux auxquels on peut remédier tout de suite l'élève bavarde, tu l'isoles, il n'est pas concentré/ne travaille pas, tu le mets avec un tuteur ou à ton bureau, il éparpille son matériel, tu lui fais ranger ses affaires/son casier pendant la récréation, il joue avec ses affaires, tu lui fait tout ranger, etc.

Ensuite, ceux auxquels on ne peut pas remédier directement, c'est à dire tout ce qui explose ton cadre de classe et ruine ta séance en empêchant tout le monde de bosser : les élèves qui s'interpellent, s'insultent, répondent, entrent en conflit. Ça se gère en différé. En attendant, si 1 élève est en situation d'en empêcher 25 autres de travailler, il sort jusqu'à la récréation et tu vois ça plus tard avec lui, sanction comprise.

Pour le double niveau, ça n'empêche pas la ritualisation. Tu peux commencer par l'emploi du temps : maths tous les matins par exemple, et puis français toujours après la récré, une lecture offerte tous les vendredis après la cantine ... Comme tu veux bien sûr !

Quant aux séances : commencer en 5 min par une activité connue et toujours similaire (calcul rapide, phrase du jour...) sur un support toujours identique (ardoise, tableau, fiche...). Redonner des exercices toujours du même type, avec seulement les contenus qui changent mais les mêmes consignes. Utiliser ces mêmes consignes dans les évaluations. Utiliser un code couleur pour l'appropriation des leçons. Ce sont des exemples, faciles à mettre en place. Ça paye quand les élèves commencent à se familiariser avec la routine, savent à quoi s'attendre, ce qu'on attend d'eux...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alexandreone

Ok mais les bagarres et les insultes on voit les parents, on met les avertissements mais rien ne changent.

Au final ca sert a rien. Je cherche pas l'objet magique je cherche juste une organisation efficace.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×