Jump to content

le livre qui vous a le plus bouleversé


sophsoph
 Share

Recommended Posts

Il y en a plusieurs: La couleur des sentiments (m'a beaucoup émue)

                                La part de l'autre (d'Eric Emmanuel Schmidt) je suis fan de cet auteur

                                La nuit des temps de Barjavel

                                L'empire des anges de Bernard Werber

 

Link to comment
Share on other sites

Le livre qui m'a le plus bouleversé l'a fait dans un sens négatif. Après l'avoir fini, j'aurais voulu ne l'avoir jamais eu entre les mains :blush: J'ai mis du temps à m'en remettre. Avec le recul, pourtant, je me dis qu'il y a "pire". L'empreinte, sur le coup, fut violente.

Link to comment
Share on other sites

Le 21/10/2018 à 23:18, peaceful a dit :

Le livre qui m'a le plus bouleversé l'a fait dans un sens négatif. Après l'avoir fini, j'aurais voulu ne l'avoir jamais eu entre les mains :blush: J'ai mis du temps à m'en remettre. Avec le recul, pourtant, je me dis qu'il y a "pire". L'empreinte, sur le coup, fut violente.

Et de quel livre s'agit-il?

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Le 21/8/2018 à 16:20, bulle2 a dit :

Les cerfs-volants de Kaboul : une histoire bien écrite, mais très triste : j'en ai pleuré.

Oui oui oui !

"Jusqu'au bout du monde." 😉

De la vraie littérature je trouve.

Link to comment
Share on other sites

Le 4/9/2018 à 07:43, borneo a dit :

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan.

J'avais aussi beaucoup aimé (et été touchée). Le genre de livre auquel on pense quand on est en train de le lire (dans le sens : on y pense même quand on fait autre chose).

Link to comment
Share on other sites

En lisant le titre du sujet, le livre qui m'est venu à l'esprit est Si c'est un homme de Primo Levi.

Mais ce n'est pas le genre de livre conseillé ici. C'est un livre magnifique.

 

Dans le genre roman, Les cerfs-volants de Kaboul m'avait vraiment plu et m'avaient émue. Bien construit, bien écrit.

Et pour les policiers, je viens de penser à La femme en vert d'Arnaldur Idridasson, c'est le 2e d'une série après La cité des jarres.

Link to comment
Share on other sites

Le 26/10/2018 à 10:23, vivilafusée a dit :

Et de quel livre s'agit-il?

Du rouge au gynécée 

Ce ne serait peut-être plus le cas avec ma vision actuelle du monde :idontno: 

Personne d'autre ne pense à un livre bouleversant dans le sens "négatif" ? 

Ce que permet la lecture est vraiment magique :rolleyes:

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Je ne suis pas une très grande lectrice (à part des catalogues de voyages et tout ce qui se rapporte à Nice ou au Japon, bof quoi!) mais quand j'ai rédigé ma nouvelle "Le phoenix", cela a été très cathartique pour moi.

Link to comment
Share on other sites

Le 17/11/2018 à 23:43, peaceful a dit :

Du rouge au gynécée 

Ce ne serait peut-être plus le cas avec ma vision actuelle du monde :idontno: 

Personne d'autre ne pense à un livre bouleversant dans le sens "négatif" ? 

Ce que permet la lecture est vraiment magique :rolleyes:

Je me souviens avoir passé des moments terribles, ado, avec L'oiseau bariolé de Jerzy Kozynsky ... L'histoire terrible de la fuite d'un enfant juif à travers la Pologne durant la dernière guerre mondiale.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Elle s'appelait Sarah 

Le bouquin récent qui se passe pendant la guerre, au Havre

La nuit des temps, quand j'étais plus jeune

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Le 21/08/2018 à 15:07, Koontz a dit :

J'ai lu tous les romans de Giebel. Je suis sûrement sa plus grande fan ! J'ai aimé toutes ses oeuvres mais ma préférée est Meurtres pour Rédemption que je place dans le top 5 des bouquins qui m'ont le plus marquée. Et pourtant, le synopsis (le milieu carcéral, une meurtrière à priori sans remords) ne me branchait pas du tout comme quoi...Le personnage principal de Marianne est incroyablement puissant et marque au fer rouge, un peu comme celui de Lisbeth Salander dans la trilogie Millenium.

J'ai adoré Juste une ombre. Un thriller ultra-efficace qui devrait plaire aux femmes.

Mon chouchou de Giebel c'est Terminus Elicius. C'est avec ce premier ouvrage que j'ai fait connaissance avec cette auteure. Peu violent, j'ai trouvé qu'il était romanesque en diable.

Le purgatoire des innocents est très dur mais nettement moins que son tout dernier, Toutes blessent, la dernière tue. Passionnant, dans la même veine que Meurtres pour Rédemption, mais insoutenable.

Le plus doux c'est Jusqu'à ce que la mort nous unisse. Karine a du manger plusieurs paquets de guimauves pendant qu'elle l'écrivait. Ce n'est pas une critique mais une constatation car on ne reconnait pas du tout le style "Giebelien" dans ce roman bien plus soft que ceux qu'elle écrit habituellement. 

Karine a un talent de conteuse indéniable. Elle est redoutable pour créer des atmosphères intenses et totalement addictives. 

Avec Sandrine Colette, Claire Favan et Barbara Abel, nous avons là un quatuor d'écrivaines francophones d'enfer qui n'ont rien à envier aux auteurs américains ou aux français stars comme  Chattam/Thilliez. D'ailleurs dans la catégorie des livres qui m'ont le plus bouleversée, je peux sans problème mettre Les larmes noires sur la terre de S. Collette. C'est un roman qui m'a laissée groggy et j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps à la fin.

Je viens de finir Toutes blessent, la dernière tue.  Il me marquera ce livre c'est sûr!

En revanche, contrairement à toi, j'ai quand même trouvé Le purgatoire des innocents plus dur. Peut-être parce que c'était mon premier Giebel et que maintenant je suis "habituée" à son écriture!

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
  • 4 weeks later...

La conjuration des imbéciles.

Lu il y a quelques années,  je repense très souvent aux réflexions incroyables d'Ignatus Reilly, le personnage principal.

Link to comment
Share on other sites

C'est pas tout jeune, mais je garde en mémoire le livre de Choderlos de Laclos : "Les liaisons dangereuses". 

  • J'aime 1
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Jane Eyre (un peu romantique dans l'âme) et Les hauts de hurlevents, que j'ai trouvé très violent🤔 en fait.

Récemment, enfin deux ou trois ans, Le dimanche des mères.

Le 24/07/2019 à 21:42, Chat d'école a dit :

C'est pas tout jeune, mais je garde en mémoire le livre de Choderlos de Laclos : "Les liaisons dangereuses". 

Idem

Link to comment
Share on other sites

je viens de relire " Madame Bovary" qui était un gros coup de coeur ado . Et bien il n'a pas vieilli !

Pareil pour Rebecca de Daphné du Maurier , un pur bonheur :)

Link to comment
Share on other sites

Je viens de lire trois livres de Nadia Hashimi

ça parle de l'afganisthan

La perle et la coquille et "si la lune éclaire nos pas" m'ont particulièrement bouleveré ...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • 1 month later...

Moi je dirais Autant en Emporte le Vent et Ca, dans 2 styles différents certes mais qui m'ont vraiment bouleversée.

Pour Ca, c'est pas un Stephen King d'épouvante, contrairement au film, on entre vraiment dans la complexité psychologique de l'humain, et dans des questionnements profonds... 

 

Autant en emporte le vent, je l'ai lu dans la vieille édition, les pages encore à ouvrir au couteau, et j'ai été vraiment transportée dans l'histoire, j'ai passé 3 jours à lire, n'arrivant pas à décrocher la nuit. ca fait 15 ans, je l'ai relu depuis et toujours le même ressenti.

 

 

autant.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
Le 19/09/2019 à 06:58, WilburMarch a dit :

Moi je dirais Autant en Emporte le Vent et Ca, dans 2 styles différents certes mais qui m'ont vraiment bouleversée.

Pour Ca, c'est pas un Stephen King d'épouvante, contrairement au film, on entre vraiment dans la complexité psychologique de l'humain, et dans des questionnements profonds... 

 

Autant en emporte le vent, je l'ai lu dans la vieille édition, les pages encore à ouvrir au couteau, et j'ai été vraiment transportée dans l'histoire, j'ai passé 3 jours à lire, n'arrivant pas à décrocher la nuit. ca fait 15 ans, je l'ai relu depuis et toujours le même ressenti.

 

 

autant.jpg

J'ai le même ! Lu et relu des dizaines de fois... J'ai vu le film au cinéma une bonne dizaine de fois aussi ...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Je repensais à ce livre, hier, je me suis dit qu'il fallait que je le poste.

«J’ai sept ans, pourtant il faut que je trouve un moyen de me rendre à Paris. Quitte à voler une bagnole, je choisis la Dodge du docteur. Depuis le temps que je conduis, les gestes me reviennent. Sur le siège du passager, un paquet de cigarettes américaines : je m’allume une clope. Quel soulagement, la fenêtre ouverte, les cheveux au vent! Je roule vite. Mes yeux dépassent à peine du volant, mais je connais la route.» 

Dans 7, il est question d’une drogue aux effets de jouvence, de musique, du plus beau visage du monde, de militantisme politique, d’extraterrestres, de religion ou d’immortalité. Sept romans miniatures dont le lecteur découvrira qu’ils sont étroitement liés, récit fantastique d’une humanité qui tourne le dos à la vérité et préfère se raconter des histoires.

Je viens de lire un commentaire sur internet que je partage tant j'aurais pu l'écrire

 

Sallyrose   05 novembre 2016
★★★★★
★★★★★
 
 

Ce roman est magistral.
Sa construction est renversante. 7 histoires, 7 nouvelles qui forment un tout, qui se font écho sans jamais se citer. Un thème central, celui de l'universalité temporelle.
Qu'il est difficile d'en parler sans le dévoiler. La quatrième de couverture est très bien rédigée. Sur le fond je n'en dirai pas davantage afin de vous préserver le vertige de la lecture. Sachez que ce roman qui flirte avec le fantastique est, à mon avis, inclassable.
On ressent un travail colossal : recherches approfondies, cohérence progressive, mise en scène.
Comme dans un puzzle, le tableau général se construit, n'ayant aucun sens au départ pour mieux prendre forme petit à petit. Alors quand arrive la dernière pièce, on bascule dans la jouissance intellectuelle.
La démonstration est sans appel. Elle est proche des préoccupations de notre époque, de nos propres réflexions existentielles.
Parce qu'il est question d'immortalité, j'ai pensé à Replay de Ken Greenwood. Il s'agit d'explorer les conséquences de différents choix de vie mais ici ils sont toujours issus d'une certaine forme de religion, pas au sens propre, davantage en référence aux idoles modernes que nous nous créons car, quoi que nous fassions, nous avons besoin de croire en quelque chose.
Ce jeune auteur, publié chez Gallimard, nous emmène dans la grande littérature contemporaine. Et pourtant son style n'est pas ampoulé, son vocabulaire est simple mais chaque mot est choisi avec discernement pour saisir le lecteur, faire sens sans artifice.
Je suis éblouie.

Screenshot 2019-12-26 at 00.51.53.png

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...