Jump to content

Professeurs du lycée Gallieni de Toulouse agressés et humiliés par certains élèves


prof désécol
 Share

Recommended Posts

 

Citation

Agressés et humiliés par certains élèves, les profs du lycée Gallieni de Toulouse sont en grève

C’est littéralement un « appel au secours » qu’ont lancé, ce mardi matin, une soixantaine d’enseignants du lycée Joseph-Gallieni (sur 120), route d’Espagne à Toulouse. Devant l’entrée de l’établissement qui accueille plus de 1 000 élèves du CAP au bac professionnel et technologique, une large banderole réclame « un plan Marshall ».

Agressions verbales et physiques « qui se généralisent et se banalisent », « intrusion d’élèves extérieurs qui viennent semer le trouble et commettent des infractions », vols en classe, à l’internat, généralisation de bagarres violentes dans l’enceinte de l’établissement, violences sexistes subies par les filles, élèves et parents qui viennent la peur au ventre, souffrance des enseignants, trafic de stupéfiants, etc. La liste est longue et les moyens pour lutter plutôt aux abonnés absents, considèrent les équipes pédagogiques en colère.

Le pot aux roses, c’est la découverte de lycéens fichés S. Cette fameuse fiche émise par la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) concerne des individus soupçonnés de visées terroristes ou d’atteinte à la sûreté de l’Etat, sans pour autant qu’ils aient commis de délit ou de crime. [...] On a eu, une année, des élèves partis pour tenter d’aller faire le jihad. Quand ils sont revenus, le rectorat nous a répondu de faire appel à notre bon sens pour gérer le problème ».

« Dans les 1 000 élèves du lycée, on a des profils très particuliers, poursuit l’enseignante. Certains sont très volontaires, mais on a aussi une minorité qui relève de structures spécialisées, médicales, ou relatives à la justice : des élèves qui sortent de prison, qui viennent en cours avec le bracelet électronique, d’’autres qui ont un casier judiciaire assez fourni qu’on nous demande d’intégrer. On fait tout pour que la poudrière explose. »  [...]

Et parmi les agressions sur les enseignants, jets de cailloux, coups de poing... à voir dans la vidéo qui accompagne l'article :

https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/09/2718236-agresses-humilies-certains-eleves-profs-lycee-gallieni-toulouse-sont-greve.html

 

Link to comment
Share on other sites

http://www.20minutes.fr/societe/2200387-20180112-toulouse-bagarres-insultes-intimidation-ras-bol-profs-lycee-gallieni

Citation

Sur le millier d’élèves accueillis, issus notamment du Mirail, les professeurs estiment que 200 perturbateurs, dont certains ont déjà un casier judiciaire, posent problème en tentant d’imposer leur loi. Les menaces, bagarres et intimidations sont monnaie courante. Quelques élèves, des filles surtout, ne viennent plus. « Par peur ».

« Je suis là depuis sept ans et franchement je croyais que j’avais les épaules, raconte une prof de maths expérimentée et investie, mais cette année, il m’arrive de me garer sur le parking et de pleurer pour évacuer avant d’entrer en cours.»

[...] Un autre prof ne croit plus guère aux mesures disciplinaires. « Ils viennent en conseil de discipline avec l’avocat de la famille et font appel », témoigne-t-il.

 

Link to comment
Share on other sites

Et comme ils sont soutenus par leur Dasen, un homme de conviction, de courage et qui n'est pas du genre à cacher la poussière sous le tapis, la situation va vite s'améliorer.

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/12/2720192-statu-quo-lycee-joseph-gallieni-enseignants-decolerent.html

Citation

Le proviseur du lycée a également «essuyé des tirs de canettes et a été injurié et insulté publiquement alors qu'il tentait d'éteindre un incendie dans les locaux de la cafétéria du lycée»

 

Citation

Le chiffre : 47 000

euros > Par an. C'est le coût des dégradations multiples dont s'acquitte chaque année le lycée polyvalent Joseph Galliéni, selon les syndicats enseignants qui demandent son classement en réseau d'éducation prioritaire.

 

Link to comment
Share on other sites

L'avantage d'être soutenu, c'est que cela fait chaud au cœur :

 

https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/10/2718746-les-eleves-ne-sont-pas-les-ennemis-des-professeurs.html

 

Par ailleurs, des collègues se sont amusés à sortir son cv, disponible librement sur le net. PE, puis CPC, puis IEN, puis IEN-ASH, puis Dasen-adjoint puis Dasen. Avec un homme possédant une si longue expérience du terrain, une si bonne connaissance des lycées pro et soutenant si courageusement son personnel, nul doute que la situation va très vite revenir à un calme olympien.

 

Link to comment
Share on other sites

Il s'agit certainement de quelques enseignants réactionnaires pratiquant trop le frontal et ne pratiquant pas la différenciation pédagogique. Une pitite formation, quelques tablettes et hop ! plus de soucis :)

  • Haha 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, ronin a dit :

Et comme ils sont soutenus par leur Dasen, un homme de conviction, de courage et qui n'est pas du genre à cacher la poussière sous le tapis, la situation va vite s'améliorer.

En effet. Un autre n'aurait peut-être pas eu le courage....

... de laisser entendre que le problème, au fond, vient bien évidemment de certains enseignants.

 

Citation

Jacques Caillaut : «Les élèves ne sont pas les ennemis des professeurs» -

10/01/2018

Pour moi, les élèves ne sont pas les ennemis des professeurs. Pour certains enseignants, il y a peut-être des logiques de formation qui doivent se mettre en place. C'est ce qui est proposé, mais il faut avoir les candidats pour cela. [...]

le père Noël n'existe pas et certaines choses sont totalement irréalisables. Il y a un vrai problème de fond que l'on est en train de traite au long cours. Mais on ne met pas les élèves dehors.

Vous entendez, quand même, la colère des enseignants ?

Quelques enseignants sont débordés, mais je sais aussi que d'autres réussissent. Il ne faut pas stigmatiser des gamins qui ne sont que des gamins de 15/16 ans. [...]

Les enseignants demandent des agents de sécurité. Est-ce possible ?

Pas avec un financement de l'Education nationale, mais je crois aussi que pour quelques professeurs, il y a un profil éducatif à repenser.

 

Link to comment
Share on other sites

Il me semblait que ma subtile ironie était visible.... Si je disais ce que je pense de ce triste personnage ça serait censuré je pense. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, ronin a dit :

Il me semblait que ma subtile ironie était visible.... Si je disais ce que je pense de ce triste personnage ça serait censuré je pense. 

Il me semblait que la mienne aussi. ;)

 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, ronin a dit :

Si je disais ce que je pense de ce triste personnage ça serait censuré je pense. 

Et encore, peut-être n'as-tu pas encore lu sa réaction après le suicide d'un jeune stagiaire prof de maths il y a deux ans, et dont chacun pourra apprécier le degré de compassion.

https://perso.math.univ-toulouse.fr/cattiaux/files/2015/04/reponse-rectorat1.pdf

Citation

Des professeurs jugent que cinq à six collèges toulousains fonctionnent encore normalement.

C'est eux qui le disent. Personne n'oblige les profs à être profs. Je vois des professeurs heureux. Ça existe aussi. [...]

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 27 minutes, ronin a dit :

Oh si je connais. Je pense que sa place est à pôle emploi. 

En conseiller pôle emploi ? On ose à peine imaginer...

"Je suis allocataire en fin de droits. Au secours, je suis au bout du rouleau, je ne trouve pas de travail !

- C'est vous qui le dites. Personne n'oblige les chômeurs à être chômeurs. Je vois des chômeurs heureux. Ça existe aussi."

:dry:

 

Edited by prof désécol
Link to comment
Share on other sites

Déjà, en mars 2017, un "fait divers" qui en disait long sur le climat dans ce lycée :

https://www.ladepeche.fr/article/2017/03/29/2546165-un-feu-s-est-declare-au-lycee-gallieni-de-toulouse.html

Citation

Manifestation, incendie volontaire : les lycéens de Gallieni racontent la "mutinerie"

29/03/2017

Faits divers

La matinée a été très tendue au lycée Gallieni, situé route d'Espagne à Toulouse. Une partie des élèves se seraient rassemblés devant les portes de l'établissement pour protester contre la suppression d'un personnel du foyer. Le ton serait très vite monté dans les rangs des manifestants, qui ont bloqué la chaussée.

Dans le même temps, le feu aurait été mis à des bambous situés à l'intérieur du bâtiment principal.

La police, appelée sur les lieux a dû procéder à quelques charges pour libérer la chaussée. Selon plusieurs témoins, les forces de l'ordre auraient fait usage de gaz lacrymogène. 

"Nous avons été appelé car une centaine de lycéens manifestaient sur la voie publique, témoigne un représentant des forces de l'ordre. Lorsque nous sommes arrivés sur place nous avons été victimes de caillassages et d'un jet de cocktail molotov. Pendant que nous faisions effectivement usage de gaz lacrymogène pour nous désengager, des jeunes ont mis le feu avec un jerrican d'essence à des bambous d'apparat situés à l'intérieur du lycée." [...]

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, prof désécol a dit :

On a eu, une année, des élèves partis pour tenter d’aller faire le jihad. Quand ils sont revenus, le rectorat nous a répondu de faire appel à notre bon sens pour gérer le problème

C'est un peu la réponse qui a été apportée à des collègues qui accueillent dans leur école des enfants de djihadistes susceptibles de revenir et se rendre à l'école les chercher ... :cry:

 

Pour ce qui concerne le DASEN, je croyais que les lycées étaient directement gérés par le recteur ?

Link to comment
Share on other sites

Goëllette, tu m'attribues en citation les paroles d'un enseignant du lycée Gallieni ; fort heureusement, je n'ai pas encore rencontré ce type de problèmes !

Il y a 8 heures, Goëllette a dit :

Pour ce qui concerne le DASEN, je croyais que les lycées étaient directement gérés par le recteur ?

L'enseignement secondaire -donc jusqu'en Terminale- est sous la responsabilité du Dasen.

En revanche, peut-être  que les lycéens en BTS ou en prépas sont concernés par une gestion rectorale. A vérifier.

 

 

Link to comment
Share on other sites

:D J'ai juste fait "citer" ce que tu citais ...

Merci pour les précisions.

Il me semble avoir lu quelque part que leur rectrice (je crois que c'est une femme) est également très ... bienveillante envers les enseignants qu'elle gère. :clown:

Ils n'ont donc pas de chance !

Link to comment
Share on other sites

20% de perturbateurs, ça commence à faire beaucoup...

Qu'il n'y ait que "quelques" enseignants qui ne gèrent pas la situation...Eh bien, nous sommes des surhommes!

Je refuse que mon boulot me bouffe comme ça, je ne suis pas assez reconnue, soutenue ni payée pour accepter ce genre de conditions de travail. Le navire coule, quand même!  Faut-il que nous soyons les derniers sur les canots de sauvetage?

Link to comment
Share on other sites

il y a 47 minutes, Goëllette a dit :

Il me semble avoir lu quelque part que leur rectrice (je crois que c'est une femme) est également très ... bienveillante envers les enseignants qu'elle gère. :clown:

 Elle en avait fait la preuve lorsqu'une enseignante du collège Bellefontaine de Toulouse avait fait une grève de la faim car sanctionnée disciplinairement et mutée d'office par le rectorat, ainsi que cinq autres enseignants du collège.

Soucieuse pour sa santé, cette brave dame avait conseillé à l'enseignante de cesser son action - sans daigner toutefois la recevoir.

Les sanctions avaient finalement été abandonnées... après 26 jours de grève de la faim et l'hospitalisation de ladite enseignante.

Pour rappel :

http://www.lemonde.fr/education/article/2015/07/20/education-prioritaire-fin-du-conflit-au-college-bellefontaine_4690872_1473685.html

 

Link to comment
Share on other sites

Ce qui me choque c' est également le silence des autres enseignants de de ce lycée. ( la moitié). Le dasen peut donc dire que ceux qui manifestent leur souffrance "sont débordés" car les bons eux ne disent rien. Si les profs ne sont pas solidaires entre eux, on n' arrivera à rien. La plupart de nos chefs ne considèrent que ceux qui fonctionnent. Les autres, ce sont des incapables qui devraient changer de boulot. Ce sont des boulets pour l'administration. Où est la bienveillance dans notre administration ? Envers les élèves , on le voit bien à travers les propos de ce Dsden.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, framboise sauvage a dit :

Ce qui me choque c' est également le silence des autres enseignants de de ce lycée. ( la moitié). Le dasen peut donc dire que ceux qui manifestent leur souffrance "sont débordés" car les bons eux ne disent rien. Si les profs ne sont pas solidaires entre eux, on n' arrivera à rien. La plupart de nos chefs ne considèrent que ceux qui fonctionnent. Les autres, ce sont des incapables qui devraient changer de boulot. Ce sont des boulets pour l'administration. Où est la bienveillance dans notre administration ? Envers les élèves , on le voit bien à travers les propos de ce Dsden.

Envers certains élèves, les perturbateurs. Parce que les autres, ceux qui veulent travailler, ils sont en véritable souffrance.

Un membre de ma famille est prof sur Toulouse, remplaçant. Son constat est terrible : elle n'a connu qu'un seul établissement avec une ambiance calme. Sur une trentaine. Les conseils de disciplines deviennent rarissimes car effectivement, les parents ont pour habitude de venir accompagnés de leur avocat ou d'une meute de sauvages qui vandalisent l'établissement pour empêcher la réunion d'avoir lieu. La première question qui est posée par les élèves quand il arrive, c'est : "c'est quoi votre religion ?"

Un cauchemar.

  • Triste 1
Link to comment
Share on other sites

https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/18/2724113-crise-lycee-gallieni-rectorat-entend-souffrance-enseignants.html

Citation

Crise du lycée Galliéni : le rectorat entend « la souffrance des enseignants »

18/01/2018

Les enseignants du lycée polyvalent Joseph Gallieni à Toulouse, dont le rectorat reconnaît «la souffrance», vont devoir terminer l'année avec les moyens existants. C'est en substance ce qui est ressorti, hier, du point presse organisé par Jacques Caillaut, directeur académique des services de l'Education nationale (Dasen) de la Haute-Garonne, pour mettre un terme à la crise que traverse l'établissement qui accueille près de 1 000 élèves dont 150 jugés «très difficiles» et suivis par la justice.

La veille, les discussions ont duré 4 h 30 entre l'inspecteur académique, qui veut «restaurer l'image» du lycée, et les personnels pour déboucher sur une feuille de route qui n'a pas satisfait les syndicats enseignants. Ils réclament en premier lieu la création de huit postes d'AED (assistants d'éducation pour la surveillance). Le Dasen en donne deux pour cette année et propose plusieurs mesures pour la rentrée 2018. D'une part, de «relancer le partenariat avec la police, la justice ; un accompagnement par des psychologues scolaires pour les personnels fragilisés ; intervention d'une équipe mobile de laïcité ; un accès à la formation». M. Caillaut annonce aussi l'installation d'un comité de suivi pour Gallieni où il se rendra prochainement pour rencontrer les profs. Il estime enfin que quatre CPE (conseillers principaux d'éducation) pour moins de 1 000 élèves, c'est suffisant.

Depuis une semaine, une majorité des 140 enseignants du lycée qui scolarise du CAP au bac professionnel ont déposé un préavis de grève reconductible pour dénoncer «les violences et agressions qu'ils subissent au quotidien» et ont lancé une pétition qui a recueilli plus de 5 000 signatures. Le conseil régional Occitanie a de son côté annoncé l'installation de 36 caméras de vidéosurveillance.

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, Goëllette a dit :

On va dire que c'est un début ...

 

Le partenariat avec la police et la justice sera-t-il étendu aux pompiers ?

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/debut-incendie-volontaire-provoque-evacuation-du-lycee-gallieni-toulouse-1404515.html

Citation

Le lycée Gallieni de Toulouse évacué après un incendie volontaire, un jeune en garde à vue

C'est un début d'incendie volontaire qui a provoqué l'évacuation de la totalité du lycée Gallieni à Toulouse. L'ensemble des élèves et du personnel a été évacué de l'établissement. Il n'y a pas de blessé. 

Une enquête a été ouverte par la Sureté Départementale et "un jeune a été interpellé et placé en garde à vue", a indiqué la police. [...]

Plusieurs départs de feu dans des poubelles ont eu lieu dès le jeudi après-midi, selon nos informations. Un autre incendie volontaire a été allumé ce vendredi matin dans un des bâtiments, le bâtiment C, et les fumées ont déclenché l'alarme. Par mesure de précaution, les fumées risquant de se propager dans les conduits de ventilation, le chef d'établissement a décidé de l'évacuation. 

On ignore l'origine exacte de ce début d'incendie dans les locaux de l'établissement, mais selon des enseignants l'origine volontaire ne fait pas de doute.

Selon nos informations, le message suivant circulait ce vendredi matin sur les téléphones portables d'une partie des élèves : "vendredi blocus à Gallieni, on va mettre le feu, partagez tous". 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Je propose de le nommer PLP dans le lycée en question. Il pourra montrer aux enseignants comment faire puisqu'il paraît que c'est facile...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, ronin a dit :

Je propose de le nommer PLP dans le lycée en question. Il pourra montrer aux enseignants comment faire puisqu'il paraît que c'est facile...

Je vote pour toi !

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...