Jump to content

Débat sur l'école inclusive : ce qui se décide au ministère vs ce qui se vit dans les écoles


sylvianedu77
 Share

Recommended Posts

Bonjour, j'ai publié une tribune, parue dans le Monde de l’éducation, le 17 mai 2021. Afin de contribuer au débat sur l'école inclusive, je vous propose la lecture libre de ce texte dans ce forum.  

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/17/ecole-inclusive-il-faut-tenir-la-promesse-d-une-inclusion-de-qualite_6080489_3224.html

 « Ecole inclusive » : « Il faut tenir la promesse d’une inclusion de qualité »

 

Si depuis 2005 le nombre d’enfants en situation de handicap a triplé dans les établissements, Sylviane Corbion, professeure des écoles et docteure en sociologie, estime dans une tribune au « Monde » que « la qualité de vie et d’apprentissage à l’école pour tous les élèves et les conditions de travail des personnels sont les grandes oubliées ».

Tribune. En mars, une école d’un petit village en Normandie a défrayé la chronique dans la presse locale : depuis plusieurs mois, quelques enfants de 6 ans y semaient la terreur dans une classe « hors de contrôle ». L’inspection académique indique que le comportement d’un élève en particulier relève de l’inclusion scolaire. Cette situation est tout sauf anecdotique et illustre les limites de l’« école inclusive ».

Depuis la mise en œuvre de la loi de 2005 sur l’égalité des chances en faveur des personnes handicapées, le nombre d’enfants en situation de handicap a triplé dans les établissements scolaires. Actuellement, 385 000 élèves handicapés sont accueillis. Apprendre et vivre ensemble constitue une chance pour tous ces enfants mis autrefois à l’écart, et contribue à développer pour tous un regard plus positif sur les différences.

Depuis 2017, le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, ont pris une série de mesures en faveur de l’école inclusive, avec une augmentation de 3,3 milliards d’euros. Mais en matière d’inclusion scolaire, il y a ce qui se dit au ministère et ce qui se vit dans les écoles. La qualité de vie et d’apprentissage à l’école pour tous les élèves et les conditions de travail des personnels sont les grandes oubliées.

De l’école pour tous à l’école pour chacun

Le champ d’action de l’école inclusive est vaste et nécessite pour les enseignants d’adapter l’offre éducative à toute la diversité du public scolaire. Les élèves ayant de graves troubles du comportement font parfois vivre un véritable calvaire aux personnels des écoles et aux autres élèves. Quant aux élèves handicapés, ils demandent un investissement conséquent en termes d’adaptations pédagogiques spécifiques en fonction du handicap, d’aménagement de la classe et de l’école. Les élèves en difficulté scolaire, eux, souvent issus de milieux défavorisés, ont besoin de plus de temps pour intégrer les apprentissages et ne réussissent pas à suivre le rythme imposé des programmes de l’éducation nationale, particulièrement denses…

Bien des professeurs n’avaient pas envisagé ces profondes mutations quand ils se sont engagés dans le métier. Au jour le jour, l’effort d’accueil de tous ces élèves à besoins éducatifs particuliers repose pour l’essentiel sur des enseignants isolés dans leur classe et peu formés à cette diversité. Les conditions de travail sont éprouvantes. Sans oublier la succession de protocoles sanitaires à gérer depuis la pandémie, qui fragilisent encore un peu plus les acteurs de terrain.

Pour faire vivre au mieux cet idéal d’inclusion, trois types d’acteurs sont aujourd’hui mis à contribution au côté des enseignants. Mais dans quelles conditions !

Contrats précaires

Désormais, les accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) interviennent dans le cadre des pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL), qui permettent de mutualiser les aides humaines. En fonction des besoins des établissements scolaires, des AESH peuvent accompagner plusieurs élèves handicapés par jour dans différents lieux, ce qui exige une grande capacité d’adaptation.

Les AESH, recrutés à temps partiel, perçoivent un salaire de 700 euros net par mois en moyenne.

Cette gestion comptable ne prend pas en compte les besoins spécifiques de certains enfants. Certes, plus de la moitié des élèves en situation de handicap bénéficient d’une aide humaine, mais juste quelques heures par semaine. La situation est d’autant plus problématique que les AESH n’ont que deux semaines de formation (60 heures) pour s’approprier toute la diversité des formes de handicap et être opérationnels. Ils peuvent être, cela arrive, le souffre-douleur d’élèves ingérables. Ces accompagnants, en contrat précaire, recrutés à temps partiel, perçoivent un salaire de 700 euros net par mois en moyenne. Toutes ces conditions nuisent à l’attractivité et à la pérennité du métier.

Un professionnel du réseau d’aides spécialisées aux enfants en difficulté (Rased) peut également intervenir auprès des professeurs des écoles. La principale mission de ces réseaux, comprenant des psychologues et des enseignants spécialisés, est d’apporter une réponse aux difficultés d’apprentissage et d’adaptation aux exigences scolaires des élèves. Mais les Rased ont perdu un tiers de leurs effectifs en raison d’une politique de suppression de postes de fonctionnaires entre 2008 et 2012, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Depuis, ces spécialistes chargés d’aider les élèves les plus en difficulté interviennent tant bien que mal sur un secteur extrêmement étendu.

Ni dehors ni véritablement dedans

Autre recours proposé par le ministère pour venir en aide aux enseignants : des réunions d’équipe avec des professionnels du secteur médico-social. Mais cette collaboration requiert une mutation des cultures, notamment celle du partage professionnel. Et encore faut-il que ces experts du secteur libéral, dont la présence est inégale sur le territoire national, acceptent de se déplacer et que les locaux de l’école permettent de les accueillir. Le déploiement d’équipes mobiles d’appui médico-social est également une expérimentation en cours.

Les mesures prises depuis 2017 visent à simplifier les démarches des familles pour scolariser leur enfant en situation de handicap dans l’école de quartier, plus proche du domicile qu’un établissement médico-social. Mais tous ces enfants ne peuvent pas intégrer une classe « ordinaire ». Des unités d’enseignement externalisées, implantées dans les écoles, accueillent des enfants avec des besoins complexes (porteurs d’autisme ou polyhandicapés). Les classes unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS) intègrent 30 % des élèves en situation de handicap.

En 2019, une étude du ministère a montré que ces jeunes étaient en très grande difficulté scolaire : plus de 80 % présentaient de très faibles performances pour le calcul, la lecture et la compréhension. Ces enfants inclus dans ces dispositifs se retrouvent dans un entre-deux, ni dehors ni véritablement dedans. L’absence d’un AESH ou de l’enseignant spécialisé de ces classes spéciales peut se révéler problématique, l’école se transformant alors en « garderie ».

 

Prendre exemple sur l’Italie

La France pourrait prendre exemple sur l’Italie, qui, depuis plus de quarante ans, mène de considérables politiques d’action pour l’inclusion scolaire. Dès qu’un élève en situation de handicap est scolarisé dans une école, sa classe bénéficie d’un effectif réduit et deux professeurs y sont affectés, dont un est spécialisé dans toutes les formes de déficience grâce à une formation de deux ans. Tous les enseignants italiens sont sensibilisés aux besoins éducatifs particuliers des élèves grâce à des stages réguliers. Les écoles disposent en nombre d’assistants de communication, d’auxiliaires de vie scolaire, d’assistants éducatifs. Le suivi individualisé s’effectue conjointement avec les services médico-sociaux présents sur place. Les programmes scolaires sont ajustés pour s’adapter aux élèves.

L’école de la confiance, c’est tenir la promesse d’une inclusion de qualité. Accueillir tous les enfants dans l’école du quartier ne garantit pas la réussite de leur scolarité. Il est nécessaire de donner plus de moyens à la communauté éducative. L’école inclusive requiert des dispositions anticipées et adaptées. Elle nécessite d’en finir avec cette organisation bureaucratique et pyramidale : ce qui se pense au ministère, ce qui s’organise dans les académies et ce qui se vit au quotidien dans les écoles.

 

 

  • J'aime 5
  • Merci 6
  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Merci d'avoir partagé avec nous ton article. :)

Personnellement, d'une manière générale, je trouve que les medias ne décrivent pas la réalité du terrain, qui est pire que ce que l'on peut lire dans les articles de presse édulcorés. L'inconvénient est que cela contribue à l'absence de prise de conscience de la réalité de la situation et des difficultés.

En ce qui me concerne, je ne peux que constater :

- l'absence d'aide : bien qu'on ait tiré la sonnette d'alarme "Attention, il y a une situation ingérable dans l'école", force est de constater qu'on ne peut que se débrouiller seuls avec ces enfants, comme on peut, dans nos classes.

- l'absence de moyens humains : personnel débordé de travail quand ils ne sont pas en souffrance, pas d'AESH avant des mois.

- le système est lent... On organise dès que possible des équipes éducatives, après bien entendu avoir essayé différentes solutions possibles (différenciation pédagogique, intervention du RASED, et autres dispositifs) pour montrer qu'on a tout essayé pour ces enfants différents, et après ? Et bien après, on attend. Et on peut attendre longtemps. Par exemple, nous avons constitué un dossier (bien ficelé) pour un élève qui est un véritable cauchemar en novembre 2020, et en juin 2021, j'apprends que la MDPH "n'a pas encore statué" ! Et ce n'est pas le seul cas.

- le personnel spécialisé qui ne travaille pas à l'école (comme les référents handicap du rectorat) semble ne pas avoir conscience de la réalité du terrain : ils proposent des formations, donnent de belles idées pour aider l'enfant, mais ce qu'ils nous proposent n'est pas applicable dans les écoles... Ils ne comprennent pas que l'on n'a pas le personnel pour mettre en oeuvre leurs propositions.
Quand j'explique que je ne sais pas quoi proposer à un élève différent et qu'on me répond que "5 minutes d'observation de l'enfant par c'est déjà bien"... j'ai l'impression qu'on ne me prend pas au sérieux. Il fait quoi et je fais quoi le reste de la journée avec lui ?
Ils nous disent aussi qu'il faut laisser l'enfant sortir de la classe s'il ne s'y sent pas bien et le laisser explorer son nouvel environnement que sont la cour et les locaux de l'école. Mais... qui surveille et s'occupe de cet enfant quand il est sorti de la classe ? Il est sous la responsabilité de qui ? De l'enseignant qui est resté en classe. Il n'y a personne d'autre.

- quant à l'aménagement du temps scolaire, les familles y sont parfois opposées...

- l'impact sur les autres élèves peut être catastrophique : l'enseignant peut se retrouver obligés de faire travailler ses élèves souvent en autonomie, toute la classe peut dysfonctionner et devenir ingérable, les élèves peuvent aussi être très perturbés par des enfants qui renversent tout par terre, hurlent tout en se roulant par terre, etc. 

Illustration : une élève a pris les livres de la bibliothèque et les déchire, avant de saccager la classe au moment de la sortie :

livres_dechires.jpg

 

classe_devastee.jpg

Bref...

  • Triste 3
  • J'adhère 9
Link to comment
Share on other sites

Bonjour, :)

Question : on m'a dit récemment que dans le cas d'un élève violent dont les parents refusent un aménagement du temps scolaire, cet aménagement pouvait être imposé par le DASEN... Auriez-vous les textes ou plus d'informations sur ce point ?

Merci. :)

Link to comment
Share on other sites

Le hasard fait bien les choses, j'ai emprunté votre livre à la bibliothèque il y a une semaine à peine !

J'ai un handicap purement physique. J'ai été scolarisée au primaire un peu après la loi de 2005. J'en suis énormément heureuse et reconnaissante, car je connais une fille avec le même handicap que moi (qui, je le répète, est uniquement physique et ce n'est même pas une question de douleur ou de fatigue qui changerait beaucoup d'une personne à l'autre, c'est une limitation de certaines fonctions motrices) qui a été scolarisée dans un IME et bien aujourd'hui elle n'a aucune autonomie, ne travaille même pas, parce qu'elle a été complêtement enfermée dans cet état d'esprit de "je me fais prendre en charge, je reste entre handi, le monde extérieur est méchant".

Du coup quand je suis arrivée dans l'enseignement, j'étais assez revendicatrice (et je le suis toujours) sur l'importance de l'inclusion, mais au bout de trois mois j'en suis revenue. Déjà parce que concrêtement, quand on parle d'inclusion, e handicap à l'école, les médias, les gens pensent à "un gentils enfant paraplégique dans son fauteuil roulant" ou "un enfant autiste qui a juste besoin de stimtoys et de routine pour se sentir bien", quand nous parlons d'enfants qui cumulent souvent les handicaps psychiques, troubles d'apprentissage, famille négligente ou maltraitante, traumatismes, etc...

Il y a dans la société une vision angélique des personnes handicapés qui ne peuvent pas faire de mal à une mouche (par exemple dans ma religion c'est assez courant d'être encouragé à passer du temps avec des personnes handicapés parce que les handicapés sont formidables, joyeux, inspirant, si gentils, plus proche de Dieu que nous, et blablabla, blablabla. Par contre si vous en tant que perosnne handicapé vous demanez à être inclue dans l'église et pas juste un support d'inspiration, là, ça change). C'est un discours "handiphobe" (vu qu'on est réduit à notre handicap et essentialisés), irréalistes, et dont nos dirigeant se servent volontiers pour nous faire taire sur les réalités du terrain, avec des discours qui sous-entendent toujours que l'inclusion c'est facile, il suffit d'un peu de bonne volonté.

  • J'aime 1
  • J'adhère 9
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Mon intervention sera brève mais  désolée par avance si elle est polémique.

Ici, on souffre vraiment de l'inclusion à tout va. Une année, j'ai eu 31 élèves (et je suis dans le 93) et un 32ème en inclusion qui était autiste.

Sans AVS bien sûr.

Je pense sincèrement qu'il n'y a pas mieux que des enseignants formés, spécialisés, diplômés, pour s'occuper de ces élèves-là, et en tous petits effectifs.

L'inclusion, c'est vraiment pour l'état : gagner quelques sous, ne pas payer la formation de PE spécialisés.

Mauvais calcul, le primaire se casse la gueule en France depuis longtemps et pour cette raison là aussi.

On va le payer cher.

Et nous dans nos classes on le paye déjà très cher : la plupart de ces élèves perturbent gravement la classe, et on ne peut plus enseigner ... et si on ajoute les problèmes de comportement des autres ..... ça fait longtemps que c'est le merdier en primaire. Enfin, je parle pour mon secteur géographique.

  • J'adhère 15
Link to comment
Share on other sites

L'inclusion ça permet aux politiques de passer pour sympa et de faire des économies. Et si on dénonce cette hypocrisie on est traité de salaud. 

  • J'adhère 12
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, ronin a dit :

L'inclusion ça permet aux politiques de passer pour sympa et de faire des économies. Et si on dénonce cette hypocrisie on est traité de salaud. 

Tu peux enlever la sympathie. Ils ont juste profité d'une situation favorable pour faire des économies au lieu d'avoir une inclusion ambitieuse. 

Des professionnels formés et qualifiés, ça coûte cher, mais ça produit aussi des résultats. Tu ne peux pas demander à un enseignant de s'improviser éduc' spé sans la formation adéquate ou à un AESH d'avoir la qualification et la compétence d'un éduc' spé quant tu le paies au smic horaire. A cela, tu ajoutes la ritournelle : pas de budget donc pas de recrutement même s'il y a des besoins et on fournira à ceux qui gueulent plus fort que les autres.

En tant que directeur, j'ai pris des décisions qui mériteraient de me faire défoncer les doigts à coup de règle par l'Inspection, mais bizarrement, personne n'est venu me dire quoi que ce soit et il ne valait mieux pas. Je le dis et le répète à chaque occasion : Une AESH, ça se paie (Temps plein donc un vrai smic minimum) et ça se forme (les formations de qualité existent). Il en faut une dans chaque classe et ajuster si besoin (en plus évidemment).

Former les profs dès la formation initiale est indispensable aussi et pas par des personnes qui ne maîtrisent pas leur sujet comme j'ai pu le vivre. J'aurais été largement plus compétent, c'est dire le niveau.

 

Link to comment
Share on other sites

A la fois quand on voit comment l'EN traite son personnel, dont ses travailleurs handicapés mais aussi tous les autres, on ne peut pas s'attendre à une attention particulière vis-à-vis des élèves non plus, à ce qu'on réfléchisse réellement sur l'accueil de tous les publics, comment et pourquoi... encore une fois le service public s'exonère de prendre en compte tous les publics et à accueillir toutes les personnes qui constituent notre société...

Link to comment
Share on other sites

il y a 53 minutes, Hildebert a dit :

Tu peux enlever la sympathie. Ils ont juste profité d'une situation favorable pour faire des économies au lieu d'avoir une inclusion ambitieuse. 

Des professionnels formés et qualifiés, ça coûte cher, mais ça produit aussi des résultats. Tu ne peux pas demander à un enseignant de s'improviser éduc' spé sans la formation adéquate ou à un AESH d'avoir la qualification et la compétence d'un éduc' spé quant tu le paies au smic horaire. A cela, tu ajoutes la ritournelle : pas de budget donc pas de recrutement même s'il y a des besoins et on fournira à ceux qui gueulent plus fort que les autres.

En tant que directeur, j'ai pris des décisions qui mériteraient de me faire défoncer les doigts à coup de règle par l'Inspection, mais bizarrement, personne n'est venu me dire quoi que ce soit et il ne valait mieux pas. Je le dis et le répète à chaque occasion : Une AESH, ça se paie (Temps plein donc un vrai smic minimum) et ça se forme (les formations de qualité existent). Il en faut une dans chaque classe et ajuster si besoin (en plus évidemment).

Former les profs dès la formation initiale est indispensable aussi et pas par des personnes qui ne maîtrisent pas leur sujet comme j'ai pu le vivre. J'aurais été largement plus compétent, c'est dire le niveau.

 

Je sais bien, je suis PE spécialisé. Sympa parce que les politiques depuis la loi de 2005 ont joué les gens gentils qui font enfin rentrer les enfants handicapés à l'EN alors qu'avant c'était pas le cas à cause des méchants zenseignants. Je suis assez désabusé. Et j'ai eu droit à des allusions politiques dégueulasses de la part de hauts responsables pour avoir dénoncé cette mascarade. Actuellement ils sont en train de sortir entre 50 et 75 % des élèves d'IME pour les mettre en classe ordinaire. Ben oui, ça fait plaisir aux parents et de grosses économies. Une scolarité en IME c'est 5 à 6 fois plus cher qu'un élève en école. Même avec une AESH individuel à 24 heures (ce qui d'ailleurs n'existera bientôt plus), ça revient trois fois moins cher que l'IME. Il ne faut pas aller chercher plus loin.

  • J'adhère 7
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, KerGraine a dit :

A la fois quand on voit comment l'EN traite son personnel, dont ses travailleurs handicapés mais aussi tous les autres, on ne peut pas s'attendre à une attention particulière vis-à-vis des élèves non plus, à ce qu'on réfléchisse réellement sur l'accueil de tous les publics, comment et pourquoi... encore une fois le service public s'exonère de prendre en compte tous les publics et à accueillir toutes les personnes qui constituent notre société...

Quand on compense en permanence les manquements de l'EN, il ne faut pas s'étonner qu'elle en profite. 

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Le 22/06/2021 à 20:28, sylvianedu77 a dit :

Bonjour, j'ai publié une tribune, parue dans le Monde de l’éducation, le 17 mai 2021. Afin de contribuer au débat sur l'école inclusive, je vous propose la lecture libre de ce texte dans ce forum.  

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/17/ecole-inclusive-il-faut-tenir-la-promesse-d-une-inclusion-de-qualite_6080489_3224.html

 « Ecole inclusive » : « Il faut tenir la promesse d’une inclusion de qualité »

 

Si depuis 2005 le nombre d’enfants en situation de handicap a triplé dans les établissements, Sylviane Corbion, professeure des écoles et docteure en sociologie, estime dans une tribune au « Monde » que « la qualité de vie et d’apprentissage à l’école pour tous les élèves et les conditions de travail des personnels sont les grandes oubliées ».

Tribune. En mars, une école d’un petit village en Normandie a défrayé la chronique dans la presse locale : depuis plusieurs mois, quelques enfants de 6 ans y semaient la terreur dans une classe « hors de contrôle ». L’inspection académique indique que le comportement d’un élève en particulier relève de l’inclusion scolaire. Cette situation est tout sauf anecdotique et illustre les limites de l’« école inclusive ».

Depuis la mise en œuvre de la loi de 2005 sur l’égalité des chances en faveur des personnes handicapées, le nombre d’enfants en situation de handicap a triplé dans les établissements scolaires. Actuellement, 385 000 élèves handicapés sont accueillis. Apprendre et vivre ensemble constitue une chance pour tous ces enfants mis autrefois à l’écart, et contribue à développer pour tous un regard plus positif sur les différences.

Depuis 2017, le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, ont pris une série de mesures en faveur de l’école inclusive, avec une augmentation de 3,3 milliards d’euros. Mais en matière d’inclusion scolaire, il y a ce qui se dit au ministère et ce qui se vit dans les écoles. La qualité de vie et d’apprentissage à l’école pour tous les élèves et les conditions de travail des personnels sont les grandes oubliées.

De l’école pour tous à l’école pour chacun

Le champ d’action de l’école inclusive est vaste et nécessite pour les enseignants d’adapter l’offre éducative à toute la diversité du public scolaire. Les élèves ayant de graves troubles du comportement font parfois vivre un véritable calvaire aux personnels des écoles et aux autres élèves. Quant aux élèves handicapés, ils demandent un investissement conséquent en termes d’adaptations pédagogiques spécifiques en fonction du handicap, d’aménagement de la classe et de l’école. Les élèves en difficulté scolaire, eux, souvent issus de milieux défavorisés, ont besoin de plus de temps pour intégrer les apprentissages et ne réussissent pas à suivre le rythme imposé des programmes de l’éducation nationale, particulièrement denses…

Bien des professeurs n’avaient pas envisagé ces profondes mutations quand ils se sont engagés dans le métier. Au jour le jour, l’effort d’accueil de tous ces élèves à besoins éducatifs particuliers repose pour l’essentiel sur des enseignants isolés dans leur classe et peu formés à cette diversité. Les conditions de travail sont éprouvantes. Sans oublier la succession de protocoles sanitaires à gérer depuis la pandémie, qui fragilisent encore un peu plus les acteurs de terrain.

Pour faire vivre au mieux cet idéal d’inclusion, trois types d’acteurs sont aujourd’hui mis à contribution au côté des enseignants. Mais dans quelles conditions !

Contrats précaires

Désormais, les accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) interviennent dans le cadre des pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL), qui permettent de mutualiser les aides humaines. En fonction des besoins des établissements scolaires, des AESH peuvent accompagner plusieurs élèves handicapés par jour dans différents lieux, ce qui exige une grande capacité d’adaptation.

Les AESH, recrutés à temps partiel, perçoivent un salaire de 700 euros net par mois en moyenne.

Cette gestion comptable ne prend pas en compte les besoins spécifiques de certains enfants. Certes, plus de la moitié des élèves en situation de handicap bénéficient d’une aide humaine, mais juste quelques heures par semaine. La situation est d’autant plus problématique que les AESH n’ont que deux semaines de formation (60 heures) pour s’approprier toute la diversité des formes de handicap et être opérationnels. Ils peuvent être, cela arrive, le souffre-douleur d’élèves ingérables. Ces accompagnants, en contrat précaire, recrutés à temps partiel, perçoivent un salaire de 700 euros net par mois en moyenne. Toutes ces conditions nuisent à l’attractivité et à la pérennité du métier.

Un professionnel du réseau d’aides spécialisées aux enfants en difficulté (Rased) peut également intervenir auprès des professeurs des écoles. La principale mission de ces réseaux, comprenant des psychologues et des enseignants spécialisés, est d’apporter une réponse aux difficultés d’apprentissage et d’adaptation aux exigences scolaires des élèves. Mais les Rased ont perdu un tiers de leurs effectifs en raison d’une politique de suppression de postes de fonctionnaires entre 2008 et 2012, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Depuis, ces spécialistes chargés d’aider les élèves les plus en difficulté interviennent tant bien que mal sur un secteur extrêmement étendu.

Ni dehors ni véritablement dedans

Autre recours proposé par le ministère pour venir en aide aux enseignants : des réunions d’équipe avec des professionnels du secteur médico-social. Mais cette collaboration requiert une mutation des cultures, notamment celle du partage professionnel. Et encore faut-il que ces experts du secteur libéral, dont la présence est inégale sur le territoire national, acceptent de se déplacer et que les locaux de l’école permettent de les accueillir. Le déploiement d’équipes mobiles d’appui médico-social est également une expérimentation en cours.

Les mesures prises depuis 2017 visent à simplifier les démarches des familles pour scolariser leur enfant en situation de handicap dans l’école de quartier, plus proche du domicile qu’un établissement médico-social. Mais tous ces enfants ne peuvent pas intégrer une classe « ordinaire ». Des unités d’enseignement externalisées, implantées dans les écoles, accueillent des enfants avec des besoins complexes (porteurs d’autisme ou polyhandicapés). Les classes unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS) intègrent 30 % des élèves en situation de handicap.

En 2019, une étude du ministère a montré que ces jeunes étaient en très grande difficulté scolaire : plus de 80 % présentaient de très faibles performances pour le calcul, la lecture et la compréhension. Ces enfants inclus dans ces dispositifs se retrouvent dans un entre-deux, ni dehors ni véritablement dedans. L’absence d’un AESH ou de l’enseignant spécialisé de ces classes spéciales peut se révéler problématique, l’école se transformant alors en « garderie ».

 

Prendre exemple sur l’Italie

La France pourrait prendre exemple sur l’Italie, qui, depuis plus de quarante ans, mène de considérables politiques d’action pour l’inclusion scolaire. Dès qu’un élève en situation de handicap est scolarisé dans une école, sa classe bénéficie d’un effectif réduit et deux professeurs y sont affectés, dont un est spécialisé dans toutes les formes de déficience grâce à une formation de deux ans. Tous les enseignants italiens sont sensibilisés aux besoins éducatifs particuliers des élèves grâce à des stages réguliers. Les écoles disposent en nombre d’assistants de communication, d’auxiliaires de vie scolaire, d’assistants éducatifs. Le suivi individualisé s’effectue conjointement avec les services médico-sociaux présents sur place. Les programmes scolaires sont ajustés pour s’adapter aux élèves.

L’école de la confiance, c’est tenir la promesse d’une inclusion de qualité. Accueillir tous les enfants dans l’école du quartier ne garantit pas la réussite de leur scolarité. Il est nécessaire de donner plus de moyens à la communauté éducative. L’école inclusive requiert des dispositions anticipées et adaptées. Elle nécessite d’en finir avec cette organisation bureaucratique et pyramidale : ce qui se pense au ministère, ce qui s’organise dans les académies et ce qui se vit au quotidien dans les écoles.

 

 

Il est très bien cet article, il aurait même mérité d'être présenté sous la forme d'un véritable reportage de 2 - 3 pages, avec des interviews et des situations concrètes pour l'illustrer ... Les braves gens qui scolarisent leurs enfants à l'Ecole publique doivent être mis au courant, d'autant que les représentations qu'évoque Liora ont encore largement cours aujourd'hui !

Link to comment
Share on other sites

Le 22/06/2021 à 22:28, sylvianedu77 a dit :

Dès qu’un élève en situation de handicap est scolarisé dans une école, sa classe bénéficie d’un effectif réduit et deux professeurs y sont affectés, dont un est spécialisé dans toutes les formes de déficience grâce à une formation de deux ans. Tous les enseignants italiens sont sensibilisés aux besoins éducatifs particuliers des élèves grâce à des stages réguliers. Les écoles disposent en nombre d’assistants de communication, d’auxiliaires de vie scolaire, d’assistants éducatifs. Le suivi individualisé s’effectue conjointement avec les services médico-sociaux présents sur place.

C'est la partie de l'article qui m'intéresse le plus. Pourquoi nos dirigeants ne proposent-ils pas des solutions identiques ? Ce dispositif est-il efficace ?

Link to comment
Share on other sites

En Italie, tous les enseignants n'applaudissent pas non plus. C'est différent selon les régions. Et j'ai lu que les parents pauvres de ce système étaient les élèves en difficulté "ordinaire". Par contre, le paquet est mis pour que quasiment tous les élèves soient accueillis à l'école. Quand on voit le nombre d'élèves qui ne voient pas leurs droits respectés en France, on est looooin du compte.

Inclusion et Bienveillance, les autres chevaux de Troie de la libéralisation.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
Le 24/06/2021 à 17:26, Hildebert a dit :

Une AESH, ça se paie (Temps plein donc un vrai smic minimum) et ça se forme (les formations de qualité existent).

C'est sûr que le salaire qui leur est proposé n'a rien d'attirant.

Le 24/06/2021 à 12:52, Amelie375 a dit :

Et nous dans nos classes on le paye déjà très cher : la plupart de ces élèves perturbent gravement la classe, et on ne peut plus enseigner ...

Je suis absolument d'accord. Dans mon école les élèves en situation de handicap lourd rendent la vie de classe bien compliquée. 

Link to comment
Share on other sites

Le désastre du tout inclusif n'est qu'à son balbutiement. Ce concept humaniste repris par des libéraux sans valeurs sinon celle de l'argent, nous conduit à une catastrophe institutionnelle. Elle touche déjà nombre d'enseignants dans des classes bétaillères qui ne pourront pas tenir longtemps à ce rythme. Vous pouvez leur coller toutes formations que vous voulez, cela ne MARCHE pas! J'ai une seule AESH dans la classe, très sympathique au demeurant, mais cela entraîne encore plus de bruit, des petits conflits (notamment dans les ateliers) qui n'auraient pas lieu sans ça...

Un inspecteur m'a dit avant de partir en retraite que cette inclusion entraînera obligatoirement une judiciarisation des relations à l'école entre parents, enseignants, élèves... Déjà, plusieurs fois à la radio j'ai entendu des parents à bout mener des actions contre un élève violent. Plusieurs fois j'ai aidé des collègues à remplir une fiche RSST pour le CHSCT. Des collègues à bout, broyés, culpabilisés! Ces élèves sont des VRP des écoles privées qui elles ne se privent pas de refuser ce genre de profil. Des VRP des démissions et autres ruptures conventionnelles.

Il faut se rappeler que l'intégration est un concept beaucoup plus humain et apaisant pour tout le monde. Ce concept aurait dû être développé, avec des Rased plus étoffés notamment dans le suivi G. Tout le monde ne peut entrer dans le moule de la classe. Mais l'argent faisant tourner le monde, surtout l'idéologie libérale, ils préfèrent mettre tout le monde dans la même classe sans discernement. 

Des syndicats ont poussé et continuent de le faire dans le sens de l'inclusion libérale d'autres non... Renseignez vous au moment où il faudra voter aux élections syndicales et aux présidentielles.... 

 

Link to comment
Share on other sites

Merci pour l'article @NancyDrew. L'aesh  qui est dans ma classe est vraiment super efficace mais elle s'occupe de 4 élèves sur 3 écoles. C'est du saupoudrage... Mon petit élève autiste va avoir plus d'heures d'aesh en novembre. J'attends de voir comment cela va être géré. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, locko a dit :

Merci pour l'article @NancyDrew. L'aesh  qui est dans ma classe est vraiment super efficace mais elle s'occupe de 4 élèves sur 3 écoles. C'est du saupoudrage... Mon petit élève autiste va avoir plus d'heures d'aesh en novembre. J'attends de voir comment cela va être géré. 

Les PIAL ont été créés pour réduire le nombre de prises en charge en terme d'heures et donc de personnels. Les notifications ne font plus en fonction de la pathologie mais du nombre d'aesh.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, nonau a dit :

Les notifications ne font plus en fonction de la pathologie mais du nombre d'aesh.

Justement non, car le PIAL a un nombre d'AESH calibré sur les notifications mais ensuite d'autres notifications tombent et on déshabille l'un pour habiller l'autre et au final tout le monde est à moitié à poil....

Un élève avec AESH mut à 12h en septembre se retrouve rapidement à 8h voire 4h....

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

C'est pas faute de leur avoir annoncé dès l'expérimentation. L'inclusion sert à faire des économies. Les enseignants et les AESH le vivent et le disent, les syndicats de para-médicaux et les médecins aussi.

Link to comment
Share on other sites

Quand des syndicats alertaient à l'occasion de la loi de 2005 avec 600 professionnels de santé, personne ne les a écouté. Quand on a alerté à l'occasion de la réforme du CAPPEI on s'est fait traiter de fachos et de partisans de l'exclusion. Une organisation parlant même d'apartheid pour les segpa. Maintenant que ça explose partout et que la fuite vers le privé augmente les idiots utiles ouvrent les yeux. 15 ans après la bataille...

  • J'aime 1
  • Merci 1
  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

 Cheval de troie ultralibéral maquillé en idée humaniste inattaquable.

Qui peut être contre l'inclusion ou la bienveillance ? des salauds, évidemment. C'est comme la transformation de "plan de licenciement" en "plan de sauvegarde de l'emploi", qui peut être contre la sauvegarde de l'emploi?

J'espère que les acteurs de terrain sont de moins en moins dupes.

  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

Le 13/10/2021 à 23:27, nonau a dit :

Les notifications ne se font plus en fonction de la pathologie mais du nombre d'aesh.

Dans la cas de mon élève je pense que c'est en raison de sa pathologie (et de l'efficacité de la maman ?? ) qu'il devrait passer de 6h à 12h d'AESH i.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...