Jump to content

Aborder la question des violences intra-familiales en maternelle ?


André Jorge
 Share

Recommended Posts

Bonjour, :)

Comment aborderiez-vous la question des violences intra-familiales en maternelle ?

L'objectif serait de favoriser la parole de l'enfant et de lui apprendre à parler de cette violence...

Pensez-vous que ce soit une bonne chose ?

Si oui, comment s'y prendre ?

Merci de nous faire part de votre opinion. :)

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Ouch....c'est un sujet sensible....et je ne vois pas l'intérêt de l'aborder hormis pour faire parler des élèves dont tu sais qu'ils sont concernés...

Je trouve que les autres sont bien petits pour qu'on leur impose ce genre de sujet de discussion, je trouve...(Même en élémentaire...Enfin, s'ils ne sont pas concernés...) Ceci étant, si ça permet de ne "sauver" qu'un seul gamin, le jeu en vaut la chandelle.

Bref, une chose est sure, comme c'est très sensible, en cas de problèmes, il faut que tu puisses citer LE point des programmes qui te permet d'aborder le sujet. Je ne suis pas au fait des programmes de maternelles, mais il paraît indispensable de te pencher sérieusement sur la question... 

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Blanchedecm2 a dit :

faire parler des élèves dont tu sais qu'ils sont concernés...

Justement, je ne suis pas certain de savoir qui sont les élèves concernés. C'est pour cela que je m'orienterais plutôt vers un moyen de libérer la parole des enfants témoins et victimes.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

C'est un peu difficile je trouve...

Est-ce que tu as des suspicions? Peut-être voir avec la PMI/la médecine scolaire ce qu'ils peuvent faire avec toi. Mener ça tout seul, franchement, je ne le ferais pas....Tu ne sais jamais ce qu'on peut te reprocher, il faut pouvoir être transparent/raccord avec les programmes, et être accompagné serait le mieux, à mon avis...

Link to comment
Share on other sites

Tu peux solliciter le  médecin, le psy scolaire ou le maître g de ton rased, la prévention fait partie de leurs missions.

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Le travail des enseignants n'est pas de libérer la parole ni d'accueillir des témoignages d'enfants. Cela requière des compétences spécifiques... en plus en maternelle... je ne suis pas certain de saisir la motivation qui se cache derrière ta démarche.

Link to comment
Share on other sites

Eventuellement de sauver des mômes, puisqu'on estime qu'un sur 4 vit des violences verbales ou physiques chez lui ...

Le jeu en vaut la chandelle, et, pour le coup, si ce n'est pas l'école qui s'en occupe, personne ne le fera !

Ca me semble même plus important que de leur apprendre à se moucher, s'essuyer les fesses ou faire leurs lacets.

Tu peux choisir des albums qui peuvent amener les enfants à parler. A cette heure, je n'ai pas d'idée.

Autrefois, il y avait les films canadiens "Mon corps c'est Mon corps", pas mal mais un peu vieillots ... 

 

En CP, dans les années 90, j'utilisais "passeport pour le pays de prudence", et c'est ainsi que j'avais pu repérer un élève battu à coups de ceinture et de fils électriques et une petite fille abusée par son grand-père.

PASSEPORT POUR LE PAYS DE PRUDENCE.pdf

  • J'aime 1
  • J'adhère 4
Link to comment
Share on other sites

Les québécois ont de nombreux outils à destination des enfants, notamment des albums.

https://espacesansviolence.org/

Une approche sur la question de la violence dans la littérature jeunesse https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00782582/document

Il y a des sélections d'albums sur la question des abus sexuels : https://apprendreaeduquer.fr/livres-pour-enfants-sur-la-prevention-des-abus-sexuels/

https://www.bayard-jeunesse.com/infos/actualites/bayard-jeunesse-realise-un-livret-de-prevention-des-violences-sexuelles-faites-aux-enfants/

Sur la question des violences en milieu scolaire: https://www.mpedia.fr/art-les-violences-milieu-scolaire/

https://enseignerlitteraturejeunesse.com/2018/11/11/dites-ca-suffit-a-lintimidation-des-aujourdhui/

Pour des élémentaires: https://www.decitre.fr/livres/et-si-on-se-parlait-le-petit-livre-pour-aider-les-enfants-a-parler-de-tout-sans-tabou-7-10-ans-9791033907633.html

On peut aussi prendre la question par un autre côté, en abordant du point de vue des  droits. Je ne trouve pas choquant d'aborder la question des droits de l'enfant dès la maternelle. Les contes aussi permettent d'aborder certains comportements.

https://www.ecoledesloisirs.fr/philosophons/violence

 

En Australie, la question du bien être fait partie du programme scolaire. Les enfants apprennent à identifier les dangers, et parmi eux la question des violences intra familiales, à l'école.

  • Merci 3
  • J'adhère 3
Link to comment
Share on other sites

Je pense que l'école a effectivement un rôle à jouer. Pas besoin de se lancer dans le côté familial, on peut en parler de manière beaucoup plus large, car la violence peut venir de plein d'autres côtés (voisins, institutions, etc...)

Les droits de l'enfant me semblent une bonne entrée.

Que les enfants sachent qu'aucune violence n'est acceptable est important. Tout le monde est concerné, et les copains à qui les enfants maltraités peuvent se confier doivent aussi savoir que ce n'est pas normal. 

  • J'aime 3
  • J'adhère 5
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, borneo a dit :

Tout le monde est concerné, et les copains à qui les enfants maltraités peuvent se confier doivent aussi savoir que ce n'est pas normal. 

Exactement !

Dans le cas de mon élève victime de son grand-père, c'est une camarade qui est venue me rapporter les propos de sa camarade dans la cour. Elles avaient 6 ans.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 21 heures, André Jorge a dit :

Bonjour, :)

Comment aborderiez-vous la question des violences intra-familiales en maternelle ?

L'objectif serait de favoriser la parole de l'enfant et de lui apprendre à parler de cette violence...

Pensez-vous que ce soit une bonne chose ?

Si oui, comment s'y prendre ?

Merci de nous faire part de votre opinion. :)

A voir avec des pros de la petite enfance. Le risque étant d'aiguiller la parole de l'élève par des questions orientées.

Pour ma part, je ne l'aborde pas directement et si j'ai un doute, je préviens les professionnels.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

sujet qui me pose question à chaque rentrée des classes et pour lequel je n'ai pas trouvé de solution... Comment faire pour que les enfants, même petits, aient connaissance de ce qu'ils n'ont pas à supporter ? Je pense que c'est bien un rôle que l'école pourrait tenir et pourtant, personne ne nous forme à cela... On nous demande d'être vigilant mais mis  à part une anim péda abordant un peu sur le bout des lèvres le sujet pendant quelques minutes seulement, jamais cela n'a été abordé au cours de ma formation. Pourtant, c'est tellement primordial à mes yeux !

Avoir des doutes sur des enfants, c'est déjà pas mal mais à côté de combien d'enfants passe-t-on  sans jamais douter  et qui auraient besoin d'aide ?

  • J'aime 1
  • Merci 1
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Complètement !

Et on a lâché beaucoup de lest ce qui fait que la famille est de plus en plus toute puissante. 

Link to comment
Share on other sites

Le 08/09/2021 à 21:45, Ficelle Drô a dit :

sujet qui me pose question à chaque rentrée des classes et pour lequel je n'ai pas trouvé de solution... Comment faire pour que les enfants, même petits, aient connaissance de ce qu'ils n'ont pas à supporter ? Je pense que c'est bien un rôle que l'école pourrait tenir et pourtant, personne ne nous forme à cela... On nous demande d'être vigilant mais mis  à part une anim péda abordant un peu sur le bout des lèvres le sujet pendant quelques minutes seulement, jamais cela n'a été abordé au cours de ma formation. Pourtant, c'est tellement primordial à mes yeux !

Avoir des doutes sur des enfants, c'est déjà pas mal mais à côté de combien d'enfants passe-t-on  sans jamais douter  et qui auraient besoin d'aide ?

Tout à fait d'accord.

Ne jamais oublier qu'une semaine dure 168 heures, et qu'un enfant en passe 140 environ en dehors de l'école, sans compter les vacances.

Link to comment
Share on other sites

Le 06/09/2021 à 20:00, André Jorge a dit :

Bonjour, :)

Comment aborderiez-vous la question des violences intra-familiales en maternelle ?

L'objectif serait de favoriser la parole de l'enfant et de lui apprendre à parler de cette violence...

Pensez-vous que ce soit une bonne chose ?

Si oui, comment s'y prendre ?

Merci de nous faire part de votre opinion. :)

Bonjour,

J'ai écouté et lu cet été un podcast + un livre sur le sujet spécifique de l'inceste (oui oui, j'aime me détendre et m'alléger l'esprit, l'été).

Le podcast ou peut-être une nuit (l'épisode 7 est une table ronde, il y aura des réponses à tes questions) : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/ou-peut-être-une-nuit-1-6-ce-que-ma-mère-ne-mavait-jamais-dit/id1468879006?i=1000491272044

Le livre (attention, "costaud" car abordant très frontalement et crument le sujet) : Le berceau des dominations, anthropologie de l'inceste, Dorothée Dussy https://livre.fnac.com/a15596685/Dorothee-Dussy-Le-berceau-des-dominations-anthropologie-de-l-inceste

Cela pourrait sembler spécifique, la question de l'inceste, mais je pense que cela ne l'est pas tant que ça : cela traite des ressorts, origines des violences, intrafamiliales ou autres.

Mon avis que être soi-même bien renseigné sur les violences intrafamiliales (qu'est-ce que c'est, comment ça "fonctionne", comment la société/la justice.les institutions s'en préoccupent) permet de mieux l'aborder avec nos élèves.

Un autre conseil : prends contact avec le médecin scolaire, une association ou autre pour avoir leurs conseils.

Tu as des suspicions dans ta classe?

Bonne journée!

Link to comment
Share on other sites

Je ne sais pas si je suis dans le sujet mais il existe une violence familiale très subtile, celle de l'humiliation constante subie par l'enfant. Celle-ci entraîne une perception de soi qui  l'anéantit au plus profond de son être.  Comment cette violence peut-elle se manifester et donc se percevoir ? Cette violence vécue depuis sa naissance lui est tellement naturelle. Que pouvons-nous faire pour aider ces enfants ?

Link to comment
Share on other sites

Très bonne question ! D'autant que cette violence est invisible et que, généralement, son auteur est très bien vu par tout le monde !

Tu as des réponses dans ce sujet :

Citation

 

 

Link to comment
Share on other sites

J'ai acheté ce livre pour aborder en EMC le droit des enfants : Et si on se parlait d'Andrea Bescond (réalisatrice des chatouilles).
Il existe pour 3 âges différents : 3-6ans, 7-10 ans et + de 11 ans.

Je pense qu'il est important d'aborder le sujet (qui est bien au programme en EMC). Il ne s'agit pas d'interroger les élèves pour savoir s'ils subissent des maltraitances mais bien de les informer sur ce qui n'est pas normal. Pour moi, ce n'est pas ça, influencer leur parole.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 28 minutes, Breizhonig a dit :

l ne s'agit pas d'interroger les élèves pour savoir s'ils subissent des maltraitances mais bien de les informer sur ce qui n'est pas normal. Pour moi, ce n'est pas ça, influencer leur parole.

C'est exactement le but des documents que j'ai cités plus haut.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Pour ma part en CE2 je l'aborde tous les ans en éducation civique. Je commence par les droits de l'enfant et ensuite sur la prévention des dangers. La dedans j'inclus les maltraitances physiques et psychologiques, je parle du numéro 119 qui est affiché en classe et dans l'école. J'aborde aussi les violences sexuelles et l'inceste. Je me suis procurée l'album Un loup de Mai L'an Chapiron et je vais leur faire écouter la chanson du même nom. J'avais montré une vidéo sous forme de BD qui abordait cela via 3 scénarii. L'enfant victime d'un oncle, celui victime de son entraîneur de foot et celui victime du prédateur sur internet. J'avais imprimé le fascicule "Stop aux violences sexuelles" que j'avais laissé à disposition des enfants dans la bibliothèque de la classe. Ça reprenait les bd de la vidéo et des idées pr réagir. 

Je parle aussi des dangers d'internet avec les vidéos Vinz et Lou et du fait que des pédophiles peuvent rentrer en contact avec eux sous de faux pseudo via les jeux en ligne ou les réseaux sociaux. 

Je suis sur le téléphone quand l'ordi sera allumé je vous mettrai les liens. 

Ce qui m'a incité à mettre tout cela en place c'est de voir et de lire autant de témoignages d'adultes victimes dans leur enfance qui disaient qu'en fait ils ne savaient pas que leur situation n'était pas normale. Personne ne les avait informés et ils pensaient que c'était ainsi dans toutes les familles. 

Je me dis que même si des enfants concernés ne trouvent pas en eux la force de libérer leur parole, ils sauront que ce n'est pas normal et que cette petite voix restera dans leur tête pour leur donner du courage quand ils seront prêts.

 

  • J'aime 3
  • Merci 2
Link to comment
Share on other sites

Le 12/09/2021 à 17:40, biscottinne a dit :

Le livre (attention, "costaud" car abordant très frontalement et crument le sujet) : Le berceau des dominations, anthropologie de l'inceste, Dorothée Dussy https://livre.fnac.com/a15596685/Dorothee-Dussy-Le-berceau-des-dominations-anthropologie-de-l-inceste

 

Je suis dedans : c'est ardu, parfois éprouvant, mais passionnant. Merci pour cette suggestion !

Link to comment
Share on other sites

Le 19/11/2021 à 15:50, lolotte31 a dit :

Pour ma part en CE2 je l'aborde tous les ans en éducation civique. ...

 

Jamais de réactions négatives de la part des parents ? C'est un sujet tellement dur... J'imagine sans peine des braves mères de famille choquées que l'on puisse parler de ces horreurs à des enfants aussi jeunes, voire des parents maltraitants avoir des sueurs froides...

En tout cas bravo à toi !

Link to comment
Share on other sites

Je ne donne pas de leçons écrites à ce sujet pour ne pas tendre le bâton pour me faire battre comme on dit. Toutes ces préventions restent à l'oral. Le fascicule "stop aux violences sexuelles" est à disposition des enfants mais restent en classe. 

Les enfants qui sont en confiance avec leurs parents ont sûrement dû raconter ce qui a été vu en classe. Ça donne un levier aux parents pour faire aussi de la prévention. Et pr les enfants qui se sentent en danger ou en insécurité ils ne l'abordent sûrement pas en famille. Pour d'autres c'est tout simplement tabou et pas abordé dans le cadre familial. 

Je travaille en REP. Pour le moment aucun retour négatif des parents. Pour les parents maltraitants ça a justement permis à l'enfant de libérer sa parole ou du moins de soulever des interrogations sur la normalité ou l'anormalité de qui est vécu à la maison. Avec signalement aux services sociaux / médecin scolaire si besoin. 

C'est difficile mais tellement nécessaire. Je me force vraiment, c'est trop important. 

  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

Le 26/11/2021 à 22:57, lolotte31 a dit :

Je ne donne pas de leçons écrites à ce sujet pour ne pas tendre le bâton pour me faire battre comme on dit. Toutes ces préventions restent à l'oral.

Pourquoi donc ?

Parce qu'il est normal de frapper ses enfants ?

Link to comment
Share on other sites

Bien sur que c'est pour ça ! C'est évident. 

Question stupide réponse stupide. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, Goëllette a dit :

Pourquoi donc ?

Parce qu'il est normal de frapper ses enfants ?

Pour ne pas voir les parents potentiellement violents débouler à l'école en furie... Mais les enfants auront entendu que non, ce n'est pas normal.

Notre équipe a décidé de faire venir à l'école cette association Accueil - AISPAS 42 - Soins et de Prévention des Abus Sexuels

Ce sont des bénévoles formés qui viennent à l'école pendant la classe, plusieurs séances, niveau CE2.

On regarde des vidéos, on en discute. A la fin de chaque séance, les bénévoles demandent aux enfants si quelqu'un veut venir leur parler en privé. Des violences sexuelles sont ainsi détectées.

L'association convie les parents volontaires en amont pour visionner les films et expliquer aux parents le contenu des séances. Les parents ne connaissent pas les dates des interventions pour les enfants.

Link to comment
Share on other sites

Belle initiative !

Mais penses-tu vraiment que ça empêche les parents violents de venir furieux en classe ?

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...