Aller au contenu
Pascalinou

Ribambelle, l'envers du décor...

Messages recommandés

Pascalinou

Petit témoignage

J’ai un petit bout (PB) de 6 ans, entré au CP avec un retard de langage et très (trop) conscient de son retard (langue maternelle étrangère mais scolarité entièrement en France). Avec son orthophoniste, nous avons préparé l’entrée dans l’écrit et, à l’entrée du CP, il savait déchiffrer n’importe quel mot régulier, sans son complexe, en script.

Jour 1 du CP : la phrase « Aujourd’hui, c’est la rentrée » à déchiffrer. Réaction d’échec total, larmes.

La première semaine : les prénoms de la classe à savoir lire en script, capitales et attaché, avec majuscule. PB ne connait pas les majuscules cursives, et pas encore bien toutes ses lettres en cursive. Je reprends avec lui en soulignant tout ce qu’il peut lire tout seul, le reste étant à savoir par cœur (pas d’autre choix car peu de régularités dans tous ces prénoms). Beaucoup de larmes pour y arriver, grosse réaction d’échec , avec le sentiment « j’y arriverai jamais, y a trop de choses ». (Ce jour-là, j’ai eu bien envie de réécrire tous les prénoms avec l’alphabet russe, en scripte et en cursive, et à demander à la maitresse de savoir les lire pour la semaine suivante…). J’ai essayé de dédramatiser au possible pour le gamin, en lui expliquant que c’était normal de ne pas y arriver, et que la maitresse verrait certainement ses efforts, mais j’ai eu mal pour lui.

Ensuite, nous avons eu des phrases, puis paragraphes, à lire en devoir le soir. Le code est totalement absent des devoirs, mais la maitresse nous a dit qu’elle faisait du code en début de chaque après-midi. Pourtant, je ne vois jamais trace de code, ni dans ce que PB me raconte, ni dans son classeur (qui contient d’ailleurs très peu d’écriture), et les phrases sont quasi impossibles à mémoriser à long terme pour lui : il fait des hypothèses à partir des illustrations, et bien sûr, ne tombe jamais juste « au mot à mot ». De plus, les phrases qu’il doit lire ne font pas toujours sens pour lui (normal : gros retard de vocabulaire en français), et qu’il répète ce qu’il a cru entendre : cela donne des mots parfois complètement déformés (exemple : « école des voisines » pour « école des loisirs » ; « Extrodinaire »).

Pour éviter une surcharge mémorielle, je redécompose chaque phrase à lire en devoir entre sons que PB sait lire, et sons qu’il ne sait pas encore lire, pour lesquels je lui donne les « clés » sans vraiment faire une étude approfondie de chaque son. Cela aide un peu, mais Je me rends compte que les clés que je donne sont loin d’être suffisantes. Par exemple, PB a récité 4 semaines « j’ai rêvé que j’étais…. » sans avoir intégré que ai=[è]….. Il revient peiné un soir car, lors de l’évaluation, il a dit « viva..ne…te » au lieu de » vivant », et la maitresse lui a dit qu’il avait fait une erreur (et il n’avait pas compris pourquoi, ni ce que « vivant » voulait dire).

PB se dévalorise complètement : « les copains arrivent à lire super vite, pas moi », et il semble que les gamins font une course entre eux, pour voir celui qui lit le plus vite (j’ai l’impression que cette « course » est quelque chose entre eux, pas initiée par la maitresse). La maitresse trouve pourtant qu’il se débrouille et pense qu’il n’a pas besoin d’aide personnalisée et met d’ailleurs en doute l’existence du retard de langage de PB.

Devant les larmes, et les réactions d’échec de PB chaque soir, en accord avec l’orthophoniste, je passe à la vitesse supérieure juste avant les vacances de la toussaint: étude systématique (phono/écriture/lecture/dictée) de tous les sons complexes au fur et à mesure qu’on les rencontre dans les phrases données à lire par la maitresse et lecture de petites phrases ne contenant que les sons connus. Nous bâtissons notre propre carnet de sons à la maison, car celui de l’école, outre ne comportant que très peu de sons (5 sons fin décembre), comporte l’écriture « p+a=pa », qui avait incité PB à écrire « 1+2=12 »…

Du coup, PB travaille beaucoup plus qu’il ne devrait, d’autant plus qu’on essaie de voir les sons rencontrés au fur et à mesure des phrases, et il y en a beaucoup (vive les week-ends et les vacances scolaires…), mais cela l’aide dans la mémorisation de ses phrases, et il ne déforme plus les mots. Il se sent beaucoup moins en échec à l’école, et se rend compte de ses progrès. Peu à peu, il se rend compte qu’il n’a plus besoin d’apprendre par cœur. Il n’y a plus de larmes pour les devoirs, qui deviennent « fastoches ». Aujourd’hui, sa lecture n’est pas encore entièrement automatisée et fluide, mais en bonne voie, et il peut aborder n’importe quel texte en commençant à mettre le ton, et peut lire toutes les consignes.

Mi- décembre, je rencontre la maîtresse suite à une absence de PB : elle considère que PB a des résultats satisfaisants, a remarqué qu’il « connait beaucoup de mots par cœur », me vante les mérites de sa méthode, qui permet de faciliter l’entrée dans la lecture, sans larmes ( !!) et me dit qu’elle avait eu bien raison de ne pas prendre PB en aide personnalisée. J’ai du faire une drôle de tête, car elle m’a dit « Vous n’êtes pas d’accord ?».

En regardant le livre du maitre de Ribambelle, il me semble que la maitresse ne fait que le suivre à la lettre. De plus, c’est à l’évidence une maitresse attentionnée et qui a à cœur de faire du bon boulot. Mais comment peut-on être aussi « aveugle » par rapport à la réalité que vivent les enfants ? Comment peut-on encore vendre une méthode comme Ribambelle ? (la méthode a été achetée cette année par l’école pour cette maitresse qui est nouvelle en CP). J’ai l’impression que la maitresse mène ses petits CP « droit dans le mur », avec toutes les meilleures intentions du monde, et je me sens totalement impuissante face à ça. Quand je vois la qualité des carnets de sons, des fiches et des méthodes utilisées par certains au CP, ça me laisse songeuse quant à l’égalité des chances des petits loups… C’est une chose de lire les effets indésirables de certaines méthodes, c’en est une autre de les voir sur son propre gamin, surtout quand on a cru que savoir déchiffrer à l’entrée du CP pouvait « immuniser » contre certains effets indésirables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AllyG
J’ai un petit bout (PB) de 6 ans, entré au CP avec un retard de langage et très (trop) conscient de son retard (langue maternelle étrangère mais scolarité entièrement en France). Avec son orthophoniste, nous avons préparé l’entrée dans l’écrit et, à l’entrée du CP, il savait déchiffrer n’importe quel mot régulier, sans son complexe, en script.

Mes enfants sont anglophones, mais scolarisés en France. Mon fils avait comme le votre un retard de langage (de vocabulaire, principalement) à cause de son bilinguisme.

La méthode de lecture utilisée dans l'école primaire de notre village est Ribambelle ... j'ai donc pris la décision de m'occuper moi-même de l'apprentissage de la lecture :wink: , en utilisant une méthode syllabique (en anglais d'abord car on ne manque pas de méthodes synthétiques ludiques, puis en francais avec Léo et Léa, méthode que je trouve pauvre mais efficace et facile à utiliser pour un parent non-enseignant).

Je crois que pour un enfant avec un retard de langage (que ce soit un enfant bilingue ou un enfant un "vrai" problème de language) une méthode syllabique est vraiment mieux car ces enfants ne peuvent pas s'appuyer sur leur vocabulaire pour "deviner" des mots à partir du contexte.

Bon courage pour la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette

Voilà ce qu'en dit l'Inspection académique du 94 :

http://www.ia94.ac-c.../Ribambelle.htm

Moi,j'en retiens deux phrases :

Densité importante de situations nécessitant beaucoup de technicité de la part des élèves, très tôt. Rôle déterminant des acquis antérieurs.

Méthode souvent amendée par les équipes l'utilisant (fabrication et affichage de tableaux de sons type "je vois/j'entends", d'étiquettes mots à manipuler…).

Donc , mal utilisée (par exemple par un PE débutant au CP, voulant bien faire donc encore très formaté IUFM), cette méthode peut être une véritable catastrophe.

J'ai conseillé "Bien lire et aimer lire" à une amie dont la fille de 6 ans, "très bonne en maths " et "même en problèmes quand on lui lit la consigne" selon sa maîtresse "n'était pas du tout,du tout entrée dans la combinatoire" avec la méthode Un monde à lire (pourtant bien moins "globale" que Ribambelle). Elle ne fusionnait pas consonne + voyelle ....Kimamila l'a laissée au bord du chemin.

C'était le 11 décembre. Livre commandé par mon amie le soir même,reçu 2 jours plus tard. Depuis fin décembre, S lit .....sans problème tous les mots avec sons simples....et les phrases construites avec des mots comportant des sons qu'elle a appris. Et avec un immense plaisir selon sa mère ! (alors qu'elle se bloquait de plus en plus devant sa page de lecture chaque soir ....).

Sur mes conseils,elle n'en a fait que 10 à 15 mn mn chaque soir, sans jamais dénigrer la méthode de la maîtresse en lui proposant ça comme un plus, un petit secret entre elles ....Les progrès ont été très rapides.

La liberté pédagogique,oui ......mais jusqu'où ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette
Eh oui, Ribambelle...

J'ai rêvé que la maîtresse fichait cette fichue méthode à la poubelle...

Effectivement, ma collègue de CP l'utilise, et comme c'est une fille très expérimentée, très organisée, qu'elle organise plein de séquences de code en plus, les gamins s'en sortent. Mais c'est dur dur dur !

Je trouve que cette méthode met les élèves en souffrance, car ils confondent "lire" et "réciter", et comme ceux qui récitent vont plus vite que ceux qui déchiffrent, les gamins concluent qu'apprendre par cœur est plus efficace.

J'ai eu plusieurs années des élèves au Coup de Pouce qui utilisaient Ribambelle, et les devoirs de phrases pyramidales étaient un cauchemar.

Les devoirs étaient un cauchemar.

Les devoirs des enfants étaient un cauchemar.

Tous les soirs, les devoirs des enfants étaient un cauchemar.

Tous les soirs, au Coup de Pouce, les devoirs des enfants étaient un cauchemar.

Tous les soirs, au Coup de Pouce, les devoirs des enfants étaient un véritable cauchemar.

Tous les soirs, au Coup de Pouce, les devoirs de phrases pyramidales des enfants étaient un véritable cauchemar.

Essayez de lire ces phrases de manière consécutive : c'est extrêmement pénible... et pour des situations prétendument "authentiques", ça fait peur : dans quelle circonstance, dans la vie, avez-vous ce genre de chose ? Jamais !

Perso, dans ces cas-là, je reprends tranquillou les sons avec la méthode Borel-Maisonny, et ça débloque les gamins très vite.

Bon courage !

.Borel-Maisonny,Bien lire et aimer lire ...devrait être remboursé par la sécurité sociale. :wink:

Je ne plaisante qu'à moitié ....ça éviterait les frais énormes d'orthophonie pour les enfants qui n'ont rien de dyslexique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
emilie56
On a dû écrire nos messages en même temps, Tartinette, je n'avais pas vu que tu recommandais aussi "Bien lire et aimer lire"... et la même posologie que moi : 10 à 15 mn quotidiennes, jusqu'à disparition des symptômes !

J'ai reçu une année un panier de Sauvignon + foie gras d'une maman les larmes aux yeux, qui était persuadée que son petit (que j'avais eu en maternelle et qui souffrait mille morts au CP) était en échec scolaire grave, et qui avec ce livre l'a débloqué toute seule en 6 semaines... elle n'arrêtait pas de me répéter "Mais pourquoi on nous le dit pas, mais pourquoi on nous le dit pas" ?

Oui, pourquoi ?

Et pourquoi on ne le dit pas aux apprentis-PE dans les IUFM, ce qui nous oblige à venir user nos blanches mains sur nos claviers tous les jours ou presque ?

Et pourquoi on dit au contraire dans les IUFM que Bien Lire et Aimer Lire est une méthode "chiantounette" qui n'a aucune utilité avec des "enfants normaux" ?

Mes pauvres petits "chiantounés" depuis le début septembre sont revenus lundi "plein pot les manettes" ! Sur les neuf, sept lisent maintenant couramment et les deux "derniers" mot à mot n'importe quel texte ! Du coup, ils font leur page de fichier de maths seuls ou presque et j'ai plein de temps pour les six petits GS qui commencent tous à déchiffrer.

Est-ce le but de la classe de grande section qu'ils sachent déchiffrer en janvier ? :idontno:

Je me pose juste la question. :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
edmonde
On a dû écrire nos messages en même temps, Tartinette, je n'avais pas vu que tu recommandais aussi "Bien lire et aimer lire"... et la même posologie que moi : 10 à 15 mn quotidiennes, jusqu'à disparition des symptômes !

J'ai reçu une année un panier de Sauvignon + foie gras d'une maman les larmes aux yeux, qui était persuadée que son petit (que j'avais eu en maternelle et qui souffrait mille morts au CP) était en échec scolaire grave, et qui avec ce livre l'a débloqué toute seule en 6 semaines... elle n'arrêtait pas de me répéter "Mais pourquoi on nous le dit pas, mais pourquoi on nous le dit pas" ?

Oui, pourquoi ?

Et pourquoi on ne le dit pas aux apprentis-PE dans les IUFM, ce qui nous oblige à venir user nos blanches mains sur nos claviers tous les jours ou presque ?

Et pourquoi on dit au contraire dans les IUFM que Bien Lire et Aimer Lire est une méthode "chiantounette" qui n'a aucune utilité avec des "enfants normaux" ?

Mes pauvres petits "chiantounés" depuis le début septembre sont revenus lundi "plein pot les manettes" ! Sur les neuf, sept lisent maintenant couramment et les deux "derniers" mot à mot n'importe quel texte ! Du coup, ils font leur page de fichier de maths seuls ou presque et j'ai plein de temps pour les six petits GS qui commencent tous à déchiffrer.

Est-ce le but de la classe de grande section qu'ils sachent déchiffrer en janvier ? :idontno:

Je me pose juste la question. :wink:

Je ne réponds pas pour Akwabon, je donne juste mon sentiment à ce sujet...

Savoir déchiffrer dès janvier en GS n'est certainement pas un objectif à atteindre.

Cependant, quand ça se passe sans douleur, que les enfants en sont capables, pourquoi pas ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chiriro

Franchement, je pense que c'est bien que des enfants de GS sachent déchiffrer en janvier. :) C'est gagner du temps et pouvoir travailler la lecture compréhension dès la fin du CP et le ce1.

Qu'il est dure au cp de travailler avec des enfants qui ne savent pas tenir un crayon à papier !!!!

Que c'est dure de travailler la lecture quand les élèves ne connaissent pas l'alphabet !!!!! Misère !!!!!!

Que c'est agréable d'entendre les collègues du cyle 3 dire que les élèves sont mauvais en lecture !!!! :) :) J'adore :):devil_2:

J'ai même une collègue adepte du cycle 3 qui s'est retrouvée en MS. Elle fait des choses géniales : écriture des lettres en cursives, lecture de syllabes...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette
J'ai même une collègue adepte du cycle 3 qui s'est retrouvée en MS. Elle fait des choses géniales : écriture des lettres en cursives, lecture de syllabes...

Je me demande si tous ses élèves trouvent cela aussi "génial" ......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette

Pour y revenir,je propose Ribambelle soit vendu avec une des mentions suivantes :

"A ne pas mettre entre toutes les mains"

" A utiliser en complément d'un travail approfondi du code"

"PE débutants s'abstenir"

" A réserver aux élèves sachant déjà déchiffrer"

ou carrément

"Si vous voulez que tous vos élèves sachent lire en fin d'année .......fuyez !" :devil_2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sapotille

Si tous les enfants savaient déchiffrer en sortant de GS, peut-être Ribambelle deviendrait-elle moins nocive pour eux puisque c'est une méthode pour apprendre à lire à des enfants qui savent déjà lire ou préciper ceux qui ne savent pas droit dans le mur... :bleh:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
boislasson
J'ai même une collègue adepte du cycle 3 qui s'est retrouvée en MS. Elle fait des choses géniales : écriture des lettres en cursives, lecture de syllabes...

J'ai des MS et je ne fais pas ces "choses géniales" qui sont hors programme et inadaptées à la plupart des élèves de moyenne section.

J'ai vraiment des doutes sur l'intérêt de faire écrire en cursive en MS...

La maternelle n'est pas qu'une préparation au CP.

Je fais une différence entre apprendre les lettres de l'alphabet ou tenir un crayon (choses que j'apprends à mes élèves) et écrire en cursive en moyenne section, je ne pense pas être la seule...

Peut être que je suis mauvaise parce que je ne suis pas passée en cycle 3 avant la maternelle ?

J'édite Rikki: je suis en ZEP, je ne pense pas que l'épanouissement ne serve qu'aux gosses de riches, ne serait-ce que parce que les activités épanouissantes entrainent du langage, de la compréhension, et le bonheur d'aller à l'école, ce qui me semble très important. Après, bien sûr, le secret est de faire un bon dosage entre les 2, je pense que tu es d'accord avec moi :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pascalinou
Si tous les enfants savaient déchiffrer en sortant de GS, peut-être Ribambelle deviendrait-elle moins nocive pour eux puisque c'est une méthode pour apprendre à lire à des enfants qui savent déjà lire ou préciper ceux qui ne savent pas droit dans le mur... :bleh:

Mon gamin savait pourtant déchiffrer facilement en début de CP tous les sons simples, et les effets pervers de Ribambelle se font quand même bien sentir. PB savait déchiffrer "péniblement" en début de GS, et je n'ai pas voulu lui apprendre à lire car d'une part, il y avait fort à faire du coté du langage oral, et d'autre part la plupart des enseignants déconseillent l'apprentissage avant le CP afin d'éviter un ennui plus tard. Je m'en mords les doigts maintenant. Je n'avais aucune idée qu'il serait dans une classe "à ribambelle" car ni la maitresse précédente, ni l'école ne l'utilisait.

Je ne ferai pas la même erreur avec le petit frère!...

Quand à la réflexion selon laquelle c'est une méthode pour apprendre à lire à des enfants qui savent déjà lire, c'est la même réflexion qu'à fait notre ainé (11 ans) en voyant les devoirs de PB. Il était d'ailleurs persuadé que l'école avait fait une erreur, et avait mis PB en CE1 au lieu du CP....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sapotille
Si tous les enfants savaient déchiffrer en sortant de GS, peut-être Ribambelle deviendrait-elle moins nocive pour eux puisque c'est une méthode pour apprendre à lire à des enfants qui savent déjà lire ou préciper ceux qui ne savent pas droit dans le mur... :bleh:

Mon gamin savait pourtant déchiffrer facilement en début de CP tous les sons simples, et les effets pervers de Ribambelle se font quand même bien sentir. PB savait déchiffrer "péniblement" en début de GS, et je n'ai pas voulu lui apprendre à lire car d'une part, il y avait fort à faire du coté du langage oral, et d'autre part la plupart des enseignants déconseillent l'apprentissage avant le CP afin d'éviter un ennui plus tard. Je m'en mords les doigts maintenant. Je n'avais aucune idée qu'il serait dans une classe "à ribambelle" car ni la maitresse précédente, ni l'école ne l'utilisait.

Je ne ferai pas la même erreur avec le petit frère!...

Quand à la réflexion selon laquelle c'est une méthode pour apprendre à lire à des enfants qui savent déjà lire, c'est la même réflexion qu'à fait notre ainé (11 ans) en voyant les devoirs de PB. Il était d'ailleurs persuadé que l'école avait fait une erreur, et avait mis PB en CE1 au lieu du CP....

Même constat avec un gamin à qui je fais du soutien scolaire...

Il déchiffre pas mal du tout avec la syllabique que j'utilise, et devine quand il est dans le livre de Ribambelle de sa classe !!!

On dirait un dédoublement de la personnalité !!!

Personnellement j'ai appris à lire à mes gamins avant le CP, et je continue avec mes petits enfants...

Et aucun argument ne me fera dévier de cette ligne ! :lol::bleh:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pascalinou
Mes GS commencent tous à déchiffrer par "amour" pour leurs amis les Alphas et parce qu'ils apprennent à écrire. Je ne les pousse pas, ils le font pour le plaisir.

Lundi, nous venions de déballer les cadeaux de Noël (un circuit de train, une gare, des panneaux routiers, des maisons, des autos, des animaux et des personnages) et pourtant l'un d'eux s'est assis sur une chaise dans un coin et a demander à l'EVS de l'aider "pour les mots difficiles" et a lu pendant plus de 15 minutes le deuxième livre des Alphas au milieu de ses copains qui installaient le jeu.

Avant les vacances, deux autres prenaient chaque jour le livret 1 de Mico mon petit ours que j'ai mis au fond de la classe et lisaient à deux voix, en s'entraidant.

L'an prochain, ils reverront tout ça tranquillement dans Bien Lire et Aimer Lire qu'ils finiront fin janvier ou début février comme leurs copains des deux années précédentes et tout ira pour le mieux.

ça me fait rêver tout ça!...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ninounette
Pour y revenir,je propose Ribambelle soit vendu avec une des mentions suivantes :

"A ne pas mettre entre toutes les mains"

" A utiliser en complément d'un travail approfondi du code"

"PE débutants s'abstenir"

" A réserver aux élèves sachant déjà déchiffrer"

ou carrément

"Si vous voulez que tous vos élèves sachent lire en fin d'année .......fuyez !" :devil_2:

Et bien dis donc, tu y vas fort :D

Mon expérience (dont on ne peut faire une généralité, bien sur!): j'eu un CP en NT1 l'an dernier, et comme c'était Ribambelle qui était dans ma classe, et qu'il n'y avait pas la mention "PE débutant s'abstenir", je l'ai utilisée, comme mes autres collègues de CP qui m'ont d'ailleurs beaucoup aidée :wub: . Tous mes élèves savaient lire en fin d'année (plus ou moins bien comme dans toutes les classes, mais même les deux élèves en très grande difficulté savaient déchiffrer). Mes élèves ne savaient pas déchiffrer en début d'année. Par contre, et là je rejoins ta mention "à utiliser en complément d'un travail approfondi du code", nous avons fait TOUTE LA PHONOLOGIE à part. Une journée type dans ma classe, c'était:

- une grosse séance de phonologie et d'étude du code le matin

- une séance de lecture Ribambelle l'après-midi

En fin d'année, on a changé un peu et on a pris d'autres albums que ceux de Ribambelle.

Cette année, j'ai fait un remplacement de 6 semaines en CP-CE2, la méthode utilisée était super Gafi. C'était plus cool pour moi, car je n'avais pas à préparer la phonologie à part, je n'avais qu'à suivre le livre et le fichier, mais j'ai vraiment trouvé les textes ennuyeux et peu motivants pour les élèves; très vite, je leur ai fait lire autre chose en parallèle.

Ce que j'ai déduit de cette maigre expérience:

- soit on utilise une méthode type Ribambelle et on fait le travail de phonologie et de code à part

- soit on utilise une méthode qui privilégie le code type Léo et Léa, mais on complète avec beaucoup de lectures d'albums parce que je ne vois pas comment on peut motiver un enfant à lire des phrases du type "Léa a lavé Lola"

- soit on trouve une méthode qui est bien pour les deux, ça existe surement, mais souvent on prend ce que l'on a dans sa classe en arrivant :cry:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
midjie
Pour y revenir,je propose Ribambelle soit vendu avec une des mentions suivantes :

"A ne pas mettre entre toutes les mains"

" A utiliser en complément d'un travail approfondi du code"

"PE débutants s'abstenir"

" A réserver aux élèves sachant déjà déchiffrer"

ou carrément

"Si vous voulez que tous vos élèves sachent lire en fin d'année .......fuyez !" :devil_2:

Et bien dis donc, tu y vas fort :D

Mon expérience (dont on ne peut faire une généralité, bien sur!): j'eu un CP en NT1 l'an dernier, et comme c'était Ribambelle qui était dans ma classe, et qu'il n'y avait pas la mention "PE débutant s'abstenir", je l'ai utilisée, comme mes autres collègues de CP qui m'ont d'ailleurs beaucoup aidée :wub: . Tous mes élèves savaient lire en fin d'année (plus ou moins bien comme dans toutes les classes, mais même les deux élèves en très grande difficulté savaient déchiffrer). Mes élèves ne savaient pas déchiffrer en début d'année. Par contre, et là je rejoins ta mention "à utiliser en complément d'un travail approfondi du code", nous avons fait TOUTE LA PHONOLOGIE à part. Une journée type dans ma classe, c'était:

- une grosse séance de phonologie et d'étude du code le matin

- une séance de lecture Ribambelle l'après-midi

En fin d'année, on a changé un peu et on a pris d'autres albums que ceux de Ribambelle.

Cette année, j'ai fait un remplacement de 6 semaines en CP-CE2, la méthode utilisée était super Gafi. C'était plus cool pour moi, car je n'avais pas à préparer la phonologie à part, je n'avais qu'à suivre le livre et le fichier, mais j'ai vraiment trouvé les textes ennuyeux et peu motivants pour les élèves; très vite, je leur ai fait lire autre chose en parallèle.

Ce que j'ai déduit de cette maigre expérience:

- soit on utilise une méthode type Ribambelle et on fait le travail de phonologie et de code à part

- soit on utilise une méthode qui privilégie le code type Léo et Léa, mais on complète avec beaucoup de lectures d'albums parce que je ne vois pas comment on peut motiver un enfant à lire des phrases du type "Léa a lavé Lola"

- soit on trouve une méthode qui est bien pour les deux, ça existe surement, mais souvent on prend ce que l'on a dans sa classe en arrivant :cry:

Mais pourquoi, pour un élève de cp, il ne serait pas motivant de lire tout seul, sans aide, "Léa a lavé Léo"? C'est pour les adultes ou pour les enfants qui savent déjà lire que ce n'est probablement pas motivant de lire ça!!!

Mais pour un enfant de 6 ans qui découvre la lecture, c'est tout simplement magique.

J'ai appris à lire avec la méthode "Je saurais lire vite et bien", une méthode bien syllabique. Je me souviens du moment où j'ai compris le mécanisme de la lecture et le rapport entre les sons et les lettres.

J'ai relu des centaines de fois les phrases un peu "bêbêtes" de ce livre sans me lasser. J'étais tellement contente de savoir lire seule et je n'ai pas cessé de dévorer les livres!!

J'adore voir la fierté de mes élèves quand ils réussissent à lire seuls les mots de ma fiche de lecture ou une phrase toute simpliste.. Ils ont les yeux qui pétillent quand ils parviennent et je ne suis pas avare en compliments.

Je ne les sens pas démotivés, bien au contraire. Ils savent où on va. Et leur lecture est nettement plus aisée que mon groupe de l'an dernier qui avait plus fonctionné en globale, pourtant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sapotille

Fabriquer sa propre méthode de lecture...

Je l'ai fait à partir de Mico mon petit ours... au fil du temps...

Ma foi, cela a appris à lire à des dizaines et des dizaines et des dizaines d'enfanfs... dans la joie et la bonne humeur... Et ça continue pour quelques uns.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tartinette
J'ai rêvé que je fabriquais ma propre méthode de lecture...

(ça serait une sorte de "Bien lire et aimer lire" remise au goût du jour, avec un peu plus d'histoires, d'illustrations, un fichier d'exos (mais ça il paraît que ça existe déjà), des jeux...)

Arrête de rêver ....et fabrique-la !

Tu as l'expérience, les compétences, les connaissances théoriques et si tu veux bien accepter ce dernier compliment, une perception fine et lucide de ce qui sous-tend les mécanismes de la lecture.

Et tu trouveras sur ce forum plein de membres qui pourront te fournir leur aide et leur nom pour : "avec la précieuse collaboration de Mme X. enseignante au CP à .......".

Bon, alors, je l'attends ta méthode pour me mettre à plein temps et prendre un CP ....si je n'ai pas tenté une reconversion d'ici là parce qu'entre-temps moi j'en ai marre des CE2 qui me "lisent" : Ils regardAN (ent)la mer ...et deux phrases plus loin,alors que je viens de leur faire remarquer que le "ent" est le pluriel de 3e pers du verbe " et souvE(ent) , l'un des frères .....".

Mon Toto dont je parlais sur un autre post va chez l'orthophoniste ....sur mes conseils en plus. Il confond b et p, i et é ,an et on (un midicament,un bonblemouse ...).Et pourtant,je ne suis pas sûre du tout qu'il soit dyslexique mais encore un que Kimamila (Un Monde à Lire) a laissé sur la route ....Et c'est loin d'être la pire "Un Monde à lire".Pour les enfants sans difficulté particulière,elle est même plutôt pas mal. Mieux que Ribambelle utilisée telle quelle en tout cas.

D'ailleurs, connaissant cette promo de CP d'il y a 2 ans ,parce que j'étais en maternelle avec eux, j'avais prévenu mes collègues : attention, gros groupe d'enfants très en difficulté, pas à l'aise avec l'écrit, Un monde à lire risque de ne pas convenir...peine perdue !

Ces dames s'ennuient trop avec des méthodes comme Léo et Léa ou Bien Lire et Aimer Lire ...."pas du tout motivantes", "très gnan gnan" ...

Bien sûr, 20 de leurs élèves sur 25 ont appris à lire. Ceux-là auraient aussi appris avec une méthode syllabique bien "ch......" mais mon Toto aussi je pense. Et rien ne les auraient empêchés de faire en parallèle de la bonne littérature de jeunesse , des super albums très riches (largement autant que ceux de Ribambelle et Un Monde àlire) lus par elles au départ jusqu'en février-mars pour les plus faibles et proposés à la lecture autonome pour les autres bien avant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
minibou
Pour y revenir,je propose Ribambelle soit vendu avec une des mentions suivantes :

"A ne pas mettre entre toutes les mains"

" A utiliser en complément d'un travail approfondi du code"

"PE débutants s'abstenir"

" A réserver aux élèves sachant déjà déchiffrer"

ou carrément

"Si vous voulez que tous vos élèves sachent lire en fin d'année .......fuyez !" :devil_2:

Et bien dis donc, tu y vas fort :D

Mon expérience (dont on ne peut faire une généralité, bien sur!): j'eu un CP en NT1 l'an dernier, et comme c'était Ribambelle qui était dans ma classe, et qu'il n'y avait pas la mention "PE débutant s'abstenir", je l'ai utilisée, comme mes autres collègues de CP qui m'ont d'ailleurs beaucoup aidée :wub: . Tous mes élèves savaient lire en fin d'année (plus ou moins bien comme dans toutes les classes, mais même les deux élèves en très grande difficulté savaient déchiffrer). Mes élèves ne savaient pas déchiffrer en début d'année. Par contre, et là je rejoins ta mention "à utiliser en complément d'un travail approfondi du code", nous avons fait TOUTE LA PHONOLOGIE à part. Une journée type dans ma classe, c'était:

- une grosse séance de phonologie et d'étude du code le matin

- une séance de lecture Ribambelle l'après-midi

En fin d'année, on a changé un peu et on a pris d'autres albums que ceux de Ribambelle.

Ce que j'ai déduit de cette maigre expérience:

- soit on utilise une méthode type Ribambelle et on fait le travail de phonologie et de code à part

- soit on utilise une méthode qui privilégie le code type Léo et Léa, mais on complète avec beaucoup de lectures d'albums parce que je ne vois pas comment on peut motiver un enfant à lire des phrases du type "Léa a lavé Lola"

- soit on trouve une méthode qui est bien pour les deux, ça existe surement, mais souvent on prend ce que l'on a dans sa classe en arrivant :cry:

+ 1

tout pareil pour moi. j'ai pris cette méthode en T2. j'ai utilisé la méthode en m'aidant du guide du maître ( et oui première classe et premier CP donc contente d'avoir ce guide qui m'a bien aidée...)et j'ai rajouté en plus des fiches de lecture que j'avais faites car je n'utilisais que très peu le cahier d'entraînement. Et je rajoutais aussi des fiches de travail sur les sons en complément de leur fichier 2 fois par semaine.

Et ben mes élèves savaient tous lire à la fin de l'année et les parents avaient l'air satisfaits...

Donc ribambelle oui avec un travail à faire en plus sur le code... L'étude des livres de littérature de la méthode avec une vraie histoire a été bien vécu par mes élèves. c'est mieux à mon avis que léo a péché la loche... :blink:

Ce qui ne m'empêche pas d'utiliser léo et léa en soutien lecture avec mes CE1 peu lecteurs...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Adan

Bonjour

je viens de lire vos commentaires. Voici mon expérience : je suis ouverte à toutes les méthodes, j'utilise ce qui fonctionne. Conclusion après des années de pratique et une vision globale sur toute la scolarité : je n'utiliserai plus lire avec léo et léa avec des élèves. Lire ce n'est pas déchiffrer, je ne rentrerai pas dans le détail. Cette méthode a le mérite d'instaurer la mécanique de la combinatoire (ce que chaque enseignant peut faire) mais ne permet d'accumuler du vocabulaire pour accéder à une lecture fluide donc à une meilleure compréhension. Elle donne une conception erronnée de la lecture : lire c'est déchiffrer; conception qui met en échec beaucoup d'élève. Les élèves qui rencontrent des difficultés à apprendre à lire ce sont pour d'autres raisons (pb de mémoire, plus lent le système scolaire qui est exigeant, non respect du ryhtme de chacun). Cette méthode ne couvre que 10 % de l'apprentissage de la lecture, il faut donc développer d'autres apprentissages sur l'acte de lire (mémoriser les mots visuellement en épellant par exemple ...). Pensez à vos élèves qui grandissent, pour qui, lire devient un outil d'apprentissage pour lequel déchiffrer ne suffit pas. bon courage en tout cas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
JulieMarmotte

Bonjour

je viens de lire vos commentaires. Voici mon expérience : je suis ouverte à toutes les méthodes, j'utilise ce qui fonctionne. Conclusion après des années de pratique et une vision globale sur toute la scolarité : je n'utiliserai plus lire avec léo et léa avec des élèves. Lire ce n'est pas déchiffrer, je ne rentrerai pas dans le détail. Cette méthode a le mérite d'instaurer la mécanique de la combinatoire (ce que chaque enseignant peut faire) mais ne permet d'accumuler du vocabulaire pour accéder à une lecture fluide donc à une meilleure compréhension. Elle donne une conception erronnée de la lecture : lire c'est déchiffrer; conception qui met en échec beaucoup d'élève. Les élèves qui rencontrent des difficultés à apprendre à lire ce sont pour d'autres raisons (pb de mémoire, plus lent le système scolaire qui est exigeant, non respect du ryhtme de chacun). Cette méthode ne couvre que 10 % de l'apprentissage de la lecture, il faut donc développer d'autres apprentissages sur l'acte de lire (mémoriser les mots visuellement en épellant par exemple ...). Pensez à vos élèves qui grandissent, pour qui, lire devient un outil d'apprentissage pour lequel déchiffrer ne suffit pas. bon courage en tout cas

Je n'enseigne pas en primaire, et n'ai, dans l'apprentissage de la lecture, qu'une expérience extérieure (baby-sitter, mère de famille, bonne copine d'autres mères de famille) et ma réflexion va à l'encontre de ce que tu dis.

Mon observation a commencé avec un loulou que je gardais après l'école, en CP. Il apprenait avec Ratus. En milieu d'année, avant que ses parents n'agissent (et ne lui apprennent eux-mêmes à lire, sauvagement, en lui enseignant la combinatoire), il "lisait" sa double page de Ratus le nez au plafond. Il avait une excellente mémoire, n'était pas plus bête qu'un autre, mais il ne savait pas lire. Il était incapable de relire les mots qu'il avait appris dans un autre contexte, incapable de déchiffrer :mad: En février, ça ne me semble pas normal.

Puis, ce fut au tour de mes copines d'avoir des enfants en CP. Trop souvent, elles se tournaient vers moi (je suis enseignante de français, donc ça leur semblait naturel) car, plus ou moins rapidement, certaines s'apercevaient que leur enfant était en échec en lecture : leurs enfants leur récitaient leur manuel mais étaient incapables de rien lire d'autre, remplaçaient un mot par un synonyme, lisaient les yeux au plafond, ou se désespéraient de ne pas réussir à mémoriser tous les mots, toutes les phrases du livre, en se demandant comment les adultes faisaient pour savoir tout ça par coeur. Et j'ai souvent conseillé Léo et Léa avec bonheur, les retours étant très positifs (enfants devenant lecteurs, reprenant confiance en eux, heureux de réussir à lire de manière autonome).

Enfin, ce fut le tour de mes enfants. Pour être tout à fait honnête, j'avais prévu de les dégrossir avec Léo et Léa en GS, histoire de leur éviter ces déboires. Et puis, ils m'ont devancée, et ont décidé d'apprendre plus tôt, sans me laisser le temps de leur offrir une méthode. Et ils s'y sont pris à des âges où la "méthode" (quelle qu'elle soit) ne me semblait pas une démarche adaptée. Ma fille m'a naturellement demandé comment ça fonctionnait, la lecture, alors je lui ai montré des mots simples (consonne - voyelle - consonne - voyelle). Elle a très vite compris le truc, ne m'a plus posé de questions ... et je me suis aperçue un an plus tard qu'elle savait tout lire. Elle avait déduit le reste naturellement : il y avait un code, elle l'a craqué, et ça lui a permis d'accéder à tous les écrits de son environnement. A 8 ans et demi, elle a un niveau excellent en français (je ne la fais pas bosser à la maison, je le précise), beaucoup de plaisir à lire, et à lire de tout (de l'Odyssée - édition Ecole des Loisirs - jusqu'au Club des Baby-sitters, en passant par toutes sortes de documentaires ... le principal, c'est que ça l'éclate).

Le petit frère s'est mis lui aussi très tôt en tête de lire. Il a commencé par mémoriser plein de mots par coeur, en les épelant. Tâche titanesque, qui le rendait en plus très dépendant des adultes (Qu'est-ce que ça veut dire, p-h-a-r-m-a-c-i-e ? ) et énervait vite lesdits adultes :whistling: . Et un jour, il a eu le déclic, en classe, devant la liste des jours de la semaine. Tous ces 'di' l'ont mis sur la piste. Il est sorti de classe ce soir-là avec un immense sourire ... et ne nous a plus jamais épelé un mot pour nous demander comment le lire :thumbsup: . Et il faut bien admettre que quand on est fan de dinosaures, c'est bien pratique de savoir déchiffrer (parce que maman n'a pas nécessairement envie de lire tous les noms de dinos du livre les uns après les autres pour que p'tit loup puisse les lire ensuite, et que ces mots sont pour la plupart très rares donc pas intéressants à mémoriser systématiquement...).

Pour les deux, la conclusion est la même : la combinatoire est libératrice. Elle permet au jeune lecteur d'être autonome dans ses lectures. Bien sûr, déchiffrer n'est pas lire. Lire, c'est mettre du sens sur ce qu'on déchiffre. Mais la combinatoire est indispensable, et on ne peut pas laisser penser aux enfants que lire, c'est apprendre des mots et des phrases par coeur. Car ça non plus, ce n'est pas lire. Je précise que dès que je me suis aperçue que ma fille lisait, et au cours de l'apprentissage de mon fils, je me suis toujours assurée qu'ils comprenaient ce qu'ils lisaient.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
midjie

Personnellement, j'ai testé les 2 approches. L'an dernier, j'ai fonctionné avec Dagobert. Les étiquettes, les textes à étudier, bref, la méthode globale que je n'ai pourtant pas suivie pas à pas et dont j'ai tenté de compenser les travers.

Résultat, mes élèves les plus fragiles sont très hésitants en lecture et je les ai encore cette année, en CE1. Je me rends compte maintenant que je me suis bien fourvoyée, l'an dernier, et que je n'ai pas su faire progresser ces élèves pour qu'ils aient une lecture aisée. Ils galèrent vraiment, en lecture, cette année.

Cette année, je fonctionne avec ma propre méthode (je fabrique mes fiches de sons et je pioche des textes dans "Sami et Julie" que je remanie pour travailler la compréhension. ) même si les élèves ont le livre "mots d'école" qu'ils utiliseront très certainement en milieu d'année.

Contrairement à l'an dernier, aucun élève ne lit les phrases en me regardant, ou en admirant le plafond. Ils cherchent vraiment à lire ce qui est écrit et une approche très syllabique n'empêche de travailler la déduction, quand, par exemple, ils doivent déchiffrer un mot qui ne se prononce pas exactement comme il s'écrit.

Leur lecture est vraiment fluide, la majorité lisent quasiment sans hésitation. Quand au vocabulaire, ils n'en manquent pas, ils rencontrent énormément de mots dans mes fiches de lecture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
liline57

Au fait pourquoi le livre "Ratus et ses amis" n'est-il plus utilisé ? Il y avait la phonologie et des textes sympas à lire pourtant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
del20160715

Je suis PE depuis 4 ans dont 3 en cycle 2. CP/CE1 pendant 1 an et CE1 depuis 2 ans. J'ai toujours utilisé ribambelle mais en faisant le code et l'étude de la langue (gramm, voca, conj...) à part avec d'autres méthodes car l'étude du code dans ribambelle est complètement aberrante. Par contre, les histoires, les exercices de compréhension et la production d'écrit (dont celle qui consiste à répondre aux questions en écrivant des phrases) sont très très bien dans ribambelle. C'est un très bon outil d'apprentissage de la lecture au niveau de la compréhension avec un gros travail de vocabulaire tant au niveau des textes que des questions du fichier. Mais à utiliser en adaptant les pistes données par le livre du maître car tout n'est pas bon à prendre dedans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AllyG

Pensez à vos élèves qui grandissent, pour qui, lire devient un outil d'apprentissage pour lequel déchiffrer ne suffit pas. bon courage en tout cas

Pour mon fils, malgré un départ strictement syllabique, aucun problème de compréhension ni d'orthographe (il est très bon en orthographe justement parce que les règles de base sont acquises, ce qui lui libère la mémoire pour apprendre les exceptions aux règles).

De plus, savoir déchiffrer correctement lui donne accès à n'importe quel texte adapté à son age. Pour des mots dont il ne connait pas le sens, il peut très souvent le deviner à partir du contexte. Il tire beaucoup de vocabulaire de ses lectures.

Je précise que c'est un petit garcon bilingue qui était suivi par une orthophoniste pendant sa maternelle pour un retard de langage, et ne pas un enfant doué pour le langage, la lecture et l'orthographe comme les enfants de juliemarmotte :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
liline57

Au fait pourquoi le livre "Ratus et ses amis" n'est-il plus utilisé ? Il y avait la phonologie et des textes sympas à lire pourtant.

Ma fille a démarré son CP avec cette méthode, dans laquelle on voit dès les premiers jours des mots outils à apprendre par coeur (les parents s'arrachent les cheveux !), sans même pouvoir les déchiffrer. Au bout de 15 jours elle m'a dit : "à la fin de l'année je pourrai lire, si je sais reconnaître tous les mots par cœur"... Alors je lui ai fait lire Borel Maisonny à la maison... et depuis elle lit tout, partout, et écrit beaucoup ; elle a même commandé un journal intime à Noël, qu'elle utilise seule !

Le vocabulaire peut être travaillé en classe, en lecture offerte, en compréhesion orale ou écrite, avec des images, le temps que la lecture-déchiffrage soit assurée. On peut ensuite passer aux albums, qui seront lus plus facilement... et donc mieux compris !

Ah oui ?

Dans mes souvenirs on a commencé à voir les voyelles (a, e, i, o et u) et les sons qu'elles faisaient avec les consonnes. Par exemple on a appris à lire Be-lo et pas Belo et Mi-na, Ma-rou et Ra-tus et pareil pour tous les autres mots dans le texte. L'institutrice se basait sur les prénoms des personnages pour nous apprendre à déchiffrer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sapotille

Ai-je le droit d'écrire qu'un départ syllabique n'a jamais empêché un enfant de savoir lire couramment après la nécessaire période de déchiffrage alors qu'un départ global peut bloquer et pour très longtemps l'apprenti lecteur?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
liline57

La méthode syllabique je vois ce que c'est mais la méthode globale j'ai du mal à la concevoir, c'est quoi au juste la méthode globale ??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sapotille

La méthode syllabique je vois ce que c'est mais la méthode globale j'ai du mal à la concevoir, c'est quoi au juste la méthode globale ??

Dans une méthode globale ou semi-globale (c'est toujours cette dernière qui est utilisée) l'enfant doit mémoriser des phrases entières, dans lesquelles il repèrera des mots, puis des syllabes dans ces mots, puis des lettres ... ce qui ne serait pas pernicieux si l'élève n'en restait au stade de la phrase par coeur ou du mot par coeur qui le rend incapable de "lire" ce mot s'il est en dehors de catte phrase sue par coeur.

Le problème, c'est que répété n'est pas "lire"...

Pour lire, il faudrait déchiffrer, et pour déchiffrer, il faut connaître les éléments qui composent le mot à déchiffrer...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Participez à la discussion

Vous pouvez écrire votre message maintenant et créer votre compte ensuite. Si vous avez déjà un compte sur notre site, connectez-vous pour l'utiliser.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...