Jump to content

Absence de l'AESH : droit de retrait ?


spiralecole
 Share

Recommended Posts

J'ai un élève avec troubles du comportement qui a une AESH à temps plein.

Hier, l'AESH était absente pour maladie. La journée a été catastrophique pour tout le monde. C'est une classe de CM1 assez difficile, avec pas mal de garçons qui "s'amusent" à énerver l'élève en situation de handicap. Il est en fond de classe et surveille ce que font les autres, qui se retournent pour le regarder, ce qu'il ne supporte pas. Il se met alors à crier pour qu'on le laisse tranquille.

En récré, il était très énervé, il a voulu se défendre, ils se sont battus, il voulait tuer un des autres élèves (ce sont ses propres mots).

Ma question est :

Que peut-on faire quand l'AESH est absente ? Peut-on refuser de faire classe ? A-t-on un droit de retrait ?

L'élève doit être accueilli... mais moi je ne veux pas revivre un tel enfer. Il a crié presque toute la journée. Il y a du bruit dans la classe et une tension permanente. Nous avons quand même réussi à travailler un peu dans le calme le matin... mais l'après-midi fut très difficile. Cet élève ne peut pas rester 6h par jour dans le groupe. Quand l'AESH est là, elle l'emmène travailler dans une petite salle à côté.

Les autres élèves sont en souffrance et je me sens impuissante face à cela, ce qui me mine encore plus le moral. Hier soir, je suis rentrée épuisée. Ce matin, j'ai mal à la tête et mes acouphènes sont revenus. Je ne veux pas y laisser ma santé.

Je pose cette question car l'AESH est en souffrance aussi avec cet élève. Je pense qu'elle est proche du burn out et aura donc d'autres journées d'absence (à moins qu'elle ne craque complètement et ne revienne plus).

J'ai fait une fiche RSST en septembre car cet élève avait frappé et insulté son AESH dans la classe, il jette ses affaires, il crie, il dit des gros mots... Il y a eu une réunion d'ESS en octobre. Tout le monde au niveau de l'institution est donc au courant de la situation dans la classe. Hier, la tension était insupportable et le mal-être était perceptible. Les élèves auraient pu se blesser en se battant. Je ne veux pas porter la responsabilité de ce qui pourrait arriver...

Que me conseillez-vous ?

  • Solidaire 2
Link to comment
Share on other sites

Guest Anonymous

Bonjour,

je suis effaré de lire ça. On nous a transformés en infirmiers psychiatriques... et en plus, on nous culpabilise quand on se plaint.

Le lobby des parents d'enfants handicapés nous a mis dans une situation intenable.

Clairement, cet enfant n'a rien à faire dans une école. Il faut oser le dire et faire en sorte qu'il aille dans une structure adaptée à son cas. Attendre qu'un accident arrive, c'est irresponsable. 

Comme toujours, les seuls qui pourront agir, ce sont les parents des autres enfants. Nous, on n'existe pas.

 

Link to comment
Share on other sites

Guest Anonymous

En attendant, tu pourrais essayer de construire un genre de "coin lecture" avec des étagères ou un tableau mobile, qui lui feraient comme un cocon pour que les autres ne puissent ni le voir, ni le taquiner. 

Tu peux aussi sévèrement punir ceux qui le provoquent. 

Link to comment
Share on other sites

Qu’est- il inscrit sur le pps de l’enfant ? Nous avons le cas d’un enfant qui n’est pas scolarisable sans aesh, c’est clairement indiqué dans le pps. En cas d’absence, l’enfant n’est pas accueilli. Le protocole est clair, les parents le savent. Ça ne pose pas de problème.

  • J'aime 1
  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Pour une situation différente, j'avais sollicité le représentant syndical pour que l'affaire soit discutée au CHSCT. C'était pour un élève en situation de handicap physique très lourd et en l'absence de l'aesh, je ne pouvais assumer les soins demandés. Au moins après, cela avait déclenché une réunion avec le médecin scolaire référent, les éduc du sessad... et javais clairement exposé aux parents ce à quoi je ne m'engageais pas.

Link to comment
Share on other sites

J'ai un élève en attente d'IME depuis presque 3 ans... scolarisé entre 1h et 1h30 par jour avec AESH (on ne peut pas plus): tentative d'étranglement, casse tout, jette tout, insultes, démonte les extincteurs, inonde les wc, nous tape, incontrôlable.

 

On le refuse si AESH absente, droit ou pas, on s'en fiche, on ne le prend pas, impossible, question de sécurité.

 

Link to comment
Share on other sites

Les parents sont-ils conscients des problèmes ? J'ai un élève qui vient 2h par jour (en PS) uniquement avec son aesh. Si elle est absente, les parents le gardent. Je n'ai même pas à demander si c'est possible, ils sont conscients que c'est impossible sans une personne juste pour lui, donc ils ne se posent pas de question. 

Link to comment
Share on other sites

Merci pour ces premières réponses.

Les parents... disons qu'on a enfin réussi l'an dernier à ce qu'ils reprennent les soins (il avait eu un suivi psy en maternelle mais cela s'était arrêté). Il a fallu les menacer de faire un RIP pour qu'ils se décident enfin à consulter. Ils ont refusé une place en ITEP.

Depuis juin, cet élève va donc chez l'orthophoniste qui est atterrée de voir qu'il n'a aucun autre suivi (je l'ai eue au téléphone et nous avons longuement échangé sur cet élève). Elle s'est mobilisée pour lui, pour qu'une infirmière coordonnatrice s'occupe du dossier. Et elle a fait une demande de diagnostic au CRA car elle pense qu'il a des traits autistiques.

Sinon, il a une psychologue libérale qui vient à domicile une fois par mois : 60 €. Les parents ne peuvent pas payer davantage (maman qui a arrêté de travailler pour s'occuper de son fils et papa qui est actuellement en congé maladie en attente d'une opération).

L'élève va être suivi par une association qui va centraliser tous les bilans et reprendre les choses en main (la maman m'a dit qu'elle avait rendez-vous la semaine prochaine). Il faudrait qu'ils obtiennent des aides financières de la MDPH. Le Sessad a été évoqué, une orientation en ULIS aussi (pour le CM2 l'an prochain ou pour le collège). Toute l'équipe éducative essaie de faire bouger les choses... mais en attendant, ce sont les autres élèves qui subissent cela depuis la maternelle.

L'élève est en souffrance, ses camarades de classe sont en souffrance, l'AESH est sur le point de craquer... et moi j'essaie de faire classe, malgré tout.

Il a bien été précisé aux parents à l'ESS que les apprentissages scolaires n'étaient plus une finalité (la maman contactait souvent la directrice l'an dernier car elle ne comprenait pas pourquoi tel ou tel travail n'avait pas été fait ou pas terminé). Ce que l'on vise maintenant, c'est que l'élève soit bien à l'école, même s'il joue aux legos ou dessine une bonne partie de la journée. Éviter les crises.

Le souci est que les autres élèves ne comprennent pas pourquoi lui, il a le droit de jouer au fond de la classe alors que eux, ils travaillent. Un élève m'a dit hier : "Lui, il a le droit à tout". On en a discuté souvent en classe, en conseil d'élèves, du handicap, des difficultés de cet élève, du fait qu'il travaillait différemment, etc. Mais certains enfants ne peuvent comprendre ça. Ils ont un sentiment d'injustice.

L'idée de l'isoler visuellement est intéressante. Il a déjà son espace en fond de classe (trois tables en L près de la bibliothèque). Il a des jeux, des cahiers pour faire du dessin... L'AESH lui amène des livres et des jeux de chez elle. Elle s'investit énormément pour le faire progresser. Elle souffre qu'il la rejette souvent. C'est très difficile à vivre pour moi aussi car je dois l'écouter, la rassurer... Je vois bien qu'elle se remet en question perpétuellement.

Elle a un cahier où elle note tout ce qui se passe... Est-ce une bonne chose ? Je ne sais pas. Pour l'avoir vécue moi-même, cette situation où on est focalisée sur un élève, où on note tout ce qu'il fait (pour se protéger au cas où on viendrait nous reprocher quelque chose) me semble être un signal d'alarme.

Désolée pour cette tirade. Ça fait du bien de partager.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, IsaG a dit :

J'ai un élève en attente d'IME depuis presque 3 ans... scolarisé entre 1h et 1h30 par jour avec AESH (on ne peut pas plus): tentative d'étranglement, casse tout, jette tout, insultes, démonte les extincteurs, inonde les wc, nous tape, incontrôlable.

 

On le refuse si AESH absente, droit ou pas, on s'en fiche, on ne le prend pas, impossible, question de sécurité.

Ce doit être terrible. On n'en est pas là, heureusement (si j'ose dire). Il ne s'attaque pas aux autres, sauf s'ils le provoquent en récréation.

En classe, il crie dès qu'il est contrarié, dès que quelque chose l'agace. Il jure et insulte aussi.

C'est épuisant pour tout le monde (même pour les collègues et élèves des autres classes qui l'entendent crier).

  • Solidaire 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, spiralecole a dit :

(maman qui a arrêté de travailler pour s'occuper de son fils et papa qui est actuellement en congé maladie en attente d'une opération).

Ils n'auront donc aucun souci à le garder à la maison quand l'AESH est absente. Ils sont deux, et toi, tu es seule, avec toute une classe. 

  • J'adhère 5
Link to comment
Share on other sites

il y a 14 minutes, spiralecole a dit :

Le souci est que les autres élèves ne comprennent pas pourquoi lui, il a le droit de jouer au fond de la classe alors que eux, ils travaillent.

Bien sûr que si. Ils ne veulent pas comprendre, car ça les amuse. 

Je pense qu'il faut être plus strict avec le reste de la classe, qui a finalement une bonne part de responsabilité dans ce qui arrive. 

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Bonjour, 

Ne t'excuse pas. Ce forum est là pour partager nos expériences, demander de l'aide.. Echanger...  

Oui, demande à ce que ton élève reste chez lui en l'absence de son AESH. C'est aussi ce que j'ai fait pour mon élève qui s'enfuit à la moindre occasion et qui est rapide comme l'éclair... Dans mon cas, c'était noté dans son PPS également. Ce n'était pas gérable sinon... J'espère que ce sera possible pour toi. Si ce n'est pas noté, il faudrait faire une RESS rapidement pour l'indiquer, surtout si tu crains un arrêt plus long de ton AESH .

Je suis surprise que des élèves d'élémentaire ne comprennent pas la différence de traitement. Je suis en maternelle et les élèves comprennent que leur camarade est différent et qu'il a y des choses que j'accepte quand il s'agit de lui. Ca n'a jamais posé le moindre problème. Et ils ont beaucoup d'empathie pour lui. 

Ton élève a t-il un casque anti bruit ? J'ai conscience que ce n'est pas l'origine du problème dans ton cas actuellement, mais parfois ça apaise les enfants qui ont des troubles autistiques. Ca les isole des bruits de la classe qui sont aussi une source de stress. Ma collègue a vu son élève plus apaisé avec son casque. Ce serait une proposition à faire lors d'une future réunion à son sujet. 

 

  • J'aime 1
  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

je te conseille de demander une nouvelle réunion de l'équipe éducative pour poser par écrit vos difficultés et faire entendre aux parents que quand vous subissez des violences - parce qu'il se sent mal- vous pouvez les appeler à l'aide afin qu'ils récupèrent leur enfant.

Expliquer aux parents que leur enfant est malheureux dans certaines situations à l'école, ça peut marcher.

Tu peux également faire appel à l'EDAI (équipe départementale d'Aide à l'Inclusion). Un psychologue, un enseignant formateur, un enseignant spécialisé. Ils peuvent t'apporter des conseils et accompagner les parents.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

J'avais une élève avec AESH en temps plein l'année dernière, l'inspectrice elle-même avait dit que cette élève ne pouvait être accueillie si absence d'AESH. 

Que dit ton directeur/ta directrice ? Que dit l'inspection? 

Ce qui me choque le plus ce sont les autres élèves finalement, en CM1 ils sont tout à fait dans la capacité de comprendre qu'un enfant est en situation de handicap et qu'il a donc des besoins différents. Ils ne sont pas pour rien dans la situation puisque tu dis qu'ils font exprès de faire monter la mayonnaise :wacko: 

Je suis dans une école où nous avons un dispositif ULIS, les élèves depuis le CP sont habitués à accueillir des profils différents de handicap et ça ne pose pas de problème. Il me semble important de reprendre ça avec tes élèves, ils ont aussi une responsabilité d'accueillir cet élève et de le traiter correctement. 

  • J'aime 1
  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Merci pour vos retours.

Je ne sais pas s'il y a un PPS en bonne et due forme pour cet élève. J'ai un dossier pour lui avec tous les Gevasco des réunions successives depuis la maternelle. Mais je n'ai jamais vu le moindre PPS. Je vais voir ça avec ma directrice. Il faudrait, en effet, que la non-scolarisation en cas d'absence de l'AESH soit notée noir sur blanc.

Pour les autres élèves, en réalité, il y en a surtout un, qui a un profil de harceleur en graine. Il a une mauvaise influence. Il aime manipuler les autres, leur faire faire des bêtises, les pousser à l'erreur... et provoquer également cet élève en situation de handicap pour l'agacer et le faire crier. Je vais resserrer la vis avec lui, car son attitude pourrit l'ambiance de classe (même quand l'élève handicapé n'est pas là car parti travailler à côté avec son AESH).

Pour l'aide à l'inclusion, j'ai reçu il y a 2 jours un mail de l'enseignante référente qui propose une visite d'observation en classe. Je dois pour cela remplir un formulaire de demande, ce que je compte faire dès demain.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, spiralecole a dit :

j'ai reçu il y a 2 jours un mail de l'enseignante référente qui propose une visite d'observation en classe

C'est possible ça ?

Ici, les ER sont débordés. Ils sont devenus des administratifs et n'ont d'enseignant que le titre.

Link to comment
Share on other sites

Il y a obligatoirement un PPS si AESH.

Il me semble que ce garçon au profil de harceleur a besoin d'aide et de soutien. Ce n'est pas anodin ce comportement.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Goëllette a dit :

C'est possible ça ?

Ici, les ER sont débordés. Ils sont devenus des administratifs et n'ont d'enseignant que le titre.

oui, c'est tout à fait possible, la plupart (pas tous) sont enseignants spécialisés et ils ont une bonne expérience de terrain de situations comparables. c'est le cas chez moi en tout cas.

Link to comment
Share on other sites

Oui, pas tous, mais ici, ils ont tellement de travail que je ne vois pas quand ils pourraient venir dans les classes !

(Et on a 4 ER !)

Link to comment
Share on other sites

@spiralecole je ferai une seconde fiche CHST spécifiant ce qui s est passe en  l'absence d'AESH et disant clairement que l'accueil de cet élève en l'absence d'aesh met en danger la sécurité physique et morale de tout le monde donc risques physiques et psycho sociaux accrus. Ainsi l' IEN pourra donner comme préconisation pas d'accueil sans aesh c'est ce qui s'est passé chez nous...

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

@Goëllette Je viens de vérifier sur le mail. C'est une proposition de l'enseignante référente mais ce n'est pas elle qui ferait la visite : c'est l'enseignante ressource spécialisée dans les troubles du spectre autistique. C'est étrange car cet élève n'a pas de diagnostic officiel de TSA.

@2caille Je ne vais pas faire de fiche RSST cette fois-ci. Je ne vois pas trop ce que je pourrais dire... Fin septembre, il y avait eu une agression sur l'AESH. Là, il s'agit plus d'une ambiance de classe dégradée. C'est épuisant, c'est certain, mais cela justifie-t-il de faire une fiche ?

Je vais voir demain avec la directrice s'il y a un PPS pour cet élève et ce qui y est écrit.

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, spiralecole a dit :

@Goëllette Je viens de vérifier sur le mail. C'est une proposition de l'enseignante référente mais ce n'est pas elle qui ferait la visite : c'est l'enseignante ressource spécialisée dans les troubles du spectre autistique. C'est étrange car cet élève n'a pas de diagnostic officiel de TSA.

@2caille Je ne vais pas faire de fiche RSST cette fois-ci. Je ne vois pas trop ce que je pourrais dire... Fin septembre, il y avait eu une agression sur l'AESH. Là, il s'agit plus d'une ambiance de classe dégradée. C'est épuisant, c'est certain, mais cela justifie-t-il de faire une fiche ?

Je vais voir demain avec la directrice s'il y a un PPS pour cet élève et ce qui y est écrit.

Oui la situation continue d altérer ta santé psychique en l absence d arsh tu dois être sur le qui vive permanent... et cela joue aussi pour la sécurité  des élèves. J en ai fait 2 à 1 mois et demi d intervalle pour le même élève afin de bien enfoncer le clou...ca a porté ses fruits 3 mois après.  Mais surtout on sait que je n encaisse plus tout et n importe quoi en matière d inclusion tant mes collègues que la circo

Link to comment
Share on other sites

Merci pour cette précision @2caille C'est vrai qu'il faut toujours être sur le qui-vive. Les récréations, notamment, sont des moments de stress... et le retour en classe est compliqué car les élèves sont agressifs les uns envers les autres.

Alors, comme "prévu" (si j'ose dire), l'AESH était absente aujourd'hui. Elle a vu son médecin et elle est arrêtée pour la semaine.

Nous avons convenu avec les parents que leur enfant ne serait accueilli que le matin. Nous allons rédiger un PPS car il n'en existe pas encore.

Ce matin, ça a été jusqu'à la récréation. Ensuite, les conflits sont arrivés et la fin de matinée a été difficile pour l'élève sans AESH qui n'a pas pu quitter la classe (il va travailler dans une petite salle d'habitude). Il a commencé à crier et jeter son matériel, repousser ses tables et lever une chaise au-dessus de sa tête en menaçant de la jeter sur les autres élèves. Il a accepté de mettre le casque et d'écouter de la musique pour se calmer. Ensuite, quand il l'a retiré, il était un peu mieux, mais n'acceptait pas que les autres le regardent ou fassent du bruit.

Je sens que la semaine va être longue...

Je ferai une fiche RSST mercredi si la matinée demain est aussi mouvementée.

 

Link to comment
Share on other sites

Courage perso même  si la journée est meilleure aujourd hui vu le comportement decrit je n hesiterai pas un quart de seconde a en faire une. Là  tu as des éléments hyper factuels merde il lève quand même une chaise en menaçant de la jeter sur les autres = risques graves de blessures physiques et puis bon pour les autres être menaces, le voit piquer sa crise c est pas joyeux non plus....

Je crois qu il faut se poser la question ainsi pour les élèves. En tant qu adulte si je travaillais en open space est ce que j accepterai un tel comportement d un collègue et ce même  si je sais qu il est différent ?

Link to comment
Share on other sites

Oui, tu as raison.

J'ai noté tout ce qui s'est passé hier. Je vais faire un signalement sur le registre RSST.

J'ai regardé sur le registre quel type de risque pourrait correspondre (car il n'y a pas eu d'agression réelle). J'ai trouvé ça : "Organisation et conditions de travail ; charge mentale, risques psychosociaux (RPS)". Je parlerai de la violence, bien sûr, mais ce n'est pas ce qui motive la déclaration.

Je crois aussi que je vais m'arrêter car je ne veux plus porter la responsabilité de tout ça. S'il arrive un truc grave, je ne me le pardonnerai pas.

Link to comment
Share on other sites

Le fait d'être épuisée nerveusement comme tu sembles le ressentir est une bonne raison pour rédiger cette fiche. Il faut arrêter de minimiser ce que nous vivons. On ne peut pas tout accepter sous prétexte d'inclusion. Un enfant qui brandit une chaise peut blesser gravement son enseignante ou un des ses camarades. En tant que maman, je pense que je n'apprécierais pas que ma fille ait le crane fracassé par un camarade qui lui a lancé une chaise, désolée.

L'inclusion sans moyen nous oblige à gérer des choses qui nous dépassent. Oui, cet enfant est différent, il a besoin de conditions particulières pour être accueilli à l'école. C'est bien cela, l'inclusion, être à l'école avec une adaptation liée au handicap. Ce n'est pas toujours tout beau tout rose, à savoir un enfant avec un handicap heureux au milieu des autres,  comme on veut bien le faire miroiter.

Il y a deux ans, j'ai accueilli un enfant avec grave trouble du comportement. Nous avons un dispositif ULIS. Quand il était dans ma classe, il était ingérable. Comme il était en ULIS, il n'avait pas d'AVS. Je rentrais chez moi épuisée nerveusement. Jamais la classe n'avait un moment de répit. Les autre élèves n'avaient pas un moment de calme pendant tout le temps où il était là, car il faisait du bruit 100% du temps : cris, jet de matériel, agitation etc. Je n'ai jamais fait de fiche pour signaler tout cela car je me disais que son comportement était lié à son handicap. Mais j'ai souffert de la situation pendant des mois. Et c'est aussi difficile et culpabilisant.

Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, Franjoe a dit :

En tant que maman, je pense que je n'apprécierais pas que ma fille ait le crane fracassé par un camarade qui lui a lancé une chaise, désolée.

Et ça, c'est un bon levier. Le registre SST n'est pas réservé qu'aux enseignants. Les parents peuvent aussi remplir la version papier qui doit être à la disposition des usagers et l'envoyer à l'Inspection. Et ça, ils n'aiment pas beaucoup à l'Inspection. Du coup, les choses avancent plus vite !

Link to comment
Share on other sites

Vous n'avez pas de fiche de signalement d'incident qu'on transmet à pas mal de personnes  et où l'inspecteur, doit remplir dans Fait établissement, les incidents ?

Pas de possibilité dans la classe d'aménagement un espace où il n'aurait pas les regards des autres - un meuble mis plutôt à la perpendiculaire d'un mur plutôt que le long du mur - également sa place dans la classe ? on a tendance à mettre les élèves avec AESH en fond de classe, mais pour certains, le regard de toute la classe devant eux sont gênants. Possibilité de le mettre devant sur le côté, pour qu'il ait le moins de regard d'élèves possible, que l'enseignant soit proche de lui.

Est-ce qu'il a une AESHi ou m ? Est-ce qu'il y a d'autres AESH sur l'école ? Elles ne sont pas rattachées à un enfant, si c'est possible, en cas d'absence d'une AESH, possibilité d'équilibrer sur les AESH pour que tous les élèves continuent d'être un peu aidés.

Pour l'aménagement scolaire que tu proposes en accord avec les parents, en l'absence d'AESH, je te conseille d'informer l'enseignant référent pour cette organisation. Ca laisse une trace, et aussi protège-toi car l'aménagement scolaire est décidé par le médecin scolaire.

Courage !

Link to comment
Share on other sites

@spiralecole je compatis sincèrement pour avoir vécu des choses un.peu semblables il y a un an. 

J avais mis les syndicats dans la boucle. J ai du être  arrêtée quasiment un mois. Le syndicat m avait suggéré de déclarer l arrêt en accident du travail imputable au service ce que j ai fait. De plus, j avais ouvert un dossier a l autonome de solidarité  en disant un accident grave va probablement arriver... j ai prévenu mon ien a 2 reprises avec la fiche chst, il y a eu des mails... que puis je faire de plus ? Leur réponse fiche chst a chaque gros incident.... on a eu du bol on a juste eu des incidents mais souvent c est  pas passé loin...

Resultats 3 mois après la première fiche 1 aesh a temps plein 1 aménagement de la scolarité et surtout si aesh absent il reste a la maison et ça c était écrit noir sur blanc 

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...