Jump to content

Relations parents-enseignants


Recommended Posts

Bonjour,

Dans le cadre d'un petit travail sans prétention sur les relations parents-enseignants, je souhaiterais avoir qq témoignages de parents relatant des situations où la communication "n'est pas passée" pas avec les enseignants.

J'essaie d'identifier les blocages et les zones de frictions coté parents et enseignants. Je ne souhaite pas être exhaustive dans leur énumération mais j'aimerais juste trouver qq catégories pertinentes. L'objectif ensuite, c'est de donner qq outils aux enseignants (qui ne sont pas des recommandations, je précise) pour améliorer cette communication, qui parfois, est difficile et conduit à un véritable dialogue de sourd... et c'est malheureusement l'enfant/l'élève qui en pâti.

Merci à vous pour votre contribution !!!! :smile:

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
  • Replies 143
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

  • Goëllette

    14

  • roadrunner

    9

  • Pascalinou

    9

  • pupuce2000

    9

je suis contente de trouver ce post.

enfin une volonté de comprendre.

Je suis horrifiée par les relations parents enseignants et cela dans les 2 sens.

Je cotoie tous les jours des parents inquiets, agressifs, consommateurs, qui en veulent toujours plus.

Je cotoie des enseignants prétentieux, jugeant en permanence les parents sur leur façon d'élever leurs enfants, sur les modes de garde, sur leur capacités ou non à aider leur enfants. finalement, on a souvent l'impression que le grand problème des enfants se limite à leur parents!!!!!!!!

J'ai souvent envie de crier STOP !!!!

Les enseignant ne sont pas là pour élever nos enfants. Ils ne sont pas animateurs de centre aéré. ils connaissent leur boulot et on se doit de leur faire confiance.

D'autre part, les enseignant devraient peut être être un peu plus ouvert. La vie n'est pas toujours simple pour les parents mais peut être ne s'en rendent ils pas toujours compte.

J'ai rencontré des enseignants agressifs peut être parce que jeunes et peu surs d'eux face aux parents. je sais ce que c'est, j'ai aussi été une jeune professionnelle peu sure de moi..............................

J'ai rencontré des enseignant regardant de haut des parents laissant seuls les enfants aller à l'école parce qu'ils commençaient leur travail très tôt. seulement quand on veut bosser, il y a peu de profession où l'on commence à 8h30 et où on fini à 17 h.

je suis face à des enseignants qui refuse de se faire évaluer (on peut le dire comme ça) mais qui eux n'hésiteront pas à regarder les rapports concernant les hôpitaux avant de se faire opérer (ben oui, on choisit le meilleur chirurgien) alors pourquoi ne pas choisir le meilleur enseignant pour ses enfants.

je sais que j'exagère mais on finit par voir les choses comme cela.

d'un coté des parents qui refusent de faire confiance , qui agressent, de l'autre des enseignants qui restent dans leur bulle convaincu d'être les sauveurs de l'humanité. forcément ça ne peut que clacher.

Au bout du compte, la plupart des parents et des enseignants sont plutôt sympa mais on ne souvient que des cas pénibles et cela des 2 coté.

Il faudrait peut être que chacun mette un peu d'au dans son vin. mais là je sais que dans certain cas ça ne se fera jamais. c'est dommage parce qu'au bout du compte, c'est les enfants qui en patissent.

tchao

Link to post
Share on other sites
mamiebrossard

je suis assez d'accord avec ce que tu dis SAUF une chose d'importance : le fait d'être évalué !

Nous sommes évalués par notre supérieur hiérarchique mais ce que nous ne voulons pas c'est être évalué sur les résultats car tout simplement, cela dépend beaucoup du public que l'on a en face de nous et mettre une sale note à une enseignant qui est face à un public en difficultés et une bonne note à un enseignant face à un public privilégié (je pense à moi qui aient des enfants de village qui bossent dans la plupart des cas très bien) : je ne trouve pas ça juste et cela risque juste d'aboutir à avoir des enseignant qui pour avoir de bonnes notes iront dans des écoles où ils pourront avoir ces notes et où nous aurons des enseignants T1 (qui font du bon boulot je ne dis pas le contraire) non-formés pour ce genre de public et qui risquent d'être dégoutés !

Link to post
Share on other sites

En tant qu'enseignant, ce que j'aimerai trouver chez les parents: 1_confiance 2_écoute, en tant que parent, je pense que je rechercherai l'ouverture et la relation avec mon enfant.

En ce qui concerne mon expérience, j'ai eu la chance d'avoir de bonnes relations avec les parents de mes élèves. Toutefois, il m'est arrivé des couacs, dont un splendide contre lequel, j'avoue j'ai eu un terrible fou rire (pas trop à propos): une maman d'élève vient me voir une semaine après la rentrée en cm2 pour me parler _soi-disant_ de son enfant. En fait elle est venue pour "discuter " de mon travail et des programmes, trop légers à son goût. Tentant de lui expliquer que les programmes sont nationaux et qu'il n'y a rien d'alarmant à ce que la division n'est pas encore été vue à ce stade de l'année (10 jours..) elle me répond que de toutes façons "votre metier, on sait ce que c'est, faut pas sortir de saint Cyr, on est tous allé à l'école, on sait ce qu'il faut faire."

Dans ces conditions, je n'ai rien pu faire d'autre que de rire et de lui indiquer la sortie, à moins qu'elle ne veuille enfin me parler de son enfant..

Puis, plus rien de toute l'année, jusqu'à la fin juin où j'ai eu un mot me remerciant pour le travail effectué cette année.

Comme quoi, y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ! :wink:

Link to post
Share on other sites
JulieMarmotte

1) En tant que parent : je dois avouer que j'ai en général de bonnes relations avec les enseignants de mes enfants. J'ai l'énorme avantage de parler le même langage et de connaître la réalité des classes, je pense ;) Cela dit, il y a tout de même des fois où le dialogue n'a pas pu avoir lieu, en particulier en primaire. Ca a commencé quand ma fille est entrée en CP : comme elle savait lire couramment en GS, je l'ai signalé à la directrice lors de l'inscription (pour qu'elle puisse la mettre en double niveau le cas échéant), en essayant de l'informer de ce qui avait été fait jusque là. Je n'ai jamais pu aller jusqu'au bout de ce que je voulais dire, la directrice ayant sans doute décidé que j'étais une mère pousseuse (alors que si elle m'avait écouté, elle aurait entendu que le saut était préconisé par la psy MAIS que la petite n'étant pas franchement emballée, on préférait une solution plus "soft" qu'un saut). Bref, déjà une mauvaise impression le jour de l'inscription. Ensuite, la maîtresse de CP a décidé que ma fille devait aller en CE1, mais je n'ai jamais eu de vrai entretien avec elle : juste de rapides entrevues (certes sympathiques) à la grille :blink: Ma fille s'est retrouvée dans la classe de la directrice en CE1 et j'ai ensuite voulu faire un point au bout de quelques semaines pour faire un bilan. Réponse de la maîtresse : "Tout se passe très bien, pas besoin de RDV". Bon, d'accord, ma fille a fini brillamment son CE1, mais tout de même ... La maîtresse de CE2 a l'air plus à l'écoute, mais bon, j'attends de voir ... En revanche, en maternelle, j'ai toujours pu rencontrer les instits au besoin, elles savent qu'elles peuvent compter sur moi, et je sais qu'elles sont ouvertes au dialogue (tant qu'on n'essaie pas de leur imposer une manière de bosser, ce qui est normal).

Ce qui pourrait être amélioré chez certains enseignants : l'écoute des parents, sans préjugés ... chaque élève est aussi un enfant, ses parents ont des choses à apporter la connaissance qu'en a l'instit' (et réciproquement). Les parents aussi sont des individus, et les réduire à des stéréotypes est peut-être confortable, mais pas précisément efficace. Les parents devraient avoir eux aussi une approche plus ouverte vis-à-vis de l'école (mais bon, eux ne sont pas des professionnels, il faut aussi les prendre comme ils sont et essayer d'en tirer le meilleur par un accueil respectueux).

2) En tant qu'enseignante, je pense que la rencontre avec les parents peut être très enrichissante et donc utile. C'est le plus souvent le cas, quand la rencontre a lieu. Le souci, ce sont les parents qu'on ne voit jamais. Ce que j'aimerais en tant qu'enseignante, c'est que les parents ne se contentent pas de belles paroles. Peut-être faudrait-il pour cela qu'ils n'aient pas peur d'être jugés (ce qui peut être incompatible avec la notion même d'école, pour certains ;) ). Qu'y a-t-il de pire que le parent qui vous promet devant son enfant qu'il va être plus attentif à ses devoirs, à ses heures de sortie, à ses fréquentations ... et qui ne fait strictement rien ? Quelle est alors la valeur de la parole de l'adulte pour l'enfant ? Et la valeur qu'il accorde à l'école, si les parents y accordent si peu de valeur ? Enfin, bref ... Heureusement, tous les parents ne sont pas comme ça !!!!

Voilà ce qui me vient spontanément ;)

Link to post
Share on other sites

Alors un exemple bien concret :

Mon plus gros "couac", c'est quand j'ai été confrontée à des parents qui ne voulaient absolument pas que leur enfant sorte en récréation sous prétexte qu'il faisait froid et qu'elle était malade ; alors que moi au contraire je ne voulais absolument pas la priver de récréation...

Nous voulions tous le meilleur pour cette enfant, mais nos conceptions dans ce domaine étaient différentes...

Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Pour ma part, avec le recul, j'ai le sentiment de ne pas avoir été préparée à la communication avec les parents.

En première année, j'ai été parachutée dans une ville loin de chez moi, dans un milieu complètement différent de ce que j'avais connu jusque là. J'ai eu beaucoup de mal à communiquer avec les parents, et avec les enfants, parce que je ne vivais pas dans la même réalité qu'eux, je ne parlais pas la même langue, je n'avais pas les mêmes préoccupations. Je tombais des nues et je cherchais à imposer ce qui était bien à mes yeux, sans vraiment chercher à comprendre la situation de chaque famille. Du coup, j'avais l'impression d'être dans un bras de fer permanent.

Avec le temps, je pense m'être assouplie: j'essaie maintenant d'écouter les parents, de comprendre leur situation, et de trouver des compromis, des solutions qui conviennent à l'enfant, à ses parents et à moi. je travaille aujourd'hui dans un milieu beaucoup plus proche de celui où j'ai grandi, et c'est plus facile pour moi.

Je crois que souvent les problèmes enseignants-parents sont souvent dus à une incompréhension mutuelle et un manque d'effort de chacun de se mettre à la place de l'autre.

Link to post
Share on other sites

Eviter d'écrire "présence obligatoire" à une invitation à la réunion de rentrée :blink: ...

Enlever ses lunettes de soleil quand on exige des enfants qu'ils disent bonjour...

Link to post
Share on other sites
Eviter d'écrire "présence obligatoire" à une invitation à la réunion de rentrée :blink: ...

Oui, j'imagine l'effet que ça doit faire... :blink:

Pour ma part, je n'ai pas écrit "présence obligatoire" bien sûr, et j'ai reçu les parents de 12 familles sur 24... 2 autres familles se sont excusées car les parents travaillaient.

Et tous les autres... je ne sais pas si je dois en conclure qu'ils se fichent de la scolarité de leur enfant... J'imagine que non, mais ça laisse un peu cette impression... :sleep:

Link to post
Share on other sites
mamiebrossard
Eviter d'écrire "présence obligatoire" à une invitation à la réunion de rentrée :blink: ...

Enlever ses lunettes de soleil quand on exige des enfants qu'ils disent bonjour...

Heu pour le slunettes de soleil, désolée mais quand je surveille la cour de récré et quand il y a un super soleil, si je ne les ais pas, je ne verrai rien de ce qui s'y passe ;)

Link to post
Share on other sites
Eviter d'écrire "présence obligatoire" à une invitation à la réunion de rentrée :blink: ...

Enlever ses lunettes de soleil quand on exige des enfants qu'ils disent bonjour...

Heu pour le slunettes de soleil, désolée mais quand je surveille la cour de récré et quand il y a un super soleil, si je ne les ais pas, je ne verrai rien de ce qui s'y passe ;)

Et moi j'ai des verres correcteurs dans les solaires, donc si je les enlève je suis myope comme une taupe :lol: .

Je n'ai jamais eu de vrais soucis avec les parents. J'ai du répondant aussi, il faut l'avouer : le boulot, les lois... je connaissais dès le début, donc ils ne m'ont jamais coincé sur ce sujet :angel_not: .

J'ai toujours été ouverte avec eux, ils savent qu'ils peuvent venir me voir, même 5 min à l'accueil s'ils en ont besoin. A force des liens se créent avec les parents (même des élèves qui ne sont pas dans ma classe). Un p'tit "bonjour" "comment ça va" "il fait froid" etc... à force on finit par parler, même de choses plus personnels (drames, soucis financiers, enfants ...).

Nous sommes paisibles dans l'école, même si de temps en temps on doit remettre un peu les pendules à l'heure, mais je pense sincèrement que ça vient du fait que les parents nous connaissent, donc ont confiance en nous, certains sont même devenus des amis :wink: .

Link to post
Share on other sites

Au début j'étais très parano vis à vis des parents, je pensais qu'ils ne me voulaient que du mal :D , mais petit à petit, ça s'en va, et comme dit Esterella, quelques bavardages par ci par là, on voit qu'ils ne sont pas bien méchants :D

Ils peuvent être agressifs en début d'année (ce que je comprends) quand l'instit n'est pas claire sur ce qu'elle attend des enfants, scolairement parlant (ex ; devoirs pas clairs, leçons bizarres, pas de cahier du jour qui circulent etc...), il faut savoir les rassurer.

Link to post
Share on other sites

Je suis tombée sur des parents "cools", d'autres beaucoup moins.

Dans une école très favorisée, je m'en suis pris plein la tête, car j'étais super jeune, ça ne leur plaisait pas, j'étais forcément incompétente. Dans une autre école aussi favorisée, c'est passé super bien. Parents très sympas, profs aussi, personne ne méprisait les autres (enfin, presque ! lol)

Je suis depuis 3 ans dans des quartiers très défavorisés (et c'est peu de le dire); beaucoup de collègues méprisent les parents, se moquent d'eux, et ouvertement.

Moi, je trouve que beaucoup veulent bien faire, même s'ils ne s'y prennent pas bien.

Il faudrait surtout que beaucoup d'enseignants aient l'esprit plus ouvert, ne se sentent pas jugés négativement par les parents, et ne jugent pas les parents sans connaître leur vécu, et soient moins sur leurs gardes!!

Dans mon école actuelle, j'ai une mère, c'est sûr que quand on la voit, elle a vraiment une drôle d'allure, aucun soin, aucune tenue...elle vient me voir sans arrêt pour son enfant, qui a d'énormes soucis..;elle essaie de faire tout ce qu'elle peut pour lui, mais ne s'y prend pas forcément comme il faut. Beaucoup de se moquent d'elle, ça me rend :blink: surtout quand je vois tout ce qu'elle essaie de faire.

MAIs il y a aussi des parents qui ne savent même plus qu'ils ont des enfants....ou certains qui sortent des choses :cry:

Peut être que je dis ça parce que je ne suis pas encore tombée dans l'école de mes rêves, question collègues, , mais je suis déçue par beaucoup de collègues, qui se prennent pour des dieux, méprisent les parents, et s'étonnent que ça leur retombe dessus après.

Ne pas parler aux parents en disant qu'ils ne comprennent rien est vraiment mesquin :sleep:

Et les parents qui nous jugent sans nous avoir rencontrés, ce n'est pas mieux.

Il faudrait peut être plus de diaologues, et les gens n'ont peut être pas non plus une super image des enseignants...

Link to post
Share on other sites
Bountygong

Bonsoir,

les seuls vrais soucis que j'ai eu dans mes relations avec les parents de mes élèves étaient durant mes années d'enseignante en clis.

C'était douloureux pour moi, porteuse d'un message que les parents ne voulaient pas entendre, mais encore plus pour les parents qui acceptaient difficilement ou pas du tout le handicap de leur enfant. Trouver les mots les plus respectueux possible, les plus doux, pointer les progrès (souvent très faibles) de l'élève et les mettre en valeur, sans nier la réalité du handicap et parfois la faire comprendre aux parents, restaurer l'image de "l'enfant" (je ne sais pas si je me fais comprendre ?), voilà ce que j'ai trouvé le plus difficile dans ma carrière en ce qui concerne les relations avec les parents.

Ah si, autre chose aussi, que j'ai trouvé difficile à résoudre sans vexation ou fou rire : les papas dragueurs... devant leurs enfants :ph34r::mad:

Link to post
Share on other sites

En tant qu'enseignante, je suis toujours sur mes gardes la 1ère fois que je rencontre un parent même si 9 fois sur 10 ça se passe bien. Le problème c'est le parent agressif auquel on aura affaire dans l'année. Il suffit d'en avoir expérimenté un pour être sur la défensive avec les autres. :cry: L'autre souci c'est quand on apprend qu'on fait l'objet de médisance dans notre dos alors qu'en face à face la relation semblait sereine et sans problème.

Ce que j'ai constaté comme blocage (point de vue côté enseignant) c'est :

1) - Un parent a une inquiétude ou un problème avec nous et vient nous voir en étant agressif. Impossible de régler le problème tant qu'il ne se sera pas calmé.

2) - Un parent a une inquiétude ou un problème avec nous et ne vient pas nous voir pour en parler. Il rumine, au pire médit à notre sujet devant son enfant. C'est super ça, pour la relation élève/enseignant !

3) - Le parent hypocrite : devant nous il est tout mielleux et conciliant. Dès qu'on a le dos tourné, c'est une autre histoire !

4) - Un parent a une inquiétude ou un problème avec nous. Il vient nous voir. Le problème c'est que l'enfant a raconté des salades auxquels les parents croient à fond. Ils n'en démordront pas. Pas de solution possible.

5) - Un parent a une inquiétude ou un problème avec nous et il écrit à l'inspection (parfois anonymement !) au lieu de venir nous voir. :blink: Dans ce cas il y a 2 possibilités : soit on ne le saura jamais, soit on le saura des mois plus tard, au hasard d'une rencontre avec un conseiller péda ou l'ien. Et on découvre tout étonné que untel nous reproche ceci ou cela.

6) - Le pire des scénarios de mon point de vue : Un parent a une inquiétude ou un problème avec nous et au-lieu de venir nous voir, il nous critique sur radio trottoir (comprendre : au portail) et finit par entraîner d'autres parents dans son inquiétude. Les parents se montent la tête mutuellement. C'est fini, ambiance pourrie garantie jusqu'à la fin de l'année.

Pour que la relation parent/enseignant se passe bien, je pense que l'enseignant doit prendre grand soin à rassurer les parents. Ca passe par la réunion de début d'année, des rendez-vous au moindre souci avec une volonté de la part de l'enseignant de bien écouter les parents et de chercher avec eux une solution, des cahiers/fichiers qui vont régulièrement à la maison. Le must c'est quand l'un des parents travaille dans l'école par exemple comme employé municipal. Cette année, c'est la 2ème fois que j'ai dans ma classe un élève dont les parents font le ménage dans la classe le soir. Du coup je les vois tous les jours, on discute de leur enfant, de ce qu'il a étudié aujourd'hui, de l'ambiance dans la classe... et bien sur tout ceci remonte sur radio trottoir. :D Les parents ont ainsi quotidiennement des infos sur ce qui se passe dans la classe ce qui rassure tout le monde. Ca marche aussi dans l'autre sens, parfois il y a des rumeurs qui circulent sur radio trottoir que je n'aurais pas eu autrement. :wink:

Link to post
Share on other sites

je crois que certains points de fiction viennent de la différence de statut et de positionnement :

-c'est notre métier et nous avons un regard professionnel sur les enfants / pour les parents c'est de l'ordre privé et très affectif. décalage

-nous avons une vision collective de la classe / chaque parent ne voit que son enfant (c'est schématique des deux côtés mais il y a de cela)

Link to post
Share on other sites

mon point de vue en tant que maman...

des regrets : * l'enseignant méfiant lors de la première entrevue, limite à reculer quand je m'approche... mais non, je ne mords pas !! :blink:

* des réunions de rentrée qui sont des copier-collé d'une année sur l'autre : le fait que vous soyez dans un univers que vous connaissez par coeur, vous ne prenez pas la peine de rentrer dans les détails de ce qui vous semble, à vous, évident.... pourquoi ne jamais expliquer aux parents qu'un enseignant n'est pas livré à lui même, qu'il existe des programmes officiels nationaux qu'il doit respecter et qui lui donnent les directives à suivre, et qu'il a un supérieur hiérarchique à qui il doit "rendre des comptes" ... beaucoup de parents, j'en suis convaincue, ne savent pas cela et seraient rassurés de l'apprendre...

* ne pas hésiter à rentrer dans les détails, quitte à décrire à l'excés ce que vous faites : l'incompréhension et le dialogue de sourd vient de l'inquiètude et des non-dits ...comme dans un couple :D et cela couperait court aux ragots.

* les enseignants qui résument un trimestre en une seule phrase quand vous allez les voir : tout va bien !!

en gros, tu m'emmmerdes, j'ai eu une journée crevante et je voudrais rentrer ... :devil_2: On ne leur demande pourtant pas grand chose : nous faire partager un peu de ce quotidien que nos enfants vivent avec eux...loin de nous :sad:

l'un de mes fils a eu une enseignante géniale l'année dernière : PE sur le tard (40 ans) maman elle même et ayant connu les rapports enseignant-parents, elle était vraiment très proche ! oH bien sur, il lui arrivait d'être sur la défensive (on ne peut pas plaire à tout le monde, et certains parents sont des raleurs nés !!) mais tout était basé sur la communication : toujours dispo et à l'écoute, elle annonçait dans le cahier de liaison, à chaque début de période, ce qu'elle allait faire et avait prévu.. et elle résumait pour chacun ce qui avait été OK ou ce qui avait cloché...les parents qui voulaient plus d'info pouvaient venir la voir, et les RV étaient toujours chaleureux et ouverts... Un vrai bonheur que je ne retrouve malheureusement pas chez les PE de mes autres enfants ( sauf le remplaçant actuel qui est lui aussi extra !!!!)

voilà, c'est vrai que votre travail n'est pas facile, et que certains parents sont... comment dire en restant poli ?? ... chia** !!

mais certains d'entre vous ont un peu trop tendance à la méfiance, le mépris et à ne pas vouloir entrer dans le dialogue ! or, le pb vient de là : le manque de communication !!!!!!

Link to post
Share on other sites
mamiebrossard
mon point de vue en tant que maman...

des regrets : * l'enseignant méfiant lors de la première entrevue, limite à reculer quand je m'approche... mais non, je ne mords pas !! :blink:

* des réunions de rentrée qui sont des copier-collé d'une année sur l'autre : le fait que vous soyez dans un univers que vous connaissez par coeur, vous ne prenez pas la peine de rentrer dans les détails de ce qui vous semble, à vous, évident.... pourquoi ne jamais expliquer aux parents qu'un enseignant n'est pas livré à lui même, qu'il existe des programmes officiels nationaux qu'il doit respecter et qui lui donnent les directives à suivre, et qu'il a un supérieur hiérarchique à qui il doit "rendre des comptes" ... beaucoup de parents, j'en suis convaincue, ne savent pas cela et seraient rassurés de l'apprendre...

* ne pas hésiter à rentrer dans les détails, quitte à décrire à l'excés ce que vous faites : l'incompréhension et le dialogue de sourd vient de l'inquiètude et des non-dits ...comme dans un couple :D et cela couperait court aux ragots.

* les enseignants qui résument un trimestre en une seule phrase quand vous allez les voir : tout va bien !!

en gros, tu m'emmmerdes, j'ai eu une journée crevante et je voudrais rentrer ... :devil_2: On ne leur demande pourtant pas grand chose : nous faire partager un peu de ce quotidien que nos enfants vivent avec eux...loin de nous :sad:

l'un de mes fils a eu une enseignante géniale l'année dernière : PE sur le tard (40 ans) maman elle même et ayant connu les rapports enseignant-parents, elle était vraiment très proche ! oH bien sur, il lui arrivait d'être sur la défensive (on ne peut pas plaire à tout le monde, et certains parents sont des raleurs nés !!) mais tout était basé sur la communication : toujours dispo et à l'écoute, elle annonçait dans le cahier de liaison, à chaque début de période, ce qu'elle allait faire et avait prévu.. et elle résumait pour chacun ce qui avait été OK ou ce qui avait cloché...les parents qui voulaient plus d'info pouvaient venir la voir, et les RV étaient toujours chaleureux et ouverts... Un vrai bonheur que je ne retrouve malheureusement pas chez les PE de mes autres enfants ( sauf le remplaçant actuel qui est lui aussi extra !!!!)

voilà, c'est vrai que votre travail n'est pas facile, et que certains parents sont... comment dire en restant poli ?? ... chia** !!

mais certains d'entre vous ont un peu trop tendance à la méfiance, le mépris et à ne pas vouloir entrer dans le dialogue ! or, le pb vient de là : le manque de communication !!!!!!

J'explique beaucoup de chose, j'ouvre ma classe aux parents où les enfants ex^pliquent eux-même à leurs parents ce qu'on fait !

J'accepte quasi tous les rendez-vous et je suis ouverte au dialogue MAIS étant d'une grande timidité face aux adultes, je pense que sans le vouloir, je peux paraitrre distante mais c'est surtout pour me protéger :wink:

Link to post
Share on other sites

il y a aussi le fait que vous demandez beaucoup de communication et de temps pour chacun, que vous avez tendance à oublier que vous X 25/30 parents ça fait son nombre et que ce n'est pas le coeur de notre métier, la communication aux parents. ça en fait partie certes mais ce n'est pas l'essentiel.

je reste néanmoins convaincue qu'une bonne compréhension entre parents/enseignant nous rend tous gagnants et pour ma part, j'ai la sensation que tout se passe bien même s'il arrive toujours des petites frictions

Link to post
Share on other sites
il y a aussi le fait que vous demandez beaucoup de communication et de temps pour chacun, que vous avez tendance à oublier que vous X 25/30 parents ça fait son nombre et que ce n'est pas le coeur de notre métier, la communication aux parents. ça en fait partie certes mais ce n'est pas l'essentiel.

Exact, nous n'avons pas beaucoup d'heures rémunérées pour rencontrer les parents.

Parmi nos heures de services, nous disposons de seulement 24 heures pour :

- des travaux en équipes pédagogiques (conseils des maîtres / conseils de cycle) ;

- les relations avec les parents ;

- l’élaboration et le suivi des projets personnalisés de scolarisation des élèves handicapés.

Nous ne sommes pas encore en octobre et j'en suis déjà à 5 heures rien que pour les parents. Comme j'ai un élève handicapé, je vais aussi avoir des réunions pour son suivi et quand les conseils de maîtres et de cycle vont commencer, les 24 heures vont fondre très très vite. Ce qui veut dire que d'ici quelques mois, je recevrai sûrement les parents bénévolement.

C'est ce qui m'a conduit à déjà refuser un rendez-vous à une maman qui avait raté la réunion de rentrée et voulait que je lui expose le programme (consultable sur le livret donné en début d'année et sur internet). J'ai dit non, la demande était abusive !

Link to post
Share on other sites
  • 11 months later...

Je ne peux jamais aller aux réunions de rentrée de tous mes enfants car elles ont très souvent lieu en même temps.

Et comme je n'ai pas le don d'ubiquité...malheureusement.

:(

Sinon, pas de souci en général, plutôt une très bonne communication même.

Link to post
Share on other sites

J'ai eu des expériences très différentes:

En LC les parents et les enfants étaient ravis d'accueillir une maîtresse pour l'année et tout c'est très bien passé.

En T1: grosse cata! MS/GS avec 7 GS, les parents des grands ont supposé que j'allais faire de la MS pour tout le monde. Sauf qu'au lieu de m'en parler ça à fait radio potin devant le portail. Lors de la réunion j'ai fait un créneau pour les MS et un autre pour les GS. Les choses se sont calmées. En fin d'année les mamans de GS sont venues s'excuser et j'ai été très gatée!

En T2: seul cours double (cm1/cm2) d'une grande école (et nouvelle dans l'école) les parents étaient sur la défensive. Le contact avec les élèves était bon (mes ex cm1 viennent toujours squatter un moment avec moi aux récrés), mais pas avec les parents. J'ai eu de nombreux clashs avec une maman (gamin qui ne fichait rien en classe et terrorisait les autres aux récré). A la fin de l'année je n'ai pas eu de remerciements lors de la fête de l'école. Ce fut un moment très douloureux; être là dans une foule de parents voir les collègues détendues, sourire, papoter et moi rien... Je suis partie les larmes aux yeux...

Cette année, je ne sais pas encore. Mais j'ai pas mal de gamins qui posent problèmes et les seuls parents que j'ai convoqués la semaine dernière ont appelé 10 min avant la sortie pour annuler...

Je suis quelqu'un de sociable mais timide et j'ai beaucoup de mal à gérer les parents, résultat c'est une vraie souffrance pour moi.

Link to post
Share on other sites
Je suis quelqu'un de sociable mais timide et j'ai beaucoup de mal à gérer les parents, résultat c'est une vraie soufrance pour moi.

Je trouve ça terrible :sad:

Je soutiens complètement Jacques Salomé quand il réclame des cours de communication à l'école (pour les PE, les élèves mais aussi les parents !).

Link to post
Share on other sites

Bonjour,

il est clair que nous n'avons aucune formation sur les relations parents-enseignants à l'IUFM (en tous cas pour celui où j'étais!) et c'est bien dommage. Je n'ai pas de difficultés de communication, j'ai beaucoup travaillé dans la vent quand j'étais étudiante et ça m'a beaucoup aidé. Mais je ne suis jamais très à l'aise quand je rencontre des parents.

En maternelle, le fait de voir les parents à la porte de la classe le matin et le soir aide à les connaître et à établir une bonne relation. Quand je suis en maternelle, je me sens beaucoup plus à l'aise pour recevoir les parents. En élémentaire, on ne voit pas souvent les parents, surtout quand on a des grands parce qu'ils rentrent tous seuls.

Pour l'instant, je n'ai pas eu de couacs avec les parents que j'ai rencontré (à ma demande ou la leur). Je me place toujours du point de vue professionnel dès le début du rendez-vous, je le leur explique et je trouve que ça les rassure, ils ne se sentent pas jugés sur leur rôle de parents dans ces cas-là.

Après, c'est du relationnel, nous sommes humains, il y a des gens avec qui ça passe et d'autres non.

Link to post
Share on other sites

bon... apres m'etre enguirlandée sur un sujet sensible sur ce forum je tente quand meme cette discussion car elle me parait etre un bon point de départ pour essayer de faire avancer les choses, coté enseignants et coté parents.

1/ en tant que parents, nous ne discréditons jamais un enseignant face a nos enfants (et ca me parait etre la moindre des choses)

2/cela reste difficile a faire lorsque l'enseignant en question n'est absolument pas a l'ecoute des parents surtout s'il y a des problèmes, et refuse de vous voir car : je cite "elle a hate de rentrer apres une journée de classe"

3/ma meilleure amie, enseignante, me met toujours en garde en debut d'année sur la facons dont je dois annoncer les problèmes en question aux enseignants car effectivement, je me suis souvent faite toiser, ou on ne m'a pas prise au sérieux...

coté enseignant, je me doute que tous les ans c'est pareil, les parents veulent vous voir, pensent qu'il y a des difficultés mais que en fait c'est pas vrai, et surtout dans mon cas perso, tous les parents pensent que leur enfant est un surdoué.... sauf que quand c'est ça le hic... et bien c'est tabou.... encore plus tabou (enfin c'est l'impression que j'ai) qu'un enfant qui a du mal a apprendre.... tellement tabou que pour mes loulous, ca fait des années que ca traine sans que jamais n'ai été pris en considération cette problématique et ce, malgré des tests, des suivi psy scolaire et psychomoteurs...

4/les enseignants ne sont pas formés ni a la communication ni aux cas qui peuvent poser problème (problèmes d'apprentissage, de comportement, de precocité, de handicap...)

je vous rassure cette année ce passe bien pour mes deux loulous mais c'est la premiere fois.... depuis des années.... ! ouffff ! comme quoi certains malgré le manque de formation arrivent a parler et a prendre une situation en compte ! je les en félicite !! c'est extra pour nous maintenant !

Link to post
Share on other sites

J'ai toujours eu de bonnes relations avec les parents d'élèves. Je dois même dire qu'ils m'ont beaucoup aidé quand je débutais dans ce métier. J'étais peu sûre de moi et mes premiers rapports d'inspection avaient tendance à me décourager. Heureusement que les parents, eux, ont toujours reconnu mon travail et m'ont toujours complimentée.

Les seuls qui me désespèrent ce sont ceux que je ne réussis jamais à voir. Par exemple, lors de ma réunion d'information cette année (j'ai un CP), six famille étaient absentes. L'une s'est excusée et m'a demandé un compte-rendu de la réunion. Quant aux cinq autres qui ne se sont pas manifestéd il s'agit de parents d'enfants en grande difficulté!

Link to post
Share on other sites
6) - Le pire des scénarios de mon point de vue : Un parent a une inquiétude ou un problème avec nous et au-lieu de venir nous voir, il nous critique sur radio trottoir (comprendre : au portail) et finit par entraîner d'autres parents dans son inquiétude. Les parents se montent la tête mutuellement. C'est fini, ambiance pourrie garantie jusqu'à la fin de l'année.

C'est exactemment ce que j'ai vécu ma première année, en tant que liste complémentaire. On m'a balancé sur un double niveau du jour au lendemain, aucune aide, aucun soutien, on m'a fait faire la réunion de parents deux jours après mon arivée dans l'école... Bref, je passe les détails, mais c'était une année réellement horrible. Je pense sans doute que je n'ai pas su comment rassurer certains parents, mais là c'est très difficile de ne pas être sur la défensive et à l'écoute quand on se prend des mots dans le cahier qui nous descendent alors qu'on débarque et qu'on fait de son mieux pour gérer le double niveau, le stress, la fatigue et que notre seul tord est de débuter... Bref :cry:

Résultat, pendant les deux ans qui ont suivi, je fuyais les parents tellement j'avais la trouille que dès que j'en vois un il me dise que j'étais nulle et incompétente. :cry:

Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

Bonjour,

je vais essayer de ne pas être trop longue. Quand ma fille est entrée en maternelle, elle était en double section ps/ms avec une maitresse un peu spéciale, ma fille étant assez agitée, ne faisant plus la sieste, voici ce qu'elle a vécu : fessée car faisait l'andouille en classe, des chaises autour de son lit pour qu'elle ne bouge aps, la couette sur la tête pour qu'elle ne voit aps ce qui se passait et traitée de sotte à longueur de journées. Ma fille est certes pas facile à gérer mais elle a eu cette année là de gros soucis, de grosses angoisses et une mauvaise image d'elle-même. Par contre sur le plan "scoalire", l'instit a vu qu'elle avait besoin d'aller plus vite et l'a faite travailler avec les ms. aucune communication possible avec une enseignante qui n'avait pas toute sa tête. L'année d'après classe de ms/gs, elle était censée pouvoir travailler avec les gs mais l'instit était contre. Donc re sieste obligatoire (elle ne dormait toujours pas) + dortoir pendant la récré quand avait fait l'andouille! Ma fille a commencé à être très mal à l'entrée en maternelle avec des crises de nerf tous les jours etc...et était très en décalage avec les enfanst de son âge. quand la 1ère instit nous a alerté sur sa soif d'apprendre etc...et que nous avons bien remarqué sa différence aussi à la maison, nous avons demandé le psy scolaire : la directrice a mis son veto et elle n'est donc jamis venue (2 ans de demande). puis nous l'avons amené chez une psy, fini apr faire tester, et c'est une enfant précoce. Lorsque nous sommes allés en parler à l'instit de ms/gs sa réponse a été que les parents payent pour entendre ce qu'ils veulent, que notre fille (texto) avait la pastèque etc...voila la communication de beaucoup de jeunes enseiganants. fin de l'histoire : évaluée par un personnel du rased qui a demandé passage en cp cette année et tout va beaucoup beaucoup mieux. mais quel gachis, cette enfant a souffert vraiment et il reste encore des traces et ce ne sera sûrement pas facile de gérer sa "différence" mais nous sommes des adultes, je fais confiance enfin faisais confiance a priori aux enseigannts, je me fiche de sa "réussite " scoalire, je veux juste qu'elle aille à l 'école avec plaisir et ait plaisir à apprendre. je sais que des parenst poussent, je sais que des parents sont élististes mais pourquoi tant de haine à l'égard des parents, juste parce qu'ils sont parents, pourquoi nos enfants doivent subir ça, pourquoi on apprend aux enseinants à se défendre, nous ne sommes pas des ennemis!

je suis en colère parce que trop d'idées reçues, de préjugés etc...je n'ai aps de préjugés sur els instits, j'ai une personne en face de moi et c'est tout!!!

et un enfant qui s'agite ou qui tape ou qui ne parle pas, au lieu de le mettre dehors, pourquoi ne pas chercher d'où vient son problème et/ou se faire aider apr des gens dont c'est le métier!

cette année, ma fille a une maitresse adorable qui nous dit et redit qu'elle est bien à sa place, que oui peut-^tre que parfois elle s'ennuie mais impossible pour elle de tout gérer mais elle la met dans le couloir quand elle s'agite, ça ne règle rien, ça met juste le problème de côté. d'ailleurs je lui ai dit qu'en maternnelle les punitions n'ont jamais rien changé et d'ailleurs elle av moins dans le couloir depuis notre conversation. et il nous est très facile de parler avec elle entre adultes tout simplement, elle écoute nos questions et nos remarques parce que nous savons que l'iufm ne forme pas les enseigannst à des spécificités et la précocité en fait partie.

merci pour ceux qui auront lu jusqu'au bout.

Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je tiens à préciser que tous les enseignants ne sont pas comme vous le décrivez. Comme dans toutes les catégories de métiers, il y a des gens bien et d'autres moins. Et puis, nous ne pouvons pas être parfaits, pour la plupart nous faisons simplement notre possible.

Sachez que je suis T3, que je connais pas mal de jeunes profs, et que justement même sans formation nous sommes parfois beaucoup plus ouverts que des enseignants "avec de la bouteille".

Pour ce qui est de recevoir les parents le soir, il faut aussi être compréhensible, restez-vous à votre boulot 30mn en plus juste pour des clients ?? Les enseignants aussi ont une vie, des enfants à aller chercher...

Par contre, convenir en avance d'un rendez_vous avec les parents je trouve ça normal tant que ce n'est pas toutes les semaines les mêmes parents. Pour ma part j'ai débloqué mon jeudi soir pour ça et les parents en semblent satisfaits.

J'en concluerai, que pour avoir de bonnes relations parents/enseignants, il faut autant de bons parents que de bons profs et surtout de l'indulgence des deux côtés.

Link to post
Share on other sites
Bonjour,

Je tiens à préciser que tous les enseignants ne sont pas comme vous le décrivez. Comme dans toutes les catégories de métiers, il y a des gens bien et d'autres moins. Et puis, nous ne pouvons pas être parfaits, pour la plupart nous faisons simplement notre possible.

Sachez que je suis T3, que je connais pas mal de jeunes profs, et que justement même sans formation nous sommes parfois beaucoup plus ouverts que des enseignants "avec de la bouteille".

Pour ce qui est de recevoir les parents le soir, il faut aussi être compréhensible, restez-vous à votre boulot 30mn en plus juste pour des clients ?? Les enseignants aussi ont une vie, des enfants à aller chercher...

Par contre, convenir en avance d'un rendez_vous avec les parents je trouve ça normal tant que ce n'est pas toutes les semaines les mêmes parents. Pour ma part j'ai débloqué mon jeudi soir pour ça et les parents en semblent satisfaits.

J'en concluerai, que pour avoir de bonnes relations parents/enseignants, il faut autant de bons parents que de bons profs et surtout de l'indulgence des deux côtés.

tout à fait d'accord, mais la queqtion c'est comment est-ce possible d'en arriver là trop souvent? comment faire? je prône la formation, la première maitresse dont j'ai parlé est + qu'ancienne, deuxième jeune donc rien à voir avec l'age, question de personne. M'enfin une fois qu'on a dit que les uns et les autres doivent faire des efforts etc...on n'a rien réglé. Je pense que les enseiganants sont souvent démunis car pas formés à des spécificités et c'est à l'éducation nationale de mettre en place des formations pour cela. je ne parle pas d'affinités ou non avec les instits, je parle de relations simples entre adultes, je ne suis aps dans l'affectif avec les instits de mon enfant, ce que j'ai expliqué à son instit l'an dernier quand il est venu tout embêté le lendemain après m'avoir dit que ma fille avait la pastèque, la grosse tête , qu'on leur mettait la pression etc...je ne juge pas des personnes, je souhaite dialoguer entre adultes pour le bien être de ma fille, je n'en suis pas à j'aime ou j'aime pas!

voila, je voulais aussi que des enseignants entendent ce type de "témoignage" pour comprendre aussi que certains parents baissent parfois les bras, ou sont eux aussi méfiants au bout d'un moment.

cette année ma fille va au conservatoire, re problème de discipline mais lorsque j'ai parlé un peu avec l'enseignante, elle a été ravie de la confiance que je lui accordais et va conseidérer les événements différemment car alertée par une situation particulière. donc je en dis pas que les enseigannts sont tous négatifs, je donne des exemples, je pose la question de comment avancer positivement, c'est tout!

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...