Jump to content

REP + : comment gérer un CE2 avec des élèves qui sortent de CE1 dédoublé ?


Recommended Posts

Je reviens sur les CP et CE1 dédoublés et l'arrivée ensuite en classe "non-dédoublée".

J'ai cette année dans mon CM1-CM2 de 25 élèves un élève de CM1 qui ne suit pas du tout!!! Ma collègue de CE2 l'a mis dans mon groupe de 5 CM1 car il était bon... Mais le problème est qu'il était dans une école en REP+ en CP et CE1 donc dans des classes dédoublées... Apparemment, l'an dernier, ma collègue de CE2 devait passer régulièrement le "pousser" pour qu'il se mette au travail!!!

Cette année, c'est une catastrophe!!! Il n'écoute pas les consignes de son niveau (pas de problèmes avec les 4 autres), met 3 plombes à se mettre au travail et boude (ou me fait les gros yeux) quand je lui fais une remarque!!! J'ai 3 CM2 qui décloisonnent en CM1 pour français-maths dont 2 avec un profil EGPA et qui me prennent BEAUCOUP de temps!!! Difficile de faire comprendre au père (parents divorcés et en conflit au niveau de l'éducation!!!) que je ne peux pas être constamment en train de vérifier ce que fait son petit "chéri". En plus, le gamin dit à son père qu'il n'a pas les leçons pour réviser... C'est systématiquement faux mais c'est à moi à chaque fois de me justifier auprès du père...

Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, flops a dit :

Le problème c est que le manque d'autonomie est cultivé depuis la maternelle. Et certains parents se sentent plus/pas responsables de ce manque. 

Aujourd'hui en TPS /PS en REP+, sur 22, 4 sont arrivés et répartis en poussette. Une dizaine est incapable de se prendre en mains pour s'habiller, et plusieurs m'ont balancé leur blousons dans les pieds pour que je leur mette,un autre m'a dit "vas chercher mon bonnet" quand sa mère lui a fait remarquer qu'il ne l'avait pas. Et pourtant l'atsem et la titulaire  ne laissent pas faire ce genre de comportement. 

Quant à l apprentissage de la propreté... joker...

Tout ça pour dire que je crois que certains parents sont assistés dans leur propre vie et qu'il est difficile de demander à leurs enfants d'être autonome puisque les classes dédoublées les confortent dans leurs habitudes à la maison ET à l'école  (j'ai vu des collègues en CP dédoublé coller les mots, parce que sinon y a trop de colle, écrire les devoirs sinon c'est trop long, ranger les classeurs parce que sinon les feuilles ne sont pas au bon endroit...) 

Effectivement, dans mon département, le syndicat relaie en ce moment une demande des enseignants de maternelle de réaffirmer la nécessité d'être propre avant d'aller à l'école, car de plus en plus d'enfants arrivent avec des couches.

Et en classe dédoublée, j'ai remarqué que les enfants n'hésitent pas à demander à la maîtresse (ou à l'AVS du copain) de faire à leur place plutôt que d'essayer. Tu peux me le découper ? Tu peux me trouver la page ? Il y a une proximité avec la maîtresse qui rend ce genre de demande possible aux yeux des enfants : à nous de ne pas y répondre.

Il est vrai que ça va souvent plus vite de faire que de faire faire. Mais tous ces petits apprentissages tels que copier, coller, enfiler une feuille dans une pochette plastique, ne sont pas du temps perdu. A mes yeux c'est une mission du cycle 2.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 18 heures, Goëllette a dit :

Peut-être faudrait-il se demander pourquoi des dispositifs sont (ou ne sont pas) intéressants et ce qui est le plus important pour leur avenir d'élèves.

Ce qui m'a le plus marquée est qu'on a quand même demandé, par exemple, à des enseignants de CP qui arrivaient à apprendre à lire à la quasi totalité de leurs 25 élèves de changer de méthodes et de façons de travailler parce qu'elles n'en avaient plus que 12 ...

Souvent pour des méthodes dignes des années 50, qu'on impose à des élèves sachant lire, qui s'ennuient à longueur de journée, avec certains fonctionnements de maternelle (type coin regroupement) leur donnant l'impression de régresser.

 

C'est exactement ce qui s'est passé dans mon école. Deux enseignantes avec une grande ancienneté en CP se sont trouvé "accompagnées" comme si elles sortaient du concours, critiquées, obligées d'adopter une méthode syllabique pure ... alors qu'elles avaient appris à lire à des générations de classes de 25 CP en REP+.

  • Triste 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, carrie62 a dit :

Je reviens sur les CP et CE1 dédoublés et l'arrivée ensuite en classe "non-dédoublée".

J'ai cette année dans mon CM1-CM2 de 25 élèves un élève de CM1 qui ne suit pas du tout!!! Ma collègue de CE2 l'a mis dans mon groupe de 5 CM1 car il était bon... Mais le problème est qu'il était dans une école en REP+ en CP et CE1 donc dans des classes dédoublées... Apparemment, l'an dernier, ma collègue de CE2 devait passer régulièrement le "pousser" pour qu'il se mette au travail!!!

Cette année, c'est une catastrophe!!! Il n'écoute pas les consignes de son niveau (pas de problèmes avec les 4 autres), met 3 plombes à se mettre au travail et boude (ou me fait les gros yeux) quand je lui fais une remarque!!! J'ai 3 CM2 qui décloisonnent en CM1 pour français-maths dont 2 avec un profil EGPA et qui me prennent BEAUCOUP de temps!!! Difficile de faire comprendre au père (parents divorcés et en conflit au niveau de l'éducation!!!) que je ne peux pas être constamment en train de vérifier ce que fait son petit "chéri". En plus, le gamin dit à son père qu'il n'a pas les leçons pour réviser... C'est systématiquement faux mais c'est à moi à chaque fois de me justifier auprès du père...

Mêmes difficultés chez les CM1 et CM2 de mon école. Certains attendent la présence physique de la maîtresse pour travailler. Si la maîtresse n'est pas là, ils ne font rien. D'autres ne prennent soin du cahier que si la maîtresse a un regard immédiat dessus, mais pas si elle a prévu de les corriger le soir chez elle. Ils ont du mal à déconnecter le travail et le feed-back de  la maîtresse, il faut que ce soit immédiat. Et cela même chez des élèves sans difficulté scolaire.

Il faut qu'on réfléchisse à éviter cet écueil en classe dédoublée. Cette année en CE1, j'essaie de NE PAS regarder tout de suite le travail écrit de mes petiots, de leur dire quand ils me courent après avec leur cahier : "Je ne vais pas regarder ton travail tout de suite, tu vas d'abord écouter la correction, corriger tes fautes avec ton stylo vert, et je regarderai ça à midi". C'est très dur pour eux d'arriver à avoir eux-mêmes un regard critique sur leur travail, sans la validation immédiate de l'adulte.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Mais c'est important ...

Il y a 4 heures, Julie 63 a dit :

C'est exactement ce qui s'est passé dans mon école. Deux enseignantes avec une grande ancienneté en CP se sont trouvé "accompagnées" comme si elles sortaient du concours, critiquées, obligées d'adopter une méthode syllabique pure ... alors qu'elles avaient appris à lire à des générations de classes de 25 CP en REP+.

C'est tragique !

J'ai croisé récemment deux anciens élèves de CP excellents, qui savaient lire (et pas uniquement déchiffrer) au premier trimestre.
Et je les imagine face aux pages de syllabes et non mots qui constituent l'essentiel de certaines méthodes radicales ... Bbbrrr !

 

Link to comment
Share on other sites

Je trouve que vous avez un jugement un peu rapide sur les enseignants de classes dédoublées.  Non, dans ma classe dédoublée les enfants n'ont pas le droit de faire ce qu'ils veulent, ils doivent se ranger, ils doivent accepter que je ne sois pas à leur disposition, non je n'accepte pas de découper pour eux, ou de coller à leur place.  Et non, je n'aide pas à s'habiller si ce n'est pas demandé poliment et correctement, etc.

Je pense plutôt que le manque d'autonomie de nos élèves vient d'ailleurs. Comme il a été dit plus haut , beaucoup d'enfants qui arrivent pensent que l'adulte est à leur disposition. Dans la REP où je travaille les maitresse de petits hallucinent en voyant des enfants qui ne savent pas boire au verre ou tenir une cuillère.

Par contre, je vous rejoins dans les discours au sujet des méthodes d’enseignement des "anciennes comme moi" qui sont remises en cause sans arrêt à cause du flicage intense dont nous faisons l'objet. Ca en devient lourd et pesant.

Cette année, j'ai une classe à 14 très compliquée à gérer et j'ai vraiment l'impression qu'on attend de moi d'être une enseignante spécialisée, ce que je n'ai pas choisi ! Les classes dédoublées dans les milieux comme la REP dans laquelle je travaille ne sont pas de classes faciles, malgré le faible effectif, croyez-moi.

  • J'aime 1
  • J'adhère 2
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Franjoe a dit :

Je trouve que vous avez un jugement un peu rapide sur les enseignants de classes dédoublées. 

Rapide, rapide, j'y travaille tous les jours...

il y a une heure, Franjoe a dit :

Et non, je n'aide pas à s'habiller si ce n'est pas demandé poliment et correctement, etc.

En GS et encore plus en CP et en CE1, ils devraient s'habiller tout seuls ...

il y a une heure, Franjoe a dit :

Je pense plutôt que le manque d'autonomie de nos élèves vient d'ailleurs. Comme il a été dit plus haut , beaucoup d'enfants qui arrivent pensent que l'adulte est à leur disposition. Dans la REP où je travaille les maitresse de petits hallucinent en voyant des enfants qui ne savent pas boire au verre ou tenir une cuillère.

Au départ, oui, mais ce n'est pas arrivé d'un coup, et avant les classes dédoublées, l'enseignant de CP ou de CE1 qui avait 25 élèves n'avait pas le temps et avait la nécessité de les mettre au calme.

J'ai eu des élèves de CP qui buvaient encore le biberon le matin mais je t'assure que je n'ai jamais eu ni la volonté ni le temps de lui mettre ses chaussures, son manteau, et qu'il a vite pris le pli de se ranger, se taire dans les rangs, faire son travail, ...

A 12-14 élèves, il est plus tentant d'accéder aux demandes et de trop les materner.

Ce qui ne veut pas dire que tous les enseignants de dédoublées le font, mais force est de constater que depuis 3 ans, les enseignants de CE2 le ressentent. 

il y a une heure, Franjoe a dit :

Par contre, je vous rejoins dans les discours au sujet des méthodes d’enseignement des "anciennes comme moi" qui sont remises en cause sans arrêt à cause du flicage intense dont nous faisons l'objet. Ca en devient lourd et pesant.

C'est sûr, surtout qu'il est clair que les élèves sortant de la classe des "résistants" qui continuent à utiliser leurs méthodes colorées ludiques savent tout aussi bien lire que leurs camarades.

il y a une heure, Franjoe a dit :

Cette année, j'ai une classe à 14 très compliquée à gérer et j'ai vraiment l'impression qu'on attend de moi d'être une enseignante spécialisée, ce que je n'ai pas choisi ! Les classes dédoublées dans les milieux comme la REP dans laquelle je travaille ne sont pas de classes faciles, malgré le faible effectif, croyez-moi.

Je le sais, mais c'est quand même beaucoup plus facile qu'avec le double d'élèves (sauf en cas de co-intervention ou de classe riquiqui), donc les collègues de CE2-CM1-CM2 comptent sur vous pour entendre leurs critiques et voir comment rendre vos élèves plus ... élèves !

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 22 heures, Goëllette a dit :

Je le sais, mais c'est quand même beaucoup plus facile qu'avec le double d'élèves (sauf en cas de co-intervention ou de classe riquiqui), donc les collègues de CE2-CM1-CM2 comptent sur vous pour entendre leurs critiques et voir comment rendre vos élèves plus ... élèves !

Tout à fait d'accord avec vous ! Si j'avais 28 CP comme les miens cette année (ce qui était le cas avant dans mon école, même en REP), je ne pense pas que ce serait gérable. L'avantage du dédoublé c'est de pouvoir dégager du temps plus facilement pour tous les élèves.

Dans mon école, les collègues de CE2, CM1 et CM2 n'ont pas fait ce genre de remarques. Je suis honnête, hein, je ne me mets pas d’œillères. Je pense (j'espère) que c'est parce que nous essayons un maximum de rester exigeants et de rendre autonomes nos petits élèves, même en dédoublé. Mais je conçois que ça ne puisse pas être le cas partout. Comme vous le dites, à 14, c'est plus "facile" de les écouter et de leur accorder des choses qu'on n'aurait pas le temps d'accorder à 25 ou 28.

  • J'aime 1
Link to comment
Share on other sites

Bien sûr, tout le monde n'a pas géré de la même façon, certains ont mis plus de cadre que d'autres.

Je pense que les collègues dédoublés ne se sont pas rendu compte des conséquences.

Link to comment
Share on other sites

Le 15/11/2021 à 14:44, Julie 63 a dit :

Mais dans quelle académie es-tu, Bulledoseur, pour avoir des GS dédoublées ? ce n'est pas du tout le cas chez nous. En tout cas, nous sommes d'accord avec les collègues de la maternelle pour dire que ce serait super d'avoir des classes dédoublées en maternelle. Quelles possibilités pour les manipulations et le travail du langage !

Je modère un peu car les collègues qui ont des GS dédoublés n'ont pas de locaux, l'une travaille dans une pièce sans ouverture vers l'extérieur, 2 autres partagent la même classe en alternance donc partagent le matériel etc et quand elles ne sont pas dans la classe elles sont dans un recoin du couloir.

Bref, je ne sais pas quel bilan elles feront de cette première année.

  • Confus 1
  • Triste 2
Link to comment
Share on other sites

Dédoubler quand il n y a pas les moyens matériel et humains, c est lamentable 😪 je parle de l'Institution, pas des PE qui font ce qu elles peuvent...

  • J'aime 1
  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a malheureusement des collègues qui ont reçu des pressions pour accepter ça.

Ici heureusement non. Seules les écoles qui ont des locaux sont concernées ou parce que ça a permis d'éviter une fermeture.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...