Jump to content

Elève violent et agression: que faire?


LeCastor
 Share

Recommended Posts


Dure matinée...


Je me suis fait insultée et frapper par un élève de ma classe. Ce petit est très souvent violent et impulsif vis à vis des autres enfants. Nous l'isolons régulièrement en récréation pour la sécurité des autres, il est grand en taille et a beaucoup de force. J'ai rencontré les parents plusieurs fois, évidemment.


Ce matin, il se levait et perturbait la classe, je lui ai demandé de s'asseoir, il a refusé, j'ai insisté, il a refusé encore puis a fini par aller s'asseoir en bousculant les tables sur son passage, et a sorti des élastiques à bracelets et un métier à tisser. Je lui ai rappelé qu'il y avait du travail à faire et que les jouets étaient interdits en classe, qu'il ferait ses bracelets pendant la récréation. il a commencé à m'insulter ("T'es une maîtresse qui pue, va te faire E*****"), je lui ai demandé d'arrêter immédiatement, qu'il n'avait pas le droit de m'insulter, il s'est levé et a commencé à balancer des tables, puis à me frapper. J'ai voulu l'isoler dans la pièce d'à côté, car j'ai eu très peur qu'il blesse un autre enfant avec les tables ou les coups. Il a continué à me frapper, et étant très costaud, je n'arrivais pas à le maîtriser, j'ai été obligée de le coucher au sol pour qu'il arrête de me frapper...


Il a fini par se calmer, j'ai appelé sa mère pour qu'elle vienne le chercher de suite. Je tremblais de partout devant tant de violence. Il m'a déjà fait une crise de ce genre mercredi dernier mais n'avait pas été jusqu'à me frapper ou m'insulter, je l'avais retenu pour qu'il ne frappe pas un autre enfant à qui il en voulait.


J'ai fais un courrier à l'Inspectrice pour l'informer. Maintenant, je ne sais pas trop quelle attitude adopter. Je ne sais pas si j'ai le droit de l'exclure quelques jours de l'école, quelles sanctions prendre? je pense faire une équipe éducative, mais comme d'habitude ça risque de ne mener à rien du tout...


La mère s'est montrée très compréhensive et choquée par le comportement de son fils.


Link to comment
Share on other sites

quel âge?

Chez nous, toute agression physique donne lieu à un dépot de plainte et à une demande de protection fonctionnelle. Ca permet de faire bouger les choses pour aider l'enfant et sa famille à agir.

Link to comment
Share on other sites

a ta place je porterai plainte histoire aussi de marquer le coup... on a en aucun cas le droit de taper un enseignant!

Link to comment
Share on other sites

Ici, on a une fiche de signalement d'événements urgent. Je préviendrai l'autonome, les membres du RASED, j'appellerai mon ien, et j'arrêterai une date d'EE avec présence de l'IEN.

Tu ne peux pas exclure l'élève de l'école.

Link to comment
Share on other sites

Il a 7 ans (CE1)

J'ai appelé les syndicats qui m'ont dit de poser une main courante.

J'ai rédigé un courrier à l'IEN de toute façon.

Link to comment
Share on other sites

non pas de main courante, c'est inutile, non compté et pas pris en compte. Le syndicat ne devrait pas proposer cela.

Link to comment
Share on other sites

et beh!!!!!! il est pareil avec ses parents? Déjà c'est une bonne chose que les parents ne le soutiennent pas, ça arrive.

Link to comment
Share on other sites

Exclure de l'école, non, mais de ta classe sans doute que oui. Vois avec le reste de l'équipe.

Idem, pas de main courante, mais une vraie plainte, si tu te sens de le faire. La police/gendarmerie n'a pas le droit de te la refuser.

Et bien sûr, action immédiate à voir avec le reste de l'équipe (pistes plus haut)

+ actions et groupe de paroles à mettre en place dans ta classe aussi pour en parler avec le reste des élèves qui ont dû être choqués tout autant. Si tu ne te sens pas de le faire seule, demande l'aide urgente du psy.

Et si tu ne te sens pas de revoir ta classe dans l'immédiate, arrêt pour te reprendre et marquer le coup (sans mauvais jeu de mots).

Link to comment
Share on other sites

Nous avons fait cette année dans notre école des SIMS (signalement d'infractions en milieu scolaire) mais maintenant, l'intitulé à changé : TIMS (T = Transmission) et comme il y a eu plusieurs gros faits de violences l'an dernier dans notre école et dans 3 écoles autour de nous, l'IEN a consacré une anim péda à ce sujet en début d'année.

La TIMS est envoyée par ton directeur/ta directrice au Directeur Académique et au Procureur de la Répubique (au Tribual de Grande Instance), la famille doit être informée de la démarche faite. C'est une fiche toute faite, on te demande de cocher des cases (atteinte aux personnes/ biens/autres infractions.... avec arme, sans arme, injures..., les décisions prises au sein de l'école suite à ça... et bien sûr de relater les faits avec précisions.

Par contre, il me semble, (mais je ne suis pas certaine) que la SIMS était pour tout le monde mais je crois désormais que la TIMS est limitée aux enfants ayant plus de 10 ans. A vérifier.

Cette fiche, une fois transmise au TGI peut ne donner aucune suite, parfois un entretien de la famille avec un juge, un éducateur (tout dépend des faits et si c'est la 1ère infraction signalée).... mais cela laisse une trace si l'enfant recommençait, parfois ça aide aussi la famille à prendre conscience qu'il y a un problème et qu'il faut trouver une solution et toi, ça peut aussi t'aider à accepter ce qui s'est passé. En plus, tu es couverte aussi vis à vis des autres parents qui pourraient se demander ce que l'école fait face à ça. Après, il faut être décidé à le faire et ça, ce n'est jamais facile à prendre comme décision.

Voici les réf. qu'on nous avait données...

* http://eduscol.education.fr/cid47994/reperes-et-ressources-pour-la-prevention-et-le-traitement-des-violences-sexuelles.html : "conduite à tenir en cas d'infractions en milieu scolaire" + "savoir et réagir face aux violences en milieu scolaire".

* Circulaire du 16/08/06 relative à la prévention et à la lutte contre la violence en milieu scolaire - BO n°31 du 31/08/06

Bon courage à toi.

Link to comment
Share on other sites

Et appeler l'autonome immédiatement...

Te dire que tu n'es en aucun cas responsable (parce qu'en plus d'être entièrement dévoués à notre métier, on se remet en cause, parfois trop) et que déposer plainte aidera à faire avancer les parents vers une aide, un suivi, une prise en charge...

Bon courage....

Link to comment
Share on other sites

Pour un cas un peu similaire , j'avias posé une main courante et indiqué aux paretns qu'en l'absence de leur soutien / récidive ce serait une plainte + courrier autonome. L'enfant était allé une journée dans chaque classe jusqu'à la réunion d'une équipe éducative. C'est l'inspecteur qui m'avait indiqué qu'un élève est inscrit dans un niveau, pas dnas une classe, jelui fournissais le travail le matin et il allait ailleurs. Heuresement j'avais le soutien des collègues . Au bout d'une semaine je l'ai repris dans ma classe, après excuses et copie du reglement intégral ( 8 pages) , on tenu les 3 semaines restantes avant le collège, vous il sera encore là l'an prochain? Que vous dit l'inspecteur, va t'il le changer d'école?

grosses pensées et bon courage

Link to comment
Share on other sites

Dure matinée...

Je me suis fait insultée et frapper par un élève de ma classe. Ce petit est très souvent violent et impulsif vis à vis des autres enfants. Nous l'isolons régulièrement en récréation pour la sécurité des autres, il est grand en taille et a beaucoup de force. J'ai rencontré les parents plusieurs fois, évidemment.

Ce matin, il se levait et perturbait la classe, je lui ai demandé de s'asseoir, il a refusé, j'ai insisté, il a refusé encore puis a fini par aller s'asseoir en bousculant les tables sur son passage, et a sorti des élastiques à bracelets et un métier à tisser. Je lui ai rappelé qu'il y avait du travail à faire et que les jouets étaient interdits en classe, qu'il ferait ses bracelets pendant la récréation. il a commencé à m'insulter ("T'es une maîtresse qui pue, va te faire E*****"), je lui ai demandé d'arrêter immédiatement, qu'il n'avait pas le droit de m'insulter, il s'est levé et a commencé à balancer des tables, puis à me frapper. J'ai voulu l'isoler dans la pièce d'à côté, car j'ai eu très peur qu'il blesse un autre enfant avec les tables ou les coups. Il a continué à me frapper, et étant très costaud, je n'arrivais pas à le maîtriser, j'ai été obligée de le coucher au sol pour qu'il arrête de me frapper...

Il a fini par se calmer, j'ai appelé sa mère pour qu'elle vienne le chercher de suite. Je tremblais de partout devant tant de violence. Il m'a déjà fait une crise de ce genre mercredi dernier mais n'avait pas été jusqu'à me frapper ou m'insulter, je l'avais retenu pour qu'il ne frappe pas un autre enfant à qui il en voulait.

J'ai fais un courrier à l'Inspectrice pour l'informer. Maintenant, je ne sais pas trop quelle attitude adopter. Je ne sais pas si j'ai le droit de l'exclure quelques jours de l'école, quelles sanctions prendre? je pense faire une équipe éducative, mais comme d'habitude ça risque de ne mener à rien du tout...

La mère s'est montrée très compréhensive et choquée par le comportement de son fils.

Au-delà de tous les conseils donnés, voici ce que j'ai fait pour mon élève ( qui pour le moment ne m'a pas encore tapé...)

- Observation en classe par la psy sco

- Visite du médecin scolaire

- EE avec présence de l'IEN ( il n'y a que lui qui peu prononcer une déscolarisation ou un changement d'école)

Ne pas hésiter à noter au jour le jour, heure pas heure si besoin tous les événements importants, on oublie vite .....

Link to comment
Share on other sites

Et appeler l'autonome immédiatement...

Te dire que tu n'es en aucun cas responsable (parce qu'en plus d'être entièrement dévoués à notre métier, on se remet en cause, parfois trop) et que déposer plainte aidera à faire avancer les parents vers une aide, un suivi, une prise en charge...

Bon courage....

pffff, exactement, depuis ce matin, je me repasse la scène en boucle pour savoir comment j'aurai pu éviter ça... comme si j'y étais pour quelque chose!!! Je me sens très mal parce que c'était très violent, et que j'ai moi-même été violente pour le maîtriser (plaquer un enfant au sol, c'est violent, mais avais-je le choix???). Il aurait pu blesser un autre enfant, ou moi-même... Je n'ai que quelques bleus sur les jambes, rien de grave, mais psychologiquement c'est dur. Je ne fais pas ce métier pour vivre ça! Ca me dégoute vraiment de ce métier...

Sinon, merci pour les conseils. Je vais en effet le laisser dans une autre classe si la mère le remet à l'école les jours à venir, réunir l'EE. J'ai rédigé un courrier à l'IEN que je vais transmettre à l'autonome.

La psy est en congé maternité et pas remplacée, donc pas de psy...

Lui faire copier le règlement, c'est une bonne idée aussi.

Sinon, la directrice, c'est moi, donc je vais chercher si il y a un formulaire proposé pour ce genre de choses...

Je ne vais pas m'arrêter, parce que les autres élèves ont besoin de moi je pense, j'en ai parlé avec eux après que la maman de l'élève en question soit venue de le chercher. Ca les a évidemment choqués, je ne veux pas les laisser tomber. Mon propre fils a assisté à ça, ça me rend malade pour lui... (il est dans ma classe).

J'ai peur que l'IEN ne fasse rien du tout...

Et oui, l'an prochain il sera normalement encore dans l'école, en CE2.

Link to comment
Share on other sites

Courage à toi. :hug:

Link to comment
Share on other sites

Et appeler l'autonome immédiatement...

Te dire que tu n'es en aucun cas responsable (parce qu'en plus d'être entièrement dévoués à notre métier, on se remet en cause, parfois trop) et que déposer plainte aidera à faire avancer les parents vers une aide, un suivi, une prise en charge...

Bon courage....

pffff, exactement, depuis ce matin, je me repasse la scène en boucle pour savoir comment j'aurai pu éviter ça... comme si j'y étais pour quelque chose!!! Je me sens très mal parce que c'était très violent, et que j'ai moi-même été violente pour le maîtriser (plaquer un enfant au sol, c'est violent, mais avais-je le choix???). Il aurait pu blesser un autre enfant, ou moi-même... Je n'ai que quelques bleus sur les jambes, rien de grave, mais psychologiquement c'est dur. Je ne fais pas ce métier pour vivre ça! Ca me dégoute vraiment de ce métier...

Sinon, merci pour les conseils. Je vais en effet le laisser dans une autre classe si la mère le remet à l'école les jours à venir, réunir l'EE. J'ai rédigé un courrier à l'IEN que je vais transmettre à l'autonome.

La psy est en congé maternité et pas remplacée, donc pas de psy...

Lui faire copier le règlement, c'est une bonne idée aussi.

Sinon, la directrice, c'est moi, donc je vais chercher si il y a un formulaire proposé pour ce genre de choses...

Je ne vais pas m'arrêter, parce que les autres élèves ont besoin de moi je pense, j'en ai parlé avec eux après que la maman de l'élève en question soit venue de le chercher. Ca les a évidemment choqués, je ne veux pas les laisser tomber. Mon propre fils a assisté à ça, ça me rend malade pour lui... (il est dans ma classe).

J'ai peur que l'IEN ne fasse rien du tout...

Et oui, l'an prochain il sera normalement encore dans l'école, en CE2.

Je ferais le contraire: j'appellerais l'autonome demain pour qu'ils m'aident à faire un courrier à l'ien. (Contactés deux fois dans ma carrière, ils ont été très réactifs les 2 fois, et, cette année, pour un PAI que je sentais compliqué, ils ont été très utiles.)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

je pense qu'il faut éviter de plaquer un élève au sol, sauf si vraiment il y a une vie en jeu. De manière plus générale, il faut rester à une distance de sécurité, et ne pas les contraindre physiquement, car ça fait monter la violence d'un cran.

Un élève monte rarement en pression tout seul, et si c'est le cas, tu peux appeler les parents, et à défaut, le samu.

Si tu es blessée en interagissant de manière violente avec un élève, ça se retournera contre toi.

Mais pour le cas présent, fais constater les bleus, et porte plainte. Ne dis pas "La prochaine fois je porterai plainte", c'est ce que disent les femmes battues, et en fait, elles ne portent jamais plainte. Si c'est inacceptable, ça l'est la première fois que ça se produit.

Link to comment
Share on other sites

Il m'est arrivé à plusieurs reprises de plaquer une élève de 5 ans au sol, pour la protéger elle, pour protéger les autres élèves et pour me protéger, pourtant il n'y avait pas de vie en jeu...

Il y a un moment pour les calmer ( quand rien n'est mis en place à l'extérieur de l'école) nous n'avons pas le choix et dans mon cas, ça n'a jamais fait monter la violence de cette élève, ça l'apaisait car tout en la maintenant j'avais des paroles apaisantes pour elle ... Je vois toujours cette élève, c'est devenue une gentille jeune fille, des choses se sont mises en place par la suite, j'avais rencontré sa psy l'année suivante qui m'avait juste expliqué comment la maintenir pour ne pas causer de traumatisme ( ce que je faisais déjà) elle n'a jamais mis en cause ma façon de faire.

J'ai aussi eu à appeler les pompiers pour un autre élève mais en attendant qu'ils arrivent, il a bien fallu qu'on le maintienne cette fois pas au sol mais il fallait le protéger lui, pas de danger de mort mais il pouvait se blesser... Nous n'avons pas dans nos école de pièces pour isoler ces enfants en sécurité, ce qu'il faudrait donc....

Link to comment
Share on other sites

Un point important : on ne renvoie pas un gamin en primaire. Techniquement - et ça arrive - les parents auraient pu dire qu'ils ne venaient pas le chercher.

Relis ton règlement départemental : une EE qui décide de mettre des trucs en place, si au bout d'un mois pas d'amélioration, un CM pour demander à l'IEN de demander au DASEN de le changer d'école.

Compte 6 mois, hein ...

Attention à cette idée de "pièce d'isolement" : l'élève ne doit pas rester sans surveillance, et une surveillance "de l'autre côté de la porte fermée" ne tiendra pas la route s'il se blesse dans ladite pièce ...

Pour le violences, Ici c'est une fiche de Remontée d'Incidents, à la DSDEN copie Circo.

Ce qui n'empêche pas une IP (ASE), une main-courante ou une plainte, voire un signalement au proc (mais j'en n'ai pas fait cette année).

Une collègue s'est blessée il y a plusieurs mois en empêchant un élève de continuer à lui donner des coups de pied, elle a porté plainte. C'est le même qui a giflé une prof lundi, et qui m'a tapé (le bras, même pas mal) vendredi.

Il y a deux aspects dans ces affaires, et j'ai du mal à concilier les 2 :

- mon boulot, c'est pas de me faire taper ;

- ces gamins, s'ils sont violents, c'est ou médical ou social (au sens large) : ce sont des mômes qui ont besoin d'aide. Un côté bisounours, je sais, mais je fais avec.

Link to comment
Share on other sites

Il y a deux aspects dans ces affaires, et j'ai du mal à concilier les 2 :

- mon boulot, c'est pas de me faire taper ;

- ces gamins, s'ils sont violents, c'est ou médical ou social (au sens large) : ce sont des mômes qui ont besoin d'aide. Un côté bisounours, je sais, mais je fais avec.

Exactement d'accord en relisant les post - on ne veut pas se faire taper mais pour en arriver jusque là il faut essayer de comprendre la cause. Se repasser l’événement ne changera rien si l'enfant a un problème médical surement pas encore diagnostiqué, c'est là dessus qu'il faut bosser pour la suite et la suite de sa scolarité, son bien être et celui de l'école.

Bon courage, car les soucis d'ordre médical tourné vers le psy, sont super difficile à diagnostiqué à cet âge...

Link to comment
Share on other sites

Lorsqu'un enfant se blesse, on fait le 15. Je crois vraiment que, lorsqu'un enfant est ingérable, devient violent, on est dans le même registre : il est en danger, et met les autres en danger.

Il m'est moi aussi arrivée de plaquer un élève contre un bureau ou un mur pour le calmer, j'en ai ceinturés aussi, d'autres, je les ai pris dans mes bras en leur parlant doucement pour les calmer. Le résultat est presque à chaque fois le même : l'enfant s'effondre et pleure. Ces mômes sont dans une souffrance immense, comment alors leur demander de se plier à des règles, de faire un travail, de se conformer à une organisation sociale si c'est la cata dans leur tête et dans leur vie ? Nous ne sommes pas préparés à ça, et il faut de l'expérience et un sacré recul pour gérer de telles situations.

Mais ce n'est vraiment plus possible de fonctionner ainsi, nous sommes enseignants, pas médecin ni psychologue, quand bien même notre quotidien est empreint de psychologie....

Innonder les IEN, les DASEN de rapports d'incidents. Alerter l'autonome, les syndicats. Si rien ne remonte, rien ne changera. On va vers des situations de burn-out à la pelle, ce n'est plus possible d'accepter ces enfants qui vont mal sans aide, sans possibilité de les sortir de la classe lorsqu'il y a une crise.

Si rien n'est fait dans les années à venir, l'Ecole publique va devenir une Ecole de pauvres et de fous, les autres seront partis dans le privé.....

Link to comment
Share on other sites

Un point important : on ne renvoie pas un gamin en primaire. Techniquement - et ça arrive - les parents auraient pu dire qu'ils ne venaient pas le chercher.

Relis ton règlement départemental : une EE qui décide de mettre des trucs en place, si au bout d'un mois pas d'amélioration, un CM pour demander à l'IEN de demander au DASEN de le changer d'école.

Compte 6 mois, hein ...

Attention à cette idée de "pièce d'isolement" : l'élève ne doit pas rester sans surveillance, et une surveillance "de l'autre côté de la porte fermée" ne tiendra pas la route s'il se blesse dans ladite pièce ...

Pour le violences, Ici c'est une fiche de Remontée d'Incidents, à la DSDEN copie Circo.

Ce qui n'empêche pas une IP (ASE), une main-courante ou une plainte, voire un signalement au proc (mais j'en n'ai pas fait cette année).

Une collègue s'est blessée il y a plusieurs mois en empêchant un élève de continuer à lui donner des coups de pied, elle a porté plainte. C'est le même qui a giflé une prof lundi, et qui m'a tapé (le bras, même pas mal) vendredi.

Il y a deux aspects dans ces affaires, et j'ai du mal à concilier les 2 :

- mon boulot, c'est pas de me faire taper ;

- ces gamins, s'ils sont violents, c'est ou médical ou social (au sens large) : ce sont des mômes qui ont besoin d'aide. Un côté bisounours, je sais, mais je fais avec.

Non non il ne faut pas 6 mois lorsqu'il y a urgence, ici j'ai eu déscolarisation prononcée en 8 jours par l'IEN sur autorisation de la Dasen, mes collègues d'élémentaire ont eu changement d'école en 1 mois ( ça aurait été plus rapide si la nouvelle classe n'était pas partie en classe découverte) Il faut juste programmer l'EE car cela se fait en EE, bien entendu l'IEN est informé en amont.

Link to comment
Share on other sites

Un point important : on ne renvoie pas un gamin en primaire. Techniquement - et ça arrive - les parents auraient pu dire qu'ils ne venaient pas le chercher.

Relis ton règlement départemental : une EE qui décide de mettre des trucs en place, si au bout d'un mois pas d'amélioration, un CM pour demander à l'IEN de demander au DASEN de le changer d'école.

Compte 6 mois, hein ...

Attention à cette idée de "pièce d'isolement" : l'élève ne doit pas rester sans surveillance, et une surveillance "de l'autre côté de la porte fermée" ne tiendra pas la route s'il se blesse dans ladite pièce ...

Pour le violences, Ici c'est une fiche de Remontée d'Incidents, à la DSDEN copie Circo.

Ce qui n'empêche pas une IP (ASE), une main-courante ou une plainte, voire un signalement au proc (mais j'en n'ai pas fait cette année).

Une collègue s'est blessée il y a plusieurs mois en empêchant un élève de continuer à lui donner des coups de pied, elle a porté plainte. C'est le même qui a giflé une prof lundi, et qui m'a tapé (le bras, même pas mal) vendredi.

Il y a deux aspects dans ces affaires, et j'ai du mal à concilier les 2 :

- mon boulot, c'est pas de me faire taper ;

- ces gamins, s'ils sont violents, c'est ou médical ou social (au sens large) : ce sont des mômes qui ont besoin d'aide. Un côté bisounours, je sais, mais je fais avec.

Non non il ne faut pas 6 mois lorsqu'il y a urgence, ici j'ai eu déscolarisation prononcée en 8 jours par l'IEN sur autorisation de la Dasen, mes collègues d'élémentaire ont eu changement d'école en 1 mois ( ça aurait été plus rapide si la nouvelle classe n'était pas partie en classe découverte) Il faut juste programmer l'EE car cela se fait en EE, bien entendu l'IEN est informé en amont.

Ma première réaction, c'est tant mieux, et pour l'élève, et pour les autres élèves, et pour l'équipe.

Ma deuxième est plus administrative, à savoir que c'est juste illégal : l'IEN ni le DASEN n'ont le droit de s'asseoir sur le règlement.

Si ça a pu être fait comme ça, c'est que la famille ne s'y est pas opposée, sinon il retournait illico dans son école d'origine.

Maintenant, oui 6 mois j'étais sans doute pessimiste. Mais dans les textes, c'est a minima EE + 1 mois avant de pouvoir demander à l'IEN de demander au DASEN .

Link to comment
Share on other sites

Lorsqu'un enfant se blesse, on fait le 15. Je crois vraiment que, lorsqu'un enfant est ingérable, devient violent, on est dans le même registre : il est en danger, et met les autres en danger.

Il m'est moi aussi arrivée de plaquer un élève contre un bureau ou un mur pour le calmer, j'en ai ceinturés aussi, d'autres, je les ai pris dans mes bras en leur parlant doucement pour les calmer. Le résultat est presque à chaque fois le même : l'enfant s'effondre et pleure. Ces mômes sont dans une souffrance immense, comment alors leur demander de se plier à des règles, de faire un travail, de se conformer à une organisation sociale si c'est la cata dans leur tête et dans leur vie ? Nous ne sommes pas préparés à ça, et il faut de l'expérience et un sacré recul pour gérer de telles situations.

Mais ce n'est vraiment plus possible de fonctionner ainsi, nous sommes enseignants, pas médecin ni psychologue, quand bien même notre quotidien est empreint de psychologie....

Innonder les IEN, les DASEN de rapports d'incidents. Alerter l'autonome, les syndicats. Si rien ne remonte, rien ne changera. On va vers des situations de burn-out à la pelle, ce n'est plus possible d'accepter ces enfants qui vont mal sans aide, sans possibilité de les sortir de la classe lorsqu'il y a une crise.

Si rien n'est fait dans les années à venir, l'Ecole publique va devenir une Ecole de pauvres et de fous, les autres seront partis dans le privé.....

Ces mômes sont dans une souffrance immense, comment alors leur demander de se plier à des règles.

Nous ne sommes pas préparés à ça.

Si rien ne remonte, rien ne changera.

l'Ecole publique va devenir une Ecole de pauvres et de fous, les autres seront partis dans le privé.

+ 1000

Plus réservé pour le 15 : ils ne viennent plus par chez moi depuis qu'un doc de SOS médecin s'est fait couper un doigt pour donner son argent.

Link to comment
Share on other sites

Est-ce que le gamin est suivi à l'extérieur? Parce que c'est bien beau que la maman soit désolée, mais si les parents sont avertis des problèmes de leur enfants et ne font rien alors il y a peut-être une IP à faire?

Link to comment
Share on other sites

Lorsqu'un enfant se blesse, on fait le 15. Je crois vraiment que, lorsqu'un enfant est ingérable, devient violent, on est dans le même registre : il est en danger, et met les autres en danger.

Il m'est moi aussi arrivée de plaquer un élève contre un bureau ou un mur pour le calmer, j'en ai ceinturés aussi, d'autres, je les ai pris dans mes bras en leur parlant doucement pour les calmer. Le résultat est presque à chaque fois le même : l'enfant s'effondre et pleure. Ces mômes sont dans une souffrance immense, comment alors leur demander de se plier à des règles, de faire un travail, de se conformer à une organisation sociale si c'est la cata dans leur tête et dans leur vie ? Nous ne sommes pas préparés à ça, et il faut de l'expérience et un sacré recul pour gérer de telles situations.

Mais ce n'est vraiment plus possible de fonctionner ainsi, nous sommes enseignants, pas médecin ni psychologue, quand bien même notre quotidien est empreint de psychologie....

Innonder les IEN, les DASEN de rapports d'incidents. Alerter l'autonome, les syndicats. Si rien ne remonte, rien ne changera. On va vers des situations de burn-out à la pelle, ce n'est plus possible d'accepter ces enfants qui vont mal sans aide, sans possibilité de les sortir de la classe lorsqu'il y a une crise.

Si rien n'est fait dans les années à venir, l'Ecole publique va devenir une Ecole de pauvres et de fous, les autres seront partis dans le privé.....

Ces mômes sont dans une souffrance immense, comment alors leur demander de se plier à des règles.

Nous ne sommes pas préparés à ça.

Si rien ne remonte, rien ne changera.

l'Ecole publique va devenir une Ecole de pauvres et de fous, les autres seront partis dans le privé.

+ 1000

Plus réservé pour le 15 : ils ne viennent plus par chez moi depuis qu'un doc de SOS médecin s'est fait couper un doigt pour donner son argent.

Le 15 ne vient jamais ici pour des problèmes de crises ingérables d'élèves.... Une de mes amies collègue s'est faite incendier l'année dernière car elle avait un élève (un vrai chat sauvage, jamais vu ça) qui la frappait tous les jours, l'insultait, grimpait partout, tentait de violenter les autres enfants. La maman s'est fichait, pas de papa dans sa vie. ma copine n'en pouvait plus, la gendarmerie ne voulait pas enregistrer sa plainte. Plusieurs EE ont été menées mais aucune nouvelle de la psy sco qui, je cite "n'intervient que pour les élémentaires". Argh.la maman ne venait jamais à ces EE non plus donc ma copine se retrouvait seule avec elle même. Pas d'IEN (trop de travail madame) pas de CPC (que voulez vous que j'y fasse, madame, avez-vous bien différencié votre pédagogie ?)

Une IP a été faite, bien entendu.

Mais en attendant, 35 élèves (si, si) ont subi cette situation pendant une année scolaire complète + un trimestre si je me souviens bien. Un jour une assistante sociale est venue le chercher ainsi que toutes ses affaires directement dans la classe.

Cette situation s'est stoppée ainsi. A la place de ma copine, j'aurais porté ma plainte directement au TGI, et plus vite que ça.

Comprendre, expliquer la situation, certes. Mais comme cela a été dit plus haut et à plusieurs reprises, se faire taper dessus et se débrouiller seul avec ça, c'est niet.

Link to comment
Share on other sites

Nao, dans le cas de ta collègue :

-Informé par écrit l'IEN

-Informer les syndicats et l'autonome

-Arrêt de travail

-Fiche CHSCT

Ensuite la police n'a pas le droit de refuser une plainte, si c'est le cas il faut dire que vous allez saisir directement le procureur

Maman absente systématiquement aux EE, ici c'est direct une IP

Link to comment
Share on other sites

Nao, dans le cas de ta collègue :

-Informé par écrit l'IEN

-Informer les syndicats et l'autonome

-Arrêt de travail

-Fiche CHSCT

Ensuite la police n'a pas le droit de refuser une plainte, si c'est le cas il faut dire que vous allez saisir directement le procureur

Maman absente systématiquement aux EE, ici c'est direct une IP

Mais aucune solution immédiate, cela dit. Une IP peut mettre des mois à faire bouger les choses, du moins dans mon département. Il peut s'en passer des trucs entre temps.

Link to comment
Share on other sites

Nao, dans le cas de ta collègue :

-Informé par écrit l'IEN

-Informer les syndicats et l'autonome

-Arrêt de travail

-Fiche CHSCT

Ensuite la police n'a pas le droit de refuser une plainte, si c'est le cas il faut dire que vous allez saisir directement le procureur

Maman absente systématiquement aux EE, ici c'est direct une IP

Mais aucune solution immédiate, cela dit. Une IP peut mettre des mois à faire bouger les choses, du moins dans mon département. Il peut s'en passer des trucs entre temps.

Si rien ne bouge c'est vers les représentants du personnel qu'il faut se tourner pour le droit de retrait par exemple.

Ici les médecins nous avaient dit de faire intervenir les pompiers pour bouger les choses.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...