Jump to content
lemaître

Selon la maîtesse, mon fils s'ennuie à l'école....

Recommended Posts

lemaître

Mon fils vient de faire sa première rentrée en PS cette année. Depuis le début de l'année il pleure pour y aller, en faisant des crises pour rester à la maison. Lorsqu'il arrive à l'école, il pleure à nouveau, se calme pendant le travail mais pleure en récréation.

Etant moi-même professeur de écoles, je me suis dit qu'il faisait comme beaucoup d'élèves qui pleurent le matin à la rentrée : culpabiliser ses parents.

Ca s'était à peu près calmer en octobre. Jusque là : normal.

Depuis peu, notre situation personnelle fait que nous devons le laisser à la cantine le midi et le laisser à la sieste l'après-midi.

Depuis ce temps, et l'arrivée de sa 2e soeur, les pleurs ont resurgis.

Je constate depuis quelques années que les enfants de PS sont très sensibles à l'arrivée d'un autre enfant dans la famille et qu'à certains moments, leur comportement change.

Donc je ne me pas inquiéter, me disant que c'était normal.

Et aujourd'hui la maîtresse a dit à la personne qui est venue le chercher qu'il pleurait souvent après le travail, car il finissait toujours avant les autres et.....s'ennuyait!

(Effectivement, vu le travail constaté dans le cahier et les activités proposées, on ne peut que la croire... mais ça, c'est personnel)

Je n'ai pas osé lui dire qu'il fallait corser un peu les choses, ou lui donner un travail supplémentaire, ou l'orienter vers des jeux plus compliqués, cela ferait prétentieux et ce n'est pas à moi de lui dire ces choses je pense.

Il a dit ce midi à sa mère qu'il n'apprenait rien à l'école et qu'il ne voulait pas y retourner....

Bref, mon fils s'ennuie.

J'ai pas trop envie de saouler l'instit' avec ça, prendre RDV ou écrire un mot,.... je sais pas trop quoi faire et je n'ai pas de solutions.

Que feriez-vous?

Share this post


Link to post
Share on other sites
melindab

Bonsoir,

J'ai ma fille en petite section cette année, l'an dernier elle a effectué une très petite section (c'était la seule dans ce cas). Cette année il y a eu une nouvelle maîtresse et de nouveaux élèves en petite section (classe PS/MS/GS). Du coup au début elle s'ennuyait et sans vouloir passer pour l'instit qui pense que sa fille est "++", j'ai finement suggéré à ma fille de demander à sa tata (atsem) quand elle avait finit son travailler de lui demander si elle pouvait faire un peu de travail de "moyen".

Cela a fonctionné et en décembre lorsque mon mari a été au bilan des compétences avec la maîtresse elle lui a dit que notre fille travaillait très bien et qu'elle faisait également du travail de moyenne section.

Voilà ! Effectivement lorsque nous sommes prof, cela n'est pas évident je pense de dialoguer avec les profs de nos enfants. Enfin pour ma part !

Bonne soirée.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Clémentine90
J'ai pas trop envie de saouler l'instit' avec ça, prendre RDV ou écrire un mot,.... je sais pas trop quoi faire et je n'ai pas de solutions.

S'il y a mal être de l'enfant (il pleure), pas d'autre choix que d'en parler entre adultes : parents et maitresse ... Envoyer la maman si elle n'est pas enseignante ... ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Maîtresse du 37

Mon fils n'a jamais manifesté d'angoisse ou de non envie d'aller à l'école alors on a laissé faire les maitresses comme elles le sentaient. Mais il est vrai que quand on voyait le travail qu'il faisait à l'école on se disait qu'il ne devait pas s'éclater. (compter et dénombrer jusqu'à 2 quand on compte déjà jusqu'à 30 en PS c'est un peu léger :lol:) Mais bon on ne voulait pas du tout passer pour les parents pénibles qui mettent leur enfant en avant et qui le croient en avance parce que fils d'enseignants. Donc on n'a rien dit. Résultat il a fait une PS où il n'a rien appris (mais il ne s'en ai jamais plaint), la maitresse souhaitait le mettre en PS-MS et puis à la rentrée surprise il était en MS (bon on a rien dit encore une fois, on fait confiance et on laisse faire) et là en MS il sait presque lire donc la maitresse nous a convoqués et nous propose de le mettre dans la classe de MS-GS pour qu'il glisse en GS.

Maintenant s'il avait stressé, s'il avait pleuré comme ton fils j'aurais pris RDV direct avec la maitresse pour lui en parler et voir ce que l'on pouvait mettre en place. N'&attends pas car ça peut prendre du temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites
carrie62

Je pense que le conseil d'envoyer la maman, si elle n'est pas enseignante, serait une bonne solution. Le fait qu'un enfant, qui plus est en maternelle, s'ennuie et ne veut pas retourner à l'école ne présage rien de bon.

Dans ma famille, j'ai eu l'an dernier le cas d'une petite cousine en CP qui avait pour la deuxième année la même maîtresse (petite école d'où des cours triples). Le courant ne passait pas du tout et elle était placée avec ses "copains" des sacrés loustics qui préfèrent rigoler et embêter le monde. La maîtresse est connue pour ne pas supporter le "bruit" dans sa classe. La maîtresse n'a jamais voulu la changer de place mais a continué à lui râler dessus. Les résultats se sont dégradés tout au long de l'année et elle ne voulait plus aller à l'école. Au mois de juin, j'ai discuté avec les parents et je leur ai conseillé de la changer d'école pour celle du village d'à côté. Ils ont demandé à voir la psy du CMPP qui a confirmé ma proposition. Cette année, changement radical de comportement: elle ne traîne plus les pieds le matin mais, au contraire, c'est elle qui est prête la première!!! Elle a de très bons résultats. Ses ami(e)s lui manquent mais elle peut les voir le week-end ou pendant les vacances.

Share this post


Link to post
Share on other sites
calia

Si ton fils se sent mal, il faut en parler avec la maîtresse. En plus, là, c'est elle qui lance la perche en disant qu'il s'ennuie, donc je pense que vous n'allez pas passer pour les parents qui sont persuadés que leur enfant est un prodige!

Mon fiston (MS) est très en avance sur les apprentissages, la maîtresse l'a vu aussi, mais comme il est épanoui dans sa classe, il n'y a pas de raison de se poser trop de question pour l'instant. Il adore ses copains, il adore jouer... Mais bon, j'ai quand même peur qu'à un moment le décalage deviennent très important : il sait déjà déchiffrer et encoder des syllabes simples!

Share this post


Link to post
Share on other sites
mra

Moi aussi je prendrais rendez vous avec la maitresse pour voir comment envisager les choses...Il y a de multiples causes à l'ennui d'un enfant en classe, et aussi de multiples façons d'envisager la suite des évènements.

Mais franchement il faut agir. Ne laisse pas ton enfant souffrir comme ça. Je sais bien, on est mal car on est enseignants ET parents. Mais effectivement c'est elle qui a tendu la perche, après tout.

Les collègues, à part une fois, m'ont toujours parlé comme maman au sujet de ma puce, mais comme collègue sur des tas d'autres sujets (on papotait, on se refait pas). Et heureusement d'ailleurs. Donc y'a pas de raison.

Et bon courage, en tant que parent, savoir son gamin mal toute la journée à l'école, c'est pas l'enfer mais ça s'y rapproche parfois, je sais de quoi je parle. (Mais ma fille commence à y être bie,: en CE2 c'est pas dommage)

Share this post


Link to post
Share on other sites
éowin
J'ai pas trop envie de saouler l'instit' avec ça, prendre RDV ou écrire un mot,.... je sais pas trop quoi faire et je n'ai pas de solutions.

S'il y a mal être de l'enfant (il pleure), pas d'autre choix que d'en parler entre adultes : parents et maitresse ... Envoyer la maman si elle n'est pas enseignante ... ?

+1

D'autant que la maîtresse, semble-t-il se pose aussi des questions.

Share this post


Link to post
Share on other sites
sandrine66

Oui c'est important d'en parler, quitte parfois à passer pour une chi*** même si dans ton cas la maîtresse a l'air de déjà se pencher sur la question.

Dès le début de la scolarité de mon fils nous avons dû demander des entretiens avec les maîtresses car le titi ne voulait pas aller à l'école, se sentait seul, était très agressif en sortant de l'école mais enfilait le costume du parfait petit écolier en arrivant et donc était en souffrance. Souffrance largement minimisée à l'école car il était "si parfait" (au niveau comportement)

Je n'ai jamais regretté d'avoir fait ces démarches, même si parfois ça m'a couté (quand on a en face une personne qui nous culpabilise, nous enfonce pas facile) et je sais que j'aurais encore à le faire (encore cette année, la maîtresse trouve mon fils à l'aise, alors que lui ne veut pas aller à l'école, dit qu'il n'a pas de copain, explose à la maison le soir et que sa psy trouve très mal intégré d'après ce qu'il dit)

Et malgré tout je continuerai de passer pour la ch*** parce que savoir à quoi ressemble ses journées à l'école (il est arrivé en CP avec un an d'avance en lisant couramment et il suit la lecture avec les autres, aucune différence) ben ça me ronge ...

Bon courage à toi. Tiens nous au courant!

Share this post


Link to post
Share on other sites
lemaître

ben figurez-vous que j'ai croisé la maîtresse !!

Effectivement, mon fils s'ennuie (ce sont ses mots) parce qu'elle passe beaucoup de temps avec les élèves en difficulté et donc pas de temps avec lui.

Il ne veut pas faire des puzzle et passe une bonne partie de la matinée à faire des dessins qu'il ne peut pas ramener à la maison.

Je lui ai demandé si je pouvais lui fournir ses livres pour l'occuper mais non, il y en a assez dans la classe.

Elle est aussi contre lui donner un travail supplémentaire "Ce n'est pas la solution!"

Lui compliquer son travail ? non plus...

Ben on laisse comme ça alors? Oui, on verra si ça va mieux avec le temps...

Elle me rassure en me disant qu'il n'a pas de problème avec les apprentissages, mais je suis pas plus rassuré.

Finalement, y'a pas d'autres choix pour elle que d'espérer qu'il s'y fasse.

Quant à ma femme, elle est aussi enseignante.

Share this post


Link to post
Share on other sites
mra

Je ne comprends pas bien la démarche de cette collègue.

Share this post


Link to post
Share on other sites
éowin

Je ne comprends pas bien la démarche de cette collègue.

idem

Share this post


Link to post
Share on other sites
sandrine66

Je ne comprends pas non plus ... d'autant que je suis un peu dans ce cas de figure ... "non pas d'activités différenciées pour la lecture, il aura du temps libre sinon qu'il prépare un exposé "

Courage à votre fils !

Share this post


Link to post
Share on other sites
natou59

Attention ...un enfant peut être HP ou être en avance à un certain moment...Il faut, je pense avoir un regard du psy ...S' il y a saut de classe très tôt pour un enfant " juste en avance très tôt ( en maternelle par exemple) il peut y avoir retour du boomrang ( et là ça fait mal) à l'adolescence!!!Donc les tests semblent nécessaires chez un psy ou en institut pour déterminer le degré de précocité et envisager ainsi la scolarité adéquate à chaque enfant.....Je parle en connaissance de cause....3 enfants concernés dont un très HP ... tous ados...mais tous dans leur tranche d'âge......Et comme j'ai bien fait!!!Mais cela concerne mon histoire ,c'est juste pour vous dire que ...Faut prendre le temps de réfléchir!! Et aller voir les bons professionnels ! Etre HP , ce n'est pas facile...Bon courage..

Share this post


Link to post
Share on other sites
mra

Personnellement je suis plutôt contre les sauts de classe, sauf cas spécifiques et drôlement accompagnés. Je pense qu'un être humain s'il a développé des compétences dans un domaine c'est au détriment d'un autre.Et je ne crois pas que ce soit ce dont il est question ici.

Je crois qu'il est plus judicieux d'accompagner la personne dans son domaine où il est avancé mais de voir où il ne l'est pas pour l'aider.

Ca coute quoi de faire quelquechose de spécifique pour ce gosse là. Elle s'occupe de ceux qui sont en grande difficulté sur le plan scolaire, ben faut AUSSI s'ocuper de ceux qui sont peut-être en avance sur certaines choses scolaires mais pas sur autre chose.

Un enfant n'a pas à venir à l'école la boule au ventre, c'est pas normal.

Share this post


Link to post
Share on other sites
muralth

Personnellement je suis plutôt contre les sauts de classe, sauf cas spécifiques et drôlement accompagnés. Je pense qu'un être humain s'il a développé des compétences dans un domaine c'est au détriment d'un autre.Et je ne crois pas que ce soit ce dont il est question ici.

Je crois qu'il est plus judicieux d'accompagner la personne dans son domaine où il est avancé mais de voir où il ne l'est pas pour l'aider.

Ca coute quoi de faire quelquechose de spécifique pour ce gosse là. Elle s'occupe de ceux qui sont en grande difficulté sur le plan scolaire, ben faut AUSSI s'ocuper de ceux qui sont peut-être en avance sur certaines choses scolaires mais pas sur autre chose.

Un enfant n'a pas à venir à l'école la boule au ventre, c'est pas normal.

Et quand l'enfant n'a aucun domaine "déficitaire" ? Je parle en tant que mère d'une enfant qui vient de faire un deuxième saut de classe la semaine dernière. Nous ne sommes pas particulièrement enthousiastes à cette idée, mais la situation n'est plus tenable pour elle. Elle vient donc de passer en CM1, retrouve le plaisir d'apprendre, de rencontrer la nouveauté.

Je pense qu'il y a aussi des niveaux plus ou moins faciles à "supporter" pour des enfants HP : le CE2 comporte beaucoup de redites, le CM2 aussi, alors que le CM1 a des contenus riches dans beaucoup de matières. Pfff...compliquées, ces histoires-là !... On ne saura de toutes façons si on a bien fait que dans de nombreuses années...

Share this post


Link to post
Share on other sites
lemaître

Désolé mais j'ai beau "suivre le sujet", je n'ai pas eu de mails m'indiquant les réponses.

Je ne pense pas que mon fils soit prêt à faire un saut de classe. J'ai des MS et je constate qu'il n'est pas du tout du niveau des MS actuellement et serait perdu avec des plus grands. Il a les capacités de faire de la fin de PS, mais pas plus je pense.

Ce qui m'embête par dessus le fait qu'il n'aprenne rien, c'est qu'il y va à reculons parcequ'il pense qu'il n'apprend rien.

Je ne comprends pas non plus la démarche de la maîtresse : elle sait qu'il s'ennuie, le constate et m'en parle, mais elle ne propose rien pour autant.

D'un autre côté, si elle lui donne du travail de MS, il va se retrouver en échec : pas bon non plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
mra

Et quand l'enfant n'a aucun domaine "déficitaire" ? Je parle en tant que mère d'une enfant qui vient de faire un deuxième saut de classe la semaine dernière. Nous ne sommes pas particulièrement enthousiastes à cette idée, mais la situation n'est plus tenable pour elle. Elle vient donc de passer en CM1, retrouve le plaisir d'apprendre, de rencontrer la nouveauté.

Je pense qu'il y a aussi des niveaux plus ou moins faciles à "supporter" pour des enfants HP : le CE2 comporte beaucoup de redites, le CM2 aussi, alors que le CM1 a des contenus riches dans beaucoup de matières. Pfff...compliquées, ces histoires-là !... On ne saura de toutes façons si on a bien fait que dans de nombreuses années...

Ben là il s'agit de ce que j'appelle les cas spécifiques. Mon neveu a un an d'avance mais de toutes façons même physiquement il a l'air d'être le plus vieux de la classe. Il devenait violent, depuis qu'on lui a fait sauter une classe c'est un petit ange d'amour et il a découvert certaines difficultés. Dans ton cas pas de raison de regretter je pense puisque ton enfant a l'air heureux maintenant. Et même plus tard il ne faudra pas regretter puisque la solution à l'instant "T" a résolu le problème. Si plus tard cela ne convient plus ce sera parceque plus tard il y aura un soucis qui fait que. Mais faut pas regretter si l'enfant est bien dans ses pompes.

Je pense seulement qu'avant d'envisager ce genre de solution, faudrait quand même bien essayer de résoudre le problème autrement et redonner l'appétence à cet enfant!

Je pense que si en maternelle on ne se donne pas la chance de sortir un peu des sentiers battus pour trouver des solutions et que le fils de Lemaître aime aller à l'école, ben c'est bien dommage, non?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Je ne suis pas pro ou contre les sauts de classe, ce que je n'admets pas, c'est la mode actuelle qui est de pousser un enseignant à faire sauter une classe à son enfant puis, une fois dans le niveau supérieur, "gonfler" celui du dessus pour demander un aménagement car l'enfant n'est pas mûr ...

Je trouve également qu'il est bien plus simple de faire sauter un niveau de maternelle que le CP.

Et en ce qui concerne l'intérêt d'avoir un an d'avance, voici une petite anecdote :

J'ai, il y a quelques années, ayant un CP, insisté pour que deux de mes élèves passent directement au CE2.

Je les ai vus débarquer dans ma classe en septembre sachant lire couramment de longs textes, avec le ton, sachant écrire en cursive sans problème une vingtaine de lignes, répondre aux questions de compréhension complexes, additionner, soustraire, ...

Bref, j'ai demandé à mes collègues de CE1 de les prendre, ne serait-ce que le matin. Refus.

Je leur ai donc fait faire le programme de CE1 tout au long de l'année malgré mon CP chargé.

Ils sont passé au CE2, avec l'aval du psychologue scolaire (mais je je pense qu'aucun des deux n'a passé de test de QI), et, malgré les réserves des bien-pensants, tout s'est très bien passé, y compris dans leurs classes. Ils ont suivi normalement, sans adaptation.

J'ai eu des nouvelles régulièrement par la suite : aucun soucis de travail ni de maturité, y compris à l'adolescence et, quand ils ont eu leur bac, avec des mentions très bien, les parents m'ont remerciée car grâce à cette année d'avance, ils ont pu intégrer de bonnes prépas sur dossier, "grillant" des élèves de même niveau mais ayant le bon âge, et surtout, ils ont eu une priorité sur l'hébergement gratuit, ce qui n'est pas du luxe.

En conclusion, pour moi, la précocité n'est pas une maladie ni un handicap. C'est une chance.

On doit "donner à manger" à ceux qui ont faim et raccourcir la scolarité, si besoin, mais sans "faire de manière".

Je ne comprends donc pas non plus l'attitude de cette enseignante.

En parlant, elle a participé à créer un problème là où il ne me semble pas qu'il y ait besoin d'en avoir un.

J'ai eu des petites sections de maternelle et dans toutes les classes, 2-3 élèves sortent du lot.

J'ai donc été beaucoup plus exigeante à leur égard qu'à celui des autres sur la formulation des réponses, sur l'attitude face au travail, sur l'autonomie : se moucher, s'habiller, fermer le blouson, se chausser, expliquer tout ça aux camarades ...

On peut mener rendre des moments de regroupement très enrichissants pour des élèves vifs. Ils peuvent apporter des objets, raconter des évènements, avoir des responsabilités spéciales, les accrocher grâce aux arts, ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
mra

Ca n'avancera pas le problème de Lemaître mais Goêllette j'aimerais fichtrement bien avoir une collègue comme toi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Ca n'avancera pas le problème de Lemaître mais Goêllette j'aimerais fichtrement bien avoir une collègue comme toi.

:blush: :blush:

Pourtant, je ne suis pas sûre d'être une bonne PE au sens qu'on lui donne maintenant.

Je ne sais pas réciter par coeur le nom des piliers du socle, ni déchiffrer les fiches de préparation des jeunes, pas plus que de fabriquer leurs livrets d'évaluation ...

Par contre, c'est vrai que je suis en bonne relation avec nombre de mes ex parents d'élèves et élèves.

Je revois aussi ceux avec qui j'ai eu quelques soucis, entre autre pour quelques unes des situations évoquées plus haut ("Mon enfant est surdoué, ou hyperactif (ou les deux), c'est pour ça qu'il est turbulent, ne travaille pas et vous manque de respect, donc vous êtes une mauvaise prof parce que vous ne voulez pas vous adapter à lui."), et c'est curieux car ... malgré leur passage dans des classes correspondant à leur idée de la pédagogie (ou avec des PE qui, pour avoir la paix avec eux, laissaient les petits ne rien faire et ne signalaient pas la difficulté)... leurs enfants n'ont réussi leurs études par la suite !

Je trouve cela vraiment dommage pour eux, surtout dans la conjoncture économique que nous vivons, car dans la vie professionnelle réelle, il n'est plus question d'adaptation.

Share this post


Link to post
Share on other sites
mra

Ben ouais mais justement moi pareil plus si jeune, plus tant dans le coup. On doit être de la même période.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Probable ...

Je connais un enseignant qui n'arrive pas à se faire respecter de ses élèves, qui s'agitent du matin au soir, et qui ont pris un retard phénoménal sur le programme.

Mais quand je lis son livret d'évaluations, j'avoue ne pas comprendre les intitulés de la moitié des compétences qu'il compte(ait) évaluer ... :cry:

Question de génération ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
lemaître

effectivement, question de génération....

Je suis de la nouvelle, et je comprends les "anciens" qui ne se retrouvent pas dans les nouveaux textes. J'ai une collègue qui est encore "instit", qui le revendique pour ne pas se mélanger...

Certes, les mots sont différents, mais les objectifs restent grossièrement les mêmes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
clag

effectivement, question de génération....

Je suis de la nouvelle, et je comprends les "anciens" qui ne se retrouvent pas dans les nouveaux textes. J'ai une collègue qui est encore "instit", qui le revendique pour ne pas se mélanger...

Certes, les mots sont différents, mais les objectifs restent grossièrement les mêmes.

En PS une fois le travail terminé ne peut il pas aller dans les coins jeux ou sortir des jeux d'emboitement ou autre??

Peut-être n'est il pas attiré par les "jeux" avec les copains, est il plutôt solitaire?

Je peux comprendre que le "travail" ne le fascine pas mais qu'il s'ennuie en classe en PS...

Après ça dépend de comment on s'organise mais le jeu est tellement important à cet âge...

Et en PS il n'y a pas que des puzzles...ou alors c'est triste..

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Certes, les mots sont différents, mais les objectifs restent grossièrement les mêmes.

J'espère bien, mais quand je m'aperçois de la baisse catastrophique des résultats et de la capacité de travail des élèves, à milieu égal, je me demande si la façon d'essayer de les atteindre est pertinente et si le temps que nous passons en "réunionnite", à couper les cheveux en quatre, ne serait pas plus utile ailleurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
lemaître

Depuis cette histoire, j'ai radicalement changé ma façon de travailler avec les enfants de ma classe : je m'occupe autant des élèves en difficulté que des élèves qui ne le sont pas ou qui sont demandeurs.

C'est vrai que je n'y faisais pas attention particulièrement mais il m'arrivait aussi de laisser ces enfants plus avancés "sur le carreau".

Depuis, j'ai mis en place un classeur avec des activités photocopiées, pour le coup, pour les enfants qui ne jouent pas après leur activité et qui veulent travailler. C'est au choix et à la disposition, ça va de découpages à écritures (même si je n'aime pas donner de l'écriture en autonomie...) ou des jeux de construction avec modèles à reproduire. Tout ça fain qu'aucun enfant ne s'ennuie dans la classe.

On verra si ça porte ses fruits.

Ceci dit, j'ai l'impression de creuser encore plus les différences de niveaux. Les plus avancés vont plus vite progresser pendant que d'autres enfants iront jouer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Ceci dit, j'ai l'impression de creuser encore plus les différences de niveaux. Les plus avancés vont plus vite progresser pendant que d'autres enfants iront jouer.

Il faut aussi, en parallèle, "booster" les plus faibles, car à force d'être assistés, ils arrêtent de faire des efforts alors qu'en général, ils peuvent vraiment beaucoup plus !

Share this post


Link to post
Share on other sites
lemaître

Salut!

Je remonte ce post qui date de pile 1 an!!!

La nouvelle maîtresse m'a convoqué, pour les mêmes raisons..... c'est la re-belote.

Il s'agit cette fois d'un "problème" légèrement différent. Donc cette année il est en MS (double niveau MS-GS).

Elle est en train de faire les bilans et se rend compte qu'il a plus que largement le niveau puisqu'il réussi les éval de GS.

Mon fils fait le travail demandé en MS en 3 minutes et s'ennuie le reste du temps. Il ne pleure plus à l'école, a priori sa nouvelle maîtresse lui convient bien mieux. Il s'occupe dorénavant et va jouer de plus en plus dans la classe.

D'après la maîtresse, il a le niveau d'un fin de GS, mais pas la maturité affective.

Donc, qu'en fait-on?

Elle a peur qu'il finisse par s'ennuyer et que ça le dégoûte de l'école mais d'un autre côté elle pense qu'il est trop "jeune" pour aller en CP à la prochaine rentrée.

Elle me demande ce que j'en pense et je suis un peu perdu.

D'un côté les collègues me disent qu'il risque de se retrouver qu'avec des grands (et la classe des GS qui passe en CP est difficile) et se sentir perdu voir en échec et d'autres qui me disent qu'il faut mieux sauter pour qu'il trouve de l'intérêt à l'école.

Il est dans les mêmes situations dans la vie. Au sport, il est trop débrouillard pour aller avec des enfants de son age, mais trop faible physiquement pour aller avec les grands.

A la garderie c'est pareil : il est dans le groupe des grands pour les activités calmes (constructions, puzzles etc.) mais trop petit pour jouer au foot par exemple.

Ma femme pense qu'un saut est mieux, et moi je ne suis pas très chaud. Pour avoir fait quelques années en MS et en GS, je sais que ces 2 classes sont super importantes.

Qu'en pensez-vous?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bountygong

Mon fils avait le profil du tien : en avance intellectuelle, mais pas physique. Nous avons beaucoup hésité à lui faire sauter une classe, mais il manifestait tellement que la maternelle ne lui convenait pas qu'il a intégré le cp après seulement deux ans de maternelle.

Cela a été difficile pour lui d'autant que nous avons déménagé. La dysharmonie entre le physique et l'intellect lui a posé des soucis pour l'apprentissage de l'écriture (il n'a pas eu les bases acquises en GS, arrivant par le charme à esquiver les activités qui ne lui plaisaient pas : il négociait avec l'enseignante) et au niveau de ses relations avec ses camarades.

Il ne m'a jamais dit avoir regretté ce saut de classe, mais je ne suis toujours pas certaine que nous ayons pris la meilleur décision.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...