Jump to content

Le ministre Blanquer et la « stratégie du choc scolaire »


prof désécol
 Share

Recommended Posts

Pourquoi dis-tu "à la tête du client" ?

Autour de moi, tous ceux qui avancent plus vite que les autres sont ceux qui travaillent le plus et le mieux avec leurs élèves, passent des concours, des entretiens, deviennent formateurs ou directeurs, etc.

  • Haha 3
  • Triste 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 31 minutes, André Jorge a dit :

Pourquoi dis-tu "à la tête du client" ?

Autour de moi, tous ceux qui avancent plus vite que les autres sont ceux qui travaillent le plus et le mieux avec leurs élèves, passent des concours, des entretiens, deviennent formateurs ou directeurs, etc.

Tu plaisantes,  j'espère...

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Non. Si je me trompe, il faut m'éclairer...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, André Jorge a dit :

Autour de moi, tous ceux qui avancent plus vite que les autres sont ceux qui travaillent le plus et le mieux avec leurs élèves, passent des concours, des entretiens, deviennent formateurs ou directeurs, etc.

Autour de moi, tous ceux qui avancent plus vite que les autres sont ceux qui ont les dents les plus longues, savent se mettre en avant, brasser de l'air, se faire de la pub pour se faire bien voir, font de l'esbrouffe devant les parents ou la hiérarchie...

J'ai aussi le ressenti mentionné plus haut de "à la tête du client"...

  • Merci 2
  • J'adhère 5
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, André Jorge a dit :

Pourquoi dis-tu "à la tête du client" ?

Autour de moi, tous ceux qui avancent plus vite que les autres sont ceux qui travaillent le plus et le mieux avec leurs élèves, passent des concours, des entretiens, deviennent formateurs ou directeurs, etc.

Alors il n'y a pas grand monde qui travaille beaucoup dans cette institution, à peine 30%... 🧐 Quand on sait qu'en plus, ces 30% vont se réduire s'ils suppriment les échelons comme évoqué. 

 

Les 70% restants sont sans nul doute tous des paresseux qui n'ont aucune conscience professionnelle, aucune bienveillance, aucune envie de faire progresser leurs élèves...

 

Mais que nos chers dirigeants continuent comme ça, apparemment certains sont satisfaits. Prochaine étape: fin des REP. Tant mieux, hein. 

  • Merci 2
  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Perso déjà les inspections c’étaient très subjectifs. Alors là on n’est pas de la promotion canapé et au faciès. Des miettes et les profs en croire que c‘ est juste. 

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Pendant ce temps là, de dangereux récidivistes tentent encore de faire interdire la chanson d'Aldebert (la même qu'il y a 2 ans)

Le délitement de la nation c'est sa faute et la faute des dangereux enseignants (ces salauds d'islamo-gauchistes ndlr).

Bientôt une case "n'apprend pas de chansons d'Aldebert" dans nos grilles d'évaluations ?

 

195004266_2618277068295872_3643742267438332783_n.png

Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, André Jorge a dit :

Autour de moi, tous ceux qui avancent plus vite que les autres sont ceux qui travaillent le plus et le mieux avec leurs élèves, passent des concours, des entretiens, deviennent formateurs

 

Est-ce à dire que ceux qui travailleraient le mieux et le plus avec leurs élèves seraient aussi ceux qui se retrouvent le plus vite sans élèves ?

Quel dommage !

:closedeyes:

 

 

  • J'aime 3
  • Merci 1
  • Haha 2
  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, prof désécol a dit :

 

Est-ce à dire que ceux qui travailleraient le mieux et le plus avec leurs élèves seraient aussi ceux qui se retrouvent le plus vite sans élèves ?

Quel dommage !

:closedeyes:

 

 

Bien vu !

C'est tout à fait ça !

Link to comment
Share on other sites

+ de hiérarchie intermédiaire, personnalisations des carrières, hum ... miam ... trop hâte ! 🥵

oups c'est le même article que Nonau.

Bon je laisse au cas où certains l'aient loupé.

 

http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2021/06/02062021Article637582110981774317.aspx?fbclid=IwAR3q_DElQErg12UVcjl2UrWqor7ldDmju_qdNtK3fHRt7t36fSXqs4diKUQ

Link to comment
Share on other sites

Petit à petit ...

L’IA DSDEN de la Somme (académie d’Amiens), sur demande ministérielle, a décidé de confier à titre expérimental l’organisation du remplacement des professeurs des écoles de ce département à une start-up dénommée «la solution ANDJARO ». Tous les titulaires remplaçants sont concernés pour cette expérimentation qui serait menée du 31 mai au 31 décembre 2021.

https://www.change.org/p/enseignants-stop-a-la-privatisation-des-services-de-l-education-nationale?recruiter=496250837&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=psf_combo_share_initial&recruited_by_id=5a03af80-db91-11e5-8b2e-cb8268fca4ed&utm_content=fht-29102901-fr-fr%3A0

  • Confus 1
  • Triste 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, jeanounette a dit :

Petit à petit ...

L’IA DSDEN de la Somme (académie d’Amiens), sur demande ministérielle, a décidé de confier à titre expérimental l’organisation du remplacement des professeurs des écoles de ce département à une start-up dénommée «la solution ANDJARO ». Tous les titulaires remplaçants sont concernés pour cette expérimentation qui serait menée du 31 mai au 31 décembre 2021.

https://www.change.org/p/enseignants-stop-a-la-privatisation-des-services-de-l-education-nationale?recruiter=496250837&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=psf_combo_share_initial&recruited_by_id=5a03af80-db91-11e5-8b2e-cb8268fca4ed&utm_content=fht-29102901-fr-fr%3A0

Seul un seul syndicat monte au créneau ? Les autres? Les fédérations de parents d'élèves ? 

https://www.lesechos.fr/amp/1197389?__twitter_impression=true

Link to comment
Share on other sites

Le 02/06/2021 à 16:26, André Jorge a dit :

Pourquoi dis-tu "à la tête du client" ?

Autour de moi, tous ceux qui avancent plus vite que les autres sont ceux qui travaillent le plus et le mieux avec leurs élèves, passent des concours, des entretiens, deviennent formateurs ou directeurs, etc.

Donc si on n’avance pas c’est qu’on travaille peu et mal avec nos élèves ? :cry: 

C’est dur de se prendre ça… :( 

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Pour info l'INSEE vient de sortir l'analyse des rémunérations dans la FP. Les enseignants sont payés 25% de moins que les autres fonctionnaires de la même catégorie. Ce sont les plus méprisés de la République. 

Mais sans doute que les autres fonctionnaires sont plus "professionnels, passent des concours, des formations, travaillent plus et mieux avec leurs usagers, deviennent formateur ou directeur" , ce doit être ça...

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, nonau a dit :

Pour info l'INSEE vient de sortir l'analyse des rémunérations dans la FP. Les enseignants sont payés 25% de moins que les autres fonctionnaires de la même catégorie. Ce sont les plus méprisés de la République. 

Mais sans doute que les autres fonctionnaires sont plus "professionnels, passent des concours, des formations, travaillent plus et mieux avec leurs usagers, deviennent formateur ou directeur" , ce doit être ça...

Lien ?

 

Link to comment
Share on other sites

Nous sommes corresponsables de ce désastre. Nous avons passé cinquante ans à réclamer des postes et des meilleures conditions pour les élèves et à répéter que nous ne faisions pas ce métier pour l'argent. 

  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, ronin a dit :

Nous sommes corresponsables de ce désastre. Nous avons passé cinquante ans à réclamer des postes et des meilleures conditions pour les élèves et à répéter que nous ne faisions pas ce métier pour l'argent. 

Pas tous et pas tous les syndicats. 

Link to comment
Share on other sites

Le 07/06/2021 à 22:43, nellou a dit :

Donc si on n’avance pas c’est qu’on travaille peu et mal avec nos élèves

Ça, c'est toi qui le dit, pas moi. Merci de ne pas faire d'interprétation de mes écrits : j'ai bien dit ce qui avancent le plus vite.

Le 02/06/2021 à 20:07, Anna59 a dit :

J'ai aussi le ressenti mentionné plus haut de "à la tête du client"...

Non, je ne crois pas...

On ne devient pas conseiller pédagogique "à la tête du client".

On ne devient pas directeur d'école "à la tête du client".

On ne devient pas formateur "à la tête du client".

On ne devient pas IEN "à la tête du client".

Ce n'est pas "à la tête du client" que l'on accède à ces fonctions.

Le 03/06/2021 à 09:25, prof désécol a dit :

Est-ce à dire que ceux qui travailleraient le mieux et le plus avec leurs élèves seraient aussi ceux qui se retrouvent le plus vite sans élèves ?

Les PEMF ont bien une classe et sont toujours devant des élèves, et en allant conseiller d'autres enseignants, en réalisant et proposant des formations, ils partagent leurs compétences et contribuent à en faire de meilleurs enseignants.

Mais il ne s'agit pas là de travailler le mieux et le plus avec les élèves : il s'agit d'avancer et de faire évoluer sa carrière. Passez donc les concours pour devenir IEN, PERDIR, PEMF et ensuite conseiller pédagogique, et vous verrez bien tout ce que cela demande en temps, en investissement, en travail, en compétence,... et vous verrez bien que cela ne se fait pas "à la tête du client".

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, ronin a dit :

Nous sommes corresponsables de ce désastre. Nous avons passé cinquante ans à réclamer des postes et des meilleures conditions pour les élèves et à répéter que nous ne faisions pas ce métier pour l'argent. 

... et il faut continuer "à réclamer des postes et des meilleurs conditions pour les élèves".

Qui a passé cinquante ans " ... à répéter que nous ne faisions pas ce métier pour l'argent. " ?

Pas tous les enseignants, en tout cas. Si c'est un élément de langage politico-médiatique, pas de raison de le reprendre à notre compte. On n'utilise pas les concepts de l'adversaire pour se décrire ou se définir soi-même. Les enseignants travaillent pour un salaire et avec des élèves, mais pas que pour un salaire. Il y a aussi une dimension d'engagement personnel que les cyniques au pouvoir considèrent avec mépris et arrogance.

"Nous sommes coresponsables de ce désastre." Le désastre est général: toute la fonction publique est à genoux. La responsabilité est à partager avec tous les électeurs depuis 40 ans (mise en place du néolibéralisme). Mais si on peut se sentir responsable, la culpabilité appartient aux politiques qui ont décidé les causes de ce désastre.

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, André Jorge a dit :

Ça, c'est toi qui le dit, pas moi. Merci de ne pas faire d'interprétation de mes écrits : j'ai bien dit ce qui avancent le plus vite.

Non, je ne crois pas...

On ne devient pas conseiller pédagogique "à la tête du client".

On ne devient pas directeur d'école "à la tête du client".

On ne devient pas formateur "à la tête du client".

On ne devient pas IEN "à la tête du client".

Ce n'est pas "à la tête du client" que l'on accède à ces fonctions.

Les PEMF ont bien une classe et sont toujours devant des élèves, et en allant conseiller d'autres enseignants, en réalisant et proposant des formations, ils partagent leurs compétences et contribuent à en faire de meilleurs enseignants.

Mais il ne s'agit pas là de travailler le mieux et le plus avec les élèves : il s'agit d'avancer et de faire évoluer sa carrière. Passez donc les concours pour devenir IEN, PERDIR, PEMF et ensuite conseiller pédagogique, et vous verrez bien tout ce que cela demande en temps, en investissement, en travail, en compétence,... et vous verrez bien que cela ne se fait pas "à la tête du client".

Je n'ai pas de problème avec les arguments justes que tu avances. J'ai un problème avec le salaire de base d'un enseignant payé 25 % de moins que les autres cadres de la FP. Payés en dessous de la moyenne européenne, et pour les PE français à la queue des pays de l'OCDE! Observez le dévissage du niveau des élèves en 30 ans et le dévissage de notre rémunération... C'est très parlant. La part du PIB consacrée au premier degré est ridicule pour un pays qui se prétend issu des Lumières et la 6eme puissance économique mondiale.

J'ai un problème avec le quota mis en place pour les "boots" de carrière. "Une paye au mérite" comme ils disent, ne devrait pas être liée à un quota! Sinon cela relève encore d'une mascarade méprisante. Il y a bien plus que 30% d'enseignants méritants. 

Et comme je l'ai déjà évoqué dans un autre post, quelle autre "démocratie" méprise autant ses enseignants ? 

Et ce qu'il se passe en ce moment dans notre société, qui part complètement en sucette, c'est aussi le résultat de 30 ans de maltraitance des enseignants et des élèves.

Enfin, que croyez vous que fera une partie des 70% qui n'a ni augmentation depuis de longues années ni boost de carrière ? Ils ajusteront leur investissement à cette non "reconnaissance"...

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 58 minutes, André Jorge a dit :

Ça, c'est toi qui le dit, pas moi. Merci de ne pas faire d'interprétation de mes écrits : j'ai bien dit ce qui avancent le plus vite.

Non, je ne crois pas...

On ne devient pas conseiller pédagogique "à la tête du client".

On ne devient pas directeur d'école "à la tête du client".

On ne devient pas formateur "à la tête du client".

On ne devient pas IEN "à la tête du client".

Ce n'est pas "à la tête du client" que l'on accède à ces fonctions.

Les PEMF ont bien une classe et sont toujours devant des élèves, et en allant conseiller d'autres enseignants, en réalisant et proposant des formations, ils partagent leurs compétences et contribuent à en faire de meilleurs enseignants.

Mais il ne s'agit pas là de travailler le mieux et le plus avec les élèves : il s'agit d'avancer et de faire évoluer sa carrière. Passez donc les concours pour devenir IEN, PERDIR, PEMF et ensuite conseiller pédagogique, et vous verrez bien tout ce que cela demande en temps, en investissement, en travail, en compétence,... et vous verrez bien que cela ne se fait pas "à la tête du client".

Je suis bien d'accord avec toi mais parfois ces certifications se font aussi à la tête du client et les postes à profil ( CPC, RMC, ERUN) le sont très souvent ! Alors quand on est le client ça va, mais quand tu ne l'es pas alors que tu as autant de compétences que la copine de l'IEN, t'as un peu les boules. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, lecavalier a dit :

... et il faut continuer "à réclamer des postes et des meilleurs conditions pour les élèves".

Qui a passé cinquante ans " ... à répéter que nous ne faisions pas ce métier pour l'argent. " ?

Pas tous les enseignants, en tout cas. Si c'est un élément de langage politico-médiatique, pas de raison de le reprendre à notre compte. On n'utilise pas les concepts de l'adversaire pour se décrire ou se définir soi-même. Les enseignants travaillent pour un salaire et avec des élèves, mais pas que pour un salaire. Il y a aussi une dimension d'engagement personnel que les cyniques au pouvoir considèrent avec mépris et arrogance.

"Nous sommes coresponsables de ce désastre." Le désastre est général: toute la fonction publique est à genoux. La responsabilité est à partager avec tous les électeurs depuis 40 ans (mise en place du néolibéralisme). Mais si on peut se sentir responsable, la culpabilité appartient aux politiques qui ont décidé les causes de ce désastre.

Non. De toute la catégorie A nous sommes les grands perdants, pas les autres. Et la dimension d'engagement c'est ton truc, pas moi. J'aime mon métier mais c'est un métier, pas un sacerdoce. Mais je ne vais pas développer, je pense que ça ne sert à rien. 

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 4 heures, André Jorge a dit :

On ne devient pas conseiller pédagogique "à la tête du client".

On ne devient pas directeur d'école "à la tête du client".

On ne devient pas formateur "à la tête du client".

On ne devient pas IEN "à la tête du client".

Ce n'est pas "à la tête du client" que l'on accède à ces fonctions.

À la tête du client remplie des idées conformes à l'idéologie dominante : constructivisme des apprentissages, enseignement par compétences, utilitarisme de l'enseignement, théorie de la double lecture, pédagogie du projet, différenciation, inclusion, autonomie de l'élève, parents d'élèves et non  parents d'enfants comme interlocuteurs, école au service des parents considérés comme des clients à satisfaire.

Si vous remettez en cause tous ces dogmes, vous avez sûrement bien peu de chances d'accéder à ces fonctions.

  • Merci 1
  • Haha 1
  • J'adhère 8
Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, ronin a dit :

Non. De toute la catégorie A nous sommes les grands perdants, pas les autres. Et la dimension d'engagement c'est ton truc, pas moi. J'aime mon métier mais c'est un métier, pas un sacerdoce. Mais je ne vais pas développer, je pense que ça ne sert à rien. 

Mais d'accord ! Pas de sacerdoce, et pas de militantisme à l'école. Neutralité. Je ne pensais pas à ça.

Ce que j'appelle engagement, ce sont les choix que tu fais en continu dans ta classe, notamment dans une classe difficile pour l'une ou l'autre raison. Ce qu'on appelle aussi liberté pédagogique. Nier cet engagement personnel, c'est valider l'idée que l'enseignant (ou le soignant) n'est qu'un technicien payé pour appliquer strictement un process d'apprentissage (de soin) élaboré par des chercheurs en sciences de l'éducation (en médecine), l'équivalent d'un ouvrier spécialisé conducteur d'un train de machines en usine. Or non. L'engagement personnel, c'est ce qui fait que enseignant est un métier, et non pas un boulot, un job ou un gagne-pain.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Certes. Mais dans le passé nous avons fait passer l'intérêt (supposé) des élèves avant le nôtre. Nous avons financé la massification sur notre non-revalorisation. Quand NVB a rigolé en 2016 sur le plateau de Ruquier en disant que nous ne faisions pas ça pour l'argent, beaucoup y ont vu un affront. Moi je pense qu'elle croyait nous flatter. Nous avons tellement dit et répété que nous ne faisions pas ça pour l'argent que nous sommes pris au mot.

 

Et, anecdote révélatrice à mon avis. Quand j'ai commencé et que j'ai demandé à des collègues combien on gagnait en gros au bout de dix ans, vingt ans, etc (sachant que seul enseignant et fonctionnaire dans la famille), les collègues me répondaient agressivement "pourquoi tu demandes ça, tu es de droite ?" je trouve que ça dit tout. Mentalité de bonne soeur laïque, bénévolat obligatoire et métier de complément dans le couple pour beaucoup dans le passé. C'est ce que montre les études de la Cour des comptes ou encore les auditions de la commission Pochard en 2009. Les choses changent, on a voit surgir des mouvements et collectifs en parallèle des syndicats, à commencer par les stylos rouges. Et depuis le gel du point d'indice les collègues découvrent que les enseignants sont les plus mal payés des catégories A. Mais ça fait plus de 30 ans ! ça n'avait jamais dérangé grand monde.

 

J'ai plein de soignants autour de moi pour des raisons pro et perso, infirmières, médecins et médecins spécialistes. Ils mettent bien sûr du sens dans ce qu'ils font. Mais ils ne font pas des heures sup, des jours fériés ou des spécialisations sans contreparties. Et beaucoup vont bosser en libéral parce que marre de ne pas être payés à la hauteur de leurs efforts. Nous on se bat pour les élèves, mais c'est le boulot de leurs parents ça !

  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, ronin a dit :

...  les collègues découvrent que les enseignants sont les plus mal payés des catégories A. Mais ça fait plus de 30 ans ! ça n'avait jamais dérangé grand monde.

C'est parce que la gauche était au pouvoir. Les enseignants votant très majoritairement à gauche - et essentiellement socialiste chez les instituteurs -, il ne fallait pas mettre le parti que l'on avait élu en difficulté.

Link to comment
Share on other sites

En 30 ans avec les différentes cohabitations, la gauche n'aura gouverné qu'un peu plus de 10 ans . Je rejoins Ronin sur le fait que ce n'est pas tant un problème de gauche ou de droite qu'une incapacité à se mobiliser et à défendre ses droits quel que soit le pouvoir politique. J'irai peut être même un peu plus loin que lui en disant que l'on a que ce que l'on mérite. On se plaint tout le temps mais on ne bouge pas et il est de bon ton de taper sur les syndicats. On perd du pouvoir d'achat sans que personne ne lève le petit doigt. Par contre sur les forums ou Facebook, tout le monde s'en donne à coeur joie. C'est beau la révolte ou l’indignation derrière un écran. Franchement ils ne sont pas cons en face.  Ils ne se privent pas.

Leur seul problème c'est qu'aujourd'hui, ils ont tellement pressé les enseignants qu'ils  n'arrivent plus à recruter. Malgré 10% de chômeurs on est plus beaucoup à vouloir faire ce boulot. Alors on met une prime pour attirer le chaland. On est arrivé à un tel point qu'ils augmentent une partie d'entre nous parce qu'ils n'ont plus le choix.

On est des soumis et pour la plus grande part, par notre inaction, par notre cynisme désabusé qui nous empêche d'agir, par notre lâcheté et nos mille et une excuses pour ne pas lever le petit doigt, nous méritons  largement notre sort.

Quand on ne lutte pas pour ses droits, pour son salaire, pour ses conditions de travail, il ne faut pas s'attendre à un  miracle.

Mais qu'on ne s'inquiète pas, on aura toujours la possibilité de geindre et de pleurer sur notre sort.

 

  • J'aime 3
  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...