Jump to content

Procédure pour démission PES


barbamama123

Recommended Posts

Bonsoir 

 

Je suis actuellement PES et je souhaite démissionner. 

Pourriez vous me donner la marche à suivre ? A qui dois je adresser ma lettre ? Dois je faire un préavis ...

Merci pour votre aide par avance 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

As-tu bien réfléchis cette décision? J'ai été pes l'année dernière et je sais que l'année est chargée et stressante.

En as-tu parlé à l'espé ou à pemf, CPC ?

Si tu es sur de ta décision il n'y a pas de préavis (en tout cas dans mon département). 

Bon courage.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour, 

 

Merci pour ta réponse. Oui j'y ai bien réfléchi malgré les 2 semaines de "vacances" plus la date de reprise arrive et plus je pleure. Je n'ai pas de plaisir à retourner en classe. Je suis en reconversion professionnelle et je pensais réaliser mon rêve et je savais que le métier était difficile mais je ne vois à l'heure actuelle aucun avantage par rapport à ma vie d'avant si ce n'est les vacances scolaires mais je refuse de faire ce métier pour cette raison. 

A plus de 40 ans je me retrouve à devoir tout recommencer à 0 en faisant ce métier, ma première visite de tutrice a été cata (personne souriante et soi disant bienveillante mais quand on lit son compte rendu de visite on pleure, je l'ai même montré à mes titulaires qui m'ont dit que c'était limite attaquable et dans tous les cas insultants) 

N'ayant déjà pas confiance en moi je ne me vois vraiment pas me faire casser comme cela durant toute l'année pour au final perdre au niveau salaire, ne plus avoir le temps de m'occuper de mes 3 enfants. Et ce qui m'inquiète le plus et me fais décider à démissionner c'est que je n'éprouve pas de plaisir à aller en classe.

Je n'en ai pas parlé à mon ESPE, ni PEMF ni CPC je ne vois pas trop ce que cela pourrait changer mis à part me mettre une étiquette de casse pied sur le front :-) 

 

 

Link to comment
Share on other sites

D'abord je t'adresse plein de pensées chaleureuses...

Adresse toi directement à la DSDEN, via le secrétariat de ton IEN.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Barbamama123,

J'ai été PES l'année dernière, après reconversion pro à 45 ans. Ça a été une année très dure : master2+ enseigner... et préparer, préparer, préparer... + la maison, enfants etc... Ma classe était très compliquée, l'environnement pas toujours facile... etc. Et puis on débute, et rien n'est acquis !!!

La formule actuelle est vraiment très limite, et nous pousse à bout, j'espère qu'ils vont la changer pour les prochains. La confiance en soi en prend un coup, même pour ceux qui n'ont pas de souci de ce côté-là.

Mais réfléchis quand même, tu as dû être en classe en tout 15 jours à peu près (si tu es à mi-temps en classe comme dans mon espe) : avec la formule actuelle, on n'est encore que de gros bébés après 15 jours de classe ! Tout est difficile, se faire écouter, les mettre en rang, gérer le temps... alors le plaisir d'être en classe, je crois qu'il ne viendra qu'après...

Nos tuteurs nous faisaient chercher un moment, un seul moment où on avait vu un petit éclat de ciel entre les nuages : au début, on avait du mal à trouver (sauf quelques génies de l'enseignement, mais il y en a très peu par classe qui sont dès le départ exactement au bon endroit !)

Mais au fil de l'année, même si c'était toujours hyper dur, il y a eu des éclaircies. Et cette année, je suis titulaire, j'apprécie, même si je suis encore très débutante !

Fais ce que tu sens, mais prends quand même conseil de l'espe, du PEMF etc. Et réfléchis, tu as passé un concours difficile à plus de 40 ans. Le jury qui t'a validée a estimé que tu pouvais le faire... même si c'est sûr que c'est une année dure !

Les PE qui ont de l'expérience ne souffrent pas autant que les PES, ils arrivent à avoir des congés, à gérer le travail pour l'école et le reste, ils sourient. Et déjà l'année de T1 est très différente. Moins de pression aussi je crois.

Les visites sont très dures pour le moral, il ne faut pas hésiter à en reparler avec ton PEMF en demandant des conseils précis, si tu peux. Ou à un autre enseignant qui te semble bienveillant.

Par ailleurs, pour ma part, j'ai travaillé avec une psycho énergéticienne pour m'aider à survivre à cette année ! En reconversion, tu dois aussi te protéger car ta confiance en toi peut être plus facilement abîmée : tu as fait des choix, dans ton entourage, tout le monde n'y croyait pas forcément, tu as bossé dur pour le concours, c'est différent je pense d'un début de vie professionnelle pour quelqu'un qui a "juste" fait des études. Mais tu sais ce qu'est un enfant, tu sais ce qu'est être parent, c'est déjà énorme !

Tiens-nous au courant en tout cas, quoi que tu choisisses, bonne chance !

Et si tu veux échanger au fil de l'année, on est là sur ce forum ! Moi, ça m'a aidée l'année dernière...

 

 

 

 

  • J'aime 4
Link to comment
Share on other sites

Merci beaucoup pour ton message je suis très touchée. Je n'arrive pas à voir clair dans tout cela j'ai passé ce concours en pensant réaliser mon rêve et en voulant quitter mon ancien job que je ne supportais plus et je me retrouve à faire un boulot dans lequel je ne m'épanouis pas et où je suis complètement larguée et livrée à moi même.

J'ai 2 quarts temps en plus donc autant dire qu'aux yeux des élèves je compte pour du beurre 

Paradoxalement je n'arrive pas à me résoudre à envoyer ma lettre car j'ai peur de le regretter plus tard 

Quand j'en parle autour de moi aux instits que je connais, elles me disent pratiquement toutes qu'elles restent là pour le confort mais que si c'était à refaire elle n'aurait pas fait ce métier.

Et je ne veux pas vivre dans cet esprit là de me dire que je reste là pour avoir les vacances scolaires avec mes enfants ce ne serait pas juste 

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, barbamama123 a dit :

Quand j'en parle autour de moi aux instits que je connais, elles me disent pratiquement toutes qu'elles restent là pour le confort mais que si c'était à refaire elle n'aurait pas fait ce métier.

Attention aux aigreurs de chacun...et à la ré-écriture de l'histoire.

J'ai passé le concours à 40 ans aussi, c'est dur mais je trouve que cela vaut le coup, en revanche, si tu y perds aussi au niveau salaire je comprends que cela soit encore plus compliqué, moi, j'y gagnais...

Tu me liras aussi un peu désabusée sur d'autres posts car les conditions de travail ne sont selon moi pas à la hauteur de l'enjeu.

J'ai tendance à te dire te te faire entourer pour t'aider dans ta décision et de prendre du temps avant d'envoyer ta lettre, c'est un peu tôt pour avoir une vision du métier.

Link to comment
Share on other sites

La PES est une année très dure, peu importe l'âge qu'on a (et j'ai l'impression qu'ils ne font rien pour améliorer cette année de formation). Mes collègues aussi ont le même ressenti que les tiennes ("si c'était à refaire je ne referais pas") mais il faut dire que la plupart ont connu l'âge d'or du métier (logement de fonction, indemnités en tout genre, journées pédagogiques, etc). Il ne faut pas comparer à ce qu'est le métier actuellement.

Mes premières années ont été très difficiles: année de PES compliquée + bébé à la maison (et à l'époque c'était temps plein en classe, pas de formation à l'ESPE), puis postes pas évidents (plusieurs 1/4 temps) avec des enfants en bas âge, mais depuis l'année dernière, j'ai ma classe et j'avoue que je commence réellement à me sentir à ma place en classe.

Je ne donnerai aucun conseil, c'est à toi de prendre ta décision. Néanmoins peut-être faudrait-il en discuter avec quelqu'un en qui tu as confiance avant de faire un choix que tu regretteras plus tard (que ce soit de partir ou de rester). Si c'est un métier qui t'attire depuis longtemps, ce n'est sans doute pas pour rien. 

Ce qui m'a beaucoup aidé dans mes débuts, c'est le soutien de collègues bienveillantes. Certaines sont devenus des amies depuis. Elles peuvent peut-être t'aider à surmonter les difficultés que tu rencontres? Si c'est comme par chez moi, ce n'est pas ton tuteur, ton PEMF ou l'ESPE qui le fera...

Par rapport aux visites, mes formateurs étaient assez terribles et se contredisaient tous. J'ai eu quand même près de 35 visites en 8 mois! Du coup, j'avais pris le parti de faire ce qui me paraissait bien, en faisant mine d'être attentive à leurs conseils mais une fois partis, je faisais ce que je veux. Il ne faut pas oublier qu'un des grands bonheurs de notre métier, c'est aussi d'être seul maître de sa classe (même si on la partage, mais je pense que tu vois ce que je veux dire). La liberté pédagogique! (dixit ma collègue)

Il n'y a que le début de l'année de passé, laisse-toi peut-être un peu plus de temps. La première période de classe est toujours compliquée (instaurer les règles, le fonctionnement de la classe, s'habituer aux élèves...) et en général ça se cale après la Toussaint (voire après Noël parfois). Quels niveaux as-tu?

Bon courage en tout cas!

Link to comment
Share on other sites

Les années se suivent et ne se ressemblent pas. ça fait environ 7 ou 8 ans que je suis PE et  6 ans que j'enseigne dans la même école. Mon année de stage a été une horreur, la bienveillance des formateurs je n'ai pas vu; et j'ai été renouvelé. La 2ème année de stage s'est beaucoup mieux passé, j'étais à temps plein dans la même école, je n'ai pas trop vu les formateurs et j'ai décidé de faire à ma manière, les prèp. c'était si je veux, si j'ai le temps. Cette année là s'est très bien passée parce que j'étais dans une super école. Dans mon école actuelle, globalement je me plais bien mais il y a eu des années avec et des années sans. L'équipe est chouette; les élèves aussi mais parfois un seul élève ou une seule famille peu tout te plomber. Cette année je suis sur un petit nuage mes élèves sont adorables et je reprends du plaisir à faire mon travail mais les 2 années passés j'ai eu des élèves avec des grosses difficultés d'apprentissages et de comportements et là je n'avais aucun plaisir à travailler.

Juste pour te dire que cette année est sans doute très difficile mais tu devrais essayer de t'accrocher, quand te n'aura plus la pression de la titularisation, de la formation et que tu auras pris tes habitudes se sera certainement plus facile. Bon courage.

Link to comment
Share on other sites

C'est sûr qu'il s'agit d'une décision personnelle, toutefois je voulais te faire part de mon ressenti en tant que PES cette année:

Mes débuts ont été très difficiles, j'étais complètement perdu face à la mission que l'on me confiait, le sentiment d'être complétement seul et isolé avec mes difficultés, la première visite de ma PEMF a été catastrophique, des réveils où l'envie n'y était pas du tout, des soirées à se refaire toute la journée passée et à bloquer sur tout ce qui n'allait pas, bosser 24/24 7/7 pour de bien maigres résultats... Bref, moi aussi j'ai songé à tout laisser tomber pendant un moment... Sans parler de la "formation" qui est chronophage, stressante et totalement inutile...

Puis, avec le temps, j'ai gagné en confiance et j'ai lâché du lest car je me mettais trop la pression... Ma PEMF l'a ressenti sur ses 2 autres visites. J'ai testé de nouvelles choses, je passe moins de temps dans mes prép' car je sais où je vais avec les élèves, je m'organise mieux pour avoir un petit peu de vie à côté, j'essaye de voir quelles sont les attentes de cette année de stage pour me fixer un minimum d'objectifs... Et bien que je me trouve encore mauvais, j'essaye de faire progresser les élèves autant que possible en attendant d'être plus aguerri...

Essaye de repenser aux raisons pour lesquelles tu as passé ce concours, pourquoi ton ancien job ne te plaisait plus, si tu as réellement envie d'y retourner pendant 25 ans... Mais aussi si l'école où tu fais ton stage n'y est pas pour quelque chose... Je dis ça car j'ai 2 1/4temps, et dans une école j'en chie grave, tandis que dans l'autre je prends un réel plaisir à y enseigner... Comme quoi, le lieu de stage (ou le niveau) peut aussi être faussement représentatif de ce qu'il t'attend dans les années à venir. Si je n'avais eu que l'école A, je me dirais que ce métier n'est pas pour moi et je songerais à faire autre chose... Mais grâce à l'école B, je me rends compte que ce métier est génial et épanouissant!! Situation schizophrénique...

Si je n'avais qu'un conseil, c'est de t'accrocher car cette année est très difficile pour tout le monde, il suffit de parler avec tes collègues de l'espé pour te rendre compte qu'on est tous dans la même galère! Penses-tu qu'un dentiste, un chirurgien, une infirmière, un peintre en bâtiment ou encore un garagiste ont été bons dès leurs premiers mois dans le métier? Alors pourquoi un enseignant stagiaire le serait? Laisse le brouillard se désépaissir, quitte à prendre sur toi quelques mois encore pour murir ta décision et n'avoir aucun regret à la fin.

Bon courage, je sais qu'il difficile de traverser ces périodes de doute alors n'hésite pas à en parler.

++

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, barbamama123 a dit :

Bonjour, 

 

Merci pour ta réponse. Oui j'y ai bien réfléchi malgré les 2 semaines de "vacances" plus la date de reprise arrive et plus je pleure. Je n'ai pas de plaisir à retourner en classe. Je suis en reconversion professionnelle et je pensais réaliser mon rêve et je savais que le métier était difficile mais je ne vois à l'heure actuelle aucun avantage par rapport à ma vie d'avant si ce n'est les vacances scolaires mais je refuse de faire ce métier pour cette raison. 

A plus de 40 ans je me retrouve à devoir tout recommencer à 0 en faisant ce métier, ma première visite de tutrice a été cata (personne souriante et soi disant bienveillante mais quand on lit son compte rendu de visite on pleure, je l'ai même montré à mes titulaires qui m'ont dit que c'était limite attaquable et dans tous les cas insultants) 

N'ayant déjà pas confiance en moi je ne me vois vraiment pas me faire casser comme cela durant toute l'année pour au final perdre au niveau salaire, ne plus avoir le temps de m'occuper de mes 3 enfants. Et ce qui m'inquiète le plus et me fais décider à démissionner c'est que je n'éprouve pas de plaisir à aller en classe.

Je n'en ai pas parlé à mon ESPE, ni PEMF ni CPC je ne vois pas trop ce que cela pourrait changer mis à part me mettre une étiquette de casse pied sur le front :-) 

 

 

Bonjour,

ceux qui entrent dans ce métier pour "réaliser un rêve" tombent de haut, forcément. Aucun travail n'est un plaisir, par essence-même le travail, c'est la contrainte. Voir l’étymologie du mot. Éprouver du plaisir à aller en classe... M'enfin, personne n'éprouve du plaisir à aller en classe, ou alors quand les élèves ne sont pas là ... lol

Moi aussi, j'ai changé de voie après 40 ans, quittant un job bien payé. Je n'y suis pas retournée, car j'ai vraiment aimé enseigner, alors que j'y étais venue pour les vacances.

Je pense que c'est trop tôt pour te faire une idée, l'année de PES est dure pour tout le monde.

En revanche, si tu peux retourner à ton ancien job sur simple demande, effectivement, c'est jouable. Je te conseillerais tout de même d'attendre la fin de l'année.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, borneo a dit :

Moi aussi, j'ai changé de voie après 40 ans, quittant un job bien payé. Je n'y suis pas retournée, car j'ai vraiment aimé enseigner, alors que j'y étais venue pour les vacances.

:)

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...