Aller au contenu
zelie

Passage anticipé cp vers ce1

Messages recommandés

bibou2

Juliemarmotte, même sans avoir son propre enfant dans son école, il faut reconnaître qu'aux yeux des gens, et dans leur (in)conscient, un enfant d'enseignant(s) ne peut que réussir à l'école. Combien de fois entend-on les remarques des gens à des enseignants futurs parents "il va rentrer au CP à 3 ans non ? il va savoir lire en sortant du ventre" etc etc. Il existe une espèce de "pression" extérieure qui fait que si l'enfant d'un enseignant n'est pas surdoué, c'est sur ses parents que ça va retomber.

Malheureusement, la pression n'est pas qu'extérieure (ou plutôt, elle a fini par déteindre sur le noyau familial) : un enseignant acceptera beaucoup plus difficilement qu'un autre parent que son enfant ait des difficultés, ou puisse ne pas aimer l'école comme il se doit. N'as-tu jamais entendu dire (ou dit toi-même) que les parents les plus pénibles sont les instits ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JulieMarmotte
Juliemarmotte, même sans avoir son propre enfant dans son école, il faut reconnaître qu'aux yeux des gens, et dans leur (in)conscient, un enfant d'enseignant(s) ne peut que réussir à l'école. Combien de fois entend-on les remarques des gens à des enseignants futurs parents "il va rentrer au CP à 3 ans non ? il va savoir lire en sortant du ventre" etc etc. Il existe une espèce de "pression" extérieure qui fait que si l'enfant d'un enseignant n'est pas surdoué, c'est sur ses parents que ça va retomber.

:blink: Nous ne devons pas vivre dans le même monde : je n'ai jamais entendu ça ! J'ai donc manqué de bonnes occasions de rire ... Et on ne fabrique pas de toutes pièces un "surdoué". On peut favoriser l'expression d'un potentiel, mais il faut tout de même que ce potentiel existe au départ. En revanche, en tant qu'enseignant, on peut s'appliquer fabriquer des enfants plutôt scolaires, et bons élèves, parce qu'on a les codes. Mais il ne faut pas confondre ça avec la précocité. Et ne pas oublier que si on s'acharne trop, on fabrique surtout de futurs rebelles, qui parfois mettront la plus grande application à saboter leur scolarité (vu malheureusement).

Malheureusement, la pression n'est pas qu'extérieure (ou plutôt, elle a fini par déteindre sur le noyau familial) : un enseignant acceptera beaucoup plus difficilement qu'un autre parent que son enfant ait des difficultés, ou puisse ne pas aimer l'école comme il se doit. N'as-tu jamais entendu dire (ou dit toi-même) que les parents les plus pénibles sont les instits ?

Là, je te suis davantage ... Effectivement, en tant qu'enseignant, on s'imagine mal avec un enfant en difficulté. Mon loulou (pourtant précoce) a du mal avec l'école, et ça me touche énormément. Les parents enseignants interviennent sans doute plus vite en cas de problème, ne laissent pas les choses s'enliser. Mais si j'ai entendu dire parfois que les parents enseignants étaient les plus chiants, je ne l'ai jamais dit moi-même. Sans doute parce que je ne regarde jamais quelle est la profession des parents de mes élèves ;) . Et je considère qu'il est très bien qu'un parent (enseignant ou non) s'implique dans la scolarité de ses enfants ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibou2
Juliemarmotte, même sans avoir son propre enfant dans son école, il faut reconnaître qu'aux yeux des gens, et dans leur (in)conscient, un enfant d'enseignant(s) ne peut que réussir à l'école. Combien de fois entend-on les remarques des gens à des enseignants futurs parents "il va rentrer au CP à 3 ans non ? il va savoir lire en sortant du ventre" etc etc. Il existe une espèce de "pression" extérieure qui fait que si l'enfant d'un enseignant n'est pas surdoué, c'est sur ses parents que ça va retomber.

:blink: Nous ne devons pas vivre dans le même monde : je n'ai jamais entendu ça ! J'ai donc manqué de bonnes occasions de rire ... Et on ne fabrique pas de toutes pièces un "surdoué". On peut favoriser l'expression d'un potentiel, mais il faut tout de même que ce potentiel existe au départ. En revanche, en tant qu'enseignant, on peut s'appliquer fabriquer des enfants plutôt scolaires, et bons élèves, parce qu'on a les codes. Mais il ne faut pas confondre ça avec la précocité. Et ne pas oublier que si on s'acharne trop, on fabrique surtout de futurs rebelles, qui parfois mettront la plus grande application à saboter leur scolarité (vu malheureusement).

Il est bien évident que les remarques du style "ton enfant lira à 3 ans" sont dites aux parents sur le ton de l'humour, hein ;) Mais j'en ai parlé parce que je les trouve révélatrices d'un état d'esprit général : les gens s'attendent à ce que l'enfant d'instit soit sur-stimulé, et sache donc tout en classe avant les autres. Donc forcément, il lira à 3 ans, parce que ses parents lui auront appris à lire avant même qu'il ne sache parler ! :D

Et en ce qui concerne les parents enseignants... je ne dirai rien, mais n'en pense pas moins...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ninounette
Juliemarmotte, même sans avoir son propre enfant dans son école, il faut reconnaître qu'aux yeux des gens, et dans leur (in)conscient, un enfant d'enseignant(s) ne peut que réussir à l'école. Combien de fois entend-on les remarques des gens à des enseignants futurs parents "il va rentrer au CP à 3 ans non ? il va savoir lire en sortant du ventre" etc etc. Il existe une espèce de "pression" extérieure qui fait que si l'enfant d'un enseignant n'est pas surdoué, c'est sur ses parents que ça va retomber.

:blink: Nous ne devons pas vivre dans le même monde : je n'ai jamais entendu ça ! J'ai donc manqué de bonnes occasions de rire ... Et on ne fabrique pas de toutes pièces un "surdoué". On peut favoriser l'expression d'un potentiel, mais il faut tout de même que ce potentiel existe au départ. En revanche, en tant qu'enseignant, on peut s'appliquer fabriquer des enfants plutôt scolaires, et bons élèves, parce qu'on a les codes. Mais il ne faut pas confondre ça avec la précocité. Et ne pas oublier que si on s'acharne trop, on fabrique surtout de futurs rebelles, qui parfois mettront la plus grande application à saboter leur scolarité (vu malheureusement).

Malheureusement, j'en ai entendu beaucoup, des réflexions comme ça quand j'étais gamine. Je ne sais pas si j'étais précoce (ma psy le dit, mais je ne la crois pas :D ), en tout cas j'étais très scolaire et j'étais en tête de classe avec une année d'avance. Mes copines et leurs parents ( :blink: ) ne manquaient jamais un "normal, toi t'es surdouée parce que ton père est prof!" à chaque bonne note. Et j'ai fini par croire que c'était vrai, que je n'avais aucun mérite, puisque mon père était prof :blink:

Je l'ai bien vécu à l'époque, mais c'est ressorti douloureusement beaucoup plus tard dans ma vie.

Puisque je raconte ma vie, je peux répondre aussi à Dajta que j'ai à peu près le même cursus que son épouse (suivi d'une reconversion professionnelle pour devenir PE après avoir travaillé environ 15 ans dans la recherche scientifique), mais que je n'ai pas mal vécu mon année d'avance. Comme dit JulieMarmotte, je ne sais pas ce qui serait arrivé si je ne l'avais pas eue, mais j'ai fait ma vie comme ça et je ne regrette rien, même s'il y a eu des passage douloureux. On ne peut pas se baser sur un cas isolé, que ce soit le mien, celui de ton épouse, ou un autre, pour savoir si un passage anticipé est souhaitable ou non pour un enfant donné. On ne peut que se poser des questions sur le cas de chaque enfant, et essayer de faire au mieux pour lui.

Pour ma part, j'en suis encore aux questions pour mes enfants, je n'ai pas fait sauter de classe à mes ainés même si la question se posait, pour l'instant ils sont très heureux dans leur classe. J'ai parfois un petit regret pour ma fille, car je me rends compte que comme tout est facile pour elle, elle panique les rares fois où c'est difficile, et elle n'a pas le sens de l'effort. Pour mon petit dernier en moyenne section c'est un peu plus compliqué, j'hésite à demander un passage anticipé au CP bien qu'il soit très heureux en maternelle, je ne sais pas encore et je dois en discuter avec sa maîtresse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JulieMarmotte
Quand je regarde le nombre d'enfants qui ont réussi leurs études avec une année d'avance et le compare au nombre d'enfants avec une année d'avance qui ont eu une réussite moindre (pour utiliser les termes politiquement corrects), et bien j'hésite franchement quand on parle de passage anticipé...

J'ai l'impression qu'il traîne pas mal de fausses idées sur les sauts de classe. L'an dernier, l'instit de CP de ma fille a fait des pieds et des mains en septembre pour faire sauter ma fille contre l'avis de la directrice, opposée par principe aux sauts de classe (et au départ, malgré notre réticence). La directrice a fini par se laisser convaincre, en voyant entre autres la réussite de la demoiselle aux évaluations de CE1, et peut-être usée par les assauts de sa collègue, très convaincue de la nécessité pour ma fille d'aller voir en CE1 ce qui s'y passait. Mais elle nous a mis en garde, en nous disant que 75% des enfants qui sautaient une classe finissaient par redoubler plus tard. Je me suis tout de même renseignée, j'ai fouiné dans les statistiques du ministère, et il s'avère que ces chiffres sont ceux des années 60, où 20% des enfants entraient à 5 ans au CP ... Actuellement, il y a très peu de redoublement parmi les élèves ayant pris un an d'avance, et ceux-ci réussissent mieux que la moyenne leur scolarité primaire et secondaire. Plus grande réussite au bac, plus grand pourcentage de mentions. Et avec deux ans d'avance, c'est encore plus net (ce que des technocrates de la rue de Grenelle seraient bien capables de traduire par "faisons sauter les élèves pour qu'il réussissent mieux :lol: ). Donc, le pronostic en termes de réussite scolaire est très favorable, pour les enfants qui sautent des classes. Ce qui ne signifie pas bien sûr que le saut de classe correspond aux besoins de chaque enfant scolairement doué, non plus ....

Maintenant, moi je dis ce que je pense, les parents choisissent puis assument leurs responsabilités tout comme moi je les assume que ce soit en tant qu'enseignant ou en tant que père.

Mais on est là pour dire ce qu'on pense et échanger nos avis ... :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JulieMarmotte
En ce qui concerne les statistiques, peux-tu m'en donner les références car les miennes ne vont pas dans le même sens... :blink:

Premier élément de réponse ici : http://media.education.gouv.fr/file/23/6/6236.pdf

**EDIT**

Second élément ici : Les élèves de troisième de 2002-2003 sont les élèves de CP de 1994-1995 :

ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dp...s03/chap4_6.pdf

Troisième élément là :

http://media.education.gouv.fr/file/38/3/2383.pdf

Les élèves qui étaient en troisième en 2002-2003 étaient en Tale en 2005-2006 s'ils n'avaient pas redoublé.

On voit une augmentation du nombre d'élèves en avance jusqu'en 3ème, puis une érosion (qui est loin d'atteindre les 75%, et correspondant au taux de redoublement à la même période au lycée pour l'élève lambda) jusqu'en terminale. Mais pour bien interpréter les choses, il faudrait plutôt faire un suivi de cohorte, ce serait plus sérieux ...

**EDIT**

Je recherche plus tard les références pour les mentions au bac.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JulieMarmotte

J'ai fait un copier-coller d'un de mes messages sur un autre forum ;)

Pour la réussite au bac : http://media.education.gouv.fr/file/32/2/6322.pdf

Pour les mentions : http://media.education.gouv.fr/file/06/1/5061.pdf

Merci Google !

MAis cela n'est possible que parce qu'aujourd'hui, les passages anticipés ne se font plus à la légère ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette
En ce qui concerne les statistiques, peux-tu m'en donner les références car les miennes ne vont pas dans le même sens... :blink:

Premier élément de réponse ici : http://media.education.gouv.fr/file/23/6/6236.pdf

**EDIT**

Second élément ici : Les élèves de troisième de 2002-2003 sont les élèves de CP de 1994-1995 :

ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dp...s03/chap4_6.pdf

Troisième élément là :

http://media.education.gouv.fr/file/38/3/2383.pdf

Les élèves qui étaient en troisième en 2002-2003 étaient en Tale en 2005-2006 s'ils n'avaient pas redoublé.

On voit une augmentation du nombre d'élèves en avance jusqu'en 3ème, puis une érosion (qui est loin d'atteindre les 75%, et correspondant au taux de redoublement à la même période au lycée pour l'élève lambda) jusqu'en terminale. Mais pour bien interpréter les choses, il faudrait plutôt faire un suivi de cohorte, ce serait plus sérieux ...

**EDIT**

Je recherche plus tard les références pour les mentions au bac.

Merci pour ces liens car en effet, j'ai souvent entendu parler des statitiques des années 60 dont tu parlais plus haut ...

Or, mes 3 aînés ont sauté une classe dont un (le garçon) contre l'avis des enseignants (qui m'avaient "prédit " que conformément aux statistiques et "vu son manque de maturité", il redoublerait avant le bac ...) : l'aînée est en 4e année de Sciences-Po Paris (elle vient d'avoir 21 ans), le second n'a pas 18 ans , n'a jamais redoublé et a été pris en prépa HEC et la 3e fait une brillante 1ERE ES par choix à 15 ans.

Ma 4e née un 24 décembre donc déjà parmi les plus jeunes de la classe était une excellente élève (est toujours) pour laquelle il n'a jamais été question de saut de classe car jamais question d'ennui ni de décalage entre les apprentissages proposés et ses capacités....

MOn dernier au CE1 ....sait lire depuis la GS, maîtrise très bien la numération et les nombres jusqu'au 1 000 000 (et au delà sûrement ....), a une très bonne compréhension des textes et des problèmes mathématiques...mais refuse que je lui explique quoi que ce soit , n'est pas demandeur. Pourtant, il finit toujours plus vite que les autres , a d'excellents résultats sauf en orthographe où il ne fait pas l'effort d'apprendre , fait beaucoup de "coloriages" en classe, répond parfois à la place des CE2 (double niveau) mais prétend qu'il ne s'ennuie pas ...et tient absolument à rester au CE1.

Donc, il ne sautera pas de classe pour l'instant.

5 enfants , 5 histoires ...sans compter la mienne et celle de mon frère qui issus d'un milieu ouvrier très pauvre culturellement, avons aussi sauté une classe (sur proposition des enseignants bien sûr)avec grande facilité pour moi tandis que mon frère qui avait sauté la GS a eu une année de CP horrible car beaucoup de mal à apprendre à écrire ...et a obtenu son bac C à 17 ans avec mention très bien.

On ne peut pas apporter de réponse générale, ni donner de conseils sur ce sujet. Selon son milieu, son école, sa classe, sa maturité, sa place dans la fratrie, son ressenti , son QI..., chaque enfant est unique.

Des tests de niveau sont un préalable indispensable ...et doivent être complétés par un examen minutieux du dossier de 'élève par tous les intervenants en prenant quand même bien en compte l'avis des parents (s'ils ne sont pas "pousseurs" à tout prix") ...

Je ne comprends pas qu'on puisse être contre a priori ....ni pour à tout prix , même quand le QI est élevé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JulieMarmotte
Des tests de niveau sont un préalable indispensable ...et doivent être complétés par un examen minutieux du dossier de 'élève par tous les intervenants en prenant quand même bien en compte l'avis des parents (s'ils ne sont pas "pousseurs" à tout prix") ...

Je ne comprends pas qu'on puisse être contre a priori ....ni pour à tout prix , même quand le QI est élevé.

Ce sont les parents qui décident, et donc on ne prend pas en compte leur avis, ce sont eux qui prennent en compte l'avis des professionnels... :wink:

Oui et non ... Rien ne peut se faire sans l'accord des parents, mais il faut que les parents soient très entêtés pour obtenir un passage anticipé sans l'accord des professionnels (cela dit, ça se voit ... j'ai même eu vent - ici ou ailleurs ? - d'un passage anticipé qui s'est décidé en tribunal administratif icon_rolleyes.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette
Ce sont les parents qui décident, et donc on ne prend pas en compte leur avis, ce sont eux qui prennent en compte l'avis des professionnels... :wink:

Pas partout en tout cas : pour mon fils, au conseil de cycle 3 voix pour / 3 voix contre (dont son enseignante du CE1) : du coup on m'a laissé le choix. (Et j'ai fait le bon en le faisant sauter). Pourtant les évals de début de CE2 qu'il avait passées avaient donné des résultats supérieurs à 70 % en français comme en maths alors que certains items n'avaient jamais été abordés pas même avec moi (je me contente toujours de répondre à leurs questions. Pas de questions sur la multiplication (par 2 et 5) = pas d'apprentissage donc ça par exemple, il ne savait pas faire...) ...

Pour son camarade de classe , quelques semaines plus tard, 2 pour /4 contre, il est resté au CE1 jusqu'à la fin de l'année scolaire malgré la déception de ses parents. Finalement, il n'a fait qu'un mois de CE2 l'année suivante et rejoint mon fils au CM1 (il vient d'avoir son bac avec mention lui aussi ...).

Non, les parents ne décident pas d'un saut de classe quand l'initiative leur en revient ...et heureusement !

Mais , en revanche, ils peuvent refuser un saut de classe proposé par les enseignants (j'ai déjà fait aussi, refusé le passage anticipé de MS à CP pour ma fille aînée, qui était mutique).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dhaiphi
5 enfants , 5 histoires ...sans compter la mienne et celle de mon frère qui issus d'un milieu ouvrier très pauvre culturellement, avons aussi sauté une classe (sur proposition des enseignants bien sûr)avec grande facilité pour moi tandis que mon frère qui avait sauté la GS a eu une année de CP horrible car beaucoup de mal à apprendre à écrire ...et a obtenu son bac C à 17 ans avec mention très bien.

Ton témoignage est fort intéressant et pose plus de questions qu'il n'apporte de réponses...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette
[Ton témoignage est fort intéressant et pose plus de questions qu'il n'apporte de réponses...

A prendre au 1er ...ou au second degré ....? :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
°Vanille°

Pour le savoir, il faudrait avoir une maîtrise en Dhaiphilogie :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dhaiphi
[Ton témoignage est fort intéressant et pose plus de questions qu'il n'apporte de réponses...

A prendre au 1er ...ou au second degré ....? :wink:

Je voulais dire que ton témoignage, et les expériences différentes qu'il retraçait, reposait la question de la part de "nature" et de "culture" dans la précocité, et de manière plus générale dans la réussite scolaire, sans que l'on puisse en tirer de conclusions par trop définitives...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yvonig

Le problème des enfants précoces, c'est qu'ils vont plus vite. Donc, leur faire sauter une classe, c'est bien gentil, mais dans la classe supérieure, la vitesse n'est pas supérieure. C'est juste le degré d'exigence qui est supérieur. Si votre enfant a acquis le niveau CE1, par exemple, et qu'il passe en CE2, il va AUSSI acquérir le programme du CE2 plus vite que ses petits camarades.

Quand on m'a fait passer en CE1 au bout de 15 jours de CP, parce que j'avais appris à lire en GS et que j'enquiquinais tout le monde (à commencer par ma mère, qui était l'instit de CP et avait bien assez à faire avec les 33 autres élèves de CP), la maîtresse de la classe de CE1-CE2, qui avait une classe déjà bien chargée, m'a regardée d'un mauvais oeil. Sauf qu'elle a rapidement changé d'avis quand elle a vu que très vite, c'est aux questions des CE2 que je me suis mise à répondre.

Alors, sauter une classe... Pas convaincue du tout que ce soit la solution ! Pour moi, ça a été une très mauvaise solution, même si j'ai eu mon bac à 17 ans (pfff, quel intérêt)

Pour mes enfants, j'ai refusé le saut de classe. Mon fils a eu une scolarité primaire sans souci, bien dans ses baskets (certes, ses copains étaient du même style, je dirais). Là, il est en 5ème et les problèmes commencent à se poser, dans la mesure où il me dit s'ennuyer en classe, parce qu'il n'y apprend rien dans la plupart des matières. Son prof de SVT me disait hier qu'il a l'impression que ça ne va pas assez vite pour lui... Mais bon, le monde ne s'adaptera pas à mon fils ! Il va bien falloir que lui s'y adapte. Déjà qu'en étant petit, à lunettes et bon élève, il est souvent l'objet de raillerie (les ados de collège sont épouvantables pour ça), alors, s'il avait eu un an d'avance... Ce trimestre, il n'a pas eu les félicitations, non en raison de ses résultats, mais parce qu'il ne participe pas assez en cours et ne montre pas d'enthousiasme !!! J'ai donc dit à sa prof d'histoire-géo (qui est une copine) que j'allais lui faire prendre des cours de comédie pendant les vacances...

Ma fille, elle, a refusé de sauter une classe. On a respecté son choix. Elle a un IMMENSE besoin d'être sécurisée, d'être dans la norme, comme les autres, même si elle sait qu'elle fonctionne différemment (on le lui a expliqué quand elle avait 4 ans, âge auquel on l'a "détectée" précoce et où elle était complètement perturbée). Elle entrera en 6ème l'an prochain avec sans doute un excellent niveau dans toutes les matières. Tant mieux pour elle !

Ce sont des enfants qui, n'ayant pas à travailler pour l'école (mon fils ne passe jamais plus de 15 20 mn à faire ses devoirs) ont le temps de faire plein d'autres choses : lire, écrire, dessiner, jouer dehors, regarder la télé, surfer sur le net... Et ils y apprennent encore bien des choses !

Alors, même si mon fils dit actuellement s'ennuyer en classe, je ne regrette absolument pas de ne pas leur avoir fait sauter de classe.

Ils apprennent à composer avec les exigences du monde qui les entoure et je pense que ce serait une erreur de leur laisser croire que tout va tourner autour de leur petite personne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JulieMarmotte
Le problème des enfants précoces, c'est qu'ils vont plus vite. Donc, leur faire sauter une classe, c'est bien gentil, mais dans la classe supérieure, la vitesse n'est pas supérieure. C'est juste le degré d'exigence qui est supérieur. Si votre enfant a acquis le niveau CE1, par exemple, et qu'il passe en CE2, il va AUSSI acquérir le programme du CE2 plus vite que ses petits camarades.

Quand on m'a fait passer en CE1 au bout de 15 jours de CP, parce que j'avais appris à lire en GS et que j'enquiquinais tout le monde (à commencer par ma mère, qui était l'instit de CP et avait bien assez à faire avec les 33 autres élèves de CP), la maîtresse de la classe de CE1-CE2, qui avait une classe déjà bien chargée, m'a regardée d'un mauvais oeil. Sauf qu'elle a rapidement changé d'avis quand elle a vu que très vite, c'est aux questions des CE2 que je me suis mise à répondre.

Alors, sauter une classe... Pas convaincue du tout que ce soit la solution ! Pour moi, ça a été une très mauvaise solution, même si j'ai eu mon bac à 17 ans (pfff, quel intérêt)

Pour mes enfants, j'ai refusé le saut de classe. Mon fils a eu une scolarité primaire sans souci, bien dans ses baskets (certes, ses copains étaient du même style, je dirais). Là, il est en 5ème et les problèmes commencent à se poser, dans la mesure où il me dit s'ennuyer en classe, parce qu'il n'y apprend rien dans la plupart des matières. Son prof de SVT me disait hier qu'il a l'impression que ça ne va pas assez vite pour lui... Mais bon, le monde ne s'adaptera pas à mon fils ! Il va bien falloir que lui s'y adapte. Déjà qu'en étant petit, à lunettes et bon élève, il est souvent l'objet de raillerie (les ados de collège sont épouvantables pour ça), alors, s'il avait eu un an d'avance... Ce trimestre, il n'a pas eu les félicitations, non en raison de ses résultats, mais parce qu'il ne participe pas assez en cours et ne montre pas d'enthousiasme !!! J'ai donc dit à sa prof d'histoire-géo (qui est une copine) que j'allais lui faire prendre des cours de comédie pendant les vacances...

Ma fille, elle, a refusé de sauter une classe. On a respecté son choix. Elle a un IMMENSE besoin d'être sécurisée, d'être dans la norme, comme les autres, même si elle sait qu'elle fonctionne différemment (on le lui a expliqué quand elle avait 4 ans, âge auquel on l'a "détectée" précoce et où elle était complètement perturbée). Elle entrera en 6ème l'an prochain avec sans doute un excellent niveau dans toutes les matières. Tant mieux pour elle !

Ce sont des enfants qui, n'ayant pas à travailler pour l'école (mon fils ne passe jamais plus de 15 20 mn à faire ses devoirs) ont le temps de faire plein d'autres choses : lire, écrire, dessiner, jouer dehors, regarder la télé, surfer sur le net... Et ils y apprennent encore bien des choses !

Alors, même si mon fils dit actuellement s'ennuyer en classe, je ne regrette absolument pas de ne pas leur avoir fait sauter de classe.

Ils apprennent à composer avec les exigences du monde qui les entoure et je pense que ce serait une erreur de leur laisser croire que tout va tourner autour de leur petite personne.

Oui ... Non ...

Je pense que la décision est à prendre en fonction de chaque enfant, et de chaque environnement. Et aussi que le saut ne résout pas grand chose. Si ce n'est que si ma fille était restée en CP, cette année de CP aurait été très compliquée à gérer. Au bout d'un mois, déjà, elle avait du mal à savoir où était sa place dans son CP-CE2, sabotait involontairement le boulot de la maîtresse du côté des CP, et était très frustrée de ne pas avoir le droit de répondre aux questions posées aux CE2. Le soir, je savais par le menu ce qu'avaient fait les CE2 (et elle comprenait très très bien, vu ce qu'elle m'en racontait). Cela n'empêche qu'effectivement, elle était en tête de classe dès le premier trimestre de CE1 et qu'elle s'ennuie maintenant en CE2 (avec 19,5 de moyenne sur l'année ... elle fait parfois des fautes d'inattention ;) ), et qu'il est hors de question pour moi de lui faire sauter une autre année. Mais franchement, le pire aurait été à craindre si elle n'avait pas quitté cette classe de CP-CE2 pour une classe de CE1 qui lui convenait tout de même mieux.

Pour mon fils, lecteur depuis la PS, la question va se poser également en primaire, c'est inévitable. Et pour lui, je ne sais pas du tout quelle décision devra être prise. Ca va dépendre de son évolution personnelle et de l'évolution de l'environnement (par qui vont être remplacés les instits qui doivent partir à la retraite ?). Le saut peut être une solution valable, ou être à proscrire. On verra bien. De toute façon, il risque à la fois de s'ennuyer (connaissances très développées à l'oral) et de galérer (compétences graphiques très limitées, on attend le "déclic").

Pour avoir subi une position de principe de mes parents (la précocité n'existe pas, et il vaut toujours mieux être avec les enfants de son âge, et patati et patata), j'en ai retiré une leçon : les choses ne sont pas forcément comme on a décidé qu'elles seraient, et tous les enfants n'ont pas les mêmes besoins. Il vaut mieux, dans certains cas, sauter une classe, et dans d'autres non ... Et ce n'est pas "faire tourner le monde autour de leur petite personne", mais prendre en compte ce qu'ils sont, comme lorsqu'on prend en compte les particularités de tel ou tel autre élève, en difficulté ou pas. Je dirais même que sur l'échelle de la prise en compte du don intellectuel, le saut de classe est en bas de l'échelle (on se contente de mettre l'enfant dans un autre groupe, on ne fournit pas d'effort de différenciation, par exemple).

Pour le reste, année d'avance ou pas, oui, nos enfants ont la chance d'avoir beaucoup de temps à eux, pour faire plein de choses et découvrir sans cesse. Ils creusent le fossé naturellement, sans effort, par plaisir de découvrir (et non par plaisir de creuser le fossé). Il faut respecter ça, encourager leur curiosité, comme on encourage la curiosité de tous les enfants (ou comme on devrait le faire). Et les aider à composer avec le monde en leur faisant prendre des cours de théâtre, ça peut être autre chose qu'une boutade. Et ça n'est pas antinomique avec un saut de classe, si celui-ci s'avère plus utile que le maintien dans la classe d'âge.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yvonig
Pour le reste, année d'avance ou pas, oui, nos enfants ont la chance d'avoir beaucoup de temps à eux, pour faire plein de choses et découvrir sans cesse. Ils creusent le fossé naturellement, sans effort, par plaisir de découvrir (et non par plaisir de creuser le fossé). Il faut respecter ça, encourager leur curiosité, comme on encourage la curiosité de tous les enfants (ou comme on devrait le faire). Et les aider à composer avec le monde en leur faisant prendre des cours de théâtre, ça peut être autre chose qu'une boutade. Et ça n'est pas antinomique avec un saut de classe, si celui-ci s'avère plus utile que le maintien dans la classe d'âge.

Mon fils fait déjà du théâtre. Il est très bien dans sa peau, ouvert, tout va bien pour lui (il a de la chance d'avoir deux copains qui ont les mêmes centres d'intérêt que lui, ça aide). Mais le collège l'ennuie. Et franchement, je pense que même s'il avait un an d'avance, ça l'ennuierait tout autant.

Quant à bien vivre en CP quand on sait déjà lire, c'est tout à fait possible ! Quand ma fille était en GS, l'instit a voulu la faire glisser au CP, vu qu'elle lisait mieux qu'eux. Mais la miss, ça lui a plu un temps, mais elle préférait rester en GS, quitte à faire quand même le travail de CP, voire de CE1, pour s'occuper.

En CP, elle a donc travaillé avec une méthode à part, en plus du travail des CP, et faisait aussi parfois des trucs de CE1. A sept ans, elle écrivait des textes sans faute, en utilisant majuscules, points, virgules, points de suspension... avec une très jolie écriture (mais pas du tout une écriture d'enfant d'ailleurs). Elle a toujours eu la chance d'être dans des niveaux multiples, prenant à droite et à gauche ce qui lui plaisait en plus du travail de son niveau. Là, elle est en CM2 dans un CP-CE1-CM2, eh bien, elle trouve toujours des choses à apprendre quand même !

Tous les enfants sont différents. Maintenant, il est certain que si j'avais senti l'un ou l'autre en souffrance dans sa classe d'âge, j'aurais peut-être reconsidéré ma position. Mais seulement en dernier recours !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
éowin

J'ai eu dans ma classe à plusieurs reprises des enfants précoses et le passage de classe n'est pas toujours la solution.

- l'un avait sauté une classe et en a ressauté une par la suite, et reste en tête de classe au collège;

- une a sauté une année et fait une excellente scolarité;

- le dernier est resté dans son niveau... grâce à dieu, c'est un élève moyen, très bien dans son année!

Tous les enfants sont différents, faites confiance à son enseignante. C'est vous qui connaissez le mieux l'enfant qu'est votre petite fille, mais c'est elle qui connaît le mieux l'élève qu'elle est aussi!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JulieMarmotte
J'ai eu dans ma classe à plusieurs reprises des enfants précoses et le passage de classe n'est pas toujours la solution.

- l'un avait sauté une classe et en a ressauté une par la suite, et reste en tête de classe au collège;

- une a sauté une année et fait une excellente scolarité;

- le dernier est resté dans son niveau... grâce à dieu, c'est un élève moyen, très bien dans son année!

Tous les enfants sont différents, faites confiance à son enseignante. C'est vous qui connaissez le mieux l'enfant qu'est votre petite fille, mais c'est elle qui connaît le mieux l'élève qu'elle est aussi!

Je ne sais pas ce que Dieu vient faire là-dedans ... passons. Peut-être le troisième serait-il bien meilleur dans l'année suivante. Peut-être pas. Et ên même temps, être en tête de classe n'est pas un gage de bonheur (parce que la réussite scolaire n'est pas la seule qui compte).

Le problème, c'est qu'on ne sait jamais avant ce que va donner un saut de classe. L'autre problème, c'est que dans certaines écoles, le saut est la seule "solution" proposée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
éowin

"Je ne sais pas ce que Dieu vient faire là-dedans ... passons. "

C'est une expression...passons!!! :angel_not::bleh:

"Peut-être le troisième serait-il bien meilleur dans l'année suivante. Peut-être pas. Et ên même temps, être en tête de classe n'est pas un gage de bonheur (parce que la réussite scolaire n'est pas la seule qui compte).

Le problème, c'est qu'on ne sait jamais avant ce que va donner un saut de classe. L'autre problème, c'est que dans certaines écoles, le saut est la seule "solution" proposée."

Là, je suis d'accord avec toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ode

Cette année, dans ma classe de cm2, j'ai 2 enfants qui ont "sauté" le CP et honnêtement, aussi instruits soient-ils et même s'ils sont dans le premier tiers niveau résultat...ce sont les deux seuls qui ne savent pas organiser leur travail, leur temps, leur classeur, oublient toujours leur matériel, ne font pas ce qui est demandé au moment où je le demande, ...... et l'un deux ne sait même pas former ses lettres correctement, j'enrage chaque jour un peu plus et me dit que franchement à ce niveau là ne seront pas du tout prêts pour la sixième!!!

Pour info, les parents avaient demandé le passage anticipé contre l'avis des enseignants.

Il faut aussi savoir faire confiance aux enseignants qui connaissent mieux les gamins que les parents...scolairement parlant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette

La petite C. qui a sauté son CP est une des têtes de classe de ma classe de CE2 ....très organisée, très mûre.

En revanche, elle écrit très mal ce qui se retrouve souvent chez les enfants scolairement en avance et les EIP : le côté "moteur" étant en décalage avec le côté intellectuel.

Pas de généralités possibles sur les élèves, ni sur le fait que les enseignants aient un avis plus pertinent que celui des parents à ce sujet....ni le contraire d'ailleurs ...Au cas par cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...