Jump to content

Écrire à la main rendrait les enfants plus performants


Recommended Posts

André Jorge

Bonjour, :)

Je suis tombé sur cet article :

Citation

Écrire pour mieux mémoriser

Des travaux antérieurs ont déjà montré que les individus, enfants comme adultes, apprennent davantage de choses et mémorisent mieux l’objet de leur apprentissage lorsqu’ils écrivent à la main. Une nouvelle étude norvégienne, menée par la neuroscientifique Audrey Van der Meer, vient confirmer l’hypothèse ; l’écriture manuscrite est même préférable à l’utilisation d’un clavier. Pour preuve, un exemple simple donné par la spécialiste : « Lorsque vous rédigez votre liste de courses ou vos notes de cours à la main, vous vous souvenez simplement mieux du contenu par la suite ».

Quel mécanisme cérébral est à l’origine de ce constat ? C’est ce qu’ont tenté de découvrir Van der Meer et son équipe.

https://trustmyscience.com/ecrire-main-rend-enfants-plus-performants/

Qu'en pensez-vous ?

Link to post
Share on other sites
Goëllette

Je ne sais pas si c'est une vérité scientifique mais pour ce qui me concerne, si je veux être assurée de retenir quelque chose, il me faut l'écrire manuellement.

Si je me contente de le lire, et même de l'imprimer et le surligner, je suis bien moins efficace.

Link to post
Share on other sites
rose45

Bien sûr que c'est vrai et tellement vrai!

Quand on me dit en EE "la tablette est LA solution pour tous les dys et tda et tdah", je boue littéralement, n'importe quoi.

;)

Le lien esprit-geste est ultra important pour acquérir plein de concepts. La preuve, écrire c'est tellement laborieux pour la plupart des élèves qu'on allège en donnant juste des trous à remplir....... et le serpent se mord la queue...... Le niveau baisse. L'estime de soi aussi.

Link to post
Share on other sites
isaroma

Je pense que c'est une habitude de l'esprit, pas un invariant. Mon fils est dyslexique. L'école a pour lui été un calvaire jusqu'en 5ème, année où il est passé au clavier, dans toutes les matières. Il n'a plus écrit à la main.

Il vient d'entrer en classe préparatoire scientifique. Premier écrit de maths, à l'ordinateur bien sûr, et sans tiers temps (il y aurait le droit, le prof a estimé qu'il ne le lui donnerait qu'en cas de besoin) : il a obtenu la meilleure note de la classe. Sans brouillon à la main. depuis maintenant 7 ans, il élabore ses raisonnements dans sa tête et sur son ordinateur, il cela ne lui pose pas de problème (alors que je le reconnais, en maths je suis incapable de réfléchir sans papier-crayon ; en revanche, pour rédiger des textes, je préfère maintenant le faire directement au clavier, ce qui m'aurait paru inconcevable il y a 20 ans).

Link to post
Share on other sites
Goëllette

Le problème, c'est que désormais, certains dyslexiques n'écrivent plus rien du tout, leurs AVS s'en chargeant à leur place dès le CP. 

Est-ce que ton fils, s'il avait été dans ce cas, ferait à l'heure actuelle de si grandes études ? 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
zoeyann

On compense rarement les troubles dys par l'AVS qui écrit à leur place... plus maintenant en tout cas. Les missions de l'AVS sont de contribuer à rendre l'enfant autonome.

Du coup en théorie (je précise car il y a toujours des contre exemples), les élèves ont des outils pour compenser l'écriture mais ils écrivent.

Je suis maman de 2 dysgraphiques et là techniquement.... ils ne PEUVENT pas écrire.... du coup les outils multimédias sont une chance pour eux en toute autonomie.

Mais pour en revenir au sujet principal de ce post: moi aussi je retiens mieux quand j'écris!

Link to post
Share on other sites
Goëllette
il y a 6 minutes, zoeyann a dit :

Du coup en théorie (je précise car il y a toujours des contre exemples), les élèves ont des outils pour compenser l'écriture mais ils écrivent.

Quels outils ?

Dans mon école, on n'en a aucun.

Ils écrivent comment, s'ils ne tiennent pas de stylo ?

A part l'AVS, qui écrit à la place, puisque maintenant, les élèves dys ne peuvent plus écrire, ce qui n'était pas le cas à mes débuts. Ils écrivaient lentement, moins, mais ils écrivaient.

Et surtout, il y en avait beaucoup moins dans les classes !

On peut se demander ce qui fait qu'ils se multiplient comme des petits pains ...

Link to post
Share on other sites
zoeyann
Il y a 6 heures, Goëllette a dit :

Quels outils ?

Dans mon école, on n'en a aucun.

Ils écrivent comment, s'ils ne tiennent pas de stylo ?

A part l'AVS, qui écrit à la place, puisque maintenant, les élèves dys ne peuvent plus écrire, ce qui n'était pas le cas à mes débuts. Ils écrivaient lentement, moins, mais ils écrivaient.

Et surtout, il y en avait beaucoup moins dans les classes !

On peut se demander ce qui fait qu'ils se multiplient comme des petits pains ...

Un ordinateur, une tablette....

Et souvent les dysgraphiques diagnostiqués ont leur propre ordinateur!

Et il ne faut pas mettre tous les dys dans le même panier! un dyscalculique et un dysgraphique n'ont pas le même "problème"!!!!

un dysgraphique c'est un trouble de la graphie. Un trouble ne se soigne pas, il se compense, mais ne se soigne pas!

Du coup l'ordinateur pour compenser est une très bonne solution. Mes enfants (qui sont grands maintenant) savent écrire correctement, mais aux prix d'efforts considérables et quand ils s'appliquent ils ne comprennent pas le sens de ce qu'ils écrivent. Du coup, quel est l'intérêt?

Et le fait que ca se multiplie comme des petits pains c'est que avant, ceux qui ecrivaient mal étaient juste des "cancres" qui devaient recopier tout le cours pendant la récré! Ils se multiplient pas comme des petits pains, on sait juste d'où vient le problème!

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
éowin

Les bienfaits de l’écriture manuscrite: 1 000 fois oui.

En revanche que l’on aide les petits dys ou leur allège la tâche c’est normal. Pas d’emblée mais parce que pour cet enfant c’est une des solutions. Ne pas du tout écrire... jamais vu dans un PAP, réduire la quantité d’écrit , en revanche oui. Ils copient un peu mais pas tout ( plus ou moins selon les cas).

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
maryl
Il y a 17 heures, nonau a dit :

Rien de nouveau. C'est tellement évident et déjà expliqué par d'autres.

Pas si évident.

A la fac pour apprendre, je retapais mes cours manuscrits et pris en intégralité (oui oui j'avais cette capacité) à l'ordi. Cela fonctionnait parfaitement si je ne me contentais pas de les copier mais si je les remettais en forme dans ma logique et en créant une cohérence pour moi. Si je faisais le même travail à la main, je ne retenais pas. Ma fille elle fait ses fiches à la main. Chacun a ses façons d'apprendre. (Théorie des intelligences multiples).

Pour certains écrire (intelligence kinesthésique) est une façon d'apprendre. Pour d'autres non. Moi non, j'ai besoin de remettre en mots, de réorganiser (intelligence logique).. me faire écrire 15 fois une leçon ne me fera pas l'apprendre. Mon fils est pareil.

De plus j'ai un profil auditif (remis en cause par les neurosciences, n'empêche que...), Donc je retiens et apprends plus facilement ce que j'ai entendu. Si je dois apprendre sur papier, alors je dois reformuler à l'oral, à l'écrit manuscrit ou non peu importe.

Quand à la liste de courses, si je l'écris à la main, je suis sûre d'en oublier les 3/4.

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
maryl
il y a 9 minutes, zoeyann a dit :

Et le fait que ca se multiplie comme des petits pains c'est que avant, ceux qui ecrivaient mal étaient juste des "cancres" qui devaient recopier tout le cours pendant la récré! Ils se multiplient pas comme des petits pains, on sait juste d'où vient le problème!

+1

On fait juste plus attention aux dys éventuelles et on les diagnostiques (parfois à l'excès quand ça sert d'excuses).

Depuis que j'enseigne, j'ai compris que mes défauts, mes médiocrités n'en étaient pas forcément mais plus probablement des dys. Bon depuis j'ai appris seule à compenser mais je me sens moins nulle de n'avoir jamais pu apprendre par cœur à l'école.

Link to post
Share on other sites
zoeyann

Exactement, pour le par coeur, même problème pour moi ;)

Et d'accord aussi pour l'excuse à excès...

Link to post
Share on other sites
Chat d'école

Par rapport à l'article, j'ai toujours entendu du dire que ça dépendait de notre mémoire.

Pour ceux qui ont une mémoire auditive, je ne suis pas sûre qu'écrire à la main les aide plus plus que ça. 

 

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Goëllette
Il y a 9 heures, bdisse a dit :

Entre autre, mais la surconsommation de console, ordi et télé, dès le plus jeune âge, a sûrement son rôle aussi.

Ca fait des années qu'on essaie de me faire gober qu'un élève qui manipule une console de jeu est incapable de faire ses lacets, par exemple. 

Il y a 3 heures, zoeyann a dit :

Un ordinateur, une tablette....

Et souvent les dysgraphiques diagnostiqués ont leur propre ordinateur!

Et il ne faut pas mettre tous les dys dans le même panier! un dyscalculique et un dysgraphique n'ont pas le même "problème"!!!!

un dysgraphique c'est un trouble de la graphie. Un trouble ne se soigne pas, il se compense, mais ne se soigne pas!

Je suis d'accord, mais à l'heure actuelle, TOUS les dys arrêtent d'écrire, de produire des efforts. Ils sont assistés en tout. Certains parents demandent même qu'on leur autorise tout ce qui interdit aux autres pour permettre le vivre-ensemble.

Il faut arrêter !

En primaire, que l'enfant complète une partie des exercices à la place de l'écrire, ça s'appelle de l'adaptation, mais on ne demande pas tant de travail qu'il faille absolument des ordinateurs.

Dans le secondaire, et pour les grands dyspraxiques, c'est différent.

Il y a 3 heures, zoeyann a dit :

Du coup l'ordinateur pour compenser est une très bonne solution. Mes enfants (qui sont grands maintenant) savent écrire correctement, mais aux prix d'efforts considérables et quand ils s'appliquent ils ne comprennent pas le sens de ce qu'ils écrivent. Du coup, quel est l'intérêt?

De faire des efforts, justement, non ?

La plupart des enfants n'en font plus, n'ont plus de limite, plus de cadre à la maison, et ça explique beaucoup de leurs difficultés à l'école et en société.

Il y a 3 heures, zoeyann a dit :

Et le fait que ca se multiplie comme des petits pains c'est que avant, ceux qui ecrivaient mal étaient juste des "cancres" qui devaient recopier tout le cours pendant la récré! Ils se multiplient pas comme des petits pains, on sait juste d'où vient le problème!

Pas du tout. J'enseigne depuis plus de 30 ans. Les dys n'étaient pas des cancres. Mais ils faisaient davantage d'effort.

Un handicap (et j'en suis porteuse), ce n'est pas que les autres qui doivent le compenser. Ce n'est certes pas marrant tous les jours mais il nécessite de faire des efforts, et sur certains points, plus que les autres.

Ce n'est pas marrant tous les jours, mais c'est ce qui fait avancer !

Il y a 3 heures, éowin a dit :

Les bienfaits de l’écriture manuscrite: 1 000 fois oui.

En revanche que l’on aide les petits dys ou leur allège la tâche c’est normal. Pas d’emblée mais parce que pour cet enfant c’est une des solutions. Ne pas du tout écrire... jamais vu dans un PAP, réduire la quantité d’écrit , en revanche oui. Ils copient un peu mais pas tout ( plus ou moins selon les cas).

Sur le papier, peut-être, mais dans la réalité ...

J'ai vu des dys de 7-8 ans qui tapaient dans les mains (comme on appelle un domestique) pour que l'AVS écrive le prénom à sa place !

Quel est l'avenir de ces enfants ?

Que va-t-il se passer si un sur deux (voire plus), à l'âge adulte, se cache derrière son handicap pour ne pas faire une partie du travail pour lequel il est payés ?

De toute façon, la plupart aura été tellement assisté enfant qu'elle sera incapable de faire autrement.

On se prépare un futur terrifiant !

Link to post
Share on other sites
zoeyann

Des efforts de quoi????

Il ne peuvent pas écrire ET comprendre??? Du coup tu proposes quoi???

Quand aux élèves assistés à outrance qui tapent des mains pour appeler l'AVS, personnellement je n'ai jamais vu ça, il doivent avoir une sacré mentalité dans cette école!

Link to post
Share on other sites
nonau
Il y a 4 heures, maryl a dit :

Pas si évident.

A la fac pour apprendre, je retapais mes cours manuscrits et pris en intégralité (oui oui j'avais cette capacité) à l'ordi. Cela fonctionnait parfaitement si je ne me contentais pas de les copier mais si je les remettais en forme dans ma logique et en créant une cohérence pour moi. Si je faisais le même travail à la main, je ne retenais pas. Ma fille elle fait ses fiches à la main. Chacun a ses façons d'apprendre. (Théorie des intelligences multiples).

Pour certains écrire (intelligence kinesthésique) est une façon d'apprendre. Pour d'autres non. Moi non, j'ai besoin de remettre en mots, de réorganiser (intelligence logique).. me faire écrire 15 fois une leçon ne me fera pas l'apprendre. Mon fils est pareil.

De plus j'ai un profil auditif (remis en cause par les neurosciences, n'empêche que...), Donc je retiens et apprends plus facilement ce que j'ai entendu. Si je dois apprendre sur papier, alors je dois reformuler à l'oral, à l'écrit manuscrit ou non peu importe.

Quand à la liste de courses, si je l'écris à la main, je suis sûre d'en oublier les 3/4.

1 Je pense que nos élèves doivent continuer à écrire pour apprendre, pour conserver des circuits neuronaux vitaux. Cela n'empêche pas de diversifier. 

2 La théorie des intelligences multiples n'est pas établie. J'ai découvert il y a quelques années celle de Sternberg qui en propose 3 : analytique, créative et pratique. Sa théorie s'appuie sur des observations empiriques. 

 

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
ptitdragon
Il y a 11 heures, bdisse a dit :

Merci pour ce raccourci... C'est vrai que maintenant en tant que maman d'enfant TDAH + dyspraxique je me sens bien maintenant...

Etrange tout de même : nous mangeons local bio depuis des années et pas ou très très peu d'écran pour mes enfants -pas d'accès au téléphone, pas de tablette, ordi que pendant le confinement lorsque cela était demandé par l'enseignant, Tv limité dans le temps et avec contenu hyper contrôlé)...

  • Upvote 1
Link to post
Share on other sites
Goëllette
Il y a 1 heure, zoeyann a dit :

Des efforts de quoi????

Il ne peuvent pas écrire ET comprendre??? Du coup tu proposes quoi???

Quand aux élèves assistés à outrance qui tapent des mains pour appeler l'AVS, personnellement je n'ai jamais vu ça, il doivent avoir une sacré mentalité dans cette école!

Des efforts pour écrire. Un peu.

Bien sûr que si ils peuvent écrire et comprendre !

En 30 ans de carrière, je l'ai vu, je t'assure, l'effondrement des exigences demandées aux enfants !

Et pourtant, ils en ont toujours, des capacités ! Mais si on fait à la place ou on leur permet de ne pas faire, forcément, il n'y a aucune raison qu'ils fassent des efforts, c'est sûr !

Link to post
Share on other sites
maryl
Il y a 6 heures, nonau a dit :

1 Je pense que nos élèves doivent continuer à écrire pour apprendre, pour conserver des circuits neuronaux vitaux. Cela n'empêche pas de diversifier. 

2 La théorie des intelligences multiples n'est pas établie. J'ai découvert il y a quelques années celle de Sternberg qui en propose 3 : analytique, créative et pratique. Sa théorie s'appuie sur des observations empiriques. 

 

1. Bien sûr que nos élèves doivent continuer à écrire mais certains ça ne les aide pas à apprendre, ils leur faut d'autres biais. Je mets de côté les dysgraphiques pour qui écrire est surtout une torture et est contre-productif.

Je peux écrire 100 fois un mot ce n'est pas pour ça que je saurais le réécrire, ni même m'en souvenir.

C'est donc nécessaire de diversifier.

Mais quand je vois certains écrire ou plutôt copier, je me dis qu'ils ne font tellement pas attention qu'ils n'apprennent rien. Mes élèves de cette année en sont de parfait exemples. Encore faudrait ils qu'ils s'impliquent dans la tâche et aient conscience de ce qu'ils écrivent.

Quand à utiliser et entretenir l'ensemble des circuits neuronaux, je suis bien d'accord. Et surtout il faudrait que les élèves entretiennent la capacité de l'humain a être multitâche. Capacité qui se semble dangereusement se réduire.

2) Je savais qu'il y existait plusieurs théorie et je te remercie, je découvre grâce à toi, celle de Sternberg. Elle semble intéressante ou au moins plus simple.  Peut être plusieurs intelligences dites multiples sont elles regroupées dans une de ses intelligence ?

Je n'ai pas eu le courage de me pencher sur la PNL.

 

Je crois qu'il n'y a pas de recette de cuisine pour apprendre. 

Link to post
Share on other sites
bdisse
6 hours ago, ptitdragon said:

Merci pour ce raccourci... C'est vrai que maintenant en tant que maman d'enfant TDAH + dyspraxique je me sens bien maintenant..

Ce n'est pas une accusation, ne le prend pas de travers. Des perturbateurs endocriniens, tu en "consommes" depuis que tu es née et à cette époque, personne dans le grand public ne connaissait les ravages qu'ils occasionnent. 

Link to post
Share on other sites
maryl
Il y a 5 heures, Goëllette a dit :

Des efforts pour écrire. Un peu.

Bien sûr que si ils peuvent écrire et comprendre !

En 30 ans de carrière, je l'ai vu, je t'assure, l'effondrement des exigences demandées aux enfants !

Et pourtant, ils en ont toujours, des capacités ! Mais si on fait à la place ou on leur permet de ne pas faire, forcément, il n'y a aucune raison qu'ils fassent des efforts, c'est sûr !

On peut tous faire deux choses à la fois mais cela ne veut pas dire qu'on les fait bien. Techniquement on peut conduire en regardant un film...

Dans tes 30 ans de carrière as-tu vu ces bons élèves qui n'apprenaient rien en écrivant et faisait semblant mais apprenaient autrement à d'autres moments ?

30 ans de carrière, tu aurais presque pu m'avoir en classe. Tu aurais alors vu une bonne voire très bonne élève (qui serait aujourd'hui diagnostiqué EIP) très scolaire et malgré tout incapable d'apprendre par cœur. Une instit a essayé. Elle me prenait sur le temps du midi seule et me faisait recopier les leçons. Ces copies étaient parfaitement écrites, sans faute mais ... Le résultat était le même. Ils m'aurait probablement fallu un répétiteur mais à l'époque, je n'avais que mon père à la maison et son emploi du temps ne lui permettait pas de m'aider à apprendre.

Certes on voit nos élèves 6h par jour et donc on apprend à les connaître mais on ne sait quand même pas tout d'eux.

Pendant que je copie quelque chose toute ma concentration (ou l'essentiel) est placée sur la graphie et l'orthographe et la copie. Je ne cherche pas à comprendre, je ne lis même pas. Je pourrais sans doute mais ce serait beaucoup trop coûteux et au détriment du reste. Le rythme de mes pensées, de mes raisonnements n'est pas le même que celui de ma graphie (même si au fil des années elle s'était beaucoup accélérée et au passage un handicap physique est venu me ralentir le geste graphique). En rédaction, le fait d'écrire m'oblige à ralentir mes idées. Ça peut être une bien mais en même temps fait aussi perdre le fil des pensées. 

Quand j'écris au tableau pour les élèves bien souvent je dois me reprendre car j'oublie des mots ou mélange des phrases, ou écrit mal (merci mon bras défaillant). Rien de bien grave. Mais si moi, adulte, consciente de mes problèmes de ma tâche, concentrée, multitâche...  ai ce genre de soucis, je comprends la difficulté d'enfants dyslexiques, dysorthographique ou EIP.

 

Par contre, je te rejoins sur le sentiment que les élèves lambdas sont moins habitués à l'effort. Et veulent de moins en moins en faire. Tout comme une bonne partie de la société.

Pourquoi je n'en sais rien. Ce pourrait être le sujet d'une thèse de sociologie ou de psychologie.

Link to post
Share on other sites
Goëllette

Je pense que nous sommes en accord, sur le fond.

Comme pour beaucoup de choses dans l'EN, nous n'arrivons plus à nous occuper des élèves réellement en situation de handicap tant on en diagnostique désormais et tant on les assiste beaucoup trop tous.

il y a 28 minutes, maryl a dit :

Par contre, je te rejoins sur le sentiment que les élèves lambdas sont moins habitués à l'effort. Et veulent de moins en moins en faire. Tout comme une bonne partie de la société.

TOUS les élèves, de nos jours, sont habitués à faire le moins d'efforts possible, et ce n'est pas leur rendre service que de rentrer dans ce jeu.

Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas du tout adapter ! J'ai, personnellement, différencié (dans le bon sens du terme, c'est à dire pour permettre à ceux d'en bas de rattraper le niveau de ceux d'en haut) bien avant que ce ne soit à la mode.

Chaque élève, pour moi, était unique, avec son histoire, ses capacités, mais l'école est un lieu collectif, la vie elle-même induit quasiment toujours la collectivité, donc on doit permettre aux élèves à s'adapter à la société et non uniquement l'inverse, ce vers quoi on tend actuellement et qui n'est pas leur rendre service.

Moins on leur en demande, moins ils sentent qu'on a de l'ambition pour eux, et moins ils en font.

Et c'est plutôt la répartition du travail écrit dans une journée, pour toute la classe, qui est à réfléchir. Beaucoup font surtout copier leurs élèves pour avoir la paix pendant ce temps. Et pas besoin de faire 4 fiches sur le son "oi" et 10 exercices de Bled sur "à" et "a" pour s'assurer que les leçons sont comprises.

Par contre, être strict, vérifier que les deux lignes qu'on a demandées sont écrites correctement, lisiblement, et intelligemment, c'est primordial !

Combien de collègues ne font que des corrections collectives, ne corrigent pas systématiquement les cahiers de classe, n'exigent pas une présentation correcte dès le CP ? Bien trop hélas !

 

il y a 31 minutes, maryl a dit :

30 ans de carrière, tu aurais presque pu m'avoir en classe. Tu aurais alors vu une bonne voire très bonne élève (qui serait aujourd'hui diagnostiqué EIP) très scolaire et malgré tout incapable d'apprendre par cœur.

Sauf que, désormais, la précocité intellectuelle étant considérée comme un handicap, de moins en moins d'élèves catégorisés de cette façon sont encouragés à être de très bons élèves !

Pourtant, je suis persuadée que c'est une chance et non un handicap, même si on est plus sensible, qu'on écrit peut-être moins bien, ...

Soyons ambitieux pour TOUS nos élèves ! Nivelons-les par le haut !

Link to post
Share on other sites
hamster
il y a 42 minutes, Goëllette a dit :

Combien de collègues ne font que des corrections collectives, ne corrigent pas systématiquement les cahiers de classe, n'exigent pas une présentation correcte dès le CP ? Bien trop hélas !

Tu es devenue inspectrice? Tu as accès aux cahiers des classes de ta circo?

Link to post
Share on other sites
Goëllette
il y a 9 minutes, hamster a dit :

Tu es devenue inspectrice? Tu as accès aux cahiers des classes de ta circo?

Non, pas encore ! 😁

Je lis assidument ces forums et je travaille dans une grosse école, en REP+, donc avec un certain turn over.

Link to post
Share on other sites
zoeyann

maryl tu décris mes enfants: EIP et dysgraphiques. Et moi... probablement EIP qui ne sait pas apprendre 4 mots par coeur et qui analyse tout... trop...

Alors oui Goelette pour le gout de l'effort ok.... mais faire écrire un dysgraphie c'est comme si tu entrainais à courir un handicapé moteur.... certes il va suivre le mouvement avec son fauteuil mais il ne musclera pas ses jambes!!!! C'est vraiment équivalent! Donc oui pour la société en général (pas que l'éducation nationale) partisane du moindre effort, ça je suis ok avec toi, mais y'a des efforts qui ne sont pas "faisables" techniquement!

 

J'espere que tu n'etais pas de ces gens là qui ont fait comme à mon fils recopier leurs leçon jusqu'à ce que ce soit nickel pendant toutes les récrés parce que c'etait sale! Il revenait avec le poignet engourdit et en pleurs. Quand on lui a autorisé l'utilisation d'un ordinateur ca a été un soulagement immense!

Link to post
Share on other sites
Goëllette
il y a 21 minutes, zoeyann a dit :

Alors oui Goelette pour le gout de l'effort ok.... mais faire écrire un dysgraphie c'est comme si tu entrainais à courir un handicapé moteur.... certes il va suivre le mouvement avec son fauteuil mais il ne musclera pas ses jambes!!!! C'est vraiment équivalent! Donc oui pour la société en général (pas que l'éducation nationale) partisane du moindre effort, ça je suis ok avec toi, mais y'a des efforts qui ne sont pas "faisables" techniquement!

Courir, peut-être pas, mais se lever, essayer de faire des pas, pourquoi pas.

Pour ce qui est de la société en général ... c'est qu'une partie passe son temps à se chercher des excuses ... un handicap, pour ne pas faire d'effort, et c'est mon propos !

A mes débuts, dans ma première classe de CP, j'avais UN élève dys (enfin, soupçonné de, par son orthophoniste, car à l'époque, on ne posait le diagnostic qu'en CE2), et il a appris à lire, il écrivait !

Maintenant, dans une classe de CP, il y en a 3 ou 4, plus les hyperactifs, les "troubles autistiques", les EIP qui sont en difficultés, ... C'est l'élève qui suit normalement, avec des parents qui ne revendiquent aucune spécificité, qu'on recherche.

Que s'est-il passé ?

Où est l'Ecole Républicaine, dans laquelle on portait un uniforme et à la porte de laquelle on laissait ses soucis pour faire corps avec les autres ?

Quel avenir nous préparons-nous ?

 

il y a 21 minutes, zoeyann a dit :

J'espere que tu n'etais pas de ces gens là qui ont fait comme à mon fils recopier leurs leçon jusqu'à ce que ce soit nickel pendant toutes les récrés parce que c'etait sale! Il revenait avec le poignet engourdit et en pleurs. Quand on lui a autorisé l'utilisation d'un ordinateur ca a été un soulagement immense!

Je suis stricte et cadrée mais je ne fais jamais subir aux autres ce que je n'aime pas subir ni ce qui est inutile.

Par contre, pour l'ordinateur en élémentaire, je suis très dubitative sur l'intérêt. Nos élèves en sont déjà addicts. Voir autre chose à l'école me semble essentiel !

J'ai de plus beaucoup de mal à comprendre que des élèves qui pianotent à longueur de journée sur des téléphones portables et sont les rois des manettes de jeu aient de la peine à tenir un stylo ou faire leurs lacets !

Link to post
Share on other sites
zoeyann
il y a 44 minutes, Goëllette a dit :

Où est l'Ecole Républicaine, dans laquelle on portait un uniforme et à la porte de laquelle on laissait ses soucis pour faire corps avec les autres ?

Je pense que cette école là était plus simple car les "nuls", "handicapés" n'y étaient pas accueillis!

Alors oui on a pas les moyens d'accueillir tout le monde... mais c'est un fait, on accueille tout le monde contrairement à avant, je pense qu'il ne s'est rien passé, juste les autistes ne sont plus en hopitaux à subir des chocs électriques pour guérir et qu'ils accèdent à l'école et les "gosses bizarres" y sont aussi maintenant accueillis. Avant ils étaient cachés!

Et faire faire quelques pas à un handicapé moteur qui ne peux pas se tenir sur ses jambes ... je sais pas... c'est de la torture???? même si tu le fouettes pour qu'il avance, si ses jambes ne fonctionnement pas elles ne fonctionnent pas... ou alors laisser faire un pro, genre un kiné... mais pas un instit!

utiliser word sur un ordi pour compenser un trouble du graphisme et passer sa journée sur une console... y'a une marge! C'est ridicule de dire ça. Je suis contente que l'enseignant d'élémentaire de mes enfants ne leur ait pas fait subir ce que tu préconises! La 1ere enseignante d'élémentaire de mon fils si. Il n'a pas été en récré pendant 6 mois parce qu'il devait recopier ce qui etait mal écrit! Belle mentalité! Et c'est pas traumatisant du tout!

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...