Jump to content

Les IUFM - Faut-il les réformer?


koubz

Recommended Posts

Je pense qu'il est nécessaire d'avoir une structure pour la formation des PE.

Est-ce que les IUFM jouent-ils pleinement leur rôle? En fait, cela dépend énormément des formateurs. Certains formateurs arrivent à lier théorie et pratique, ce que beaucoup de PE2 demandent.

Est-ce bien que ce soit la même structure qui forme les PE et les PLC. Est-ce un formateur de PE est tout aussi compétent pour former des PLC?

A votre avis, est-ce qu'un enfant est didactiquement le même à 2 ans ou à 16 ans?

Votre avis m'intéresse...

Link to comment
Share on other sites

...Est-ce bien que ce soit la même structure qui forme les PE et les PLC. Est-ce un formateur de PE est tout aussi compétent pour former des PLC? ...

c'est peut-etre la meme "structure", mais pour autant que je sache, ce ne sont pas les memes formateurs qui s'occupent a la fois des PE et des PLC...

Link to comment
Share on other sites

Je pense qu'il faut d'abord faire en sorte que les futur PE soient formés et uniquement formés par des PE déjà en poste ou d'anciens PE, mais surtout pas par des gens qui n'ont jamais enseignés à l'école primaire.

Link to comment
Share on other sites

del-leeloo261
Je pense qu'il faut d'abord faire en sorte que les futur PE soient formés et uniquement formés par des PE déjà en poste ou d'anciens PE, mais surtout pas par des gens qui n'ont jamais enseignés à l'école primaire.

Je rejoins ce point.

Ma prof de maths de PE1 avait seulement le CAPES et nous avait avoué n'avoir jamais enseigné dans le primaire. Donc dans ses cours, elle faisait des suppositions :blink:

Link to comment
Share on other sites

Je ne suis pas entièrement d'accord : on peut avoir des échanges intellectuels et théoriques trés riches avec quelqu'un qui n'a jamais enseigné. Il ne pourra évidemment pas conseillerpratiquement mais ouvrir l'esprit et permettre de réfléchir plus loin... ce qui me parait extrêmemnt important à moi (mais comme je ne suis pas PE... forcément...).

Link to comment
Share on other sites

del-leeloo261

Voici ma vision de l'IUFM mais plus précisément de certains... vous le prendrez comme vous le souhaiterez.

Comme la rancune de quelqu'un qui a démissionné, comme quelqu'un qui voit ça de loin, comme quelqu'un de désillusionné, de trop naïf...

Je suis prête à tout entendre mais ça faisait longtemps que j'avais ça sur le coeur :blush:

La pression en PE2 est forte dans certains IUFM. Des formateurs, conseillers péda ou même IMF se croient dotés d'un "plein pouvoir" sans limite.

Il faut faire comme ça et pas autrement. Ou alors dans le meilleure des cas, on peut "choisir" sa méthode d'enseignement mais surtout pas une méthode "traditionnelle" ou "frontale"!

Sinon, on est la bête de foire qu'on montre du doigt, qu'on regarde du coin de l'oeil.

Certains formateurs conseillent même de courber le dos, que de tte façon ça change en fonction du ministre.

Mouais... moi j'ai l'impression que ceux qui détiennent le vrai/faux pouvoir ce sont les conseillers péda... alors eux ce sont les pires... Ils sont sois disant là pour te conseiller mais ils imposent plus qu'ils ne conseillent.

Mais il y a aussi la fameuse interprétation de "l'élève au centre des apprentissages", expression souvent étrangement remplacée par une bonne moitié de formateurs (et aussi inspecteurs ou autres) par "l'enfant au coeur des apprentissages" >>> là, on parle plus du tout le même langage.

Alors on se retrouve en cours de maths avec une prof qui n'a aucune feuille de cours devant elle, juste des polycopiés et qui balance un sujet qu'elle écrit au tableau : "Le jeu et les mathématiques".

Ensuite elle demande de faire 5/6 groupes, de prendre des marqueurs, une grande feuille et de faire le "brainstorming" de ce que ça nous inspire.

Et puis, on "en parle" avec le "groupe classe".

Et à la fin de la PE2, on a quelques billes pour le terrain mais pas de trop quand même... bah oui! Nous devons être "des acteurs de notre apprentissage".

Ah, bah ça si on l'a pas compris depuis septembre. Dans chaque cours c'est la même histoire: sujet, marqueurs et feuilles, groupes, brain storming et puis échanges avec le groupe classe...

Et surtout pas de cours magistraux hein, ça c'est PAS BIEN, c'est tabou et on en viendra tous à bout!

Si bien que quand le prof de géo se met à en faire un, on se surprend à chuchotter que c'est bizarre quand même d'avoir un cours magistral par un prof d'IUFM.

Heureusement que tous les formateurs, tous les conseillers, tous les inspecteurs et même tous les PE ne sont pas tous ainsi mais il n'empêche... ça peut tt faire foirer.

Ce qui fut mon cas. J'ai la malchance d'avoir un penchant pour les méthodes d'enseignement (et non la façon de penser) de ma maîtresse de CE2.

Pas parce que ça ne mouftais pas une cahuète dans la classe (car moi j'aime bien quand il y a un bruit de fond) mais quand tout était à sa place: l'enfant un enfant, l'élève un élève, les parents les parents, les adultes les adultes et les PE les PE. Quand on pose son stylo et qu'on écoute son maître ou sa maîtresse raconter avec passion des légendes pharaoniques, illustrer ses cours de bio par un vrai cours avec petit résumé à apprendre et croquis dessiné à main levée (et non pas polycopié).

Aujourd'hui, les élèves on leur mâche le boulot. Pas étonnant qu'en grandissant, ils en fichent plus une. Qu'ils ne savent plus disserter dès la seconde et s'exprimer d'une façon différente à l'écrit et à l'oral.

Mais peut être suis-je un peu naîve, un peu nostalgique aussi, un peu n'importe quoi aussi des fois (laissez moi le bénéfice du jeune âge, ma maturité n'est pas encore aboutie, ni ma réflexion d'ailleurs)...

Je pense aussi être trop jeune pour pouvoir entrer dans ce métier. Je n'ai pas commencé mon expérience personnelle de la vie que je dois déjà l'enseigner.

Je vais faire un tour ailleurs voir comment je m'y porte et puis si la flamme est toujours là, si la passion l'emporte encore sur la raison, je serais peut être devant un jury d'OP vers 35 ans ou avant, le ventre noué... mais un peu moins, car le chemin me semblera étrangement familier.

Voilà, mon point de vue à moi. :blush:

leeloo

Link to comment
Share on other sites

Je partage l'avis de leeloo.

L'IUFM. J'ai frequenté 2 IUFM(PE1 PE2), de deux académies differentes, et entendu le temoignage de prof d'autres académies c'est souvent le meme constat...le meme que Leeloo.

Peu de prof IUFM competents, peu de profs connaissant le terrain...

J'ai appris plus de mes collegues PE2 que de certains profs.

Jamais en PE2 le prof de francaisn'a abordé la notion d'apprentissage de lecture (à part quelques albums mais pas de méthodes, de billes...).La decouverte du monde ensigné par le prof ne visant que CE2, CM1 et CE2 ...Et des exemples de ce style pendant mon année PE2 j'en ai a donner. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai fui l'iufm 3 mois pour partir en ERASMUS .

Plus de stages , plus d'observations de classe, des PE comme profs...

LAche -ton une infirmiere diplomée sans avoir fait maint et maint stages...

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai pas encore "les pieds dans l'iufm", mais j'avoue que certains des témoignages de T1 sur ce forum m'étonnent car ce sont de vrais appels au secours. Certains se retrouvent confrontés à des situations qu'ils n'avaient, apparemment, jamais envisagées lors de leur formation : cours multiples, élèves "hors norme", écoles rurales, collègues peu coopératifs, et j'en passe.

A mon avis, il y a un sérieux manque à ce niveau. L'iufm est supposé dispenser, en PE2, une formation professionnelle, mais à en entendre certains, le but est loin d'être atteint. Il faudrait certainement que les responsables s'en inquiètent et proposent des solutions efficaces. Par exemple : des modules spécifiques pour aborder les cours multiples, en donnant des pistes, des exemples d'emplois du temps, des trucs qui marchent (comme ceux que l'on trouve sur le forum et qui sont parfois géniaux !), des contacts expérimentés (un peu comme des tuteurs) vers lesquels se tourner en cas de problèmes graves, etc. Il y a, à mon avis, beaucoup de choses à faire. Il y a peut-être des initiatives locales, mais pas suffisamment diffusées.

J'aurai certainement un avis plus "documenté" sur la question quand j'y serai, mais pour le moment ce sont les choses qui me viennent en tête, en réaction à ce que j'ai lu ici et là...

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai pas encore "les pieds dans l'iufm", mais j'avoue que certains des témoignages de T1 sur ce forum m'étonnent car ce sont de vrais appels au secours. Certains se retrouvent confrontés à des situations qu'ils n'avaient, apparemment, jamais envisagées lors de leur formation : cours multiples, élèves "hors norme", écoles rurales, collègues peu coopératifs, et j'en passe.

A mon avis, il y a un sérieux manque à ce niveau. L'iufm est supposé dispenser, en PE2, une formation professionnelle, mais à en entendre certains, le but est loin d'être atteint. Il faudrait certainement que les responsables s'en inquiètent et proposent des solutions efficaces. Par exemple : des modules spécifiques pour aborder les cours multiples, en donnant des pistes, des exemples d'emplois du temps, des trucs qui marchent (comme ceux que l'on trouve sur le forum et qui sont parfois géniaux !), des contacts expérimentés (un peu comme des tuteurs) vers lesquels se tourner en cas de problèmes graves, etc. Il y a, à mon avis, beaucoup de choses à faire. Il y a peut-être des initiatives locales, mais pas suffisamment diffusées.

J'aurai certainement un avis plus "documenté" sur la question quand j'y serai, mais pour le moment ce sont les choses qui me viennent en tête, en réaction à ce que j'ai lu ici et là...

Au-delà de l'IUFM, c'est aussi l'occasion de se créer un réseau de nouveaux PE qui essayent, qui testent des manuels, des entrées...et puis pourquoi pas tisser des liens avec un ou deux IMF ou profs compétents...ils sont toujours là pour aider...c'est mon cas pour lyon. Cela nous permet de sortir aussi de l'équipe de son école, quant il y en a une...

Link to comment
Share on other sites

Voici ma vision de l'IUFM ma

Alors on se retrouve en cours de maths avec une prof qui n'a aucune feuille de cours devant elle, juste des polycopiés et qui balance un sujet qu'elle écrit au tableau : "Le jeu et les mathématiques".

Ensuite elle demande de faire 5/6 groupes, de prendre des marqueurs, une grande feuille et de faire le "brainstorming" de ce que ça nous inspire.

Et puis, on "en parle" avec le "groupe classe".

Et à la fin de la PE2, on a quelques billes pour le terrain mais pas de trop quand même... bah oui! Nous devons être "des acteurs de notre apprentissage".

Ah, bah ça si on l'a pas compris depuis septembre. Dans chaque cours c'est la même histoire: sujet, marqueurs et feuilles, groupes, brain storming et puis échanges avec le groupe classe...

Et surtout pas de cours magistraux hein, ça c'est PAS BIEN, c'est tabou et on en viendra tous à bout!

Si bien que quand le prof de géo se met à en faire un, on se surprend à chuchotter que c'est bizarre quand même d'avoir un cours magistral par un prof d'IUFM.

petite réflexion de ma conseillère péda lors de ma premiere année d'enseignement : tps/ps/ms à 27....moi pleine de trac et de doutes elle preperait son concours pour devenir inspectrice : je lui pose des questions très ancrées dans la pratique de classe .

sa réponse m'a marquée à vie : "je ne suis pas là pour te donner des réponses pratiques, mais pour te donner des pistes de réfléxions"

depuis je ne réfléchie plus ;) ce qui m'a formé c'est les collègues de ma deuxième école en ZEP, elles étaient là . l'iufm a beaucoup perdu depuis qu'il a quitter son statut D'EN, et que le concours se fait après la PE1, avant on passait le concours pour entrer, puis on avait 2 ans de formation théo+pratique . et pas une année de bachotage théoriques pour apprendre à parler "l'instit" a formater ses leçons en fonctions de la nouvelle mode, du nouveau ministre.

si je pratique la pédagogie différenciée c'est grâce à mes ex-collègues qui ont été là pour moi, si j'invente des jeux de mathématiques c'est grâce aux décloisonnement qu'elles organisaient, elles étaient en ZEP avant qu'elle n'existe, et n'ont pas attendu les réforme pour agir.

Pour moi l'iufm c'est un passage obliger pour appartenir à la "grande caste" comme disait ma prof de philo, après la formation,la vrai , c'est le terrain. D'ailleur il n'y a presque plus de poste AEFE : on recrute au salaire du pays (genre 400 euro pour le maroc" des enseignantes de primaire sans diplôme de l'iufm mais en contrac local . Ces femmes (pas toutes les postes à l'étranger quand même) qui n'ont pas eut la formation IUFM finissent par s'en sortir : auto formation sur le terrain.

Faut-il réformer les iufm : oui, donner plus de part à la pratique : oui permettre aux étudiants de vivre dessituations d'enseignement différents : oui, ouvrir un module préparer et gerer sa classe : heureusement André jorge y a pensé sur ce site.

temps que les réforme seront pondues par les enarques des grandes écoles qui n'ont jamais mis les pieds dans une classe type ZEP 93/91/95 .... on a du soucis à se faire pour la formation... et encore beaucoup d'entre vous n'ont pas encore vécu les animations pédagogiques, les grandes messes de nos inspecteurs :D ou l'on s'ennuie ferme, en attendant la pause café...ou le seul interêt est de rencontrer les collègues des écoles éloignées dans la circonscription ou du département ( merci c'est bien de se faire des nouveaux amis autour d'un café , dans une salle surchauffée...) :P

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...