Jump to content
Charivari

Réforme de l'orthographe

Recommended Posts

Charivari

A l'IUFM, chapitre orthographe, notre prof nous a parlé des rectifications de l'orthographe, en nous disant qu'il fallait les appliquer à l'école. Détail ici

Présenté par lui, elles paraissent plutôt intelligentes, ces réformes : harmonisation, rétablissement d'une cohérence entre les familles de mots, d'une "logique" dans la position des trémas etc

Je me rends compte aujourd'hui que la maitresse de mon grand (CE1) n'en tient pas compte du tout et continue à leur faire apprendre des choses qui ne sont pas très faciles (comme "pas de traits d'union dans vint et un, mais trait d'union sur vingt-deux" ou accent circonflexe sur chaîne etc)

Vous les connaissez, les rectifications ? Vous essayez d'en tenir compte avec vos élèves ? De leur faire apprendre l'orthographe recommandée ? (attention, les deux orthographes sont autorisées, mais la nouvelle est dite "recommandée" et est plus simple et logique : tant qu'à faire, autant leur apprendre directement la "recommandée" ...)

----

Exemples :

Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d'union.

Ex. : on écrit maintenant vingt-et-un, deux-cents, trente-et-unième

L'accent circonflexe disparait sur i et u. On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif, et en cas d'ambigüité.

Ex. : on écrit maintenant cout ; entrainer, nous entrainons ; paraitre, il parait et... maitresse !

Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent comme peler ou acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés (y compris interpeler).

Ex. : on écrit j'amoncèle, amoncèlement, tu époussèteras

Avant on écrivait charrette mais chariot (!)

Maintenant, on écrit de la même manière ces mots de la même famille : charrette, charriot

Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots.

Ex. : aigüe, ambigüe ; ambigüité ; argüer

Perso, cette dernière règle me plait particulièrement. Beaucoup plsu logique

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44
Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots.

Ex. : aigüe, ambigüe ; ambigüité ; argüer

Perso, cette dernière règle me plait particulièrement. Beaucoup plus logique

Oui mais il ne me semble pas pour arguer, car ça se prononce bien [ argé ] alors que si on l'écrit argüer cele se prononce alors [ argue ], non? :huh: Pas très logique, ça... <_<

* en fait, e sans accent! Mais taper avec la police Phonetic, grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr................. et impossible, maintenant que c'est posté! :ninja: Donc, en fait, se lit arg-u-e, je veux dire que le u se prononce quand on met le tréma.

Share this post


Link to post
Share on other sites
faerychild

Ben moi ça me plaît pas trop... Je ne pense pazs réussir à intégrer ces nouveaux réflexes quand on m'a rabâché pendant des années que maîtresse prend un accent circonflexe. Perso j'avais jamais entendu parlé de cette nouvelle orthographe, c'est peut-être plus simple pour les enfants mais sûrement pas pour les instits (enfin moi je trouve...) lol :ninja: Bref je ne sais plus quoi penser !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots.

Ex. : aigüe, ambigüe ; ambigüité ; argüer

Perso, cette dernière règle me plait particulièrement. Beaucoup plus logique

Oui mais il ne me semble pas pour arguer, car ça se prononce bien [ argé ] alors que si on l'écrit argüer cele se prononce alors [ argue ], non? :huh: Pas très logique, ça... <_<

Je viens de vérifier dans le dico : on dit bien ar - guu - er (3 syllabes) - Le dico dit "le u est prononcé comme dans "tuer".

Ca reste logique donc ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Héloïse44

On ne doit pas avoir le même dico... :huh: :P

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

?? j'ai un Robert sous les yeux !

Je copie-colle : http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?Th=3&id=3109

"Arguer n'est pas un verbe très présent dans la langue courante et on peut se demander si l'hésitation sur sa prononciation et son orthographe n'explique pas, en partie, qu'on y ait si peu recours.

Arguer se prononce [aRgHé] (ar-gu-é), comme dans tuer, et les formes conjuguées se prononcent : j'argue [aRgy] (ar-gu), nous arguons [aRgH7] (ar-gu-on), nous arguions [aRgyj7] (ar-gu-ion), le participe passé argué [aRgHé] (ar-gu-é) et le participe présent arguant [aRgH2] (ar-gu-an).

Cette prononciation est concurrencée par celle, plus spontanée, de [aRgé] (ar-gué), comme dans larguer. Cependant, celle-ci n'est enregistrée que dans quelques dictionnaires. Le Petit Larousse la donne comme courante tout en consignant d'abord la prononciation traditionnelle"

Share this post


Link to post
Share on other sites
Melsou

Bonjour,

Je remonte un vieux sujet. Je vais enseigner pour la première fois des règles d'orthographe (dont j'ai d'ailleurs besoin pour moi-même...) et je ne sais pas quoi faire.

Si je regarde dans les livres (même un que je viens de recevoir - nouvelle édition programme 2008), notamment une leçon de conjugaison sur les verbes en -eler et -eter : je lis que les verbes en -eler et -eter doublent le -l ou le -t devant un e muet à part une liste d'exception dont acheter. Or dans la réforme c'est l'inverse : "les verbes en -eler ou -eter se conjugent sur le modèle de peler ou acheter (...) Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés."

Autre exemple : aout et paraite (sans accent circonflexe), aigüe (au lieu de aiguë), et bien évidemment les numéros composés qui sont systématiquement reliés par des trais d'union (vingt-et-un) etc.

Bref, sachant que les livres de français, les livres de conjugaison, les dictionnaires que nous utilisons dans la classe ne tiennent pas compte de cette réforme, quelles règlent enseignez-vous ? Doit-on apprendre une règle ancienne alors que la nouvelle est là pour simplifier les choses ? Mais où se tourner pour vérifier ? (J'ai acheter le dico le robert l'an dernier, et il ne connait pas la réforme...)

Mélanie

Share this post


Link to post
Share on other sites
gihem

Je ne saisis pas vraiment l'intérêt de déplacer le trémas puisque son rôle est justement d'indiquer que la voyelle précédente doit être prononcée. Par exemple, "naïf", sans trémas, se prononce nèf. De la même façon, "aiguë"donne ègue. Le mettre sur le u est aberrant.

Pareil pour l'accent circonflexe; souvent il sert à remplacer un s (forêt, forestier). Au lieu de le supprimer, il serait plus intéressant d'expliquer son rôle.

Share this post


Link to post
Share on other sites
diddle21000

J'avoue qu'à part les traits d'union entre les nombres, je n'ai pas tenu compte cette année des réformes ortho (pas bien, je sais). Mais bon, ne serait-ce que "événement" qu'on doit pouvoir écrire "évènement", dans les dictionnaires éditions 2010, ce n'est pas appliqué. Et puis, pour les accents circonflexes, je trouve dommage de les supprimer, ils sont la trace d'une ancienne écriture (ce que j'avais expliqué à mes élèves, et qu'ils ont retenu !)...

Par contre, tout comme Rino, j'avais une tolérance pour les mots révisés.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kokoyaya

J'abhorre cette réforme qui se base sur "y'en a plein qui font la faute donc on va dire que c'est bon finalement" :devil_2:. De mon côté, il est donc absolument hors de question que je l'applique :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Melsou

Merci pour vos réponses. Je comprends en fait ce n'est pas si compliqué.

Pour les accents c'est facile, on explique, on met ou ne met pas.

Et en ce qui concerne la leçon sur les verbes en -eter et -eler, vous donnez la nouvelle règle en expliquant rapidement ce qu'on faisait avant qu'ils ne soient pas surpris de voir des verbes orthographiés différemment dans leurs livres. Mais pas la peine de leur donner une liste d'exception qui n'en sont plus maintenant.

Finalement je me complique pour pas grand chose.

Merci

Mélanie

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Le problème, c'est que dans la majorité des cas, l'orthographe réformée n'est pas celle qu'on rencontre le plus souvent, que ce soit dans les livres, dans les revues, dans la presse.... Bref, ça me questionne et ça me dérange aussi quelque part. Chaque lettre a sa raison d'être dans le mot, qui a une histoire...

Pour l'écriture des nombres en lettres, je suis bien embêtée chaque année quand les élèves se questionnent pour les tirets par exemple: certains enseignants en ont fait mettre, les autres pas. Du coup, les élèves se perdent un peu dans tout ça. Du coup, je partage l'avis de Kokoyaya :sleep:.

Share this post


Link to post
Share on other sites
raphy

J'abhorre cette réforme qui se base sur "y'en a plein qui font la faute donc on va dire que c'est bon finalement" :devil_2:. De mon côté, il est donc absolument hors de question que je l'applique :)

IDEM

Share this post


Link to post
Share on other sites
choco28

J'abhorre cette réforme qui se base sur "y'en a plein qui font la faute donc on va dire que c'est bon finalement" :devil_2:. De mon côté, il est donc absolument hors de question que je l'applique :)

IDEM

De même :bleh:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Melsou

Ah!!!

Bon finalement, c'est tout de même complexe.

j'ai l'impression que peu de gens connaissent ou appliquent la réforme et je comprends votre réticence. Néanmoins, dans l'histoire on peut noter différentes réformes qui ont fait évoluer l'écriture des mots en les simplifiant ou corrigeant les anomalies.

Exemples : en 1650, on écrivait "apres" et "pere", en 1668 et 1747 ils sont devenus "aprés" et "pére" et enfin en 1715 et 1797 ils sont devenus "après" et "père". (cf. "l'orthographe en crise à l'école" des éditions Retz.

Si je m'intéresse à cette réforme, c'est justement qu'il y a beaucoup d'exceptions dans notre langue, expliquées ou non et qu'heureusement qu'il y a eu des réformes pour simplifier certaines écritures. Il faut bien avouer que l'orthographe est une matière difficile et que peu de personnes la maîtrisent en totalité. C'est dommage de scinder en 2 la population : ceux qui maîtrisent et les autres (qui risquent d'être toujours pénalisés).

Mélanie (qui a toujours été mauvaise en orthographe et qui sait que c'est incompatible avec le métier d'instit et pourtant...)

Share this post


Link to post
Share on other sites
annaguaca

Ah!!!

Bon finalement, c'est tout de même complexe.

j'ai l'impression que peu de gens connaissent ou appliquent la réforme et je comprends votre réticence. Néanmoins, dans l'histoire on peut noter différentes réformes qui ont fait évoluer l'écriture des mots en les simplifiant ou corrigeant les anomalies.

Exemples : en 1650, on écrivait "apres" et "pere", en 1668 et 1747 ils sont devenus "aprés" et "pére" et enfin en 1715 et 1797 ils sont devenus "après" et "père". (cf. "l'orthographe en crise à l'école" des éditions Retz.

Si je m'intéresse à cette réforme, c'est justement qu'il y a beaucoup d'exceptions dans notre langue, expliquées ou non et qu'heureusement qu'il y a eu des réformes pour simplifier certaines écritures. Il faut bien avouer que l'orthographe est une matière difficile et que peu de personnes la maîtrisent en totalité. C'est dommage de scinder en 2 la population : ceux qui maîtrisent et les autres (qui risquent d'être toujours pénalisés).

Mélanie (qui a toujours été mauvaise en orthographe et qui sait que c'est incompatible avec le métier d'instit et pourtant...)

J'ai le même problème... et je compte faciliter les choses à mes élèves.

Mettre des traits d'union entre chaque nombre au lieu de certain seulement ça facilite bien et je ne trouve pas cela illogique. Pour les accents circonflexes je comprends les rétissances mais le s de forestier on l'entend donc on ne peut pas l'oublier alors que l'accent...

Je pense que faire au plus simple pour les élèves c'est faire au plus simple pour tout le monde.

Share this post


Link to post
Share on other sites
diddle21000

J'avoue que j'ai longtemps été opposée à cette réforme, mais en début d'année, j'ai lu le petit livre L'orthographe en crise à l'école qui explqiue toutes les réformes qu'a connu notre orthographe (dans le genre on écrivait "parent" au singulier et "parens" au pluriel ; mais cela a été simplifié de façons à ce que les élèves n'aient qu'une règle simple à apprendre pour accorder au pluriel). Cet ouvrage m'a donné un nouvel éclairage sur les réformes de l'orthographe (même si je trouve toujours dommage de tout simplifier à outrance, car on perd une partie de l'histoire du mot).

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

J'avoue que j'ai longtemps été opposée à cette réforme, mais en début d'année, j'ai lu le petit livre L'orthographe en crise à l'école qui explqiue toutes les réformes qu'a connu notre orthographe (dans le genre on écrivait "parent" au singulier et "parens" au pluriel ; mais cela a été simplifié de façons à ce que les élèves n'aient qu'une règle simple à apprendre pour accorder au pluriel). Cet ouvrage m'a donné un nouvel éclairage sur les réformes de l'orthographe (même si je trouve toujours dommage de tout simplifier à outrance, car on perd une partie de l'histoire du mot).

Pourrais-tu nous préciser à quelle époque?

Je reste un peu dubitative sur le fait que tout cela ait été simplifié pour les élèves. N'est-ce pas plutôt pour homogénéiser certaines règles, à une époque où le parler en France était surtout fait des nombreux patois et variantes locales? Un peu comme le système métrique?:albert:

Share this post


Link to post
Share on other sites
diddle21000

De tête, je ne sais plus ... mais, il parlait bien d'une simplification orthographique pour ne pas multiplier les règles.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Melsou

Pourrais-tu nous préciser à quelle époque?

Je reste un peu dubitative sur le fait que tout cela ait été simplifié pour les élèves. N'est-ce pas plutôt pour homogénéiser certaines règles, à une époque où le parler en France était surtout fait des nombreux patois et variantes locales? Un peu comme le système métrique?:albert:

En 1835, "les pluriels en -ans et en -ens (enfans, parens) deviennent -ants et -ents (enfants, parents)"

Et ils s'agissaient de réformes pour facilité l'accès à la lecture qui était réservé à une élite.

Mélanie

Share this post


Link to post
Share on other sites
sophsoph

Merci pour les précisions!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ju-§-Lien

http://www.orthographe-recommandee.info/

Vous pourrez consulter le site d'informations de l'orthographe révisée.

Il est très utile car il permet de télécharger des mini-guides pour faire le point sur la réforme. Cela pourra rassurer les parents venant voir l'instit qui se met à appliquer une réforme de 1990 (Rocard premier ministre!) en 2010. Bizarre...

Share this post


Link to post
Share on other sites
amelienounette

une chose est sûre... il faut que tout le monde l'applique si on décide de le faire...Exemple: j'ai eu des ce2 il y a 2 ans. je leur ai appris l'écriture des nombres avec la nouvelle orthographe... et l'année d'après on leur a appris l'ancienne orthographe... Du coup, cette année, avec les ce1, je vais leur apprendre l'ancienne orthographe...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ju-§-Lien

Et pourtant, dans les nouveaux programmes 2008, il est bien dit que "l'orthographe révisée est la règle, les deux orthographe ne peuvent être considérées comme fausses."

Je ne sais pas si c'était mentionné en 2002.

Je trouve que cela a plus de sens et qu'elle est plus simple. Il faut juste faire un peu de "lobbying" auprès des collègues. Personne n'est au courant !

Share this post


Link to post
Share on other sites
amelienounette

certains si mais ne veulent pas l'appliquer...

Share this post


Link to post
Share on other sites
amelienounette

... je viens de découvrir (grâce à mon correcteur) que le mot gout ne prend plus d'accent.. du coup dans la fiche son du OU, il n'y a plus que le ou et oo...?? on est d'accord....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

Moi qui suis une fervente défenseure (-e ?) de cette réforme, il y a quand même un truc qui m'agace : que les éditeurs des manuels ne suivent pas.

C'est quand même LE gros problème.

Vis à vis des parents et des collègues réfractaires il me semble que c'est le plus gros souci.

- Oui, les IO nous imposent d'enseigner la nouvelle orthographe (non, on n'a pas le choix, officiellement)

- Oui, les dictionnaires récents s'y sont mis

- Mais NON, aucun manuel de français, même dans les éditions récentes, n'a suivi.

Mais quand on lit des "goûts", des "maîtresses", des "vingt et un" ou des "après-midi" dans tous les manuels, c'est vraiment compliqué d'enseigner "gouts", "maitresses", "vingt-et-un" et "des après-midis".

:(

Je trouve que le ministère devrait créer une sorte de "label", ou de "notation" pour les manuels, pour dire s'ils respectent ou non les IO.

Un manuel "3 étoiles", se devrait d'utiliser l'orthographe rectifiée, sinon, il ne pourrait avoir que deux étoiles.

Après, libre à chacun de commander ou pas le manuel, mais en connaissance de cause.

Cela permettrait aussi de mettre un peu plus de pression sur les manuels qui prennent des libertés avec les IO. Ceux qui, pour vendre, annoncent "conforme au programme 2008" alors qu'ils n'ont pas eu le temps de modifier leurs chapitres et qu'on doit ensuite refaire la moitié du programme à côté, sans manuel. :angry:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

Je ne saisis pas vraiment l'intérêt de déplacer le trémas puisque son rôle est justement d'indiquer que la voyelle précédente doit être prononcée. Par exemple, "naïf", sans trémas, se prononce nèf. De la même façon, "aiguë"donne ègue. Le mettre sur le u est aberrant.

Pareil pour l'accent circonflexe; souvent il sert à remplacer un s (forêt, forestier). Au lieu de le supprimer, il serait plus intéressant d'expliquer son rôle.

Je copie colle de Aidenet :

Analyse

Le tréma interdit qu'on prononce deux lettres en un seul son (exemple : lait mais naïf). Il ne pose pas de problème quand il surmonte une voyelle prononcée (exemple : maïs), mais déroute dans les cas où il surmonte une voyelle muette (exemple : aiguë) : il est souhaitable que ces anomalies soient supprimées.

De même l'emploi de ce signe doit être étendu aux cas où il permettra d'éviter des prononciations fautives (exemples : gageure, arguer).

Graphies

Tréma : dans les mots suivants, on place le tréma sur la voyelle qui doit être prononcée : aigüe (et dérivés, comme suraigüe, etc.), ambigüe, exigüe, contigüe, ambigüité, exigüité, contigüité, cigüe.

Ces mots appliquent ainsi la règle générale : le tréma indique qu’une lettre (u) doit être prononcée (comme voyelle ou comme semi-voyelle) séparément de la lettre précédente (g).

Tréma : le même usage du tréma s’applique aux mots suivants où une suite -gu ou -geu- conduit à des prononciations défectueuses (il argue prononcé comme nargue). On écrit donc: il argüe (et toute la conjugaison du verbe argüer), gageüre, mangeüre, rongeüre, vergeüre.

Cela m'ennuie de supprimer les trémas car ils ont une valeur étymologique

Toujours Aidenet :

L'emploi incohérent et arbitraire de cet accent empêche tout enseignement systématique ou historique. Les justifications étymologiques ou historiques ne s'appliquent pas toujours: par exemple, la disparition d'un s n'empêche pas que l'on écrive votre, notre, mouche, chaque, coteau, moutarde, coutume, mépris, etc., et à l'inverse, dans extrême par exemple, on ne peut lui trouver aucune justification.

Il n'est pas constant à l'intérieur d'une même famille : jeûner, déjeuner, côte, coteau, grâce, gracieux, mêler, mélange, icône, iconoclaste, ni même dans la conjugaison de certains verbes (être, êtes, était, étant). De sorte que des mots dont l'histoire est tout à fait parallèle sont traités différemment : mû, mais su, tu, vu, etc. - plaît, mais tait.

Share this post


Link to post
Share on other sites
cali23

Très intéressant ce post ..

Cette réforme est-elle suivie par les enseignants de lycée et collège ? Au brevet des collèges, baccalauréat, les élèves sont-ils pénalisés quand ils utilisent la nouvelle réforme ?

Je me dis que c'est bien beau de lancer une réforme mais s'il n'y a pas de suivi, de soutien, d'information elle ne sert à rien, simplement à perdre les élèves. Un coup aigüe, un coup aigü .. juste une année, faux une autre .. ça en est perdre l'envie d'écrire et de se restreindre à un vocabulaire basique .. :sad:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

Suivie, encore moins qu'en primaire je crois. Mais officiellement, elle est depus 2008 imposée dans les programmes du college.

(au tout début du BO : page 2 du BO du 28 aout 2008 (collège) => "Pour l'enseignement de la languefrançaise, le professeur tient compte des rectifications del'orthographe proposées par le Rapport du Conseil supérieur de lalangue française, approuvées par l'Académie française" )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...