Jump to content

privé de sortie


vivirousse

Recommended Posts

C'est d'ailleurs exactement ce que se passe lorsqu'on est "grands" : quand un adulte n'est pas capable de se gérer, vole les autres, leur tape dessus, commet divers larcins, etc. (en gros, il n'est pas capable de vivre en groupe sans lui/se nuire) => on prive la société entière de libertés. Non ? Ce n'est pas ça ?

Pour moi, le rôle de l'école est de faire tout ce qui est humainement possible pour que l'on puisse tout faire avec l'intégralité du groupe. Après, ça me semble difficile de "punir" tout un groupe parce que la sécurité ne peut être assurée pour l'un d'entre eux. Dans ce cas, on enlève à toute une classe un certain nombre de libertés et ce n'est pas vraiment idéal non plus. Je suis d'accord pour reconnaître que ce n'est pas bien d'exclure un élève, qu'il faut tout mettre en place pour que ça n'arrive pas, mettre en place des choses avec lui pour que la situation s'améliore, etc. mais il arrive un moment où il faut aussi penser aux autres élèves aussi, non ?

ce que tu dis vaut pour des cas extrême ; que dire aux collègues de ZEP qui parte en classe découverte ?

Pour ma part je suis parti avec un institut de rééducation psychiatrique.

Un enfant qui ne viendrait pas OK mais alors cause médicale et avis de la médecine scolaire ou du médecin traitant.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 39
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

  • dhaiphi

    10

  • vivirousse

    6

  • montagny

    4

  • Gribouillette

    3

Oups, j'ai plutôt réagi au message de blacknader plutôt qu'à celui de vivirousse :(

Ne serait-il pas possible de demander à un conseiller péda de donner un coup de main ? Ça ferait un accompagnateur de plus et l'enseignante en profiterait pour recueillir de précieux conseils pour mieux gérer le groupe et certains élèves avec qui elle a du mal.

Link to comment
Share on other sites

Ce qui est méprisable c'est le fait d'exclure un enfant , acte qui n'a pas sa place dans une école.

Je suis naturellement en total désaccord avec cette affirmation.

Link to comment
Share on other sites

Daiphi, comme d'habitude, je me fous "naturellement" de ton avis.

La nature reprend ses droits même auprès de ceux qu'elle a ignoré. :angel_not:

Link to comment
Share on other sites

Daiphi, comme d'habitude, je me fous "naturellement" de ton avis.

J'en ai "naturellement" tout autant à ton service.

Link to comment
Share on other sites

Je pense que c'est le terme "priver" qui ne va pas. C'est-à-dire que ne pas emmener des enfants en sortie dans le but de les sanctionner me semble inadmissible.

Par contre, je peux comprendre qu'on hésite à emmener un élève très difficile si on craint pour sa sécurité ou celle des autres. Mais avant d'en arriver à ne pas l'emmener, on peut envisager les différentes solutions proposées dans ce post, ou même demander à ses parents de venir à la sortie aussi (personnellement c'est ce que je ferais, avec beaucoup d'explications aux parents).

Link to comment
Share on other sites

J'ai bien lu les avis des uns et des autres, mais je reste sceptique vis-à-vis de ceux qui critiquent la collègue en question en remettant en cause sa capacité à prendre une classe en charge... C'est vrai que trois enfants difficiles à gérer dans la même classe, ça semble beaucoup. Mais "mépriser" une collègue qui préfère assurer la sécurité de sa sortie, c'est quand même un peu fort !

Alors faut-il prendre le risque d'emmener un élève qui représente un danger pour lui-même ou pour les autres et faire la sortie à tout prix ?

Personnellement, pour ma sortie de fin d'année avec des CM2, je me pose la même question : vais-je emmener deux de mes élèves, très difficiles ? L'un est agressif et vulgaire envers les autres, est capable de faire une crise de nerfs et de partir, de s'échapper, quoi (et il doit faire le double de mon poids, donc je me vois mal le retenir par le bras...). L'autre ne respecte aucune règle, même les plus élémentaires (se ranger, être poli, respecter les autres,...) et s'amuse à provoquer constamment l'adulte, à désobéir, à se battre, à menacer de mort les autres enfants...

Pour moi, il ne s'agit pas de les sanctionner en les privant de sortie, mais de veiller au bon déroulement de la sortie. Je suis quand même responsable d'un groupe d'enfants et je fais tout pour éviter qu'un accident se produise. Je rajouterais que les emmener risque de mettre tout le monde à cran : ces deux élèves vont finir par agacer les autres, je vais passer mon temps à les reprendre, voire à crier. Et eux ne profiteront pas non plus de la sortie, car ils vont certainement trouver plus intéressant de chahuter, de faire tout le bruit possible et de provoquer les autres. Donc la classe va-t-elle vraiment passer une bonne journée ?

J'avoue que ne pas les emmener me fait mal au coeur, mais je n'ai vraiment pas envie que la sortie se passe mal. J'en ai discuté avec les parents de l'un de ces enfants, et il se trouve qu'ils me comprennent et me soutiennent. Ah, et ma directrice me soutient aussi ! :bleh:

Et tant pis si mon point de vue n'est pas conforme aux grands idéaux de certains ! :bleh:

Link to comment
Share on other sites

Pour moi, il ne s'agit pas de les sanctionner en les privant de sortie, mais de veiller au bon déroulement de la sortie.

On sanctionne les élèves perturbateurs ET on assure le bon déroulement de la sortie.

Link to comment
Share on other sites

C'est le manque de grands idéaux qui permettra la destructuration du service public d'éducation. C'était ce qu'on appelait la vocation... cry.gif

Idéal certes louable... mais dans les faits ceux qui insultent, crachent, frappent, je sanctionne d'abord et je m'interroge sur leur triste destinée plus tard...

Link to comment
Share on other sites

Merci... sleep.gif Mais quand j'ai officié en ZEP, en SEGPA ou même en centre de semi liberté, je suis toujours parti avec tout le monde. C'est le manque de grands idéaux qui permettra la destructuration du service public d'éducation. C'était ce qu'on appelait la vocation... cry.gif

Ah ben tant mieux, tu assures, c'est génial ! Et les autres sont nuls. Franchement quelle idée de faire ce métier sans être dévoué à 500% et sans avoir envie de sauver le monde ! :bleh:

Au fait, je croyais avoir la vocation, mais apparemment tu me fais bien sentir que non ! :wink:

Allez, ne nous enflammons pas : ce n'est peut-être pas utile de nous taxer de destructurer le service public sous prétexte qu'on veut organiser une sortie sympa et sans risques.

Link to comment
Share on other sites

J'ai bien lu les avis des uns et des autres, mais je reste sceptique vis-à-vis de ceux qui critiquent la collègue en question en remettant en cause sa capacité à prendre une classe en charge... C'est vrai que trois enfants difficiles à gérer dans la même classe, ça semble beaucoup. Mais "mépriser" une collègue qui préfère assurer la sécurité de sa sortie, c'est quand même un peu fort !

Alors faut-il prendre le risque d'emmener un élève qui représente un danger pour lui-même ou pour les autres et faire la sortie à tout prix ?

Personnellement, pour ma sortie de fin d'année avec des CM2, je me pose la même question : vais-je emmener deux de mes élèves, très difficiles ? L'un est agressif et vulgaire envers les autres, est capable de faire une crise de nerfs et de partir, de s'échapper, quoi (et il doit faire le double de mon poids, donc je me vois mal le retenir par le bras...). L'autre ne respecte aucune règle, même les plus élémentaires (se ranger, être poli, respecter les autres,...) et s'amuse à provoquer constamment l'adulte, à désobéir, à se battre, à menacer de mort les autres enfants...

Pour moi, il ne s'agit pas de les sanctionner en les privant de sortie, mais de veiller au bon déroulement de la sortie. Je suis quand même responsable d'un groupe d'enfants et je fais tout pour éviter qu'un accident se produise. Je rajouterais que les emmener risque de mettre tout le monde à cran : ces deux élèves vont finir par agacer les autres, je vais passer mon temps à les reprendre, voire à crier. Et eux ne profiteront pas non plus de la sortie, car ils vont certainement trouver plus intéressant de chahuter, de faire tout le bruit possible et de provoquer les autres. Donc la classe va-t-elle vraiment passer une bonne journée ?

J'avoue que ne pas les emmener me fait mal au coeur, mais je n'ai vraiment pas envie que la sortie se passe mal. J'en ai discuté avec les parents de l'un de ces enfants, et il se trouve qu'ils me comprennent et me soutiennent. Ah, et ma directrice me soutient aussi ! bleh.gif

Et tant pis si mon point de vue n'est pas conforme aux grands idéaux de certains ! bleh.gif

Merci... sleep.gif Mais quand j'ai officié en ZEP, en SEGPA ou même en centre de semi liberté, je suis toujours parti avec tout le monde. C'est le manque de grands idéaux qui permettra la destructuration du service public d'éducation. C'était ce qu'on appelait la vocation... cry.gif

Que toi tu aies la vocation , très bien et un grand bravo ....

Le problème c'est que les 25 autres élèves de la classe n'ont pas vocation eux à supporter un ou deux (ou trois dans le cas qui nous intéresse) perturbateurs qui vont peut-être (ou peut-être pas) gâcher la sortie de tous voire mettre en péril la sécurité de tous en monopolisant l'attention des adultes.

La mère de mon "cas" (un "petit" cas, juste des insolences à répétition, un refus de l'autorité et des violences "limitées" envers ses camarades) a tout à fait compris que je conditionne la sortie à un comportement irréprochable durant les 3 jours qui précèdent. Le directeur m'a soutenue. Il s'est tenu à carreau , il est sorti.

Maintenant, il sait qu'une sortie doit se mériter et que tout comportement inacceptable durant une sortie l'exclura d'office de la suivante.

Que cela ne fasse pas de moi une enseignante à "idéal" ou à vocation ...peu m'importe

Mon boulot c'est de garantir le droit de chacun à accéder aux activités pédagogiques adaptées à mon objectif et d'assurer la sécurité de tous. S'il faut en passer par l'exclusion d'un seul, je le ferai sans état d'âme.

Link to comment
Share on other sites

La mère de mon "cas" (un "petit" cas, juste des insolences à répétition, un refus de l'autorité et des violences "limitées" envers ses camarades) a tout à fait compris que je conditionne la sortie à un comportement irréprochable durant les 3 jours qui précèdent. Le directeur m'a soutenue. Il s'est tenu à carreau , il est sorti.

Tiens, comme par hasard !

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...