Jump to content

Faire classe avec un élève explosif


Gribouillette
 Share

Recommended Posts

Il y a 4 heures, Kak15 a dit :

Mais sinon, pour toute la classe, on fait le fun friday, on a les ateliers à l'accueil du matin, ils ont tous un cahier de dessin fait avec des feuilles de brouillon...mes élèves "sages et travailleurs" ne sont pas mis de côté ;)

🙂 Pourquoi, les terribles n'y participent pas ? 😉

Pour ce qui est des élèves déplacés, je comprends, et ma classe est régulièrement "terre d'accueil" de perturbateurs, mais il est hors de question qu'il y passent un "bon moment", et mes collègues peuvent compter sur moi pour leur remonter les bretelles afin qu'il soit bien clair que ce qu'ils ont fait n'est pas admissible, quel que soit leur trouble, leur passé, ...

Après, ça ne m'empêche pas d'avoir une discussion calme avec eux, et en général, ce sont des enfants très intelligents, capables de mettre des mots sur ce qu'ils ont commis Mais je ne les félicite pas et je ne participe pas à leur donner envie de recommencer ou de penser qu'ils n'y sont pour rien

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, MIMIMOSA a dit :

A certains moments, on fait comme on peut… le but étant de tenir et de ne pas oublier qu’il n’y a pas que cet élève dans notre classe. Il faut profiter d’un temps « d’absence réelle ou provoquée de l’élève perturbateur » pour en discuter avec ses camarades. Leur expliquer la situation, éventuellement la différence de traitement par rapport à cet enfant. Ce n’est pas forcément miraculeux mais l’année où j’ai eu un élève ultra-explosif, au bout d’un moment, le reste de la classe ne réagissait plus au comportement de cet élève même lorsqu’il jetait ses affaires par terre (comportement que ses camarades supportés depuis 5 ans). Il faisait des crises pour attirer l’attention sur lui, c’était aussi pour lui un moyen de ne pas faire le travail demandé et ainsi de ne pas être confronté à ses difficultés.

C'est très important, ça, et j'ai déjà eu l'occasion de l'évoquer sur d'autres sujets de ce type.

Dans le mauvais climat d'une classe, il y a certes une grande responsabilité des perturbateurs mais l'attitude des autres est essentielle.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, coccinutella a dit :

Et tu proposes quoi quand tu as un élève qui pète un câble ? 

Par péter un câble j'entends : se lever, aller mettre un élève par terre et le rouer de coup de pieds, ou, choper la tête et faire mine de la lui couper avec une règle, ou, aller donner une claque à tout le monde et se rasseoir comme si de rien n'était, ou essayer de crever les yeux d'un élève avec des ciseaux, ....

Euh ... C'est un psychopathe ça !

Pour un élève classique qui pète un câble, déjà, j'essaie d'éviter qu'il le fasse, c'est-à-dire que j'évite certains fonctionnements de classe qui encourage ce passage à l'acte.

Et si ça arrive, je le sors de la classe et soit le confie au directeur soit à un autre collègue.

Et je rétablis le calme dans ma classe.

Plus tard, je discute avec cet élève, et la famille est systématiquement avertie.

 

Il y a 4 heures, coccinutella a dit :

J'ai eu déjà 3 élèves comme ça dans mes dernières années d'enseignement .... 

ALors ouais, quand ils ne veulent pas bosser et qu'ils font quelque chose d'autre je lâche l'affaire parfois ! Pour éviter une crise (2 d'entre eux étaient suivis) 

On n'est pas magiciens .... on est enseignants ...

Et si tu as une idée.... tu peux nous la donner 

Tu as raison, on n'est pas magicien. A la limite, il ne veut pas travailler, sa famille s'en tape, eh bien, qu'il ne travaille pas !

Et quand tu distribues le travail aux autres, tu lui donnes un coloriage.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Goëllette a dit :

Pour un élève classique qui pète un câble, déjà, j'essaie d'éviter qu'il le fasse, c'est-à-dire que j'évite certains fonctionnements de classe qui encourage ce passage à l'acte.

Peux-tu préciser Goëlette, quels sont les fonctionnements de classe que tu évites?

Et si ça arrive, je le sors de la classe et soit le confie au directeur soit à un autre collègue.

Ici impossible de le sortir de la classe, sauf en le trainant par terre... Il faut aller chercher le directeur, qui le traine lui aussi...

 

 

Link to comment
Share on other sites

Les perturbateurs se régalent dans l'agitation et le bruit, et avant de ta casser les pieds eux, ils vont essayer de s'adjoindre des âmes faibles pour créer le désordre à leur place.

Si on n'est pas sûr de soi et qu'on veut maîtriser l'ambiance de classe, il est donc bon d'éviter les déplacements libres et les bavardages (sauf moments très précis).

Les élèves ayant des difficultés à se maîtriser ont encore plus que les autres besoin de calme et de cadre.

Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, Goëllette a dit :

Les perturbateurs se régalent dans l'agitation et le bruit, et avant de ta casser les pieds eux, ils vont essayer de s'adjoindre des âmes faibles pour créer le désordre à leur place.

Si on n'est pas sûr de soi et qu'on veut maîtriser l'ambiance de classe, il est donc bon d'éviter les déplacements libres et les bavardages (sauf moments très précis).

Effectivement, c'est le cas des perturbateurs classiques.

Ce n'est pas du tout le cas de mon zozo, qui pète des câbles sans crier gare, que l'ambiance de classe soit calme ou agitée. Il commence d'ailleurs souvent dès le matin, au moment même où la classe est la plus calme. Il n'essaie pas de faire mettre le désordre aux autres, pas du tout. Je pense qu'il se débat déjà suffisamment avec toutes les pensées qui sont dans sa tête... c'est un gosse qui va mal. Il fait ses plus grosses crises en récréations du reste, ce qui n'est pas le cas des perturbateurs habituels, qui eux vont jouer avec leurs copains.

En revanche, à force qu'il fasse n'importe quoi, bien sûr une agitation se créée dans la classe. Et à ce moment, tous mes perturbateurs "classiques" s'engouffrent à fond dans la brèche... 

Link to comment
Share on other sites

il y a 29 minutes, Gribouillette a dit :

Effectivement, c'est le cas des perturbateurs classiques.

Ce n'est pas du tout le cas de mon zozo, qui pète des câbles sans crier gare, que l'ambiance de classe soit calme ou agitée. Il commence d'ailleurs souvent dès le matin, au moment même où la classe est la plus calme. Il n'essaie pas de faire mettre le désordre aux autres, pas du tout. Je pense qu'il se débat déjà suffisamment avec toutes les pensées qui sont dans sa tête... c'est un gosse qui va mal. Il fait ses plus grosses crises en récréations du reste, ce qui n'est pas le cas des perturbateurs habituels, qui eux vont jouer avec leurs copains.

En revanche, à force qu'il fasse n'importe quoi, bien sûr une agitation se créée dans la classe. Et à ce moment, tous mes perturbateurs "classiques" s'engouffrent à fond dans la brèche... 

Tout comme le mien 

J'ai beau me remettre en question je ne vois plus quoi faire 

Et goélette tu parles de mon élève comme étant un psychopathe sauf que cest la réalité d un bon nombre de classe de rep (et même de non rep) 

Tu as de la chance de ne pas avoir ce genre d élèves 

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

J'ai eu le même genre de zozo, avec crise à toute heure souvent sans crier gare en mettant en danger lui-même et les autres (y compris les adultes). Je te souhaite bien du courage.
Pour mon élève, la seule chose qui a vraiment fonctionné c'est l'IP pour défaut de soin auprès de la famille (qui longtemps a baladé l'école comme tous les services sociaux comme médicaux qui ont fini peu à peu par suivre le gamin), ainsi que la déscolarisation à temps partiel en attendant qu'une place se libère dans un institut spécialisé. Honnêtement, tout le reste n'était que des palliatifs qui au mieux ne fonctionnaient que de façon limitée dans le temps.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Gribouillette a dit :

Effectivement, c'est le cas des perturbateurs classiques.

Ce n'est pas du tout le cas de mon zozo, qui pète des câbles sans crier gare, que l'ambiance de classe soit calme ou agitée. Il commence d'ailleurs souvent dès le matin, au moment même où la classe est la plus calme. Il n'essaie pas de faire mettre le désordre aux autres, pas du tout. Je pense qu'il se débat déjà suffisamment avec toutes les pensées qui sont dans sa tête... c'est un gosse qui va mal. Il fait ses plus grosses crises en récréations du reste, ce qui n'est pas le cas des perturbateurs habituels, qui eux vont jouer avec leurs copains.

En revanche, à force qu'il fasse n'importe quoi, bien sûr une agitation se créée dans la classe. Et à ce moment, tous mes perturbateurs "classiques" s'engouffrent à fond dans la brèche... 

C'est donc un cas psychiatrique. Il a besoin de soins d'urgence.

Que fait la famille ? Ne peut-on pas l'appeler à chaque crise ?

il y a une heure, coccinutella a dit :

Tout comme le mien 

J'ai beau me remettre en question je ne vois plus quoi faire 

Et goélette tu parles de mon élève comme étant un psychopathe sauf que cest la réalité d un bon nombre de classe de rep (et même de non rep) 

Tu as de la chance de ne pas avoir ce genre d élèves 

Je travaille en REP+, donc j'en ai une petite idée ...

C'est la description que tu en fais qui impose ce terme.

Ces élèves relèvent de soins externes d'urgence !

il y a une heure, ptitloir a dit :

J'ai eu le même genre de zozo, avec crise à toute heure souvent sans crier gare en mettant en danger lui-même et les autres (y compris les adultes). Je te souhaite bien du courage.
Pour mon élève, la seule chose qui a vraiment fonctionné c'est l'IP pour défaut de soin auprès de la famille (qui longtemps a baladé l'école comme tous les services sociaux comme médicaux qui ont fini peu à peu par suivre le gamin), ainsi que la déscolarisation à temps partiel en attendant qu'une place se libère dans un institut spécialisé. Honnêtement, tout le reste n'était que des palliatifs qui au mieux ne fonctionnaient que de façon limitée dans le temps.

Important également. On hésite trop souvent.

Link to comment
Share on other sites

Le 17/02/2021 à 23:05, Goëllette a dit :

C'est donc un cas psychiatrique. Il a besoin de soins d'urgence.

Que fait la famille ? Ne peut-on pas l'appeler à chaque crise ?

Je travaille en REP+, donc j'en ai une petite idée ...

C'est la description que tu en fais qui impose ce terme.

Ces élèves relèvent de soins externes d'urgence !

Important également. On hésite trop souvent.

Certes mais quand le rased les refuse, que les parents ne font rien, ou qu ils sont suivi en cmp on fait quoi ?? 

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, coccinutella a dit :

Déjà fait 

😵

Il faut faire remonter tous les débordements, appeler systématiquement la famille.

Link to comment
Share on other sites

Je vous suis, j'ai récupéré un élève qui a ce type de comportement depuis la GS (je suis en CE2)...
C'est compliqué pour tout le monde, il va mal, aà besoin de soins et dur dur de le faire entendre aux partenaires extérieurs de l'école puisque au CSM (équivalent CMP) tout va bien (oui, en relation duelle et avec maman, il est charmant!), à la maison tout va bien aussi (d'après les parents).
Après une grosse escalade de violence depuis fin décembre, un signalement au procureur, plein d'écrits remontés à l'EN, une nouvelle réunion, une déscolarisation partielle (peu officielle cause exclusion partielle de la cantine), il va enfin être pris en charge dans une structure éducative à la rentrée de nos vacances, à temps plein au départ puis il reviendra progressivement à l'école....
On va souffler un peu et il aura des soins, mais cette structure l'a déjà pris en charge en CP et quand je lis les écrits du collègue de l'époque, ce sont mes mots de cette année.... En 4 ans (il y a eu un maintien en cours de route) aucune évolution du comportement!!! Il est loin d'être sorti d'affaire et nous avec!

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Quand on a passé le stade de l’IP, et que l’on pense que les autres enfants sont en danger (je fais allusion à l’histoire des ciseaux), on passe au signalement. 

Et en attendant, on fait tourner l’élève dans toutes les classes, avec du travail à faire, en lui expliquant que s’il veut rester en classe, il doit rester calme. Par ailleurs, il faut garder, en plus du cadre fort et contenant, un dialogue ouvert et bienveillant avec lui, il peut avoir besoin de se confier. Courage !

Link to comment
Share on other sites

Bonjour par ici,

Je passe vous donner des nouvelles.

Contre toute attente, Zozo n°1 est revenu de vacances beaucoup plus calme, sans que je ne sache vraiment pourquoi! Mais je savoure...

Pendant mes 15 jours d'arrêt, ça a été la valse des remplaçants, du coup il s'est beaucoup rapproché de l'AVS (seule figure un peu stable). Par conséquent, le courant passe bien maintenant entre eux deux, et quand elle est là, ça marche pas mal. 

Quand elle n'est pas là je le surveille comme le lait sur le feu, et je passe beaucoup de temps près de lui. Il a réussi à raccrocher ce qu'on fait pour pas mal de choses, il est en réussite, je le valorise ++, bref un cercle vertueux...

J'ai également mis en place le coin du calme, la classe "sas" (pas encore eu besoin d'y aller), le cahier "secret" rien que pour lui, lui donner un maximum de tâches/missions, un temps calme pour tout le monde au retour de la récré de l'aprèm...

L'EE a eu lieu, le médecin scolaire va essayer de faire bouger les choses pour el suivi psy.

Bref, depuis 3 semaines je revis. Enfin, je revivais...

 

Car Zozo n°2 s'y met, et là vraiment je n'ai plus de patience. Je ne PEUX PAS en même temps, gérer Zozo n°1 + mes autres élèves brasse bouillon / en difficulté, et lui en plus.

Donc Zozo n°2 lui, ne fait RIEN. Il est quasiment non lecteur, mais refuse de faire le boulot différent que je lui prépare. Il refuse aussi de faire le boulot avec nous quand il en est capable (genre, en maths) bref il refuse tout, il étale son bazar partout par terre, fait des petits bruits, bricole sa trousse, etc...

Suite à une contrariété cet après-midi il a jeté sa chaise, puis est parti se cacher dans un coin et faisait du bruit pour déranger la classe. Après plusieurs péripéties (je vous épargne les détails...) je vais pour l'emmener chez le directeur (classe juste à côté de la mienne) arrivé à mi-chemin il se fait "tout mou" et se met par terre, impossible de le bouger... Le directeur sort de la classe pour m'aider, le gamin se barre dans la cour, refuse d'écouter le directeur, hurle à la mort quand il essaie de l'attraper... 

Tous mes élèves debout à regarder par la fenêtre... encore une séance de fichue...

Là j'en ai juste MARRE...

Alors oui c'est encore un gamin qui va mal (se sent exclu car tout le temps tout seul dans la cour, n'a aucun copain pour jouer, et en plus ses parents sont en train de se séparer) mais zut quoi, j'ai pas de baguette magique et une classe à faire tourner!

NE PAS CITER SVP

Link to comment
Share on other sites

Je vais essayer d'éviter un maximum les crises mais pour la prochaine, je m'interroge... 

Qu'est-ce que je fais quand il ne veut plus bouger assis par terre dans un coin de la classe? Je ne veux plus le bouger de force (me suis fait mal en plus...)

S'il ne fait pas de bruit, OK je le laisse, mais s'il sabote ma séance? Pas envie de déranger le directeur à chaque fois...

En plus je suis en train de me remettre complètement en question. Qu'est-ce que j'ai fait, qu'est-ce que je fais de mal, pour que mes élèves pètent un câble comme ça?! C'est quand même le 2ème cette année...

J'essaie de me dire que je n'ai pas eu ce soucis ces 12 dernières années donc ça ne doit pas venir de moi mais bon....... j'espère que mes collègues ne m'imaginent pas en instit permissive qui se laisse déborder, ou en dragon qui traumatise les enfants...

NE PAS CITER SVP

  • Solidaire 1
Link to comment
Share on other sites

Oui, c’est chaud ! Je suis de tout cœur avec toi. Les comme ça, je les mets au coin, dans ma classe. Je devrais dire que je les porte au coin, quand ils se font couler comme tu dis. Hop sous le bras et en avant. Ou chez le directeur dans la même position, si bruits pour m’énerver. J’ai des petits bras bien musclés, parce que certains font bien leur 30 kilos. Faut être en bonne forme pour ça, c’est sûr... L’idée c’est d’être rapide pour ne pas perdre trop de temps d’apprentissage... 

Courage, ne laisse rien passer, il finira par plier si tu es plus têtue que lui. Tu devras jouer le dragon jusqu’à ce qu’il lâche. Il semble avoir plus ou moins remporté la 1ère bataille, mais tu peux y arriver. Quand il sera calmé, tu entameras la phase 2 : mise au travail et échanges agréables. Il appréciera sûrement, et gardera l’existence du dragon dans un coin de sa tête...

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Mademoisellelau a dit :

Oui, c’est chaud ! Je suis de tout cœur avec toi. Les comme ça, je les mets au coin, dans ma classe. Je devrais dire que je les porte au coin, quand ils se font couler comme tu dis. Hop sous le bras et en avant. Ou chez le directeur dans la même position, si bruits pour m’énerver. J’ai des petits bras bien musclés, parce que certains font bien leur 30 kilos. Faut être en bonne forme pour ça, c’est sûr... L’idée c’est d’être rapide pour ne pas perdre trop de temps d’apprentissage... 

Courage, ne laisse rien passer, il finira par plier si tu es plus têtue que lui.

Merci pour ta réponse. Le problème, c'est pas seulement le temps d'apprentissage perdu, c'est la concentration perdue de mes élèves suite à ce genre de prises de catch...

Sous le bras! Tu dois effectivement être plus costaude que moi! :lol: Je n'arrive pas à le porter, impossible, il est trop lourd, j'essayais de le choper par son sweet mais après ça devenait "violent" et vraiment je ne suis pas à l'aise avec ça. Sauf que si je le garde il me pourrit la classe...

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, Gribouillette a dit :

Merci pour ta réponse. Le problème, c'est pas seulement le temps d'apprentissage perdu, c'est la concentration perdue de mes élèves suite à ce genre de prises de catch...

Sous le bras! Tu dois effectivement être plus costaude que moi! :lol: Je n'arrive pas à le porter, impossible, il est trop lourd, j'essayais de le choper par son sweet mais après ça devenait "violent" et vraiment je ne suis pas à l'aise avec ça. Sauf que si je le garde il me pourrit la classe...

Non non, il ne faut pas, tu as raison. Il te faut la force du directeur pour le transport 😜. Une fois dans une autre classe avec un truc à faire et un autre enseignant qui lui passe un second savon, + du boulot en autonomie, le tout durant une après-midi entière, ou plus si besoin, il devrait avoir envie de rejoindre sa classe et sa maîtresse. Et là, tu poseras tes conditions. Et implique bien la famille en demandant clairement qu’ils te soutiennent, pour que les punitions soient doublées à la maison. Il faut absolument que tu arrives à casser ce comportement, de toutes les manières. Après, tu pourras doucement retrouver une relative normalité...

Pour les élèves, en général, je dis : « bon, tant qu’il n’aura pas un meilleur comportement, il ne sera pas admis à reprendre le travail de classe. Nous, nous avons envie de progresser, de passer dans la classe supérieure, n’est-ce pas ?! Oui ?! Bon alors, on reprend ! ». Puis, plus tard, quand j’en ai le temps, je mets des mots sur le comportement de cet enfant. 

Link to comment
Share on other sites

On faisait appel au maître pour porter les élèves violents, stopper les crises, etc. On a des zozos, surtout en CM1 qui tapent leur maîtresse, leur AESH, ou même la directrice. Sans parler du fait qu'ils défoncent littéralement les autres élèves si on intervient pas dans les 5 sec. 

Et puis, un élève ultra-violent s'est plaint un jour que le maître lui avait fait mal au bras en le maîtrisant... La mère a voulu porter plainte ! 😂

En cas de situation totalement ingérable dans notre école, et si les parents ne viennent pas immédiatement chercher leur enfant, nous sommes autorisés à appeler le 15. 

Situation complètement instable et stressante pour les enfants et l'équipe... jusqu'à ce qu'un drame arrive j'imagine ! Là, la hiérarchie dira peut-être : "Ah oui, on aurait dû faire quelque chose...". 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Chat d'école a dit :

Et puis, un élève ultra-violent s'est plaint un jour que le maître lui avait fait mal au bras en le maîtrisant... La mère a voulu porter plainte ! 😂

Et elle est passée à l'acte ?

Il y a 11 heures, Chat d'école a dit :

En cas de situation totalement ingérable dans notre école, et si les parents ne viennent pas immédiatement chercher leur enfant, nous sommes autorisés à appeler le 15. 

J'espère que vous le faites systématiquement !

Link to comment
Share on other sites

il y a 55 minutes, Goëllette a dit :

Et elle est passée à l'acte ?

Non 🤔

 

Link to comment
Share on other sites

Bon, Zozo n°2 s'est fait remonter les bretelles plusieurs fois (hier directeur + la mère, ce matin moi + le père) et s'est tenu à peu près correctement aujourd'hui.

Du coup, Zozo n°1 a pris le relais (ils alternent... :heat:)

Il était mal aujourd'hui et la journée a été compliquée, surtout l'après-midi. Clou du spectacle 10 minutes avant la sortie quand je lui ai expliqué qu'il ne pourrait pas être "vert" était donné son comportement. 

Mauvaise idée. Il n'a pas aimé. Du tout. A balancé très très fort et très très loin toutes les affaires de son bureau, une par une. Puis a poussé le bureau un grand coup. Sous les yeux des autres élèves médusés.

J'étais tout près de lui pour essayer de le calmer. Je flippais un peu de prendre un coup, tout en me disant que si ça arrivait, au moins je pourrais avoir une pause dans cet enfer... (arrêt? droit de retrait? que sais-je...)

Encore 3 semaines 1/2 à tenir avant les vacances...

 

  • Solidaire 5
Link to comment
Share on other sites

il y a 25 minutes, Chat d'école a dit :

Non 🤔

 

Tant mieux, mais vous, faites systématiquement une remontée au moindre coup.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Pas de solution les filles mais de tout cœur avec vous! J'ai 15 ans d'ancienneté, mais je les trouve vraiment compliqués cette année. Pourtant, je n'ai que 25 élèves en GS (bon, avec 18 garçons :idontno:). Pas d'élève avec de gros soucis de comportement, mais des élèves pour la plupart en mode "petit roi", qui tapent leurs parents et qui décident de tout à la maison (encore plus avec la crise, les pauvres, on ne va rien leur refuser...). Je suis dans un milieu très favorisé.

En ce moment, ils sont à fleur de peau, s'énervent pour un rien, se bagarrent, ont du mal à écouter... Bref, je galère un max ...

(je pense aussi que plus personne n'en peut plus du covid, du manque de rapport sociaux, du couvre-feu, les enfants sont de véritables éponges, cette année est dure pour tout le monde... Quand on croise des connaissances et qu'on dit bonjour, la première question c'est : quand est-ce qu'on va être reconfiné???)

Link to comment
Share on other sites

il y a 20 minutes, gaellemorgane a dit :

En ce moment, ils sont à fleur de peau, s'énervent pour un rien, se bagarrent, ont du mal à écouter... Bref, je galère un max ...

(je pense aussi que plus personne n'en peut plus du covid, du manque de rapport sociaux, du couvre-feu, les enfants sont de véritables éponges, cette année est dure pour tout le monde...

Entièrement d'accord.

Le COVID n'arrange rien, et pour certains élèves déjà agités, met clairement de l'huile sur le feu. Les contraintes permanentes, l'ambiance "chappe de plomb", le masque qui complique la communication...

Mon Zozo n°2 est constamment tout seul en récré, le vit extrêmement mal (et du coup est très chiant). L'an dernier il passait toutes ses récrés à jouer avec son grand frère ou des plus petits que lui (gros manque de maturité...). Impossible maintenant, avec nos barrières partout dans la cour, c'est chacun avec sa classe... 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...