Jump to content
Charivari

Vos poésies préférées (cycle III) ?

Recommended Posts

the little giraffe

J'aime beaucoup celle-là...

L’arbre

Perdu au milieu de la ville,

L'arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Les parkings, c'est pour stationner,

Les camions pour embouteiller,

Les motos pour pétarader,

Les vélos pour se faufiler.

L'arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Les télés, c'est pour regarder,

Les transistors pour écouter,

Les murs pour la publicité,

Les magasins pour acheter.

L'arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Les maisons, c'est pour habiter,

Les bétons pour embétonner,

Les néons pour illuminer,

Les feux rouges pour traverser.

L'arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Les ascenseurs, c'est pour grimper,

Les Présidents, pour présider,

Les montres pour se dépêcher,

Les mercredis pour s'amuser.

L'arbre tout seul, à quoi sert-il ?

Il suffit de le demander

A l'oiseau qui chante à la cime.

Jacques Charpentreau

Et celle-là aussi

La clé des champs

On a perdu la clé des champs!

Les arbres, libres, se promènent,

Le chêne marche en trébuchant,

Le sapin boit à la fontaine.

Les buissons jouent à chat perché,

Les vaches dans les airs s'envolent,

La rivière monte au clocher

Et les collines cabriolent.

J'ai retrouvé la clé des champs

Volée par la pie qui jacasse.

Et ce soir au soleil couchant

J'aurai tout remis à sa place.

Jacques CHARPENTREAU

Avec ce qui suit, nous avons bien rigolé lorsque les élèves ont inventé d'autres strophes...

Poème conjugaison

J’ai reçu un coup de téléphone.

Tu as reçu un coup de téléphone.

Il a reçu un coup de téléphone.

Nous avons été sonnés.

Je lui ai tapé dans l’œil.

Tu lui as tapé dans l’œil.

Il lui a tapé dans l’œil.

Vous m’avez crevé l’œil

Je mets les pieds dans le plat.

Tu mets les pieds dans le plat.

Il met les pieds dans le plat.

Ils ont les pieds salés.

Je me jette à l’eau.

Tu te jettes à l’eau.

Il se jette à l’eau.

Ils ne savent pas nager.

Share this post


Link to post
Share on other sites
oxynet
La nièce attentionnée

Séraphine, dans sa main,

Tient QUATRE fleurs du jardin

Qu’elle a cueillies à QUATRE pattes,

QUATRE FOIS UN, QUATRE,

Va au marché, choisit des truites,

QUATRE FOIS DEUX, HUIT,

Qu’elle pose dans sa blouse

QUATRE FOIS TROIS, DOUZE,

Achète un panier de fraises,

QUATRE FOIS QUATRE, SEIZE,

Une bouteille de vin,

QUATRE FOIS CINQ, VINGT,

Un cornet de belles dattes,

QUATRE FOIS SIX, VINGT-QUATRE,

Puis une douzaine d’huîtres,

QUATRE FOIS SEPT, VINGT-HUIT,

Puis un ananas juteux,

QUATRE FOIS HUIT, TRENTE-DEUX,

Enfin, des grappes de cassis,

QUATRE FOIS NEUF, TRENTE-SIX

Pour la fête de sa tante,

QUATRE FOIS DIX, QUARANTE.

Jean TARDIEU

elle est géniale cette poésie pour faire apprendre les tables de multiplications. Merci je vais m'en inspirer pour la production d'écrits en poésie avec mes cm1. Peut être qu'ils retiendront mieux leurs tables ! qui c'est !!!! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Etoile

C'est de qui le poème conjugaison donné au dessus ??

Share this post


Link to post
Share on other sites
the little giraffe

Je ne sais pas du tout, j'avais trouvé une séquence sur cartables.net avec cette poésie dedans, mais sans nom d'auteur... :huh:

Share this post


Link to post
Share on other sites
catherineb
Je viens de trouver un site où sont répertoriées pas mal de poésies:

http://lieucommun.canalblog.com/archives/_...ion_/index.html

Et je ne sais plus si le site de Rustrel a été donné (il me semble que oui, mais bon ça ne fait pas de mal ;) ): http://rustrel.free.fr/poesies.htm

Je rajoute un site qui répertorie des poèmes par auteurs

http://www.ac-grenoble.fr/episdor/classes/...ies/auteurs.php

Share this post


Link to post
Share on other sites
celinepassion
"L'heure du crime de Maurice Carême : assez courte mais les enfants adorent.

L'heure du crime

Minuit. Voici l'heure du crime.

Sortant d'une chambre voisine,

Un homme surgit dans le noir.

Il ôte ses souliers

S'approche de l'armoire

Sur la pointe des pieds

Et saisit un couteau

Dont l'acier luit, bien aiguisé.

Puis masquant ses yeux de fouine

Avec un pan de son manteau,

Il pénètre dans la cuisine

Et, d'un seul coup, comme un bourreau

Avant que ne crie la victime,

Ouvre le coeur d'un artichaut.

Maurice Carême

Est ce que celle-là est trop"bébé" pour des cm1-cm2 ??

Je viens d'avoir un problème avec cette poésie; le jour où les élèves devaient m'interpréter la poésie: une personne de la famille d'une élève, est venue me dire qu'elle trouvait cette poésie affreuse par les temps qui courent; elle trouve que cette poésie peut pousser des gens à passer à l'acte et veux porter l'affaire à l'inspecteur.

En parallèle je fais le livre Ippon (où il y a un crime) et elle trouve que c'est une littérature trop sanglante pour des primaires.

Bref, j'en suis malade. Les autres élèves étaient déçus de ne pas réciter leur poésie.

Je ne sais plus trop quoi faire... enfin, si: la prochaine poésie aura pour sujet un truc bien niais ( genre bis****ours et télé****bise)

Share this post


Link to post
Share on other sites
franca

La bêtise de certains parents n'a pas de limites !!! Maurice Carême est un poète qui n'a pratiquement écrit que pour des enfants et cette poésie est plutôt drôle (moi qui n'aime pas Carême d'habitude, je trouve ça moins niais que ses autres poésies... bref !)... et je pense que tes élèves ont sûrement bien compris l'humour... Quant à Ippon, tu n'as pas de souci il fait partie de la liste estampillée ministère, donc rien à dire !!!! Il faut que les parents comprennent qu'en littérature, les élèves essaient de comprendre comment on crée le suspense grâce à l'écriture et qu'on ne s'attache pas qu'au contenu !!! En ce moment, je fais "Une incroyable histoire" et j'espère que je n'aurais pas ce genre de réflexion, ça risquerait de m'énerver !!! Désolée d'avoir dévié du sujet !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
del150304
L'une de mes préférées qui est en plus mon arme secrète pour calmer les bavardages intempestifs ;) (après le dix millièmes "chut" pour faire taire un ou une bavarde invétérée, je dis "chut" puis j'enchaîne en récitant cette poésie puis je finis par dire "je crois que X à un petit rouge gorge dans la gorge qui gazouille la joie" ;) Plus tard, il suffit de dire "Dis à ton petit rouge gorge d'attendre la récréation pour gazouiller ;) " ça vaut tous les "chut" du monde ! ;):D )

Le silence est d'or

« Oui, le silence est d'or »,

Me dit toujours maman.

Et pourquoi pas alors,

En fer ou en argent ?

Je ne sais pas en quoi

Je puis bien être faite :

Graine de cacatois

M'appelle la préfète.

D'accord ! Je suis bavarde.

Mais est ce une raison

Pour que l'on me brocarde

En classe, à la maison,

Et que l'on me répète

Et me répète encor

A me casser la tête

Que le silence est d'or ?

Est ce, ma faute à moi

Si j'ai là dans la gorge,

Un petit rouge gorge

Qui gazouille de joie ?

Maurice Carême

Merci princesse, j'aime beaucoup cette comparaison

Zoé qui avait de sacrées bavardes l'an passé et qui aura de sacrés bavards en janvier lors de sa reprise :P

Share this post


Link to post
Share on other sites
gigi22

Merci beaucoup pour tous vos poèmes.

Par hasard, auriez-vous une poésie pour des CM1 CM2 sur la nouvelle année, ou sur l'hiver ?

Merci d'avance. :noelwink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aure88

moi aussi je suis interessée..... si quelqu'un a ça en stock...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nävis

Je viens d'en trouver quelques unes que j'aime bien (cf dessous). Sinon, je me souviens encore du Cancre de Prevert appris en primaire (et ca date pour moi :noelninja: )

Orthographe

Avec un ebonne orthographe

on peut devenir géographe

lexicographe

ethnographe

paléographe

ou océanographe...

"Et alors, pourquoi pas girafe ?"

dit sans rire

la girafe qui ne sait pas lire

Jean-François Mathé

Devinettes :

Cinq voyelles, une consonne

en français composent mon nom

et je porte sur ma personne

de quoi l'ecrire sans crayon

la réponse est bien sur

(l'oiseau)

Voltaire

Tout parait renversé chez moi :

le laquais prcède le maître;

le manant passe devant le roi

le simple clerc avant le prêtre,

le printemps après l'été

Noël avant la Trinité

c'en est assez pour me connaître

réponse : le dictionnaire

Anomyme

Deux jumelles

qui écoutent

sui écoutent

et ne disent rien

jamais rien

(les oreilles) François Frampou

Je vais à l'école

sans bouger de place

je vais chez tante Nicole

sans bouger de place

je vais à la rivière

sans bouger de place

je vais chez la grand-mère

sans bouger de place

je vais vraiment partout

et sans rendez-vous

la route François Frampou

Share this post


Link to post
Share on other sites
deb

Pas compris la fin de celle sur les gros mots... :blink:

J'aime celles-ci :

Automne

Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux

Et son bœuf lentement dans le brouillard d'automne

Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

Et s'en allant là-bas le paysan chantonne

Une chanson d'amour et d'infidélité

Qui parle d'une bague et d'un cœur que l'on brise

Oh ! l'automne l'automne a fait mourir l'été

Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises

Guillaume APOLLINAIRE (1880 - 1918)

____________________________

L'invitation au voyage

Mon enfant, ma sœur,

Songe à la douceur

D'aller là-bas vivre ensemble !

Aimer à loisir,

Aimer et mourir

Au pays qui te ressemble !

Les soleils mouillés

De ces ciels brouillés

Pour mon esprit ont les charmes

Si mystérieux

De tes traîtres yeux,

Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire (Les Fleurs du mal)

________________________

Automne en forêt

Un écureuil sur la bruyère

Se lave avec de la lumière

Une feuille morte descend

Doucement portée par le vent

Et le vent balance la feuille

Juste au-dessus de l'écureuil

Le vent attend pour la poser

Légèrement sur la bruyère

Que l'écureuil soit remonté

Sur le chêne de la clairière

Où il aime se balancer

Comme une feuille de lumière.

Maurice Carême (1899-1978)

_______________________

La biche brame au clair de lune

La biche brame au clair de lune

Et pleure à se fondre les yeux :

Son petit faon délicieux

A disparu dans la nuit brune.

Pour raconter son infortune

A la forêt de ses aïeux,

La biche brame au clair de lune

Et pleure à se fondre les yeux.

Mais aucune réponse, aucune,

A ses longs appels anxieux !

Et, le cou tendu vers les cieux,

Folle d'amour et de rancune,

La biche brame au clair de lune.

Maurice Rollinat

_________________________

Il a neigé

Il a neigé dans l'aube rose

Si doucement neigé ,

Que le chaton noir croit rêver.

C'est à peine s'il ose

Marcher.

Il a neigé dans l'aube rose ,

Si doucement neigé ,

Que les choses

Semblent avoir changé.

Et le chaton noir n'ose

S'aventurer dans le verger ,

Se sentant soudain étranger

A cette blancheur où se posent ,

Comme pour le narguer

Des moineaux effrontés.

Maurice Carême (1899-1978)

__________________

Les larmes du crocodile

Si vous passez au bord du Nil

Où le délicat crocodile

Croque en pleurant la tendre Odile,

Emportez un mouchoir de fil.

Essuyez les pleurs du reptile

Perlant aux pointes de ses cils,

Et consolez le crocodile :

C'est un animal très civil.

Sur les bords du Nil en exil,

Pourquoi ce saurien pleure-t-il ?

C'est qu'il a les larmes faciles

Le crocodile qui croque Odile.

Jacques Charpentreau

_______________________

L’oreiller d’une petite fille

Cher petit oreiller, doux et chaud sous ma tête,

Plein de plume choisie, et blanc! et fait pour moi !

Quand on a peur du vent, des loups, de la tempête,

Cher petit oreiller, que je dors bien sur toi !

Beaucoup, beaucoup d’enfants pauvres et nus, sans mère,

Sans maison, n’ont jamais d’oreiller pour dormir;

Ils ont toujours sommeil. O destinée amère !

Maman! douce maman! cela me fait gémir.

Marceline Desbordes-Valmore (1786–†1859)

______________

Pour apprendre aux enfants l’usage des gros mots

Prenez un gros mot : éléphant

et découpez-le en rondelles

regardez ce qu’il y a dedans.

Il y a l’aile, il y a le faon

et le total c’est l’aile et faon.

Mais direz-vous c’est étonnant

les éléphants ont-ils des faons ?

Non les éléphants n’ont pas d’ailes

puisqu’ils voyagent en avion

et ils n’ont pas non plus de faons.

Mais ils ont des petits éléphanteaux.

Ils ne vont jamais à l’école

mais ils vont parfois au zoo...

C. Guillot

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

Share this post


Link to post
Share on other sites
claudo
up-remonte.gif

Merci pour ces poèsies et les liens: ça facilie le boulot!

Share this post


Link to post
Share on other sites
mali-malou

Je l'avais loupé ce post !! :cry:

Et il m'a bien manqué cette année...

Bon, j'en rajoute une :

Le ciel

(Paul Verlaine)

Le ciel est, par-dessus le toit,

Si bleu, si calme !

Un arbre, par-dessus le toit,

Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu’on voit,

Doucement tinte.

Un oiseau sur l’arbre qu’on voit

Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là,

Simple et tranquille.

Cette paisible rumeur-là

Vient de la ville.

- Qu’as-tu fait, ô toi que voilà

Pleurant sans cesse,

Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,

De ta jeunesse?

Elle est très belle à entendre, dite par les enfants. Il y a eu de très beaux moments, et un échange très intéressant en classe sur la vieillesse, le regret, les personnes âgées, etc. :blush:

Un beau souvenir de cette année...

Share this post


Link to post
Share on other sites
agnesk

Belle initiative ce post :applause:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

Une petite merveille (évidemment, il faut en prendre des extraits si on veut la faire apprendre) :

L'Arbre à Kadabras

Le petit Tom aime beaucoup

Se promener dans son jardin.

C'est un jardin à secrets,

Tout fouillis d'arbres bizarres

Qui n'existent pas ailleurs.

Son papa les a plantés,

Juste avant de s'en aller

Il y a un milliard d'années,

Pour faire le tour du monde,

Et voir si la Terre est ronde.

Ou pas.

Quand son papa est parti,

un matin de nuit,

il lui a laissé un petit mot :

Mon bébé, mon petit lapin,

Je te confie le jardin.

Prends en soin.

Le petit Tom a fait le compte

De tous ses outils.

Il y a un arrosoir, pour arroser,

Si les journées sont trop chaudes.

Un soupiroir, pour soupirer,

Si elles durent trop longtemps.

Et une grande brouette,

Pour trimballer ce qui est lourd.

Un ratepioche. Une biclette.

Un épeluchoir à fourmis.

Et puis tout un tas de scies.

C'est très important aussi.

Comme disait son papa :

On peut tout faire avec des scies...

Tous les soirs et tous les matins,

Tom cultive son jardin.

Dans son immense verger,

Il y a de gros Poinaniers

Et de larges Pompotiers.

Et des grands Tartinomiels,

Qui se miament pour le quatre-heures.

Tom arpente les allées,

Tout en poussant sa brouette

Ou en portant son panier.

Quand on atteint le mur du fond,

On trouve le grand Caillé.

C'est un vieux Caillé Aspiral,

Aux feuilles à petits carreaux.

Il vient d'un pays lointain

En voie de disparition.

Avec ses feuilles à carreaux,

Tom fabrique des chapeaux,

Des cocottes ou des bateaux.

Il faut les cueillir doucement,

Ne surtout pas les vexer,

Parce que sinon elles se froissent.

Ou bien elles se roulamboulent,

On ne peut plus rien en tirer.

Certais jours, assis à l'ombre

Du grand Caillé Aspiral,

Sur les plus petites feuilles,

Tom écrit à son papa

Des lettres qui commencent toutes

Par : mon papa à moi...

Mais qui ne finissent pas.

Son papa saura la suite,

Quand il reviendra.

A côté du grand Caillé,

Il y a un bel Arbrizou.

C'est un arbre très spécial :

Il abrite les Bizous

Qui n'ont pas trouvé de joues.

Les Bizous sont volatiles

Comme les petits oiseaux

Et les ballons à ficelles.

Sans joues rondes où se nicher,

Ils ont l'air de s'ennuyer

Ils froufroutillent et soupirent,

Et se dégonflent peu à peu.

Mais si on s'intéresse à eux,

Ils se remplument aussitôt

Et font des mimis mouillés.

Le petit Tom les apprivoise,

Pour quand son papa sera là.

Son papa, il a des joues

Pour y loger cent bizous.

Il les aimera beaucoup.

Le petit Tom aime bien

Tous les arbres du jardin.

Même ceux qui sont tombés, fatigués.

Il s'est construit un kayak

Dans un tronc de Flibustier.

C'est un arbre aventurier,

Qui a servi à fabriquer

Des jambes de boies (pour pirates).

Il a beaucoup canoé, pirogué et naviré,

Sur tous les océans du monde.

Le petit Tom a fait sa cabane

Dans les branches d'un Vagalam.

C'est un arbre morose et bleu.

Il donne des fruits amers.

Il ne faut pas en manger.

La cabane est très jolie,

Elle est chaude comme un nid.

Quand il a besoin d'être seul,

Le petit Tom s'y réfugie.

Le Vagalam est tout le temps

Couvert de rosée.

Si on la prend au creux des mains

Et qu'on se frotte la frimousse,

Ca nettoie bien des chagrins.

Mais son arbre préféré,

C'est un arbre à Kadabras.

Il n'est pas bien grand.

Il pousse dans un petit coin, sans rien dire.

Il a des branches sombres et rouges,

Des feuilles comme du velours.

Il est un peu de guingois.

Les Kadabras sont des fruits

En forme de souhait le plus cher.

Ils sont petits à l'extérieur,

mais dedans ils sont gigantesques.

On peut s'en servir à tout

Et même à ce qu'on ne sait pas.

Il faudrait toujours en avoir

Une poignée avec soi.

Le petit Tom finit son tour au jardin,

Par cet arbre à chaque fois.

Il le serre entre ses bras,

Et il lui parle à mi-voix.

Avec des scies et puis des clous,

Il a fait une barrière pour pouvoir

Le protéger des terribles mangebois.

Quand on possède un trésor,

Il faut savoir le défendre.

Le petit Tom a de la chance

D'avoir un arbre à Kadabras,

Car c'est un arbre magique.

Ne demandez pas à Tom

Comment il le sait,

Il a trouvé ça tout seul.

C'était facile à deviner :

Il n'y a qu'à le regarder,

On ne peut pas s'y tromper...

En tous cas, ce qui est presque sûr,

C'est qu'il doit exaucer les souhaits.

Peut-être pas tout de suite, non.

mais le petit Tom est certain

Que si on murmure son nom

Arbre à kadabras ! longtemps,

Ca fait revenir les gens.

Peut-être aussi les papas ?

Marie-Sabine Roger

Share this post


Link to post
Share on other sites
calou38

Ce poème est trés trés ling mais il me donne une idée, pourquoi pas le couper en petits bouts chacun en apprend un peu, et le reciter à plusieurs ( cacun sa strophe) le résultat pourrait etre joli et leur donner envie d'écouter...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari
Ce poème est trés trés ling mais il me donne une idée, pourquoi pas le couper en petits bouts chacun en apprend un peu, et le reciter à plusieurs ( cacun sa strophe) le résultat pourrait etre joli et leur donner envie d'écouter...

oui, j'avais eu cette idée aussi. Ce serait surement chouette. On peut s'en servir de fil rouge pour un spectcle d efin d'année, et fabriquer les arbres décrits...

On peut aussi n'apprendre que le début (jusqu'au message du papa "prends en soin") , le milieu (la strophe qui commence par "tous les soirs et tous les matins"), et la fin ("Mais son arbre préféré, c'est un arbre à Kadabras")

Share this post


Link to post
Share on other sites
pitgam59

Le chat blanc

Un petit chat blanc

qui faisait semblant

d'avoir mal aux dents

disait en miaulant :

« Souris mon amie

j'ai bien du souci.

Le docteur m'a dit :

- Tu seras guéri

si entre tes dents

tu mets un moment,

délicatement,

la queue d'une souris ».

Très obligeamment

souris bonne enfant

s'approcha du chat

qui se la mangea.

Moralité :

Les bons sentiments

ont l'inconvénient

d'amener souvent

de graves ennuis

aux petits enfants

comme-z-aux souris.

Claude Roy

Share this post


Link to post
Share on other sites
pitgam59

L’ordinateur et l’éléphant

Parce qu'il perdait la mémoire

Un ordinateur alla voir

Un éléphant de ses amis

- C'est sûr, je vais perdre ma place,

Lui dit-il, viens donc avec moi.

Puisque jamais ceux de ta race

N'oublient rien, tu me souffleras.

Pour la paie, on s'arrangera.

Ainsi firent les deux compères.

Mais l'éléphant était vantard

Voilà qu'il raconte ses guerres,

Le passage du Saint-Bernard,

Hannibal et Jules César...

Les ingénieurs en font un drame

Ça n'était pas dans le programme

Et l'éléphant, l'ordinateur

Tous les deux, les voilà chômeurs.

De morale je ne vois guère

A cette histoire, je l'avoue.

Si vous en trouvez une, vous,

Portez-la chez le Commissaire;

Au bout d'un an, elle est à vous

Si personne ne la réclame.

Jean Rousselot

Share this post


Link to post
Share on other sites
pitgam59

une autre version de fables de la fontaine

La fourmi et la cigale

La fourmi ayant stocké

Tout l'hiver

Se trouva fort encombrée

Quand le soleil fut venu :

Qui lui prendrait ses morceaux

De mouches ou de vermisseaux ?

Elle tenta de démarcher

Chez la cigale, sa voisine,

La poussant à s'acheter

Quelques grains pour subsister

Jusqu’à la saison prochaine.

« Vous me paierez, lui dit-elle,

Après l'oût, foi d'animal,

Intérêt et principal. »

La cigale n'est pas gourmande :

C'est là son moindre défaut.

Que faisiez-vous au temps froid ?

Dit-elle à cette amasseuse.

- Nuit et jour à tout venant

Je stockais, ne vous déplaise.

- Vous stockiez ? j'en suis fort aise ;

Et bien soldez maintenant. »

Françoise Sagan

Le Renard et le Corbeau

ou si l’on préfère

La (fausse) Poire et le (vrai) Fromage

Or donc, Maître Corbeau,

Sur son arbre perché, se disait : " Quel dommage

Qu’un fromage aussi beau,

Qu’un aussi beau fromage

Soit plein de vers et sente si mauvais...

Tiens ! Voilà le renard. Je vais,

Lui qui me prend pour une poire,

Lui jouer, le cher ange, un tour de ma façon.

Ça lui servira de leçon ! "

Passons sur les détails, vous connaissez l’histoire :

Le discours que le renard tient,

Le corbeau qui ne répond rien

( Tant il rigole ! ),

Bref, le fromage dégringole...

Depuis, le renard n’est pas bien ;

Il est malade comme un chien.

Jean-Luc Moreau

Le Corbac et le Rocneau

Un pignouf de corbac, sur un touffu, paumé,

S’envoyait par la tranche, un coulant barraqué.

Un goupillé d’rocneau qui n’avait pas clappé,

Se radina lousdé pour le baratiner :

" Hé ! Mon pote le corbac,

Je n’avais pas gaffé que t’étais si chouette

Et si bien baraqué.

Si tu pousses ta gueulante aussi bien que t’es fringué,

T’es l’caïd des mecs de ce bled ! "

Le corbac, pas mariole,

Lui lâcha le coulant sur la fiole.

Moralité :

Chacun, dans son louinqué,

S’il veut rester peinard,

Doit fermer son clapet

Devant les combinards.

Share this post


Link to post
Share on other sites
pitgam59

Comme il est bon d'aimer

Il suffit d'un mot

Pour prendre le monde

Au piège de nos rêves

Il suffit d'un geste

Pour relever la branche

Pour apaiser le vent

Il suffit d'un sourire

Pour endormir la nuit

Délivrer nos visages

De leur masque d'ombre

Mais cent milliards de poèmes

Ne suffirait pas

Pour dire

Comme il est bon d'aimer

Jean-Pierre Siméon

Share this post


Link to post
Share on other sites
pitgam59

Portrait de l’autre

L’Autre :

Celui d’en face, ou d’à côté,

Qui parle une autre langue

Qui a une autre couleur,

Et même une autre odeur

Si on cherche bien…

L’Autre :

Celui qui ne porte pas l’uniforme

Des bien-élevés,

Ni les idées

Des bien-pensants,

Qui n’a pas peur d’avouer

Qu’il a peur…

L’Autre :

Celui à qui tu ne donnerais pas trois sous

Des-fois-qu’il-irait-les-boire,

Celui qui ne lit pas les mêmes bibles,

Qui n’apprend pas les mêmes refrains…

L’Autre :

N’est pas nécessairement menteur, hypocrite,

vaniteux, égoïste, ambitieux, jaloux, lâche,

cynique, grossier, sale, cruel…

Puisque, pour Lui, l’AUTRE…

C’est Toi

Robert Gélis

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari
une autre version de la cigale et la fourmi

La fourmi et la cigale

La fourmi ayant stocké

Tout l'hiver

Se trouva fort encombrée

Quand le soleil fut venu :

Qui lui prendrait ses morceaux

De mouches ou de vermisseaux ?

Elle tenta de démarcher

Chez la cigale, sa voisine,

La poussant à s'acheter

Quelques grains pour subsister

Jusqu'à la saison prochaine.

« Vous me paierez, lui dit-elle,

Après l'oût, foi d'animal,

Intérêt et principal. »

La cigale n'est pas gourmande :

C'est là son moindre défaut.

Que faisiez-vous au temps froid ?

Dit-elle à cette amasseuse.

- Nuit et jour à tout venant

Je stockais, ne vous déplaise.

- Vous stockiez ? j'en suis fort aise ;

Et bien soldez maintenant. »

Françoise Sagan

Hihi :D

Génial !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charivari

ouaouh, merci !

Share this post


Link to post
Share on other sites
MarionMarmotte

Voilà ma contribution, un recueil de toutes vos poésies, sauf celles de pitquam, et mine de rien c'est du boulot de mise en forme et j'espère que ça servira à qq

merci pour toutes ces poésies...

Recueil_de_Po_sies.zip

Share this post


Link to post
Share on other sites
blrm
Voilà ma contribution, un recueil de toutes vos poésies, sauf celles de pitquam, et mine de rien c'est du boulot de mise en forme et j'espère que ça servira à qq

merci pour toutes ces poésies...

MERCI BEAUCOUP ! C'est une très bonne idée !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...