Jump to content
matsanpat

Nouvelle méthode de lecture Pilotis, hachette

Recommended Posts

matsanpat

Bonjour,

Je viens de recevoir un specimen d'une nouvelle méthode de lecture : Pilotis.

http://www.enseignants.hachette-education.com/elementaire_CP_Lecture/pages/catalogue/fiche-livre/lecture-cp-collection-pilotis-manuel-de-code-edition-2013-1179977.html

Il y a :

-un fichier d'exercices pour le code

-un fichier d'exercices pour la compréhension de lecture

-un manuel (pour feuilleter : http://pvevent1.immanens.com/fr/pvPage2.asp?puc=2706&pa=1ν=1)

-des albums

Ca fait beaucoup d'investissements, mais les fichiers ont l'air intéressant...

Qui l'a reçue et a un avis dessus ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Archilecture

J'ai reçu ça tout à l'heure et j'ai jeté un coup d'œil vite fait.

Ma première impression est que Hachette a fait du mauvais boulot malgré une bonne idée. La bonne idée : intégrer les gestes Borel-Maisonny a une méthode de lecture récente, en les faisant redessiner. Ca fait longtemps que je trouve que ces gestes devraient être intégrés à toute méthode de lecture qui se respecte, tant ils sont utiles aux enfants !

Mais à part ça, j'ai trouvé la méthode très mal conçue. En effet, l'idée semble de séparer l'étude du "code" (secret ?) de la compréhension. Ce présupposé me semble complètement idiot. Pour moi, il me semble évident qu'on lit pour comprendre, et qu'il est absurde de lire certaines choses juste pour s'exercer et d'autres pour comprendre ce qu'on lit ! L'idée même est farfelue à mon sens.

Dans la partie "code", une application particulière semble avoir été mise à ne mettre que des textes sans aucun intérêt, pour rendre la lecture le plus "mécanique" possible, en ajoutant de plus dans TOUS les textes un codage pour faire percevoir les syllabes ! Comme il s'agit de lecture et non d'orthographe, lesdites syllabes ne sont même pas les "vraies" syllabes, puisque poisson, par exemple, est codé "poi-sson", ce qui va bien sûr poser des problèmes plus tard quand il s'agira d'apprendre à couper les mots. Mais c'est un détail.

La partie "compréhension de lecture" semble, aussi bizarre que ça puisse paraître, ne pas être basée du tout sur de la lecture ! Certains mots reviennent, certaines structures de phrases, mais sinon le travail m'a eu l'air basé sur du par-cœur ou de l'à-peu-près. Je n'ai pas regardé d'assez près pour être affirmative, mais c'est l'impression que j'ai eue.

Je ne comprends sincèrement pas comment on peut dissocier systématiquement la lecture de la compréhension. Pour moi, lire, par définition, c'est décoder un message et le comprendre. Décoder sans comprendre, ça me semble idiot. Comprendre sans avoir lu, ce n'est pas de la lecture. Et pourquoi diantre dissocier ainsi les deux volets ? Ca me donne un peu l'impression d'un vélo où on aurait dissocié la pédale droite et la pédale gauche, pour les activer séparément. Un truc à se retrouver vite dans le fossé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Je ne comprends sincèrement pas comment on peut dissocier systématiquement la lecture de la compréhension. Pour moi, lire, par définition, c'est décoder un message et le comprendre. Décoder sans comprendre, ça me semble idiot. Comprendre sans avoir lu, ce n'est pas de la lecture. Et pourquoi diantre dissocier ainsi les deux volets ? Ca me donne un peu l'impression d'un vélo où on aurait dissocié la pédale droite et la pédale gauche, pour les activer séparément. Un truc à se retrouver vite dans le fossé.

Pas faux. On peut aussi ajouter qu'on lit avec les yeux et non avec les oreilles. Donc les sons entendus dans un mot ... bof, je trouve qu'on ajoute de la difficulté.

Mais c'est à la mode de revenir à la préhistoire de l'apprentissage de la lecture ... quand on apprenait davantage à déchiffrer qu'à lire.

J'ai feuilleté sur le site. Je ne vois pas trop l'intérêt d'investir dans cette méthode.

Quitte à faire de la syllabique, autant garder ce qui fonctionne. "Ratus" est parfait pour ça.

Sinon, toutes les méthodes fonctionnant avec des albums ("Ribambelle" en tête) sont parfaites car on peut à loisir y insérer le code, en avançant au rythme de sa classe sans perdre de vue le plaisir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Archilecture

Aaaargh, Goëllette, ce n'est pas du tout ça que j'ai voulu dire ! Ribambelle est une usine à fabriquer des non-lecteurs !

Ratus n'est pas une méthode syllabique à proprement parler, c'est une méthode mixte modérée, comme Gafi.

Non, ce que je voulais dire, c'est que OUI, il FAUT apprendre à déchiffrer pour pouvoir lire, bien sûr, et en cela Hachette a raison, mais autant comprendre ce qu'on vient de déchiffrer que de s'amuser à déchiffrer un truc et aller en comprendre un autre, ce qui me semble tordu.

Si on veut investir dans une méthode qui propose des textes intéressants et riches aux élèves, tout en leur donnant les moyens de les déchiffrer vraiment, je conseillerais Bulle, avec de très beaux textes de Marie-Aude Murail.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Archilecture

Par contre, je ne suis pas sûre qu'on lise "avec les yeux" et pas "avec les oreilles", dans la mesure où les recherches de Dehaene & Co ont bien montré que c'est le centre du langage oral qui est activé quand on lit ! Et les sourds ont énormément de mal à apprendre à lire, faute de perception des sons, justement...

Share this post


Link to post
Share on other sites
matsanpat

Merci pour vos avis !

En fait contrairement à toi, Archilecture, j'aime bien faire l'étude du code complètement détachée du reste.

Je m'explique :

-1er CP : 1 mois d'alphas (tous les sons simples puis vu rapidement les oi, ou, on, in, en) puis Mika qui est une méthode avec lecture d'albums. Dans le fichier d'exercices il y a la partie compréhension et à la fin les exercices sur les sons. J'aimais beaucoup ce fonctionnement et la progression des sons. Par contre, je trouvais les exercices de compréhension difficiles et toutes les histoires ne m'ont pas plu.

-2ème CP : même fonctionnement avec les alphas puis Ribambelle. Là, les albums me plaisaient bien mais je n'aimais pas du tout la partie code qui est mélangée au reste dans le fichier (sans avoir vraiment de lien direct avec ce qui est vu dans l'album) et souvent une entrée par la lettre qui ne me convient pas non plus.

-3ème CP : en congé maternité au début d'année, puis reprise à mi-temps, j'avais commandé Taoki pour que ce soit plus simple au niveau du remplacement et de l'organisation par la suite. Je ne regrette pas ce choix (en ce qui concerne l'organisation) mais qu'est-ce que je m'ennuie !

-4ème CP : pour l'année prochaine, je ne sais pas encore ce que je vais choisir ...Je ne connais pas les albums proposés par cette nouvelle méthode de lecture.

Je trouve ça bien d’avoir mis au goût du jour les gestes de Borel-Maisonny et d'avoir l'étude du code à part.

Mais je n'envisage ce type de méthode que si je fais les alphas à la rentrée (donc à voir avec mon complément...!)

Share this post


Link to post
Share on other sites
nagdum

Moi aussi, en le feuilletant, ce qui m'a plu c'est d'avoir un manuel avec que du code. J'en suis à ma 5ème année de rue des contes, et je commence à en avoir ma claque ! J'aimerais travailler sur d'autres textes.

Nos conseillères pédagogique nous incitent à entraîner séparément et de façon systématique nos élèves à décoder et à comprendre (essentiellement à l'oral, même au CE1) pendant des temps d'atelier (un atelier décodage/fluence, un autre atelier compréhension). Des séances en classe entières permettent de combiner les apprentissages. Donc ça ne me choque pas de distinguer les deux. De plus lorsque les élèves décodent des phrases simples, on en vérifient quand même la compréhension.

Share this post


Link to post
Share on other sites
cquinette

Dans Pilotis, ce qui m'a gêné, ce sont les maisons des sons écrits en majuscule d'imprimerie, du moins au début du livre... pourquoi pas directement en scripte minuscule?

Share this post


Link to post
Share on other sites
matsanpat

Ah Ben oui ! Je n avais pas remarqué ! C'est comme ça jusqu'à la page 34...!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Archilecture

Les textes de Taoki n'ont pas l'air passionnants, en effet, mais il semble que la méthode soit efficace.

Je répète que Bulle propose des textes extrêmement riches et passionnants, sans morceler inutilement les apprentissages et surtout sans déconnecter la lecture de la compréhension. Dans un autre registre, Ecrire et lire au CP propose des extraits de textes de grande qualité, très progressifs mais très riches, qui permettent de travailler là aussi la compréhension à partir de textes vraiment lus.

Je continue à penser que c'est une imposture intellectuelle d'appeler "lecture" des ateliers où les enfants ne sont pas effectivement en train de lire. Du coup, ça oblige à faire de la "fluence", donc à saucissonner encore plus les apprentissages. Je ne vois vraiment aucun avantage à morceler ainsi la lecture, qui est un acte global, en plusieurs compétences artificiellement séparées. Si quelqu'un peut me dire ce que ça apporte vraiment de plus aux élèves, je changerai peut-être d'avis, mais pour l'instant je continue à faire "lecture", c'est-à-dire "tout-en-un" : décodage, compréhension, fluence !

Share this post


Link to post
Share on other sites
nagdum

C'est la seconde année que je fonctionne avec ces ateliers en CP/CE1 (je suis dans une école Diff, situé dans un "quartier", la majorité des élèves est issue de l’immigration et quelques uns ont des parents qui maîtrisent mal le français), et je trouve que je progresse plus vite que les années précédentes en lecture avec les CP. En début d'année les ce1 sont de manière générale des bons "décodeurs".

Mon avis sur l'intérêt de "saucissonner" : les élèves se concentrent sur une tâche précise : soit décoder, soit comprendre. Il ne leur est pas demandé de faire les 2 en même temps. C'est effectivement ce que fait un lecteur expert avec des aller-retour entre décodage et compréhension, mais nos élèves s’entraînent à devenir experts, ils ne le sont pas encore.

Ils s'entraînent donc à décoder (et encoder) de façon systématique : d'abord des syllabes, puis des mots, puis des phrases... il leur est aussi demandé de lire des pseudo-mots, ce que je trouvais aberrant il y a plus de 3 ans. Mais finalement, pour un élève, lire un mot qu'il ne connait pas ou un pseudo mot il n'y a pas de différence, si ce n'est que quand ils lisent des pseudo-mots ils sont prévenus (ces mots n'existent pas dans la langue française) et lorsqu'ils lisent des mots le sens est toujours expliqué et le mot utilisé dans une phrase. Dès que le niveau de lecture le permet, l'entrainement en fluence est proposé (à ce jour 4 élèves/10 en CP et 2 y sont presque). Dès le début de CE1 : atelier fluence, sauf pour les élèves qui ont besoin de renforcer le code, dans ce cas je leur propose le livre Bien lire aimer lire pour réviser.

Ils s'entrainent à comprendre à partir du livret Comprendre, des éditions La cigale. Le travail proposé se fait essentiellement à l'oral, les textes sont lus par l'enseignant. L'entrainement balaie les différentes composantes de la compréhension. Chaque année cet atelier me permet de découvrir des bons décodeurs qui ne comprennent rien à rien de ce qu'ils entendent (et donc de ce qu'ils lisent) et des non-lecteurs qui comprennent très bien. Cet atelier permet à chacun d'élaborer des stratégies pour comprendre, sans avoir à se soucier du code. Bien sûr, si des élèves veulent lire (décoder) pendant cet atelier, ce n'est pas interdit, mais il doit y avoir la lecture de l'enseignant pour s'assurer que les élèves entendent tous le texte correctement et puissent le comprendre. Le retour au texte pour justifier et valider les réponses doit être systématique.

Avec le temps, je m'aperçois que mes bons décodeurs qui ne comprennent pas stoppent leur lecture et reviennent en arrière, cherchent des indices pour comprendre ce qu'ils n'ont pas compris et mes petits décodeurs qui comprennent bien s'appuient sur le sens de ce qu'ils lisent pour progresser dans leur lecture. Ils deviennent donc progressivement des lecteurs experts.

Cette façon de travailler est issue d'une expérimentation qui a été menée il y a 3 ans dans notre circonscription. Le processus a été étendu l'année suivante à l'ensemble des écoles, et les retours sont majoritairement positifs, une fois passée la difficulté de changer ses habitudes de travail. Ces ateliers sont proposés en complément des méthodes de lecture de chacun.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Archilecture

Merci, Nagdum, pour ces explications précises et complètes !



Je travaille moi aussi en ZEP, avec une classe très "diverses" : des parents non-francophones de milieux très pauvres, mais aussi des gens de milieux très cultivés. Je n'ai pas ressenti le besoin de saucissonner les activités de lecture, mais je travaille beaucoup la compréhension orale - ainsi que la compréhension des textes lus.



J'utilise aussi parfois des pseudo-mots, surtout en début d'année (je ne le fais plus à cette saison), pour obliger les gamins à lire "jusqu'au bout" et "sans deviner". Je travaille toujours avec la gestuelle Borel-Maisonny.



Je ne conçois pas non plus le "décodage" sans l'"encodage", qui est le meilleur moyen d'apprendre à mon avis.



Donc, finalement, je ne sais pas si nos méthodes de travail diffèrent de manière si fondamentale !



(mais je continue à ne pas aimer les méthodes qui, sous prétexte de travailler le "code", proposent des textes plats, voire indigents... même si je constate qu'elles sont souvent assez efficaces)


Share this post


Link to post
Share on other sites
anne50

La question de séparer l'identification des mots et l'étude des textes est réglée depuis plusieurs années pour moi et ceci pour deux raisons:

. ça m'amène une grande souplesse dans la progression des sons et suivant la classe j'avance plus ou moins vite.

. Et pour les élèves, ça amène une meilleure compréhension de ce qu'ils font. Notamment pour les élèves en difficultés.

Par contre (je viens de recevoir aujourd'hui les spécimens) je ne me reconnais pas du tout dans Pilotis car je pars quand même des textes pour construire mes correspondances sons/lettres et en plus je trouve que les textes proposés sont beaucoup trop simples.

Anne

Share this post


Link to post
Share on other sites
matsanpat

@anne50 : je ne connais pas les albums de la méthode pilotis. Même ceux vus au deuxième semestre sont trop simples ?

Quels sont ceux que tu utilises (notamment en début d'année ) ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
alexandreone

Etant débutant au CP, j'ai encore du mal à tout saisir sur la qualité d'un manuel.

A la lecture des bilans manuels lecture CP, je ne sais pas vers quel manuel me tourner .

Mon objectif, c'est de donner une méthode efficace à mes élèves qui permettent les meilleurs résultats possibles.

Pour moi les gestes BM me semblent très bien car il ajoute une autre facon de percevoir le son.

Si il y avait un manuel qui aurait le meilleur résultat ca serait lequel ?

En ce moment dans mon école, il y a léo et léa, je trouve ca bien mais l'ien et les cpc critiquent énormément la méthode.

Share this post


Link to post
Share on other sites
papili

Connaissez-vous ces deux-là :

Mon CP avec Papyrus : http://www.enseignants-du-primaire.info/CP_lecture2_SLECC.htm

et

Écrire et Lire au CP : http://www.enseignants-du-primaire.info/CP_lecture1_SLECC.htm

Si les Inspecteurs de l'Éducation Nationale et Conseillers Pédagogiques de votre secteur critiquent Léo et Léa, tournez-vous plutôt vers le second qui aura l'avantage de faire travailler le sens dès le début et donc, de moins choquer une personne tatillonne...

Je me permets néanmoins de vous signaler, mais les détracteurs de la voie indirecte ne sont pas obligés de le savoir, que ce manuel n'empêche pas un départ alphabétique strict puisqu'on télécharge gratuitement avec le livre du maître un petit manuel alphabétique qui permet de faire précéder les seize premières pages, contenant quelques mots à mémoriser (très) provisoirement en "globale", de toutes les lettres permettant de pallier ce problème d'apprentissage global et de rester sur du déchiffrage strict.

Share this post


Link to post
Share on other sites
AvrilBaby

En ce moment dans mon école, il y a léo et léa, je trouve ca bien mais l'ien et les cpc critiquent énormément la méthode.

Ce qui est sûr, c'est qu'ils ne la critiquent pas parce qu'elle n'est pas efficace. Je trouve étrange de critiquer une méthode qui marche. Savez-vous ce qu'ils lui reprochent ?

Si je me souviens bien, elle est accompagnée de petits livrets d'histoires qui proposent de petits récits complets qui ont donc forcément du sens dès la 7ème leçon...

Share this post


Link to post
Share on other sites
alexandreone

L'inspecteur dit que ca ressemble à l'experience de Pavlov. Il explique que les textes n'ont aucun sens et qu'il vaut mieux Chut je lis ou un monde à lire.

Je ne suis pas spécialiste dans ce domaine donc j'écoute vu que je ne peux pas rentrer dans une discussion pédagogique et didactique avec un faible niveau de connaissance.

Share this post


Link to post
Share on other sites
AvrilBaby

L'inspecteur dit que ca ressemble à l'experience de Pavlov. Il explique que les textes n'ont aucun sens et qu'il vaut mieux Chut je lis ou un monde à lire.

Je ne suis pas spécialiste dans ce domaine donc j'écoute vu que je ne peux pas rentrer dans une discussion pédagogique et didactique avec un faible niveau de connaissance.

Pavlov !? C'est bien ce qu'il me semblait. La position de l'inspecteur est purement idéologique et n'a rien de rationnel.

Je ne peux que vous encourager à vous appuyer sur votre bon sens. Ne croyez pas que votre "faible niveau de connaissance" vous démunisse de tout esprit critique. Renseignez-vous. Lisez les textes et vous verrez s'ils ont un sens, l'important étant que les élèves, au final, sachent lire !

Share this post


Link to post
Share on other sites
LouisBarthas

Il explique que les textes n'ont aucun sens

Ce qui n'a aucun sens, c'est de demander à des enfants de lire des mots et des textes qu'ils ne savent pas lire !

:scratch:

Share this post


Link to post
Share on other sites
papili

Ce qui n'a aucun sens, c'est d'affirmer qu'il est normal qu'un tiers, ou même parfois plus, de l'effectif d'un cours préparatoire quitte cette classe sans être capable de lire, même lentement, un court texte inconnu et d'écrire sans aucune erreur une phrase dictée ne comportant que des mots transparents alphabétiquement parlant.

Et cela n'a pas plus de sens, au pays des droits de l'homme, de se cacher derrière l'origine sociale ou culturelle des enfants pour décréter que, pour "ces enfants-là", l'entrée dans l'écrit est plus difficile.

C'est hélas parfois le résultat obtenu avec les deux méthodes citées par votre Inspecteur. Il semblerait que ce ne sont des méthodes qui fonctionnent pour tous les élèves quand, comme notre amie Archilecture pour Rue des Contes, on y adjoint une grosse part de Borel Maisonny, Léo et Léa ou Mon CP avec Papyrus...

Franchement, j'aimerais savoir ce qu'ils penseraient d'Écrire et Lire au CP qui, tout en s'appuyant très vite uniquement sur le déchiffrage (voie indirecte selon eux), propose de "vrais textes" assez vite, procède par thèmes dans le premier livret en étudiant successivement les prénoms, la fête foraine, l'école, le zoo, le conte du Petit Chaperon Rouge, le loup et enfin une promenade au bord de la rivière.

De plus, dans le second livret,cette méthode offre des récits ou contes intégraux (sauf Pinocchio), entrecoupés de textes plus ou moins documentaires : Histoire de pirates ; La neige ; Pinocchio, les marionnettes ; Le pain ; Le loup et les sept Chevreaux ; La chèvre ; La Chèvre de Monsieur Seguin ; Géographie ; Le Cirque.

Elle va donc à l'encontre de tout ce qu'ils racontent sur la lecture qui ne devient intelligente que lorsqu'on évite à tout prix le déchiffrage qui ne doit servir que très occasionnellement, les enfants déchiffreurs qui ne deviennent jamais lecteurs, l'importance du "bain de langue", impossible lorsqu'on utilise une méthode "syllabique" dont les textes sont d'une pauvreté accablante, etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites
alexandreone

C'est ma première année en CP, j'ai peu de connaissances pourtant j'ai eu des cours sur la lecture.

Je m'y suis interessé mais j'ai encore du mal à tout saisir entre conscience phonologique, voie directe et indirecte, globale, semi globale, syllabique.

Où vous etes vous formé ? Existe t il des articles qui synthètisent les recherches et les éléments clés pour apprendre à un élève à lire efficacement?

Je suis d'accord avec toi si un élève ne sait pas lire à la fin du cp ca va etre difficile les années suivantes.

Je trouve vraiment que dans notre formation et en général il nous manque de directive claire et pratique surtout quand on débute.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Meuhpet

Où vous etes vous formé ? Existe t il des articles qui synthètisent les recherches et les éléments clés pour apprendre à un élève à lire efficacement?

Toute seule après avoir envoyé deux classes de CP en CE1 avec un niveau de lecture médiocre (j'en ai encore honte bien qu'en début de carrière).

A part, construire des activités (exercices en global) à partir de la lecture d'albums, je n'avais rien appris à l'IUFM.

J'ai pris ce qu'il y avait dans ma classe sur mes premiers postes, des méthodes globales et semi-globales: un désastre, heureusement que les familles étaient derrière pour rattraper le coup (surtout en triple niveau).

Me suis retrouvée sur mon 3eme poste en CP avec Ribambelle: j'ai suivi 2 ou 3 semaines le guide du maître puis basta. Des syllabes et encore des syllabes, étude d'albums allégés... Au moins, les élèves savaient tous déchiffrer et produire des écrits (quelques élèves plus faibles que les autres mais plus de non-lecteurs)

Share this post


Link to post
Share on other sites
papili

Difficile de vous répondre. Je ne l'ai pas lu mais il me semble que "Les Neurones de la Lecture", de S. Dehaenne, doit présenter un tableau clair des dernières recherches scientifiques.

Je pense que vous y verrez plus clair ensuite sur l'existence, plutôt supposée que réelle, des deux "voies" dont on vous rebat les oreilles.

De même, vous pourrez trouver des réponses à vos questions sur "globale et syllabique" en consultant le site du GRIP : http://www.instruire.fr/

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Ribambelle est une usine à fabriquer des non-lecteurs !

N'importe quoi !

J'ai beaucoup utilisé cette méthode et presque tous mes élèves (entre 0 et 2 non lecteurs sur une vingtaine chaque année) savaient lire en fin de CP, et la plupart lisaient beaucoup, y prenant plaisir.

C'est au contraire une méthode intelligente, variée et intéressante mais qui, c'est vrai, demande un minimum d'investissement des enseignants.

J'apprécie beaucoup le livre du maître très clair et complet, les évaluations toutes faites.

Je ne vois pas de différence, pour l'avoir feuilleté, entre ton "Pilotis" et la multitude de nouvelles méthodes avec étude du code intense.

Quitte à choisir l'une d'elles, je trouve "Ratus" bien plus claire, rassurante, et cette méthode a largement montré son efficacité !

(Gafi également, mais j'aime moins l'ordre des sons.)

C'est l'enseignant qui fait la méthode et non l'inverse. S'il s'investit et est rigoureux, il y arrivera.

(Rigueur ne veut pas dire barbarie, ça veut dire qu'on a une pratique réglée, des séquences routinières, et qu'on a des exigences d'efforts vis à vis des élèves ... et des parents !)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Archilecture

Heu, ce n'est pas "mon" Pilotis, je ne l'aime pas du tout, cette nouvelle méthode de lecture, et je n'y ai pas participé ! Mon manuel à moi, c'est Archilecture.

Pour Ribambelle, ce que je vois, moi, c'est que dans les deux écoles où je l'ai vue utiliser (à chaque fois par des bonnes enseignantes qui bossaient énormément et à chaque fois pendant plusieurs années), il y avait chaque année 2 ou 3 élèves qui ne savaient pas lire à la fin de l'année.

On mettait toujours ça sur le dos de tous les problèmes qu'ils avaient - et ils en avaient, c'est sûr ! Mais je trouve ça grave quand même.

Je trouve en plus déplorable qu'on appelle "méthode" quelque chose qui demande un pareil investissement des enseignants pour compléter, faire à sa sauce, etc. Quand on a fait Archilecture, on a TOUT mis dedans, on n'a pas dit aux gens "complétez, faites vous-mêmes" ! Quand j'achète une méthode, au prix que ça coûte, j'estime que la méthode doit pouvoir être suivie tel quel.


Bien sûr qu'un excellent enseignant compensera toujours une mauvaise méthode. Mais quelle déperdition d'énergie !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Goëllette

Tu fais ta pub, je le comprends, mais je suis sûre que les mêmes deux-trois élèves ne sachant pas lire, avec les enseignants dont tu parles plus haut, n'auraient pas su lire avec la tienne, que je ne connais pas, d'ailleurs !

Ce qui est marrant, c'est qu'on est repassé, en quelques années, du "il faut deux ans pour apprendre à lire" au "si à Pâques il ne sait pas déchiffrer, c'est mort" du début des années 60.

Je pense qu'entre les deux, il y a une marge, et que l'échec de fin de CP est davantage dû aux difficultés familiales des élèves et au fait qu'ils sont beaucoup trop couvés et écoutés par leurs familles, qu'ils ont de moins en moins une vie familiale équilibrée qu'à une histoire de méthode de lecture.

On aura beau revenir à Boscher, mettre de l'école 6 jours par semaine, si on ne s'attaque pas à l'origine des problèmes de nos élèves, on n'arrivera à rien !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Archilecture

M'enfin, Goëllette, je ne fais pas ma pub, mes manuels à moi sont des manuels de cycle 3 !

Ça n'a rien à voir !

Quand je fais ma pub, je le dis, car j'ai horreur de l'hypocrisie.

Ce que je dis, c'est trois choses :

1/ Non, les élèves d'aujourd'hui ne sont pas moins capables d'apprendre à lire que ceux d'autrefois. Je n'y crois pas. Ils ont des problèmes nouveaux - déficits d'attention dus probablement à la télé, entre autres - mais ne doivent plus que très rarement travailler pour aider à la subsistance de leur famille, ils sont nourris à leur faim et doivent rarement marcher longtemps par tous les temps pour aller à l'école. Quant à leurs langues maternelles, elles ne doivent pas plus être un obstacle à l'apprentissage du français que ne l'étaient les patois d'autrefois. Pour moi, l'école peut et doit apprendre à lire à TOUS, sauf handicap avéré (trisomie, certaines formes d'autisme, QI < 70, par exemple).

2/ Non, toutes les méthodes ne se valent pas. Mettre un débutant en classe avec Ribambelle ou avec Lire et écrire au CP en lui disant "suis le livre du maître" n'aura pas le même effet. Le nombre de non-lecteurs sera plus important avec le premier, c'est sûr.

3/ Depuis maintenant 8 ans que j'enseigne la lecture (en CLIN, puis en CP), je n'ai eu à ce jour qu'un échec. Un élève au QI très bas, qui n'a jamais réussi à lire de manière fluide malgré tous mes efforts. Je regrette beaucoup cet échec, mais c'est le SEUL. J'ai des élèves qui sortent de ma classe en déchiffrant lentement. Je n'en ai pas qui sortent sans savoir lire.

Si je veux être honnête, j'exclus de mon panel les élèves étant restés dans ma CLIN moins de 5 mois consécutifs, car je suis enseignante, pas magicienne.

Donc, non, je ne pense pas que les deux-trois élèves par classe en question seraient sortis non lecteurs de chez moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
alexandreone

Archilecture a te lire tu penses que sauf déficicience avéré : tout le monde peut apprendre et qu'il suffit de donner aux enfants le bon chemin.

En mettant l'enfant face à une démarche claire et précise, ils vont y arriver.

Je suis assez d'accord sur ton premier point que les enfants d'aujourd'hui sont autant performant qu'avant.

Je suis dans une école UMP conservatrice de droite qui sorte à tout va c'était mieux avant. De toute facon avant avec cette méthode ca marchait donc on continue comme ca. Ne parlons pas du 4 jours et demi c'est non absolument non.

Je vois que même sur ce forum il existe de forte tendance conservatrice. Si les progrès montrent l'efficacité d'une méthode autant en profiter plutot que nous remettre sur l'environnement familial et social.

Share this post


Link to post
Share on other sites
mamancendrillon

Moi j'ai cumulé alphas et borel maisonny pour débuter l'apprentissage de la lecture et je ne le regrette pas! TOUS mes élèves sont lecteurs, Même celle qui n'a pas fait de maternelle, même les voyageurs qui ne restent pas bien longtemps...tous lisent et écrivent aussi! Depuis janvier, je travaille sur des textes adaptés de rue des instits ou j'adapte le texte d'un album que je veux étudier donc je ne m'ennuie JAMAIS!!!

j'ai acheté "Ecrire et lire au cp" pour voir et je l'utiliserai l'an prochain car j'aurai sûrement un CP-CE1 donc plus de boulot de prep

cela me convient totalement et le plus important, convient aux enfants puisqu'ils sont tous entrés dans la lecture et ce très vite!

Pour l'apport culturel, j'a "re-découvert" le plaisir de conterou lire les histoires à chaque début d'après-midi le lundi et le jeudi, je les ai baignés dans différents styles et auteurs et j'ai pu aussi combler mon appétit de maîtresse!

Mais voilà, oui je me suis formée seule, sur ce forum,sur différents sites, en lisant différents ouvrages... parce que mon objectif est d'enseigner l'acte de lire et d'y parvenir, le plus efficacement possible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...