Jump to content

A propos d'une AESH


Eve78
 Share

Recommended Posts

Dans l'école, il y a une AESH présente 24h auprès d'un enfant autiste. Elle est en poste depuis septembre 2020.

J'arrive sur cette école en septembre 2021 en direction mais elle n'est pas dans ma classe.

Depuis mon arrivée, je me suis rendue compte qu'elle est extrêmement proche de la famille de l'enfant, elle s'invite chez eux pour le thé, elle accompagne la maman et l'enfant jusqu'à chez eux (la maman n'est pas handicapée).
Elle me dit que c'est elle qui a appris le français à la maman (la famille est arrivée de l'étranger, il y a 4 ans).

Elle filme et photographie l'enfant en classe et envoie à la famille, sans que l'enseignante voit les films et photos. Elle se permet d'interférer dans les relations sociales de la maman en lui présentant de nouvelles "copines".

La famille est très gentille et la laisse faire.

Nous n'avons aucune connaissance de ce que l'AESH dit à la famille.

Je lui ai dit d'arrêter mais elle ne comprend pas où est le problème, elle me dit qu'elle était éducatrice, qu'elle sait faire et que c'est grâce à elle que la famille d'intègre et progresse en français.

Bref, je suis embêtée, si je "dénonce" son comportement auprès de la hiérarchie, nous risquons de la perdre et qu'elle ne soit pas remplacée et l'enfant a vraiment besoin d'une AESH mais dans un même temps, elle dépasse les bornes.

Que feriez-vous?

Link to comment
Share on other sites

Je trouverais la situation complexe aussi, mais peut-être qu'il faut faire la part des choses entre ce qui est autorisé ou non : 

- accompagner l'enfant jusqu'à chez lui, prendre le thé à la maison, si les parents sont d'accord, ce n'est pas notre problème ; cela se passe en dehors du temps scolaire. Idem pour ce qui est de présenter de nouvelles copines. 

- filmer et photographier l'enfant en classe en revanche... Elle est au travail et ça ne fait pas partie de ses fonctions. Là, elle mélange son travail et sa relation amicale. Il y a la question du droit à l'image ; elle ne peut pas se permettre ce genre de chose.

Je pense que c'est là-dessus qu'il faut être clair : elle doit rester professionnelle au travail (donc pas de photo !), et après elle fait ce qu'elle veut de son temps libre (personnellement je préfère toujours garder une certaine distance avec les familles pour ne pas tout mélanger, mais je sais que certains ne voient pas le problème à développer des relations amicales). Par contre, j'attirerais son attention sur le fait qu'il faut être hyper prudente dans ses conversations et éviter de trop parler de l'école, car certaines choses doivent rester à l'école et se régler en interne (par exemple, ne pas dire que son fils a bousculé un autre enfant, que l'autre a surenchéri, que l'enseignant a puni un tel pour telle raison...) 

Bon courage ! :wub:

Link to comment
Share on other sites

Oula !

Pas du tout professionnel tout ça, et aussi si effectivement elle connait la famille de l'enfant qu'elle accompagne, bien dommage que ce n'est pas été signalé dès sa prise de poste, car un changement aurait pu être fait en amont.

Est-ce que tu as un PIAL ? Si oui, je contacterai le coordo du PIAL pour expliquer la situation. C'est lui qui organise et coordonne les actions des AESH. Ca peut être un enseignant, un directeur... en poste qui est déchargé pour ses missions. Ne te gêne pas pour évoquer la situation, et ne craint pas de suite que ton AESH sera retirée et qu'il n'y aura personne à la place.

Est-ce que tu as fait ou prévois une rencontre avec l'AESH, la famille, l'enseignante pour faire un point sur le PPS de l'enfant, les missions de l'AESH. Ca pourrait être bien pour clarifier les choses, informer lors de cette rencontre que les enseignants savent que la famille et l'AESH se connaissent mais que ça ne doit pas entraver les missions auprès de l'enfant. L'AESH n'a pas à parler de ce qu'il se passe en classe directement à la famille, c'est le rôle de l'enseignant et ça se fait dans un cadre formel, pas sur le trottoir, au domicile...

Est-ce que cette AESH suivait déjà cet élève l'an dernier ? Comment ça se passait d'après ce qui t'a été dit ?

(pour les photos, c'est grand grand NON)

Link to comment
Share on other sites

Oui, il y a un PIAL.

Elle suivait déjà l'enfant l'an passé mais je ne crois pas qu'elle connaissait la famille avant.
Lorsque j'ai vaguement évoqué la situation avec l'enseignante référente, elle m'a dit que les ESS avec cette AESH étaient compliquées car elle monopolisait la parole en répétant à qui veut l'entendre que "elle, elle sait" et nous non.

Vous avez raison sur la relation à l'extérieur de l'école; ça ne me regarde pas.

Je vais voir avec le coordo du PIAL pour les photos mais maintenant que tout le monde a des portables, ce n'est pas forcément évident pour l'enseignante de passer son temps à la surveiller.

En parallèle de tout ça, l'AESH se permet des réflexions auprès des ATSEM sur leur travail; ce qui ne passe pas mais alors pas du tout... donc il faut aussi gérer ça.

J'ai rappelé en réunion de rentrée le rôle de chacun mais je vais recommencer.

Link to comment
Share on other sites

Il existe des documents avec les fonctions de l'AESH. Je crois qu'un petit et courtois remontage de bretelles  s'impose. Tout ce qui est relatif à l'école doit passer par l'enseignante.... là comment faire?

Contacter le PIAL.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Pour les photos tu lui fais signer une charte, ... aux atsem et aux enseignantes aussi   comme ça pas de jaloux et si elle n'est pas contente tu lui expliques que c'est de ta responsabilité et que s'il y a plainte " tu es ainsi couverte" et qu'elle sera seule responsable devant un juge .

Pour les ESS  c'est le directeur qui mène la réunion donc tu ne lui donnes la parole que si tu veux.  Je faisais une réunion préparatoire où l'enseignante ne parlait pas , l'AESH disait ce qu'elle pensait intéressant, Et pendant la réunion très clairement je formulais, l'ENSEIGNANTE va expliquer les progrès de l'enfant, L'ENSEIGNANTE va vous parler du travail de l'enfant, du projet que l'ENSEIGNANTE met en place pour l'enfant.  L'AESH va vous dire ce qui est difficile pour l'enfant, va vous dire quand il faut qu'elle aide l'enfant, ...  bref le positif pour l'enseignante, le négatif pour l'AESH parce qu'elle est là pour pallier les difficultés.

Elle fera la soupe à la grimace mais avec un grand sourire et en rappelant devant tout le monde parents compris, SON travail

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Merci, je vais m'occuper de ça, lundi !

C'est dommage parce qu'avec les 5 autres AESH tout va bien, c'est la seule avec laquelle ça coince...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Eve78 a dit :

Oui, il y a un PIAL.

Elle suivait déjà l'enfant l'an passé mais je ne crois pas qu'elle connaissait la famille avant.
Lorsque j'ai vaguement évoqué la situation avec l'enseignante référente, elle m'a dit que les ESS avec cette AESH étaient compliquées car elle monopolisait la parole en répétant à qui veut l'entendre que "elle, elle sait" et nous non.

Vous avez raison sur la relation à l'extérieur de l'école; ça ne me regarde pas.

Je vais voir avec le coordo du PIAL pour les photos mais maintenant que tout le monde a des portables, ce n'est pas forcément évident pour l'enseignante de passer son temps à la surveiller.

En parallèle de tout ça, l'AESH se permet des réflexions auprès des ATSEM sur leur travail; ce qui ne passe pas mais alors pas du tout... donc il faut aussi gérer ça.

J'ai rappelé en réunion de rentrée le rôle de chacun mais je vais recommencer.

Elle est au travail, elle n'a pas à utiliser son portable.

J'autorise les AESH à l'utiliser si elle reçoive un appel important mais je leur demande de sortir de la classe pour y répondre. Elles n'ont pas à faire joue joue avec devant les élèves, ni à être distrait par cela.

Déjà bon point pour toi, si le comportement de cette AESH a déjà été remarqué en ESS.

Les adultes peuvent-ils utiliser leur mobile dans l'enceinte des écoles et des collèges ? (rentrée 2018)

L'utilisation des téléphones mobiles à l'école et au collège est interdite uniquement pour les élèves. Cependant, les personnels de direction ainsi que les équipes éducatives doivent faire preuve d'une utilisation raisonnable de leurs appareils de communication, pour permettre aux élèves de bien s'approprier la mesure.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Suite de l’histoire avec de nouvelles révélations et non des moindres… 

Avec une collègue, j’ai reçu l’aesh en entretien une nouvelle fois pour lui rappeler les différents points évoqués la première fois : pas de photos, pas d’isolement dans les toilettes avec l’enfant… elle m’a annoncé que les photos, elle n’avait absolument pas arrêté et que l’enfant utilise régulièrement son portable pour prendre des photos de tout et n’importe quoi. Mais ça c’est pas le plus grave !

On évoque l’acquisition de la propreté (l’enfant porte encore des couches), il n’est pas encore prêt et à tendance à se retenir, ce qui le constipe.

Et là, l’aesh nous annonce qu’elle « aide » l’enfant à déféquer. Ma collègue lui demande comment elle s’y prend pour l’aider. Réponse : elle attrape les selles et les aide à sortir. 
Dans ma tête est arrivé immédiatement la réplique d’Omar Sy dans Intouchable quand il dit qu’il « ne vide pas le cul des gens qu’il ne connaît pas ». 
Ça m’a choqué, pour moi c’est une atteinte à la dignité de l’enfant et ce n’est en aucun à une aesh de faire ça, pour moi, c’est un geste médical.

Mais peut-être que je sur-réagis. 
 

Quel est votre avis?

  • Confus 2
Link to comment
Share on other sites

Appeler le médecin scolaire et la famille , demander qu'un PAI soit rédigé.

 

Comme ça tu ne juges pas et tu mets l'aesh devant l'incongruité du geste.

Il y a soit un problème médical qui justifie ce geste et  le PAI est DE RIGUEUR

Soit un dysfonctionnement  familial et la famille a demandé à l'aesh de faire ce geste, l'intervention du médecin est vitale...

Soit l'aesh le fait de sa propre initiative 🥶 DEHORS.

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

C’est de sa propre initiative, la famille n’est pas au courant. On ne l’était pas non plus jusqu’à ce soir, du coup je ne sais pas depuis combien de temps ça dure. Ça paraissait totalement naturel pour l’aesh. 
 

Donc un signalement auprès du pial s’impose ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, Eve78 a dit :

Donc un signalement auprès du pial s’impose ?

oh oui, c'est une initiative qui laisse plus que pensif ...

Mais j'appelerais le médecin de PMI ou scolaire pour avoir un avis extérieur et surtout ne pas rester seule pour le signalement.

 

Comment la famille a t'elle pris l'information?

Link to comment
Share on other sites

La famille ne le sait pas encore, la révélation est arrivée ce soir. On a rdv avec eux le lundi de la rentrée. 
 

Je vais appeler le médecin scolaire demain.

Pfff ! Je suis blasée de tomber sur une aesh d’une telle incompétence… mais quelle idée franchement !

Link to comment
Share on other sites

Vraiment demande l'aide du médecin.

Tu disais que l'aesh est très proche de la famille .... Tu ne sais pas ce qui s'est dit , ce qui est demandé,...

Il se joue parfois de droles de choses quand une aesh a besoin de reconnaissance, elle peut répondre à une demande parentale sans en parler parce que c'est hors-limite et que la famille ne veut pas d'ennuis avec l'école....

En l'abordant sous l'angle du PAI tu ne bloques pas la parole et surtout , tu donnes au médecin la possibilité d'intervenir auprès de la famille.

 

Link to comment
Share on other sites

Vu ce que tu racontes et ce qu'elle s'autorise à faire, faites aussi attention.

L'élève est sous la responsabilité de l'enseignant, attention que l'incompétence de l'AESH ne se retourne pas contre l'enseignant. L'élève est en classe et il joue avec le téléphone de l'AESH, l'enseignant devrait le voir et l'interdire immédiatement.

Elle va aux toilettes avec l'enfant et s'autorise.... (hallucinant ce que tu racontes !) L'enseignant a autorisé la sortie de l'élève aux toilettes, accompagné de l'AESH.

Est-ce que tu as écrit noir sur blanc, les soucis avec cette AESH et transmis au PIAL... franchement  en temps que directrice, je mettrai même l'IEN dans la boucle.

Et dès demain, interdiction pour l'AESH d'aller aux toilettes avec l'enfant. Tu es au courant maintenant de ce qu'elle y fait. Et il n'y a pas de PAI mis en place ou d'alerte de la famille sur des difficultés pour aller à la selle. Protège l'enfant ! Et si ça se renouvelle en attente de PAI, vous appelez la famille pour qu'elle vienne chercher l'enfant ou l'aide au passage aux toilettes. Qu'est-ce que c'est que c'est manière d'aller chercher les selles d'un enfant !

COURAGE !!

Link to comment
Share on other sites

J'ai rédigé un compte-rendu de la réunion d'hier où je mets en exergue tous les dysfonctionnements (il y a plus que ça, c'est quasiment une connerie à la minute).

La coordo du Pial m'a demandé de lui faire signer et de lui envoyer. En gros, je fais tout le boulot en amont et après le pial interviendra peut-être...

Tu as raison sur le fait qu'elle va se retourner contre l'enseignante, elle a déjà commencé à le faire !

Ça me perturbe beaucoup cette situation, j'ai beaucoup de mal à "dénoncer" les agissements des autres. Mais là je suis tellement choquée et ça parait tellement normal pour elle; elle nous l'a dit comme si c'était une pratique courante. Bref, ça m'empêche de dormir... Ce serait tellement plus simple, si tout roulait!

  • Solidaire 1
Link to comment
Share on other sites

Effectivement ne reste pas seule, et pour l'enseignante faites les courriers ensemble.

Peut être une déclaration factuelle de ce que vous faites à l'autonome serait une précaution supplémentaire.

 

L'aesh dysfonctionne, mais je resterais prudente avec la famille, accueillir un enfant handicapé est difficile, mais avec une famille fragile psychiquement cela tourne parfois au drame.

Ne connaissant pas la situation, je prendrais des précautions sérieuses face à l'aesh et à la famille.

Si j'ai bien compris tu es en maternelle, il y a donc aussi une atsem .....

Dans cette situation tout le monde se replie en espérant que les problèmes ne nous atteignent pas personnellement.

Une réunion avec la maitresse, l'atsem, et toi pour expliquer les procédures (pas les faits) comment va se dérouler l'accompagnement vers "dehors de l'aesh" et l'accompagnement de la famille via le médecin de PMI, les éducatrices de la PMI ; sera rassurant un peu.

Link to comment
Share on other sites

J’ai envoyé le compte rendu de la réunion à l’ien , aux coordo du pial, on va voir comment ils vont réagir. 
J’ai revu l’aesh, elle charge l’enseignante pour se sortir de la situation, mais pour elle, elle ne fait rien de mal.

affaire à suivre

  • Triste 1
Link to comment
Share on other sites

Appelez l'autonome de solidarité, vous risquez d'avoir besoin d'un coup de main: écoute, soutien, conseil, conseil juridique)

Ne restez pas seules.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Alors côté réaction de la hiérarchie, on est au top !

De l'IEN: rien; de l'enseignante réf: rien; de sous-coordo du PIAL: rien et de la coordo du PIAL en chef: faut rédiger un rapport

Ce que je fais, mais la forme ne va pas; il faut faire ceci et pas cela et mettre dans tel ordre avec telles formules...
On n'a vraiment pas les mêmes priorités !

Bref dans leur grande mansuétude, tout ce petit monde va recevoir l'AESH le 19 novembre, sans moi bien sûr et pour lui dire quoi de plus que moi? Aucune idée!

Entretemps, ma mission est de faire signer le fameux rapport à l'AESH et de l'informer de la suite des opérations... Un bon moment en perspective, j'ai hâte!

Pour l'autonome, je m'en occupe demain.

  • Solidaire 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Eve78 a dit :

ma mission est de faire signer le fameux rapport à l'AESH

Sûrement pas. C'est le boulot de son chef, ce que tu n'es pas.

Link to comment
Share on other sites

Je suis coordo PIAL, mis à part centraliser les infos on ne peut rien faire nous à notre niveau ( sauf déplacer l'AESH mais ça sera sur "ordre" de l'IEN qui est le pilote du PIAL.

( sauf si c'est un PIAL Inter Degré dans ce cas le pilote est le chef d'établissement du collège ou du lycée qui est l'adresse du PIAL )

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Suite de l'histoire, si ça intéresse quelqu'un 😁:

Le dernier jour avant les vacances, je donne le rapport à l'AESH en lui précisant qu'elle peut le signer ou non et qu'elle peut écrire sa version.
La journée passe et le soir... elle me hurle dessus en me disant que je relève que les points négatifs (ce qui est juste mais c'est ce que voulait le pial); je lui répète qu'elle peut contester. Ensuite, je donne le rapport à la big coordo du pial.

Les vacances passent.

Lundi, je reçois les parents qui sont très gentils et ne réagissent pas (je dis les choses sans détails sur les conseils de l'IEN) au final, l'entretien se passe bien. L'AESH voit que je rencontre les parents et me dit qu'elle va m'envoyer son écrit.

Mardi, je demande à la big coordo du pial si l'invitation pour l'entretien AESH/PIAL a été envoyée (RDV prévu vendredi 26), réponse: NON, on consulte je service juridique, l'entretien sera repoussé...
Là, je me dis qu'ils cherchent une échappatoire et que le RDV va être repoussé aux calendes grecques

Jeudi, je reçois un mail de l'AESH en copie qui est adressé aux coordo et à l'IEN :

J'accompagne en qualité d'AESH, depuis fin septembre 2020, l'élève S., scolarisé à l'école Maternelle "..." .
S. à  5 ans depuis le 12 octobre.Il a  été diagnostiqué enfant à TSA. Il est non verbal et pas autonome sur le plan propreté puisque porteur de couche. 
J'ai été affectée pour une amplitude horaire de 24h hebdomadaire soit 6h d'accompagnement par jour auprès de S.
J'ai pris le relai d'une AESH affectée sur l'année 2020-2021, partie en arrêt maladie du fait d'un travail d'accompagnement très difficile auprès de cet élève.
Le lundi 18 octobre 2021 à 16h30. j'étais convoquée pour un entretien de point bilan pour la 1ère période  2021-2022 par Mme, directrice depuis la rentrée 2021.
Antérieurement, un mail à mon adresse professionnelle avait été envoyé  par cette dernière. 
Je suis arrivée à la réunion avec un écrit globalisant mes notes que je prends au quotidien sur l'accompagnement de S. depuis la rentrée 2021. 
Le vendredi 22 octobre, la directrice me donnait le compte-rendu de l'entretien du 18 octobre précisant que je pouvais écrire ce que je souhaitais en réponse.
 
A la lecture de cet écrit, j'ai ressenti une atteinte à mon travail d'accompagnement auprès de cet élève et en suis depuis , très affectée. 
Je vous prie de trouver ci-joint le compte rendu de l'entretien. 
 
Le travail que j'effectue auprès de S. depuis l'année passée ne peut être réduit  à ce listing d'injonction.
Mon travail d'accompagnement est toujours dans l'intérêt de l'enfant, dans une transparence d'actions et un réel plaisir à ce travail.
Effectivement, si j'ai des devoirs, j'ai aussi des droits.
 
C'est pourquoi, j'ai l'honneur de solliciter un entretien auprès de ma hiérarchie de l'éducation nationale en présence de Mme, directrice de l'école et de Mme, l'enseignante. 
Cordialement,
 
Et là, je me dis qu'elle s'est tirée une balle dans le pied en pensant nous dénoncer (l'enseignante et moi).
 
Vendredi, rien. Vivement la semaine prochaine !
 
Commence à me fatiguer cette histoire.
  • Solidaire 2
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...