Jump to content

Attentat à Charlie hebdo , en parler en classe...


Recommended Posts

Connaissez vous des dessins "exploitables au CM2" dessinés par les dessinateurs qui ont été tués ? J'en connais plein de Plantu, mais pas de Cabu, Wolinski...

Link to comment
Share on other sites

Au lendemain du 11 septembre, mes élèves n'avaient pas envie d'en parler...

J'ai entamé un travail sur les faits divers, donc la discussion devrait s'engager... je ne vais pas l'évincer.

Link to comment
Share on other sites

Ben moi je suis plutot d'un avis contraire....

Combien d'entre nous on fait en sorte que leur enfant n'entende pas et ne voit pas les infos ? seriez vous content que ce soit l'enseignant de votre enfant qui lui en parle alors qu'il ne savait pas jusque là

Personnellement je n'aborderais pas le sujet si les élèves ne l'abordent pas déjà et je pense que tout est bien trop frais et traumatisant pour en "remettre une couche" sur l'unité, la liberté de la presse etc. Je pense que au contraire un travail sur ces thèmes peut être fait à froid dans quelques semaines / mois mais pas là à chaud.

Laisser s'exprimer ceux qui en parlent, les aider à reformuler leur sentiment ( peur / colère etc ) signaler à la psy sco et aux parents ceux qui ont l'air vraiment traumatisés par les évènements mais au contraire ne pas en faire toute une séance de travail, pas encore, c'est trop tot, trop frais.

Vous feriez une séance sur le cancer le jour où un enfant perdrait son parent de cette maladie? vous feriez une séance sur la sécurité routière si un élève avait eu un accident ?

En parler avec eux si ils en expriment le souhait oui, engager la conversation sur ce sujet si ils en parlent pas, non à mon avis, s'en servir pour un travail de classe, non non plus à mon avis.

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Ben moi je suis plutot d'un avis contraire....

Combien d'entre nous on fait en sorte que leur enfant n'entende pas et ne voit pas les infos ? seriez vous content que ce soit l'enseignant de votre enfant qui lui en parle alors qu'il ne savait pas jusque là

Personnellement je n'aborderais pas le sujet si les élèves ne l'abordent pas déjà et je pense que tout est bien trop frais et traumatisant pour en "remettre une couche" sur l'unité, la liberté de la presse etc. Je pense que au contraire un travail sur ces thèmes peut être fait à froid dans quelques semaines / mois mais pas là à chaud.

Laisser s'exprimer ceux qui en parlent, les aider à reformuler leur sentiment ( peur / colère etc ) signaler à la psy sco et aux parents ceux qui ont l'air vraiment traumatisés par les évènements mais au contraire ne pas en faire toute une séance de travail, pas encore, c'est trop tot, trop frais.

Vous feriez une séance sur le cancer le jour où un enfant perdrait son parent de cette maladie? vous feriez une séance sur la sécurité routière si un élève avait eu un accident ?

En parler avec eux si ils en expriment le souhait oui, engager la conversation sur ce sujet si ils en parlent pas, non à mon avis, s'en servir pour un travail de classe, non non plus à mon avis.

d'accord avec toi, en tant que maman et en tant que PE

  • J'adhère 1
Link to comment
Share on other sites

Ben moi je suis plutot d'un avis contraire....

Combien d'entre nous on fait en sorte que leur enfant n'entende pas et ne voit pas les infos ? seriez vous content que ce soit l'enseignant de votre enfant qui lui en parle alors qu'il ne savait pas jusque là

Personnellement je n'aborderais pas le sujet si les élèves ne l'abordent pas déjà et je pense que tout est bien trop frais et traumatisant pour en "remettre une couche" sur l'unité, la liberté de la presse etc. Je pense que au contraire un travail sur ces thèmes peut être fait à froid dans quelques semaines / mois mais pas là à chaud.

Laisser s'exprimer ceux qui en parlent, les aider à reformuler leur sentiment ( peur / colère etc ) signaler à la psy sco et aux parents ceux qui ont l'air vraiment traumatisés par les évènements mais au contraire ne pas en faire toute une séance de travail, pas encore, c'est trop tot, trop frais.

Vous feriez une séance sur le cancer le jour où un enfant perdrait son parent de cette maladie? vous feriez une séance sur la sécurité routière si un élève avait eu un accident ?

En parler avec eux si ils en expriment le souhait oui, engager la conversation sur ce sujet si ils en parlent pas, non à mon avis, s'en servir pour un travail de classe, non non plus à mon avis.

Je suis assez d'accord.

Et j'avoue ne pas me sentir à la "hauteur" d'en parler avec eux demain...

Link to comment
Share on other sites

Tu fais bien de dire ça, Barbotine. Au moment du tsunami, mon fils avait 4 ans, n'en avait jamais entendu parler chez nous(on tenait nos enfants éloignés de latélé, et encoreplus des infos, à l'époque), et à l'école la maitresse a cru bon d'évoquer la catastrophe. Il était terrifié ensuite à l'idée d'aller sur une plage.

Je sais que j'ai deux élèves qui n'ont pas la télé. Du coup, je prends la décision de ne pas en parler demain, sauf si "ça vient".

Si le sujet vient, je dirai (lu sur twitter) que "c'était des gens bien, avec une famille, des amis.On ne doit pas mourir juste parce qu'on a fait des dessins".

Link to comment
Share on other sites

Ne pas montrer votre peur c'est essentiel. Je suis choquée, mais pleurer devant des élèves , ça non !

Je copie (de ce groupe: https://www.facebook.com/groups/1403640436548512/ )

"Bonsoir. À toutes celles et à tous ceux qui se demandent quoi dire à leurs élèves demain, je vais tacher de donner des pistes (pour rappel je suis cadre de santé en psy et membre de la cellule d'urgence médico psychologique).

Ne devancez pas les questions, laissez les venir. Devancer les questions risque d'être anxiogène. Ensuite le plus important est de les laisser exprimer leurs sentiments, reformuler si besoin avec des mots simples (colère, tristesse, peur, ....). Vous devez tout entendre et resituer cet attentat dans son contexte. Ne portez pas de jugement sur ce qu'ils ressentent mais vous pouvez condamner cet acte et rassurer vos élèves en leur expliquant le caractère exceptionnel de cet attentat et le fait qu'ils soient en sécurité à l'école comme à la maison.

Mettez fin assez rapidement à la discussion, trop en parler peut aussi être anxiogène.

Bon courage à toutes et tous."

merci pour ces conseils, je pense faire ça demain... et attendre la semaine prochaine avant de parler de la liberté de la presse

Link to comment
Share on other sites

Oui Merci Barbotine de ton avis éclairé

Link to comment
Share on other sites

Ben moi je suis plutot d'un avis contraire....

Combien d'entre nous on fait en sorte que leur enfant n'entende pas et ne voit pas les infos ? seriez vous content que ce soit l'enseignant de votre enfant qui lui en parle alors qu'il ne savait pas jusque là

Personnellement je n'aborderais pas le sujet si les élèves ne l'abordent pas déjà et je pense que tout est bien trop frais et traumatisant pour en "remettre une couche" sur l'unité, la liberté de la presse etc. Je pense que au contraire un travail sur ces thèmes peut être fait à froid dans quelques semaines / mois mais pas là à chaud.

Laisser s'exprimer ceux qui en parlent, les aider à reformuler leur sentiment ( peur / colère etc ) signaler à la psy sco et aux parents ceux qui ont l'air vraiment traumatisés par les évènements mais au contraire ne pas en faire toute une séance de travail, pas encore, c'est trop tot, trop frais.

Vous feriez une séance sur le cancer le jour où un enfant perdrait son parent de cette maladie? vous feriez une séance sur la sécurité routière si un élève avait eu un accident ?

En parler avec eux si ils en expriment le souhait oui, engager la conversation sur ce sujet si ils en parlent pas, non à mon avis, s'en servir pour un travail de classe, non non plus à mon avis.

+1

Link to comment
Share on other sites

Ne pas montrer votre peur c'est essentiel. Je suis choquée, mais pleurer devant des élèves , ça non !

Je copie (de ce groupe: https://www.facebook.com/groups/1403640436548512/ )

"Bonsoir. À toutes celles et à tous ceux qui se demandent quoi dire à leurs élèves demain, je vais tacher de donner des pistes (pour rappel je suis cadre de santé en psy et membre de la cellule d'urgence médico psychologique).

Ne devancez pas les questions, laissez les venir. Devancer les questions risque d'être anxiogène. Ensuite le plus important est de les laisser exprimer leurs sentiments, reformuler si besoin avec des mots simples (colère, tristesse, peur, ....). Vous devez tout entendre et resituer cet attentat dans son contexte. Ne portez pas de jugement sur ce qu'ils ressentent mais vous pouvez condamner cet acte et rassurer vos élèves en leur expliquant le caractère exceptionnel de cet attentat et le fait qu'ils soient en sécurité à l'école comme à la maison.

Mettez fin assez rapidement à la discussion, trop en parler peut aussi être anxiogène.

Bon courage à toutes et tous."

Merci pour cet avis, j'adopterai cette démarche et je garde les images pour plus tard si j'en sens le besoin.

Pour ma part, on en a parlé avec mes enfants de 5 et 7 ans avec des mots simples, avant qu'ils entendent l'info ou voient des images ailleurs qu'à la maison sans explication , ce que pour le coup je trouve vraiment anxiogène.

Link to comment
Share on other sites

Il parait qu'on nous demande de faire une minute de silence dans toutes les écoles.

Ca, ça m'agace, du coup.

Link to comment
Share on other sites

Vous avez raison, ce n’est pas à nous d’aborder le sujet. Cependant, ils vont en entendre parler dans la cour. Je préfère donc reformuler et leur expliquer. Je pense aussi qu’en tant qu’enseignant, nous nous devons, dans ces moments-là, de rappeler les principes de notre république et les droits fondamentaux de chaque Homme. Sans en faire une séquence pédagogique, je souhaite que chaque élève de ma classe reparte en ayant entendu ces grands principes. Lors des attentats de Toulouse, des élèves avaient tenu des propos antisémites (entendus à la maison) et je voulais qu’ils sachent que ce n’était pas la seule pensée possible.

Link to comment
Share on other sites

demain ? les ecoles maternelles aussi?

Link to comment
Share on other sites

Il parait qu'on nous demande de faire une minute de silence dans toutes les écoles.

Ca, ça m'agace, du coup.

oui je trouve que c'est dur car du coup, ça rend le truc dur, triste et ça nous amène à évoquer tout un tas de choses....

Link to comment
Share on other sites

J'ai des CE1, mais je vais la "jouer" collectif avec l'équipe enseignante. On va en discuter demain matin entre collègues et on adaptera en fonction du niveau des classes je pense.

Après que les enfants aient peur d'être attaqué ou tué, je leur répondrai , qu'il s'agit plus là d'une attaque "personnelle" car Charlie Hebdo a diffusé des dessins et que des personnes les ont mal interprétés.

Mais que cela reste une attaque à la République et à la liberté de la presse.

Qu'on ne peut pas tuer pour défendre des idées, mais on a le droit de ne pas être d'accord et dans ce cas, on s'exprime par la parole, le texte ou bien le dessin.

Vous en pensez quoi?

Link to comment
Share on other sites

J'ai des CE1, mais je vais la "jouer" collectif avec l'équipe enseignante. On va en discuter demain matin entre collègues et on adaptera en fonction du niveau des classes je pense.

Après que les enfants aient peur d'être attaqué ou tué, je leur répondrai , qu'il s'agit plus là d'une attaque "personnelle" car Charlie Hebdo a diffusé des dessins et que des personnes les ont mal interprétés.

Mais que cela reste une attaque à la République et à la liberté de la presse.

Qu'on ne peut pas tuer pour défendre des idées, mais on a le droit de ne pas être d'accord et dans ce cas, on s'exprime par la parole, le texte ou bien le dessin.

Vous en pensez quoi?

pour ma part, je ne rentrerai pas dans l'interprétation et me cantonnerai au droit à l'expression. J'ai vu sur le net un dessin une kala contre un crayon. Tout est dit !

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir à tous,

je suis en ce1, et malgré leur jeune âge, je vais aborder demain l'importance de LA LIBERTE en France. Comme certains, je suis très émue, car attachée à cette notion et horrifiée par cette barbarie;

Donc, demain matin, nous ferons un quoi de neuf extraordinaire, dont l'ordre du jour sera cet attentat. j'orienterai le débat vers la notion de liberté, et non vers la religion.

Puis, à la manière de Ben, qui joue avec les mots, je demanderai à chaque élève d'écrire un mot ou une phrase sur la liberté. Nous ferons une grande affiche sur fond noir, et les mots seront écrits en blanc, en hommage aux disparus.

Voilà.

Je les trouve bien jeunes pour faire ça...C'est très solennel, trop peut-être... :idontno: Sans vouloir te froisser ;)

Je n'aborderai le sujet que s'ils en parlent. Je pensais ne pas m'éterniser, laisser parler ceux qui veulent sans trop en faire.

Barbotine, c'est très juste ce que tu dis. Mes enfants n'ont vu aucun journal télé aujourd'hui. Mon grand va sûrement en entendre parler par les autres enfants, nous en parlerons bien sûr mais les images, on évite.

Link to comment
Share on other sites

La minute de silence (dans les infos que j'ai vu) c'est à 12h dans les institutions. Donc pas dans les écoles.

Barbotine, je ne te suis pas entièrement.

Après je précise que j'ai des CM1 / CM2 (je dirai des choses différentes en CE2 ou dans les classes plus jeunes).

Je pense effectivement que la majorité des membres du forum ont protégés leurs enfants de cette information ou au moins l'ont expliqué.

Mais on est pas dans un monde où tous les parents ont cette logique, loin de là je pense.

Enfin bref, après on réagit aussi en fonction du public qu'on a. Je pense que l'immense majorité de mes élèves demain va avoir entendu parler de cette affaire. Les quelques uns qui peut être n'en auront pas entendu parler vont être assaillis d'informations dès l'accueil par leurs camarades.

Et je connais mes loulous, peu vont avoir de "vraies" informations et vont se monter la tête en disant tout et n'importe quoi.

Donc même si je pense que c'est très peu probable, si jamais ils ne m'en parlent pas, je leur en parlerai quand même. Je préfère savoir ce qu'ils ont dans la tête et les peurs qu'ils ont en les laissant s'exprimer là dessus, plutôt que de laisser courir des rumeurs ...

Link to comment
Share on other sites

Dans ma classe il n'y aura minute de silence QUE si le sujet est sorti par les élèves et que l'on en a discuté. Sinon je les laisserais tranquille

Link to comment
Share on other sites

Mon fils vient de revenir du sport avec les propos rapportés par ses copains plus agés ( groupe des 9 14 ans ) J'avais réussi à le préserver jusqu'alors et il a tout découvert là bas ... Je suis choquée par la fascination qu'avaient ses copains pour cet acte horrible : ca mimait en tous sens les mitraillettes, et "moi j'aurai fait ça" dit l'un et l'autre se demandait déjà pourquoi il n'y avait pas eu de sniper sur le toit de Charlie Hebdo !!! .... Une horreur ... La violence est tellement banalisée !!! Je n'ai entendu aucun propos de compassion, de tristesse ...

Je pense que demain rares seront les enfants qui ne seront pas au courant, même si certains auront été préservés par leurs parents. Pour le moment je ne sais pas quoi faire, quoi dire je suis également sous le choc des images filmées par les témoins ... Et assez "border line" pour aborder sereinement le sujet avec mes élèves ... Je suis née sous le signe du coeur d'artichaut que voulez vous ?

Pour le moment je me dis qu'il faudra éviter de laisser nos écoles ouvertes ... Nous ouvrons parfois trop facilement les portes sans trop savoir qui est à la grille ... chez nous c'est comme ça, malgré Vigipirate ... et demain je serai en noir ...

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir à tous,

Concernant la minute de silence, cette circulaire vient de tomber.

http://www.education.gouv.fr/cid85268/hommage-rendu-aux-victimes-de-l-attentat-survenu-le-7-janvier-2015.html

ce sera pendant le périscolaire.

ouf ... rien de tel pour faire monter le stress et l'émotion ....Je suis heureuse d'y échapper avec ma classe.

Link to comment
Share on other sites

je pensais faire cette poésie la semaine prochaine ( je la fais tous les ans) mais du coup je ne suis pas sure. Peut être plus tard dans l'année... Liberté

Sur mes cahiers d’écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable sur la neige

J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J’écris ton nom

Sur les images dorées

Sur les armes des guerriers

Sur la couronne des rois

J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard, Au rendez-vous allemand, 1945, Les Editions de Minuit

Link to comment
Share on other sites

Pour nous, demain matin, ça devait être sortie au cirque ... Comme c'est annulé, je pense que certains enfants vont poser des questions ... et je ne sais pas trop ce que je vais leur dire.

Je suis d'accord avec vous. J'ai couché mes filles tôt ce soir pour qu'elles ne voient pas les informations. Par contre, la plus grande qui a 5 ans m'a demandé pourquoi je ne pouvais pas faire ma sortie demain, je lui ai répondu: "il y a des personnes qui ont été tué par des hommes avec des armes à Paris aujourd'hui et du coup, le gouvernement a décidé que les enfants ne devaient plus sortir des écoles avec les maîtresses." On était un peu embêté de sa question et on voulait lui expliquer simplement sans lui mentir.

Je n'ai pas entendu pour la minute de silence dans les écoles. Ils ont parlé d'une action dans les services publics à 12h aux infos ...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...