Jump to content

Violences sexistes à l'école


prof désécol
 Share

Recommended Posts

L'Express consacre un dossier aux menaces, insultes et agressions sexuelles qui sévissent de plus en plus à l'école.

 

Citation

N'abandonnons pas les filles

Au détour d'une enquête sur le lycée Gallieni de Toulouse, nous apprenions récemment que, malgré l'installation d'un digicode à l'entrée des toilettes des filles - dont la seule existence signait déjà un fort déconnage des temps -, les demoiselles continuaient de s'y faire agresser sexuellement. 

Au reste, il ne leur venait plus à l'esprit de se déplacer dans l'établissement autrement qu'à quatre ou cinq, pour se protéger des petits pontes du bitume, qui dictaient leur loi dans les murs mêmes de l'école, certains de leur impunité. "La mise en danger des filles est le premier symptôme de la faiblesse de l'institution, martelait, impuissant, le professeur de mathématiques Mathieu Pieron. C'est le signe que, dans notre établissement comme dans d'autres, la République a mis un genou à terre."  [...]

 

  Depuis 2004 et le rapport Obin sur "les signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires", les témoignages se sont multipliés sur le développement, ici ou là, d'un islamisme juvénile qui prétend imposer sa norme dans certaines cours de récréation. Dans un livre récent, Bernard Ravet, ancien proviseur de collège dans les quartiers Nord de Marseille, rapportait que, dans beaucoup de classes, les garçons ne s'asseyaient plus à côté des filles. "Par ailleurs, ils trouvent normal de prendre part à l'éducation de leurs 'soeurs', de vouloir se marier avec une jeune fille chaste, tandis qu'eux-mêmes ne consentent pas à pareil sacrifice." [...] 

La suite ici :

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/n-abandonnons-pas-les-filles_2005710.html

 

Citation

Sexisme à l'école, silence dans les rangs

Partout, dans les établissements scolaires, les filles sont victimes de violences sexistes. Dans un mutisme assourdissant.

Une ado de 15 ans plaquée contre le mur des toilettes du lycée professionnel Gallieni de Toulouse et victime d'attouchements de la part de trois agresseurs. Des élèves de terminale du lycée Camille Pissarro de Pontoise (Val d'Oise) qui, parce qu'elles seraient trop court-vêtues, doivent affronter des camarades masculins hilares, mimant des actes pornos et les injuriant sans retenue - "sale pute", "gros cul", "t'es bonne"...  

La vidéo d'une toute jeune fille ayant des rapports sexuels avec deux garçons qui circule de téléphone en téléphone, sans le consentement bien sûr de l'intéressée, auprès de ses pairs du lycée d'Alembert, dans le XIXe arrondissement parisien. Ce "tu suces ?" jeté au visage d'une élève du lycée Jacques-Prévert, à Savenay, près de Nantes, pour avoir eu l'"audace", encore une fois, de porter une jupe avec des chaussettes hautes et des souliers à talons. Mais aussi, parce que désormais le sexisme prend de nouvelles formes, des garçons qui refusent de s'asseoir à côté de leurs homologues féminines au collège Versailles de Marseille... 

LIRE AUSSI >> N'abandonnons pas les filles 

Ces anecdotes, glanées à travers toute la France, sont très loin d'être des cas isolés. Et les établissements cités ci-dessus ne sont pas forcément les plus "difficiles" ou les plus laxistes en matière de lutte contre les violences faites aux femmes.  

"Si les parents savaient..."

Parmi eux, beaucoup, comme le lycée d'Alembert par exemple, ont même le mérite de dénoncer haut et fort ce qui se cache ailleurs. Mais voilà, entre l'accès à la pornographie - facilité par Internet, les smartphones et les tablettes -, la violence et le harcèlement pratiqués à grande échelle sur les réseaux sociaux, les stéréotypes de genre intégrés dès le plus jeune âge et, enfin, le développement de la radicalité religieuse dans certains établissements, c'est bien toute l'Education nationale qui doit faire face à une très inquiétante situation. 

"Si les parents savaient véritablement ce qu'il se passe entre les murs des établissements qui accueillent leurs enfants, ils prendraient peur", assure la gynécologue Violaine Guérin, présidente de l'association Stop aux violences sexuelles, au diapason avec bien d'autres acteurs engagés sur le terrain. "Il y a trente ans, quand j'ai commencé à exercer, jamais je n'aurais entendu une jeune fille me confier qu'elle avait eu son premier rapport avec deux garçons rencontrés sur Facebook. Aujourd'hui, je peux vous donner les tarifs exacts des fellations pratiquées dans les toilettes de certains établissements", poursuit-elle. [...]

Le reste de l'article ici :

https://www.lexpress.fr/education/sexisme-a-l-ecole-le-grand-tabou_2005156.html

 

 

Citation

"Le sexisme à l'école s'aggrave"

Jean-Paul Lilienfeld, réalisateur de La Journée de la jupe, constate que la parole reste muselée sur le machisme à l'école.

[...]

Pour coller à la réalité, je ne voulais pas de comédiens professionnels. On a donc organisé un "casting sauvage" dans les écoles, où l'on avait posé des affichettes. Au début, nous n'avions aucun retour ! Jusqu'au jour où un membre de l'équipe a entendu un jeune s'exclamer "C'est quoi ça, la journée de la jupe ? Je vais pas jouer dans un film de pédés !" On a donc rebaptisé le film "Une journée au collège" le temps du casting. Et là, les candidats ont afflué !

Le reste ici :

https://www.lexpress.fr/education/le-sexisme-a-l-ecole-s-aggrave_2005312.html

Link to comment
Share on other sites

Stop au sexisme, au harcèlement, à la violence...Mais quelles sanctions pour les auteurs ?? Parce que c'est bien beau la communication, la bonne conscience, le rejet de la faute sur les enseignants, mais en pratique que se passe-t-il? Rien ou si peu au nom de la "bienveillance". Si, souvent c'est à la victime de changer d'établissement ou à l'enseignant de s'expliquer...Marre de cette société de com où en coulisse il se passe l'inverse.

  • J'aime 2
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Et du coup, retour en force des écoles pour filles mais comme nombre de nos élites sont depuis longtemps dans ce sillage...

voir ici

Link to comment
Share on other sites

"Il y a trente ans, quand j'ai commencé à exercer, jamais je n'aurais entendu une jeune fille me confier qu'elle avait eu son premier rapport avec deux garçons rencontrés sur Facebook.

Oh ? Vraiment ?  Les jeunes filles des années 80 ne connaissaient pas Facebook ?

  • J'aime 1
  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Crac a dit :

Tant que la société sera sexiste, le sexisme s'exprimera à l'école. Toutefois, il y a des mesures à mettre en place et ce, dès l'école primaire.

  Assurément. Transmettre et faire respecter en son sein les valeurs fondamentales de la République, y compris évidemment l'égalité en droits des sexes, fait partie des missions fondamentales de l'école primaire.

  Pour autant, il ne faudrait pas basculer dans l'extrême inverse et faire de l'école un lieu d'endoctrinement précoce et de lutte idéologique, comme NVB, pour ne citer qu'elle, avait tendance à l'encourager.

 Pour moi, les choses sont très claires : "les valeurs fondamentales de la République", ce sont celles énoncées dans le Préambule de la Constitution (i.e. la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen) et dans son article 1, pas tout ce que tel ou tel "expert" autoproclamé ou les militants de telle ou telle organisation décident qu'elles sont.

  En l'occurrence, pas besoin d'aller très loin : la sûreté est une liberté fondamentale, pour les femmes comme pour les hommes et, dans les exemples avancés par les articles cités, elle n'est pas assurée. Il est donc nécessaire d'y remédier. Point final.

 

il y a une heure, Crac a dit :

Je ne sais pas si certains ont mis en place des projets d'aménagement de la cour de leur école pour favoriser l'égalité fille-garçon suite aux travaux de recherches sur les femmes dans l'espace public.

 Mouais. Je ne sais pas exactement à quelles "mesures" tu penses, mais c'est là que je deviens assez méfiant. Les études de genre sont une science sociale très nouvelle, pour ne pas dire encore balbutiante, à la scientificité loin d'être établie dans beaucoup trop de cas. Elles ont en effet d'ores et déjà mis en évidence un certain nombre de problématiques dérangeantes concernant la répartition de l'occupation de l'espace entre filles et garçons,  suffisamment pour nourrir la réflexion des enseignants, en particulier ; mais elles sont encore très loin d'être en mesure de devenir prescriptives.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

J'ai travaillé dans une école élémentaire relativement grande avec de chouettes équipements de cour de récréation : aucune fille ne pouvait approcher les cages de foot, de hand ou les panneaux de basket si elles n'y avaient des plages réservées...enfin, réservées sauf si ils les invitaient sur leur temps ou elles les invitaient sur le leur.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, chableu a dit :

J'ai travaillé dans une école élémentaire relativement grande avec de chouettes équipements de cour de récréation : aucune fille ne pouvait approcher les cages de foot, de hand ou les panneaux de basket si elles n'y avaient des plages réservées...enfin, réservées sauf si ils les invitaient sur leur temps ou elles les invitaient sur le leur.

Des plages réservées "aux filles", ou un quota de réservations pour chaque élève, filles comme garçons ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, Crac a dit :

Hallucinant ...

  Quoi donc ?  Le fait que les études de genre n'aient le plus souvent pas grand chose de scientifique ? Il suffit d'en lire les productions, qui tiennent plus souvent du pamphlet que de l'analyse sans a priori. Le fait qu'une proposition comme "la société est sexiste" (ou "tant qu'elle le sera") soit largement subjective et idéologique ?  Peux-tu seulement définir le terme "sexiste", dans le sens où tu l'employais là ?

il y a 16 minutes, Crac a dit :

J'ai lu un article éloquent sur l'occupation du centre de la cour par les garçons, les filles étant reléguées aux marges ... des écoles ont fait des projets pour lutter contre cette occupation sexiste de l'espace et encourager la mixité.

 ... ou dans le sens où tu l'entends ici, qui me semble déjà assez différent  ?

Pour moi, je distingue soigneusement deux choses :  1/ la problématique de l'occupation inégalitaire de l'espace. C'est effectivement l'un des mérites récents des études de genre de l'avoir mise sur le devant de la scène, et il est à la fois tout à fait légitime et tout à fait souhaitable que les enseignants s'y intéressent et explorent des solutions pour y remédier ; et 2/ l'instrumentalisation de cette problématique à des fins idéologiques : l'école n'est pas le lieu des "luttes" pour imposer les analyses des enseignants sur ce qui est "sexiste" et ce qui ne l'est pas, ou même leurs préférences en matière de mixité y compris dans les moments de liberté que constituent les récréation.

 

Link to comment
Share on other sites

Encore une fois je vois des contradictions dans ces propos et ne comprends pas très bien.😕

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, clar103 a dit :

Encore une fois je vois des contradictions dans ces propos 😕

Lesquelles ?

il y a 1 minute, clar103 a dit :

Bien sûr même en grammaire le masculin l emporte sur le feminin😠

Là encore, il faut distinguer deux choses : la règle grammaticale, qui est ce qu'elle est, et pour des raisons historiques un brin plus subtiles que les analyses à la hache qu'en donnent certaines féministes ; et son expression simplifiée, qui passe moins bien aujourd'hui qu'hier, et qu'il convient certainement de revoir.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Argon a dit :

Des plages réservées "aux filles", ou un quota de réservations pour chaque élèves, filles comme garçons ?

Des plages réservées aux garçons, d'autres aux filles : les uns et les autres devaient demander l'autorisation pour jouer s'ils n'étaient sur une de leur plage.

Link to comment
Share on other sites

C'est ce que croyais quand je suis arrivée dans cette école mais en fait, sans cette disposition, les filles n'avaient jamais accès aux différents espaces sportifs. Donc, pour qu'elles puissent y jouer, l'équipe a décidé de mettre en œuvre ces plages. Je re-dis qu'ils peuvent jouer en mixte en s'invitant. Cela a permis qu'ils jouent ensemble.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, chableu a dit :

Des plages réservées aux garçons, d'autres aux filles : les uns et les autres devaient demander l'autorisation pour jouer s'ils n'étaient sur une de leur plage.

(...) C'est ce que croyais quand je suis arrivée dans cette école

Je trouve aussi cela assez perturbant. C'est, presque par définition, une mesure discriminatoire.

il y a une heure, chableu a dit :

mais en fait, sans cette disposition, les filles n'avaient jamais accès aux différents espaces sportifs. Donc, pour qu'elles puissent y jouer, l'équipe a décidé de mettre en œuvre ces plages. Je re-dis qu'ils peuvent jouer en mixte en s'invitant. Cela a permis qu'ils jouent ensemble.

Il me semble qu'on aurait pu arriver à un résultat aussi satisfaisant en attribuant des plages non pas à des groupes genrés, mais aux individus. On répartit également des points d'accès aux différents espaces, et on décide qu'on ne peut accéder à tel espace qu'en dépensant tant de points (typiquement, autant que de joueurs dans une partie). A partir de là, libre aux mômes de les dépenser en occupant effectivement la place, en jouant ses points aux billes, en invitant les copains ou les copines...  S'il y a un déséquilibre au départ, il se compensera automatiquement en fin de période, lorsque le groupe a priori le moins recherché se retrouvera le seul à avoir encore des points...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, clar103 a dit :

Bonsoir,
Je n'ai pas lu l'article mais perso, je dis par exemple: "Le - e final est la marque du féminin. On ne l'emploie que pour le féminin. Le masculin ne peut pas prendre la marque du féminin". Voilà, un truc du genre car ça me gênait de dire ce que j'avais appris à savoir "le masculin l'emporte sur le féminin". Pour autant, je ne suis dans aucun "combat".

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, Sophely1 a dit :

 Pour autant, je ne suis dans aucun "combat".

Combat, c'est un gros mot?

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Mirobolande a dit :

Combat, c'est un gros mot?

À l’école, un peu, oui. Obligation de neutralité, toussa...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 8 heures, Mirobolande a dit :

Combat, c'est un gros mot?

Non non! Pour dire que je n'étais pas particulièrement une féministe engagée. :)

Link to comment
Share on other sites

Il y a 22 heures, Argon a dit :

On répartit également des points d'accès aux différents espaces, et on décide qu'on ne peut accéder à tel espace qu'en dépensant tant de points

Une vraie usine à gaz...qui va gérer ? C'est déjà bien difficile de surveiller les récrés dans ces écoles.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Mirobolande a dit :

Combat, c'est un gros mot?

Certes non ! En revanche, savoir d’où on se positionne est important.

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...

Voilà qui devrait faire plaisir à toute personne qui accorde de l'importance au manuel :

Citation

Éducation sexuelle : verra-t-on plus de clitoris dans les manuels de SVT ?

En 2017, l'apparition d'une représentation du clitoris dans un manuel de Sciences de la vie et de la Terre avait fait l'événement : à présent, un manuel de SVT sur huit, en France, représente fidèlement l'appareil génital féminin. Deux ans plus tard, une pétition réclame l'action du gouvernement pour s'assurer que l'édition scolaire généralise cette représentation. Il faudra attendre la prochaine réforme du collège pour observer les évolutions.

Magnard fut le premier éditeur, en 2017, à proposer une représentation non tronquée de l'organe génital féminin : jusqu'à présent, les croquis ignoraient systématiquement le clitoris, dont l'anatomie est pourtant connue depuis le XVIIe siècle. « Aujourd'hui, en France, seul 1 manuel de SVT sur 8 représente le clitoris. Pourquoi cette discrimination dans l'enseignement des SVT ? » s'interroge une pétition publiée sur le site Change.org.

Le collectif It's not a bretzel, à l'origine de la pétition, juge que la dissimulation du clitoris trouve ses racines dans la négation du plaisir et du désir féminin. La simplification de l'organe génital féminin à la reproduction et une représentation anatomique tronquée participeraient à un mouvement plus large de contrôle du corps des femmes et de leur sexualité.

Soutenu par d'autres collectifs et associations, It's not a bretzel demande à Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, et à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de faire en sorte « que l’anatomie du clitoris soit fidèlement représentée » dans tous les manuels de SVT. [...]

La suite ici :

https://www.actualitte.com/article/patrimoine-education/education-sexuelle-verra-t-on-plus-de-clitoris-dans-les-manuels-de-svt/93715

Link to comment
Share on other sites

Citation

Magnard fut le premier éditeur, en 2017, à proposer une représentation non tronquée de l'organe génital féminin

Bravo à Magnard.

Citation

Deux ans plus tard, une pétition réclame l'action du gouvernement pour s'assurer que l'édition scolaire généralise cette représentation.

 Et puis quoi encore ?

Je trouve absolument scandaleux qu'un groupe de pression politique se permette de tenter d'influencer des éditeurs de manuels de sciences sur leurs contenus, et a fortiori réclame une intervention politique à ce propos.

Et si d'aventure la secrétaire d'Etat en principe chargée de l'égalité entre les hommes les femmes, qui est également coutumière de ce genre d'ingérences idéologiques, se le permettait, j'espère que le Ministre de l'Education Nationale  la remettrait vigoureusement à se place !

Link to comment
Share on other sites

Ah ça...ça a toujours existé malheureusement. A voir la modification des programmes d'histoire de cycle 3 de 2016 entre le pré-projet et la version finale.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, ronin a dit :

Ah ça...ça a toujours existé malheureusement. A voir la modification des programmes d'histoire de cycle 3 de 2016 entre le pré-projet et la version finale.

C'est également déplaisant, mais j'avoue être moins choqué. L'histoire est toujours écrite par les vainqueurs, et il n'est pas forcément toujours illégitime que d'autres intérêts se manifestent. En tout cas, le débat est parfois utile. La science, en revanche, ne devrait rien avoir à faire avec aucune idéologie morale ou politique.

Link to comment
Share on other sites

Encore faut-il qu'il y ait débat, mais c'est une autre histoire, surtout quand on nous vend l'objectivité et l'impartialité.

Link to comment
Share on other sites

Toilettes fermées pendant les récrées chez nous et plus de problèmes . On se demande comment on faisait avant !

Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, bab33 a dit :

Toilettes fermées pendant les récrées chez nous et plus de problèmes . On se demande comment on faisait avant !

Ils vont quand aux toilettes ????

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, bab33 a dit :

Toilettes fermées pendant les récrées chez nous et plus de problèmes . On se demande comment on faisait avant !

Ils mettent des couches?

Link to comment
Share on other sites

Dès qu’ils sortent de classe ils doivent passer aux toilettes. On est devant les toilettes et on ferme 5 mn après le début de la récré. Les petits y passent ensuite en rentrant en classe si besoin. Tout le monde s’en accommode et les parents n’ont rien dit au conseil d’école. Au moins ce sont des soucis en moins car on a eu un souci en début d’année.

Link to comment
Share on other sites

En ce1 dans notre petite école de village tranquille dans la cour:

-tu veux voir ma b...?(à une eleve de cp)

-tourne toi ,que je te "sexe"

-les nichons de la mère il pèsent une tonne!

-viens à poils dans la douche!etc...😵

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...