Jump to content
stylo rouge

6 mois en mater à contre-cœur

Recommended Posts

stylo rouge

Bonjour,

Je suis T6 dans le 93 et j'ai demandé un poste de ZIL pour cette année et pour la première fois. On m'a affecté sur un remplacement de congé mater (MS) sans avoir eu le choix pour 6 mois (jusqu'en février). J'ai été sous le choc parce que la mater, c'est vraiment le truc que je ne voulais pas. Ce qui me fait ch..., c'est la durée. Une période, ç'aurait encore été. Mais c'est surtout que je n'ai quasiment fait que de l'élémentaire et je me sens vraiment mal à l'aise en mater. J'ai peur que les gamins en pâtissent. C'est très très tendu avec la dirlo qui m'a pris en grippe. Elle ne cesse de m'invectiver et de me prendre la tête. Et je lui réponds du tac au tac. Les parents ont été estomaqués de me voir ce matin (il n'y avait aucun mot à l'entrée indiquant que je remplaçais). Il faut dire que je n'ai pas vraiment le profil "habituel" (je suis un mec et je fais encore plutôt jeune malgré déjà 5 ans de terrain en élémentaire justement).

J'ai décidé d'aller sur St-Denis qui est une ville avec beaucoup de quartiers difficiles consciemment. J'ai bien entendu l'IEN dire qu'il y avait beaucoup de situations difficiles en élémentaire. Pourquoi ne m'a-t-elle pas mis sur ce type de remplacement ? Je crois qu'elle a dû me prendre pour un T1 ou T2 et que c'est pour ça qu'elle m'a mis sur une mater, même si manifestement il y avait beaucoup de remplacements en mater à faire.

Je n'arrête pas de me torturer l'esprit, je dors mal, je m'en sors difficilement dans les préps... Ça me mine, je commence à être démoralisé. Donc la situation n'est bonne ni pour moi, ni pour la dirlo, ni pour les élèves, ni pour les parents... Je pense aller voir l'IEN et lui dire tout ça. J'ai un peu d'appréhension par rapport à sa réaction. Y'aurait-il des ZIL qui pourraient m'apporter leurs témoignages ? Qui auraient demandé à changer ? Parce qu'on peut difficilement refuser, non ?

Je crois que je ne vais pas pouvoir supporter et risquer de me mettre en arrêt. Ça me mine vraiment, je suis plutôt inquiet et je me demande si ce ne sont pas des signes de dépression.

Share this post


Link to post
Share on other sites
deia

Bonjour,

Je suis T6 dans le 93 et j'ai demandé un poste de ZIL pour cette année et pour la première fois. On m'a affecté sur un remplacement de congé mater (MS) sans avoir eu le choix pour 6 mois (jusqu'en février). J'ai été sous le choc parce que la mater, c'est vraiment le truc que je ne voulais pas. Ce qui me fait ch..., c'est la durée. Une période, ç'aurait encore été. Mais c'est surtout que je n'ai quasiment fait que de l'élémentaire et je me sens vraiment mal à l'aise en mater. J'ai peur que les gamins en pâtissent. C'est très très tendu avec la dirlo qui m'a pris en grippe. Elle ne cesse de m'invectiver et de me prendre la tête. Et je lui réponds du tac au tac. Les parents ont été estomaqués de me voir ce matin (il n'y avait aucun mot à l'entrée indiquant que je remplaçais). Il faut dire que je n'ai pas vraiment le profil "habituel" (je suis un mec et je fais encore plutôt jeune malgré déjà 5 ans de terrain en élémentaire justement).

J'ai décidé d'aller sur St-Denis qui est une ville avec beaucoup de quartiers difficiles consciemment. J'ai bien entendu l'IEN dire qu'il y avait beaucoup de situations difficiles en élémentaire. Pourquoi ne m'a-t-elle pas mis sur ce type de remplacement ? Je crois qu'elle a dû me prendre pour un T1 ou T2 et que c'est pour ça qu'elle m'a mis sur une mater, même si manifestement il y avait beaucoup de remplacements en mater à faire.

Je n'arrête pas de me torturer l'esprit, je dors mal, je m'en sors difficilement dans les préps... Ça me mine, je commence à être démoralisé. Donc la situation n'est bonne ni pour moi, ni pour la dirlo, ni pour les élèves, ni pour les parents... Je pense aller voir l'IEN et lui dire tout ça. J'ai un peu d'appréhension par rapport à sa réaction. Y'aurait-il des ZIL qui pourraient m'apporter leurs témoignages ? Qui auraient demandé à changer ? Parce qu'on peut difficilement refuser, non ?

Je crois que je ne vais pas pouvoir supporter et risquer de me mettre en arrêt. Ça me mine vraiment, je suis plutôt inquiet et je me demande si ce ne sont pas des signes de dépression.

Je ne peux pas t'aider :sad: mais comment se fait-il qu'en tant que zil tu fasses un remplacement de 6 mois? c'est un remplacement brigade ça normalement... :blink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moo

Par les temps qui courent, beaucoup de départements ne font plus la distinction entre ZIL et Brigade.

Pour ce qui est de changer de rempla, qui ne risque rien... Pourtant c'est super, la maternelle !

Bon courage

Share this post


Link to post
Share on other sites
stl35

Bonjour, Je suis dans le même cas que toi. Je suis affectée en élémentaire ZEP et je ne me sens pas à l'aise, à l'inverse de toi j'aimerais être en maternelle.

Je ne sais pas si l'IEN peut faire quelque chose et surtout comment expliquer ce mal être.

Je suis T2 (donc inspection), je reprendrais ta dernière phrase : "Je crois que je ne vais pas pouvoir supporter et risquer de me mettre en arrêt. Ça me mine vraiment, je suis plutôt inquiet et je me demande si ce ne sont pas des signes de dépression."

Bon courage

Share this post


Link to post
Share on other sites
profette

bonjour,

je te conseille d'en parler effectivement avec l'IEN, pour 6 mois de remplacement ça vaut le coup.

cette rentrée je suis mise à dispo d'une circonscription, le jour de la pré-rentrée l'IEN a voulu m'envoyer dans une école en mater, je lui ai tout de suite demandé si je pouvais plutôt aller en élémentaire.

Elle n'y a vu aucun inconvénient, et en plus elle a fait en sorte que ce soit pas loin de chez moi : plutôt cool!

donc ça vaut le coup d'essayer!

si tu n'oses pas trop, essaie d'en parler avec un conseiller pédagogique de circonscription, qui pourra en toucher mot à l'IEN.

Et au pire des cas, dis-toi que c'est une expérience qui te formera, et que ce sera sûrement moins pire que tu ne l'imagines.

bon courage!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
dhaiphi

donc ça vaut le coup d'essayer!

si tu n'oses pas trop, essaie d'en parler avec un conseiller pédagogique de circonscription, qui pourra en toucher mot à l'IEN.

Essaie d'obtenir un autre remplacement car la Maternelle quand on aime pas ça c'est horrible.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yasuko

Comme je te comprends! J'ai choisi ce métier pour l'élémentaire et pas du tout pour la maternelle. Pourtant, on m'y a mise pendant deux LONGUES années. C'était atroce, j'avais pas d'idées, pas de motiv' et je ne supportais rien. Dur pour moi mais surtout dur pour les enfants. Troisième rentrée, nommée sur un poste maternelle. Là, j'ai pété un câble! J'ai supplié mes nouveaux collègues de me mettre sur un poste élémentaire et ils ont accepté. Quelqu'un a pris ma place, j'ai pris la sienne. Depuis, je suis toujours officiellement sur le poste maternelle mais je n'y ai jamais remis les pieds.

Si c'est pour 6 mois, oui, n'hésite pas à essayer de changer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
boislasson

Ah ! Si nous pouvions échanger ! :cry:

Je pense que je prendrais contact avec l'IA...

Share this post


Link to post
Share on other sites
titelodie

Lors de notre réunion de pré-rentrée des brigades (nord de la France), on nous a conseillé d'en parler aux conseillers pédagogiques pour qu'ils viennent nous donner des pistes pour la classe. On nous a également fait entendre que si cela se passait vraiment très mal, il y aurait moyen de négocier mais je ne sais pas ce qu'il en est en réalité. Essaye de te renseigner au près du gestionnaire de ta brigade.

Share this post


Link to post
Share on other sites
stylo rouge

cette rentrée je suis mise à dispo d'une circonscription, le jour de la pré-rentrée l'IEN a voulu m'envoyer dans une école en mater, je lui ai tout de suite demandé si je pouvais plutôt aller en élémentaire.

Elle n'y a vu aucun inconvénient, et en plus elle a fait en sorte que ce soit pas loin de chez moi : plutôt cool!

donc ça vaut le coup d'essayer!

si tu n'oses pas trop, essaie d'en parler avec un conseiller pédagogique de circonscription, qui pourra en toucher mot à l'IEN.

Ton message m'interpelle parce que dans la même situation, je n'ai pas osé dire que je préférais aller en élémentaire. Mais la réunion de ZIL était un peu hallucinante parce que l'IEN disait aux collègues "Vous êtes sur telle école..." et les gens partaient sans broncher, sans demander pour combien de temps, ni même le niveau. De toute façon, il y avait beaucoup de remplacements en mater. Je crois même être le seul à avoir dit quelque chose mais je ne suis pas allé au bout en osant dire que la mater, ça ne me convenait pas du tout. Elle m'avait proposé autre chose mais aussi en mater. Je crois que c'était pareil question durée de remplacement. J'ai appelé la circo le jour de la pré-rentrée et je suis tombé sur un conseiller péda qui ne s'est pas montré du tout compréhensif. Je ne compte pas sur eux. En fait, je commence à accepter mon sort. J'ai beaucoup flippé mais ça commence à aller mieux. J'ai un peu d'expérience en mater puis avec les années qui passent, de l'expérience tout court donc je relativise. Puis les gamins sont sympas. C'est de ma faute, j'aurais dû dire que ça ne me convenait pas. Mais je vais quand même essayer de voir avec l'IEN et lui dire que je ne réclame rien mais que je suis dispo au cas où un ou une collègue craquerait en élémentaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
stylo rouge

Comme je te comprends! J'ai choisi ce métier pour l'élémentaire et pas du tout pour la maternelle. Pourtant, on m'y a mise pendant deux LONGUES années. C'était atroce, j'avais pas d'idées, pas de motiv' et je ne supportais rien. Dur pour moi mais surtout dur pour les enfants.

Ton message m'interpelle aussi ! Comment as-tu fait pour tenir deux ans comme ça ? Parce que 6 mois, je trouve ça déjà long... Je vais être honnête en disant que si j'ai des coups de barre, je n'hésiterais pas à me mettre en arrêt. Je suis ZIL, je l'ai choisi pour bouger et on me met sur un remplacement de 6 mois en mater, le truc que je voulais pas ! En tant que ZIL, je devrais avoir ce choix de ne pas rester sur une classe si je ne le souhaite pas. Mais comment as-tu fait pendant deux ans ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
ceddup

Euh, rassurez-moi, quand vous avez passé le concours, vous saviez que vous pouviez être enseignant en maternelle ET en élémentaire ? Non parce que là, j'ai un gros doute.

Quand je lis "je n'hésiterais pas à me mettre en arrêt", ça me fait un peu dresser les cheveux sur la tête. Ok, la maternelle n'est pas ton niveau de prédilection. Mais à un moment donné, être professionnel, c'est assumé la classe, quelque soit le niveau. A l'heure où la politique restreint les moyens de l'enseignement, je trouve ça grave de parler d'arrêt maladie, pour rien, si ce n'est une question de préférence. Franchement, je me dis parfois qu'on est vraiment dans un pays de privilégié. Parce que, parce que j'ai quelques tracas au boulot hop là, je me mets en arrêt, c'est relativement hallucinant.

Visiblement, ça ne choque personne. Mais une fois de plus, lorsque ce droit (l'arrêt maladie) nous sera supprimé pour cause d'abus (parce que pour le coup, ça sent l'abus), 95% de ce forum sera mécontent et descendra dans la rue.

Désolé, mais moi, ça me choque.

Share this post


Link to post
Share on other sites
celine1405

Tout à fait d'accord avec le message précédent !

A savoir également que maintenant beaucoup d'académies ne font plus la différence entre ZIL et brigade, donc vous pouvez être amenés à faire des remplacements d'une journée et même de 6 mois. Quand on est remplaçant c'est ainsi. On doit assurer tous les niveaux même si bien sûr c'est humain d'avoir des préférences.

Après c'est toujours possible d'en parler à la secretaire de circo, parfois elles/ils essayent d'arranger tout le monde. Mais quand ce n'est pas possible, il faut rester pro, et ne pas oublier qu'on a signé pour assurer notre fonction quoiqu'il arrive ou presque.

Je suis brigade depuis 3 ans, je n'ai pas toujours été satisfaite de mes remplacements mais bon il faut se dire que chaque expérience est bonne à prendre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
flyingking

J'ai 7 ans de zilage derrière moi et je me suis retrouvé dans la même situation pour ma première inspection. Je n'aimais vraiment pas la maternelle, ça me paraissait trouble et assez différent de l'image que je me faisais du prof des écoles... en école primaire ;-)

J'ai bien tenté de passer par la case IEN : "s'il vous plait, sortez moi de là..." Ca n'a pas marché et... tant mieux. Je peux te garantir que tu auras certainement sur mal à trouver tes marques au début, mais dis toi bien une chose (même deux...)

1. Tu n'as plus à te soucier de l'endroit où tu seras envoyé jusqu'au mois de fevrier : tu évites le spécialisé (segpa, IME, IMPRO, CLIS) j'en passe et des meilleurs...

2. Tu touches tes frais de déplacement tranquillement dans un poste où progressivement (et nécessairement, je te le garantis) tu prendras peu à peu tes marques.

J'ai d'abord eu un MS/GS de décembre 2005 à juillet 2006 puis une PS/MS à l'année en 2006-2007.

Le stress de se plonger dans un monde inconnu, mais par la suite, tout s'éclaircit et je t'assure que tu te sentiras nettement mieux d'ici quelques temps. Laisse toi le temps de la réflexion, mais je dirais que dans l'histoire, tu aurais plus à y perdre qu'à y gagner d'autant que si tu demandes à l'IEN de te sortir de là, tu grilles ton joker annuel... imagine qu'il te balance dans un triple niveau où dans un endroit un peu craignos... là, tu pourras plus te retourner.

Courage !

Share this post


Link to post
Share on other sites
ceddup

imagine qu'il te balance dans un triple niveau

A parce que le triple niveau, c'est une galère qui nécessite un joker ?

Et bien, vous devriez venir en Ardèche !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yasuko

Euh, rassurez-moi, quand vous avez passé le concours, vous saviez que vous pouviez être enseignant en maternelle ET en élémentaire ? Non parce que là, j'ai un gros doute.

Quand je lis "je n'hésiterais pas à me mettre en arrêt", ça me fait un peu dresser les cheveux sur la tête. Ok, la maternelle n'est pas ton niveau de prédilection. Mais à un moment donné, être professionnel, c'est assumé la classe, quelque soit le niveau. A l'heure où la politique restreint les moyens de l'enseignement, je trouve ça grave de parler d'arrêt maladie, pour rien, si ce n'est une question de préférence. Franchement, je me dis parfois qu'on est vraiment dans un pays de privilégié. Parce que, parce que j'ai quelques tracas au boulot hop là, je me mets en arrêt, c'est relativement hallucinant.

Visiblement, ça ne choque personne. Mais une fois de plus, lorsque ce droit (l'arrêt maladie) nous sera supprimé pour cause d'abus (parce que pour le coup, ça sent l'abus), 95% de ce forum sera mécontent et descendra dans la rue.

Désolé, mais moi, ça me choque.

Mais dis-moi! Quel mépris! De l'abus? Mais que connais-tu de son vrai ressenti? Tu as déjà été en dépression toi? Non, visiblement pas. Moi non plus, me diras-tu, mais j'ai peut-être un peu plus de compassion pour un collègue qui vient sur le forum pour avoir un soutien des collègues et qui se fait allègrement descendre par certains d'entre eux... Sympa. Enfin, c'est souvent ceux qui n'ont jamais souffert de dépression qui la taxe d'abus ou de maladie imaginaire.

Un triple niveau aussi c'est galère (suite à ton dernier message), j'en ai eu plusieurs fois, je m'en serai passé, merci bien. Mais bon, c'est bon de savoir qu'il y a dans ce pays des enseignants dévoués, durs comme du béton et qui n'ont aucun problème dans leur vie professionnelle parce qu'ils sont tellement performants que rien ne les destabilise! C'est fantastique!

Alors, dis-moi... Que fais-tu sur ce post??

Share this post


Link to post
Share on other sites
ceddup

Mais dis-moi! Quel mépris! De l'abus? Mais que connais-tu de son vrai ressenti? Tu as déjà été en dépression toi? Non, visiblement pas. Moi non plus, me diras-tu, mais j'ai peut-être un peu plus de compassion pour un collègue qui vient sur le forum pour avoir un soutien des collègues et qui se fait allègrement descendre par certains d'entre eux... Sympa. Enfin, c'est souvent ceux qui n'ont jamais souffert de dépression qui la taxe d'abus ou de maladie imaginaire.

Un triple niveau aussi c'est galère (suite à ton dernier message), j'en ai eu plusieurs fois, je m'en serai passé, merci bien. Mais bon, c'est bon de savoir qu'il y a dans ce pays des enseignants dévoués, durs comme du béton et qui n'ont aucun problème dans leur vie professionnelle parce qu'ils sont tellement performants que rien ne les destabilise! C'est fantastique!

Alors, dis-moi... Que fais-tu sur ce post??

Entre être un enseignant hors pair et pleurer à la moindre embuche, la marge est énorme. Dire que l'on va se mettre en arrêt maladie juste parce qu'on a décidé de ne pas aimer la maternelle, oui, je trouve ça dégueulasse (notamment parce que ma meilleure amie PE, reconnue à la MDPH, n'a droit dans toute sa carrière qu'à un an de mi-temps thérapeutique, pourtant nécessaire à sa santé).

Parfois, il faut se mettre des coups de pied au cul et arrêter de geindre à la moindre occasion (il ne me semble pas qu'il ait mentionné le terme de dépression, d'un point de vue médical du moins. Il dit d'ailleurs lui-même que ça commence à aller mieux...). Je ne suis pas un modèle, mais lorsque je suis sorti de l'IUFM, j'ai dû assumer une classe unique de 8 niveaux et la direction. J'aurais très bien pu me laisser aller moi aussi. Et bien j'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai bossé, point barre.

Donc tes leçons sur la compassion, je m'en passerai. Parfois, il vaut mieux s'entendre dire quelque chose tel que mon message plutôt que de la condescendance à deux balles qui n'a aucun intérêt quant à la résolution du problème.

La solution pour lui, c'est de passer outre le préjugé sur la maternelle, bosser et prendre du plaisir dans sa classe. Et non tenter, en vain, des démarches auprès des IEN qui n'en ont rien à branler de ce genre de convenance personnelle.

De plus, à aucun moment je n'ai été méprisant, contrairement à toi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yasuko

Mais dis-moi! Quel mépris! De l'abus? Mais que connais-tu de son vrai ressenti? Tu as déjà été en dépression toi? Non, visiblement pas. Moi non plus, me diras-tu, mais j'ai peut-être un peu plus de compassion pour un collègue qui vient sur le forum pour avoir un soutien des collègues et qui se fait allègrement descendre par certains d'entre eux... Sympa. Enfin, c'est souvent ceux qui n'ont jamais souffert de dépression qui la taxe d'abus ou de maladie imaginaire.

Un triple niveau aussi c'est galère (suite à ton dernier message), j'en ai eu plusieurs fois, je m'en serai passé, merci bien. Mais bon, c'est bon de savoir qu'il y a dans ce pays des enseignants dévoués, durs comme du béton et qui n'ont aucun problème dans leur vie professionnelle parce qu'ils sont tellement performants que rien ne les destabilise! C'est fantastique!

Alors, dis-moi... Que fais-tu sur ce post??

Entre être un enseignant hors pair et pleurer à la moindre embuche, la marge est énorme. Dire que l'on va se mettre en arrêt maladie juste parce qu'on a décidé de ne pas aimer la maternelle, oui, je trouve ça dégueulasse (notamment parce que ma meilleure amie PE, reconnue à la MDPH, n'a droit dans toute sa carrière qu'à un an de mi-temps thérapeutique, pourtant nécessaire à sa santé).

Parfois, il faut se mettre des coups de pied au cul et arrêter de geindre à la moindre occasion (il ne me semble pas qu'il ait mentionné le terme de dépression, d'un point de vue médical du moins. Il dit d'ailleurs lui-même que ça commence à aller mieux...). Je ne suis pas un modèle, mais lorsque je suis sorti de l'IUFM, j'ai dû assumer une classe unique de 8 niveaux et la direction. J'aurais très bien pu me laisser aller moi aussi. Et bien j'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai bossé, point barre.

Donc tes leçons sur la compassion, je m'en passerai. Parfois, il vaut mieux s'entendre dire quelque chose tel que mon message plutôt que de la condescendance à deux balles qui n'a aucun intérêt quant à la résolution du problème.

La solution pour lui, c'est de passer outre le préjugé sur la maternelle, bosser et prendre du plaisir dans sa classe. Et non tenter, en vain, des démarches auprès des IEN qui n'en ont rien à branler de ce genre de convenance personnelle.

De plus, à aucun moment je n'ai été méprisant, contrairement à toi.

Nous demander si on était au courant qu'on passait le concours pour la maternelle et l'élémentaire, c'est assez méprisant, si. Là n'est pas la question.

Je ne dis pas que notre collègue est forcément dépressif, je ne dis pas non plus qu'il ne l'est pas, ça n'est pas mon domaine d'expertise. Ce sera au médecin de décider à la fin. Dire que c'est un abus sans savoir exactement ce qu'il se passe, c'est tout aussi méprisant.

Tu m'as l'air endurci, j'en suis très contente pour toi! Tu te mets des coups de pied au cul ou tu demandes aux autres de t'en mettre : parfait. Tu penses que tout le monde a besoin de ça, mmm... Si je comprends bien, tu fais la chasse aux pleurnicheurs pour leur apprendre la vie (ah oui, ça c'est méprisant mais bon, personne n'est parfait).

Et bien, que dire? Merci?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yasuko

Comme je te comprends! J'ai choisi ce métier pour l'élémentaire et pas du tout pour la maternelle. Pourtant, on m'y a mise pendant deux LONGUES années. C'était atroce, j'avais pas d'idées, pas de motiv' et je ne supportais rien. Dur pour moi mais surtout dur pour les enfants.

Ton message m'interpelle aussi ! Comment as-tu fait pour tenir deux ans comme ça ? Parce que 6 mois, je trouve ça déjà long... Je vais être honnête en disant que si j'ai des coups de barre, je n'hésiterais pas à me mettre en arrêt. Je suis ZIL, je l'ai choisi pour bouger et on me met sur un remplacement de 6 mois en mater, le truc que je voulais pas ! En tant que ZIL, je devrais avoir ce choix de ne pas rester sur une classe si je ne le souhaite pas. Mais comment as-tu fait pendant deux ans ?

On s'égare alors je prends le temps de répondre à ta question. Comment j'ai fait? Je n'avais pas le choix donc j'ai fait ce que j'ai pu! Franchement, entre les poussées d'eczéma et les nausées du matin (et j'étais pas enceinte!), j'ai pris mon mal en patience en attendant des jours meilleurs. Je n'ai pas eu besoin d'arrêt maladie, je n'étais pas déprimée, juste démunie et pas motivée. Des collègues m'ont aidée avec mes preps, j'ai profité de mon temps libre autant que j'ai pu et un jour, ça a changé! J'ai eu des CM la troisième année puis des CP puis encore des CM et c'est un vrai bonheur! Si tu ne peux pas changer, tu n'auras pas trop le choix. Pense aux enfants qui ont besoin d'un maître qui leur donne le goût d'apprendre et les 6 mois (ou plus) seront vite passés. Bon courage!

Share this post


Link to post
Share on other sites
ceddup

Nous demander si on était au courant qu'on passait le concours pour la maternelle et l'élémentaire, c'est assez méprisant, si. Là n'est pas la question.

Je ne dis pas que notre collègue est forcément dépressif, je ne dis pas non plus qu'il ne l'est pas, ça n'est pas mon domaine d'expertise. Ce sera au médecin de décider à la fin. Dire que c'est un abus sans savoir exactement ce qu'il se passe, c'est tout aussi méprisant.

Tu m'as l'air endurci, j'en suis très contente pour toi! Tu te mets des coups de pied au cul ou tu demandes aux autres de t'en mettre : parfait. Tu penses que tout le monde a besoin de ça, mmm... Si je comprends bien, tu fais la chasse aux pleurnicheurs pour leur apprendre la vie (ah oui, ça c'est méprisant mais bon, personne n'est parfait).

Et bien, que dire? Merci?

Je suis déçu, je m'attendais à plus de répartie...

Je n'aurais pas la prétention de pouvoir apprendre la vie à qui que ce soit, tu comprends donc mal. Contrairement à toi, j'ai tenté de donner ma vision de la situation et de l'aider (et ouais !). Parce que, oui, il faut s'endurcir, que ce soit dans ce métier où l'on n'a aucune considération (que ce soit des parents ou de la hiérarchie) ou dans la vie, tout simplement qui est difficile. C'est un métier où l'on doit s'adapter, en permanence (à des locaux, à des personnalités d'élèves, à des niveaux d'enseignement...). Sans cette capacité d'adaptation, je vois mal comment s'épanouir dans ce métier. Je ne suis pas matheux et je ne prends pas forcément de plaisir à l'enseigner. Je fais quoi, j'appelle l'Inspecteur pour lui demander si je peux zapper les maths ? Bah non, j'essaye de faire au mieux et je m'adapte.

Tirer partie d'une situation problématique pour avancer, ce n'est pas être méprisant, juste sensé. Et pour le coup, c'est un vrai conseil.

6 mois, ça passe à une allure folle, surtout 6 mois dans une classe (semaine des 4 jours, vacances). Alors, pendant 6 mois, on prend sur soi (de toute façon, y'a pas le choix) et on fait au mieux.

Cela dit, stylo rouge (j'aime bien ce pseudo), si tu sens de l'animosité dans ce que je dis, on peut en parler en MP, parce que ce n'est pas le cas.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yasuko

Nous demander si on était au courant qu'on passait le concours pour la maternelle et l'élémentaire, c'est assez méprisant, si. Là n'est pas la question.

Je ne dis pas que notre collègue est forcément dépressif, je ne dis pas non plus qu'il ne l'est pas, ça n'est pas mon domaine d'expertise. Ce sera au médecin de décider à la fin. Dire que c'est un abus sans savoir exactement ce qu'il se passe, c'est tout aussi méprisant.

Tu m'as l'air endurci, j'en suis très contente pour toi! Tu te mets des coups de pied au cul ou tu demandes aux autres de t'en mettre : parfait. Tu penses que tout le monde a besoin de ça, mmm... Si je comprends bien, tu fais la chasse aux pleurnicheurs pour leur apprendre la vie (ah oui, ça c'est méprisant mais bon, personne n'est parfait).

Et bien, que dire? Merci?

Je suis déçu, je m'attendais à plus de répartie...

Je n'aurais pas la prétention de pouvoir apprendre la vie à qui que ce soit, tu comprends donc mal. Contrairement à toi, j'ai tenté de donner ma vision de la situation et de l'aider (et ouais !). Parce que, oui, il faut s'endurcir, que ce soit dans ce métier où l'on n'a aucune considération (que ce soit des parents ou de la hiérarchie) ou dans la vie, tout simplement qui est difficile. C'est un métier où l'on doit s'adapter, en permanence (à des locaux, à des personnalités d'élèves, à des niveaux d'enseignement...). Sans cette capacité d'adaptation, je vois mal comment s'épanouir dans ce métier. Je ne suis pas matheux et je ne prends pas forcément de plaisir à l'enseigner. Je fais quoi, j'appelle l'Inspecteur pour lui demander si je peux zapper les maths ? Bah non, j'essaye de faire au mieux et je m'adapte.

Tirer partie d'une situation problématique pour avancer, ce n'est pas être méprisant, juste sensé. Et pour le coup, c'est un vrai conseil.

6 mois, ça passe à une allure folle, surtout 6 mois dans une classe (semaine des 4 jours, vacances). Alors, pendant 6 mois, on prend sur soi (de toute façon, y'a pas le choix) et on fait au mieux.

Cela dit, stylo rouge (j'aime bien ce pseudo), si tu sens de l'animosité dans ce que je dis, on peut en parler en MP, parce que ce n'est pas le cas.

Appeler l'inspecteur pour zapper les maths? Ah! Ah! J'y avais jamais pensé mais ça pourrait m'arranger à l'occasion! Bien sûr qu'on s'adapte et bien sûr qu'on s'endurcit(heureusement d'ailleurs, si on veut faire ce boulot). Je comprends mal peut-être, ou tu t'exprimes mal, c'est selon.

D'ailleurs, tu précises ta pensée en disant qu'il n'y a pas d'animosité, tu considères donc que stylo rouge aurait pû avoir un doute. Et finalement, on dit la même chose dans les derniers messages. On est d'accord sur le fond mais j'ai trouvé ta façon d'exprimer les choses un peu radicale, surtout envers quelqu'un qui est peut-être destabilisé. Ca ne marche pas avec tout le monde ces méthodes, je pense. C'est ma vision des choses (je ne comprends pas ton "contrairement à toi", ma vision des choses est exprimée, elle est juste différente de la tienne, ça doit être ça).

Pour finir sur ma répartie et bien, oui, c'est possible que ce soir, lundi, après une journée de boulot, je ne sois pas dans ma meilleure forme. Mais on se retrouvera à l'occasion j'en suis sûre!

C'est pas tout ça mais y'en a qui bossent demain alors merci pour cet échange sarcastico-vigoureux (de toute façon, y'avait rien à la télé) et n'oubliez pas d'éteindre la lumière en sortant!

Share this post


Link to post
Share on other sites
profette
Et non tenter, en vain, des démarches auprès des IEN qui n'en ont rien à branler de ce genre de convenance personnelle.
pas du tout... mon IEN m'avait répondu "quand on peut faire des choix intelligents, pourquoi ne pas les faire?" c'est vrai ça... certains préfèrent la mater, d'autres l'élémentaire... si on peut en satisfaire qquns, why not?

Share this post


Link to post
Share on other sites
ceddup
Et non tenter, en vain, des démarches auprès des IEN qui n'en ont rien à branler de ce genre de convenance personnelle.
pas du tout... mon IEN m'avait répondu "quand on peut faire des choix intelligents, pourquoi ne pas les faire?" c'est vrai ça... certains préfèrent la mater, d'autres l'élémentaire... si on peut en satisfaire qquns, why not?

Ils sont loin de tous raisonner ainsi, malheureusement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
flyingking
A parce que le triple niveau, c'est une galère qui nécessite un joker ?

Et bien, vous devriez venir en Ardèche !!!

Du tout ! j'ai déjà eu une classe unique d'ailleurs à la semaine et je m'en suis sorti comme j'ai pu (merci à la titulaire dont l'organisation de classe était parfaite et qui m'a bien aidé...)

Je dis ça parce qu'un remplacement en maternelle et sur 6 mois semble l'inquiéter. J'en déduis qu'un remplacement long dans un triple niveau (pour peu qu'on n'ait pas l'habitude de gérer les multiples niveaux) risquerait d'être aussi problématique...

Share this post


Link to post
Share on other sites
mra

J'ai été remplaçante 4 ans et n'ai jamais refusé de remplacement ni en mater ni en prison ni en rien du tout

Je suis super consciente des lois qui me régissent (circulaires de 1983......) et de mes missions

Cependant je ne connais pas l'histoire de Stylo rouge et je conçois aisément qu'il se sente mal en mater et surtout pour un mec (je sais ça fait sexiste)

Stylo rouge: j'apprécie ton humilité face à cette difficulté qui t'envahit

Tu as tout mon respect parce que tu ne dénigres pas les enfants, tu ne déniqres pas le travail qui est fait en mater, tu reconnais juste modestement que tu risques d'y être en difficulté et que ce n'est bon pour personne

Si tu exposes les choses comme cela et qu'à côté de cela tu n'es pas du genre à refuser les autres remplacements (spécialisé) et si en plus tu peux le "prouver" (si t'es remplaçant depuis longtemps et que tu n'as jamais refusé de mission), je penses que oui tu peux aller en parler à l'IEN (enfin dis pas que le dirlo t'a pris en grippe)

Nous avons tous nos failles, et l'important est de les connaître, d'y remédier si on peut, sinon tant pis.

Peut-être suis-je trop indulgente avec moi-même...

Share this post


Link to post
Share on other sites
stylo rouge

Bon j'ai lu tout ce qui était écrit plus haut et je ne sais pas trop quoi penser... Pour ma part, je n'ai pas tenté le coup avec l'IEN parce que je sais que ça ne sert à rien. On m'aurait ressorti le truc habituel ("Vous êtes polyvalent, capable d'enseigner de la PS au CM2 et patati et patata..."). Maintenant, le truc, c'est que des gars en mater, il y en a quand même très très peu. Je pense que pour beaucoup d'entre nous, ce n'est tout simplement pas notre truc. Une ATSEM m'a dit, qu'en 6 ans, il n'y a eu qu'un seul maître avant moi dans toute l'école ! Je ne comprends pas pourquoi l'IEN m'a mis sur un tel type de remplacement alors que je pense qu'il y avait plein de nanas qui étaient peut-être motivées. Surtout avec les nouveaux PES. Je suis allé sur St-Denis en m'attendant à tomber sur des classes difficiles et ça, paradoxalement, je gère alors que je ne suis pas forcément à l'aise avec des bambins de 3-4 ans. Sans vouloir être prétentieux, si on m'avait mis sur du spécialisé, j'aurais pris le boulot sans râler. Mais la mater, c'est vraiment trop spécial pour moi.

Maintenant, le boulot, je peux le faire et j'ai peut-être un peu exagéré en parlant de dépression. Après le truc, c'est que j'ai demandé un poste de ZIL pour ne pas être bloqué comme ça sur des longs remplacements et pour bouger un peu mais ce que je constate, c'est qu'il n'y a quasiment plus de différences entre ZIL et brigades. Alors ça me fait rire quand les IEN se montrent très à cheval sur la polyvalence et les devoirs des PE mais on ne respecte même plus les statuts. J'aurais bien fait un remplacement d'une période, ça ne m'aurait pas dérangé mais là 6 mois, c'est long... Les gamins sont sympa en +... Le problème, c'est que c'est tellement la m... sur St-Denis qu'ils leur fallait absolument quelqu'un sur la classe. D'après le Snuipp, sur St-Denis, il y avait au moins 20 classes sans instits à la rentrée et je ne parle même pas des congés mater. Et quand je vois des instits sans classe à la rentrée dans d'autres départements, ça me fait halluciner.

Ça me permet de rappeler que je bosse dans le 93. Alors quand on me parle d'adaptation, qu'il faut arrêter de pleurer dans les chaumières, ça me fait bien rire. Je conseille aux collègues d'aller voir ce que ça donne dans certaines écoles. Je crois que les collègues ne se rendent pas compte des conditions dans lesquelles on travaille. Franchement, on ne fait pas le même boulot. Quand j'entends parler de triple niveau, de classe unique, je me dis qu'on n'a vraiment pas les mêmes préoccupations... Je vous échange une classe unique avec des gamins sympa contre un CM2 avec des fous furieux comme on peut en avoir en Seine-Saint-Denis. Les plus sceptiques pourront peut-être penser que j'exagère mais je leur propose d'écouter ce que me racontent des collègues qui ont réussi à avoir leur permut'...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yasuko

Ça me permet de rappeler que je bosse dans le 93. Alors quand on me parle d'adaptation, qu'il faut arrêter de pleurer dans les chaumières, ça me fait bien rire. Je conseille aux collègues d'aller voir ce que ça donne dans certaines écoles. Je crois que les collègues ne se rendent pas compte des conditions dans lesquelles on travaille. Franchement, on ne fait pas le même boulot. Quand j'entends parler de triple niveau, de classe unique, je me dis qu'on n'a vraiment pas les mêmes préoccupations...

Et là, on remercie Ceddup pour ses bons vrais conseils qui t'ont vraiment aidé. Trop fort!

Share this post


Link to post
Share on other sites
ceddup

Ça me permet de rappeler que je bosse dans le 93. Alors quand on me parle d'adaptation, qu'il faut arrêter de pleurer dans les chaumières, ça me fait bien rire. Je conseille aux collègues d'aller voir ce que ça donne dans certaines écoles. Je crois que les collègues ne se rendent pas compte des conditions dans lesquelles on travaille. Franchement, on ne fait pas le même boulot. Quand j'entends parler de triple niveau, de classe unique, je me dis qu'on n'a vraiment pas les mêmes préoccupations...

Et là, on remercie Ceddup pour ses bons vrais conseils qui t'ont vraiment aidé. Trop fort!

Il est vrai que tes conseils ont été d'un grand secours également ! Lâche-moi, tu veux. S'il a vraiment été vexé par mes propos (ce que je ne pense pas), il me le dira.

Et puis, en classe unique, tu peux avoir des cas aussi. C'est souvent que, dans les petits villages, les familles accueillent des enfants placés aux situations compliquées. Rien de comparable au 93, évidemment, mais ça n'est pas non plus "La petite maison dans la prairie". Sans parler des parents qui ont la main mise sur l'école, les maires agressifs et l'isolement (pour ma part, j'étais à 30 minutes de toute civilisation pour mon année de T1).

Share this post


Link to post
Share on other sites
stylo rouge

Bon, je crois qu'il va falloir arrêter de se crêper le chignon parce qu'on est collègues avant tout donc il faut rester solidaires. Franchement, je ne l'ai pas très bien pris pour répondre à Ceddup. Dans un cas similaire, j'ai eu le même discours que toi pour une collègue qui craquait en CM1-CM2 alors que je trouvais ses élèves plutôt sympa par rapport aux miens. Je lui ai dit de ne pas se laisser faire, etc. mais les grands, ce n'était pas son truc et elle a fini par échanger avec une collègue de la mater d'à côté. Et d'ailleurs, les mater, c'était son truc à elle et depuis, elle n'est jamais revenue en élémentaire. Tout mon contraire. Je n'imaginais pas retourner en mater pour une période aussi longue. Je me disais bien que j'allais faire quelques remplacements de courte durée mais pas attaquer l'année avec un remplacement de congé mater en MS. Bref, de toute façon, je l'ai accepté puis j'attends février avec impatience. Mais je continue de penser qu'on fait deux boulots différents qu'on soit en mater ou en élémentaire.

Pour les classes uniques, je ne connais pas effectivement donc j'ai peut-être tendance à mésestimer le truc. Les parents peuvent être effectivement relous et les gamins aussi, sans parler de l'isolement. Maintenant, nous dans le 93, on bosse vraiment dans des conditions particulières et ça, tout le monde peut aisément imaginer le truc. Le stress de la vie en RP, le RER, la misère dans les cités... Je suis Francilien depuis toujours, ayant grandi en cité... Je suis habitué et je continue de penser que ça reste difficile. Volubilys, tu viendrais dans le 93 toi ? Tu sais ce que c'est le RER ? Moi j'ai l'impression d'être né dedans, tu vois le délire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yasuko

Je suis certaine également que ton boulot et ton environnement sont particuliers par rapport aux miens par exemple. J'ai eu mon lot de difficultés bien sûr, le summum ayant été une maman m'accusant de violence sur sa fille avant de se retracter (heureusement!) et d'avouer qu'elle me tenait pour responsable des difficultés de sa fille (dyslexique lourde, oui, ça doit être de ma faute!). Bref, les langues de vipère, les gamins dans des situations terribles (incestes, violences, etc.) sont aussi des réalités ici.

Cependant, il me semble que ce n'est pas un concours pour savoir qui a le métier le plus difficile, n'est-ce pas? Tout ce que je voulais, c'est t'apporter un peu de soutien. Je n'aime pas la maternelle, il n'y a pas de concours spécial élémentaire donc on n'a pas le choix. C'est difficile de travailler dans un environnement qui ne nous plaît pas (surtout que tu étais prêt à prendre des postes difficiles). Tu vas être 6 mois dans cette classe, fais au mieux! Un jour, tu auras ce que tu voudras, comme moi, avec un niveau que tu auras choisi et là, tu redécouvriras les joies de ce métier! Je te le souhaite en tout cas!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...