Jump to content

Haut potentiel intellectuel passé inaperçu


BaliBila
 Share

Recommended Posts

Bonjour,

Je viens ici partager une expérience qui, je l'espère, pourra permettre à d'autres - élèves, parents et enseignants - de surmonter les difficultés que nous avons surmontées à grands renforts de rendez-vous et de dialogue mais qui n'a pas été sans une souffrance que nous aurions pu panser plus aisément si nous avions eu les outils pour ce faire ...

Mon fils, après une scolarité très difficile psychologiquement à l'école primaire, vient d'être diagnostiqué à haut potentiel intellectuel.

L'école maternelle s'est bien passée. 

Mais en primaire, il n'y a eu que deux années où cela s'est relativement bien passé car ces deux années les enseignants lui donnaient du travail supplémentaire quand il avait terminé ou alors il avait des petits "privilèges" quand il avait fini, comme jouer au Rubik's cube, ou tout simplement il se sentait apprécié ou au moins respecté - je remercie infiniment ces enseignants bienveillants qui avaient tissé une belle relation pédagogique avec mon fils - mais il y a eu des années terribles - les trois autres ! - où mon fils était constamment ou très souvent puni et où il rentrait quasiment tous les jours de l'école en pleurant ... il se croyait nul, se dénigrait, et détestait ces enseignants qui le grondaient, selon lui, injustement.

De mon côté, je voyais bien que certains reproches des enseignants étaient infondés ou reposaient sur une vision erronée de la situation et, sachant qu'en maternelle cela s'était extrêmement bien passé et que je suis très rigoureuse quant au respect des autres et des règles, quand en CP il y a eu des problèmes, j'ai pensé que le problème n'était pas de fond mais lié au contexte. La scolarité de primaire ainsi été en dents de scie selon les enseignants et  j'ai dû redoubler de diplomatie pour éviter les points de non retour.

J'ai conduit mon fils voir une première psychologue qui a estimé qu'il n'y avait pas de problème et n'a pas du tout parlé de haut potentiel, dont, du coup, je n'ai pas osé parler. De même avec une autre quelques années plus tard. Enfin un pédiatre m'a quand même dit après l'avoir écouté lire quelques mots en CP "Il n'est pas en avance". A l'époque j'étais venu sur ce forum des enseignants m'avaient rassurée ! Je les remercie d'ailleurs. La première enseignante de petite section m'avait signalé la richesse de son vocabulaire et son niveau de langage qu'elle n'avait selon elle jamais vu. Mais moi-même je m'étais illustrée ainsi à l'école. Aussi, pour moi, c'était de famille. Par ailleurs, on sait l'importance du milieu sur le développement de l'enfant. Ensuite, les enseignants soulignaient ses capacités mais aucun ne m'a laissé entendre que mon fils était à haut potentiel. Par exemple, les compétences étaient toujours "atteintes" mais jamais "dépassées". Le travail était qualifié de bon, très bon, parfois excellent mais les compliments étaient généralement temporisés par les mentions de bavardages, voire de manque de concentration.

Quand au début du collège, j'ai entrevu la même situation qu'à l'entrée au CP, j'ai poussé la porte d'une psychologue habilitée à faire passer des bilans psychométriques.

L'annonce de ce diagnostic a provoqué en moi un grand soulagement : les problèmes en classe ne venaient pas d'un problème de comportement, d'éducation ou d'un trouble cognitif mais d'un haut potentiel intellectuel. C'est ainsi que je l'interprète. Je pense que si je n'avais pas autant cherché à comprendre et à dialoguer, mon fils serait devenu un cancre à partir du CP et aurait fini par poser d'importants problèmes de comportement et relationnels.

Désormais je dispose des instruments pour mieux comprendre mon fils et mieux lui apprendre à s'adapter et ... à s'apprécier pour s'élever. Toutefois je regrette de ne pas avoir osé chercher avant à faire ce bilan psychométrique.

Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire ce -trop ? - long témoignage.

  • J'aime 3
Link to comment
Share on other sites

Merci pour ce témoignage, à l'issue heureuse, grâce à votre ténacité.

Le soucis c'est que les enseignants ne sont absolument pas formés pour détecter les enfants à haut potentiel (comme pour plein d'autres problèmes ou spécificités d'ailleurs...) du coup, peu les repèrent. Si je ne m'étais pas interrogée sur ma fille et n'avais pas lu tout plein de livres/sites sur le sujet, je serais sans doute passé à côté d'une petite fille HPI dans ma classe l'an dernier. Surtout que ma collègue plus expérimentée, qui l'avait eu l'année précédente, m'assurait que non, elle ne pouvait pas l'être...

  • J'aime 3
Link to comment
Share on other sites

Je suis d'accord avec toi Gribouillette, les enseignants ne sont pas assez formés sur un sujet sur lequel on a, par ailleurs, des préjugés. De plus, chaque enfant est différent. Aussi c'est difficile de pouvoir repérer les enfants à haut potentiel.

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

On n'est effectivement pas formés aux élèves différents.

 

C'est grâce à mes enfants que j'arrive à détecter des HPI (mon grand l'est, il a 21 ans maintenant) et les troubles DYS (mon petit dernier est dyspraxique).

 

Ces enfants sont souvent catalogués: chiants, rêveurs, maladroits, pas concentrés... Or, pour certains, il y a un réel trouble, ou handicap.

  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

"Chiant" personne ne me l'a dit mais je pense que certains l'ont pensé si fort que j'ai failli l'entendre 😂 !

On me parlait au mieux de bavardages ou au pire de problème de comportement en passant par l'évocation d'un "manque de concentration" voire d'une lenteur excessive.

En réalité, pour avoir vu mon fils se concentrer de manière intense lors de lectures, de recherches ou d'activités spécifiques et travailler extrêmement vite, je pense que lorsqu'il avait compris, il pensait à autre chose ou s'intéressait à autre chose.

Par ailleurs, il est très sensible à tout ce qui se passe autour et dans une classe, il se passe constamment beaucoup de choses.

Donc oui, IsaG c'est tout à fait ça.

Link to comment
Share on other sites

Ils sont même et surtout: "attachiants" :)

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Merci pour ce témoignage... 

Mon fils est cm1, hpi et multi dys... en effet, avant de savoir on tâtonne, on veut pas faire d'impair et surtout on veut être diplomate avec les collègues..  mon fils en a énormément souffert (me disait qu'il était nul et qu'il ne servait à rien)

Aujourd'hui il sait davantage comment il fonctionne, a une super enseignante. Toute cette "errance" à été difficile mais en effet grâce à lui j'ai beaucoup appris sur ces enfants pour aider mes élèves. 

Link to comment
Share on other sites

Merci pour ce témoignage ! Moi aussi, je me retrouve un peu dedans même si le cas de ma fille a été un peu différent... j'ai été confrontée à des enseignants qui méconnaissaient (par manque de formation ou par a priori obtus) les enfants HPI... 

De fait, grâce à ma fille notamment, je suis bien renseignée sur ces élèves atypiques et j'ai dans ma classe un élève qui pourrait être catalogué de lent et "chiant" par méconnaissance alors qu'il est plus que probablement HPI (né en décembre en plus, le pauvre...). Il est en CP et depuis que je l'ai intégré pour certaines activités avec les CE1, il revit... de "chiant" et lent, il est devenu performant, motivé, rapide, y compris pour les activités de CP... Je n'ai pas encore rencontré les parents, mais je pense les conseiller dans ce sens (avec toutes les précautions nécessaires)... car je sais par expérience qu'il n'aura pas toujours un enseignant formé et capable de distinguer l'échec de l'ennui, donc autant être bien renseignés soi même en tant que parents... 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Je vous remercie pour vos retours.

Effectivement, l'absence de formation des enseignants est un problème. Il ne s'agit pas de leur demander d'être des spécialistes de chaque cas particulier auxquels ils peuvent être confrontés mais au moins de leur apprendre à toujours s'interroger quand un élève pose des problèmes en classe et à trouver des solutions adaptées plutôt que de juger ou punir systématiquement. Bien sûr ce n'est pas le cas de toutes et tous !

En me renseignant sur la question, j'ai appris qu'il y avait différents "profils" d'enfants à haut potentiel intellectuel - à nuancer, je pense, car chaque enfant est différent et il ne s'agit pas de coller des étiquettes ! - mais certains, comme mon fils, je pense, qui ont une pensée divergente et sont par conséquent créatifs ont aussi des difficultés à entrer dans le cadre. Ils ne sont pas appréciés de certains enseignants qui, pour la majorité, n'identifient même pas leurs capacités et leur demandent de "faire des efforts", de "se concentrer", et finissent par les punir et les gronder alors que ces enfants ont besoin qu'on leur fasse confiance, qu'on les valorise, qu'on les conduise à exploiter leur créativité, qu'on les aide à se conformer au cadre mais avec empathie et bienveillance.

J'ai bien conscience de la difficulté car en tant que parent c'est déjà très compliqué ! Toutefois, c'est le rôle de l'école de permettre aux enfants de devenir "élève" autrement dit littéralement de permettre aux élèves de "s'élever".

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...