Jump to content

Liste des astuces pour avoir moins de correction


Recommended Posts

Je fais partie de celles et ceux qui passent plus d'une heure par jour (samedi et dimanche compris) à corriger les exos des élèves. Je ne parle pas des évals, des productions d'écrit, des copies de leçon mais des exos, uniquement les exos. J'utilise un code pour qu'ils se corrigent. Je corrige la correction... ça n'en finit plus. Bref, un de mes objectifs cette année est de passer moins de temps à corriger les exos d'entrainement. 

Astuce n°1: faire un cahier d'entrainement qui reste en classe, je le regarde mais ne le corrige pas (je note sur ma liste qui a besoin de bosser la notion). Un seul exo corrigé à l'écrit sur le cahier du jour pour les parents. 

Astuce n°2: faire des corrections collectives orales, ils se corrigent bien ou pas.

Astuce n°3: faire des corrections autonomes, projetées au tableau. ils se corrigent bien ou pas.

Qu'en pensez-vous et comment faites-vous? Sachant que je n'arrive pas à corriger pendant classe. 


 

  • Solidaire 1
Link to comment
Share on other sites

Plus tu vas faire des exos au brouillon et des corrections collectives et moins tu vas connaître le niveau réel de tes élèves ... donc plus ça va te demander ensuite de temps pour les évaluer ... et corriger les évaluations.

Donc, pour moi, oui au seul exercice par notion sur le cahier du jour (tu peux en faire un autre au brouillon, mais pas plus), que tu corriges au fur et à mesure, en faisant venir à ton bureau les élèves que TU veux et quand TU veux, en insistant sur les bons éléments, pour qu'ils ne bâclent pas et te rendent un travail parfait, et sur les élèves en difficulté ou qui traînent.

Ainsi tes élèves sont réellement au travail et tu n'as pas une tonne de corrections à rapporter le soir.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour, :)

Je pense qu'il faut faire moins d'exercices à l'écrit et qu'il faut un temps d'entraînement avant de passer au cahier du jour :

- sur l'ardoise (procédé Lamartinière) : les élèves n'écrivent qu'un ou deux mots ou la solution d'un calcul... étant donné le manque de place. Tu verras bien quels sont ceux qui ne maîtrisent pas la notion.

- dans le cahier de brouillon où les élèves se corrigent eux-mêmes (pendant un temps de correction collective par exemple). Pendant la réalisation de l'exercices, tu passes dans les rangs, tu vérifies, tu conseilles, mais ne tu ne fais pas de correction écrite dans ces cahiers.

- un ou deux exercices à trous, où les élèves n'écrivent que la solution. Cela implique que tu tapes le texte chez toi, que tu l'imprimes, découpe les bandes de papier avec le massicot pour pouvoir ensuite les distribuer.

Ensuite, tu passes aux exercices dans le cahier du jour : là les élèves doivent se relire, vérifier qu'ils ont appliqué les règles qui ont déjà été vues en classe, etc.

Il y a 5 heures, juliette94 a dit :

que je n'arrive pas à corriger pendant classe. 

Peut-être qu'en passant dans les rangs tu peux quand même signaler aux élèves leurs erreurs ?

Link to comment
Share on other sites

Bonjour

Si la classe est équipée en ordinateurs et wifi, j'utilise "classe numérique", pour les élèves qui n'ont PAS de difficultés. Le tarif de l'application n'est pas excessif, l'outil est facile d'utilisation y-compris pour fabriquer tes propres exercices. 

Cela permet d'être disponible pour ceux qui ont besoin d'un entrainement complémentaire avec ma présence. 

Les autres font des exercices en autonomie sur "classe numérique" pour revoir des notions vues en étude de la langue, langue vivante, mathématiques. Ils sont corrigés in situ après deux essais automatiquement sur leurs écrans.

Avantage : tu peux personnaliser les plans de travail et garder un œil sur les réussites/erreurs sans réaliser les corrections toi même. 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Goëllette a dit :

que tu corriges au fur et à mesure, en faisant venir à ton bureau les élèves que TU veux et quand TU veux, en insistant sur les bons éléments, pour qu'ils ne bâclent pas et te rendent un travail parfait, et sur les élèves en difficulté ou qui traînent.

Je confirme que le procédé de Goëllette fonctionne. Essayé et adopté.

  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

Penser également aux jeux autocorrectifs qu'on peut monter soi-même. 

Jeux de cartes recto verso, seul ou à deux. Exemple avec les homophones grammaticaux : pour chaque carte il y a au recto une phrase à trou et le choix de réponses à, as, à. La réponse au verso.

Jeu de cartes type mistigri. Par exemple : former des paires de synonymes. 

Jeu de plateau pour 2 à 4 joueurs : un parcours de cases vides avec départ et arrivée, un pion par joueur, une série de cartes avec questions numérotés, une fiche récapitulative avec toutes les réponses numérotées correspondantes. On avance d'une case si on donne la bonne réponse oralement, de deux cases si on a épelé ou écrit à l'ardoise correctement. Exemple avec les pluriels et féminins irréguliers des noms et adjectifs : le  joueur tire une carte sur laquelle il y a un groupe nominal souligné à transformer en genre ou en nombre. Il donne sa réponse et un autre joueur vérifie avec la fiche-réponses. Chaque participant est à tour de rôle joueur et correcteur. 

Sur le même principe que les Logico une fiche avec une série d'items à travailler, chaque réponse est donnée et associée à une couleur. Exemple pour identifier si la partie encadrée de la phrase est un COD ou un attribut du sujet : l'élève dispose de cubes de 2 couleurs et fabrique une tour au fur et à mesure qu'il répond, il vérifie à la fin si sa tour correspond à celle coloriée au verso de la fiche. 

Plusieurs avantages aux jeux mis à part l'approche ludique des apprentissages. On peut décliner ça pour tout un tas de notions en étude de la langue. Inutile d'inventer tout de A à Z : il suffit de piocher dans des banques d'exercices de fichiers ou manuels pour construire les jeux. On peut facilement compléter un jeu en réimprimant ce qui a été perdu ou abîmé. Les jeux peuvent être réutilisés plus tard dans l'année et d'année en année, en accès libre ou imposé, groupe classe ou groupes en ateliers. Bref, selon l'organisation décidée : on peut imaginer un groupe sur le cahier du jour, un autre sur des exercices au cahier de brouillon, un autre avec toi sur l'ardoise et un dernier sur les jeux, tout ça tourne sur deux jours où la semaine, comme on veut. 

Bon il y a aussi des inconvénients : de la préparation en amont. C'est long, il faut envisager la construction de ces jeux sur plusieurs années, il faut de l'organisation pour la gestion du matériel et le passage de tous les élèves sur chaque activité, ça génère du bruit surtout si on met plusieurs groupes sur les jeux en même temps, etc.

Mais il n'y a pas de correction ! 

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Goëllette a dit :

Plus tu vas faire des exos au brouillon et des corrections collectives et moins tu vas connaître le niveau réel de tes élèves ... donc plus ça va te demander ensuite de temps pour les évaluer ... et corriger les évaluations.

Donc, pour moi, oui au seul exercice par notion sur le cahier du jour (tu peux en faire un autre au brouillon, mais pas plus), que tu corriges au fur et à mesure, en faisant venir à ton bureau les élèves que TU veux et quand TU veux, en insistant sur les bons éléments, pour qu'ils ne bâclent pas et te rendent un travail parfait, et sur les élèves en difficulté ou qui traînent.

Ainsi tes élèves sont réellement au travail et tu n'as pas une tonne de corrections à rapporter le soir.

Faut que j'essaie cette technique mais je ne suis pas sûre d'y arriver: j'ai besoin de passer dans les rangs et d'être pas loin des pénibles; Ceci dit je peux les mettre à côté de moi. Je ne suis jamais assise mais c'est un point que je voudrais changer 😁 Merci Goëllette!

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, André Jorge a dit :

Bonjour, :)

Je pense qu'il faut faire moins d'exercices à l'écrit et qu'il faut un temps d'entraînement avant de passer au cahier du jour :

- sur l'ardoise (procédé Lamartinière) : les élèves n'écrivent qu'un ou deux mots ou la solution d'un calcul... étant donné le manque de place. Tu verras bien quels sont ceux qui ne maîtrisent pas la notion.

 Je le fais beaucoup pendant la leçon explicite, les entrainements, c'est top!

- dans le cahier de brouillon où les élèves se corrigent eux-mêmes (pendant un temps de correction collective par exemple). Pendant la réalisation de l'exercices, tu passes dans les rangs, tu vérifies, tu conseilles, mais ne tu ne fais pas de correction écrite dans ces cahiers.

Oui voilà c'est ça que j'ai envie de faire.

-Ensuite, tu passes aux exercices dans le cahier du jour : là les élèves doivent se relire, vérifier qu'ils ont appliqué les règles qui ont déjà été vues en classe, etc.

Peut-être qu'en passant dans les rangs tu peux quand même signaler aux élèves leurs erreurs ?

Oui c'est ce que je fais. 

En fait je pense que je donnais beaucoup d'exos en autonomie pour gérer le double niveau. J'adore l'usage de l'ardoise qui marchait pour les leçons collectives; Je vais pouvoir développer cette technique avec mon CM2 pur.  merci pour ton aide.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Anticlée a dit :

Bonjour

Si la classe est équipée en ordinateurs et wifi, j'utilise "classe numérique", pour les élèves qui n'ont PAS de difficultés. Le tarif de l'application n'est pas excessif, l'outil est facile d'utilisation y-compris pour fabriquer tes propres exercices. 

Cela permet d'être disponible pour ceux qui ont besoin d'un entrainement complémentaire avec ma présence. 

Les autres font des exercices en autonomie sur "classe numérique" pour revoir des notions vues en étude de la langue, langue vivante, mathématiques. Ils sont corrigés in situ après deux essais automatiquement sur leurs écrans.

Avantage : tu peux personnaliser les plans de travail et garder un œil sur les réussites/erreurs sans réaliser les corrections toi même. 

 

Alors ça c'est un objectif plus lointain 😅

L'école où je suis (2è année) n'a que des tablettes et il parait qu'elles sont compliquées à utiliser. J'avoue que ça me fait peur. Mais je vais regarder. Merci beaucoup.

Link to comment
Share on other sites

il y a 38 minutes, Rudy a dit :

Penser également aux jeux autocorrectifs qu'on peut monter soi-même. 

Jeux de cartes recto verso, seul ou à deux. Exemple avec les homophones grammaticaux : pour chaque carte il y a au recto une phrase à trou et le choix de réponses à, as, à. La réponse au verso.

Jeu de cartes type mistigri. Par exemple : former des paires de synonymes. 

Jeu de plateau pour 2 à 4 joueurs : un parcours de cases vides avec départ et arrivée, un pion par joueur, une série de cartes avec questions numérotés, une fiche récapitulative avec toutes les réponses numérotées correspondantes. On avance d'une case si on donne la bonne réponse oralement, de deux cases si on a épelé ou écrit à l'ardoise correctement. Exemple avec les pluriels et féminins irréguliers des noms et adjectifs : le  joueur tire une carte sur laquelle il y a un groupe nominal souligné à transformer en genre ou en nombre. Il donne sa réponse et un autre joueur vérifie avec la fiche-réponses. Chaque participant est à tour de rôle joueur et correcteur. 

Sur le même principe que les Logico une fiche avec une série d'items à travailler, chaque réponse est donnée et associée à une couleur. Exemple pour identifier si la partie encadrée de la phrase est un COD ou un attribut du sujet : l'élève dispose de cubes de 2 couleurs et fabrique une tour au fur et à mesure qu'il répond, il vérifie à la fin si sa tour correspond à celle coloriée au verso de la fiche. 

Plusieurs avantages aux jeux mis à part l'approche ludique des apprentissages. On peut décliner ça pour tout un tas de notions en étude de la langue. Inutile d'inventer tout de A à Z : il suffit de piocher dans des banques d'exercices de fichiers ou manuels pour construire les jeux. On peut facilement compléter un jeu en réimprimant ce qui a été perdu ou abîmé. Les jeux peuvent être réutilisés plus tard dans l'année et d'année en année, en accès libre ou imposé, groupe classe ou groupes en ateliers. Bref, selon l'organisation décidée : on peut imaginer un groupe sur le cahier du jour, un autre sur des exercices au cahier de brouillon, un autre avec toi sur l'ardoise et un dernier sur les jeux, tout ça tourne sur deux jours où la semaine, comme on veut. 

Bon il y a aussi des inconvénients : de la préparation en amont. C'est long, il faut envisager la construction de ces jeux sur plusieurs années, il faut de l'organisation pour la gestion du matériel et le passage de tous les élèves sur chaque activité, ça génère du bruit surtout si on met plusieurs groupes sur les jeux en même temps, etc.

Mais il n'y a pas de correction ! 

C'est ma troisième année en cycle 3 et je commence à en avoir quelques uns. Je le faisais beaucoup pour le cycle 2 (tout ces jeux fabriqués maison qui ne servent plus...) c'est vrai que c'est top. Les préparations ne me dérangent pas car on s'en sert d'une année sur l'autre et ils servent en soutien et lors des stages. Merci

Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, juliette94 a dit :

j'ai besoin de passer dans les rangs et d'être pas loin des pénibles

Je faisais comme toi jusqu'à ce que je lise Goëllette. Les pénibles et les plus faibles sont au premier rang, et mon bureau à la perpendiculaire de celui-ci. J'ai toujours un œil sur eux. Je les appelle en priorité (moins de 5 minutes après le début de l'exercice), pour aiguiller, sermonner (au choix).

Je m’assois dès que possible, et je fais tout pour. La classe est bien plus calme, moins d'agitation.

  • J'aime 1
  • J'adhère 5
Link to comment
Share on other sites

Oui. 2 par 2, je les appelle et ils viennent. Dès que j'ai terminé avec le premier, j'en appelle un nouveau.

J'arrive très rapidement après le début de l'exercice à voir mes 8/10 élèves prioritaires. Les plus rapides ont presque terminé pendant ce temps.

Je les corrige de la même manière : je leur indique le nombre d'erreurs à trouver et corriger, et je souligne les fautes d'orthographe.

Puis je peux de nouveau appeler les 8/10 du début pour un 2ème tour.

Le système n'est pas parfait, car je peux difficilement corriger en classe le deuxième tiers d'élèves (ni rapides, ni trop en difficulté).

Lorsque je m'aperçois qu'un exercice n'est pas réussi, je le corrige collectivement.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Je vais suivre car je pense que c est ce qui va jouer des tours. 

Mais j ai un élève ukrainien qui n est pas su tout autonome (niveau cp/ce1 en lecture) donc je ne sais pas quand je vais avoir du temps pour lui si je corrige en même temps que les exercices donnés...

Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, juliette94 a dit :

Faut que j'essaie cette technique mais je ne suis pas sûre d'y arriver: j'ai besoin de passer dans les rangs et d'être pas loin des pénibles; Ceci dit je peux les mettre à côté de moi. Je ne suis jamais assise mais c'est un point que je voudrais changer 😁 Merci Goëllette!

Oui, tu peux les mettre près de toi !

Et rappelle-toi que plus tu bouges et plus tes élèves bougeront, car en passant, au minimum, tu les déconcentres, et au pire, tu les incites à bouger et à te demander quelque chose.

Pour comparer, repense aux différents restaurants dans lesquels tu t'es rendue.

Peux-tu restée concentrée sur ton assiette et les convives de ta table quand serveurs et clients circulent sans cesse autour de toi ?

Alors que lorsque tu es dans une salle calme, et que les serveurs professionnels ne viennent que lorsque vous les appelez, tu passes un meilleur moment.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 46 minutes, juliette94 a dit :

En fait je pense que je donnais beaucoup d'exos en autonomie pour gérer le double niveau. J'adore l'usage de l'ardoise qui marchait pour les leçons collectives; Je vais pouvoir développer cette technique avec mon CM2 pur.  merci pour ton aide.

Oui, le piège de cette fameuse "autonomie", qui semble pratique au départ car tes élèves te fichent la paix sur le moment et que tu peux individualiser, mais au final, soit tu n'as jamais le temps de corriger ni même de vérifier le travail de tes élèves, soit tu y passes des heures !

J'ai même connu des jeunes collègues qui, en CP ou CE1, donnaient jusqu'à 5 fiches sur le même son, venant de sites ou de méthodes différentes !

Inutile de dire que peu d'élèves les faisaient sérieusement et intégralement et même que, au fur et à mesure, plus aucun ne les faisait sérieusement et le retard en lecture s'accumulait !

Le travail sur ardoise des nouvelles leçons est intéressant, car ça te permet de voir qui suit, et ça fait une coupure.

Car le rythme est également important, pour alterner les matières et éviter l'ennui.

Idée de rythme en CM2 :

9h-9h30 (grand max) : arrivée dans la classe, installation, ouverture du cahier du jour et : exercice d'évaluation de la leçon de français vue précédemment et donnée en leçons (ça peut être aussi une dictée, ou des questions de lecture avec réponses à rédiger ou ... les deux ou les trois).

9h30 Soit tu as corrigé au fur et à mesure, soit tu fais échanger les cahiers et corriger au voisin, soit tu fais ramasser.

9h40 : nouvelle leçon de français, travail sur ardoise, au brouillon et collage de la leçon (ça évite la perte de temps de la copie et de la correction de la copie)

10h15 : récré

10h35 : rebelotte avec les maths

 

Si tu cadres bien tes très bon élèves dès la rentrée, pour qu'ils se relisent et rendent un travail parfait, non seulement ça te fera ça de moins à corriger longuement mais, en plus, ça servira d'émulation aux bons élèves.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, flops a dit :

Je vais suivre car je pense que c est ce qui va jouer des tours. 

Mais j ai un élève ukrainien qui n est pas su tout autonome (niveau cp/ce1 en lecture) donc je ne sais pas quand je vais avoir du temps pour lui si je corrige en même temps que les exercices donnés...

Quand tu as en permanence une classe calme et au travail, tu peux prendre individuellement un élève plus faible pour le "coacher" davantage, voire lui adjoindre un très bon élève pour l'aider.

Ils adorent !

Link to comment
Share on other sites

Tout ça c'est bien beau et efficace en niveau simple, mais en double niveau malheureusement beaucoup plus difficile à mettre en œuvre, à moins de faire tout en commun (mais alors à quoi cela sert-il d'avoir une année de CM1 et une année de CM2 ?) Même si les programmes sont proches, souvent en CM1 on découvre et en CM2 on va plus loin. Si on fait en commun, soit les cm2 font un cm1 bis et s'emm... , soit on se calque sur les cm2 et les cm1 sont directement mis en échec.

Ici je différencie beaucoup entre les 2 niveaux, surtout en maths (résolution de problèmes, numération, calcul et calcul mental sont forcément différencié, à la rigueur je peux faire géométrie en commun, et encore...) je n'ai donc pas d'autres choix que de mettre l'autre niveau en autonomie, et avoir les corrections qui vont avec. Mais j'essaie d'avoir des trucs auto-correctifs (par exemple, une fiche d'exos d'application, je fais une copie de plus, je fais les exos en rouge. Quand les élèves ont fini, je vérifie que le travail est fait (et uniquement fait) et la fois d'après ils se corrigent eux-même avec la correction) Par contre, ce travail ne me sert pas à évaluer l'avancée des élèves en terme d'acquisition des compétences. Pour celà, j'utilise le cahier du jour qui est systématiquement corrigé. Et pas plus de 1 ou 2 exos par jour en maths et EDL. J'ai des cartacharis aussi, pour jouer seul, car en binôme forcément ça génère du bruit. Et je compte aussi cette année investir à fond les tablettes pour le calcul mental et la programmation.

  • Solidaire 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 44 minutes, Nînien a dit :

Oui. 2 par 2, je les appelle et ils viennent. Dès que j'ai terminé avec le premier, j'en appelle un nouveau.

J'arrive très rapidement après le début de l'exercice à voir mes 8/10 élèves prioritaires. Les plus rapides ont presque terminé pendant ce temps.

Je les corrige de la même manière : je leur indique le nombre d'erreurs à trouver et corriger, et je souligne les fautes d'orthographe.

Puis je peux de nouveau appeler les 8/10 du début pour un 2ème tour.

Le système n'est pas parfait, car je peux difficilement corriger en classe le deuxième tiers d'élèves (ni rapides, ni trop en difficulté).

Lorsque je m'aperçois qu'un exercice n'est pas réussi, je le corrige collectivement.

bon ça ne fait plus qu'un tiers à corriger du coup, ça reste une belle perf pour moi 😁

Link to comment
Share on other sites

il y a 32 minutes, flops a dit :

Je vais suivre car je pense que c est ce qui va jouer des tours. 

Mais j ai un élève ukrainien qui n est pas su tout autonome (niveau cp/ce1 en lecture) donc je ne sais pas quand je vais avoir du temps pour lui si je corrige en même temps que les exercices donnés...

Nan mais le fond du problème c'est ça. J'arrive du 93, j'ai toujours été dans des classes difficiles. A cette rentrée, j'ai un élève niveau CE1 (arrivée en France depuis deux ans avec soucis); deux élèves enfin diagnostiqués dys + avec absence de dingue et cpt compliqué, et deux ans de retard on va dire (je les avais en CM1); un élève très violent, agressif qui va mal; et les autre élèves avec des difficultés plus lambdas/gérables mais qui vont demander de la différenciation aussi et de la présence. 

On m'a prévenu que mon année allait être difficile 😅. Mais j'ai un niveau pur et ça c'est géniallissime pour la débutante en cycle 3 que je suis.

 

Est-ce que l'élève ukrainien peut aller en CE2 voire CE1 pour la lecture? Les élèves ukrainiens semblent assez performants. Pourvu qu'ils se sentent bien pour s'investir. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 24 minutes, Goëllette a dit :

Oui, le piège de cette fameuse "autonomie", qui semble pratique au départ car tes élèves te fichent la paix sur le moment et que tu peux individualiser, mais au final, soit tu n'as jamais le temps de corriger ni même de vérifier le travail de tes élèves, soit tu y passes des heures !

J'ai même connu des jeunes collègues qui, en CP ou CE1, donnaient jusqu'à 5 fiches sur le même son, venant de sites ou de méthodes différentes !

En cylcle 2, ils jouaient pour apprendre, manipulaient, etc. J'étais au top 😇

Inutile de dire que peu d'élèves les faisaient sérieusement et intégralement et même que, au fur et à mesure, plus aucun ne les faisait sérieusement et le retard en lecture s'accumulait !

Le travail sur ardoise des nouvelles leçons est intéressant, car ça te permet de voir qui suit, et ça fait une coupure.

Car le rythme est également important, pour alterner les matières et éviter l'ennui.

Je suis d'accord avec toi!

Idée de rythme en CM2 :

9h-9h30 (grand max) : arrivée dans la classe, installation, ouverture du cahier du jour et : exercice d'évaluation de la leçon de français vue précédemment et donnée en leçons (ça peut être aussi une dictée, ou des questions de lecture avec réponses à rédiger ou ... les deux ou les trois).

9h30 Soit tu as corrigé au fur et à mesure, soit tu fais échanger les cahiers et corriger au voisin, soit tu fais ramasser.

9h40 : nouvelle leçon de français, travail sur ardoise, au brouillon et collage de la leçon (ça évite la perte de temps de la copie et de la correction de la copie)

Justement, je voulais faire la copie de leçon pour une fois:

Mon inspecteur me l'a demandé l'année dernière en CM1-CM2 (mais bon on va dire que ce n'est pas une raison 😂)

Comme j'ai des élèves incapables d'écrire la leçon qui ont besoin d'apprendre à lire et à compter c'est là que je les prendrais

ça les entraine pour la sixième

10h15 : récré

10h35 : rebelotte avec les maths

 

Si tu cadres bien tes très bon élèves dès la rentrée, pour qu'ils se relisent et rendent un travail parfait, non seulement ça te fera ça de moins à corriger longuement mais, en plus, ça servira d'émulation aux bons élèves.

Je vais remettre mes privilèges en route (vite abandonnés l'année dernière) ça motivera du monde. 

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Goëllette a dit :

Quand tu as en permanence une classe calme et au travail, tu peux prendre individuellement un élève plus faible pour le "coacher" davantage, voire lui adjoindre un très bon élève pour l'aider.

Ils adorent !

Oui mais avec un seul exercice à faire, ce temps calme de travail dure seulement dix minutes.

Link to comment
Share on other sites

il y a 19 minutes, nanej a dit :

Quand les élèves ont fini, je vérifie que le travail est fait (et uniquement fait)

Ces exercices sont faits dans leur cahier de brouillon? Et tu fais un trait pour dire que tu as vérifié? Les parents le voient ce cahier? Je pensais à ça effectivement.

et la fois d'après ils se corrigent eux-même avec la correction) Par contre, ce travail ne me sert pas à évaluer l'avancée des élèves en terme d'acquisition des compétences. Pour celà, j'utilise le cahier du jour qui est systématiquement corrigé. Et pas plus de 1 ou 2 exos par jour en maths et EDL. J'ai des cartacharis aussi, pour jouer seul, car en binôme forcément ça génère du bruit. Et je compte aussi cette année investir à fond les tablettes pour le calcul mental et la programmation.

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, juliette94 a dit :

 

Ils ont un cahier de "plan de travail autonome". J'explique mon fonctionnement aux parents à la réunion de rentrée. Ce cahier est effectivement vus par les parents régulièrement.

Je mets un coup de tampon "vu".

Les parents savent que ce cahier doit être corrigé par les élèves. Si ce n'est pas bien fait, ils peuvent reprendre les exos avec leurs enfants.

 

J'ai eu une fois un papa qui râlait parce que je ne faisais pas de correction collective des évaluations (je joignais la correction pour les élèves qui n'avaient pas réussi du tout, les autres devaient se corriger seuls avec leur cahier (les exos en évals avaient obligatoirement été faits en classe et corrigés). Je refusais de perdre encore du temps à recorriger les évals en collectif. Il avait été bien reçu: je lui avais suggéré d'aider son gamin à réviser les exos AVANT l'évaluation.

Link to comment
Share on other sites

Je fonctionne comme ça Nanej. J'ai un code de correction pour qu'ils voient la nature de l'erreur (copie, ortho, leçon, illisible, etc). Et je me retrouve à corriger leur correction... C'est ça que je ne veux plus. Et les parents qui râlent parce tout n'est pas corrigé comme ils veulent, parce que y a trop de vert, trop de rouge, trop de rature, etc. Je n'en veux/peux plus. J'ai même des parents qui voulaient connaitre les énoncés pour mieux comprendre la minuscule petite erreur de leur enfant. J'en ai eu une paquet l'année dernière. Impossible qu'ils reprennent les exos avec eux. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, nanej a dit :

Tout ça c'est bien beau et efficace en niveau simple, mais en double niveau malheureusement beaucoup plus difficile à mettre en œuvre, à moins de faire tout en commun (mais alors à quoi cela sert-il d'avoir une année de CM1 et une année de CM2 ?)

Disons que tu as moins de temps pour toi pendant la classe, c'est sûr, mais tu peux quand même l'appliquer pour avoir bien moins de corrections le midi et le soir !

L'important est de créer un cadre qui met les élèves au travail car le problèmes des pédagogies actuelles, c'est qu'on ne met plus assez les élèves au travail, ce qui est source de retard, de chahut... et de travail supplémentaire pour l'enseignant !

Il y a 2 heures, juliette94 a dit :

Nan mais le fond du problème c'est ça. J'arrive du 93, j'ai toujours été dans des classes difficiles. A cette rentrée, j'ai un élève niveau CE1 (arrivée en France depuis deux ans avec soucis); deux élèves enfin diagnostiqués dys + avec absence de dingue et cpt compliqué, et deux ans de retard on va dire (je les avais en CM1); un élève très violent, agressif qui va mal; et les autre élèves avec des difficultés plus lambdas/gérables mais qui vont demander de la différenciation aussi et de la présence. 

On m'a prévenu que mon année allait être difficile 😅. Mais j'ai un niveau pur et ça c'est géniallissime pour la débutante en cycle 3 que je suis.

Garde en tête que tu as une obligation de moyens mais pas de résultats.

Et qu'une grande partie de l'hétérogénéité des classes actuelles qui les rend ingérables est justement dû à l'individualisation à l'extrême dès les petites classes, et au manque de mise au travail des élèves.

C'est surtout eux qui doivent apprendre et travailler.

Il y a 1 heure, juliette94 a dit :

Justement, je voulais faire la copie de leçon pour une fois:

Mon inspecteur me l'a demandé l'année dernière en CM1-CM2 (mais bon on va dire que ce n'est pas une raison 😂)

Comme j'ai des élèves incapables d'écrire la leçon qui ont besoin d'apprendre à lire et à compter c'est là que je les prendrais

ça les entraine pour la sixième

Mieux qu'ils écrivent des exercices au propre et tous les jours sur leur cahier de classe plutôt qu'ils recopient avec des erreurs des leçons.

Pour les élèves de CM2 qui ont besoin d'apprendre à lire et à compter, dis-toi bien que si ça devait être fait, ça l'aurait été depuis longtemps !

Quant à la 6è, écrivent-ils tant que ça ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, juliette94 a dit :

Oui mais avec un seul exercice à faire, ce temps calme de travail dure seulement dix minutes.

C'est toi qui décides du temps nécessaire à l'exercice.

Un exercice qui réinvestit les leçons précédemment vues peut durer 20 minutes, bien écrit et présenté, sans erreur de copie et ... après relecture !

Link to comment
Share on other sites

il y a 33 minutes, juliette94 a dit :

Je fonctionne comme ça Nanej. J'ai un code de correction pour qu'ils voient la nature de l'erreur (copie, ortho, leçon, illisible, etc). Et je me retrouve à corriger leur correction... C'est ça que je ne veux plus. Et les parents qui râlent parce tout n'est pas corrigé comme ils veulent, parce que y a trop de vert, trop de rouge, trop de rature, etc. Je n'en veux/peux plus. J'ai même des parents qui voulaient connaitre les énoncés pour mieux comprendre la minuscule petite erreur de leur enfant. J'en ai eu une paquet l'année dernière. Impossible qu'ils reprennent les exos avec eux. 

C'est TA classe. C'est TOI qui décides

Fais-leur écrire les énoncés et les consignes Ca fait partie de l'exercice et ai plus utile que de recopier une leçon

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Goëllette a dit :

Oui, tu peux les mettre près de toi !

Et rappelle-toi que plus tu bouges et plus tes élèves bougeront, car en passant, au minimum, tu les déconcentres, et au pire, tu les incites à bouger et à te demander quelque chose.

Pour comparer, repense aux différents restaurants dans lesquels tu t'es rendue.

Peux-tu restée concentrée sur ton assiette et les convives de ta table quand serveurs et clients circulent sans cesse autour de toi ?

Alors que lorsque tu es dans une salle calme, et que les serveurs professionnels ne viennent que lorsque vous les appelez, tu passes un meilleur moment.

Alors ça se tient ce que tu écris... mais moi, PES, on m'a reproché durant ma 1ère année de trop rester près du tableau, et de ne pas circuler suffisamment dans la classe... et l'an dernier, j'ai été complimentée car "je me déplaçais plus dans la classe !" 😅

Difficile de savoir ce qui est le mieux, en fait

Link to comment
Share on other sites

il y a 36 minutes, Goëllette a dit :

Disons que tu as moins de temps pour toi pendant la classe, c'est sûr, mais tu peux quand même l'appliquer pour avoir bien moins de corrections le midi et le soir !

L'important est de créer un cadre qui met les élèves au travail car le problèmes des pédagogies actuelles, c'est qu'on ne met plus assez les élèves au travail, ce qui est source de retard, de chahut... et de travail supplémentaire pour l'enseignant !

Garde en tête que tu as une obligation de moyens mais pas de résultats.

Et qu'une grande partie de l'hétérogénéité des classes actuelles qui les rend ingérables est justement dû à l'individualisation à l'extrême dès les petites classes, et au manque de mise au travail des élèves.

C'est surtout eux qui doivent apprendre et travailler.

Mieux qu'ils écrivent des exercices au propre et tous les jours sur leur cahier de classe plutôt qu'ils recopient avec des erreurs des leçons.

Pour les élèves de CM2 qui ont besoin d'apprendre à lire et à compter, dis-toi bien que si ça devait être fait, ça l'aurait été depuis longtemps !

Quant à la 6è, écrivent-ils tant que ça ?

intéressant. 

C'est certain que je me perds dans l'individualisation des apprentissages. Les élèves sont tous au travail vu que c'est adapté à leurs possibilités. Je sais exactement où ils en sont. Ils avancent. C'est certain. Mais c'est fatigant. Je vais potasser tout ça maintenant 😅

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...