Jump to content

Réforme du lycée : quels changements à venir ?


prof désécol
 Share

Recommended Posts

http://www.leparisien.fr/societe/fin-des-series-specialites-nouveau-bac-ce-que-la-reforme-du-lycee-va-changer-20-12-2018-7972995.php

Citation

Fin des séries, spécialités, nouveau bac... ce que la réforme du lycée va changer

C’est une source d’inquiétude pour les enseignants, les parents, mais surtout les élèves de seconde. Depuis mardi, les rectorats délivrent les listes des spécialités proposées dans chaque établissement scolaire. La première pierre d’une réforme qui doit mener les jeunes qui viennent d’entrer au lycée au nouveau bac en 2021. Voici nos réponses aux questions qui reviennent chez les élèves de seconde.

La mort des séries

C’est la mort programmée des traditionnelles séries S, ES et L. Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, ne cesse de marteler que le système actuel « enferme les élèves dans des couloirs ». À la rentrée de septembre 2019, les élèves de première devront suivre un tronc commun - français (remplacé par philosophie en terminale), enseignement scientifique-mathématiques, histoire-géographie, enseignement moral et civique, leurs deux langues vivantes et l’EPS -, réparti sur 16 heures en voie générale et 13 à 14 heures pour les technologiques.

À ce bloc doivent venir se greffer – pour les élèves en voie générale –, les fameux enseignements obligatoires de spécialités, au nombre de douze. Il faut en choisir trois pour la première, puis deux en terminale qui figureront au programme des épreuves écrites du bac 2021. C’est là justement que les tensions apparaissent.

                                                               7c8de1c2-03cc-11e9-b3b6-635eb77c8121_1.j

[...]

 

http://www.lavoixletudiant.com/actus/89494/la-reforme-du-bac-2021/

Citation

Bac 2021 : mode d’emploi

C’est l’une des mesures phares de ce nouveau bac, le contrôle continu prend une part très importante, il comptera désormais pour 40 % de la note finale. Les évaluations s’effectueront selon deux modalités différentes : 30 % correspondront à des épreuves ponctuelles de type « bac blanc ». Elles porteront sur toutes les disciplines étudiées par les élèves de janvier et en avril l’année de première, puis en décembre de l’année de terminale. Les copies seront anonymes et corrigées par d’autres professeurs que ceux de l’élève afin de garantir l’égalité entre les candidats. Une « banque nationale numérique de sujets » verra le jour afin d’assurer une harmonisation entre les établissements scolaires.
À savoir : Les bulletins scolaires de première et de terminale représenteront 10% de la note finale afin de valoriser la régularité du travail de l’élève.

Quatre épreuves finales

Comme c’est le cas actuellement, l’épreuve anticipée de français (écrite et orale), aura lieu en fin de première

En classe de terminale, les candidats présenteront quatre épreuves, qui compteront (avec celle du français) pour 60 % de la note totale du baccalauréat. Les résultats obtenus seront pris en compte dans Parcoursup.

Deux épreuves écrites porteront sur les disciplines de spécialités choisies par l’élève de terminale.

Une épreuve écrite de philosophie

Une épreuve orale de projet à partir d’un ou deux enseignements de spécialités choisis par l’élève. L’objectif de cette épreuve est d’évaluer la capacité de l’élève à s’exprimer et analyser un sujet en mobilisant les connaissances acquises au cours de sa scolarité, notamment scientifiques et historiques.

                                  capture-dexxcran-2018-12-04-axx-20.08.14

 

Link to comment
Share on other sites

http://www.slate.fr/story/171387/tribune-reforme-lycee-inegalites-orientation

Citation

La réforme du lycée, une grande fabrique à inégalité

[...]

 

Offre de formation atomisée

L'école de la confiance proclamée par Jean-Michel Blanquer prétend offrir aux élèves de la voie générale un choix de spécialités, qui s'organisent désormais hors de toute série (disparition des séries ES, L et S).

Le lycée actuel n'est sans doute pas parfait, mais au moins garantit-il une offre de formation homogène sur l'ensemble du territoire. Le lycée version Blanquer, outre qu'il déstabilise profondément l'organisation des établissements et des enseignements, ne permet plus une telle garantie.

La note de service du 5 septembre 2018 est plutôt claire sur ce point: «Ces enseignements de spécialité doivent pouvoir être accessibles dans un périmètre raisonnable. Dans le cas d'un établissement isolé, l'enseignement de spécialité non présent dans l'établissement est assuré par le biais du Cned. Deux établissements voisins peuvent au moyen d'une convention organiser collectivement l'offre des enseignements de spécialité.»

Les élèves devront penser ce parcours, jusqu'à bac+3 au minimum, dès la classe de seconde –voire celle de troisième.

Quand une partie des élèves pourront suivre l'intégralité de leur formation dans leur lycée, avec un encadrement professionnel, d'autres devront recourir à l'enseignement à distance, dont personne n'imagine qu'il soit très favorable aux plus fragiles. D'autres encore devront se partager –et leurs profs avec eux– entre deux établissements.

Un peu plus loin, la note précise que l'offre de formation proposée par les établissements se fera «en fonction de leurs projets et des spécificités locales», et confirme ainsi qu'elle s'articule désormais à l'échelle locale et non plus nationale.

Précisons que ces nouvelles modalités ne concernent pas quelque option rare, mais bien les enseignements de spécialité, autrement dit les plus importants, autant pour la réussite à l'examen que pour le recrutement à l'université par le biais de ParcourSup.

Avec la réforme, le lycée s'envisage de fait dans un continuum bac-3 / bac+3. Les formations du supérieur devront préciser quelles spécialités sont attendues, dans le parcours de l'élève, pour permettre une sélection dans leur cursus. Autrement dit, les élèves devront penser ce parcours, jusqu'à bac+3 au minimum, dès la classe de seconde –voire celle de troisième, puisque tous les établissements n'offrant pas les mêmes combinaisons de spécialités, il reviendra aux familles de penser en amont leur stratégie de choix de lycée.

Mise en compétition

Plus fondamentalement, c'est toute la logique de formation qui est en réalité inversée, et devient aberrante. L'élaboration du projet de l'élève précède désormais l'enseignement qu'il reçoit. Ce renversement est dangereux autant qu'absurde. L'élève ne construit plus un projet en prenant son temps, à partir de la formation –la plus large possible– qu'il reçoit, mais choisit sa formation en fonction d'un projet qui préexiste et dont on ignore comment il peut, dans ces conditions, être construit de manière réfléchie et libre. Et le choix lui-même est restreint, dans la mesure où tous les lycées ne proposeront plus les mêmes possibilités.

Des jeunes de quinze ans vont se retrouver les otages d'une concurrence féroce entre des établissements soumis à l'obligation malsaine de se rendre «attractifs» s'ils veulent conserver leurs moyens.

À cette première forme de mise en compétition s'ajoutent les nouvelles modalités de l'examen, qui la renforcent encore. Le contrôle continu, par le biais de «partiels» organisés au sein des lycées eux-mêmes et à travers les notes reçues au cours des années de première et terminale, comptera pour 40% du résultat final. L'évaluation nationale est réduite à la portion congrue, avec quatre épreuves. Il serait naïf de croire qu'un tel bouleversement n'entraînera pas, inévitablement, une indexation de la valeur du baccalauréat obtenu sur l'image du lycée dans lequel il aura été passé.

C'est une perspective inquiétante, dans un pays où le diplôme en général a une incidence démesurée sur toute la vie professionnelle et est encore souvent considéré comme la mesure absolue de la qualité professionnelle, du statut social, voire de l'identité. On sait aussi combien la question de l'orientation est source d'inégalités entre les familles, entre celles qui sont initiées et celles qui ne le sont pas.

[...]

 

Link to comment
Share on other sites

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/11/21112018Article636783828370437579.aspx

Citation

Lycée : Un premier sondage confirme le problème des maths

A qui profitera la réforme du lycée ? Un premier sondage, auprès de 700 lycéens, réalisé par L'Etudiant, montre que 62% prendrait les spécialités maths. Viendraient ensuite physique chimie (43%), histoire-géo-géopolitique-sciences politiques (32%) et SVT (32%). A première vue les lycéens tentent de reconstruire les anciennes filières où la série S accueillait la moitié des lycéens généraux devant la série ES avec un tiers. Mais la question des maths reste centrale.

 

                                 2111187.jpg

Un des aspects les plus contestables de la réforme du lycée, c'est de laisser aux élèves le choix des spécialités qu'ils souhaitent suivre. Ces choix sont intimement liés à celui du lycée, les établissements proposant une offre éducative limitée. En clair, le choix de l'établissement en 3ème va s'avérer déterminant pour l'avenir du jeune. En avançant ainsi l'âge de l'orientation, la réforme effectue un premier tri social de façon importante d'autant que le ministère s'est bien gardé de toucher aux filières professionnelles et technologiques.

Le deuxième outil de sélection ce sont les maths. Celles ci ne sont plus obligatoires à partir de la première. Ne suivront un enseignement mathématique en première et terminale que les jeunes qui les demanderont. En même temps les nouveaux programmes ont nettement relevé le niveau des spécialités mathématiques. Il n'y a plus de place pour les élèves moyens en maths à partir de la première, comme ceux de ES. Soit ils investissent dans les maths pour pouvoir suivre en première soit ils laissent tomber. Là est le piège puisque les attendus de la quasi totalité des formations supérieures longues exigent des maths. C'est le cas par exemple de la psychologie.

De piège en piège, sous couvert de liberté, la réforme sélectionne et elle le fait scolairement et socialement. Ce sont les élèves les mieux informés qui vont tirer leur épingle du jeu. Or on sait bien que cette information est le propre des familles et des établissements privilégiés.

Aussi le premier sondage de L'Etudiant montre à la fois que la réforme n'apporte rien sur le terrain des inégalités mais que celles ci se maintiendraient, ce qui serait une très relative bonne nouvelle. Tout laisse craindre qu'en réalité la situation soit pire.

 

Link to comment
Share on other sites

Honnêtement, je ne vois pas trop ce que ça change, vu de loin. Les maths sont prépondérantes depuis déjà 35-40 ans, et de ce que je vois, il s'agit toujours des mêmes matières proposées qu'avant.

Lorsque j'étais lycéenne, il y a plus de 30 ans, et avais opté pour la série littéraire, je n'avais même plus de sciences hors option. Sinon, c'était la même chose : Français en 1ère puis Philo, Maths, Sports, Histoire-Géo et deux langues.

Finis les Arts, même plus en option !

Ce qui change, c'est le tronc commun et le contrôle continu, et vraiment, je ne trouve pas que ce soit une mauvaise chose.

Le premier permet d'avoir un "capital connaissances" te permettant de ne pas être largué si tu bifurques, et le second renforce la position des profs de l'établissement et la fréquentation scolaire des élèves.

Apparemment, les options sont réparties pour qu'en chaque endroit un élève ait le choix. J'ai vérifié dans mon coin, et il n'y a pas de bouleversement. Les lycées qui attirent les bons éléments grâce aux options "Chinois" ou "Sciences Po" ont toujours leurs particularité.

Je suppose que la révolte est due aux économies de postes, car les options peu demandées ne seront plus reconduites : finis les cours de Latin ou de Grec pour 7 élèves, sans doute.

Mais c'est mon opinion "à vue de nez", peut-être que je ne maîtrise pas tous les éléments cachés.

On veut diaboliser à tout prix ce gouvernement, mais la casse du Lycée est bien plus ancienne et a commencé en 1988 avec les 80% d'une classe d'âge au Bac de Mitterrand, qui a amené le nivellement pas le bas, provoquant le départ vers le Privé de davantage de bons éléments issus de familles pouvant se le permettre, et empêchant les bons éléments issus de milieux humbles d'acquérir un bon niveau, car toujours balancé dans des classes hétérogènes dans lesquelles il est difficile de travailler correctement.

Casse que NVB a achevée en supprimant les classes Bilingues. Mais chut, "faut pas le dire", elle est socialiste, et je risque de me faire voler dans les plumes par ses partisans ... dont les propres enfants ont étudié dans de grands Lycées ou des Lycées Privés !

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Tout cela relève du même processus d'attaque du diplôme. Le bac vit ses dernières heures. La sélection se fera de plus en plus par l'argent, les étudiants étrangers d'abord et ensuite les petits français.

Autre nouveauté les cours en amphi au lycée seront testés dans des établissements volontaires...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Goëllette a dit :

On veut diaboliser à tout prix ce gouvernement, mais la casse du Lycée est bien plus ancienne

Casse que NVB a achevée en supprimant les classes Bilingues.

Tu veux parler des classes bilangues au collège, qui dans les faits n'avaient finalement pas été supprimées - même si elles ont subsisté de manière inégale sur le territoire  ?

 

Link to comment
Share on other sites

Le problème est surtout comment vont recruter les grandes écoles et les universités. Quelles options devra choisir un élève de seconde pour intégrer Sciences Po, Droit, une prépa scientifique...?

Actuellement les facs de droit recrutent avec n'importe quel bac (S, L ou ES et même des bacs techno). Un élève qui faisait un bac S voyait quasi toutes les portes s'ouvrir devant lui : droit, médecine, sciences, école d'ingénieurs, informatique...

Les universités vont-elles imposer un cursus particulier au lycée ou vont-elles continuer à recruter comme avant ? Si c'est comme avant il y a fort à parier que les élèves vont privilégier les maths...surtout s'ils ne savent pas quoi faire comme cursus.

Link to comment
Share on other sites

Pour moi le contrôle continu, c'est la mise à mort de la mixité sociale dans les lycées. (elle n'était déjà pas bien en forme, mais là on l'achève !)

Clairement en banlieue les classes moyennes vont fuir les lycées à mauvaise réputation, alors qu'avec le système actuel, on se dit que le bac est le même pour toute l'académie, donc que ça vaut le coup pour nos enfants de jouer le jeu de la mixité sociale et de l'enrichissement qu'elle apporte.

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, nonau a dit :

Tout cela relève du même processus d'attaque du diplôme. Le bac vit ses dernières heures. La sélection se fera de plus en plus par l'argent, les étudiants étrangers d'abord et ensuite les petits français.

Je ne vois pas ça dans la réforme ...

Il y a 3 heures, nonau a dit :

Autre nouveauté les cours en amphi au lycée seront testés dans des établissements volontaires...

Ça, c'est moyen, d'autant que les élèves actuels sont encore moins prêts que nous ne l'étions ...

 

Il y a 2 heures, prof désécol a dit :

Tu veux parler des classes bilangues au collège, qui dans les faits n'avaient finalement pas été supprimées - même si elles ont subsisté de manière inégale sur le territoire  ?

 

Ça a hélas été supprimé dans mon coin. Personne n'a désobéi. Par contre, les "pro suppression" ont tous mis leurs propres mômes ailleurs !

C'est dès le collège que le gouffre se creuse entre les élèves et que les bons issus des milieux humbles, noyés dans la médiocrité, ne peuvent plus rattraper les autres.

 

il y a 52 minutes, électron-enchaîné a dit :

Le problème est surtout comment vont recruter les grandes écoles et les universités. Quelles options devra choisir un élève de seconde pour intégrer Sciences Po, Droit, une prépa scientifique...?

Comme actuellement, comme "de mon temps". Pour avoir une chance, tu prends "maths" pour diminuer ta "chance" d’être dans une classe poubelle et augmenter celle de pouvoir sortir de ta filière en ayant un niveau minimum pour être concurrentiel avec les élèves des bons lycées publics et des lycées privés..

 

il y a 52 minutes, électron-enchaîné a dit :

Actuellement les facs de droit recrutent avec n'importe quel bac (S, L ou ES et même des bacs techno). Un élève qui faisait un bac S voyait quasi toutes les portes s'ouvrir devant lui : droit, médecine, sciences, école d'ingénieurs, informatique...

Les facs, peut-être, et encore pas les plus cotées, mais pas les grandes écoles.

 

il y a 52 minutes, électron-enchaîné a dit :

Les universités vont-elles imposer un cursus particulier au lycée ou vont-elles continuer à recruter comme avant ? Si c'est comme avant il y a fort à parier que les élèves vont privilégier les maths...surtout s'ils ne savent pas quoi faire comme cursus.

C'est ça, comme avant.

 

il y a 51 minutes, elpissou a dit :

Pour moi le contrôle continu, c'est la mise à mort de la mixité sociale dans les lycées. (elle n'était déjà pas bien en forme, mais là on l'achève !)

Parce qu'il y a beaucoup de mixité sociale dans ton coin ?

 

il y a 51 minutes, elpissou a dit :

Clairement en banlieue les classes moyennes vont fuir les lycées à mauvaise réputation, alors qu'avec le système actuel, on se dit que le bac est le même pour toute l'académie, donc que ça vaut le coup pour nos enfants de jouer le jeu de la mixité sociale et de l'enrichissement qu'elle apporte.

Elles les fuient déjà, et je ne peux pas leur donner tort.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Goëllette a dit :

 

 

Parce qu'il y a beaucoup de mixité sociale dans ton coin ?

 

Elles les fuient déjà, et je ne peux pas leur donner tort.

 

Oui,il y en a encore grâce à des parents qui ont des convictions et qui croient en ses vertus. Mais clairement cette réforme amène à se poser des questions, et je ne suis pas sûre, si j'avais encore des enfants au lycée que je ferais les mêmes choix, et ça me désole et me met en colère...

Link to comment
Share on other sites

il y a 31 minutes, elpissou a dit :

Oui,il y en a encore grâce à des parents qui ont des convictions et qui croient en ses vertus. Mais clairement cette réforme amène à se poser des questions, et je ne suis pas sûre, si j'avais encore des enfants au lycée que je ferais les mêmes choix, et ça me désole et me met en colère...

Enfin, en même temps, pour citer une maman d'une école rep+, "la mixité, c'est nous" c'était effectivement que ses gamins, alors elle voulait bien faire des choix et avoir des convictions mais quand il n'y a plus qu'une famille qui crée de la mixité sociale, c'est franchement dur et ça ne marche pas.

Link to comment
Share on other sites

Je ne dis pas le contraire, mais je pense que cette réforme va accentuer le problème et toucher des établissements non identifiés REP pour le moment.... L'éducation à deux vitesses est pour demain, et la réforme risque par ricochet de toucher aussi à terme les collèges et nos écoles....

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, elpissou a dit :

Oui,il y en a encore grâce à des parents qui ont des convictions et qui croient en ses vertus. Mais clairement cette réforme amène à se poser des questions, et je ne suis pas sûre, si j'avais encore des enfants au lycée que je ferais les mêmes choix, et ça me désole et me met en colère...

Le problème, au moins dans mon coin, c'est que les parents qui ont ces convictions ... mettent leurs enfants ailleurs, bizarrement (ou non), et laissent les enfants des autres être les cobayes de ces convictions, une fois les leurs mis à l'abri.

La véritable mixité, c'était du temps de ma jeunesse. Depuis 1988 et la baisse progressive du niveau, la création de Bac qui n'en sont pas, avec le brouillage des pistes que ça a engendré, les classes "d'élite" étaient le seul salut des bons élèves pour bien vivre le collège "poubelle", et cette baisse a fait peu à peu glisser une majorité des collèges dans la médiocrité, provoquant la fuite des familles ayant des ambitions d'études supérieures pour leurs enfants.

NVB  a achevé le boulot en supprimant les classes d'élite donc la seule possibilité, pour des enfants de milieux populaire, de s'élever socialement.

Ça fait très longtemps que je suis en colère, et le fait de tout mettre sur le dos de ce gouvernement (pour lequel je n'ai pas voté, je précise), en laissant supposer qu'avant, c'était mieux, me met encore plus en colère !

Et il y a des gens qui sont si militants qu'ils arrivent à convaincre des lycéens que ... le tirage au sort est mieux que la sélection ! 

Donc s'il y a forcément "un loup" dans cette réforme (économique, je présume), elle ne va pas créer les injustices que vous citez, au pire, elle va les continuer.

 

Il y a 2 heures, abel27 a dit :

Enfin, en même temps, pour citer une maman d'une école rep+, "la mixité, c'est nous" c'était effectivement que ses gamins, alors elle voulait bien faire des choix et avoir des convictions mais quand il n'y a plus qu'une famille qui crée de la mixité sociale, c'est franchement dur et ça ne marche pas.

Exactement. Surtout quand cette famille se rend compte que les enfants des enseignants qui l'ont convaincue de faire ce choix ... en ont fait d'autres pour les leurs, avec tout plein de bonnes raisons, toutes plus contradictoires les unes que les autres !

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, Goëllette a dit :

 

Ça fait très longtemps que je suis en colère, et le fait de tout mettre sur le dos de ce gouvernement (pour lequel je n'ai pas voté, je précise), en laissant supposer qu'avant, c'était mieux, me met encore plus en colère !

 

En ce qui concerne le bac, oui, je suis persuadée que la formule actuelle est mieux que celle qu'on nous propose...

Et concernant le respect de la mixité sociale, moi aussi cela fait longtemps que je suis en colère, mais que je me bats, avec mes moyens, en tant que parent puis PE pour lui permettre d'exister un minimum... et je persiste à dire que ce nouveau bac va faire fuir les parents qui osaient encore mettre leurs enfants dans certains lycées, en se rassurant avec un bac académique...(j'en ai fait partie et je ne le regrette absolument pas, mes enfants non plus d'ailleurs!)

Link to comment
Share on other sites

Je parlais bien de la mixité sociale.

Mais chez nous, elle n'existe plus depuis bien longtemps, et ce sont les enseignants dits de gauche-bobo qui, en premier, on enlevé leurs enfants des écoles, collèges, lycées de secteur (habitation ou travail) au motif de classes CHAM, CHAT, CHAD ou Allemand première langue (uniquement quand elles sot dans de bons collèges) ou les ont carrément mis dans le Privé (au motif de "c'est plus pratique", baratino, baratina).

Les mêmes qui tiennent en salle des profs et aux parents des discours "leçon de morale" sur les bienfaits de la mixité et l'hétérogénéité bien sûr !

Link to comment
Share on other sites

Ceux-là, je ne me prive pas de leur mettre le nez dedans, en général ! 

Comme aux élus de ma commune, sensés être de gauche mais clientélistes  comme beaucoup....

Link to comment
Share on other sites

Je ne le manque pas non plus, ces forums en état les témoins.

Il n'en demeure pas moins que cet "autruchisme" (j'invente le terme) de la baisse du niveau et de l'inefficacité (le mot est faible) de l'hétérogénéité comme moyen d'égalité des élèves face à l'enseignement a des effets dramatiques : il n'y a jamais eu aussi peu d'enfants de milieux humbles dans les Grandes Ecoles et ce, malgré la multiplication des concours adaptés.

Il a même des effets dramatiques sur les enfants des classes moyennes qui acceptent de rester dans des collèges puis lycées "poubelle", hors les classes "CAMIF" : leur niveau est tellement faible en sortant de ces établissements qu'ils sont complètement incapables de réussir les concours des Grandes Ecoles et, contrairement aux "jeunes des cités", ils ne bénéficient pas de la possibilité de passer des concours plus faciles, d'avoir l'indulgence des jurys, et ils finissent, par défaut, dans des branches qu'ils n'ont pas choisies (l'enseignement primaire par exemple), voire pire, interrompent leurs études. 

Link to comment
Share on other sites

Je trouve assez ironique qu'on nous bassine que les mathématiques sont fondamentales à l'école primaire pour ensuite en faire une option au baccalauréat.

Franchement, soyons clairs. Cette réforme n'a pour principal objectif que de réduire les coûts : contrôle continu, mathématiques optionnelles (parce que les profs de maths c'est difficile à trouver)...

Et elle aura des conséquences dramatiques pour certains lycéens d'établissements moins "cotés" qui avec la sélection instaurée par ParcoursSup verront les portes du supérieur se refermer.

 

Pauvres générations du début des années 2000 ! Qu'est-ce qu'on lui a fait subir depuis son entrée à l'école !!!

- Perte de 2 heures hebdomadaires à l'école primaire en 2008.

- Suppression des RASED.

- Suppression de la formation de leurs professeurs.

- Réforme du collège.

- Réforme du bac.

- Parcours Sup.

A tous les étages de leur scolarité, ils auront vécu le pire.

Il est vraiment temps de réagir.

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, elpissou a dit :

En ce qui concerne le bac, oui, je suis persuadée que la formule actuelle est mieux que celle qu'on nous propose...

Et concernant le respect de la mixité sociale, moi aussi cela fait longtemps que je suis en colère, mais que je me bats, avec mes moyens, en tant que parent puis PE pour lui permettre d'exister un minimum... et je persiste à dire que ce nouveau bac va faire fuir les parents qui osaient encore mettre leurs enfants dans certains lycées, en se rassurant avec un bac académique...(j'en ai fait partie et je ne le regrette absolument pas, mes enfants non plus d'ailleurs!)

En effet, aujourd'hui, peu d'élèves dans les filières générales n'ont pas d'épreuve de maths : certains L. Et déjà, ça, je trouve ça inadmissible. Comment peut-on se targuer d'avoir un bac général sans aucune épreuve de maths ? Mais là, avec la réforme, ce sera carrément l'inverse ! Il y aura assez peu de bacheliers qui auront passé une épreuve en maths.

De plus, le contrôle continu, ce n'est pas la fin du bac mais la fin du caractère national du bac. Cela s'inscrit dans les mêmes logiques que les réformes précédentes : l'éducation perd peu à peu son caractère national. Certains y voient une avancée. Je fais partie de ceux qui pensent que c'est une régression qui va mener à la concurrence entre établissements, comme c'est déjà le cas avec l'université.

Oui, le bac a besoin de se recentrer sur quelques épreuves communes car il y a trop d'options (notamment facultatives qui sont juste là pour obtenir des mentions et pour satisfaire le consumérisme scolaire) mais cette réforme n'arrange rien.

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Goëllette a dit :

Je parlais bien de la mixité sociale.

Mais chez nous, elle n'existe plus depuis bien longtemps, et ce sont les enseignants dits de gauche-bobo qui, en premier, on enlevé leurs enfants des écoles, collèges, lycées de secteur (habitation ou travail) au motif de classes CHAM, CHAT, CHAD ou Allemand première langue (uniquement quand elles sot dans de bons collèges) ou les ont carrément mis dans le Privé (au motif de "c'est plus pratique", baratino, baratina).

Les mêmes qui tiennent en salle des profs et aux parents des discours "leçon de morale" sur les bienfaits de la mixité et l'hétérogénéité bien sûr !

Chez toi, c'est peut-être comme ça mais dans mon collège de secteur, il y a une vraie mixité sociale avec des gamins de quartier, des gosses de la campagne et du centre-ville. Et je ne pense pas que le collège de Pithiviers soit une exception.

Link to comment
Share on other sites

On cherche des arguments pour comprendre...Mais comme il est dit plus haut, nous sommes dans un système d'économie du marché, c'est à dire que c'est l'argent qui dirige le monde. L'humain, le progressisme c'est fini depuis longtemps. Toutes ces régressions sont mises en place pour faire des économies, décrédibiliser l'enseignement public pour préparer la libéralisation, et enfin tuer les diplômes nationaux  qui sont des références dans les grilles salariales. Plus de diplômes, place aux compétences tant souhaitées par les MEDEF et les jeunes entrant sur le marché de l'emploi auront des salaires pires que ce qui se fait actuellement.

Link to comment
Share on other sites

Le 27/12/2018 à 20:46, elpissou a dit :

Oui,il y en a encore grâce à des parents qui ont des convictions et qui croient en ses vertus. Mais clairement cette réforme amène à se poser des questions, et je ne suis pas sûre, si j'avais encore des enfants au lycée que je ferais les mêmes choix, et ça me désole et me met en colère...

Je te rejoins complètement, 40% de contrôle continu  pour le bac c'est très inquiétant.  Quand on voit comme il est demandé aux profs de gonfler les notes il est certain que la course aux établissements va empirer et les inégalités se creuser .

  • Merci 1
Link to comment
Share on other sites

Citation

Le lycée actuel n'est sans doute pas parfait, mais au moins garantit-il une offre de formation homogène sur l'ensemble du territoire.

C'est un gag ?

Le 27/12/2018 à 16:14, nonau a dit :

Tout cela relève du même processus d'attaque du diplôme. Le bac vit ses dernières heures.

Le bac n'est plus qu'une coquille vide. On peut avoir un bac avec mention, et ne pas maîtriser les compétences du primaire...

Personnellement, je ne verrais que des avantages à sa suppression, aussi bien pour diminuer les contraintes sur les lycée en fin d'année que pour éviter de comparer ce qui n'est pas comparable, et de laisser croire aux bacheliers actuels qu'ils auront "droit" à la même considération et aux mêmes avantages, en termes d'emploi en particulier, que leurs prédécesseurs des générations précédentes.

Le 27/12/2018 à 16:14, nonau a dit :

La sélection se fera de plus en plus par l'argent, les étudiants étrangers d'abord et ensuite les petits français.

 Ce sont deux questions différentes. La sélection par l'argent des petits français existe déjà : il est clair que les écoles et les lycées des quartiers favorisés sont autrement plus performants que ceux des quartiers durs. On retrouve le même mensonge : on donne le même diplôme à tout le monde, mais il n'a pas le même sens ni la même valeur. Du coup, en effet, comme l'école publique ne procède plus à aucune sélection significative, ceux qui en ont les moyens se tournent vers l'enseignement privé, pas forcément meilleur mais où les mots ont encore (un tout petit peu plus) de sens. 

Celle des étrangers est une question de moyens : le contribuable français veut-il vraiment financer les études de tous les étrangers qui le souhaitent, sans rien leur demander en échange ? Sinon, dans quelles limites et selon quels critères ? Là, à budget constant, c'est un choix purement politique : les moyens qu'on investit dans la formation des étrangers, on ne les met pas dans celle des jeunes français.

 

Link to comment
Share on other sites

Le 28/12/2018 à 21:20, Frédo45 a dit :

Chez toi, c'est peut-être comme ça mais dans mon collège de secteur, il y a une vraie mixité sociale avec des gamins de quartier, des gosses de la campagne et du centre-ville. Et je ne pense pas que le collège de Pithiviers soit une exception.

La mixité aussi dans les classes SVP.

Mon fils aîné avait fait sa rentrée en 6ème dans un collège "mixte" en apparence. 4 classes de 6ème. 2 classes de 6ème tranquilles et sans problème (6ème1 et 6ème 2). 2 classes avec beaucoup d'agitation et des difficultés scolaires (6ème3  et 6ème4). Les 6èmes 3 et 4 accueillaient les élèves d'un quartier difficile de la ville : majorité de personnes avec une origine étrangère. Mon fils était dans l'une de ces 6ème difficiles. Il rentrait souvent le soir avec une migraine à cause du brouhaha dans la classe. Il était parfois difficile de travailler dans certaines matières en classe (anglais, maths notamment).

Le hasard a voulu que je fasse un remplacement dans l'ULIS du collège. J'ai pu constaté dans la cours au moment de la sonnerie, lorsque les élèves se rangent, ce soucis de mixité : certaines classes avaient plus de personnes d'origine étrangères que d'autres. Ce problème se répétait en 5ème en 4ème et en 3ème.

Mo fils a fait sa rentrée en 5ème dans le privé : Et les bons éléments des classes de 6ème 3 et 6ème 4 sont partis également (il a retrouvé quelques élèves dans son nouveau collège)

Link to comment
Share on other sites

Personnellement, c'est ce que j'ai connu en tant qu'élève. J'étais dans une classe dans laquelle il y avait des bagarres à une interclasse sur 2. J'ai vu une prof se faire gifler en plein cours. A côté de ça, il y avait les classes de latinistes avec 4 ou 5 enfants de médecins. Quand je suis arrivé en 4ème dans un classe d'un bien meilleur niveau, ma moyenne générale a chuté de 2 ou 3 points d'un coup.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Le bac avec du contrôle continu n'a rien d'équitable.

10% des notes de l'année? Quand dans certaines classes 2/3 trichent?

Les générations 2003/2004 auront vraiment été les cobayes des ministres qui se sont succédés durant cette période.

  • J'aime 2
Link to comment
Share on other sites

Le 21/01/2019 à 01:12, mra a dit :

Le bac avec du contrôle continu n'a rien d'équitable.

10% des notes de l'année? Quand dans certaines classes 2/3 trichent?

Les générations 2003/2004 auront vraiment été les cobayes des ministres qui se sont succédés durant cette période.

Il y a pire: une prof de svt avait pris en grippe 3 élèves dont je faisais parti ( nous étions à plus de 15 de moyenne en 1ere S). Annee de terminale : on tournait entre 7 et 9. Mort pour un IUT ( je m en fichais je n en voulais pas). Par contre énormément de doutes et de stress. Bilan pour nous 3: entre 15 et 17 au bac, dans les 5 meilleurs résultats de la classe.. 

Idem dans l autre sens: mon prof d E.P.S m appréciait beaucoup et m a clairement surnoté ( ça comptait déjà pour le contrôle continu).

Bref, terminé l égalité face aux résultats.. Trop de facteurs humains influents. Le bac en rep et ailleurs n aura plus la même valeur.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 30 minutes, pimouss690 a dit :

Bref, terminé l égalité face aux résultats.. Trop de facteurs humains influents. Le bac en rep et ailleurs n aura plus la même valeur.

Ça fait belle lurette que c'est le cas !

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Goëllette a dit :

Ça fait belle lurette que c'est le cas !

Non. Le diplôme est le même qu’il ait été obtenu par un lycéen de REP, de centre ville ou du lycée privé. Le dossier n’a pas la même valeur, effectivement mais justement le fait que le diplôme soit le même permet de gommer les origines du lycéen. Cela ne sera plus du tout le cas avec le contrôle continu.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 53 minutes, elpissou a dit :

Non. Le diplôme est le même qu’il ait été obtenu par un lycéen de REP, de centre ville ou du lycée privé. Le dossier n’a pas la même valeur, effectivement mais justement le fait que le diplôme soit le même permet de gommer les origines du lycéen. Cela ne sera plus du tout le cas avec le contrôle continu.

En effet, jusqu'à maintenant un bac ou une mention avait le même poids et j allais dire que ça valorisait les "repiens". Je parle de la valeur du bac aux yeux de la société et pour l'estime de soi même. 

Par contre on est d accord les dossiers ça fait belle lurette que c est pipé..Des félicitations en rep et ailleurs ça n a pas le même poids..

Le souci c est qu au lieu de solutionner le problème on l aggrave en enlevant la seule chose équitable: la valeur du bac.

Pour ma part, j aime bien cette idée d options par contre complètement contre cette histoire de contrôle continu et cette histoire d utiliser l oral comme element d évaluation. On sait très bien que c est ce qui pêche et ce qui est particulièrement discriminant pour les ruraux et les banlieusards..

 

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...