Jump to content
JoCool

Comment gérer une élève manipulatrice et néfaste avec ses camarades en GS ?

Recommended Posts

JoCool

Bonjour à toutes et tous,

Je suis PES en maternelle GS. Cette année se passe très bien, je suis épaulé par un enseignant expérimenté avec qui le contact est très bon. L'école est petite et il y règne une très bonne ambiance.
J'ai des élèves super, travailleurs, impliqués, curieux, etc. L'école est en REP dans le rural, donc sans être très petite, c'est quand même une ville où tout le monde se connaît plus ou moins.

Seulement, il y a une élève de la classe qui a un relationnel très compliqué avec les autres élèves, surtout les filles : elle est très manipulatrice. Elle impose aux autres qui a le droit de jouer avec qui et décide d'exclure parfois unetelle du groupe. Or, la classe étant composée pour 2/3 de garçons, une fille exclue se retrouve vite seule.
Si ce n'était pas une enfant, je dirais qu'elle a un profil de perverse narcissique. Je dis ça sans jugement de valeur car c'est d'autre part une élève qui peut se montrer très agréable quand elle veut et qui participe bien en classe. En revanche, elle est beaucoup dans la compétition et n'aide pas vraiment ses camarades, ou alors seulement les filles avec qui elle est amie. Elle est très exclusive.

Ceci a des répercussions déplorables sur plusieurs élèves. On est proche, je pense, du harcèlement moral, si nous n'y sommes pas déjà. Ce qui me pousse à dire cela, ce sont les faits : 4 filles de la classe ont eu des comportements inhabituels : peur de venir à l'école, pleurs et besoin de rester à la maison arrivé devant la porte de la classe, et même des comportements de régression observés à la maison par les parents. Ceci explique le terme de "néfaste" que j'ai utilisé dans le titre de ce sujet. Il peut sembler fort, mais au regard de ce que vivent les élèves concernés, je pense qu'il est approprié.

Bien entendu, mon binôme et moi avons essayé de discuter de cela en y mettant les formes, d'abord avec cette élève, puis avec la mère qui est très présente (trop ?). Le père vient de temps en temps, mais il semble que ce soit la maman qui ait une relation très fusionnelle avec sa fille (elle n'est pas fille unique, mais c'est la dernière de la fratrie). Le problème est que la mère n'accepte pas notre discours et qu'au contraire, nous avons le sentiment qu'elle encourage ce comportement en le niant et en érigeant sa fille en enfant idéale (et au-dessus de la moyenne, car elle l'a faite tester à grands frais pour une éventuelle précocité).
Nous avons même essayé de voir du côté des partenaires de l'école et des psychologues : aucune solution n'a émergée pour le moment.

De mon côté, j'ai parlé du vivre ensemble et ce que c'est d'être un élève dans la classe au travers de livres, sans cibler personne bien entendu. J'ai utilisé des livres où le personnage principal veut être le chef et imposer ses règles aux autres, ou un autre où il ne pense qu'à lui et fait de la peine à ses amis. Ca n'a pas semblé faire écho chez cette élève.

Je ne donne pas trop de détails sciemment, car je ne voudrais pas que, par un malheureux hasard, quelqu'un qui connaît cette élève ou sa famille, tombe sur ce post et puisse faire le lien. D'autant que mon but est vraiment d'aider tous les élèves, aussi bien cette enfant que les autres.

 

J'en viens donc au but de ce sujet : Avez-vous eu des cas similaires à traiter ? Que pourriez-vous me conseiller dans un cas comme celui-ci ?

Merci d'avoir pris le temps de me lire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pepettebond

Je pense que j'expliquerai à l'enfant harceleur qu'il veut être populaire et décider , mais que cela est désagréable.pour tout le monde.

Que cela lui a été expliqué de nombreuses fois et qu'il n"a pas compris ce que les copains ressentent quand il fait cela.

C'est pourquoi je vais punir toute la classe

Personne n'aura le droit de jouer ou de parler avec lui pendant deux jours (une semaine).  Les enfants qui transgresseront l'interdit seront sévèrement punis.

J'expliquerai à la classe que le copain doit apprendre et comprendre ce que cela fait quand on est seul et que pour l'aider à comprendre, pendant deux jour je puni tous ceux qui voudront jouer avec lui.

Puis au bout de deux jours je demanderai  aux enfants et au harceleur d'expliquer comment ça fait d'être ignoré comment on se sent ET je redonnerai la loi  INTERDIT ABSOLU D'EXCLURE QUELQU'UN EN LUI DISANT DE MECHANTES CHOSES

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande

Pervers narcissique: cela ne s'arrête jamais...On le reste adulte... Et ce sont des gens incapables de changer... Qui peuvent comme tu le décris être dans la séduction aussi. Bon courage. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Steph3577

Malheureusement, ça me semble difficile d'agir si les parents ne te soutiennent pas car c'est une enfant qui doit être confortée dans cette attitude à la maison. Hormis un gros travail psy, il n'y a pas grand chose à faire et on pourrait te reprocher ton attitude si tu t'opposes à elle.

Je crois que tu n'as pas tort de parler de perverse narcissique, ça n'arrive pas qu'à l'âge adulte.  On ne peut pas coller d'étiquettes sur un enfant mais on repère vite les manipulateurs. Ma fille aînée en a été victime. Sa "meilleure" amie la manipulait dès la GS et lui en faisait voir de toutes les couleurs, la faisait pleurer. J'ai mis du temps à m'en apercevoir car elle était si douce et gentille (en apparence devant les adultes). J'ai essayé d'éloigner ma fille de son influence néfaste mais c'était un cercle vicieux. Elle lui sapait sa confiance en elle (dès qu'elle avait des vêtements neufs, elle se moquait d'elle, elle lui disait que c'était la moins belle de la photo de classe etc...), l'éloignait des autres pour mieux la faire souffrir et la garder pour elle. Ce n'est qu'en CE2 que l'enseignant m'a parlé de harcèlement et de la souffrance de ma fille. La mère de la gamine n'a jamais voulu en entendre parler (c'était "des histoires d'enfants") et elle a fini par changer d'école, heureusement pour nous. Mais les blessures ont été longues à guérir, une fragilité a demeuré chez ma fille qui a longtemps vu une psychologue. Bref, tout ça pour te dire que c'est super que tu sois vigilante et que tu te rendes compte de ce qui se passe mais ... tu n'y pourras pas grand chose. Préserve les potentielles "victimes" de ton mieux, ce sera déjà bien. Et dans une petite commune, comme tu dis, tout le monde se connait et on ne peut pas séparer les enfants en les mettant dans des classes différentes. Bon courage!

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau

Des fois un bon vieux soufflon entre 4 yeux, pour ces enfants là il n'y a rien de mieux...Les isolés pendant un temps des autres en récréation, le temps qu'il modifie leur comportement. Si la maman cautionne alors il faut aussi passer par des méthodes plus répressives.

Ensuite je pense que réunir tout ce petit monde autour d'une table pourrait régler les choses. Je pense que les parents de ces 4 enfants ne doivent pas être très contents de la situation...Il pourrait y avoir une prise de conscience  de la part de la mère qui a créé la 7 ème merveille du monde.

Je rappelle enfin, que le harcèlement est un délit. Nous avons l'obligation de protéger les élèves qui sont sous notre responsabilité. Ne rien faire ou laissez cette maman dans la toute puissance c'est cautionner. Si rien ne bouge je pense qu'un signalement pourrait être mis place et inciter les autres parents à porter plainte.

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mirobolande
il y a 8 minutes, nonau a dit :

 

Je rappelle enfin, que le harcèlement est un délit. Nous avons l'obligation de protéger les élèves qui sont sous notre responsabilité. Ne rien faire ou laissez cette maman dans la toute puissance c'est cautionner. Si rien ne bouge je pense qu'un signalement pourrait être mis place et inciter les autres parents à porter plainte.

 

Contre un enfant de cet âge, c'est recevable?

Share this post


Link to post
Share on other sites
delffff

J'ai découvert il y a peu , le travail de la "théorie" de cette psychologue, et j'adhère complétement ... http://a180degres.com/tedx/

Agir sur le harceleur/pervers, cela revient à le conforter dans sa position de toute puissance (je mobilise l'adulte sur moi) et cela décrédibilise un peu plus la confiance des autres ( tu es tellement faible que tu as besoin d'un adulte pour te protéger).

Donc, je prendrai le groupe des filles ( sans elle) sur le temps d'APC pour leur donner des "flèches"

 

  • Like 3
  • Thanks 1
  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
nonau
il y a 2 minutes, Mirobolande a dit :

Contre un enfant de cet âge, c'est recevable?

Je parle de la mère... Recevable? Sais-tu que des enfants peuvent sombrer dans une dépression ou un mal être persistant suite à un harcèlement? Cette petite fille n'a que 5 ans mais le refus de la mère de lui faire suivre une thérapie adaptée est irresponsable.

Il y en a même qui vont plus loin...

Share this post


Link to post
Share on other sites
borneo
il y a 7 minutes, delffff a dit :

J'ai découvert il y a peu , le travail de la "théorie" de cette psychologue, et j'adhère complétement ... http://a180degres.com/tedx/

Agir sur le harceleur/pervers, cela revient à le conforter dans sa position de toute puissance (je mobilise l'adulte sur moi) et cela décrédibilise un peu plus la confiance des autres ( tu es tellement faible que tu as besoin d'un adulte pour te protéger).

Donc, je prendrai le groupe des filles ( sans elle) sur le temps d'APC pour leur donner des "flèches"

 

Idem

Share this post


Link to post
Share on other sites
Steph3577

C'est effectivement une très bonne idée!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Steph3577
il y a 17 minutes, nonau a dit :

 des enfants peuvent sombrer dans une dépression ou un mal être persistant suite à un harcèlement.

 

C'est le cas de ma fille. Je m'en suis beaucoup voulue de ne pas avoir été plus réactive.

Share this post


Link to post
Share on other sites
GdM
il y a 23 minutes, delffff a dit :

J'ai découvert il y a peu , le travail de la "théorie" de cette psychologue, et j'adhère complétement ... http://a180degres.com/tedx/

Agir sur le harceleur/pervers, cela revient à le conforter dans sa position de toute puissance (je mobilise l'adulte sur moi) et cela décrédibilise un peu plus la confiance des autres ( tu es tellement faible que tu as besoin d'un adulte pour te protéger).

Donc, je prendrai le groupe des filles ( sans elle) sur le temps d'APC pour leur donner des "flèches"

 

J'affectionne tout particulièrement cette vidéo, dont j'ai mis le site en favoris... Cela peut être effectivement une solution du coté des élèves harcelés.

il y a 36 minutes, nonau a dit :

Ensuite je pense que réunir tout ce petit monde autour d'une table pourrait régler les choses. Je pense que les parents de ces 4 enfants ne doivent pas être très contents de la situation...Il pourrait y avoir une prise de conscience  de la part de la mère qui a créé la 7 ème merveille du monde.

Effectivement, mettre les parents devant le fait accomplis, avec les parents des enfants harcelés peut être une bonne prise de conscience et de responsabilité. C'est peut-être une histoire a régler entre parents sans y mêler les enfants...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Argon
Il y a 8 heures, Mirobolande a dit :

Contre un enfant de cet âge, c'est recevable?

Non.

Il y a 8 heures, nonau a dit :

Cette petite fille n'a que 5 ans mais le refus de la mère de lui faire suivre une thérapie adaptée est irresponsable.

Oui et non. Elle ne rend clairement pas service à sa fille mais, au sens légal du terme, elle n'a aucune sorte de responsabilité à l'égard de ce qui peut se passer en classe.  (A la limite, si on cherche un responsable légal, c'est l'enseignant... pas une piste que je conseillerais de suivre !)

Share this post


Link to post
Share on other sites
machin-pichou
Il y a 9 heures, Mirobolande a dit :

Pervers narcissique: cela ne s'arrête jamais...On le reste adulte... Et ce sont des gens incapables de changer... Qui peuvent comme tu le décris être dans la séduction aussi. Bon courage. 

Je crois aussi que c'est "incurable" , il faut apprendre à s"en protéger et à en protéger les autres ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
JoCool

Merci à toutes et tous pour vos propositions, vos témoignages, etc.

Pour préciser un peu la situation, nous avons déjà envisagé de réunir tout le monde, sauf que nous pensons que c'est une solution morte dans l’œuf. En effet, la communauté éducative est vraiment petite et dès que les parents ont commencé à parler de potentiels soucis avec cette élève, la mère en a eu vent et a fait le tour des familles pour aller leur expliquer pourquoi ce n'était pas possible que sa fille soit concernée. De plus, nous en avons aussi parlé avec elle et elle a écarté toute implication de sa fille, tout en disant qu'elle entendait bien qu'il pouvait y avoir un problème.
Bref, elle a un comportement ambiguë, ce qui doit conforter sa fille dans son attitude.

La solution de donner des outils aux élèves concernés me plaît beaucoup. Ceci pourrait leur permettre de regagner la confiance perdue et aider aussi cette élève à comprendre que son comportement est inapproprié. Pendant les APC, ce serait effectivement une bonne idée.
En revanche, je préfère écarter celle de lui indiquer directement que nous savons quel jeu elle joue, car l'ATSEM l'a fait sans nous en parler avant, et elle a eu droit à un appel téléphonique de la mère. Pas que je la craigne, loin de là, mais je ne veux pas installer un rapport de force qui fermerait alors tout dialogue. De plus, la mère est tellement dans le déni que, si je punis sa fille, la petite va en parler à sa mère, et là encore, il n'y aura plus de dialogue possible.

Je vais regarder les vidéos de TEDx. Et je vais voir avec mon binôme et les partenaires, comment mettre en place les meilleurs outils pour contrer cette attitude.
J'espère que ça suffira à ramener cette élève vers des dispositions plus empathiques. Mais, comme dis plus haut, si en plus rien ne change du côté de la mère (le père ne semble pas avoir son mot à dire), et si c'est dans son caractère, elle pourrait devenir pire en grandissant. Je préfère me dire que nous pouvons encore les aider toutes.

Enfin, merci d'avoir précisé que c'est du harcèlement. J'ai utilisé ce mot en pensant harcèlement moral, comme chez les adultes. Mais c'est du harcèlement tout court, moral ou pas. Je ne m'attendais tellement pas à en trouver en maternelle dans une petite ville tranquille, que même en l'écrivant, je n'avais pas relevé la gravité de la situation.
Soit, il faut des preuves, et elles sont dures à avoir, mais dès lors que le mot est prononcé, on sait à quoi on a à faire. Et c'est déjà un grand pas vers une éventuelle solution. Rappeler aux intéressées les conséquences pénales de tels agissements, pourrait alors avoir plus de poids, même si le déni reste de mise.

Je vous dirai ce qu'il en est. Merci encore.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pepettebond

Dans ma proposition tu ne punis pas , Juste tu permets aux enfants de vivre sans le harcèlement de leur camarade. Ce sont les enfants qui vont vers ta peste qui seront punis pas elle ....

Share this post


Link to post
Share on other sites
JoCool
Il y a 12 heures, Pepettebond a dit :

Dans ma proposition tu ne punis pas , Juste tu permets aux enfants de vivre sans le harcèlement de leur camarade. Ce sont les enfants qui vont vers ta peste qui seront punis pas elle ....

Je suis bien d'accord avec ça, je ne juge pas cette proposition comme inefficace, bien au contraire, et à une autre époque, elle aurait pu être mise en place, mais de nos jours, je me vois mal punir cette élève alors que tout ce que nous avons ce sont de forts soupçons, une intime conviction voire une certitude, mais aucun fait tangible.

Quand les instit' étaient seuls responsables de l'éducation des enfants à l'école, j'aurais pu envisager cette solution, au moins de façon préventive, car l'idée est d'aider tous les élèves, et cette solution aurait au moins préservé les victimes, et aurait peut-être permis à l'agresseuse de prendre conscience de son comportement inapproprié.
Mais aujourd'hui, avec la coéducation, qui n'est pas un mal je pense, mais qui fixe un autre cadre, je vois difficilement comment justifier cela.
De plus, comme indiqué par @delffff, il est plus intéressant, je crois en tous cas, de permettre aux victimes de se défendre en leur fournissant les outils adéquats, plutôt que les isoler temporairement de l'agresseuse, qui reviendra à un autre moment, dès qu'on aura le dos tourné.

Mais encore une fois, je peux me tromper dans mon analyse de la situation. L'avenir nous le dira. Une chose est sûre, je vais tout faire pour essayer de trouver une solution.

Share this post


Link to post
Share on other sites
éowin

De plus isoler l’enfant manipulateur, même si je vois pourquoi c’est proposé,  cela me gêne, car cela revient à faire comme elle. Utiliser la situation évoquée comme base de départ d’un débat ok, mais en maternelle ils sont peut-être trop jeunes les enfants.

Comme dit plus haut, j’apprendrai à la classe à se défendre contre ce type de comportent et peut-être trouver des albums sur le sujet.

Travailler avec la famille me semble difficile, la petite fille semble tenir ça de sa mère... rien à attendre de ce côté.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pepettebond

Cette enfant n'a pas  d'empathie envers les autres, a minima on ne lui a jamais donné ces mots ,elle n'a peut être pas l'espace chez elle pour vivre ces émotions et poser des mots.

Une solitude relative d'une ou deux journées peut lui permettre de vivre cette émotion à l'école.

La discussion en classe avec tous les enfants sur cette situation de solitude, de rejet peut permettre de donner ces mots qui manquent tant. C'est une enfant ,et ce n'est peut être qu'une situation éducative dont les mots sont la clé. Partir d'une expérience  vécue en classe ne met pas les famille en défaut puisque que c'est à l'école que cela se joue.

Dans une discussion faisant intervenir tous les enfants avec l'adulte comme garant et donnant la parole à chacun , donnant les mots qui manquent cela peut être très riche pour tous.

Apprendre aux autres à se défendre c'est très bien et prendre aussi en compte  cette enfant peut être important,en maternelle nous avons dans les programmes tous les outils pour travailler.

(Si la réaction de cette enfant est non pas liée à l'éducation mais une pathologie particulière cela ne dépend pas de nous, mais nous n'avons pas à poser de diagnostique , surtout aussi lourd que celui là, nous pouvons par contre travailler sur l'éducatif et c'est notre travail à part entière)

3.2. Se construire comme personne singulière au sein d’un groupe Se construire comme personne singulière, c'est découvrir le rôle du groupe dans ses propres cheminements, participer à la réalisation de projets communs, apprendre à coopérer. C'est progressivement partager des tâches et prendre des initiatives et des responsabilités au sein du groupe. Par sa participation, l'enfant acquiert le goût des activités collectives, prend du plaisir à échanger et à confronter son point de vue à celui des autres. Il apprend les règles de la communication et de l’échange. L’enseignant a le souci de guider la réflexion collective pour que chacun puisse élargir sa propre manière de voir ou de penser. Ainsi, l’enfant trouve sa place dans le groupe, se fait reconnaître comme une personne à part entière et éprouve le rôle des autres dans la construction des apprentissages. Dans un premier temps, les règles collectives sont données et justifiées par l'enseignant qui signifie à l'enfant les droits (s’exprimer, jouer, apprendre, faire des erreurs, être aidé et protégé…) et les obligations dans la collectivité scolaire (attendre son tour, partager les objets, ranger, respecter le matériel...). Leur appropriation passe par la répétition d'activités rituelles et une première réflexion sur leur application. Progressivement, les enfants sont conduits à participer à une élaboration collective de règles de vie adaptées à l’environnement local. À travers les situations concrètes de la vie de la classe, une première sensibilité aux expériences morales (sentiment d’empathie, expression du juste et de l’injuste, questionnement des stéréotypes…) se construit. Les histoires lues, contes et saynètes y contribuent ; la mise en scène de personnages fictifs suscite des possibilités diversifiées d’identification et assure en même temps une mise à distance suffisante. Au fil du cycle, l’enseignant développe la capacité des enfants à identifier, exprimer verbalement leurs émotions et leurs sentiments. Il est attentif à ce que tous puissent développer leur estime de soi, s’entraider et partager avec les autres.

.....

 

( la démarche d'Emmanuelle Piquet est remarquable est fonctionne bien .....

Un vieil adage de maitresses de maternelle, il faut savoir laisser les enfants se débrouiller entre eux, en jetant un oeil vigilant....)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...