Jump to content
helenel

Dyslexie et ateliers de lecture

Recommended Posts

helenel

Je ne sais pas si je poste au bon endroit, mais je voudrais connaître un peu vos manières de faire avec les élèves dyslexiques. J'avais deux cas l'année dernière mais ils présentaient plus un trouble d'ordre "sémantique" que "structurel" (désolée, je ne sais pas comment formuler).

Bref : j'ai un nouvel élève dyslexique (inversement de syllabes, décodage coûteux en temps/énergie qui altère la compréhension). (Voui, ça fait 3!)

1) Les exercices de "stratégie" de lecture visant, par exemple, à augmenter l'empan visuel, à travailler le balayage, sont-ils utiles aux enfants dyslexiques? ... ou carrément déconseillés?

2) Avez-vous d'autres manières, à part en faisant varier la longueur des textes, d'aménager les séances de lecture des élèves dyslexiques?

J'ai un peu les mêmes questions concernant toutes les lectures documentaires ou littéraires qui concernent le cycle 3, la copie de leçon, etc : comment alléger la tâche de ces élèves tout en leur faisant travailler les compétences du BO?

Merci d'avance pour vos apports/conseils! :wub:

Share this post


Link to post
Share on other sites
helenel
Je te suggère d'aller voir sur ce lien. Tu y trouveras d'autres liens de sites qui regorgent d'explications et de propositions d'aménagement du travail.

http://forums-enseignants-du-primaire.com/...howtopic=64874

Hélo, maman d'un petit dyslexique devenu grand. :smile:

Je connaissais déjà quelques liens (dans ceux que tu donnes, Héloise44, quelques uns n'existent plus :sad: ), notamment celui d'Alain Lennuyeux qui donne des pistes concrêtes matière par matière et celui de l'association Coridys, qui était la référence donnée à l'iufm sur la dyslexie... pour les autres sites, j'ai un peu de mal à trouver, dans la masse d'informations, des pistes pratiques... Les élèves dylsexiques ont dans notre école chacun un PAI et j'avais invité une orthophoniste à nous faire un topo "général" -d'un enfant à l'autre, les troubles dyslexiques varient- sur les difficultés de ces élèves et les grandes lignes des adaptations "évidentes" (le recours à l'oral, raccourcir les textes de lecture, en anglais passer beaucoup par le multisensoriel (TPR), je donne les cours photocopiés en gros et j'invite les élèves à surligner , annoter, dessiner... j'encourage tous les progrès et je n'ai pas les mêmes exigences concernant l'orthographe, etc, etc...).

Mais à part ces adaptations, je ne voudrais pas donner des choses qui pourraient être "vides de sens" voire négatives pour mon élève (cf les ateliers de lecture-décodage, balayage, visant à améliorer l'empan visuel, ou autres exercices pour augmenter le "rendement" des lecteurs...) Penses-tu que ce genre de choses soit adéquat pour un élève dyslexique?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
Mais à part ces adaptations, je ne voudrais pas donner des choses qui pourraient être "vides de sens" voire négatives pour mon élève (cf les ateliers de lecture-décodage, balayage, visant à améliorer l'empan visuel, ou autres exercices pour augmenter le "rendement" des lecteurs...) Penses-tu que ce genre de choses soit adéquat pour un élève dyslexique?

Il me semble que chez l'orthophoniste, c'est ce genre de compétences qui sont travaillées et que des exercices de ce genre leur sont proposés.

Je pense qu'il est mieux pour toi et tes élèves d'en parler avec l'orthophoniste quand elle viendra, puisque vous avez cette chance. Elle sera plus à même de te conseiller sur la forme à donner aux exercices proposés et leurs difficultés, étant LA spécialiste.

[...](le recours à l'oral, raccourcir les textes de lecture, en anglais passer beaucoup par le multisensoriel (TPR), je donne les cours photocopiés en gros et j'invite les élèves à surligner , annoter, dessiner... j'encourage tous les progrès et je n'ai pas les mêmes exigences concernant l'orthographe, etc, etc...).

Tes élèves dys ont beaucoup de chances de t'avoir pour maîtresse. Ces mesures que tu comptes mettre en place sont tout simplement le must pour des dys. Si seulement mon fils avait eu cette chance...

Et c'est vrai, tu as raison, à chaque dyslexique sa dyslexie. :wink: Ce qui rend d'ailleurs la remédiation en classe un brin compliquée... :wacko:

Puis-je te demander si tu comptes inscrire tes élèves dys au soutien? Ce qu'il faut savoir, mais je suis sûre que tu le sais déjà, c'est qu'un dys travaille 10X plus qu'un autre élève (si, si, j'en suis sûre je le sais) pour des résultats pas toujours grâtifiants, surtout par rapport à la charge de travail fournie. Ils sont donc très fatigués intellectuellement après 6H de cours, même avec des aménagements. Ce serait une aberration de leur imposer des heures supplémentaires en fin de journée, car ils ne sont plus capables d'assimiler correctement ce qui y sera travaillé, et de plus ça risque de les dégoûter vraiment des études. D'autant plus s'ils vont déjà chez l'orthophoniste une ou deux fois par semaine (ça dépend des cas)...

:smile:

Share this post


Link to post
Share on other sites
helenel
Mais à part ces adaptations, je ne voudrais pas donner des choses qui pourraient être "vides de sens" voire négatives pour mon élève (cf les ateliers de lecture-décodage, balayage, visant à améliorer l'empan visuel, ou autres exercices pour augmenter le "rendement" des lecteurs...) Penses-tu que ce genre de choses soit adéquat pour un élève dyslexique?

Il me semble que chez l'orthophoniste, c'est ce genre de compétences qui sont travaillées et que des exercices de ce genre leur sont proposés.

Je pense qu'il est mieux pour toi et tes élèves d'en parler avec l'orthophoniste quand elle viendra, puisque vous avez cette chance. Elle sera plus à même de te conseiller sur la forme à donner aux exercices proposés et leurs difficultés, étant LA spécialiste.

[...](le recours à l'oral, raccourcir les textes de lecture, en anglais passer beaucoup par le multisensoriel (TPR), je donne les cours photocopiés en gros et j'invite les élèves à surligner , annoter, dessiner... j'encourage tous les progrès et je n'ai pas les mêmes exigences concernant l'orthographe, etc, etc...).

Tes élèves dys ont beaucoup de chances de t'avoir pour maîtresse. Ces mesures que tu comptes mettre en place sont tout simplement le must pour des dys. Si seulement mon fils avait eu cette chance...

Et c'est vrai, tu as raison, à chaque dyslexique sa dyslexie. :wink: Ce qui rend d'ailleurs la remédiation en classe un brin compliquée... :wacko:

Puis-je te demander si tu comptes inscrire tes élèves dys au soutien? Ce qu'il faut savoir, mais je suis sûre que tu le sais déjà, c'est qu'un dys travaille 10X plus qu'un autre élève (si, si, j'en suis sûre je le sais) pour des résultats pas toujours grâtifiants, surtout par rapport à la charge de travail fournie. Ils sont donc très fatigués intellectuellement après 6H de cours, même avec des aménagements. Ce serait une aberration de leur imposer des heures supplémentaires en fin de journée, car ils ne sont plus capables d'assimiler correctement ce qui y sera travaillé, et de plus ça risque de les dégoûter vraiment des études. D'autant plus s'ils vont déjà chez l'orthophoniste une ou deux fois par semaine (ça dépend des cas)...

:smile:

Bon, c'est normal d'adapter sa manière de faire avec des élèves dont les troubles sont avérés! on est là pour ça, non?! :sleep: ! Les aménagements de l'année dernière "marchaient" vraiment bien pour mes deux élèves de CM2, les retours des enfants, des familles et des ortho sont tellement positifs que ça encourage vraiment à faire le maximum. (et avec un double/triple niveau je ne suis pas à ça près! :bleh: ).

Quant au soutien, chez nous c'est le matin, une demi-heure avant la classe. La collègue l'année dernière prenait cet élève une demi-heure par semaine pour "préparer" la lecture du jour, juste à deux. Elle avait le sentiment que, ensuite en classe, l'élève était à l'aise, participait, était valorisé devant les autres (le texte ayant été "vu" en amont) justement sur le terrain sur lequel il était en difficulté. Je me pose la question de continuer ainsi cette année. J'ai peur effectivement d'alourdir sa journée, je sais qu'il va chez l'orthophoniste 1 fois par semaine (le matin) et que la maman suit très bien son travail. Je poserai la question à la maman qui sait, mieux que moi, jusqu'où on peut aller avec lui. Si la maman et l'enfant sont demandeurs, je le prendrai en soutien, sinon, on verra! :sleep:

Où en est ton fils, Hélo? comment vivait-il l'école/vit-il le collège/lycée?

Est-ce que tu faisais des exercices avec lui?

Share this post


Link to post
Share on other sites
nathoune54

coucou:)

Je m'interesse beaucoup à ce trouble.

Je suis adhérente APEDYS54 et donc PE.

En règle générale on trouve beaucoup de lien pour nosu expliquer ce qu'est la dys mais très peu pour nous expliquer comment faire :sad: . Alors on bricole, on fait ce qu'on peut.

Ce serait sympa d'échanger justement sur nos méthodes en classes, et peut etre que du coup des enseignants pas forcément "au courant" se raccrocheraient?

J'ai le souvenir d'une discution avec une collègue. Lorsque je lui ai demandé si X était dyslexique et ce qu'elle faisait elle m'a répondu:OOOOOHHHHH tu sais moi... :sleep: que j'ai eu honte! Et le collègue qui récupère mes élèves s'en fichent royalement. Aucun échange sur ce que je mets en place, mes codes mes techniques rien.....il fait à sa sauce...soit pas grand chose.

J'avoue me lier aux parents quand vraiment l'échange est difficile et les parents y vont franco: MmeTruc faisait ça c'était bien et vous ? du coup quelques fois il continue.

Donc ce que je fais:

Exercices écrits au tableau pour la classe, sur papier pour me stits dys, verdana 12 et mise en page réduite ( dans mon word c'est msie en page tout en bas avant dernier) ainsi ça ne dépasse pas de la page et cel apermet d'etre direct dans les consignes.

Enoncés idem photocopie (ne principe je prépare bien à l'avance et je mets travail de la journée sur uen feuille.

Eleve tuteur nommé avec son accord (et recompensé à Noel d'un joli livre pris sur mes deniers personnel :cry: parce que directeur= radin!)

consiges oralisées

Leçons avce beaucoup d'images, cette année j'ai décidé de faire des photos des exemples (pour toute la classe)

La voiture est rouge= photo d'une voiture rouge

et vous?? :wub:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
Bon, c'est normal d'adapter sa manière de faire avec des élèves dont les troubles sont avérés! on est là pour ça, non?!! Les aménagements de l'année dernière "marchaient" vraiment bien pour mes deux élèves de CM2, les retours des enfants, des familles et des ortho sont tellement positifs que ça encourage vraiment à faire le maximum. (et avec un double/triple niveau je ne suis pas à ça près!).

Hé bien, je trouve que ça mérite quand même d'être relevé, parce que, pour autant que j'ai pu m'en rendre compte sur le terrain, il n'y a (avait?) pas bcp d'enseignants qui faisaient des aménagements. Alors :thumbsup:

Où en est ton fils, Hélo? comment vivait-il l'école/vit-il le collège/lycée?

Est-ce que tu faisais des exercices avec lui?

Mon fils a 18 ans, un cap de menuisier et prépare un autre cap dans la peinture en bâtiment. Il est encore suivi par le S.A.R.A.H. (Service d'Aide aux Apprentis Handicapés) pour des aménagements spécifiques: une heure libérée pour l'orthophoniste, des sousous pour s'équiper en matériel spécifique si nécessaire, un suivi spécialisé en entreprise dans son travail et pour sa scolarité en CFA (soutien). Très sincèrement, je crois qu'il s'en sortirait sans ce suivi, mais je trouve que ça lui donne confiance en lui et le conforte dans l'idée qu'il est capable de réaliser ses projets professionnels. Je suis fière de lui, parce que c'était vraiment pas gagné, vu ses difficultés au départ. :applause:

A l'école primaire, il n'a eu que des instits (mes collègues d'ailleurs) dans le style du collègue de nathoune54 :cry: , et qui, souvent me riaient au nez quand je leur proposais des aménagements (c'était du tout cuit en plus, y avait plus qu'à...). Au collège, chaque année, je faisais une lettre personnelle pour exposer les difficultés rencontrées et les moyens mis en oeuvre par mon fils et moi (c'était un travail d'équipe :D ) et un dossier spécial dys à chaque professeur. Je leur disais aussi que s'ils voulaient me joindre pour en parler j'étais dispo. J'attendais la fin septembre pour les distribuer. Presque jamais de contacts. :cry: Mais quelques aménagements quand même. :sleep:

En 5ème, j'ai pris le taureau par les cornes et j'ai demandé à la MDPH une reconnaissance pour mon loulou, comme ça les aménagements ont dû être obligatoires! :devil_2: Je me suis pris le chou surtout avec la prof de français de 3ème qui pensait tout savoir sur tout! Manque de pot, j'en savais plus qu'elle sur ce problème précis, et je lui ai fait un cours sur la dys et les aménagements possibles. :angel_not: Heureusement qu'elle avait une copine orthophoniste qui a approuvé, sinon c'était cuit. Mon fils a aussi eu droit à des aménagements (tiers-temps + 1 secrétaire lecteur chargé de lui expliquer les consignes) pour tous ses examens. Moyennant quoi, il a eu son Brevet avec même quelques points en plus. Et le cap, j'en parle même pas, il n'a pas eu à utiliser le tiers-temps, ça roulait, selon ses propres termes!!!

A la maison, pour le primaire, on oralisait au max parce qu'il avait une grande mémoire auditive et on mimait, surtout pour les poésies. Pour les tables de multiplications et d'addition, ainsi que pour la conjugaison (mais faut pas rêver, s'il connaissait les règles, il était incapable de les appliquer à l'écrit), rabachage (j'avais testé plein d'autres trucs, mais c'est ce qui marchait le plus) le soir en rentrant à la maison en voiture (10mn, pas plus). Entre le CP et le CE1, au mois d'août, je lui ai appris à lire (env 1/4 d'heure chaque matin quand il était tout frais). Et l'année suivante, entre le CE1 et Le CE2, on a revu le geste d'écriture car enfin il était mûr pour ça. Et ma foi, il écrit plutôt bien. Et, ô miracle, il s'est mis à la lecture depuis une bonne année.

Au collège et maintenant (mais de moins en moins) j'étais sa secrétaire pour tout l'écrit (heureusement que je maîtrise les bases de l'informatique!) et son clown pour les poésies. :D

Quant au soutien, chez nous c'est le matin, une demi-heure avant la classe. La collègue l'année dernière prenait cet élève une demi-heure par semaine pour "préparer" la lecture du jour, juste à deux. Elle avait le sentiment que, ensuite en classe, l'élève était à l'aise, participait, était valorisé devant les autres (le texte ayant été "vu" en amont) justement sur le terrain sur lequel il était en difficulté. Je me pose la question de continuer ainsi cette année. J'ai peur effectivement d'alourdir sa journée, je sais qu'il va chez l'orthophoniste 1 fois par semaine (le matin) et que la maman suit très bien son travail. Je poserai la question à la maman qui sait, mieux que moi, jusqu'où on peut aller avec lui. Si la maman et l'enfant sont demandeurs, je le prendrai en soutien, sinon, on verra!

:thumbsup:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
coucou:)

Je m'interesse beaucoup à ce trouble.

Je suis adhérente APEDYS54 et donc PE.

En règle générale on trouve beaucoup de liens pour nous expliquer ce qu'est la dys mais très peu pour nous expliquer comment faire. Alors on bricole, on fait ce qu'on peut.

Pourtant, j'ai trouvé plusieurs exemples de remédiations possibles sur le net. Bon, je vais revoir les liens que j'avais donnés, il te suffira de consulter alors ceux que je mettrai ici. Je sais que c'est chronophage, alors c'est toi qui vois.

J'ai le souvenir d'une discution avec une collègue. Lorsque je lui ai demandé si X était dyslexique et ce qu'elle faisait elle m'a répondu:OOOOOHHHHH tu sais moi... que j'ai eu honte! Et le collègue qui récupère mes élèves s'en fichent royalement. Aucun échange sur ce que je mets en place, mes codes mes techniques rien.....il fait à sa sauce...soit pas grand chose.

J'avoue me lier aux parents quand vraiment l'échange est difficile et les parents y vont franco: MmeTruc faisait ça c'était bien et vous ? du coup quelques fois il continue.

J'en connais plein sur ce modèle, mais à mon soulagement et à ma grande satisfaction je vois les choses changer et c'est vraiment chouette pour tous les élèves qui ont besoin d'aménagements!

Donc ce que je fais:

Exercices écrits au tableau pour la classe, sur papier pour me stits dys, verdana 12 et mise en page réduite ( dans mon word c'est msie en page tout en bas avant dernier) ainsi ça ne dépasse pas de la page et cel apermet d'etre direct dans les consignes.

Enoncés idem photocopie (ne principe je prépare bien à l'avance et je mets travail de la journée sur uen feuille.

Elève tuteur nommé avec son accord (et recompensé à Noel d'un joli livre pris sur mes deniers personnel parce que directeur= radin!)

consiges oralisées

Leçons avec beaucoup d'images, cette année j'ai décidé de faire des photos des exemples (pour toute la classe)

La voiture est rouge= photo d'une voiture rouge

Je trouve ces aménagements tout à fait adaptés. Bravo à toi en tout cas, c'est quand même du boulot en plus!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44

Une copie d'un message de l'année dernière, si ça peut vous ouvrir des pistes...

Je vais te parler du seul cas que je connais vraiment, mon fils. S'il avait eu un(e) avs au collège, à part les notes et les photocopies, voici ce dont il aurait eu besoin:

* qu'on le ramène sur terre chaque fois que son esprit s'évadait, parce qu'il décrochait, les explications ou le cours lui semblant incompréhensibles

* s'assurer qu'il a compris, cad le plus souvent lui "traduire" le discours du prof ou les questions et consignes d'un exo, dans un registre de langage moins soutenu, car le champ lexical peut être assez réduit selon le degré de dyslexie ou le type de dyslexie

* l'aider à s'organiser pour ses affaires, dans son agenda, et aussi à s'orienter sur une feuille, un cahier, un classeur, pour certains élèves dans le collège même, surtout au début, certains dys ayant de gros pbl d'orientation

* qu'on l'encourage à chaque victoire et/ou réussite (extrêmement important à mon sens, les dys ayant souvent une piètre opinion d'eux-même et de leurs compétences, qui, à l'oral, sont souvent brillantes)

Essaie de trouver un moment pour prendre contact avec tes élèves avant les premiers cours où tu les suivras. Explique-leur pourquoi tu es là et demande-leur ce qu'ils espèrent de toi, de quelles aides ils ont besoin. Pour le reste, au fur et à mesure, fie-toi à ce que tu constates et adapte ton aide à chacun, si c'est possible.

Sur le site d'Apedys, tu trouveras des idées très concrètes ICI. D'ailleurs, je te conseille vivement d'aller jeter un oeil (et même les deux! :D ) très souvent sur l'ensemble du site, et aussi des autres liens donnés plus haut. Tu y apprendras beaucoup sur les dys, de façon plus vivante que sur un bouquin. :wink:

Bonne rentrée à toi et à tes élèves! Bon courage à vous! :smile:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
nathoune54

Dans une émission télé sur les dys , un docteur disait que les dys ne voyaient pas les lignes des feuilles d'école. J'avais bien pris note...mais alors comment faire?

J'ai eu une idée cet apres midi! Mais je ne sais pas ce qu'elle vaut.

Enfin deux idées! j'ai dans ma classe une tite dys :lexie calculie et syndrome de déficience posturale (on attend la chaise).

Premiere idée:

trois cartons un vert un orange un rouge à dispo. Quand ça va le vert est sur la table, quand ça dérape le orange et quand rien ne va plus le rouge. Ainsi visuellement je peux apporter mon aide illico presto si je suis ailleurs ( en blabla ou avec un autre élève). Qu'en pensez vous?

Deuxieme idée :bleh: :

Sur chaque feuille de classeurs ( y'a des couleurs: histoire: bleu, géographie: vert orthographe: rose....chaque matière à une couleur) je dessine une tite fenetre en haut à gauche et à droite la porte ( euh c'est comme ça dans ma classe) ainsi ma tite dys pourra utiliser sa feuille sans trop réfléchir, si ça peut l'aider....JE ferai une dizaine de feuilles de chaque glissées à l'avance dans son classeur.Qu'en pensez vous?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44

Je suis sûre que ça l'aidera. Essaie et vois avec elle. :smile:

Le coup du vert-orange-rouge, c'est top! :thumbsup:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
Dans une émission télé sur les dys , un docteur disait que les dys ne voyaient pas les lignes des feuilles d'école. J'avais bien pris note...mais alors comment faire?

Repasser les lignes pour que ton élève les voit mieux. Mais si elle est suivie pour sa déficience posturale, normalement elle portera des verres à prisme qui rééduqueront les muscles de ses yeux, ce qui lui donnera une meilleure perception de ce qu'elle voit, son cerveau interprétera mieux les images et les messages qu'il reçoit, et certainement qu'elle verra alors mieux les lignes, entr'autre.

Ça a été le cas pour mon fils. :wink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44

J'ai trouvé ça en farfouillant dans les liens.

Un livre qui pourra aider les enseignants.

100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques, de Gavin REID et Shannon GREEN aux éditions Tom Pousse.

Disponible <<<ICI>>>

Share this post


Link to post
Share on other sites
helenel
helenel
Dans une émission télé sur les dys , un docteur disait que les dys ne voyaient pas les lignes des feuilles d'école. J'avais bien pris note...mais alors comment faire?

J'ai eu une idée cet apres midi! Mais je ne sais pas ce qu'elle vaut.

Enfin deux idées! j'ai dans ma classe une tite dys :lexie calculie et syndrome de déficience posturale (on attend la chaise).

Premiere idée:

trois cartons un vert un orange un rouge à dispo. Quand ça va le vert est sur la table, quand ça dérape le orange et quand rien ne va plus le rouge. Ainsi visuellement je peux apporter mon aide illico presto si je suis ailleurs ( en blabla ou avec un autre élève). Qu'en pensez vous?

Deuxieme idée :bleh: :

Sur chaque feuille de classeurs ( y'a des couleurs: histoire: bleu, géographie: vert orthographe: rose....chaque matière à une couleur) je dessine une tite fenetre en haut à gauche et à droite la porte ( euh c'est comme ça dans ma classe) ainsi ma tite dys pourra utiliser sa feuille sans trop réfléchir, si ça peut l'aider....JE ferai une dizaine de feuilles de chaque glissées à l'avance dans son classeur.Qu'en pensez vous?

J'aime bien ton idée des cartons rouge, orange et vert :D ! pour tous les élèves, hein! l'année dernière il y avait un "tétra-aide", mais c'est peut être un peu "trop compliqué". Je rajouterai peut être un carton "bleu" pour "j'ai fini mon travail, je peux être tuteur d'un autre élève".

Pour les évaluations, je ne limite pas en temps pour les dys', et quand c'est du français, l'evs fait passer l'éval dans la bcd (donc au calme), et relit les consignes à l'élève (travail de secrétaire, comme tu dis Héloise!).

Pour la lecture à voix haute, le tétra-aide devait être placé sur "ça roule" quand l'élève était prêt/avait envie de lire devant les autres. Les textes de lecture sont photocopiés en plus gros, et parfois raccourcis. Cette année, si je reprends le système de cartes de Nathoune, l'élève posera le carton vert sur sa table.

Pour les dictées, je fais des dictées à trous en ciblant sur les notions à apprendre. Les autres élèves "écrivent tout", les élèves dys remplissent les trous.

Les leçons sont donc tapées sur l'ordi, avec une présentation aérée, et je travaille une méthodologie (pas seulement avec les enfants dyslexiques, ça sert à tout le monde! :bleh: ) : surligner ce qui est important (en histoire, les personnages en bleu, les dates en vert, les évènements en rouge, les mots nouveaux soulignés) et on refait une fiche colorée sans phrases avec seulement des mots et des chiffres clés (au début en classe puis au fur et à mesure à la maison)

Et puis quand même, les contacts réguliers avec les parents aident bcp pour ajuster!

D'autres "astuces" et "petits trucs" pour aider nos élèves dyslexiques en classe?

Share this post


Link to post
Share on other sites
helenel
Où en est ton fils, Hélo? comment vivait-il l'école/vit-il le collège/lycée?

Est-ce que tu faisais des exercices avec lui?

Mon fils a 18 ans, un cap de menuisier et prépare un autre cap dans la peinture en bâtiment. Il est encore suivi par le S.A.R.A.H. (Service d'Aide aux Apprentis Handicapés) pour des aménagements spécifiques: une heure libérée pour l'orthophoniste, des sousous pour s'équiper en matériel spécifique si nécessaire, un suivi spécialisé en entreprise dans son travail et pour sa scolarité en CFA (soutien). Très sincèrement, je crois qu'il s'en sortirait sans ce suivi, mais je trouve que ça lui donne confiance en lui et le conforte dans l'idée qu'il est capable de réaliser ses projets professionnels. Je suis fière de lui, parce que c'était vraiment pas gagné, vu ses difficultés au départ. :applause:

=> C'est super qu'il ait gagné -re-gagné?- cette confiance en lui. J'imagine toute la frustration qu'il peut y avoir pour ces enfants pour lesquels des gestes automatisés chez les eux coûtent tant d'énergie pour un "rendement" parfois aléatoire. J'avais expliqué à B., élève de CM2 l'année dernière, tout juste diagnostiqué dyslexique, comment se passait la lecture de textes ou de consignes pour les autres, il m'avait dit que lui n'arrivait pas à faire cela, et il avait réalisé "Alors je suis pas stupide? je ne suis pas bête?"...

A l'école primaire, il n'a eu que des instits (mes collègues d'ailleurs) dans le style du collègue de nathoune54 :cry: , et qui, souvent me riaient au nez quand je leur proposais des aménagements (c'était du tout cuit en plus, y avait plus qu'à...). Au collège, chaque année, je faisais une lettre personnelle pour exposer les difficultés rencontrées et les moyens mis en oeuvre par mon fils et moi (c'était un travail d'équipe :D ) et un dossier spécial dys à chaque professeur. Je leur disais aussi que s'ils voulaient me joindre pour en parler j'étais dispo. J'attendais la fin septembre pour les distribuer. Presque jamais de contacts. :cry: Mais quelques aménagements quand même. :sleep:

En 5ème, j'ai pris le taureau par les cornes et j'ai demandé à la MDPH une reconnaissance pour mon loulou, comme ça les aménagements ont dû être obligatoires! :devil_2: Je me suis pris le chou surtout avec la prof de français de 3ème qui pensait tout savoir sur tout! Manque de pot, j'en savais plus qu'elle sur ce problème précis, et je lui ai fait un cours sur la dys et les aménagements possibles. :angel_not: Heureusement qu'elle avait une copine orthophoniste qui a approuvé, sinon c'était cuit. Mon fils a aussi eu droit à des aménagements (tiers-temps + 1 secrétaire lecteur chargé de lui expliquer les consignes) pour tous ses examens. Moyennant quoi, il a eu son Brevet avec même quelques points en plus. Et le cap, j'en parle même pas, il n'a pas eu à utiliser le tiers-temps, ça roulait, selon ses propres termes!!!

=> tu as eu du courage (et raison!) de te battre! le top c'est qu'il se soit passé du tiers-temps pour le CAP, ça a dû le rendre super fier de lui!

A la maison, pour le primaire, on oralisait au max parce qu'il avait une grande mémoire auditive et on mimait, surtout pour les poésies. Pour les tables de multiplications et d'addition, ainsi que pour la conjugaison (mais faut pas rêver, s'il connaissait les règles, il était incapable de les appliquer à l'écrit), rabachage (j'avais testé plein d'autres trucs, mais c'est ce qui marchait le plus) le soir en rentrant à la maison en voiture (10mn, pas plus). Entre le CP et le CE1, au mois d'août, je lui ai appris à lire (env 1/4 d'heure chaque matin quand il était tout frais). Et l'année suivante, entre le CE1 et Le CE2, on a revu le geste d'écriture car enfin il était mûr pour ça. Et ma foi, il écrit plutôt bien. Et, ô miracle, il s'est mis à la lecture depuis une bonne année.

=> Heureusement que tu "sais" faire tout ça! mes élèves dyslexiques ont des mamans qui les portent à bout de bras, qui courent entre les suivis ortho, l'école, les leçons à apprendre... Ton fils a eu de la chance que tu sois aussi tenace! bravo à toi! et ta dernière phrase :wub: !!(il s'est mis à la lecture! :wub: ).

Pour les enfants qui n'ont pas la chance d'avoir des parents qui peuvent suivre, c'est à nous, PE, de nous assurer que ces gamins ne se découragent pas, et d'entretenir chez eux le goût d'apprendre...

Share this post


Link to post
Share on other sites
nathoune54
Dans une émission télé sur les dys , un docteur disait que les dys ne voyaient pas les lignes des feuilles d'école. J'avais bien pris note...mais alors comment faire?

Repasser les lignes pour que ton élève les voit mieux. Mais si elle est suivie pour sa déficience posturale, normalement elle portera des verres à prisme qui rééduqueront les muscles de ses yeux, ce qui lui donnera une meilleure perception de ce qu'elle voit, son cerveau interprétera mieux les images et les messages qu'il reçoit, et certainement qu'elle verra alors mieux les lignes.

Ça a été le cas pour mon fils. :wink:

oui on attend aussi les lunettes sa maman m'en a parlé vendredi :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
nathoune54

Je viens de commander 100 idées et 185 exercices...

Tu sais Héloise, si peu d'enseignants s'occupent de leurs dys, il en va de meme pour des parents. A plusieurs reprises, j'ai rencontré des parents qui fermaient les yeux! et encore là depuis plus de 6 mois uen enfant a une énorme dysgraphie et dyslexie, c'est tres tres fort. Et bien la maman attend...l'enfant est en cm2. On ne comrpend absolument rien à ce qu'elle écrit. Et vu chez qui elle atterrit....rien n'est gagné pour la sixième :(

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
oui on attend aussi les lunettes sa maman m'en a parlé vendredi :)

Alors, parlons de ces lunettes. Normalement, elles doivent être portées du lever au coucher. Chez les enfants, le port sera restreint à quelques années seulement, le temps pour les muscles oculaires de bien se mettre en place. Elles sont réglées selon des mesures très précises pour l'inclinaison des verres. Elles ne doivent pas bouger d'un seul degré sous peine de ne plus pouvoir les porter, car alors le dérèglage provoque des maux de tête terribles. Je conseillerai donc 1) de les enlever pour la récré et le sport 2) qu'elles soient rangées dans un étui rigide (on est pas à l'abri de quelqu'un qui tomberait sur la table lors de l'entrée en classe) 3) que cette petite les aient en double au cas où un règlage s'impose. Tu verras, au début, ça risque d'être assez fréquent, parce que les enfants sont....................... des enfants! :D

Je pense que ton élève, entre les aménagements, la prise en charge de sa déficience posturale, ses parents et toi, s'en sortira bien. :thumbsup: Pourvu que ça dure au collège!!! :sleep:

D'ailleurs à ce propos, si ce n'est pas déjà fait, il serait bon que ton élève consulte le Centre Régional des Troubles du langages pour obtenir un diagnostic officiel de sa dyslexie, ce qui sera très utile par la suite. Dès le collège, elle aura droit à une reconnaissance MDPH par ce biais-là. Ce sera utile pour la suite de sa scolarité et une prise en charge scolaire moins aléatoire. S'il y a une UPI spéciale dys dans le coin, ce serait génial pour elle. Enfin tout dépend de son degré de dyslexie...

La liste des Centres Référents des Troubles du Langage

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
=> C'est super qu'il ait gagné -re-gagné?- cette confiance en lui. J'imagine toute la frustration qu'il peut y avoir pour ces enfants pour lesquels des gestes automatisés chez les eux coûtent tant d'énergie pour un "rendement" parfois aléatoire. J'avais expliqué à B., élève de CM2 l'année dernière, tout juste diagnostiqué dyslexique, comment se passait la lecture de textes ou de consignes pour les autres, il m'avait dit que lui n'arrivait pas à faire cela, et il avait réalisé "Alors je suis pas stupide? je ne suis pas bête?"...

C'est le gros problème. Si cet handicap n'est pas reconnu, par effet Pygmalion en plus s'ils sont entourés de gens qui les rabaissent, ces enfants-là finissent par croire qu'ils sont stupides et bons à rien. :cry: Et ce manque de confiance en eux ajouté à la dys peut les enlever tout goût de l'effort. Alors que s'ils se sentent soutenus, aidés et reconnus, ils peuvent se révéler étonnants dans leur stratégie pour contourner leur handicap. :wub:

=> tu as eu du courage (et raison!) de te battre! le top c'est qu'il se soit passé du tiers-temps pour le CAP, ça a dû le rendre super fier de lui!

:cool: Ouais et pas qu'un peu d'ailleurs! Y a des jours où :mad: ...

:D:D:D

Share this post


Link to post
Share on other sites
nathoune54

Apparement elle est déjà diagnostiquée et la maman a l'air au point et quand je lui ai dit que je faisais parti apedys54 son visage est devenu :D . dDonc elle connait aussi cette association je pense.

Ok pour les lunettes!

Share this post


Link to post
Share on other sites
nathoune54

tu vois Héloise....Quand on regarde le nombre d'ouvertures de ce poste: 173 ( 3 pages) ...passé présent futur 186 ....Y'a du boulot :bleh:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
Je viens de commander 100 idées et 185 exercices...

Tu sais Héloise, si peu d'enseignants s'occupent de leurs dys, il en va de meme pour des parents. A plusieurs reprises, j'ai rencontré des parents qui fermaient les yeux! et encore là depuis plus de 6 mois uen enfant a une énorme dysgraphie et dyslexie, c'est tres tres fort. Et bien la maman attend...l'enfant est en cm2. On ne comrpend absolument rien à ce qu'elle écrit. Et vu chez qui elle atterrit....rien n'est gagné pour la sixième :(

Ça c'est absolument révoltant. Mais il y a moyen de contourner le problème si les parents demandent par le biais de l'enseignant-référent une équipe éducative et la mise en place au minimum d'un PAI spécifique Troubles du Langage. Faut se battre, mais ça vaut le coup.

Oui, eh bien vois-tu, ça me semble plutôt compréhensible. Les gens en général ne savent pas ce qu'est la dyslexie, ses tenants et ses aboutissants, et ne s'imaginent pas une seconde toutes les stratégies que doit employer un dys et le travail intellectuel que ça demande. Souvent, ils s'imaginent que ça passera avec le temps, que leur enfant n'est pas bête certes, mais qu'il a juste du retard. :cry: Je rêve d'une réunion d'informations, organisée par l'enseignant-référent pour avertir-alerter-expliquer la dys et les difficultés de leur(s) enfant(s) pour tous les parents concernés de la circo. Je rêve, dis-je... .

Share this post


Link to post
Share on other sites
nathoune54

Oh que oui...le reve... :bleh:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
=> Heureusement que tu "sais" faire tout ça! mes élèves dyslexiques ont des mamans qui les portent à bout de bras, qui courent entre les suivis ortho, l'école, les leçons à apprendre... Ton fils a eu de la chance que tu sois aussi tenace! bravo à toi! et ta dernière phrase :wub: !!(il s'est mis à la lecture! :wub: ).

C'est marrant: ma mère dit ça à chaque fois qu'on en parle. :D En fait, je suis tombée malade assez sérieusement et pendant assez longtemps, donc j'ai pris le peu de force qu'il me restait et mon courage à deux mains et comme j'avais du temps, j'ai fait des recherches (c'est quoi la dys, quelles remédiations possibles, quel parcours suivre): j'ai découvert le site d'Apédys et grâce à eux, j'ai pu mener des recherches fructueuses. Puis, comme j'allais mieux, je me suis attachée à convaincre les enseignants de tous poils. J'ai rigolé parfois, j'ai aussi pleuré devant tant de bêtise et de méchanceté aussi (l'instit de CM2 m'avait dit que ça servait à rien de le faire redoubler, de tout', il se casserait la figure :cry: hé ben il a redoublé malgré tout à ma semande et celle de la dirlo et ça lui a fait beaucoup de bien, puisqu'il a pu se poser et asseoir ses bases, et les autres collègues entre le poil dans la main, le manque d'intelligence, etc...), j'ai râlé aussi (la principale du collège m'avait dit droit dans les yeux qu'ici on servait un enseignement standard et qu'il fallait faire avec :blink: : j'ai sorti les textes officiels et je ne l'ai plus lâchée, elle me voyait presque tous les jours faire le siège de son bureau, hihihihi :tongue: ), j'ai beaucoup expliqué et proposé des remédiations simples en classe qui ne demandaient pas de travail supplémentaire à l'enseignant.

Mais comme je l'ai dit précédemment, tout le monde ne peut pas le faire, par manque de connaissances. Alors bravo aux parents qui se battent pour leur loulou!!! :applause:

Pour les enfants qui n'ont pas la chance d'avoir des parents qui peuvent suivre, c'est à nous, PE, de nous assurer que ces gamins ne se découragent pas, et d'entretenir chez eux le goût d'apprendre...

Si seulement tous les enseignants pouvaient tenir ce discours, être dys ne serait plus un problème en France. :thumbsup: Parce qu'il faut savoir qu'aux USA par exemple, les dys sont reconnus pour leurs qualités, et certains emplois sont flèchés dys, parce qu'ils ont une manière de voir les choses qui apportent un plus considérable à la tâche qui leur est confiée (par exemple, en infogravure, certains sont tout simplement géniaux!).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
tu vois Héloise....Quand on regarde le nombre d'ouvertures de ce poste: 173 ( 3 pages) ...passé présent futur 186 ....Y'a du boulot :bleh:

Heu.................... :unsure: .................. tu parles de quoi, là? Des postes d'enseignants référents? Si c'est le cas, je peux comprendre que les collègues ne soient pas chaud. C'est un boulot considérable, ils couvrent chaque enfant de la maternelle jusqu'au lycée, ils doivent donc connaître le fonctionnement du secondaire et les textes qui les régissent, ne pas avoir peur des km et des heures supp' non payées, etc... C'est une vocation, je dirais, même s'ils ont deux mois officiellement (je dis bien officiellement car bien souvent il n'y a pas de stage de prévu) de formation...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44

Récapulatif des moyens de remédiations possibles

Les élèves dylsexiques ont dans notre école chacun un PAI et j'avais invité une orthophoniste à nous faire un topo "général" -d'un enfant à l'autre, les troubles dyslexiques varient- sur les difficultés de ces élèves et les grandes lignes des adaptations "évidentes" (le recours à l'oral, raccourcir les textes de lecture, en anglais passer beaucoup par le multisensoriel (TPR), je donne les cours photocopiés en gros et j'invite les élèves à surligner , annoter, dessiner... j'encourage tous les progrès et je n'ai pas les mêmes exigences concernant l'orthographe, etc, etc...).
Mais à part ces adaptations, je ne voudrais pas donner des choses qui pourraient être "vides de sens" voire négatives pour mon élève (cf les ateliers de lecture-décodage, balayage, visant à améliorer l'empan visuel, ou autres exercices pour augmenter le "rendement" des lecteurs...)

[...](le recours à l'oral, raccourcir les textes de lecture, en anglais passer beaucoup par le multisensoriel (TPR), je donne les cours photocopiés en gros et j'invite les élèves à surligner , annoter, dessiner... j'encourage tous les progrès et je n'ai pas les mêmes exigences concernant l'orthographe, etc, etc...).

Puis-je te demander si tu comptes inscrire tes élèves dys au soutien? Ce qu'il faut savoir, mais je suis sûre que tu le sais déjà, c'est qu'un dys travaille 10X plus qu'un autre élève (si, si, j'en suis sûre je le sais) pour des résultats pas toujours grâtifiants, surtout par rapport à la charge de travail fournie. Ils sont donc très fatigués intellectuellement après 6H de cours, même avec des aménagements. Ce serait une aberration de leur imposer des heures supplémentaires en fin de journée, car ils ne sont plus capables d'assimiler correctement ce qui y sera travaillé, et de plus ça risque de les dégoûter vraiment des études. D'autant plus s'ils vont déjà chez l'orthophoniste une ou deux fois par semaine (ça dépend des cas)...
Puis-je te demander si tu comptes inscrire tes élèves dys au soutien? Ce qu'il faut savoir, mais je suis sûre que tu le sais déjà, c'est qu'un dys travaille 10X plus qu'un autre élève (si, si, j'en suis sûre je le sais) pour des résultats pas toujours grâtifiants, surtout par rapport à la charge de travail fournie. Ils sont donc très fatigués intellectuellement après 6H de cours, même avec des aménagements. Ce serait une aberration de leur imposer des heures supplémentaires en fin de journée, car ils ne sont plus capables d'assimiler correctement ce qui y sera travaillé, et de plus ça risque de les dégoûter vraiment des études. D'autant plus s'ils vont déjà chez l'orthophoniste une ou deux fois par semaine (ça dépend des cas)...
Quant au soutien, chez nous c'est le matin, une demi-heure avant la classe. La collègue l'année dernière prenait cet élève une demi-heure par semaine pour "préparer" la lecture du jour, juste à deux. Elle avait le sentiment que, ensuite en classe, l'élève était à l'aise, participait, était valorisé devant les autres (le texte ayant été "vu" en amont) justement sur le terrain sur lequel il était en difficulté. Je me pose la question de continuer ainsi cette année. J'ai peur effectivement d'alourdir sa journée, je sais qu'il va chez l'orthophoniste 1 fois par semaine (le matin) et que la maman suit très bien son travail. Je poserai la question à la maman qui sait, mieux que moi, jusqu'où on peut aller avec lui. Si la maman et l'enfant sont demandeurs, je le prendrai en soutien, sinon, on verra! :sleep:
coucou:)

Donc ce que je fais:

Exercices écrits au tableau pour la classe, sur papier pour me stits dys, verdana 12 et mise en page réduite ( dans mon word c'est msie en page tout en bas avant dernier) ainsi ça ne dépasse pas de la page et cel apermet d'etre direct dans les consignes.

Enoncés idem photocopie (ne principe je prépare bien à l'avance et je mets travail de la journée sur uen feuille.

Eleve tuteur nommé avec son accord (et recompensé à Noel d'un joli livre pris sur mes deniers personnel :cry: parce que directeur= radin!)

consiges oralisées

Leçons avce beaucoup d'images, cette année j'ai décidé de faire des photos des exemples (pour toute la classe)

La voiture est rouge= photo d'une voiture rouge

Je vais te parler du seul cas que je connais vraiment, mon fils. S'il avait eu un(e) avs au collège, à part les notes et les photocopies, voici ce dont il aurait eu besoin:

* qu'on le ramène sur terre chaque fois que son esprit s'évadait, parce qu'il décrochait, les explications ou le cours lui semblant incompréhensibles

* s'assurer qu'il a compris, cad le plus souvent lui "traduire" le discours du prof ou les questions et consignes d'un exo, dans un registre de langage moins soutenu, car le champ lexical peut être assez réduit selon le degré de dyslexie ou le type de dyslexie

* l'aider à s'organiser pour ses affaires, dans son agenda, et aussi à s'orienter sur une feuille, un cahier, un classeur, pour certains élèves dans le collège même, surtout au début, certains dys ayant de gros pbl d'orientation

* qu'on l'encourage à chaque victoire et/ou réussite (extrêmement important à mon sens, les dys ayant souvent une piètre opinion d'eux-même et de leurs compétences, qui, à l'oral, sont souvent brillantes)

Essaie de trouver un moment pour prendre contact avec tes élèves avant les premiers cours où tu les suivras. Explique-leur pourquoi tu es là et demande-leur ce qu'ils espèrent de toi, de quelles aides ils ont besoin. Pour le reste, au fur et à mesure, fie-toi à ce que tu constates et adapte ton aide à chacun, si c'est possible.

Sur le site d'Apedys, tu trouveras des idées très concrètes ICI. D'ailleurs, je te conseille vivement d'aller jeter un oeil (et même les deux! :D ) très souvent sur l'ensemble du site, et aussi des autres liens donnés plus haut. Tu y apprendras beaucoup sur les dys, de façon plus vivante que sur un bouquin. :wink:

J'ai eu une idée cet apres midi! Mais je ne sais pas ce qu'elle vaut.

Enfin deux idées! j'ai dans ma classe une tite dys :lexie calculie et syndrome de déficience posturale (on attend la chaise).

Premiere idée:

trois cartons un vert un orange un rouge à dispo. Quand ça va le vert est sur la table, quand ça dérape le orange et quand rien ne va plus le rouge. Ainsi visuellement je peux apporter mon aide illico presto si je suis ailleurs ( en blabla ou avec un autre élève). Qu'en pensez vous?

Deuxieme idée:

Sur chaque feuille de classeurs ( y'a des couleurs: histoire: bleu, géographie: vert orthographe: rose....chaque matière à une couleur) je dessine une tite fenetre en haut à gauche et à droite la porte ( euh c'est comme ça dans ma classe) ainsi ma tite dys pourra utiliser sa feuille sans trop réfléchir, si ça peut l'aider....JE ferai une dizaine de feuilles de chaque glissées à l'avance dans son classeur.Qu'en pensez vous?

J'aime bien ton idée des cartons rouge, orange et vert :D ! pour tous les élèves, hein! l'année dernière il y avait un "tétra-aide", mais c'est peut être un peu "trop compliqué". Je rajouterai peut être un carton "bleu" pour "j'ai fini mon travail, je peux être tuteur d'un autre élève".

Pour les évaluations, je ne limite pas en temps pour les dys', et quand c'est du français, l'evs fait passer l'éval dans la bcd (donc au calme), et relit les consignes à l'élève (travail de secrétaire, comme tu dis Héloise!).

Pour la lecture à voix haute, le tétra-aide devait être placé sur "ça roule" quand l'élève était prêt/avait envie de lire devant les autres. Les textes de lecture sont photocopiés en plus gros, et parfois raccourcis. Cette année, si je reprends le système de cartes de Nathoune, l'élève posera le carton vert sur sa table.

Pour les dictées, je fais des dictées à trous en ciblant sur les notions à apprendre. Les autres élèves "écrivent tout", les élèves dys remplissent les trous.

Les leçons sont donc tapées sur l'ordi, avec une présentation aérée, et je travaille une méthodologie (pas seulement avec les enfants dyslexiques, ça sert à tout le monde! :bleh: ) : surligner ce qui est important (en histoire, les personnages en bleu, les dates en vert, les évènements en rouge, les mots nouveaux soulignés) et on refait une fiche colorée sans phrases avec seulement des mots et des chiffres clés (au début en classe puis au fur et à mesure à la maison)

Et puis quand même, les contacts réguliers avec les parents aident bcp pour ajuster!

D'autres "astuces" et "petits trucs" pour aider nos élèves dyslexiques en classe?

Syndrôme de déficience posturale

Alors, parlons de ces lunettes. Normalement, elles doivent être portées du lever au coucher. Chez les enfants, le port sera restreint à quelques années seulement, le temps pour les muscles oculaires de bien se mettre en place. Elles sont réglées selon des mesures très précises pour l'inclinaison des verres. Elles ne doivent pas bouger d'un seul degré sous peine de ne plus pouvoir les porter, car alors le dérèglage provoque des maux de tête terribles. Je conseillerai donc 1) de les enlever pour la récré et le sport 2) qu'elles soient rangées dans un étui rigide (on est pas à l'abri de quelqu'un qui tomberait sur la table lors de l'entrée en classe) 3) que cette petite les aient en double au cas où un règlage s'impose. Tu verras, au début, ça risque d'être assez fréquent, parce que les enfants sont....................... des enfants! :D

Je pense que ton élève, entre les aménagements, la prise en charge de sa déficience posturale, ses parents et toi, s'en sortira bien. :thumbsup: Pourvu que ça dure au collège!!! :sleep:

D'ailleurs à ce propos, si ce n'est pas déjà fait, il serait bon que ton élève consulte le Centre Régional des Troubles du langages pour obtenir un diagnostic officiel de sa dyslexie, ce qui sera très utile par la suite. Dès le collège, elle aura droit à une reconnaissance MDPH par ce biais-là. Ce sera utile pour la suite de sa scolarité et une prise en charge scolaire moins aléatoire. S'il y a une UPI spéciale dys dans le coin, ce serait génial pour elle. Enfin tout dépend de son degré de dyslexie...

La liste des Centres Référents des Troubles du Langage

PAI Troubles Spécifiques du Langage

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
nathoune54
tu vois Héloise....Quand on regarde le nombre d'ouvertures de ce poste: 173 ( 3 pages) ...passé présent futur 186 ....Y'a du boulot :bleh:

Heu.................... :unsure: .................. tu parles de quoi, là? Des postes d'enseignants référents? Si c'est le cas, je peux comprendre que les collègues ne soient pas chaud. C'est un boulot considérable, ils couvrent chaque enfant de la maternelle jusqu'au lycée, ils doivent donc connaître le fonctionnement du secondaire et les textes qui les régissent, ne pas avoir peur des km et des heures supp' non payées, etc... C'est une vocation, je dirais, même s'ils ont deux mois officiellement (je dis bien officiellement car bien souvent il n'y a pas de stage de prévu) de formation...

non pas de ça ...juste de la page accueil français mais tinquiètes rien de grave :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...