Jump to content
nonau

Le projet de loi de l’école de la confiance

Recommended Posts

nonau

Dans la continuité de Sarkozy et Hollande. Normal il faut respecter les traités européens ...

https://www.fo-fnecfp.fr/declaration-de-la-fnec-fp-fo-au-cse-du-15-octobre-2018/

Nous avions entendu qu’il n’y aurait pas de loi Blanquer, aujourd’hui nous avons un projet de loi qui bouleverse l’organisation de l’enseignement dans notre pays.

Il y a urgence, c’est vrai, mais urgence à écouter les revendications des personnels, dont les conditions de travail et de rémunération se sont considérablement dégradées. Il y a urgence à revenir sur toutes les réformes qui, les faits le montrent, fragilisent l’école de la République des rythmes scolaires à Parcoursup.

Dans votre conférence de presse de rentrée, vous avez déclaré : « l’école est la colonne vertébrale de la République ». Pour la FNEC-FP FO, avec la confédération FO, les services publics et l’éducation nationale au premier chef, sont en effet garants de l’égalité républicaine et de la République, une et indivisible.

Le projet de loi intitulé «Pour une école de la confiance » répond-il à l’exigence d’un service public garantissant les mêmes droits sur tout le territoire et fondé sur les garanties statutaires des personnels ? Répond-il à leurs revendications urgentes ? C’est en fait tout l’inverse.

Ce projet vise en effet à pousser à son terme l’application de la réforme territoriale du gouvernement précédent à l’éducation nationale.

L’article 17 autorise le gouvernement à « prendre par ordonnance les mesures (…) rendues nécessaires par le nouveau découpage du territoire national pour l’organisation des services académiques ».

Pourquoi légiférer par ordonnance si ce n’est pour imposer aux personnels une réforme dont ils ne veulent pas, comme cela a déjà été le cas pour la réforme du code du travail ?

La constitution de 13 académies, avec la fusion des 28 existantes est bel et bien un pas décisif vers une régionalisation de l’Éducation nationale et la remise en cause des règles nationales . La volonté de donner une place déterminante à la région dans les décisions et orientations prises, la mise en place de projets régionaux et de directions pédagogiques régionales, comme c’est déjà le cas à Rouen et Caen en sont des illustrations.

Cette réforme fait système avec CAP 22 et le recul planifié des services publics, il fait système avec les 120000 suppressions de postes prévues sur le quinquennat (d’ores et déjà 400 suppressions sont annoncées en 2019 pour les personnels administratifs).

On nous parle de dialogue social et de concertation : le choix du recours aux ordonnances illustre ce qu’il en est réellement. Le gouvernement n’écoute personne, il entend aller jusqu’au bout de ses contre-réformes : c’est l’autoritarisme qui est au poste de commande, c’est une fuite en avant.

On essaie de nous rassurer en nous disant que les périmètres de gestion resteront inchangés jusqu’en 2022 (cette phrase est révélatrice, j'ai envie de dire "et après"?)… Cela ne signifie pas que les garanties statutaires seront maintenues. Personne n’est dupe : cette réforme ne peut que bouleverser les droits des personnels en ce qui concerne les progressions de carrière, les promotions, la politique indemnitaire, les mutations et les affectations.

Les autres dispositions essentielles de ce projet de loi sont en total cohérence avec la logique de pulvérisation des garanties nationales de la réforme territoriale.

Il serait ainsi possible d’adapter localement les horaires d’enseignement. En fonction des moyens locaux, un établissement pourrait proposer un enseignement de mathématiques pendant une moitié de l’année. Dans un contexte de pénurie aiguë de professeurs de mathématiques, cela ne paraît pas de la science-fiction. Le tronc commun de Première dans votre projet de réforme du lycée, mutualisant, dans l’enseignement scientifique, les sciences-physiques, la SVT et les mathématiques, donne aussi cette possibilité aux chefs d’établissement, de plus en plus confrontés à un manque de personnels.

L’égalité républicaine serait-elle maintenue alors que les élèves n’auraient plus les mêmes horaires hebdomadaires ?

De quelle égalité républicaine s’agit-il quand le projet de loi prévoit la généralisation des établissements type école européenne de Strasbourg appelés EPLEI ? Pour ces écoles du socle, les volumes d’heures ne seraient pas annualisés mais ferait l’objet d’une répartition sur plusieurs années. En effet, l’organisation de la scolarité, par cycle, mettrait fin à la notion de niveau et à l’organisation annuelle des enseignements.

Ces écoles seraient aussi susceptibles d’être financées par « des personnes morales de droit privé », autrement dit des entreprises ou des associations.

Ces dispositions créent un précédent inacceptable, susceptible d’être étendu à tous les établissements et toutes les écoles.

L’école de la République serait-elle renforcée par la scolarité obligatoire dès 3 ans alors que 98.9 % des élèves de cet âge sont déjà scolarisés ? La seule véritable conséquence concrète, c’est l’augmentation mécanique des subventions de l’état aux écoles privées.

Le projet de loi prévoit la création d’un conseil de l’évaluation à la place du CNESCO, chargé de la « méthodologie et des outils d’évaluation ». Pour FO, les élèves sont évalués par les examens nationaux. Or la réforme du lycée remplacerait le baccalauréat par des diplômes expérimentaux et locaux, pour le meilleur comme pour le pire, notamment dans le cadre de l’article 8 du chapitre II. Après l’évaluation des personnels sur ces critères multiples, arbitraires et locaux, découlant de PPCR, on introduit l’évaluation des établissements en s’appuyant sur l’évaluation des élèves. C’est un pas vers le pilotage du système par les résultats en lieu et place des horaires et des programmes nationaux. C’est la mise en concurrence des établissements (La suite logique de PPCR...)

Ce sont les personnels qui seraient rendus responsables des choix pédagogiques opérés, dans un contexte où, par ailleurs, les coupes budgétaires rendent les conditions d’apprentissage des élèves de plus en plus difficiles. Est-ce cela la démarche de proximité ?

Ce n’est pas la remise à plat de la formation initiale, prévue dans le Titre III, qui résoudra les difficultés. Les dysfonctionnements des ESPE, dont l’organisation et les contenus des enseignements diffèrent justement d’un établissement à l’autre, ont été pointés par le rapport de la Cour des comptes*. C’est le résultat du désengagement de l’état que FO avait dénoncé lors de la réforme dite de la mastérisation. Une réforme que le projet maintient.

Au lieu de cela, il prévoit la modification du recrutement des AED, qui pourraient être utilisés comme professeurs apprentis à moindre coût. Recrutés par contrat en L2, sans le statut de professeur stagiaire, ils seraient exposés au licenciement jusqu’à leur titularisation qui n’interviendrait qu’à la fin de leur M2. Ils seraient licenciables pendant 4 ans.  Cela ressemble fort à la période d’essai du contrat première embauche qui avait dû être abrogé face à la mobilisation des jeunes et des salariés, avec leurs organisations. Cela n’a rien à voir avec un véritable pré-recrutement dans le cadre du statut !

Ce projet de loi fait fausse route, il est dangereux pour l’école et la République, le mieux serait de l’abandonner, nous vous le demandons.

Share this post


Link to post
Share on other sites
abel27

Marrant comme on les entend plus ces gens qui nous vantaient ce nouveau président et son programme qui "non, non, n'était pas du tout libéral et n'allait pas casser le service public, on voit le mal partout".

Share this post


Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 22 minutes, abel27 a dit :

Marrant comme on les entend plus ces gens qui nous vantaient ce nouveau président et son programme qui "non, non, n'était pas du tout libéral et n'allait pas casser le service public, on voit le mal partout".

nan mais il nous ont sauvés du fascisme pour quelques temps donc faut pas leur en vouloir ! 😫

Et on va nous refaire le coup aux européennes : Macron le seul et l'unique contre la montée de l'extrême droite. Pour cela une entreprise de démolition de la seule force politique de gauche (sûrement pas parfaite je vous l'accorde) capable de l'emporter est à l'oeuvre.

On va se faire un mini Brésil, ça va être cool. Patience plus que quelques années. La nièce de la bleu marine se prépare. Elle est parait-il en couple avec un proche de Salvini. J'arrête là sinon je vais faire du Médiapart Nouveau.

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

Macron et les libéraux incarnent le terreau sur lequel se nourrit le fascisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Je suis droit dans mes bottes : je n'ai pas voté pour lui ... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
chris74
matelot

Nous savions dès le départ qui était ce type ainsi que son petit chef...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Norah
Il y a 4 heures, matelot a dit :

Nous savions dès le départ qui était ce type ainsi que son petit chef...

+1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lady Oscar

Share this post


Link to post
Share on other sites
ronin

42% de votants, ils peuvent y aller... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

Et les médias centrés sur la scolarisation obligatoire des enfants de 3 ans, le leurre est lâché...Un petit cadeau aux écoles privées confessionnelles ni vu ni connu.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
jeanounette

https://aix.snes.edu/censure-a-l-education-nationale.html

Citation

CE.13I SECRETARIAT PARTICULIER IA13 <ce.sp13@ac-aix-marseille.fr>
Date : mer. 12 déc. 2018 à 14:31
Mesdames, Messieurs les Chefs d’établissement, Chers collègues,
Afin d’éviter que ne s’installent chez nos élèves et leurs parents, des éléments d’information relatifs à la réforme du lycée et du baccalauréat, tronqués, incomplets voire fallacieux, je vous demanderai de bien vouloir veiller à ce que nos établissements ne puissent accueillir des temps de réunion communs entre enseignants, parents d’élèves et élèves.
Sans vouloir aller à l’encontre des droits réglementaires de nos collègues enseignants en termes de réunions d’information syndicale ou de travail autour de ces évolutions, il est important que nous restions maîtres des messages construits à l’intérieur de nos structures.
Par ailleurs, si des réunions associant enseignants, parents et élèves se sont déjà tenues au sein de vos établissements à votre insu, voire contre votre gré, je vous remercie de bien vouloir m’en faire part pour notre information.
Avec mes remerciements et l’assurance de mon soutien en ces temps difficiles,
DB, le DASEN des Bouches-du-Rhône

C'est la fête !

Share this post


Link to post
Share on other sites
isabelle478
Le 12/12/2018 à 23:10, leene a dit :

niveau confiance cet article dans le projet de loi cité dans le café péda n'est pas mal non plus ...

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/12/12122018Article636801966942543096.aspx

on voulait nous imposer un devoir de réserve inexistant maintenant il sera bien réel ...

Très inquiétant. On revient à des années noires que l'on ne pensait plus voir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
prof désécol

 

Citation

Les cinq points de friction du projet de loi pour une "école de la confiance"

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Ce texte est examiné à partir de lundi à l'Assemblée nationale mais certaines de ses dispositions froissent les syndicats.

Instruction obligatoire dès 3 ans, refonte de l'évaluation, rôle étoffé des surveillants... L'Assemblée examine le premier grand texte sur l'école du quinquennat Macron, à partir de lundi 11 février, qui crispe les syndicats et nourrit les critiques de l'opposition. Ce projet de loi "pour une école de la confiance", porté par Jean-Michel Blanquer, entend répondre à deux enjeux : "élever le niveau général des élèves" et promouvoir "la justice sociale".

Le projet suscite une forme de défiance chez plusieurs syndicats du corps enseignant, déjà mobilisés pour des hausses de salaires, l'arrêt des suppressions de postes, et encore le retrait des réformes du baccalauréat, du lycée et de Parcoursup.

https://www.francetvinfo.fr/societe/education/refondation-de-l-ecole/les-cinq-points-de-frictions-du-projet-de-loi-pour-une-ecole-de-la-confiance_3185301.html

 

Citation

Une instruction obligatoire dès l'âge de 3 ans

Le projet de loi veut une instruction obligatoire pour les enfants dès l'âge de 3 ans, contre 6 actuellement. "Nous serons le pays [de l'UE] qui positionne l'âge de l'instruction obligatoire le plus tôt dans la vie", se félicite ainsi le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer. Dans les faits, cette mesure ne concernera que 26 000 nouveaux enfants à la rentrée prochaine, selon une étude d'impact du ministère, car 98,9 % de cette classe d'âge font déjà l'objet d'une instruction.

Cette obligation impose par ailleurs aux collectivités de financer les maternelles privées sous contrat, ce que l'Etat prévoit de compenser. Le coût de cette mesure est évalué entre 100 et 150 millions d'euros, selon Le Monde, qui cite respectivement les calculs du ministère et du Comité national d'action laïque. La gauche dénonce un "cadeau" fait au privé, quand LR crie "à l'injustice", dans la mesure où la compensation serait de moindre importance pour les communes qui aidaient déjà les maternelles privées par rapport à celles qui n'aidaient pas.

 

Citation

Des "missions d'enseignement" pour des surveillants

Les surveillants d'établissement (assistants d'éducation) pourront exercer des "missions d'enseignement" à condition de préparer les concours au métier d'enseignant et d'être au minimum en deuxième année de licence. Ils toucheront alors 693 euros par mois pour huit heures consacrées à ces missions (963 euros en Licence 3 et 980 euros en Master 1). Au total, 1 500 personnes seront concernées lors de la première année et ce nombre pourrait atteindre 3 000 en 2021. Jean-Michel Blanquer affirme que cette mesure permettra d'élargir le "vivier" de recrutement des enseignants et d'être un "vecteur d'ascension sociale".

Pour le ministre, c'est donc une manière de doper le pré-recrutement. Mais les syndicats et oppositions de gauche craignent que ces "pions" ne soient sollicités pour remplacer des enseignants absents. La députée LREM Fannette Charvier, co-rapporteure du texte, estime que "confier des missions ne veut pas dire remplacer" et ajoute que "cela pourra commencer par du soutien scolaire, des petits groupes" ou l’aide aux devoirs. Le texte de loi évoque par exemple du soutien scolaire pour les surveillants qui sont étudiants en L2, des activités pédagogiques complémentaires pour ceux qui sont en L3 ou des remplacements devant une classe pour ceux qui sont en M1.

 

Citation

Un devoir "d'exemplarité" pour les enseignants

Certains enseignants sont également préoccupés par la lecture du premier article du projet de loi, qui rappelle le devoir "d'exemplarité" des enseignants et le respect que doivent leur manifester en retour élèves et familles.

Par leur engagement et leur exemplarité, les personnels de la communauté éducative contribuent à l’établissement du lien de confiance qui doit unir les élèves et leur famille au service public de l’éducation.Article 1 du projet de loi "école de confiance"

Certains soupçonnent une volonté de "museler" leur liberté d'expression, alors que des mouvements comme les "stylos rouges" ou #PasDeVague ont émergé fin 2018 sur les réseaux sociaux, afin respectivement d'obtenir un meilleur statut des enseignants et de dénoncer les violences scolaires.

A priori, rien de nouveau, car les agents publics ont "une obligation d'obéissance et de loyauté envers leur institution", rappelle dans Libération Antony Taillefait, professeur spécialiste du droit des fonctionnaires. Ce dernier s'interroge tout de même sur les motifs d'un tel rappel et souligne que les agents ont la possibilité de s'exprimer – "il faut simplement un ton correct et la critique argumentée". De son côté, le syndicat SNUipp-FSU a lancé une pétition pour rappeler que "la liberté d’expression est pour les agents une garantie démocratique qui protège les usagers des services publics et protège les finalités de l’intérêt général".

 

Citation

Un conseil d'évaluation de l'école qui "manque d'indépendance"

La création du Conseil d'évaluation de l'école, pour jauger l'efficience des politiques éducatives, braque aussi les syndicats. "Le CEE proposera des outils d'auto-évaluation aux établissements. Ce sera aux enseignants de s'en saisir", assure Anne Brugnera, cheffe de file des députés LREM pour l'éducation, qui réfute toute volonté d'inspecter davantage les personnels. [...]

 

Citation

Vers des classes de collège regroupées avec des écoles

Un amendement adopté fin janvier veut permettre la création d' "établissements publics des savoirs fondamentaux", consistant à regrouper "les classes d’un collège et d’une ou plusieurs écoles situées dans le même bassin de vie". Les petites écoles, notamment, pourraient ainsi atteindre une taille critique.

Francette Popineau, secrétaire générale du syndicat enseignant SNUipp, redoute que les méthodes du collège soient importées au sein du primaire. "On risque de perdre la proximité avec les enfants et avec les parents", estime-t-elle dans les colonnes de La Croix. C’est un "pilotage vertical et hiérarchique des écoles par le collège", estime pour sa part la Sgen-CFDT, citée par Le Monde.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

Voilà c'était en octobre...On ne les entendait pas à ce moment là le SE unsa et cie qui crient au loup maintenant. Pourquoi n'ont-ils pas appelé à la grève du 9 octobre? Pourquoi n'appellent-t-ils pas le 19 mars? Je sais, on va me dire "impact limité", mais oui, mais ce sont des syndicats ils doivent prendre leur responsabilité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Il me semble avoir lu sur un compte-rendu qu'il est en accord avec une bonne partie de la loi Blanquer ...

enfin, il dénonce, par jeu politique, mais dans le corps de l'article, on sent qu'ils soutiennent l'idée.

Je chercherai...

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau
Il y a 8 heures, Goëllette a dit :

Il me semble avoir lu sur un compte-rendu qu'il est en accord avec une bonne partie de la loi Blanquer ...

enfin, il dénonce, par jeu politique, mais dans le corps de l'article, on sent qu'ils soutiennent l'idée.

Je chercherai...

Oui l'UNSA semble en accord sur cette Loi sauf sur les EPSF...Donc ils cautionnent tout le reste et l'article 1 notamment...

Share this post


Link to post
Share on other sites
flore49

Un lien fiable pour corroborer vos derniers propos svp ? Ca nous aiderait à faire le tri entre les élucubrations habituelles et la réalité des choses.

5 organisations syndicales viennent de signer un communiqué. On remarquera l'absence de certaines, qui ne manqueront pas d'accuser les signataires de toutes sortes de trahisons.

Communiqué intersyndical

Encore une fois, on peut ne pas être en accord sur le choix des armes, mais passer son temps à défèquer sur les autres ne fait pas avancer le chmilblik. Et pire, il fait fuir les potentiels militants las des querelles à tout va et systématiques.  

Share this post


Link to post
Share on other sites
lilie2fr
il y a 29 minutes, flore49 a dit :

Un lien fiable pour corroborer vos derniers propos svp ? Ca nous aiderait à faire le tri entre les élucubrations haituelles et la réalité des choses.

5 organisations syndicales viennent de signer un communiqué. On remarquera l'absence de certaines, qui ne manqueront pas d'accuser les signataires de toutes sortes de trahisons.

Communiqué intersyndical

Encore une fois, on peut ne pas être en accord sur le choix des armes, mais passer son temps à défèquer sur les autres ne fait pas avancer le chmilblik. Et pire, il fait fuir les potentiels militants las des querelles à tout va et systématiques.  

Oui merci de citer des sources fiables, cela me semble être la base de communication d'informations aussi importantes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
André Jorge

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau
Il y a 2 heures, flore49 a dit :

Un lien fiable pour corroborer vos derniers propos svp ? Ca nous aiderait à faire le tri entre les élucubrations haituelles et la réalité des choses.

5 organisations syndicales viennent de signer un communiqué. On remarquera l'absence de certaines, qui ne manqueront pas d'accuser les signataires de toutes sortes de trahisons.

Communiqué intersyndical

Encore une fois, on peut ne pas être en accord sur le choix des armes, mais passer son temps à défèquer sur les autres ne fait pas avancer le chmilblik. Et pire, il fait fuir les potentiels militants las des querelles à tout va et systématiques.  

Pour l'instant c'est l'Unsa qui te défèque dessus...

Ce communiqué demande une réécriture quand les autres demande une abrogation!

On ne demande pas une réécriture pour une loi qui finira de détruire notre école Républicaine.

Selon eux il n'y aurait qu'un seul article qui pose problème...

Le texte va à présent être examiné au sénat. Le SE-Unsa poursuit son travail auprès des parlementaires, des représentants des collectivités (département et communes) et des parents d’élèves pour obtenir le retrait de cet article. Le SE-Unsa vient de proposer une rencontre aux organisations signataires du courrier commun demandant le retrait de l’article.
 
Qui a accompagné la modification de nos ORS sous la mandature précédente? Les rythmes? Le PPCR? Que des décrets qui permettent maintenant de faire exploser l'unité républicaine de notre institution.
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
flore49
Il y a 5 heures, nonau a dit :

Pour l'instant c'est l'Unsa qui te défèque dessus...

C'est celui qui dit qui'y est, là non ? Passé l'âge. ...:getlost:

 

Il y a 5 heures, nonau a dit :

Selon eux il n'y aurait qu'un seul article qui pose problème...

Bah non. Le lien que tu cites semble parler de l'école des savoirs fondamentaux et donc de l'article concernant ce point-là. Et toujours rien qui te permette d'affirmer que l"Unsa est favorable à cette loi. Il me semble que le seul communiqué intersyndical dit tout autre chose.

Encore une fois, que tes valeurs soient diamétralement opposées aux combats de l'Unsa ou autre, et que tu te battes pour celles-ci, cela t'honore sans aucun doute, mais que tu places tes interprétations à hauteur de vérités, sans t'encombrer d'objectivité, c'est de la désinformation, voire du mensonge. 

Édit : Et encore autre chose. Quand l'Unsa ne souhaite pas s'associer â une grève (et c'est son droit) tu le vilipendes sans aucun égard pour les raisons qui motivent cette position ; en revanche, quand FO ne souhaite pas s'associer â un communiqué intersyndical, alors qu'un front serait nécessaire, rien de plus normal puisque vous n'êtes pas d'accord avec son contenu (et c'est votre droit).... Bref, comme d'hab, vous vous arrogez un droit que vous ne reconnaissez pas aux autres:getlost:

Share this post


Link to post
Share on other sites
jeanounette

J'ai un fou rire quand je lis la fin du communiqué intersyndical  (c'est nerveux hein !)

Citation

En conséquence, elles s'adressent solennellement aux députés et leur demandent de ne pas voter cette loi en l'état.

C'est hyper offensif, le gvnt va trembler ! 😁😂
Franchement avec la majorité écrasante de députés moutons LREM, c'est clair que cet appel va marcher ! Non mais lol ! On n'est pas sortis des ronces. Je suis contente que mon syndicat ne soit pas signataire non plus ce truc pouet pouet .

Sinon, avant même que la loi soit votée, certains IEN ne se sentent déjà plus :

 

52974623_1158673164292700_97601392339845120_n.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
jeanounette

PS : Jean Mimi n'est pas contre la suppression d'un nouveau jour férié (ben oui il faut bien encore faire suer les pauvres plutôt que de prendre aux riches)

J'en ai un peu plus je vous l'mets quand même ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
flore49

Comprends pas le rapport du jour férié avec le sujet du post :idontno:

 

Et comme je l'ai dit plus haut, ce n'est pas tant la non signature qui me pose souci, puisque chacun est libre, mais l'intolérance à ce qui n'entre pas dans une seule et unique ligne de conduite, un position dictatoriale en quelque sorte. 

edit : et je ne comprends pas plus ce dénigrement systématique sur des actions qui pourraient être complémentaires. 

Edited by flore49

Share this post


Link to post
Share on other sites
jeanounette
il y a 1 minute, flore49 a dit :

Comprends pas le rapport du jour férié avec le sujet du post :idontno:

 

Et commme je l'ai dit plus haut, ce n'est pas tant la non signature qui me pose souci, puisque chacun est libre, mais l'intolérance à ce qui n'entre pas dans une seule et unique ligne de conduite, un position dictatoriale en quelque sorte. 

Le rapport avec le jour férié c'est qu'on a affaire à une belle bande de casseurs que ce soit pour l'école ou pour tout le reste.

Et je ne vois pas en quoi dénoncer la teneur de ce communiqué serait dictatoriale. Il n'y a rein d'insultant non plus la dedans . En revanche toi tu peux à l'aise dire que les autres défèquent par leurs propos ... Excuse moi mais l'intolérance je la vois plutôt de ton côté.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
flore49
il y a 1 minute, jeanounette a dit :

Et je ne vois pas en quoi dénoncer la teneur de ce communiqué serait dictatoriale. Il n'y a rein d'insultant non plus la dedans . En revanche toi tu peux à l'aise dire que les autres défèquent par leurs propos ... Excuse moi mais l'intolérance je la vois plutôt de ton côté.

J'ai déjà dit que j'avais passé l'âge... :dry:

Share this post


Link to post
Share on other sites
jeanounette
à l’instant, flore49 a dit :

J'ai déjà dit que j'avais passé l'âge... :dry:

facile !

A cours d'argument  ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...