Jump to content

Consultation sur l'école


FennJA

Recommended Posts

Elle part en vacances en avance et revient en retard car l'avion est moins cher ... entre autre...toutes les raisons sont du même acabit. Incroyable, hein, pour une française-de-France...

Elle ? la petiote ? avec ses grands-parents ou seule avec le père ? ou la maman s'absente également ?

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 43
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

  • dhaiphi

    8

  • dameoiselle

    6

  • Goëllette

    5

  • FennJA

    3

Elle part en vacances en avance et revient en retard. Incroyable, hein, pour une française-de-France...

Elle ? la petiote ? avec ses grands-parents ou seul avec le père ? ou la maman s'absente également ?

Elle part voir ses grands-parents en avance, revient en retard ...

Link to comment
Share on other sites

J'étais en stage dans cet école, et l'enseignant FLE prenait des enfants qui étaient nés ici, et d'autres qui venaient d'arriver, réfugiés politiques, qui venaient directement de leur pays ou qui avaient transité par un ou plusieurs autres : ils apprenaient plus vite le Français que les enfants d'origine turque.
Je constate tous les jours le même phénomène (Anecdote : cette années, aux évaluations nationales, le meilleur élève de la classe en Français est un bosniaque qui fréquentait la CLIN il y a 4 ans).Peut-être parce qu'eux ont vécu viscéralement leur exil, ils savent parfaitement pourquoi ils sont venus ici et souhaitent par-dessus tout que leurs enfants réussissent dans leur nouveau pays et que cela passe forcément par quelques sacrifices.
Voilà porquoi l'inrégration ne sera jalais possible ! Trop malade pour exprimer ma conception, mais je me rend compte que pour les français, l'tégration passe par une norme.
L'intégration a été possible pour des générations d'immigrés et elle l'est toujours pour certains. Mais, c'est vrai que cela passe par une norme... Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Il ne s'agit pas de nier ses racines, on n'en demande pas tant.
En apparence, je peut paraître intégrée (je parle la langue ect) mais je ne le serai jamais car l'intégration n'est que dans un sens !
Mais tout à fait. La France en général, et l'école en particulier, doivent mettre en place des dispositifs pour aider les nouveaux arrivants, cela ne fait aucun doute dans mon esprit. Mais ceux-ci doivent s'adapter dans une certaine mesure à leur pays d'accueil... et en parler la langue me semble être le minimum.
Et oui, penser que l'autre doit nous ressembler c'est du racisme,, désolée
On n'a pas tout à fait la même définition alors... Pour moi, cela consiste simplement à considérer l'autre comme inférieur ou déficient du fait de son origine.
Et pour la difficulté, pas besoin d'être d'origine érangère pour l'être ! L'école est elle-même génératrice d'échec scolaire. Les raccourcis sont rapides !
Qui a dit que seuls les enfants d'origine étrangère étaient en difficulté ? C'est d'ailleurs bien la preuve que l'école n'est pas raciste, puisque des enfants de toutes origines peuvent l'être.
Link to comment
Share on other sites

Je pense que le problème est bien plus vaste qu'une appartenance éthnique mais qu'il est simplement le résultat de la politique de natalité française (dont on est si fier) depuis plusieurs dizaines d'années qui fait qu'avoir des enfants parait assez intéressant et comporte, quand on regarde seulement au premier abord, beaucoup plus de droits que de devoirs.

Ainsi, de nombreuses familles (y compris françaises de souche :wink: ) ne se sentent plus tenues d'avoir des exigences éducatives (elles reçoivent des indemnités et rien ne leur est demandé en retour). Evidemment, ça se ressent beaucoup au niveau de la maîtrise de la langue française et on en arrive à des élèves de CM (y compris français de souche re :wink: ) incapables de faire la différence entre langage familier et langage soutenu, qui ne savent pas définir des mots courants, des bons élèves qui oublient systématiquement le "ne" de la négation parce qu'on ne leur parle plus jamais en l'utilisant ...

Et si on voit une différence entre les populations étrangères de deuxième génération par rapport à la première, on peut constater la même différence entre la jeune génération française de souche et celle de ses parents, y compris dans les catégories socio-professionnelles moyennes et supérieures.

(Bon, c'est sûr, c'est juste plus difficile à admettre, je sais. :wink:)

Link to comment
Share on other sites

Et si on voit une différence entre les populations étrangères de deuxième génération par rapport à la première, on peut constater la même différence entre la jeune génération française de souche et celle de ses parents, y compris dans les catégories socio-professionnelles moyennes et supérieures.

(Bon, c'est sûr, c'est juste plus difficile à admettre, je sais. :wink:)

Surtout cette dernière partie qui ne correspond pas à mon vécu d'enseignant.

Link to comment
Share on other sites

Tu as de la chance.

Ce que je constate, c'est la pauvreté croissante de la maîtrise de la langue française par les petits français de souche, y compris dans des milieux où ça ne devrait pas être, le manque d'exigences familiales au niveau de la scolarité aussi (absentéisme, cahiers non signés, leçons non sues, ...).

Link to comment
Share on other sites

Ce que je constate, c'est la pauvreté croissante de la maîtrise de la langue française par les petits français de souche, y compris dans des milieux où ça ne devrait pas être,

Je sais que tu nous as déjà fait part de ce point de vue que je veux bien admettre, bien que...

Disons que tout ce qui évoque une baisse générale de niveau me laisse perplexe : de mon temps, on écrivait sans fautes, etc..., on respectait le maître, etc....

Et lorsque l'on retrouve certains cahiers, on s'aperçoit que c'était ni pire, ni bien mieux que de nos jours.

Link to comment
Share on other sites

Je n'étais pas si brillante que ça, mais je ne constate pas ce que tu écris lorsque je regarde mes cahiers d'écolière. :wink:

On nous demandait bien davantage au niveau du contenu, en Français, et les appréciations étaient plus sévères.

(Peut-être suis-je plus âgée que toi ... :wink: )

Bien sûr, on enseigne aux enfants des tas de matières supplémentaires (physique, biologie, anglais, ...), qu'on pourrait à mon avis largement laisser aux professeurs de collèges dont c'est la spécialité.

Mais du coup, on enseigne le Français de façon moins rigoureuse, et comme ce manque de rigueur se retrouve également à la maison (les parents ne faisant plus attention comme avant à la forme et le fond de leurs propos prononcés devant leurs enfants), les élèves actuels maîtrisent moins bien notre langue, à catégorie sociale identique, que ceux des générations précédentes.

Je ne crois pas que ce soit une solution de nier l'évidence (que peuvent constater chaque jour les profs de collège, lycée, de fac, les recruteurs, ...) et c'est certainement une des raisons de la baisse de notre crédibilité vis-à-vis d'eux.

De plus, on participe au creusement des inégalités parce qu'on ne permet plus, par l'école, à un accès aux grandes études pour les élèves des milieux moyens et humbles.

Suivre en prépa de maths, par exemple, devient de plus en plus difficile à cause ... du Français, et la sélection se fait certainement là, mais il est souvent hélas trop tard pour les autres, à cet âge-là, pour rattraper le retard.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...